Search

Your search for 'dc_creator:( "Red." ) OR dc_contributor:( "Red." )' returned 1,360 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ibn al-K̲h̲ayyāṭ

(243 words)

Author(s): Réd.
, Abū Bakr Muḥammad b. Aḥmad b. Manṣūr, connu sous le nom d’iBN al-Ḵh̲ayyāṭ, grammairien arabe originaire de Samarḳand, qui vécut à Baṣra et à Bag̲h̲dād. Dans la capitale, on rapporte à son sujet une dispute grammaticale avec al-Zad̲j̲d̲j̲ād̲j̲ (m. 316/928 [ q.v.]). Parmi ses disciples, on nomme Abū l-Ḳāsim al-Zad̲j̲d̲j̲ād̲j̲ī et Abū ʿAlī al-Fārisī. Dans une réponse à Sayf al-dawla, celui-ci se défend d’avoir voulu dénigrer Ibn al-Ḵh̲ayyāṭ (voir Yāḳūt) et il nous apprend que, à un moment donné de sa vie, ce grammairien fut atteint d’une…

Abū l-Ṭamaḥān al-Ḳaynī

(432 words)

Author(s): Réd.
, Ḥanẓala b. al-S̲h̲arḳī. poète arabe muk̲h̲aḍram que l’on compte au nombre des macrobites (al-Sid̲j̲istānī, K. al-Muʿammarīn, éd. I. Goldziher, dans Abhandl. zur arab. Philologie, II, 62, prétend qu’il vécut 200 ans). II menait pendant la d̲j̲āhiliyya une vie de brigand [ ṣuʿlūk [ q.v.]) et de libertin (notamment, à La Mekke, en compagnie d’al-Zubayr b. ʿAbd al-Muṭṭalib), et il ne semble guère s’être amendé après sa conversion à l’Islam. Il aurait été tué à Ad̲j̲nādayn [ q.v.] en 13/634, mais F. Bustānī ( D.M., IV, 408-9) pense qu’il mourut vers 30/651, tandis que l’ Ag̲h̲ānī affirme qu’…

Ayāz

(87 words)

Author(s): Réd.
, l’ amir, seigneur de Hamad̲h̲ān, joua un rôle important dans les luttes qui opposèrent les princes sald̲j̲ūḳides Barkiyāruḳ et Muḥammad, prétendants au trône. Après avoir été, primitivement, du côté de ce dernier, il se rallia, en 494/1100-01, à Barkiyāruḳ et, à la mort de ce dernier, devint l’ atabeg de son fils mineur, Maliks̲h̲āh. Il ne put toutefois se maintenir contre Muḥammad qui le fit traîtreusement assassiner en 499/1105. (Réd.) Bibliography Ibn al-Athīr, X, 199 sqq. Houtsma, Recueil, II, 90 voir aussi Barkiyāruḳ et Muḥammad b. Maliks̲h̲āh.

Muḥammad b. ʿUmar b. Muḥammad, mathéematicien et astronome andalou (m. 447/1056) connu sous le surnom d’Ibn Burg̲h̲ūt̲h̲

(329 words)

Author(s): Réd.
Il est cité parmi les «élèves célèbres» d’Ibn al-Ṣaffār [ q.v.] par Ṣāʿid al-Andalusī, qui le présente en outre comme un bon connaisseur de la grammaire, du Ḳurʾān, du droit theorique et pratique, et apprécie hautement son caractère et sa conduite. Il lui donne comme principaux élèves Ibn al-Layt̲h̲, Ibn al-Ḏj̲allāb et Ibn al-Ḥayy. Le premier, Muḥammad b. Aḥmad, était expert en matière d’arithmétique et de géométrie et se livrait à des observations astronomiques, tout en exerçant les fonctions de ḳāḍī de S̲h̲urriyūn (Surio), dans la région de Játiva. Dans la date de sa mort…

al-Muẓaffar b. ʿAlī

(115 words)

Author(s): Réd.
, officier ( ḥād̲j̲ib) de haut rang au service du seigneur des Baṭāʾiḥ [ q.v.], ‘Imrān b. S̲h̲āhīn [ q.v.], puis maître de la région pendant la seconde moitié du IVe/Xe siècle. Après la mort de ʿImrān, en 369/979, al-Muẓaffar écarta ses fils et mit au pouvoir un petit-fils mineur du nom d’Abū l-Maʿālī (373/983-4). Il exerça pratiquement le pouvoir, tout en utilisant d’autres fantoches de la lignée de ʿImrān, jusqu’à sa mort en 376/986-7, après quoi les Baṭāʾiḥ furent gouvernées par un de ses neveux, avec le titre de Muhad̲h̲…

Edebiyyāt-i Ḏj̲edīde

(49 words)

Author(s): Réd.
, «nouvelle littérature», nom donné à un mouvement littéraire turc associé à la revue T̲h̲erwet-i Fünūn [ q.v.] pendant les années 1895-1901, c’est-à-dire à l’époque où Tewfīḳ Fikret [ q.v.] en était le rédacteur en chef. Voir également Turk, Littérature, et les articles concernant les auteurs intéressés. (Réd.)

al-Būṣirī

(339 words)

Author(s): Réd.
, S̲h̲araf al-dīn abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Saʿīd b. Ḥammād al-Ṣanhād̲j̲ī, poète égyptien d’origine berbère, qui naquit le Ier s̲h̲awwāl 608/7 mars 1212 à Būṣīr [ q.v.], ou près de Dalāṣ (voir Yāḳūt, s.v.) en Haute-Égypte; en effet, on lui connaît également la nisba de Dalāṣī, et l’on dit aussi que l’un de ses parents étant originaire de Dalāṣ et l’autre de Būṣīr, il portait en outre une ¶ nisba composée: al-Dalāṣīrī, mais cette dernière ne fut jamais très courante. Il suivit les leçons du Ṣūfī Abu l-ʿAbbās Aḥmad al-Mursī (m. 686/1287; voir al-S̲h̲aʿrānī, al-Ṭabaḳāt al-kubrā, Caire s.d., …

I̊li̊d̲j̲a

(251 words)

Author(s): RÉd.
, (t.) « source chaude », et bain alimenté par une source chaude (tandis qu’en principe, dans l’usage ottoman, un ḥammām [ q.v.] est un bain dont l’eau est chauffée artificiellement), mot typiquement turc occidental, diminutif (?) de i̊li̊ « chaud » (< i̊li̊g, cité par Maḥmūd Kās̲h̲g̲h̲arī, texte arabe, I, 31 = tr. B. Atalay, I, 31, opposé au « turc » yi̊li̊g, comme exemple de la tendance des Og̲h̲uz à supprimer l’ y initial). Selon ʿĀṣim (traduction turque de Muḥīṭ d’al-Fīrūzābādī, s.v. al-ḥimma, éd. de 1268-72, III, 435; cité dans TTS, I, 349), une source thermale et curative est appelée « i̊li…

al-T̲h̲ag̲h̲rī

(77 words)

Author(s): Réd.
, Abū Saʿīd Yūsuf b. Muḥammad al-Ṭāʾī, commandant ʿabbāside des décennies du milieu du IIIe/IXe siècle dont la nisba professionnelle semble dérivée de ses services aux frontières de Byzance ( t̲h̲ug̲h̲ūr [ q.v.], sing. t̲h̲ag̲h̲r; al-Samʿānī, Ansāb, éd. Ḥaydarābād, III, 136-7, cite deux érudits avec la même nisba, liés respectivement à Tarsus et à Adana). On ne sait rien de lui, si ce n’est qu’il était le commanditaire de son compatriote, le poète ṭāʾī, al-Buḥturī [ q.v.]. (Réd.)

Kanbò

(80 words)

Author(s): Réd.
, Kambō, S̲h̲ayk̲h̲ Ḏj̲amālī, saint sūfī suhrawardī du début du XVe/XVe s., en Inde musulmane; il mourut en 941/1534-5, sous le règne du souverain mog̲h̲ol Humāyūn [ q.v.] et fut enterré à Mihrawlī Son fils Gadāʾī [voir Gadāʾī Kambō, dans Suppl.] dont au cours de sa vie Ḏj̲amālī avait fait son k̲h̲alīfa ou successeur spirituel dans l’ordre suhrawardl, obtint une audience religieuse identique à la cour de Humāyūn, puis à celle d’Akbar. (Réd.) Bibliography Voir celle donnée dans Gadāʾī Kambō.

Ibn S̲h̲aḳrūn

(264 words)

Author(s): Réd.
(pron. S̲h̲uḳrūn) al-Miknāsī, Abū Muḥammad (ou Naṣr) ʿAbd al-Ḳādir b. al-ʿArabī al-Munabbahī al-Madag̲h̲rī. médecin et poète marocain contemporain du sultan Mawlāy Ismāʿīl (1082-1139/1673-1727), qui mourut après 1140/ 1727-8. Il reçut à Fās une éducation traditionnelle, étudia la médecine sous la direction d’Ādarrāḳ [ q.v., au Suppl.] Aḥmad b. Muḥammad, accomplit le pèlerinage et en profita pour suivre des cours de médecine à Alexandrie et au Caire, puis il revint se fixer à Meknès où il fut attaché au service du sultan, mais mena une vie plutôt austère et retirée. A côté d’un comme…

Ḏh̲abīḥa

(71 words)

Author(s): Réd.
désigne l’immolation d’une victime et la victime elle-même. A côté des sacrifices canoniques étudiés dans l’art Ḏh̲abīḥa. il en existe une foule d’autres, occasionnels ( dbīḥa; berbère tarməg̲h̲rust; etc.) auxquels on a fait assez longuement allusion dans l’art. Dam du Supplément. Sur les sacrifices sanglants qui étaient pratiqués avant l’Islam, voir notamment ʿAtīra, Nad̲h̲r ainsi que J. Chelhod, Le sacrifice chez les Arabes, Paris 1955 et la bibliographie citée. (Réd.)

Ḥafṣ b. Sulaymān

(295 words)

Author(s): Réd.
b. al-Mug̲h̲īra, Abū ʿUmar ibn Abī Dāwūd al-Asadī al-Kūfī al-Fāk̲h̲irī al-Bazzāz, transmetteur de la «lecture» de ʿĀṣim [ q.v.]. Né vers 90/709, il se livra au commerce des étoffes, ce qui lui valut le surnom de Bazzāz. Sa renommée repose uniquement sur la connaissance qu’il avait acquise de la «lecture» du maître de Kūfa dont il était le beau-fils. Après la mort de ce dernier et la fondation de Bag̲h̲dād, il s’établit dans la capitale, où il eut de nombreux élèves, puis il alla répandre la «lecture» de son beaup…

Čāwdors

(83 words)

Author(s): Réd.
ou Ḏj̲āvuldur), tribu turkmène dont l’avant-garde est venue auk̲h̲wārizm aux XVIe XVIIe siècles et le gros au XVIIIe. Après les guerres contre le k̲h̲ānat de k̲h̲īwa, une partie a été chassée vers la presqu’île du Mangi̊s̲h̲laḳ d’où certains clans ont émigré vers les steppes de Stavropolʾ; une autre fraction se soumit à k̲h̲īwa et se fixa définitivement dans le k̲h̲wārizm. Actuellement, la tribu, entièrement sédentarisée, compte quelque 25 000 âmes dans la région de Nuk̲h̲us (R.S.S.A. du Ḳara-Ḳalpaḳistān). [Voir Turkmènes]. (Réd.)

Puwasa

(36 words)

Author(s): Réd.
(Skr. upawāsa), dans l’archipel indonésien, nom du mois de ramaḍān et du jeûne qui se pratique au cours de ce mois — ou à toute autre époque [voir Ramaḍān]. Voir Puwasa au Suppl. (Réd.)

Tūsān

(112 words)

Author(s): Réd,
, village dans l’oasis de Marw au Ḵh̲ūrāsān, selon al-Samʿānī, Ansāb, éd. Ḥaydarābād, IX, 94-95 (qui appelle divers ʿulamāʾ d’après ce lieu; cf. aussi Yākūt, Buldān, éd. Beyrouth, IV, 49), à deux farsak̲h̲s du chef-lieu Marw al-S̲h̲āhid̲j̲ān [ q.v.]. Sa renommée lui vient principalement du fait que, à l’époque de la révolution ʿabbāside, en 130/747-8, le gouverneur umayyade du Ḵh̲urāsān. Naṣr b. Sayyār [ q.v.], menacé par le soulèvement conduit par Abū Muslim, nomma son chef militaire Abū l-Ḏh̲ayyāl à Tūsān, mais la conduite cruelle de ce dernier incita Abū …

K̲h̲unāṣira

(293 words)

Author(s): Réd.
, ancienne place forte située à une soixantaine de km. au Sud-est d’Alep et à une centaine du Nord-est de Ḥamāt, sur un itinéraire Alep-Bag̲h̲dād par le désert en bordure duquel elle s’élevait. La fondation de la localité est attribuée à Ḵh̲unāṣir(a) b. ʿAmr des Banū Kināna (Ibn al-Kalbī-Caskel, Tab. 290 et II, 349), mais il est probable qu’elle est plus ancienne. Yāḳūt ( s.v.), qui cite également al-Ḵh̲unāṣir b. ʿAmr, lieutenant d’Abraha al-As̲h̲ram, doit se faire l’écho d’une légende tardive. Ce chef-lieu de la kūra d’al-Aḥaṣṣ devait sa célébrité, à l’époque umayyade, au fait …

Nīsānides

(92 words)

Author(s): Réd.
ou Banū Nīsān, nom d’une famille de ru ʾasāʾ (pl. de raʾīs [ q.v], d’une richesse fabuleuse, qui exerça le pouvoir à Amid [voir Diyār Bakr] au VIe/XIIe siècle sous la suzeraineté nominale des Turcomans inālides [ q.v.]; ils inscrivirent même leur nom sur des monnaies. Leur régime prit fin avec la conquête de la ville par Ṣalāḥ al-dīn [ q.v.], qui leur reprochait d’avoir cultivé l’amitié, voire le soutien des Assassins [voir Ḥas̲h̲īs̲h̲iyya]. (Réd.) Bibliography Ibn al-At̲h̲īr, XI, 103, 297 Abū S̲h̲āma, II, 39 Cl. Cahen, Mouvements populaires, dans Arabica, V/3 (1958), 20.

Fad̲h̲laka

(95 words)

Author(s): Réd.
«somme, total», de l’arabe fa-d̲h̲ālika, «et cela [est]», expression placée à la fin d’une addition pour annoncer le résultat. Outre son usage en arithmétique, cette expression était aussi employée pour résumer une pétition, un rapport ou tout autre document, comme, par exemple, l’exposé condensé des plaintes présentées au Dīwān-i humāyūn [ q.v.]. De là, elle acquit par extension le sens d’abrégé et est employée, avec cette acception, dans le titre de deux ouvrages bien connus d’histoire ottomane, composés au XVIIe siècle par Kātib Čelebi et au XIXe siècle par Aḥmad Wafīḳ Pas̲h̲a [ q.v.…

K̲h̲alīfa b. ʿAskar

(303 words)

Author(s): Réd.
, nationaliste libyen qui, après avoir cherché refuge en Tunisie, s’empressa, dès novembre 1914, de prendre la tête de la révolte fomentée par les Sanūsis [ q.v.] contre la domination italienne/Les insurgés remportèrent rapidement des succès spectaculaires sur les Italiens [voir Lībiyā], et Ḵh̲alīf a ne tarda pas à tenter de soulever les Tunisiens ¶ contre la France. Le 16 août 1915, dans une lettre adressée au chef de poste de Dehibat (Sud tunisien), il sommait ce dernier de lui rendre sa famille restée en Tunisie et déclarait la guerre au gouvern…
▲   Back to top   ▲