Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 1,363 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

al-ʿUlā

(413 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du Ḥid̲j̲āz, au Nord-ouest de l’Arabie, située dans ce que l’on désignait au début de l’islam comme le Wādī l-Ḳurā, à la limite Sudest du Ḥarrat al-ʿUwayriḍ, sous une colline nommée Umm Nāṣir (26° 38’ N., 37° 57’ E.), à une altitude de 674 m. La région est très riche archéologiquement; à l’époque pré-islamique, c’était un centre florissant sur la route caravanière, quittant la Syrie vers le Sud à l’ancien Dedan, au pied du Ḏj̲abal al-Ḵh̲urayba, et gagnant le Sud de ce que l’on nommait alors al-Ḥid̲j̲r [ q.v] et qui est aujourd’hui Madāʾin Ṣāliḥ, à 18 km au Nord d’al-ʿUlā. La …

Dabūsiyya

(286 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville de la Transoxiane médiévale située en Sogdiane, sur un canal qui part au Sud du nahr Sug̲h̲d et sur la route Samarḳand-Karmīmyya-Buk̲h̲ārā. Le site en est marqué par les ruines de Ḳalʿa-yi Dabūs, près du village actuel de Ziyaudin (=Ḍiyāʾ al-dīn), d’après Barthold, Turkestan 3, 97. Les géographes médiévaux disent qu’elle se trouve dans une région prospère et bien arrosée, et al-Muḳaddasī (324; cf. R. B. Serjeant, Islamic textiles, material for a history up to the Mongol conquest, Beyrouth, 101) cite en particulier le brocart appelé wad̲h̲ārī qui y était produit. Dabūsiyya doit s…

al-Muṣʿabī

(224 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū l-Ṭayyib Muḥammad b. Ḥātim, fonctionnaire et poète en arabe et en persan qui vivait à Buk̲h̲ārā sous les Sāmānides (début du IVe/Xe siècle). Mieux connu de son temps comme politique que comme poète, il fut compagnon de plaisirs puis secrétaire en chef ( ʿamīd-i dīwān-i risālat) et finalement vizir sous le règne de l’amīr Naṣr b. Aḥmad (301-31/914-43); mais il tomba en disgrâce et, opposé à la nomination du nouveau vizir Abū ʿAlī al-Ḏj̲ayhānī [ q.v.. au Suppl.] vers 325/938, il fut exécuté (Bayhaḳī, Taʾrīk̲h̲-i Bayhaḳī, éd. G̲h̲anī et Fayyāḍ, 107; Gardīzī, Zayn al-ak̲h̲bār, éd. Nazim…

Tunganistan

(344 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Dunganistan, nom inventé par des chercheurs occidentaux et par des voyageurs (W. Heissig, Ella Maillart) pour un régime éphémère, qu’on peut à peine qualifier d’État, dans la partie méridionale du Turkestan chinois ou Sinkiang [ q.v.] 1934-7. Le nom tire son origine de soldats musulmans, Dungan ou Tungan [voir Tungans], Hui, c’est-à-dire d’ethnie chinoise, qui formèrent le soutien militaire de Ma Hu-shan, appelé «Commandant en chef de la 36e Division du Kuomintang» et beau-frère de Ma Chung-ying [ q.v.], le plus connu des cinq seigneurs de guerres chinois musulmans qui c…

Sarwistān

(335 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, petite ville de la province persane du Fārs(lat. 29° 16ʹ N., long. 53° 13ʹ E., ait. 1 597 m), à quelques km au Sud-est de S̲h̲īrāz, sur la route de Nayrīz [ q.v.]. Elle paraît s’identifier au Ḵh̲awristān des anciens géographes arabes, mais n’apparaît sous le nom de Sarwistān («lieu des cyprès») que chez al-Muḳaddasī à la fin du IVe/Xe siècle. Elle se distingue par le tombeau et le mausolée d’un saint local, S̲h̲ayk̲h̲ Yūsuf Sarwistānī, porteur d’une inscription de 682/1283, et par un mystérieux édifice sis à proximité, sur la route S̲h̲īrāz-Fasā à 12 km …

Siyāsa

(3,517 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Netton, I. R. | Vogel, F. E.
(a.), nom verbal issu de la racine s-w-s «entretenir, diriger», étymologiquement lié au mot de l’hébreu Biblique sus «cheval», utilisé à l’origine dans les sociétés bédouines pour désigner l’entretien et le dressage des bêtes, d’où sāʾis «personne chargée de l’entretien et du dressage des chevaux, chameaux, etc.» (ce dernier resurgissant, via le hindī, dans le mot anglo-indien syce «groom», français; voir Yule-Burnell, Hobson-Jobson, A glossary of Anglo-Indian colloquial words and phrases 2, Londres 1903, 885-6). 1. Au sens d’art d’administrer un Etat, direction des af…

Zaḳḳūm

(175 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), arbre qui, selon l’eschatologie musulmane, poussait à l’Enfer et produisait des fruits amers que les damnés devaient manger. Il est mentionné trois fois dans le Ḳurʾān (XXXVII, 60/62; XLIV, 43; LVI, 52). Les lexicographes expliquent qu’il s’agit d’un arbre à l’odeur désagréable poussant dans la Tihāma, mais également d’un arbre produisant un fruit à usage médical qui pousse dans le vallée du Jourdain et qui entre chez les Arabes dans un plat comprenant du beurre frais et des dattes (voir Lane, 1239a-b). Richard Bell, The Qurʾān translated, II, 556 n. 1, cite en parallèle le …

Naṣr b. Aḥmad b. Ismāʿīl

(448 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, amīr sāmānide de Transoxiane et du Ḵh̲urāsān (301-31/914-43), qui reçut après sa mort le titre honorifique d’al- Amīr al-Saʿīd («l’Heureux»). Naṣr fut intronisé à huit ans, après l’assassinat de son père par les g̲h̲ulāms [ q.v.] turcs de l’armée, et placé sous la régence du vizir Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Aḥmad Ḏj̲ayhānī [voir al-Ḏj̲ayhānī au Suppl.]. Les premières années du règne furent sérieusement troublées par des révoltes à Samarḳand, à Nīs̲h̲āpūr et au Farg̲h̲āna, fomentées par des membres mécontents de la famille sāmānide. L’émirat ne con…

Bas̲h̲kard

(533 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Bas̲h̲ākard (forme européenne: Bachkardie), région du Sud-est de l’Iran, aujourd’hui du ressort administratif du ⁰ ustān ou province du Kirmān, dans le s̲h̲ahrastān ou district de Ḏj̲īruft dont il comprend l’une des neuf zones rurales ( dihistānhā; voir Farhang-i d̲j̲ug̲h̲rāfiyā-yi Īrān, VIII, Téhéran 1332 p./1953, 49). Le Bas̲h̲kard est l’arrièrepays montagneux du Makrān occidental, à l’Est de Mīnāb, près des détroits de Hormuz, que limitent au Nord les bords méridionaux de la dépression de Ḏj̲āz-Muryān; les sommets de la chaîne de …

Sawd̲j̲i̊

(657 words)

Author(s): Babinger, Fr. | Bosworth, C.E.
, Sawd̲j̲ī, nom de trois princes ottomans. Le nom semble tirer son origine du mot turc ancien (notamment oriental) saw «mot, discours, propos» qui existe dès les inscriptions de l’Ork̲h̲on, puis dans les textes uyg̲h̲urs, dans le Ḳutadg̲h̲u bilig [ q.v.] à la fin du Ve/XIe siècle, et jusqu’au VIIIe/XIVe siècle, après quoi il n’est plus attesté en tant que mot isolé (Clauson, An etymological dict. of pre-lhirteenth ceniury turkish, 782-3). Voir aussi le nom du commandant servile du sultan sald̲j̲ūḳ Alp Arslan, Sāwtigin. Sawd̲j̲i̊ serait donc le «fournisseur/transm…

KimÄk

(800 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(généralement écrit Kīmāk dans les textes et souvent vocalisé faussement Kaymāk) ancienne peuplade turque dont l’habitat s’étendait, dans la Sibérie occidentale, sur le cours inférieur de l’Irtis̲h̲ et sur ses affluents de l’Is̲h̲im et le Tobol, peut-être jusqu’au confluent de l’Irtis̲h̲ et de l’Ob au Nord, jusqu’aux Ourals à l’Ouest; ce nom apparaît dans les sources islamiques à partir du IIIe/IXe siècle. Les renseignements les plus détaillés sur les Kimäk et leurs territoires figurent dans les Ḥudūd al-ʿālam anonymes (de 372/982-3; trad. Minorsky, 99-100, 304-10) et dans le Zayn …

Nawwāb

(265 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nawāb, titre en usage dans l’Inde musulmane. Cette forme pourrait être une hypercorrection de l’arabe nuwwāb, pl. de nāʾib [ q.v.], employée, comme souvent dans la pratique persane (cf. arbāb «maître», ʿamala «ouvrier», et voir D. C. Phillott, Higher Persian grammar, Calcutta 1919, 65), en singulier. Le titre était conféré, à l’origine, par les empereurs mug̲h̲als, à un vice-roi ou un gouverneur de province, et il était certainement courant au XVIIIe siècle, souvent en combinaison avec un autre titre, par ex. le Nawāb-Wazīr d’Oudh (Awadh), le Nawāb-Nāẓim du Bengale. Un nawāb pouvait…

Iṣṭabl

(6,679 words)

Author(s): Viré, F. | Colin, G.S. | Bosworth, C.E. | Digby, S.
et isṭabl (A.; pl. iṣṭablāt et rarement aṣābil selon LA, s.v.) étymologiquement «étable» au sens d’écurie, c’est-à-dire le bâtiment où l’on garde à ¶ l’attache montures et bêtes de somme (équidés et camélidés) et, par métonymie, le cheptel lui-même de ces bêtes appartenant à un seul propriétaire. Iṣṭabl est l’arabisation du bas-grec στάβλον/σταβλíον/σταυλíον (v. Du Cange, Glossarium ad scriptores mediae et infime graecitatis, Lyon 1688, s.v.) venant lui-même du latin stabulum. C’est là l’un des termes dits «de civilisation» qui ont eu le plus de rayonnement puisqu…

Ḏj̲ud̲h̲ām

(367 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, tribu arabe qui, à l’époque umayyade, prétendait descendre de Kahlān b. Sabaʾ du Yémen et être apparentée aux Lak̲h̲m et aux ʿĀmila, ce qui correspondait certainement aux alliances politiques dominantes à l’époque. Cependant, les tribus arabes du Nord prétendaient que les Ḏj̲ud̲h̲ām, les Ḳuḍāʿa et les Lak̲h̲m étaient à l’origine nizārites, mais avaient pris par la suite une fausse généalogie yéménite. Les Ḏj̲ud̲h̲ām étaient parmi les nomades qui s’étaient établis à l’époque pré-islamique sur l…

Tid̲j̲āra

(11,961 words)

Author(s): Bosworth C. E., Maya | Heffening, W. | Shatzmiller, Maya
(a.), «action de faire commerce de, trafic, échanges». 1. Remarque introductive. Pour les lexiques arabes, ce terme est un maṣdar ou nom verbal de tad̲j̲ara, «commercer». Comme de nombreux autres termes de l’arab e commercial, c’est un emprunt au vocabulaire araméen et syriaque. Jeffery pensait (à l’encontre d’autorités antérieures citées dans Fraenkel, Die aramäischen Frendwörter im Arabischen, 181-2 qui faisaient dériver tid̲j̲āra d’un nom original tād̲j̲ir «marchand», en syriaque tagārā, verbe ʿet̲t̲agar «commercer», voir ʾagrā, «gage, frais, location, récompense») que t…

Mābeyn

(336 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(ar. mā bayn» «ce qui est entre»), désigne, dans la disposition du palais ottoman, les appartements intermédiaires qui se trouvent entre les cours intérieures du Sérail et le Harem; ne pouvaient y accéder que le sultan, les eunuques, les personnel féminin et un corps de pages choisis, les mābeynd̲j̲is, qui formaient un groupe d’élite recruté parmi les 40 k̲h̲āṣṣ odali̊s et étaient chargés d’assister le monarque dans ses soins intimes tels que rasage et habillage [voir K̲h̲āṣṣ oda]. Jusqu’á la fin du XIe/XVIIe siècle, les mābeynd̲j̲is eurent à leur tête, comme page en chef, le silāḥdār ag̲…

Tutus̲h̲ (i) b. Alp Arslan

(825 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Abū Saʿīd Tād̲j̲ al-dawla (458-88/1066-95), souverain sald̲j̲ūḳide de Syrie 471-88/1078-95. Le nom, < turc tut-, «celui qui étreint, saisit» était déjà un nom de personne connu chez Ḳās̲h̲g̲h̲arī, trad. Atalay, I, 367. Du vivant de son frère Malik S̲h̲āh [ q.v.], le jeune Tutus̲h̲ reçut, en 471/1078 ou 472/1079, la Syrie en apanage. Le commandant, turkmène Atsi̊z b. Uvak [ q.v.], qui avait gouverné la Syrie méridionale et la Palestine et avait pris Jérusalem aux Fāṭimides, avait été dépossédé de ces conquêtes temporaines par le retour des armées d’al-Mu…

Raʾīs

(2,035 words)

Author(s): Havemann, A. | Bosworth, C. E. | Soucek, S.
(a.), pl. ruʾasāʾ, de raʾs, «tête», désigne le «chef», ou «leader» d’un groupe identifié (politique, religieux, juridique, tribal ou autre). Le terme remonte aux temps préislamiques et a été employé en divers sens à différentes époques de l’histoire de l’Islam, soit pour définir les fonctions du possesseur d’une rīʾāsa, ou comme titre honorifique ( laḳab [ q.v.]). 1. Dans le sens de «maire» dans les pays arabes centraux. Ici, le titre de raʾīs était le plus souvent affecté au chef d’un village, d’une ville ou d’un district urbain. Il apparaît comme une sorte de «mai…

Sarḥadd

(306 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), litt. «limite supérieure, frontière», terme géographique général désignant spécifiquement en Perse du Sud-est la région montagneuse de la province persane moderne du Balūčistān et du Sīstān jouxtant la frontière avec le Balučistān pākistānī. La chaîne de montagnes présente une direction générale Nord-ouest-Sud-est, et inclut le Kūh-i Taftān (4 042 m), de nature volcanique (encore partiellement actif), qui en est le point culminant. On trouve toutefois des massifs détachés d’orientation Est-Ouest, comme le Kūh-i Bazmān (3 489 m), qui rattache le Sarḥadd au Ḏj̲abal Bāriz [ q.…

K̲h̲awla bt. Ḥakīm

(196 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Umayya b. Ḥārit̲h̲a al-Sulamiyya, une des premières femmes à soutenir la cause de Muḥammad à la Mecque et à s’associer à lui. Elle était la fille d’un homme de Sulaym [ q.v.] qui était venu à la Mecque et y était devenu un des confédérés de ʿAbd Manāf et d’une femme de ʿAbd al-S̲h̲ams b. ʿAbd Manāf; elle était donc apparentée par sa mère au prophète. Elle fut très tôt convertie au nouvel enseignement en compagnie de son mari, l’ascétique ʿUt̲h̲mān b. Maẓʿūn [ q.v.]. Quand celui-ci mourut en 3/624-5, on rapporte que Ḵh̲awla se «serait offerte» elle-même ( wahabat nafsahā) à Muḥammad mais celu…
▲   Back to top   ▲