Search

Your search for 'dc_creator:( "Red." ) OR dc_contributor:( "Red." )' returned 1,360 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

al-Muḳannaʿ

(610 words)

Author(s): Réd.
, surnom donné à un personnage qui, révolté en Transoxiane sous le califat d’al-Mahdī (158-69/775-85 [ q.v.]), dissimulait son visage sous un ḳināʿ, c’est-à-dire un voile (de soie) ou, comme le veut une tradition vraisemblable, un masque en or qu’il s’était fabriqué. Son nom n’est pas connu avec certitude, et l’on a le choix au moins entre ʿAṭāʾ, Ḥakīm, His̲h̲ām b. Ḥakīm et Hās̲h̲im; on dit d’ailleurs qu’il s’était donné lui-même ce dernier nom et que le cri de guerre de ses partisans était: «ô Hās̲h̲im, aide-nous!».…

Marwānides

(148 words)

Author(s): Réd.
, branche de la dynastie umayyade dont elle constitua, dans les débuts de l’Islam, la seconde lignée et la plus durable, la première étant celle des Sufyānides et comprenant Muʿāwiya Ier b. Abī Sufyān ibn Ḥarb [ q.v.], son fils et son petit-fils (41-64/661-83). Avec la mort de Muʿāwiya II b. Yazīd [ q.v.] encore enfant, le califat passa au cousin au second degré de Muʿāwiya Ier, Marwān b. al-Ḥakam b. Abī l-ʿĀṣ, de la branche parallèle des Aʿyāṣ [ q.v. au Suppl.]. Marwān et ses descendants constituèrent alors la lignée marwānide des Umayyades (64-132/684-750); son fils et su…

Abū S̲h̲abaka

(738 words)

Author(s): Réd.
, Ilyās (orth. courante: Elias Abou Chabakeh), poète, journaliste et traducteur maronite (1903-47). Né à Providence, au cours d’un voyage de ses parents aux États-Unis, il passa toute son existence au Liban, partageant son temps entre son domicile, dans le village de Zūḳ Mīkāʾīl (Kesrouan) dont sa famille était originaire, et les cafés ou les salles de rédaction de Beyrouth, où il se rendait chaque jour. Son père, qui possédait des propriétés dans la région de Khartoum, ayant été assassiné par des bandits, en 1914, alors qu’il se rendait au Soudan, le jeune or…

Iskandar Ag̲h̲a

(298 words)

Author(s): Réd.
b. Yaʿḳub b. Abkār, Arménien de Beyrouth plus connu sous le nom d’Abkāryūs (m. 1885). S’étant enthousiasmé pour l’étude de la littérature arabe, il chercha à mettre entre les mains des lecteurs des anthologies fondées sur des ouvrages encore inédits et rendit ainsi de grands services à l’orientalisme du XIXe siècle. Son ouvrage le plus connu est la Nihāyat al-arab fī ak̲h̲bār al-ʿArab (Marseille 1852; éd. corrigée sous le titre Tazyīn Nihāyat al-arab, Beyrouth 1867). Il édita également à Beyrouth (1864, 1881) le Dīwān de ʿAntara ( Munyat al-nafs fī as̲h̲ʿār ʿAntarʿAbs) et publia dans …

Ḥud̲j̲ra

(105 words)

Author(s): Réd.
(a.), chambre, pièce, désigne particulièrement (avec l’article) la chambre de ʿĀʾis̲h̲a, où le Prophète et ses deux successeurs, Abū Bakr et ʿUmar, furent enterrés; c’est maintenant l’un des lieux les plus saints de l’Islam [voir al-Madīna]. Du même mot, est dérivé aussi Ḥud̲j̲ariyya, terme désignant en Égypte les esclaves qui étaient logés dans des casernes situées près de la résidence princière. Sous les Fāṭimides, ces esclaves furent organisés militairement par al-Afḍal comme une sorte de garde du corps commandée par un amīr portant le titre d’al-Muwaffaḳ. Leur nombre éta…

Kečiboynuzu Ibrāhīm Ḥilmī Pas̲h̲a

(201 words)

Author(s): Réd.
(1160-1240/1747-1825), grand-vizir ottoman de novembre 1806 à juin 1807. Fils d’un officier des Janissaires, il franchit divers grades de ce corps pour parvenir à celui de commandant en chef (d’où l’appellatif d’Ibrāhīm «Ag̲h̲a» que l’on rencontre parfois). Après la révocation de Ḥāfiẓ Ismāʿīl Pas̲h̲a (14 novembre 1806) provoquée par une tentative en vue d’employer les troupes du niẓām-i d̲j̲edīd [ q.v.] en Rournélie, il fut nommé grand-vizir. En qualité de serdār contre la Russie (à laquelle la Porte avait déclaré la guerre le 22 décembre), il mena une armée réfr…

Marḥala

(147 words)

Author(s): Réd.
(a.), pl. marāḥil, désignait, dans l’usage médiéval, une étape, normalement la distance qu’un voyageur pouvait couvrir en un jour; c’était par conséquent une mesure de longueur évidemment variable, qui dépendait de la facilité ou de la difficulté du terrain à parcourir. Les géographes arabes classiques emploient fréquemment ce terme. Al-Muḳaddasī [ q.v.], qui, dans un passage (206), donne comme norme 6 à 7 farsak̲h̲s ou parasanges (le farsak̲h̲ [ q.v.] valant en gros 6 km.), a trouvé une notation orthographique ingénieuse pour distinguer les marāḥil de moins de 6 farsak̲h̲s ou de pl…

Zag̲h̲ard̲j̲i̊ Bas̲h̲i̊

(108 words)

Author(s): Réd,
(t.), titre d’un des trois commandants constituant le dīwān ou l’étatmajor du corps des Janissaires dans l’armée ottomane (ses deux collègues étant le S̲h̲amsund̲j̲i̊ Bas̲h̲i̊ et le Turnad̲j̲i̊ Bas̲h̲i̊). Zag̲h̲ar signifiant chien de chasse et zag̲h̲ard̲j̲i̊ chef d’une meute de chasse, la orta, ou compagnie des zag̲h̲ard̲j̲i̊s (n° 64 dans le corps des Janissaires), faisait sans doute, à l’origine, partie de l’équipe de chasse de l’Empire ottoman à ses débuts (voir également les Segbāns [ q.v. dans Suppl.]). (Réd.) Bibliography İ. H. Uzunçarsili, Osmanli denleti teşkilâlindan k…

Ḥays

(301 words)

Author(s): Réd.
(a.; nom d’unité ḥaysa), mets arabe fait de dattes (de la variété dite barnī) écrasées et pétries avec du beurre de conserve; on y ajoute du fromage de lait de chamelle écrémé, desséché et friable, ou de la farine, ou encore du pain émietté. L’invention de ce mélange est attribuée par la tradition (voir al-Ḏj̲āḥiẓ, Buk̲h̲alāʾ, éd. Ḥād̲j̲irī, 211; trad. dans Arabica, II/3 (1955), 336) à un notable mak̲h̲zūmite du nom de Suwayd al-Haramī (lbn al-Kalbī-Caskel, Ḏj̲amhara, Tab. 22), dont on dit aussi qu’il fut le premier à servir à boire du lait à La Mekke (Muṣʿab al-Zubayrī, Nasab Ḳurays̲h̲, 342)…

Ḏj̲ebed̲j̲i

(362 words)

Author(s): Réd.
(turc: armurier), nom donné aux membres du corps des «armuriers de la Sublime Porte» ( d̲j̲ebed̲j̲iyān-i dergāh-i ʿālī), corps du ḳapi̊ ḳulu [ q.v.] étroitement associé à celui des Janissaires [ q.v.]; ils avaient la charge de fabriquer et de réparer toutes les armes, les munitions et l’équipement des Janissaires et, lors des campagnes militaires, de transporter ce matériel au front, de le distribuer aux Janissaires, de le ramasser à la fin de la campagne en tenant un état des pertes et de réparer ce qui était endommagé. Ce corps fut probablement créé peu après celui des Janissaire…

ʿAmr b. Kirkira

(151 words)

Author(s): Réd.
, Abu Mālik al-Aʿrābī, mawlā des Banū Saʿd qui avait appris la ʿarabiyya dans le désert et s’était établi à Baṣra. Comme sa mère avait épousé Abū l-Baydāʾ [ q.v.], il servait de ¶ rāwiya à ce dernier, mais il doit sa renommée à son incomparable connaissance de la langue arabe puisque, d’après une tradition plusieurs fois citée, il la connaissait tout entière, alors qu’al-Aṣmaʿī ne répondait que du tiers, Abū ʿUbayda (ou al-Ḵh̲alīl b. Aḥmad), de la moitié et Abū Zayd al-Aṇsārī (ou Muʾarrid̲j̲) des deux tiers. Il s’était fait une …

Irāde

(114 words)

Author(s): Réd.
, littérairement «volonté» (A. irāda), terme adopté dans l’usage officiel ottoman depuis 1832 pour désigner des décrets et des ordres émis au nom du sultan. Selon la procédure officielle, les projets de décrets préparés par des ministres et des fonctionnaires devaient être adressés au secrétaire en chef du sultan ( serkātib-i s̲h̲ahriyārī), qui les lisait au sultan et notait ses commentaires. S’il les approuvait, le secrétaire en chef en communiquait alors au grand-vizir le texte qui exprimait la volonté du sultan. Quand la constitution fut entr…

al-Aʿs̲h̲ā

(224 words)

Author(s): Réd.
, «l’héméralope», est le surnom de plusieurs poètes arabes anciens (ils seraient 17; voir al-Āmidī, al-Muʾtalif, I2sqq.; Ag̲h̲ānī, index; L.A., s.v.); chacun d’eux est rattaché à une tribu (Aʿs̲h̲ā Banī Fulān) et, indépendamment du plus célèbre de tous, al-Aʿs̲h̲ā des Bakr (ou des Ḳays) [ q.v.] et d’al-Aʿs̲h̲ā des Hamdān [ q.v.], on retiendra les suivants: — al-Aʿs̲h̲ā des Bāhila (ʿĀmir b. al-Ḥārit̲h̲ b. Riyāḥ), qui est rangé parmi les aṣḥāb al-marāt̲h̲ī par Ibn Sallām, Ṭabaḳāt, éd. S̲h̲ākir, 169, 175 (avec référ.); voir aussi al-Buḥturī, Ḥamāsa, index; Abū Zayd al-Ḳuras̲h̲ī, Ḏj̲amha…

ʿAntarī

(53 words)

Author(s): Réd.
(a.), nom dérivé de ʿAntar [ q.v.] et qui désigne en Égypte: 1) le conteur qui narre la Sῑrat ʿ Antar; 2) un vêtement court porté sous le ḳafṭān. Ce dernier usage, assimilé par étymologie populaire à ʿ antarῑ, dérive du turc entari, mot d’origine grecque. (Réd.) Bibliography Dozy, Suppl. II, 180 et référ, citées.

al-Ṣag̲h̲ānī

(80 words)

Author(s): Réd.
ʿAbd al-Muʾmin b. Ḥasan, adīb du VIIe/XIIIe siècle. On ne le connaît que pour sa mise en vers du recueil de fables animalières originellement traduites en arabe par Ibn al-Muḳaffaʿ [ q.v.], Kalīla wa-Dimna [ q.v.]. Cette version s’intitule Durrat al-ḥikam fī amt̲h̲āl al-Hunūd wa-l-ʿAd̲j̲am, et fut achevée le 20 d̲j̲umādā I 640/15 novembre 1242 (selon le ras. de Vienne), à moins que ce ne fût 25 ans plus tard (selon un autre ms. de Munich). (Réd.) Bibliography Brockelmann, SI, 234-5.

Djambul Djbaev

(306 words)

Author(s): Réd.
, poète populaire kạzak̲h̲ qui, analphabète, représente la tradition poétique orale. Né en 1846 à Semireče, dans une famille nomade, il doit à une montagne son nom de Ḏj̲ambul (Džambul) qui, en son honneur, devait être donné, en 1938, à la ville d’Awliyā Ata [ q.v.] et à un oblast’ du Ḳazak̲h̲istān. Dès son jeune âge, il s’adonna à la musique et au chant, qui lui procurèrent son gagne-pain alors qu’il était encore adolescent; s’inspirant de complaintes populaires, il improvisait souvent des poèmes qu’il chantait en s’accompagnant à la dombrạ; les plus célèbres s’intitulent «la Plain…

al-ʿAbbās b. Aḥmad b. Ṭūlūn

(437 words)

Author(s): Red.
, fils aîné d’Aḥmad b. Ṭūlūn [ q.v.]. Lorsque ce dernier partit à la conquête de la Syrie, il confia le gouvernement de l’Égypte à al-ʿAbbās qui était destiné à lui succéder, mais ce dernier ne tarda pas à se laisser convaincre de profiter de l’absence de son père pour le supplanter. Averti par le vizir al-Wāsiṭī, Ibn Ṭūlūn prit ses dispositions pour rentrer en Égypte, et son fils, après avoir vidé le Trésor et recueilli des sommes assez considérables, se rendit, avec ses partisans, à Alexandrie, puis …

Ibn ʿĀbidīn

(143 words)

Author(s): Réd.
, désignation usuelle de deux jurisconsultes ḥanafites, qui vécurent en Syrie sur la fin des Ottomans. Le premier, Muḥammad Amīn b. ʿUmar b. ʿAbd al-ʿAzīz b. ʿĀbidīn, né en 1198/1784 à Damas, étudia d’abord le droit s̲h̲āfiʿite, puis le droit ḥanafite dont il devint un des maîtres les plus réputés de son temps; il mourut à Damas en 1258/1842; son ouvrage le plus connu est un commentaire du . Radd al-Muḥtār d’al-Ḥaṣkafī (m. 1088/1677; édité au Caire en 1299 et à Istanbul en 1307). Le second, son fils ʿAlāʾ al-dīn Ibn ʿĀbidīn, se rendit en 1285/1868 à Istanbul où il…

Zanāna

(61 words)

Author(s): Réd.
(p.), couramment Zenana, littéralement «féminin» ou «à l’usage des femmes», d’où l’usage particulier du terme, spécialement en Inde musulmane, pour désigner les quartiers privés de l’habitation réservés aux femmes, équivalent aux mots arabes ḥarīm [ q.v.], ḥaram, et au mot turc ḥaramli̊ḳ. Voir Yule et Burnell, Hobson-Jobson, A glossary of Anglo-Indian words and phrases, 2Londres 1903, 980; et Ḥarīm. (Réd.)

Muḳanṭarāt

(122 words)

Author(s): Réd.
, terme technique arabe emprunté au Moyen Âge par les astronomes occidentaux, sous la forme almicantarat, pour désigner les cercles parallèles à l’horizon et appelés normalement cercles de hauteur ou parallèles de hauteur. Sur ¶ l’astrolabe plat, la ṣafīḥa porte la projection stéréographique de différents cercles et notamment des muḳanṭarāt [voir Asṭurlāb]. Sur un astrolabe sphérique, seul l’hémisphère visible ( ẓāhir) est généralement doté des cercles de hauteur; ils sont au nombre de 90, mais on peut fort bien n’en marquer qu’un sur trois, sur cinq, etc. L’utilisation des muḳanṭar…
▲   Back to top   ▲