Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 1,363 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Tonk

(178 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ancien État indigène des Indes Britanniques, dont trois des districts qui le composaient devinrent partie intégrante du Rād̲j̲pūtānā et trois autres furent incorporés à l’Inde Centrale, autour de la ville du même nom (26° 10΄ de lat. N., et 75° 50΄ de long. E.). L’ancien État du Tonk est désormais un district du Rād̲j̲āsthān dans l’Union Indienne. Le Tonk fut fondé par Amīr Ḵh̲ān (m. 1834 [ q.v.]), Pathan originaire de Bunēr qui s’éleva, d’abord au service des Rohillas [ q.v.] et puis dans l’armée de Ḏj̲aswant Singh Holkar (1798). Il se soumit aux Britanniques en 1817. Pen…

Sulṭān

(5,973 words)

Author(s): Kramers, J.H. | Bosworth, C.E. | Schumann, O. | Kane, Ousmane
(a.), à l’origine, nom abstrait désignant «le pouvoir, l’autorité», mais prenant souvent au IVe/Xe siècle le sens de «détenteur du pouvoir, de l’autorité». Il a donc pu désigner des chefs provinciaux, parfois de faible envergure, qui détenaient le pouvoir en marge du calife. Au Ve/XIe siècle, il s’est appliqué à la puissance dominante dans les régions centrales du califat, les Grands Sald̲j̲ūḳs [voir Sald̲j̲ūḳides], qui dès le début ont porté ombrage aux ʿAbbāsides de Bāg̲h̲dād. Dans le monde turco-persan et indo-islamique, la forme féminine sulṭāna finit par désigner une femme…

Sāsān

(548 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Banū, appellation générale dans la littérature¶ islamique médiévale des personnes adonnées à 1 a mendicité, à la filouterie, à l’escroquerie, à l’exposition d’infirmités défigurantes, de membres mutilés, etc., si bien que sāsānī est souvent devenu en arabe comme en persan synonyme de «mendiant, escroc». Ḥād̲j̲d̲j̲ī Ḵh̲alīfa emploie sāsānī au sens de «magicien, prestidigitateur»; ʿilm al-ḥiyal al-sāsāniyya désigne la «science des artifices et de la tromperie». Dans son traité destiné à mettre le public en garde contre la tromperie sous toutes ses formes al-Muk̲h̲tār min kas̲h…

K̲h̲ud̲j̲and, K̲h̲ud̲j̲anda

(1,232 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville (40°17‴ N., 69° 37‴ E.) et district (auj. oblast’) d’Asie Centrale, qui portent maintenant le nom de Léninabad et appartiennent à la RSS du Tadjikistan. Au moyen âge, la ville s’étendait le long de la rive gauche du cours moyen du Si̊r Daryā, sur le méandre le plus méridional du fleuve, à l’entrée de la vallée de Farg̲h̲āna; elle était située sur les confins mal définis des districts d’Īlāḳ [ q.v., au Suppl.] et d’Us̲h̲rūsana [ q.v.], en Transoxiane, et l’on considère qu’elle était administrativement rattachée à l’une ou l’autre de ces deux circonscriptions au déb…

Pānīpat

(669 words)

Author(s): Davies, C. Collin | Bosworth, C.E.
, ville du Nord de l’Inde (lat. 29° 24´ N, long. 76° 58´ E.), à 86 km au Nord de Dihli. C’est aussi le nom du taḥṣīl le plus méridional du district de Karnāl, que constituait dans l’Inde britannique la province du Pand̲j̲āb [ q.v], mais est, depuis 1947, dans la partie orientale ou indienne de cette ancienne province, dans celle de Haryana de l’Union Indienne actuelle. A trois reprises, le sort de l’Hindustān s’est joué dans la plaine de Pānīpat: en 1526, quand Bābur [ q.v.], le Turc Barlās, battit Ibrāhīm Lodī [ q. v. ]; en 1556, quand Akbar [ q. v. ] écrasa les forces de Hēmū; enfin, en 1761, q…

Muḥallil

(334 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), littéralement «quelqu’un qui rend légal un acte, le légalise, le rend légitime», c.à.d. le personnage qui, dans la loi musulmane classique, agit comme une sorte de prête-nom ou «homme de paille» pour établir l’authenticité d’un procès légal, ou le rendre acceptable là où, autrement, il serait de légalité douteuse ou même interdit. Cette méthode fait partie des mécanismes et procédures compris dans les ḥiyal, c.à.d. les astuces légales employées pour échapper à l’esprit de la loi tout en respectant techniquement sa lettre [voir Ḥīla]. Ainsi le muḥallil joue un rôle dans des j…

Eličpur

(612 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Iličpur (auj. Ačalpur), ville de la province islamique médiévale du Berār [ q.v.], dans le Sud de l’Inde Centrale, près des sources du Purnā, affluent du Tāptī (21° 16’ N., 77° 33’ E.). Jusqu’en 1853, Eličpur était généralement considérée comme la capitale du Berār, après quoi Amraotī en devint le centre administratif. L’histoire préislamique d’Eličpur est semi-légendaire, et la fondation en est attribuée à un rād̲j̲ā djaϊn nommé II, au Xe siècle. A l’époque de Baranī (fin du VIIe/XIIe siècle, elle pouvait être regardée comme l’une des villes les plus célèbres du Nord du…

Zarang

(1,335 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, arabisé en Zarand̲j̲, principale ville de la province du Sīstān au début de l’Islam. Ses ruines s’étendent à quelques kilomètres au Nord de ce qui fut, au XIXe s. et au début du XXe s., le centre administratif du Sīstān persan, à savoir Nuṣratābād ou Nāṣirābād, l’actuelle Zābul. Ses vestiges sont visibles sur le vaste site en ruines appelé Nād-i ʿAlī, à l’Est du cours actuel du Hilmand [ q.v.] avant que celui-ci n’aille se perdre dans la dépression de Hāmūn [voir Zirih], juste à l’entrée du Sīstān afg̲h̲ān; cependant, le site a été très détérioré par des crues périodiques et…

al-K̲h̲ulafāʾ al-Rās̲h̲idūn

(1,027 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), littéralement, “les Califes Bien Guidés”, les quatre chefs de la jeune communauté islamique qui se sont succédé au cours de la trentaine d’années après la mort du Prophète Muḥammad en rabīʿ I 11/juin 632. Le qualificatif dans cette expression a souvent été rendu par «Orthodoxes» (anachronisme, puisqu’il n’existait pas, dans ces temps anciens, de corpus de la croyance et de la pratique islamiques qui soit généralement accepté et à partir duquel une déviation aurait pu se produire) ou «Patriarcaux», ce ¶ qui présente cette période comme un âge héroϊque de l’Islam. Ces quatre calife…

S̲h̲īrwān S̲h̲āh

(2,030 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C.E.
, S̲h̲arwān S̲h̲āh, dans l’Islam médiéval, titre des souverains de S̲h̲īrwān [ q.v.], en Transcaucasie du Nord. Ce titre remonte probablement aux temps préislamiques. Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih, 17-18, cite le S̲h̲īryān S̲h̲āh comme l’un des souverains locaux recevant son titre de l’empereur sāsānide Ardas̲h̲īr. Al-Balād̲h̲urī ¶ mentionne le S̲h̲īrwān S̲h̲āh, en même temps que le Layzān S̲h̲āh, potentat du voisinage, parmi ceux que rencontrèrent les premiers envahisseurs arabes dans la région. Il signale en outre que S̲h̲īrwān et autres princip…

Murg̲h̲āb

(317 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, fleuve de l’Asie Intérieure qui, comme beaucoup d’autres dans cette région, ne parvient ni à la mer, ni à un quelconque bassin fluvial étendu. Il prend sa source dans les montagnes du nom de Kūh-i Ḥiṣār, dans le Nord de l’Afg̲h̲ānistān central, coule vers l’Ouest et reçoit des affluents venant des montagnes du Band-i Turkistān et du Paropamise dans le Nord-ouest du pays. À 400 km environ de sa source, il arrose la ville de Bālā-Murg̲h̲āb, dans la province afg̲h̲āne actuelle de Bāg̲h̲īs, puis e…

Marw al-Rūd̲h̲

(543 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville située sur le Murg̲h̲āb, dans le Ḵh̲urāsān médiéval, à cinq ou six étapes en amont de la cité de Marw al-S̲h̲āhid̲j̲ān [ q.v.], à l’endroit où le fleuve quitte la région montagneuse du G̲h̲arčistān [voir G̲h̲ard̲j̲istān] pour entrer dans la steppe de ce qui est aujourd’hui la partie méridionale du Ḳaraḳum [ q.v.]. Le site paraît en être indiqué par les ruines, proches de la ville afg̲h̲āne actuelle de Bālā Murg̲h̲āb (35° 35´ N.,63°20´ E.), que décrit C. E. Yate dans son Northern Afghanistan or letters from the Afghan Boundary Commission, Edimbourg-Londres 1888, 208; la localité…

Ik̲h̲s̲h̲īd

(331 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, titre donné aux souverains iraniens de Sogdiane et du Fergana dans la période préislamique et au début de l’Islam; Justi ( Iranisches Namenbuch, 141a), Unvala ( The translation of an extract from Mafâtîh al-ʿulûm of al-Ḵh̲wârazmî, dans J. of the K. R. Cama Inst., XI (1928), 18-9) et Spuler ( Iran, 30-1, 356) font dériver ce nom de l’ancien persan k̲h̲s̲h̲aēta « luisant, brillant », mais l’ancien persan k̲h̲s̲h̲āyat̲h̲iya « roi, souverain » (moyen persan et néo-persan: s̲h̲āh) paraît plus plausible (Christensen, Bosworth et Clauson, voir infra). Le mot k̲h̲s̲h̲āyāt̲h̲iya pénétra à t…

Zunbīl

(299 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, titre supposé porté, avant l’Islam et au début de sa diffusion, par une lignée de souverains d’Afg̲h̲ānistān oriental qui s’opposèrent pendant environ deux siècles à la pénétration des armées musulmanes dans la région. Dans les textes historiques arabes, il y a incertitude quant à la vocalisation de ce nom, avec des formes comme *Rutbīl ou *Ratbīl, etc. L’origine du titre est assez obscure. Marquart avait probablement raison d’y voir un nom théophorique incluant l’élément Zūn [ q.v.] ou Zhūn, nom du dieu qui, d’après les sources arabes, était adoré dans la région du Zamīndāwar [ q.v.]. D…

Buḳʿa

(655 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(a.) signifie étymologiquement « parcelle de terre qui se distingue du terrain environnant par une différence de couleur », ou « région déprimée où stagne de l’eau » (voir Lane, s.v.); cette dernière acception est évidemment à la base du pl. Biḳāʿ [ q.v.], nom de la vallée marécageuse (à l’origine) qui s’étend entre les chaînes du Liban et de l’Anti-Liban; c’est également d’elle que provient sans aucun doute le nom d’al-Buḳay’a donné à une localité proche du Lac de Ḥimṣ [ q.v.] (voir Le Strange, Palestine under the Moslems, 352). A partir de ces acceptions, le terme acquiert le sens…

Rustāḳ

(294 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, forme arabisée du moyen persan rōstāg, avec le sens de «district rural, campagne»; pl. rasātīḳ. (1) Dans l’usage islamique médiéval des géographes arabes et persans, ainsi que des auteurs arabes ayant écrit sur les finances et le fisc, rustāḳ est employé à la fois comme terme administratif et dans un sens plus général. Ainsi, pour décrire l’usage le plus rigoureux, ¶ en ʿIrāḳ sāsānide et islamique primitif, chaque kūra [ q.v.] ou province était divisée en tassūd̲j̲s, ou départements, et ceux-ci à leur tour en rustāḳs, arrondissements ou cantons, centrés autour d’une madīna (ville). Se…

Sanandad̲j̲

(811 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C.E.
ou Sinandad̲j̲, forme ancienne Sinna, capitale administrative de la province persane moderne du Kurdistān (lat. 35° 19′ N., long. 47° 01′ E.), et nom du district qui l’entoure. 1. La ville. Le nom de Sinna ne fait son apparition dans l’histoire qu’au IXe/XVe siècle, le chef-lieu du district ayant été jusqu’alors Sīsar [ q.v.], siège du wālī kurde ou des souverains locaux d’Ardalān [ q.v.]. L’historien des Kurdes du Xe/XVIe siècle S̲h̲araf al-dīn Ḵh̲an Bidlīsī [ q.v.] parle dans son S̲h̲araf-nāma (éd. V. Véliaminof-Zernof, St-Petersbourg 1860-2, I, 88) sous l’année 988/1580 …

Safīna

(4,183 words)

Author(s): Kindermann, H. | Bosworth, C.E. | Réd. | G. Oman
(a., pl. sufun, safāʾin, safīn), désigne en arabe depuis les temps préislamiques un bateau. La marine et la navigation en général sont traitées dans Milāḥa. Le présent article abordera la question de la connaissance de la mer et des bateaux en Arabie à l’apparition de l’Islam, non traitée dans Mīlāḥa, puis les activités maritimes et fluviales. 1. L’époque pré-moderne. a) Aspects préislamiques et islamiques primitifs. Le mot le plus général pour «bateau» dans l’usage arabe ancien était markab, «transport», employé toutefois avant tout pour le voyage par terre, avec des ac…

Pādis̲h̲āh

(632 words)

Author(s): Babinger, Fr. | Bosworth, C.E.
(P.), appellation de princes musulmans en particulier des empereurs. Le mot persan pād- i s̲h̲āh, c.-à-d. (d’après M. Bittner, dans E. Oberhummer, Die Türken und das Osmanische Reich, Leipzig 1917, 105), «seigneur qui (est) un royal» dans lequel pad se rattache par sa racine au skr. patis «seigneur, époux», fémin. patni, gr. πότνια et δеσπότŋΣ, lat. potens (G. Curtius, Griech. Etymol., 377) était originairement un titre réservé exclusivement au souverain, qui fut ensuite, au cours des temps et à la suite des longs rapports entre les Ottomans et les États…

Salm b. Ziyād b. Abīhi

(453 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Ḥarb, chef militaire et gouverneur umayyade, le troisième des nombreux fils du bâtard d’Abū Sufyān, Ziyād b. Abīhi [ q.v.], m. 73/692. La famille de Ziyād avait déjà une forte emprise sur l’Orient dans les dernières années du califat umayyade, et lorsque Yazīd accéda au trône, il nomma Salm gouverneur du Ḵh̲urāsān (61/681). Ce dernier désigna à son tour un autre de ses frères, Yazīd b. Ziyād, pour le suppléer au Sīstān. Salm s’avéra extrêmement populaire parmi les troupes arabes du Ḵh̲urāsān. en grande partie grâ…
▲   Back to top   ▲