Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 1,363 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Eličpur

(612 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Iličpur (auj. Ačalpur), ville de la province islamique médiévale du Berār [ q.v.], dans le Sud de l’Inde Centrale, près des sources du Purnā, affluent du Tāptī (21° 16’ N., 77° 33’ E.). Jusqu’en 1853, Eličpur était généralement considérée comme la capitale du Berār, après quoi Amraotī en devint le centre administratif. L’histoire préislamique d’Eličpur est semi-légendaire, et la fondation en est attribuée à un rād̲j̲ā djaϊn nommé II, au Xe siècle. A l’époque de Baranī (fin du VIIe/XIIe siècle, elle pouvait être regardée comme l’une des villes les plus célèbres du Nord du…

Zarang

(1,335 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, arabisé en Zarand̲j̲, principale ville de la province du Sīstān au début de l’Islam. Ses ruines s’étendent à quelques kilomètres au Nord de ce qui fut, au XIXe s. et au début du XXe s., le centre administratif du Sīstān persan, à savoir Nuṣratābād ou Nāṣirābād, l’actuelle Zābul. Ses vestiges sont visibles sur le vaste site en ruines appelé Nād-i ʿAlī, à l’Est du cours actuel du Hilmand [ q.v.] avant que celui-ci n’aille se perdre dans la dépression de Hāmūn [voir Zirih], juste à l’entrée du Sīstān afg̲h̲ān; cependant, le site a été très détérioré par des crues périodiques et…

al-K̲h̲ulafāʾ al-Rās̲h̲idūn

(1,027 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), littéralement, “les Califes Bien Guidés”, les quatre chefs de la jeune communauté islamique qui se sont succédé au cours de la trentaine d’années après la mort du Prophète Muḥammad en rabīʿ I 11/juin 632. Le qualificatif dans cette expression a souvent été rendu par «Orthodoxes» (anachronisme, puisqu’il n’existait pas, dans ces temps anciens, de corpus de la croyance et de la pratique islamiques qui soit généralement accepté et à partir duquel une déviation aurait pu se produire) ou «Patriarcaux», ce ¶ qui présente cette période comme un âge héroϊque de l’Islam. Ces quatre calife…

S̲h̲īrwān S̲h̲āh

(2,030 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C.E.
, S̲h̲arwān S̲h̲āh, dans l’Islam médiéval, titre des souverains de S̲h̲īrwān [ q.v.], en Transcaucasie du Nord. Ce titre remonte probablement aux temps préislamiques. Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih, 17-18, cite le S̲h̲īryān S̲h̲āh comme l’un des souverains locaux recevant son titre de l’empereur sāsānide Ardas̲h̲īr. Al-Balād̲h̲urī ¶ mentionne le S̲h̲īrwān S̲h̲āh, en même temps que le Layzān S̲h̲āh, potentat du voisinage, parmi ceux que rencontrèrent les premiers envahisseurs arabes dans la région. Il signale en outre que S̲h̲īrwān et autres princip…

Murg̲h̲āb

(317 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, fleuve de l’Asie Intérieure qui, comme beaucoup d’autres dans cette région, ne parvient ni à la mer, ni à un quelconque bassin fluvial étendu. Il prend sa source dans les montagnes du nom de Kūh-i Ḥiṣār, dans le Nord de l’Afg̲h̲ānistān central, coule vers l’Ouest et reçoit des affluents venant des montagnes du Band-i Turkistān et du Paropamise dans le Nord-ouest du pays. À 400 km environ de sa source, il arrose la ville de Bālā-Murg̲h̲āb, dans la province afg̲h̲āne actuelle de Bāg̲h̲īs, puis e…

Saʿīd Pas̲h̲a

(852 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Muḥammad, le plus jeune fils de Muḥammad ʿAlī Pas̲h̲a [ q.v.] et vice roi héréditaire d’Egypte, théoriquement sous suzeraineté ottomane, de 1854 à 1863. Il fut appelé Pas̲h̲a mais était déjà connu, selon un usage informel et non officiel, comme Khédive avant que ce dernier titre ne soit officiellement adopté après sa mort [voir Ḵh̲idīw]. Il était né en 1822. Son père avait une haute opinion de ses capacités et l’avait envoyé à l’âge de neuf ans seulement à Istanbul pour négocier le montant de l’impôt dû par l’Egypte à la Porte. L’oncle et prédécess…

Yabg̲h̲u

(538 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(t.), (peut-être également, Yavg̲h̲u, l’ancien alphabet ‘runique’ ne différenciant pas b et v) titre turc ancien, trouvé dans les inscriptions d’Ork̲h̲on [ q.v.], pour désigner un office ou un rang dans la hiérarchie sous le Kag̲h̲an. Ce dernier le conférait généralement à un de ses parents proches avec la tâche d’administrer une partie des territoires dominés. C’était donc analogue au titre de S̲h̲ad̲h̲, que celui de Yabg̲h̲u devança dans l’empire turc ancien, [voir Turcs. 1. Histoire. 1. La période pré-islamique, dans EI 2, X, 728a-730b], La fonction semble avoir perdu de s…

Mūs̲h̲

(1,026 words)

Author(s): Kramers, J.H. | Bosworth, C.E.
(turc moderne, Muş), ville et province de l’Anatolie orientale, à l’Est du lac de Van et d’Ak̲h̲lāt [ q.v.] ou Ḵh̲ilāṭ (moderne Ahlat). La ville est située à 38° 44´ N. et 41° 30´ E. à une altitude de 1290 m/4 200 pieds, sur les contreforts de la vallée du Murad Su, plaine fertile dans laquelle sont cultivés depuis longtemps le blé, le tabac et les vignes et où passe aussi depuis quelques années la branche du chemin de fer menant d’Élâzig [voir Maʿmūrat al-ʿAzīz] vers l’Est, à Tatvan sur le littoral du lac de Van. À l’époque préislamique, c’était la ville principale du district arménien de…

S̲h̲ims̲h̲āṭ

(185 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville de l’Islam médiéval en Anatolie orientale/Arménie occidentale. Elle était située en un lieu mal déterminé sur la rive gauche de la branche-mère Sud du haut Euphrate, l’Arsanias classique, actuellement Murad Su. Ce site se trouvait selon Yāḳūt, Buldān, éd. Beyrouth, III, 362-3 entre Bālūya (act. Palu) et Ḥiṣn Ziyād ou Ḵh̲artpirt [ q.v.] (act. Harput). Il ne faut pas le confondre avec Sumaysāṭ [ q.v.], plus au Sud sur l’Euphrate. Il se trouvait dans les confins entre Arabes et Grecs, et doit avoir été alternativement aux mains des deux peuples. C’est le lieu d’origine d’un poète du IVe/…

K̲h̲ōst

(525 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, en arabe Ḵh̲.w.st ou Ḵh̲.wāst, nom de diverses localités d’Afg̲h̲ānistān. L’étymologie la plus vraisemblable en est celle que donne G. Morgenstierne dans An etymological vocabulary of Pashto, Oslo 1928, 98: il s’agirait de la forme iranisée hwāstu (cf. sanscrit suvāstu «beau site») devenue le toponyme swāt [ q.v.] dans la région de la Frontière Nord-Ouest du Pakistan. Les géographes arabes et persans du moyen âge indiquent ce qui semble être deux localités de ce nom dans le Nord de l’Afg̲h̲ānistān; ceux du IVe/Xe siècle donnent Ḵh̲as̲h̲t comme étant une ville sur le Harī Rūd…

Muḥammad Zamān Mīrzā

(144 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, prince mog̲h̲ol en rébellion permanente et beau-frère de l’empereur Humāyūn [ q.v.] A l’avènement de Humāyūn en 937/1530, Muḥammad Zamān s’allia à Bahādur S̲h̲āh du Gud̲j̲arāt, provoquant ainsi une invasion de Humāyūn au Gud̲j̲arāt en passant par Mālwâ. Muḥammad Zamān fut pardonné, mais en 941/1534, il se rebella de nouveau, cette fois au Bihār, mais il dut se réfugier encore une fois au Gud̲j̲arāt, ce qui provoqua une invasion totale, et le Gud̲j̲arāt fut occupé par l’empereur mog̲h̲ol (941-2/1535-6); Muḥ…

Rāfiʿ b. Hart̲h̲ama

(153 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, soldat de fortune qui disputa à d’autres aventuriers et à l’ amīr ṣaffāride ʿAmr b. al-Layth [ q.v.] la possession du Ḵh̲urāsān à la fin du IIIe/IXe siècle (m. 283/896). Rāfiʿ avait été au service des Tahirides [ q.v.] et, après la mort, à Nīs̲h̲āpūr, en 268/882, du prétendant précédent au pouvoir au Ḵh̲urāsān. Aḥmad al-Ḵh̲ud̲j̲istānī, il s’installa comme maître de facto du pays, et obtint ensuite des califes ʿabbāsides sa légitimation¶ lorsque al-Muwaffaḳ rompit avec les Ṣaffārides. En 283/896, ʿAmr réussit cependant à battre Rāfīʿ et à le chasser du Ḵh̲urāsān; il se rendit au Ḵh̲wārazm,…

al-Mūriyānī

(314 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Ayyūb Sulaymān b. Mak̲h̲lad (la nisba vient de Mūriyān, dans l’Ahwāz; voir Yāḳūt, s.v.), secrétaire du deuxième calife ʿabbāside, al-Manṣūr [ q.v.]. Les sources donnent diverses versions de la façon dont il gagna la confiance du calife: — sous le dernier calife umayyade, Marwān b. Muḥammad, il avait sauvé le futur al-Manṣūr de la flagellation qu’il devait subir pour avoir détourné des fonds publics (al-Yaʿḳūbī, al-Ḏj̲ahs̲h̲iyārī): — c’était un esclave affranchi d’al-Saffāḥ passé au service de son successeur (Ibn …

ʿUbayd Allāh b. al-ʿAbbās

(283 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. ʿAbd al-Muṭṭalib, Abū Muḥammad, Compagnon et cousin du Prophète Muḥammad du côté paternel, et frère cadet du célèbre érudit et récitant de traditions ʿAbd Allāh b. al-ʿAbbās [ q.v.], né l’année de la Hid̲j̲ra, mort sous le règne de Yazīd b. Muʿāwiya, soit en 85/704 soit en 87/706. Il fut en outre lié au Prophète par le fait que sa mère Umm al-Faḍl bt. al-Ḥārit̲h̲ al-Hilāliyya était la sœur de Maymūna, femme de Muḥammad (Ibn Ḳutayba, Maʿārif, éd. ʿUkās̲h̲a, 121, 367; al-Balād̲h̲ūrī, Ansāb al-as̲h̲rāf, III, éd. al-Dūrī, 447). A la différence de son frères, il a transmis peu de…

Munādī

(393 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), participe actif de la IIIe forme du verbe nādā «appeler», delà, crieur, héraut. Dans le Ḳurʾān (L, 40/41), munādī désigne quelqu’un qui annoncera le Jour du Jugement et qui, dans la croyance populaire, est d’ordinaire identifié à Isrāfīl [ q.v.]; dans un autre contexte où l’on pourrait attendre ce terme, l’histoire de Joseph, c’est muʾad̲h̲d̲h̲in qui désigne le héraut de ce dernier (XII, 70). Dans les villes du monde islamique pré-moderne, le munādī ou crieur public exerçait une fonction vitale de communication à une époque où les journaux n’existaient pas, ou,…

Sālār

(629 words)

Author(s): Büchner, V.F. | Bosworth, C.E.
(p.), chef militaire. A partir du pahlavī ancien sardār, il apparut dès l’époque sāsānide la forme sālār, avec le passage bien connu de rd à 1, et l’allongement compensatoire du ā(cf. Grundr. d. Iran. Phil., I, a, 267, 274). Le synonyme en persan moderne sardār n’est pas hérité de l’ancien sardār, mais est une formation moderne; les éléments composant l’ancien mot existent encore dans la forme moderne. L’arménien ancien a repris le pahlavī sālār sous la forme salar; la forme sardār, qui donnerait ‘sardār en arménien n’existe pas dans la langue moderne. Un mot d’emprunt récent …

Maʾṣir

(287 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, terme technique de la pratique fiscale en vigueur dans la civilisation hydraulique du ʿIrāḳ au début de l’Islam, mais remontant sans aucun doute à une époque plus ancienne. Il est défini par al-Ḵh̲wārazmī ( Mafātīḥ al-ʿulūm, 70) comme désignant «une chaîne ou un câble tendu en travers d’une rivière pour empêcher les bateaux de passer» et, plus précisément par Ibn Rusta (85, trad. Wiet, 213) comme un barrage disposé en travers du Tigre à Ḥawānīt près de Dayr al-ʿĀḳūl [ q.v.] et consistant en un câble tendu entre deux bateaux amarrés à chaque rive du fleuve, de façon à inter…

Pamir

(680 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom (d’étymologie inconnue) d’un massif montagneux de l’Asie Intérieure. Son centre se trouve dans l’ oblast’ autonome actuel du Gorno-Badak̲h̲s̲h̲ān de l’ex-URSS, mais il s’étend jusqu’à la Kirg̲h̲īzie et le Tād̲j̲īkistān au Nord et à l’Ouest, à la région autonome du Sinkiang Uig̲h̲ur de la Chine à l’Est, à l’Afghanistan (y compris le corridor de Wak̲h̲ān) et au Kas̲h̲mīr pakistanais (ʿĀzād Kas̲h̲mīr) au Sud. Formant des chaînes orientées principalement Est-Ouest, et comprenant de nombreuses vallées où coule…

Ildeñizides ou Eldigüzides

(2,096 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, lignée d’atabegs ou de chefs esclaves turcs qui gouvernèrent la plus grande partie du Nord-ouest de la Perse, y compris l’Arrān, la majeure partie de l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān et le Ḏj̲ibāl, durant la seconde moitié du VIe/XIIe siècle et les premières décennies du VIIe/XIIIe. Jusqu’à la mort au combat, en 590/1194, de Ṭog̲h̲ri̊l b. Arslan, dernier des Grands Sald̲j̲ūḳides du ʿIrāḳ et de Perse, les Ildeñizides gouvernèrent en qualité de subordonnés théoriques des sultans dont ils reconnurent la suzeraineté sur leurs monnaies presque jusqu’à l…

al-T̲h̲ug̲h̲ūr

(3,377 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Latham, J.D.
(a.) pl. de t̲h̲ag̲h̲r, dont l’un des premiers sens est «trou, brèche, ouverture», terme employé pour les points d’accès entre le Dār al-Islām et le Dār al-Ḥarb [ q.vv.] qui s’étend au-delà. On l’emploie plus spécifiquement au pluriel pour signifier les lignes de fortifications protégeant les ouvertures dans des frontières, comme celles de l’Anatolie du Sud-est, entre Arabes et Byzantins (voir 1, ci-dessous) et pour les terres des marches d’al-Andalus entre les royaumes des Arabes et ceux des Chrétiens au Nord (voir 2, ci-dess…
▲   Back to top   ▲