Search

Your search for 'dc_creator:( "Kopf, L." ) OR dc_contributor:( "Kopf, L." )' returned 30 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Afsantīn

(234 words)

Author(s): Kopf, L.
, Afsintīn ou, plus rarement, Ifsintīn (du grec αψίνθιον), désigne surtout l’armoise commune ( Artemisia Absinthium L.), mais aussi d’autres plantes de la même famille. Dans les ouvrages de médecine, on l’appelle souvent kas̲h̲ūt̲h̲ rūmī. La forme apparentée isfinṭ (liqueur d’absinthe) se trouve déjà dans l’ancienne poésie arabe (Nöldeke, apud Löw, 389). Une grande partie des renseignements que les auteurs arabes donnent sur l’ afsantīn remonte aux sources classiques. Ses différentes variétés étaient généralement classées d’après leur origine: persane, nabat…

Ḏj̲arād

(1,359 words)

Author(s): Kopf, L. | Cahen, Cl.
«sauterelles»: le mot est un collectif dont le nom d’unité, d̲j̲arāda, s’applique aussi bien au mâle qu’à la femelle. Aucun synonyme apparenté ne semble exister dans les autres langues sémitiques. Pour les différentes phases du développement de la sauterelle, l’arabe possède des noms spéciaux (par ex. sirwa, dabā, g̲h̲awg̲h̲āʾ, k̲h̲ayfān, etc.) qui sont cependant définis de façon différente par diverses autorités. Comme elles sont abondantes dans le pays des Arabes, les sauterelles sont souvent mentionnées et décrites dans la poésie et les proverbes de l’…

Ayyil

(463 words)

Author(s): Kopf, L.
A ce mot, pour lequel plusieurs lectures nous ont été transmises ( uyyal et iyyal, cette dernière étant considérée comme meilleure), les lexicographes arabes donnent ordinairement le sens de bouquetin ( waʿil ). Cette identification n’est cependant pas totalement confirmée par les descriptions que les zoologistes musulmans nous ont données de l’ayyil. Les propriétés et le comportement attribués à cet animal ne s’appliquent qu’en partie au bouquetin, tandis qu’ils concordent davantage avec ceux du daim, ce qui est aussi en accord avec le sens att…

Dīk

(763 words)

Author(s): Kopf, L.
, le coq. Le mot n’est peut-être pas d’origine sémitique. Il ne semble pas qu’il existe de synonyme de même racine dans les autres langues sémitiques, excepté en sud-arabique moderne (Leslau, Lexique soqoṭri, 1938, 126). Le coq est mentionné très fréquemment dans les anciens poèmes arabes, dans les proverbes et dans le ḥ adīt̲h̲. Dans les ouvrages de zoologie, on le décrit comme le plus sensuel et le plus vaniteux des oiseaux. Il est peu intelligent, car il est incapable de retrouver son chemin vers le poulailler quand il tombe d’un mur. Il possèd…

Baḳar

(427 words)

Author(s): Kopf, L.
(a.). Dans la littérature arabe du moyen âge, le mot n’est pas restreint à son sens principal de bestiaux ( bos), comme il l’est dans l’usage moderne et dans les formes correspondantes des autres langues sémitiques. Les auteurs arabes font la distinction entre l’espèce domestique, baḳar ahlī (= bestiaux), et l’espèce sauvage, baḳar waḥs̲h̲ī, cette dernière identifiée de façon variée, tantôt au mahā (oryx beatrix; al-Nuwayrī, IX, 322) tantôt à layyil ([ q.v.], d’après la description d’al-Ḳazwīnī), ou à un groupe d’animaux (appelés par Lane, 234, bovine antelopes) qui comprend auss…

Ḍabb

(553 words)

Author(s): Kopf, L.
(b.), lézard à queue épineuse ( uromastix spinipes); d’autres langues sémitiques possèdent des termes apparentés. L’animal, abondant dans la patrie des Arabes, est souvent mentionné et décrit dans l’ancienne poésie et les proverbes qui sont fréquemment cités comme source d’information par les ouvrages zoologiques postérieurs. Les anciens Arabes mangeaient du ḍabb auquel ils trouvaient un goût agréable, mais l’on rapporte que la tribu de Tamim, qui en était particulièrement friande, était tournée en ridicule par d’autres Arabes à ¶ cause de cette habitude. A l’époque islam…

ʿAfṣ

(244 words)

Author(s): Kopf, L.
signifie, selon les auteurs arabes, le fruit du chêne ou d’un arbre de la même famille et l’arbre lui-même. En réalité, c’est la noix de galle, une excroissance qui se forme sur certaines essences d’arbres et d’arbustes à la suite de la piqûre de divers insectes. Le terme arabe, ceper lant, s’appliquait probablement d’une façon précise à la noix de galle du chêne. On prétendait que le ʿ afṣ poussait soit en même temps que le gland soit en alternance avec lui. Dans la médecine arabe du Moyen Âge, la noix de galle était employée surtout comme astringent intestinal et comme remè…

Ḏh̲iʾb

(698 words)

Author(s): Kopf, L.
, le loup. La plupart des formes apparentées dans d’autres langues sémitiques ont la même signification. On trouve en arabe de nombreux synonymes et sobriquets, tels que: sirḥān, uways, sīd, abū d̲j̲aʿda, etc. Dans l’usage local, d̲h̲iʾb peut aussi désigner le chacal (Jayakar, Malouf), mais l’affirmation de Hommel (303, n. 1) pour qui c’était là le seul sens du mot en arabe ancien (Jacob pense de même), ne cadre pas avec son emploi dans la sourate de Joseph (Ḳurʾān, XII, 13, 14, 17), où il représente «la Bete» de la Bible ( Gen., XXXVII, 20, 33). Il est amplement fait mention du d̲h̲iʾb dans des…

Bān

(283 words)

Author(s): Kopf, L.
(ar. et pers.), le noisetier à benjoin ( Moringa aptera Gaertn). Dioscoride était au courant de son existence en Arabie et dans d’autres pays voisins. Galien, parlant d’un remède provenant de l’arbre, dit qu’il était importé de chez les Arabes. Abū Ḥanīfa rapporte que le fruit, appelé s̲h̲ūʿ, était une marchandise très recherchée qui était achetée et payée à l’avance avant même d’être mûre. Le bois, en raison de sa légèreté, était employé pour les montants de tentes. Le bān étant haut et élancé et son bois tendre, les poètes arabes employèrent le mot métaphoriquement pour …

al-Ḏj̲awharī

(1,528 words)

Author(s): Kopf, L.
, Abū Naṣr Ismāʿīl (b. Naṣr?) b. Ḥammād, célèbre lexicographe arabe d’origine turque, né dans la ville (ou la province) de Fārāb [ q.v.] (d’où sa nisba de Fārābī), à l’Est du Si̊r-Daryā. La date de sa naissance est inconnue. Pour sa mort, la plupart des sources donnent soit 392/1001-2, soit 398/1007-8, alors que d’autres mentionnent l’année 397/1006-7 ou environ 400/1009-10. Comme Yāḳūt affirme avoir vu une copie autographe du Ṣiḥāḥ d’al-Ḏj̲awharī datée de 396, la première date (et même les dernières; voir Rosenthal) est douteuse. Al-Ḏj̲awharī commença ses études chez lui sous la…

al-Damīrī

(1,127 words)

Author(s): Kopf, L.
, Muḥammad b. Mūsā b. ʿĪsā, Kamāl al-dīn, né au Caire vers le début de l’année 742/1341 (d’après une note écrite de sa main et citée par al-Sak̲h̲āwī, 59), mort dans la même ville en 808/1405. Des dates plus tardives données pour sa naissance dans quelques sources (745/1344 ou 750/ 1349) ne s’accordent guère avec certains détails de sa biographie. Sa nisba est tirée de la plus septen- trionale des deux petites villes du nom de Damīra, près de Samannūd, dans le Delta. Après avoir d’abord gagné sa vie en exerçant le métier de tailleur dans sa ville natale, il décida de devenir t…

Baḳḳam

(276 words)

Author(s): Kopf, L.
(a.), bois de sappan, bois de teinture indien provenant du Caesalpinia Sappan L. Al-Dīnawarī remarque que le mot apparaît fréquemment dans l’ancienne poésie arabe, bien que l’arbre en question (dans l’éd. de Lewin, lire khashab shajar au lieu de shajar, conformément à des citations postérieures) ne se trouve pas en Arabie. C’est un arbre de l’Inde et du pays des Zand̲j̲. Son tronc et ses branches sont rouges, et sont utilisés, en décoction, comme teinture. Le mot proviendrait du sanscrit pattanga et il a probablement été introduit en arabe par l’intermédiaire du persan. Son…

Ḏh̲ubāb

(549 words)

Author(s): Kopf, L.
, la mouche. Certains auteurs affirment que ce mot est employé également pour désigner d’autres insectes, tels que les abeilles, les frelons, les papillons ou les mites ( farās̲h̲), etc. Selon des lexicographes arabes, c’est tantôt un singulier, tantôt un collectif, auquel cas d̲h̲ubāba s’emploie pour le singulier. On en trouve des synonymes de même origine dans d’autres langues sémitiques, par exemple, en hébreu: , en araméen: La mouche est souvent mentionnée et décrite dans des poèmes arabes anciens et des proverbes. ¶ Un ḥadīt̲h̲ prétend qu’il y a des mouches en enfer pour t…

Afʿā

(394 words)

Author(s): Kopf, L.
est non seulement le nom de la vipère, comme on le croit généralement, mais aussi d’autres espèces similaires de serpents (Nöldeke in Wiedemann 271). Les descriptions données par les ouvrages arabes de zoologie (tacheté, moucheté, tête large, cou mince, queue courte, parfois pourvu de deux cornes, etc.) conviennent cependant à des variétés spécifiques de vipères ( Echis carinatus, Echis coloratus, Aspis Cerastes cerastes). La plupart des sources relatent que afʿā s’applique à la femelle, tandis que le mâle est appelé ufʿuwān. Le premier terme, cependant, est toujours employ…

Dad̲j̲ād̲j̲a

(553 words)

Author(s): Kopf, L.
, la poule. Le mot est un nom d’unité qui, selon les lexicographes, peut être appliqué à la fois au mâle et à la femelle. Autres prononciations: did̲j̲ād̲j̲a et dud̲j̲ād̲j̲a. Dans un usage local plus récent (cf. Jayakar, Malouf), did̲j̲ād̲j̲at al-baḥr et did̲j̲ād̲j̲at al-ḳubba désignent certaines sortes de poisson, conformément au sens de l’hébreu , qui leur est apparenté. Cet animal, qui n’est pas mentionné dans la Bible hébraïque, était connu des Arabes dès l’époque préislamique. Al-Ḏj̲āḥiz rapporte (II, 277 sq.) qu’il était donné aux poètes en rémuné…

Ayyil

(450 words)

Author(s): Kopf, L.
The word, for which different pronunciations are transmitted (also uyyal and iyyal , the latter being considered as the best one), is commonly explained by Arab lexicographers as meaning the ¶ mountain-goat ( waʿil ). This identification, however, is not fully borne out by the descriptions of the ayyil which are given by Muslim zoologists. Here, the properties and ways of behaviour ascribed to the animal only partly apply to the mountain-goat, while, in the main, they rather point to the deer, which is also in keeping wi…

Ḏh̲iʾb

(661 words)

Author(s): Kopf, L.
, the wolf. Most of the cognate forms in other Semitic languages have the same significance. Numerous synonyms and sobriquets are found in Arabic, such as sirḥān , uways , sīd , abū d̲j̲aʿda , etc. In local usage, d̲h̲iʾb may also denote the jackal (Jayakar, Malouf), yet Hommel’s assumption (303, n. 1) that this was the only meaning of the word in ancient Arabic (so also Jacob) is inconsistent with its use in the Sūra of Joseph (Ḳurʾān, XII, 13, 14, 17), where it stands for the biblical ‘evil beast’ (Gen. xxxvii 20, 33). Ample mention of the d̲h̲iʾb is made in ancient Arabic poems, proverbs, …

Ḍabb

(563 words)

Author(s): Kopf, L.
, the thorn-tail lizard ( Uromastix spinipes). Cognate synonyms exist in other Semitic languages. The animal, found in abundance in the homeland of the Arabs, is often mentioned and described in ancient poetry and proverbs. Much of the information on the animal derives from just these sources which are freely quoted in later zoological works. The ḍabb was eaten by the ancient Arabs who relished it as tasty food; still it is reported that the tribe of Tamīm, who were especially fond of eating it, were ridiculed on that account by…

Ḏh̲ubāb

(529 words)

Author(s): Kopf, L.
, the fly. Some authors state that word is used also for other insects, such as bees, hornets, butterflies or moths ( farās̲h̲ ), etc. According to Arab lexicographers, it is either a singular or else a collective noun, in which case d̲h̲ubāba is used for the singular. Cognate synonyms are found in other Semitic languages, e.g., Hebrew , Aramaic . The fly is often mentioned and described in ancient Arabic poems and proverbs. A ḥadīt̲h̲ has it that there are flies in hell to torture the condemned. Numerous kinds are mentioned by Arab zoologists, so…

Dīk

(756 words)

Author(s): Kopf, L.
, the cock. The word is perhaps of non-Semitic origin. No cognate synonyms seem to exist in the other Semitic languages, except in modern South Arabian (Leslau, Lexique soqoṭri , 1938, 126). The cock is mentioned quite often in ancient Arabic poems and proverbs and in the ḥadīt̲h̲ . In zoological writings it is described as the most sensual and conceited of birds. It is of feeble intelligence, as it cannot find its way to the hen-house when it falls from a wall. Yet it possesses a number of laudable properties: it is cou…
▲   Back to top   ▲