Search

Your search for 'dc_creator:( "Cahen, Cl." ) OR dc_contributor:( "Cahen, Cl." )' returned 221 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ḏj̲arād

(1,359 words)

Author(s): Kopf, L. | Cahen, Cl.
«sauterelles»: le mot est un collectif dont le nom d’unité, d̲j̲arāda, s’applique aussi bien au mâle qu’à la femelle. Aucun synonyme apparenté ne semble exister dans les autres langues sémitiques. Pour les différentes phases du développement de la sauterelle, l’arabe possède des noms spéciaux (par ex. sirwa, dabā, g̲h̲awg̲h̲āʾ, k̲h̲ayfān, etc.) qui sont cependant définis de façon différente par diverses autorités. Comme elles sont abondantes dans le pays des Arabes, les sauterelles sont souvent mentionnées et décrites dans la poésie et les proverbes de l’…

Māʾ

(32,728 words)

Author(s): Fahd, F. | Young, M. J. L. | Hill, D. R. | Rabie, Hassanein | Cahen, Cl. | Et al.
(a.) «eau». Le présent article traitera des aspects magico-religieux et juridique de l’eau, ainsi que des techniques d’irrigation: I. Hydromancie. II. L’eau dans le droit islamique classique. III. Machines hydrauliques. IV. L’irrigation en Egypte avant le XXe siècle. V. L’irrigation en Mésopotamie. VI. L’irrigation en Perse. VII. L’irrigation en Afrique du Nord et en Espagne. VIII. L’irrigation dans l’empire ottoman. IX. L’irrigation dans l’Inde musulmane avant le XXe siècle. X. Aspects économiques de l’irrigation moderne. XI. Emplois décoratifs de l’eau dans l’Inde mu…

Bayt al-Māl

(7,944 words)

Author(s): Coulson, N.J. | Cahen, Cl. | Lewis, B. | [R. Le Tourneau]
, litt. «la Maison du Trésor», de là, le fisc de l’État musulman. I. — Aspect juridique. Doctrine juridique. Bilāl et ses compagnons demandèrent à ʿUmar b. al-Ḵh̲aṭṭāb de partager le butin conquis en ʿIrāḳ et en Syrie. «Partage les terres entre ceux qui les ont conquises, dirent-ils, comme on le fait pour les dépouilles de l’armée». Mais ʿUmar refusa de faire droit à leur requête, disant: «Allāh a donné un droit sur ces terres à ceux qui viendront après vous!» ( Kitāb al-Ḵh̲arād̲j̲. 24, Le livre de lImpôt foncier, 37). Dans cette prétendue décision de ʿUmar, se trouve en germe la n…

Arslan b. Sald̲j̲ūḳ

(639 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, fils, probablement aîné, de l’aïeul et éponyme des dynasties sald̲j̲ūḳides, Sald̲j̲ūḳ. Son histoire se confond avec celle des premiers contacts entre les Og̲h̲uz conduits par sa famille et les États musulmans d’Asie Centrale. Il s’appelait proprement Isrāʾīl (cf. ses frères Mīk̲h̲āʾīl et Mūsā, prénoms sous lesquels on peut voir une influence k̲h̲azare israélite ou centre-asiatique nestorienne), avec Arslan comme nom totémique (cf. ses illustres neveux Ṭug̲h̲ril Muḥammad et Čag̲h̲rī Dāʾūd). Les…

Armīniya

(16,479 words)

Author(s): Canard, M. | Cahen, Cl. | Deny, J.
, Arménie, pays de l’Asie antérieure. I. — Esquisse géographique. L’Arménie est la partie centrale et la plus élevée de l’Asie antérieure. Enserrée entre deux chaînes, la chaîne pontique au Nord et la chaîne taurique au Sud, elle est comprise entre l’Asie Mineure à l’Ouest de l’Euphrate, l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān et la région Sudouest de la Caspienne (au niveau du confluent du Kurr [Kura] et de l’Araxe) à l’Est, les régions pontiques au Nord-ouest, et le Caucase (dont le sépare la ligne du Rion et du Kurr) au No…

Besni

(442 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, au moyen âge Behesnī, du syriaque Bet Hesnā, localité occupant un important carrefour, situé à près de 900 mètres, en particulier des routes Malatya-Alep et (Cilicie)-Marʿas̲h̲-Diyār Bakr; Besni tenait la charnière de la série des places-fortes qui, au Nord de la grande boucle de l’Euphrate, gardaient les vallées supérieures de ses affluents de rive droite au contact entre plateaux et hautes chaînes du Taurus oriental, et de celles qui, vers le Sud, surveillaient les petits bassins au Nord de …

Croisades

(3,373 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, expéditions militaires et religieuses formées en Europe occidentale et destinées à reprendre à l’Islam et à défendre contre lui les Lieux Saints de Palestine et la Syrie proche; plus tard, le terme s’est étendu à toutes guerres ¶ menées contre des «infidèles», voire à toutes entreprises conduites au nom d’une cause sincère ou prétendue telle; ces extensions ne nous concernent naturellement pas ici. La première Croisade (1096-99), qu’avaient précédée des expéditions contre les Musulmans d’Occident, a abouti à la constitution autour de Jérusalem, Tripoli, An…

Ḥiṭṭīn (ou Ḥaṭṭīn

(305 words)

Author(s): Buhl, Fr. | Cahen, Cl.
), dans le Talmud: Kefar Ḥaṭṭiya, village situé à l’Ouest et en amont de Tibériade dans une plaine fertile dont le bord méridional est constitué par une arête de pierre calcaire s’élevant à pic. A l’Ouest et à l’Est, cette arête se termine par une haute cime, appelée Ḳurūn Ḥiṭṭīn. Une tradition dont l’origine est obscure, mais qui est attestée au VIe/XIIe siècle, transporte ici le tombeau du prophète S̲h̲uʿayb (Jéthro); la petite chapelle, reconstruite aux temps modernes et encore visitée tous les ans par les Druzes, est située sur une colline dans une va…

Diyār Bakr

(3,908 words)

Author(s): Canard, M. | Cahen, Cl. | Yinanç, Mükrimin H. | Sourdel-Thomine, J.
, proprement «demeures de (la tribu de) Bakr». C’est la désignation de la province septentrionale de la Ḏj̲azīra. Elle s’étend dans la ¶ région où coule le Tigre aussi bien sur sa rive gauche que sur sa rive droite, de sa source jusqu’à l’endroit où, abandonnant la direction Ouest-Est, il prend celle du Sud-est. C’est donc le bassin supérieur du Tigre, de la région de Siʿirt et Tell Fāfān jusqu’à celle d’Arḳanīn au Nord-ouest d’Āmid et Ḥiṣn al-Ḥamma (Čermük) à l’Ouest d’Āmid. Yāḳūt fait remarquer que le Diyār Bakr ne dépasse pas la plaine. Le Diyār Bakr est appelé ainsi parce qu’il est d…

Bursuḳ

(962 words)

Author(s): Cahen, Cl.
(turc or. : blaireau), un des principaux officiers des grands Sald̲j̲ūḳides, dont les descen dants jouèrent également un rôle notable au débu du VIe/XIIe siècle. Bursuḳ entre dans l’histoire comme, bien que jeune, l’un des principaux amīrs au service de Ṭug̲h̲ril-Beg qui, après la reprise en main de Bag̲h̲dād consécutive aux tragédies des années 450-451/1058-1059, fait de lui son premier s̲h̲iḥna (commandant militaire) de Bag̲h̲dād, Toutefois, dans l’organisation sald̲j̲ūḳide pacifiée, le pouvoir essentiel appartient au ʿamīd, administrateur civil, et il n’est pas sûr …

al-ʿAẓīmī

(195 words)

Author(s): Cahen, Cl.
Muḥ. b. ʿAlī b. Muḥ., Abū ʿAbd Allāh al-Tanūk̲h̲ī, dit al-ʿAhẓīmī (483/1090-après 556/1161), chroniqueur alépin dont nous est parvenue une dense mais sèche Chronique universelle — surtout syrienne — atteignant 538/1143-44 (publiée par nous à partir de 455/1063 dans JA, 1938, 353-448), mais qui avait composé en outre surtout une grosse Histoire d’Alep largement utilisée en particulier par Kamāl al-dīn Ibn al-ʿAdīm et Ibn Abī Ṭayyī (celui-ci jusqu’en 556/1161). L’intérêt des parties conservées de l’œuvre d’al-ʿAẓīmī ne réside pas dans leur valeur i…

Menclegüček

(320 words)

Author(s): Cahen, Cl.
(Mangūd̲j̲ak), chef turcoman éponyme d’une petite dynastie qui apparaît dans l’histoire, avec son fils Isḥāḳ, en 512/1118 en Anatolie orientale autour de la ville d’Erzind̲j̲ān [ q.v.], englobant aussi Diwrigi, Kog̲h̲onia/Colonia-Ḳara Ḥisār S̲h̲arḳī. Son territoire s’interpose entre ceux des Danis̲h̲mendides [ q.v.] à l’Ouest, des Saltuḳides [ q. v] d’Erzerum à l’Est, de la province byzantine de Trébizonde au Nord et des principautés artuḳides [voir Artuḳides] au Sud; il commande la route traditionnelle des invasions de l’Iran en Anatolie. On ne sait presque …

Ḳi̊li̊d̲j̲ Arslan Ier

(509 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, connu des Croisés, comme son père, aussi sous le nom de Sulaymān/Soliman, fils de Sulaymān b. Kutlumus̲h̲ [ q.v.], second prince sald̲j̲ūḳide d’Asie Mineure. Jeune encore, il se trouvait à Antioche lorsque son père fut tué dans une bataille contre Tutus̲h̲ [ q.v.], et fut livré en otage à Maliks̲h̲āh [ q.v.] qui venait occuper la Syrie (479/1086). A la mort de celui-ci (485/1092) il put s’échapper et vint à Nicée, ancienne résidence de son père, où il paraît s’être sans trop de peine fait reconnaître comme leur suzerain par les chefs turcomans …

Amīn

(306 words)

Author(s): Cahen, Cl.
(Ar., pl. umanāʾ), sûr, en qui on peut se fier, de là al-Amīn, avec l’article, surnom du jeune Muḥammad. Comme substantif, celui à qui l’on a confié quelque chose, surveillant, administrateur: p. ex. amīn al-waḥy, celui qui a reçu la charge de la Révélation, c’est-à-dire l’ange Gabriel. Ce mot se rencontre aussi fréquemment dans les titres, p. ex. Amīn al-dawla (voy. Ibn al-Tilmīd̲h̲ et d’autres noms), Amīn al-dīn (voy. Yāḳūt), Amīn al-mulk, Amīn al-salṭana. A côté de ces emplois larges et peu précis du mot amīn, il s’en trouve d’autres plus techniques, et de quelque importance …

K̲h̲usraw Fīrūz

(244 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, nom du dernier Būyide, plus connu sous son laḳab d’al-Malik al-Raḥīm. Il était le fils d’Abū Kalīd̲j̲ār, auquel il succéda au ʿIrāḳ en 440/1048. La plus grande partie de son règne se passa à disputer à son frère Fūlād̲h̲ Sūtūn la possession du Fārs et du Ḵh̲ūzistān, et à essayer à Bag̲h̲dād de maintenir la discipline parmi les troupes turques de son général al-Basāsīrī [ q.v.]. On ne voit pas de raison doctrinale à l’adoption, pour son laḳab, malgré le calife, d’une épithète réservée à Allah. L’affaiblissement de la dynastie būyide permettait en tous cas pour la premièr…

Ḍayʿa

(935 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, plur. ḍiyāʿ, domaine. Le mot peut désigner en général une propriété rurale d’une certaine étendue, mais s’entend surtout, dans des contextes fiscaux, en un sens plus précis. Il est connu qu’au moment des conquêtes, les indigènes furent laissés en possession de leurs terres, sous réserve pour eux de verser le k̲h̲arād̲j̲; il fut plus tard entendu que la conversion du détenteur n’altérait pas le statut fiscal de la terre. En face des terres de k̲h̲arād̲j̲, il y avait les propriétés originelles des Arabes, surtout en Arabie, et les concessions effectuées au bénéfice de …

Ḳi̊li̊d̲j̲ Arslan Iv

(286 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, plus connu sous son lakab de Rukn al-dīn, l’un des fils et successeurs de Ḵh̲usraw II (643/1246). On était à l’aube du Protectorat mongol et, les trois fils du défunt étant également mineurs, les grands amīrs, pour sauvegarder l’unité de l’État, essayèrent d’installer, sous leur pouvoir de fait, un sultanat indivis des trois jeunes princes; Ḳi̊li̊d̲j̲ Arslan fut envoyé en ambassade au chef mongol Batu, pour lui faire admettre cette solution. Seulement cette ambassade même créa entre Ḳi̊li̊d̲j̲ Arslan et les Mongols des rapports …

Diyār Rabīʿa

(895 words)

Author(s): Canard, M. | Cahen, Cl.
, dont le nom a été expliqué plus haut sous Diyār Bakr, est la province la plus orientale et la plus vaste de la Ḏj̲azīra. Il comprend trois régions, celle du Ḵh̲ābūr, de son affluent le Hirmās (Ḏj̲ag̲h̲d̲j̲ag̲h̲) et de leurs sources, c’est-à-dire les pentes du Ṭūr ʿAbdīn, celle qui est comprise entre le Hirmās et le Tigre, l’ancien Bēt̲h̲ ʿArabāyē avec le Ḏj̲abal Sind̲j̲ār, et enfin celle des deux rives du Tigre de Tell Fāfān à Takrīt, qui marque la limite avec le ʿIrāḳ. Le cours inférieur des deux Zābs est également englobé dans cette dernière partie. Les ¶ villes principales sont la capita…

Iḳṭāʿ

(3,630 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, terme désignant un mode de concession administrative qu’on a rendu souvent par le nom européen de «fief» (all. Lehn), mais à tort: la nature de l’ iḳṭāʿ a varié suivant les lieux et les moments, et une traduction empruntée à d’autres systèmes d’institutions et de conceptions n’a que trop induit en erreur les historiens d’Occident et, à leur suite, d’Orient même. On a vu à l’article Ḍayʿa comment l’État musulman dans ses premiers siècles avait distribué à ses notables sous le nom de ḳaṭāʾiʿ (plur. de ḳaṭīʿa) des portions de son domaine qu’il leur constituait en fait en quasi-prop…

al-Bundārī

(182 words)

Author(s): Houtsma, M. Th. | Cahen, Cl.
, al-Fath b. ʿAlī b. Muḥammad al-Iṣfahānī, Ḳiwām al-dīn, historien de langue arabe connu surtout par sa revision de l’Histoire des Sald̲j̲ūḳides de son compatriote d’origine ʿImād al-dīn al-Iṣfahānī, qu’il dédia à l’Ayyūbide al-Muʿaẓẓam en 623/1226, allégée de certaines fioritures stylistiques (éd. M. Th. Houtsma, dans Recueil de Textes relatifs à l’Histoire des Seldjoucides, II); antérieurement, il avait, dit-il, effectué un travail analogue sur l’Histoire de Saladin, al-Barḳ al-S̲h̲āmī, du même auteur. Il a d’autre part donné une continuation de l’Histoire (bi…
▲   Back to top   ▲