Search

Your search for 'dc_creator:( "Berthels, E." ) OR dc_contributor:( "Berthels, E." )' returned 70 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Amīn Aḥmad Rāzī

(373 words)

Author(s): Berthels, E.
, a Persian biographer. Hardly anything is known of his life. He belonged to Raiy where his father Ḵh̲wād̲j̲a Mīrzā Aḥmad was celebrated for his wealth and benevolence. He was in high favour with S̲h̲āh Ṭahmāsp and was appointed by him kalāntar of his native town. His paternal uncle Ḵh̲wād̲j̲a Muḥammad S̲h̲arīf was vizier of Ḵh̲urāsān, Yazd and Iṣfahān, his cousin G̲h̲iyāt̲h̲-Beg a high official at the court of the Emperor Akbar. Amīn himself is said to have visited India. The work to which he owes his fame is the great collection of biographies Haft Iḳlīm (finished in 1002 = 1594). For m…

Naṣr Allāh b. Muḥammad

(179 words)

Author(s): Berthels, E.
b. ʿAbd al-Ḥamīd Abu ’l-Maʿālī of S̲h̲īrāz, a Persian author and statesman, vizier of the G̲h̲aznawid Ḵh̲usraw Malik (1160—1186) by whose orders he was arrested and executed. Naṣr was the first Persian to succeed in giving a satisfactory Persian version of the celebrated Ḵh̲alīla u-Dimna. His version is based on the Arabic of ʿAbd Allāh b. Muḳaffaʿ and was completed about 538—539 (1144), i. e. in the time of Bahrāms̲h̲āh (1118— 1152). For a long time his translation was regarded as a model of elegant Persian style which could not be surpa…

Niʿmat Allāh b. Ḥabīb Allāh Harawī

(250 words)

Author(s): Berthels, E.
, a Persian historian. His father was for 35 years in the service of the Great Mug̲h̲al Akbar (1556—1605) where he was a k̲h̲āliṣa inspector. Niʿmat Allāh himself was for 11 years historian to Ḏj̲ahāngīr (1605—1628), then entered the service of Ḵh̲ān-Ḏj̲ahān whom he accompanied in 1018 (1609—1610) on the campaign against the Dekkan. Soon afterwards he became acquainted with Miyān-Haibat-Ḵh̲ān b. Salīm-Ḵh̲ān Kākar of Sāmāna who persuaded him to write a history of the reign of Ḵh̲ān-Ḏj̲ahān. Niʿma…

Muḥyī l-Dīn Lārī

(200 words)

Author(s): Berthels, E.
, écrivain persan (m. 933/1526-7), auteur des célèbres Futūh al-Ḥaramayn, description poétique des deux villes saintes, La Mekke et Médine, qui contient en outre un exposé complet des rites de pèlerinage obligatoire ( ḥad̲j̲d̲j̲). L’ouvrage, écrit en 911/1506 et dédié à Muẓaffar b. Maḥmūd S̲h̲āh du Gud̲j̲arāt (917-32/1511-26), a été longtemps attribué par erreur au célèbre poète ʿAbd al-Raḥmān Ḏj̲āmī [ q.v.]. Muḥyī l-dīn Lārī, qui était un élève du grand philosophe Ḏj̲alāl al-dīn Muharamad al-Dawānī (m. 907/1501 [ q.v.]), a exploité ses vastes connaissances philosophiques …

Mumtāz

(315 words)

Author(s): Berthels, E.
, Bark̲h̲wurdār b. Maḥmūd Turkmān Farāhī, écrivain persan contemporain du sultan ṣafawīde Ḥusayn Ier (1105-25/1694-1722). Dans sa prime jeunesse, Mumtāz quitta sa ville natale, Farāh, et se rendit à Marw, où il entra au service du gouverneur Aṣlān-k̲h̲ān. Au bout de deux ans, il quitta ce service et devint muns̲h̲ī [ q.v.] auprès de Ḥasan Ḳūlīk̲h̲ān S̲h̲āmlū Ḳūrčī-bās̲h̲ī à Iṣfahān. Il y entendit, au cours d’un festin chez son maître, un récit qui le charma extraordinairement et fut le point de départ d’un grand recueil, le Maḥfil-ārā, qui contient environ 400 récits et comprend une muḳad…

Nas̲h̲āṭ

(337 words)

Author(s): Berthels, E.
, Mīrzā ʿAbd al-Wahhāb d’Iṣfahān, un des meilleurs poètes et stylistes persans de l’époque des premiers Ḳād̲j̲ārs. Il exerça la profession de médecin à S̲h̲īrāz et les fonctions de kalantar [ q.v.] et de gouverneur dans sa ville natale, mais il consacrait ses heures de loisir à la poésie qu’il composait avec beaucoup de facilité. Il écrivit des vers en arabe, en persan et en turc, et il était d’autre part très connu en raison de sa grande habileté au s̲h̲ikasta. Son renom de poète décida le Ḳād̲j̲ār Fatḥ ʿAlī S̲h̲āh (1797-1834) à l’appeler à Téhéran comme poète de cour. Nas…

Nawʿī

(307 words)

Author(s): Berthels, E.
, Muḥammad Riḍa, de Ḵh̲abūs̲h̲ān dans le voisinage de Mas̲h̲had, poète persan du Xe/XVIe siècle. Fils d’un marchand, il se rendit dans sa jeunesse à Kās̲h̲ān où il reçut l’enseignement de Mawlānā Muḥtas̲h̲am. Étant venu se fixer à Marw, il y noua des relations d’amitié avec Ḥākim Nūr Muḥammad Ḵh̲ān. Mais, comme la plupart des poètes persans du Xe/XVIe siècle, il fut attiré par l’éclat de la cour des Mug̲h̲als et se rendit dans l’Inde, où il trouva d’abord un protecteur dans la personne de Mīrzā Yūsuf Ḵh̲ān Mas̲h̲hadī, mais il entra bientôt au service d…

Niẓāmī

(299 words)

Author(s): Berthels, E.
Ḥasan, de son nom complet Ṣadr al-dīn Muḥammad b. Ḥasan, historien persan. Né à Nīs̲h̲āpūr, il se rendit sur le conseil de son s̲h̲ayk̲h̲, Muḥammad Kūfī, à G̲h̲aznī pour avoir l’occasion de mettre en valeur ses dons éminents de styliste. Une grave maladie l’obligea à quitter G̲h̲aznī et il alla s’établir à Dihlī où il trouva un emploi comme historiographe de cour des sultans g̲h̲ūrides et commença en 602/1206 son grand ouvrage historique, le Tād̲j̲ almaʾāthir fī l-taʾrīk̲h̲, qui lui assura un grand renom. Cet ouvrage expose l’histoire des trois premiers sultans de Dihlî:…

Nāṣir Alī Sirhindī

(216 words)

Author(s): Berthels, E.
(m. à Dihlī le 6 ramaḍān 1108/29 mars 1697), est l’un des meilleurs poètes indo-persans, qui étaient devenus à cette époque très nombreux, mais qui n’ont guère produit que des œuvres assez médiocres. De sa vie, nous savons seulement qu’il voyagea beaucoup et s’installa finalement à Sirhind, où il gagna les bonnes grâces du gouverneur Sayf-k̲h̲ān Badak̲h̲s̲h̲ī et de l’ amīr al-umarāʾ Ḏh̲ū l-Fiḳār-Ḵh̲ān. Son œuvre principale est une version persane en vers de l’histoire d’amour de Madhumalat et Manūhar, qui avait été composée d’abord en hindi par S̲h̲ayk̲h̲…

Rāzī

(402 words)

Author(s): Berthels, E.
, Amīn aḥmad , a Persian biographer of the later 10th/16th and early 11th/17th centuries. ¶ Hardly anything is known of his life. He belonged to Rayy, where his father K̲h̲ w ād̲j̲a Mīrzā Aḥmad was celebrated for his wealth and benevolence. The latter was in high favour with S̲h̲āh Ṭahmāsp and was appointed by him kalāntar [ q.v.] of his native town. His paternal uncle K̲h̲ w ād̲j̲a Muḥammad S̲h̲arīf was vizier of K̲h̲urāsān, Yazd and Iṣfahān, and his cousin G̲h̲iyāt̲h̲ Beg a high official at the court of the Emperor Akbar. Amīn himself is said to have visited I…

Nad̲j̲āt

(418 words)

Author(s): Berthels, E.
, Mīr ʿAbd al-ʿāl , a Persian poet, born about 1046/1636-7, the son of a Ḥusaynī Sayyid Mīr Muḥammad Muʾmin of Iṣfahān. Little is known of his life. Only this much is certain, that he, like many other Persian poets of this time, worked in the offices of different Persian dignitaries. For example, he was a mustawfī [ q.v.] with the Ṣadr Mirzā Ḥabīb Allāh, later occupied the same office in Astarābād and ended his career in 1126/1714 after being for many years muns̲h̲ī with the Ṣafawid princes S̲h̲āh Sulaymān (1077-1105/1666-94) and S̲h̲āh Sulṭān Ḥusayn (110…

Niʿmat Allāh b. Ḥabīb Allāh Harawī

(268 words)

Author(s): Berthels, E.
, historien persan. Son père, pendant 35 ans au service de l’empereur mug̲h̲al Akbar (963-1014/1556-1605), fut employé en qualité d’administrateur de la k̲h̲āliṣa. Niʿmat Allāh lui-même remplit pendant onze ans les fonctions d’historiographe de Ḏj̲ahāngīr (1014-37/1605-28) jusqu’à l’année 1017/1608-9, date à laquelle il passa au service de Ḵh̲an Ḏj̲ahān Lōdī [ q.v.], qu’il accompagna en 1018/1609-10 pendant son expédition dans le Deccan. Peu de temps après, il fit la connaissance de Miyān Haybat-Ḵh̲ān b. Salīm Ḵh̲ān Kākar de Sāmāna, qui l’engagea à écrire une ¶ histoire du règn…

Mustad̲j̲āb-k̲h̲ān Bahādur

(206 words)

Author(s): Berthels, E.
, Nawwāb, treizième fils du célèbre chef des Rohilla Ḥāfiẓ al-mulk Ḥāfiẓ Raḥmat-Ḵh̲ān (1707-74) et auteur d’une biographie de son père qu’il publia en persan sous le titre de Gulistān-i Raḥmat. Ḥāfiẓ Raḥmat Ḵh̲ān, chef de la tribu afg̲h̲āne des Yūsuf-zāy, fut, à partir de 1748, maître du Rohilk̲h̲and (Katahr) et mena toute sa vie une lutte acharnée contre les Marāt́has. Il tomba en 1774 pendant la bataille de Mīrānpūr Katra, où il combattait contre les forces réunies du nawwāb d’Awad̲h̲ [ q.v.] S̲h̲ud̲j̲āʿ al-Mulk et des Anglais. W. Hastings, sur les ordres duquel les troupes…

Niʿmat K̲h̲ān

(495 words)

Author(s): Berthels, E.
, dit ʿĀlī, Mīrzā NŪR al-dïn Muḥammad, fils de Ḥakīm Fatḥ al-dīn S̲h̲īrāzī, écrivain persan. Né dans l’Inde, il appartenait à une famille dont plusieurs membres avaient été des médecins distingués dans leur ville natale de S̲h̲īrāz, Il entra au service de l’État sous S̲h̲āh-d̲j̲ahān (1037-68/1628-59) et fut chargé, avec le titre de Dārūg̲h̲a-yi d̲j̲awāhir-k̲h̲āna, de la garde des joyaux de la couronne. Il reçut les plus grands honneurs sous Awrangzīb (1069-1118/1659-1707), qui lui conféra le titre de Niʿmat Ḵh̲ān (1103/1692-3); ce titre fut plus ta…

Niẓām al-Dīn

(432 words)

Author(s): Berthels, E.
Aḍmad b. Muḥammad Muḳīm al-Harawī (m. 1003/1594), historien persan, auteur des célèbres Ṭabaḳāt-i Akbars̲h̲āhī. C’était un descendant du shayk̲h̲ bien connu de Harāt, ʿAbd Allāh Anṣāri. Son père, Ḵh̲ōd̲j̲a Muḳīm Harawī était administrateur des finances de Bābur (1526-30 [ q.v.]) et plus tard wazīr du gouverneur de Gud̲j̲arāt Mīrzā ʿAskarī. Niẓām al-dīn lui-même occupa sous le règne d’Akbar de hautes charges militaires et fut nommé en 993/1585 bak̲h̲shī du Gud̲j̲arāt et en 11/1593 bak̲h̲s̲h̲ī de tout l’empire. D’après Badāʾūnī (II, 397), il mourut le 23 ṣafar 1003/18 …

Niʿmat Allāh b. Aḥmad

(323 words)

Author(s): Berthels, E.
b. Ḳāḍī Mubārak, nommé Ḵh̲alīl Ṣūfī, auteur du dictionnaire persan-turc qui est intitulé Lug̲h̲at-i Niʿmat Allāh. Né à Sofia, il acquit, comme émailleur, la réputation d’un homme habile dans son art, vint se fixer à Istanbul et y entra dans la confrérie naḳs̲h̲bandite. Il dut à sa fréquentation des derviches de la confrérie une connaissance plus intime de la littérature et tout particulièrement de la poésie persane. Il décida de rendre accessibles à d’autres ses connaissances acquises grâce à une étude passion…

Nāẓim Farruk̲h̲ Ḥusayn

(304 words)

Author(s): Berthels, E.
(vers 1016-81/1607-70), poète persan. Mullā Nāẓim, fīls de S̲h̲āh Riḍā Sabzawārī, naquit à Harāt et y passa la plus grande partie de son existence. On sait peu de chose de sa vie; le seul fait certain, est qu’il fit un voyage dans l’Inde et qu’il revint, après un séjour de plusieurs années à Ḏj̲ahāngīrnagar, dans sa ville natale où il mourut en 1081/1670-1. Il fut un poète de cour des beglerbegis de Harāt, et son ouvrage le plus important qu’il commença en 1058/1648 et termina en 1072/1661-2, Yūsuf u-Zulayk̲h̲ā, est dédié à l’un de ces gouverneurs, ʿAbbās Ḳūlī Ḵh̲ān S̲h̲āmlū. Ce tr…

Nad̲j̲āt

(459 words)

Author(s): Berthels, E.
, Mīr ʿAbd al-ʿĀl, poète persan. Fils d’un sayyid husaynite, Mīr Muḥammad Muʾmin d’Iṣfahān, Najljât naquit vers 1046/1636-37. On connaît très peu de choses de son existence. Le seul fait qu’on puisse établir avec quelque certitude c’est que, comme beaucoup d’autres poètes persans de cette époqmf’il fut employé à la chancellerie de différents dignitaires. Ainsi il ‘ it investi de la fonction de mustawfī [ q. v.] auprès du ṣadr Mīrzā Ḥabīb Allāh, occupa ¶ ensuite le même poste à Astarābād et termina sa vie en 1126/1714 après de longues années de service comme muns̲h̲ī auprès des monarques …

Rāzī

(431 words)

Author(s): Berthels, E.
, Amīn Aḥmad, biographe persan de la fin du Xe/XVIe siècle et du début du XIe/XVIIe On ne sait à peu près rien de sa vie. Il était originaire de Rayy, où son père, Ḵh̲wād̲j̲a Mīrzā Aḥmad, était très connu en raison de sa richesse et de sa bienfaisance. Ce dernier jouissait de la plus grande faveur auprès de S̲h̲āh Ṭahmāsp, qui le nomma kalāntar [ q.v.] de sa ville natale. Son oncle du côté paternel, Ḵh̲wād̲j̲a Muḥammad S̲h̲arif, était wazīr du Ḵh̲urāsān, de Yazd et d’Iṣfahān, son cousin, G̲h̲iyāt̲h̲-beg, haut fonctionnaire à la cour d’Akbar. Amîn lui-même se serait égalemen…

Muḥammad Ḥusayn Tabrīzī

(292 words)

Author(s): Berthels, E.
, célèbre calligraphe persan, disciple du fameux Sayyid Aḥmed Mas̲h̲hadī et maître du non moins célèbre Mīr ʿImād. Son extraordinaire maîtrise dans l’art, si apprécié en Perse, de la calligraphie lui valut le titre honorifique de Mihīn Ustād (le plus grand maître). Son père, Mīrzā S̲h̲ukr Allāh, était mustawfī l-mamālik auprès du Ṣafawide Ṭahmāsp Ier (930-84/1524-76); le maître lui-même était, d’après les sources orientales, wazīr auprès du s̲h̲āh Ismāʿīl II (984-5/1576-8), mais il s’attira la défaveur de son maître et fut obligé de s’enfuir dans l’Inde, où il …
▲   Back to top   ▲