Search

Your search for 'dc_creator:( "Rosenthal, F." ) OR dc_contributor:( "Rosenthal, F." )' returned 140 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Taʿlīḳ

(460 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Taʿlīḳa (a., pls. taʿlīḳāt, taʿālīḳ) dans Tactivité littéraire se réfère au fait d’ «adjoindre des notes à ( ʿalā)» un texte ou «de tirer une idée d’ ( ʿan)» un auteur, et puis aux notes, gloses, commentaires, citations, et appendices qui en découlent. Semblable d’une certaine façon à la ḥās̲h̲iya [ q.v.], il est, cependant, moins fermement attaché aux manuscrits que ne l’était celle-ci à l’origine. Dans les siècles suivants, il en vint à être utilisé fréquemment dans les titres d’essais. Auparavant, son emploi comme soi-disant titre relevait p…

S̲h̲aṭrand̲j̲

(2,170 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, le jeu d’échecs. Il est généralement admis que le mot est dérivé du sanscrit čatur-añga «ayant quatre rangs» (Nyberg, 54a). Les philologues arabes ont argumenté souvent en faveur d’une vocalisation s̲h̲iṭrand̲j̲ et ont présenté des tentatives pas très convaincantes d’étymologie (Lane, 1551c, et voir R. Ermers, dans JAOS, CXIV (1994), 294b). Tandis que la forme du nom étaie la provenance indienne du jeu comme un jeu de guerre, les échecs sont arrivés au Proche Orient par la Perse comme le montrent les nombreux termes persans employés dans le…

Laʿib

(2,086 words)

Author(s): Rosenthal, F.
(Liʿb, Laʿb), terme arabe signifiant jeu (employé également de diverses manières en persan, alors que le terme turc est oyun), et qui, dans le monde musulman tout autant que dans d’autres civilisations, constitue un concept fondamental aux vastes implications sociologiques et psychologiques; il n’est possible d’en exposer brièvement ici qu’un petit nombre d’aspects. Nous n’examinerons donc pas le jeu comme caractéristique d’un grand nombre d’activités humaines telles que la danse, le théâtre, la musique, etc., ni …

Ibn Sayyid al-Nās

(599 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Fatḥ al-dīn Muḥammad b. Muḥammad al-Yaʿmurī al-Is̲h̲bīlī, biographe du Prophète. Il appartenait à une famille de savants distingués qui, établie à Séville, avait été obligée d’en partir par suite de l’instabilité de la situation politique qui devait aboutir à la conquête de la ville par les Chrétiens en 646/1248. Le grandpère, Abū Bakr Muḥammad b. Aḥmad, né en 597/ 1200-1, s’était établi à Tunis, où il mourut en rad̲j̲ab 659/juin 1261 (cf. al-Ḏh̲ahabī, ʿIbar, V, 255). Son fils, Muḥammad, né en d̲j̲umādā II 645/octobre 1247, commença ses études avec son père à Tunis et à ¶ Bougie, et les …

Ibn S̲h̲arya

(754 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, ʿAbīd/ʿUbayd al-Ḏj̲urhumī, sage du passé et transmetteur présumé de légendes historiques. On n’est pas sûr de la forme de son nom: les manuscrits semblent hésiter entre ʿAbīd et ʿUbayd, et l’on trouve aussi, erronément, ʿUmayr (Ibn al-At̲h̲īr, Usd al-g̲h̲āba, Būlāḳ 1286, III, 351; Ibn Ḥad̲j̲ar, Iṣāba, Calcutta 1856-73, III, 201). La forme S̲h̲arya est confirmée par le mètre d’un vers (cf. O. Löfgren, Ein Hamdānī-Fund, Uppsala Universitets Ȧrsskrift, VII (1935), 24; Hamdānī, Iklīl, éd. Löfgren, Uppsala 1954, 6), mais Ibn Ḥad̲j̲ar penche pour S̲h̲ariyya; on trouve ég…

al-Tallaʿfarī

(533 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, S̲h̲ihāb al-dīn Muḥammad b. Yūsuf b. Masʿūd b. Sālim, poète mineur, mais apprécié, de l’époque ayyūbide, né à Mawṣil le 25 d̲j̲umādā II 593/15 mai 1197 et mort à Ḥamāt le mercredi, 10 s̲h̲awwāl 675/17 mars 1277. Il se disait d’origine arabe, ayant pour ancêtres les Banū S̲h̲aybān [ q.v.]. Son père, connu sous le nom ¶ d’Ibn ʿUrrād̲j̲, né à Tallaʿfar (Tallyaʿfar) près de Mawṣil en 560/1165, et mort à Naṣībīn le mardi 3 muḥarram 615/(dimanche!) 1er avril 1218, avait une bonne éducation, c’était un poète et un érudit en histoire ancienne d’Arabie et de Perse avec de fortes…

al-Birzālī

(942 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, ʿAlam al-dīn al-Ḳāsim b. Muḥammad b. Yūsuf, aussi appelé Ibn al-Birzālī, historien et muḥaddit̲h̲ syrien, né à Damas en d̲j̲umādā I ou II 665/février-mars 1267; on pourrait faire état de la date plus ancienne de 663/1265, parfois mentionnée, mais al-Birzālī lui-même soutint nettement qu’il était né en 665. Ses ancêtres étaient des Berbères des Banū Birzāl [ q.v.]; son arrière grand-père Zakī al-dīn Muḥammad b. Yūsuf (né vers 577/1181-82, m. à Ḥamāt en 636/1239), s’était établi en Syrie au début du VIIe/XIIIe siècle. La nisba d’al-Is̲h̲bīlī, qui fait suite au nom de Zakī al-dīn…

Ḥās̲h̲iya

(553 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, pl ḥawās̲h̲ī, désigne en arabe: (1) la marge (des pages dans [ , ʿalā, bi-] laquelle des notes pouvaient être écrites), puis (2) la note marginale elle-même (ou une «note» en général), et finalement (3) au singulier, certainement comme marque de modestie, la glose, dans les titres d’ouvrages indépendants — et parfois d’une certaine longueur — constituant des commentaires sur des sujets traités par des auteurs antérieurs. Cette dernière acception est relativement tardive: aucun des 150 titres environ enregistrés dans Brockelmann, S III, 892-4, n’est antérieur au VIIIe/XIVe siècl…

Ibn Lahīʿa

(521 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, ʿAbd Allāh b. Lahīʿa b. ʿUḳba , Egyptian traditionist and judge ( b. ca . 96/688-69, d. Sunday, 15 Rabīʿ I 174/1 August 790, or 23 D̲j̲umādā II 174/6 November 790). The few known facts about his life are that he was appointed judge in 155/772 with a monthly salary of thirty dīnārs , the appointment being the first direct appointment of a chief judge of Egypt by a caliph instead of the provincial governor; that he held the judgeship for over nine years; and that his “books”—that is, primarily, his scholarly notebooks and mate…

al-Birzālī

(945 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, ʿalam al-dīn al-ḳāsim b. muḥammad b. yūsuf , also called Ibn al-Birzālī, Syrian historian and ḥadīt̲h̲ scholar. He was born in Damascus in D̲j̲umada I or II, 665/February-April, 1267. A case could be made for the earlier date, sometimes mentioned, of 663/1265, but al-Birzālī himself evidently maintained that he was born in 665. His ancestors belonged to the Birzāl [ q.v.] Berbers. His great-grandfather, Zaki al-Dīn Muḥammad b. Yūsuf (b. ca. 577/1181-82, d. in Ḥamā in 636/1239), ¶ had settled in Syria at the beginning of the 7th/13th century. Zakī nl-Dīn’s additional nisba

Ḥurriyya

(6,429 words)

Author(s): Rosenthal, F. | Lewis, B.
, “freedom,” an abstract formation derived from ḥurr “free” corresponding to Hebrew ḥōr , Aram. ḥēr ( ḥerūt̲ā ), widely used also in Muslim languages other than Arabic. Already in pre-Islamic times, “free” was known not only as a legal term denoting the opposite of “unfree, slave” ( ʿabd [ q.v.]) but also as an Ethical term denoting those “noble” of character and behavior. The legal concept of “freedom” continued to be used as a matter of course by Muslim jurists, who were inclined to give preference to the presumption of a free status for individuals in doubtful cases [see ʿabd …

Abū Maʿs̲h̲ar Nad̲j̲īḥ b. ʿAbd al-Raḥmān al-Sindī

(231 words)

Author(s): Horovitz, J. | Rosenthal, F.
al-Madanī, esclave du Yémen, peut-être d’ascendance indienne, qui aspirait à l’affranchissement et vécut à Médine. Il était considéré comme un spécialiste de ḥadīt̲h̲ plutôt «faible», mais il est justement célèbre en tant qu’auteur d’un Kitāb al-Mag̲h̲āzi. De nombreux fragments de ce dernier ont été conservés par al-Wāḳidī et Ibn Saʿd. Parmi ses sources, il mentionne Nāfiʿ, le mawlā d’Ibn ʿUmar, Muḥ. b. Kaʿb al-Ḳuraẓī ainsi que d’autres savants de Médine. En 160/776-7, il quitta Médine et demeura à Bag̲h̲dād jusqu’à sa mort en ramaḍān (?) 170/787. Il …

Abū Maʿs̲h̲ar Nad̲j̲īḥ b. ʿAbd al-Raḥmān al-Sindī

(234 words)

Author(s): Horovitz, J. | Rosenthal, F.
al-Madanī , a slave from the Yaman, possibly of Indian parentage, who purchased his freedom and lived in Medina. He was considered a rather "weak" ḥadīt̲h̲ scholar, but he is deservedly famous as the author of a Kitāb al-Mag̲h̲āzī. Numerous fragments of it have been preserved by al-Wāḳidī and Ibn Saʿd. Among his authorities he mentions Nāfiʿ, the mawlā of Ibn ʿUmar, Muḥammad b. Kaʿb al-Ḳurazī, and other scholars of Medina. In the year 160/776-7, he left Medina and remained in Bag̲h̲dād until his death in Ramaḍān (?) 170/787. There…

Ḥurriyya

(6,671 words)

Author(s): Rosenthal, F. | Lewis, B.
(a.) «liberté», dérivé abstrait de ḥurr «libre» correspondant à l’hébreu ḥōr et à l’araméen ḥēr (herūṭā) et largement employé aussi dans des langues islamiques autres que l’arabe. Dès l’époque préislamique, ḥurr était connu non seulement comme terme juridique désignant le contraire de «non-libre, esclave» ( ʿabd [ q.v.]), mais aussi comme terme éthique s’appliquant à la noblesse de caractère ou de conduite. Le concept juridique de «liberté» a continué d’être employé naturellement par les juristes musulmans qui, dans les cas douteux, étaient …

al-Balād̲h̲urī

(1,017 words)

Author(s): Becker, C. H. | Rosenthal, F.
, Aḥmād b. Yaḥyā b. Ḏj̲ābir b. Dāwūd, l’un des plus grands historiens arabes du IIIe/IXe siècle. On sait peu de chose de sa vie; ni la date de sa naissance ni celle de sa mort ne sont absolument établies. D’après les dates de décès de ses maîtres, il est évident qu’il n’a pas pu naître plus tard que le commencement de la première décennie du IIIe siècle/seconde du IXe; pour la date de sa mort, des auteurs musulmans proposent 302/892 comme étant la plus tardive et la plus vraisemblable. Comme il aurait été traducteur de persan, on lui a arbitrairement attribué une…

al-Balād̲h̲urī

(1,033 words)

Author(s): Becker, C.H. | Rosenthal, F.
, aḥmad b. yaḥyā b. ḏj̲ābir b. dāwūd , one of the greatest Arabic historians of the 3rd/9th century. Little is known of his life. Neither the year of his birth nor that of his death is directly attested. From the dates of his teachers, it is evident that he cannot have been born later than the beginning of the second decade of the 9th century A.D.; for the date of his death, Muslim authors suggest, as the latest and most likely date, ca. 892 A.D. As he is said to have been a transl…

Muḳābala

(2,323 words)

Author(s): Hartner, W. | Rosenthal, F. | Heinrichs, W.P.
(a.), a technical term in a number of different disciplines. 1. In astronomy. Here it corresponds to Gr. διάμετρος, in the Almagest άχρόνυκτος, Lat. oppositio, the term for the opposition of a planet and the sun or of two planets with one another. In opposition, the difference in longitude between the two heavenly bodies is 180°; while the modern use is to take no note of the deviations of latitude from the ecliptic, al-Battānī expressly emphasises ( Opus astronomicum, ed. Nallino, iii, 196) that we can only have the true muḳābala when both bodies are either in …

Muḳābala

(2,318 words)

Author(s): Hartner, W. | Rosenthal, F. | Heinrichs, W.P.
(a.), terme technique usité dans plusieurs disciplines différentes. I. En astronomie, il correspond au gr. διάμετροΣ (dans l’Almageste ἀκρόνυκτοΣ), lat. oppositio, et désigne l’opposition d’une planète avec le Soleil ou aussi de deux planètes entre elles. Dans l’opposition, la différence de longitude entre les deux corps célestes est de 180°; tandis que la terminologie moderne n’a pas coutume, à cet égard, de tenir compte des variations de latitude par rapport à l’écliptique, al-Battānī signale expressément ( Opus astronomicum, éd. Nallino, III, 196), que la véritable muḳābala n…

Hiba

(8,430 words)

Author(s): Rosenthal, F. | Bosworth, C.E. | Wansbrough, J. | Colin, G.S. | Busse, H. | Et al.
, one of many Arabic words used to express the concept of “gift”, and the preferred legal term for it, see following article. The giving of gifts, that is, the voluntary transfer of property, serves material and psychological purposes. In the pre-history of man, it probably antedates the contractual payment for goods and services. In Islam, it has retained its inherited functions as an important component of the social fabric and has exercised a considerable influence on political life. Literature (in the narrow sense…

Hiba

(8,695 words)

Author(s): Rosenthal, F. | Bosworth, C. E. | Wansbrough, J. | Colin, G. S. | Busse, H. | Et al.
(A.), l’un des nombreux mots arabes employés pour exprimer la notion de «cadeau», est le terme juridique préféré dans ce sens (voir article suivant) Le cadeau, c’est-à-dire le transfert volontaire de propriété, est accompli dans des desseins matériels et psychologiques. Dans la préhistoire de l’homme, il précède probablement le paiement contractuel pour des biens et des services. En Islam, il a conservé sa fonction héritée en tant que composante importante de la structure sociale et a exercé une influence considérable …
▲   Back to top   ▲