Search

Your search for 'dc_creator:( "Rosenthal, F." ) OR dc_contributor:( "Rosenthal, F." )' returned 140 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

al-Mubas̲h̲s̲h̲ir b. Fātik

(712 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Abū l-Wafāʾ, historien et savant égyptien du Ve/XIe siècle. D’origine syrienne à ce qu’on dit, il passa apparemment toute sa longue vie en Égypte. Il vécut et travailla probablement à titre privé, et il peut avoir entretenu des liens avec les cercles dirigeants du pays. En plus de l’histoire, il s’intéressait aussi, entre autres, à la philosophie et à la médecine. Il est censé avoir travaillé dans ces domaines avec des maîtres tels qu’Ibn al-Hayt̲h̲am et Ibn Riḍwān; un médecin juif du nom d’Ibn Raḥmūn…

As̲h̲ʿab

(257 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, surnommé «le Cupide», comédien médinois qui évolua dans l’entourage des petitsenfants des quatre premiers califes, et réussit particulièrement dans sa profession au cours des premières années du IIe/VIIIe siècle. Il aurait vécu jusqu’en 154/771. Les renseignements historiques à son sujet sont assez abondants; quoique entachés de beaucoup de légendes, ils nous permettent d’avoir un aperçu de la vie d’un amuseur professionnel à l’époque umayyade. Les histoires et les plaisanteries attachées à son nom ont trait à la politiq…

al-S̲h̲ayk̲h̲ al-Yūnānī

(370 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, surnom de l’un des protagonistes de la transmission à l’Islam de la pensée autoritative néoplatonicienne, basée sur la traduction de larges sections des livres IV à VI des Ennéades de Plotin. Des fragments sous cet intitulé ont été retrouvés, qui ne permettent pas toutefois la reconstitution de la forme et du contenu de cet ouvrage. On ne saurait décider davantage si le surnom d’al-S̲h̲ayk̲h̲ al-Yūnānī cache un philosophe donné, ni même s’il a à voir avec la totalité de la source arabe plotinienne perdue. L’éventail de sens du mot s̲h̲ayk̲h̲ [ q.v.] donne le choix entre «le Maître gr…

al-Ḏj̲awwānī

(604 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Abū ʿAlī Muḥammad b. Asʿad, généalogiste et historien arabe, né en 525/1131, m. en 588/1192. La famille Ḏj̲awwānī prétendait descendre de ʿAlī par un fils de ʿUbayd Allāh b. al-Ḥusayn b. ʿAlī b. al-Ḥusayn b. ʿAlī b. ʿAlī b. Abī Ṭālib. Cette généalogie était bien établie au moins dès la première moitié du IVe/Xe s., au moment où Abū l-Farad̲j̲ al-Iṣfaḥānī ( Maḳātil al-Ṭālibiyyīn, Caire 1368/1949, 193, 435, 438) rapporte des informations historiques reçues personnellement de ʿAlī b. Ibrāhīm al-Ḏj̲awwānī. lui-même généalogiste et huitième ancêtre direct de no…

Taṣḥīf

(982 words)

Author(s): Rosenthal, F.
(a.), faute d’orthographe, synonyme de taḥrīf (moins l’usage spécifique de ce dernier, [ q.v.]), malgré de sporadiques tentatives pour établir artificiellement une distinction entre eux. Alors que sa signification est sans ambiguïté, la dérivation du mot l’est moins. Son rapport avec ṣ-ḥ-f dans le sens (sud-sémitique à l’origine) d’«écrire» [voir Muṣḥaf] peut être admis pour certain; la connotation négative pourrait refléter une position négative envers tout écrit comme envers l’oralité, plutôt qu’un sens privatif de la deuxième forme du verbe. Il n’est pas exclu que taḥrīf ait …

Sīfawayh al-Ḳāṣṣ

(286 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, humoriste du IIe VIIIe siècle. Ḳāṣṣ [ q.v.] «conteur», est employé ici comme il n’était pas rare au même sens que d’autres termes moins ambigus désignant un «plaisantin». Il est aussi dépeint comme le prototype du mug̲h̲affal «farceur irresponsable». Il est impossible de décider si son surnom doit être lu Sīfawayh ou Sayfawayh, et son identification à un autre ḳāṣṣ du nom de ʿAbd al-ʿAzīz, suggérée par le récent éditeur des Ḳuṣṣāṣ d’Ibn al-Ḏj̲awzī, est sujette à caution. Sīfawayh est crédité de plaisanteries et de commentaires à connotation sociale, y compris de r…

Ibn al-At̲h̲īr

(1,878 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, nom de famille (porté par un certain nombre de familles sans lien, semble-t-il, entre elles) qui a acquis un lustre immense et mérité grâce à trois frères, Mad̲j̲d al-dīn, ʿIzz al-dīn et Ḍiyāʾ al-dīn, qui se firent respectivement une renommée littéraire dans la philologie et les études religieuses, l’historiographie et la critique littéraire. Leur père, Muḥammad b. ʿAbd al-Karīm (souvent appelé, mais de façon apparemment incorrecte, Muḥammad b. Muḥammad b. ʿAbd al-Karīm), qui vécut durant la plus grande partie du VIe/XIIe siècle, était un haut fonctionnaire des Zangides de…

Abū ʿArūba

(219 words)

Author(s): Rosenthal, F.
al-Ḥusayn b. Abī Maʿs̲h̲ar Muḥammad b. Mawdūd al-Sulamī al-Ḥarrānī, savant de Ḥarrān en matière de ḥadīt̲h̲ (né vers 222/837, m. en 318/930-1). On ne sait pratiquement rien sur sa vie à l’exception des noms de ses maîtres et de ses élèves, parmi lesquels figurent des personnages très connus. On dit qu’il fut juge ou muftī de Ḥarrān. Une source (Ibn ʿAsākir apud Ḏh̲ahabī) déclare qu’il était partisan des Umayyades: Selon le Fihrist, 230, Abū ʿArūba n’écrivit qu’un ouvrage, recueil de traditions transmises par ses maîtres. Ce livre semble être identique aux Ṭabaḳāt qui sont mentionnées …

al-Maḳrīzī

(1,217 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Taḳī l-dīn Abū l-ʿAbbās Aḥmad b. ʿAlī b. ʿAbd al-Ḳādir (766-845/1364-1442), historien égyptien. Son père (m. 779/1378) ayant, à l’âge de 50 ans, épousé une fille du riche philologue et juriste Ibn al-Ṣāʾig̲h̲ (m. 776/1375), il naquit au Caire, sans doute en 765/1363-4. Sa nisba provient d’un quartier de Baʿlabakk d’où la famille de son père était originaire. Son grand-père paternel, ʿAbd al-Ḳādir b. Muḥammad (vers 677-733/1278-1322; voir Ibn Ḥad̲j̲ar, Durar, II, 391-2) était ḥanbalite, son grand-père maternel, qui exerça une certaine influence sur sa première édu…

Ḳimār

(2,057 words)

Author(s): Rosenthal, F.
est le terme islamique le plus courant pour désigner les jeux d’argent et de hasard strictement interdits par le droit musulman. Cette prohibition a été entraînée par la mention, dans le Ḳurʾān (II, 219/216 et V, 90 sq./92 sq.), du maysir [ q.v.], que ʿAbd Allāh b. ʿUmar (cf. al-Buk̲h̲ārī, al-Adab al-mufrad, Caire 1375, 325) est déjà supposé avoir expressément assimilé au ḳimār en général. C’est bien rarement, et pour le simple plaisir de discuter, que des voix s’élevèrent pour mettre en question la précédente supposition et celle qui consistait à considér…

Nard

(985 words)

Author(s): Rosenthal, F.
(a.), terme d’origine persane désignant le jeu de trictrac. La forme attestée dans des traités en pehlévi, nēv-artak̲h̲s̲h̲ēr «courageux Ardas̲h̲īr», a été contractée en nardas̲h̲īr (largement attesté en arabe) puis abrégée en nard. Cette évolution est tout à fait probable (cf. par ex. le toponyme Nēw Hormizd Ardas̲h̲īr > Narmas/s̲h̲īn; voir R. N. Frye, dans JSAI, XIII (1990), 40); néanmoins, les doutes soulevés par T. Nöldeke ( Persische Studien, dans SBAK Wien, Philos.-hist. Classe, CXXVI (1892), 25-6) restent valables, surtout du fait que l’occurrence probableme…

Ibn Ḳuṭlūbug̲h̲ā

(742 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Ḳāsim b. Ḳuṭlūbug̲h̲ā al-Ḥanafī, savant égyptien en ḥadīt̲h̲ et en droit. Il naquit en muḥarram 802/septembre 1399; il perdit son père, Ḳuṭlūbug̲h̲ā, affranchi de Sūdūn al-S̲h̲ayk̲h̲ūnī (m. 798/1396), alors qu’il était encore jeune. Dans sa jeunesse, il assura sa subsistance en exerçant le métier de tailleur, mais s’engagea de bonne heure dans ses études religieuses qu’il poursuivit sa vie durant. Un de ses premiers maîtres fut ʿIzz al-dīn Ibn Ḏj̲amāʿa (m. 819/1416) et son principal s̲h̲ayk̲h̲ fut Ibn al-Humām (m. 861/1457). Comme tous les futurs savants de l’époque, …

Nasab

(1,832 words)

Author(s): Rosenthal, F.
(a.) «relation, ascendance, généalogie», désigne le principe fondamental d’organisation sociale chez les Arabes, qui remonte aux temps les plus reculés. Comme aucun terme apparenté n’a encore été déterminé dans d’autres langues sémitiques, il n’est pas tout à fait invraisemblable de proposer une parenté préhistorique entre les racines s. b. b et n.s.b. qui se reflète inconsciemment dans le parallélisme de nasab et sabab «corde, relation» du ḥadīt̲h̲ (Concordance, II, 388). La généalogie fournit la validation historique de la parenté et de tout ce qu’elle implique.…

Ibn Abī Ṭāhir Ṭayfūr

(802 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Abū l-Faḍl Aḥmad, littérateur et historien de Bag̲h̲dād. Né en 204/819-20, dans une famille d’origine persane, il débuta comme professeur et établit sa résidence définitive au marché des Libraires, dans le quartier oriental de Bag̲h̲dād, s’engageant ainsi dans une carrière littéraire qui le mit en contact avec nombre de littérateurs éminents et de hauts fonctionnaires et qui se traduisit par la composition d’une cinquantaine d’ouvrages. Il était également poète, et ses vers provoquèrent des criti…

Ibn al-ʿImād

(149 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, ʿAbd al-Ḥayy b. Aḥmad, professeur syrien de l’école ḥanbalite (1032-89/1623-79), acheva, en 1080/1670, une importante histoire biographique intitulée S̲h̲ad̲h̲arāt al-d̲h̲ahab fī ak̲h̲bar man d̲h̲ahab, qui suit un ordre annahstique et s’étend de l’an un à 1 000. Quoique des événements historiques y soient parfois mentionnés, l’ouvrage comporte surtout des notices nécrologiques souvent assez détaillées. L’intention de l’auteur était ainsi ¶ de venir en aide aux écoliers pauvres comme lui-même, et qui n’avaient pas la possibilité de se constituer une imp…

al-Fāsī

(977 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Taḳī al-dīn Muḥammad b. Aḥmad b. ʿAlī al-Makkī al-Ḥasanī al-Mālikī (775-832/1373-1429), historien de la Mekke;par ses liens familiaux et son éducation, il était tout à fait qualifié pour composer son œuvre éminente d’historien de sa ville natale. Son père Aḥmad (754-819/1353-1416) avait reçu une excellente éducation de savant et avait épousé une fille du juge suprême de la Mekke, Abū l-Faḍl Muḥammad b. Aḥmaḍ b. ʿAbd al-ʿAzīz al-Nuwayrī; une de ses filles, demi-sœur de l’historien, fut mariée en premières noces, pendant un court laps de temps, à l’ amīr de la Mekke, Ḥasan b. ʿAd̲j̲…

Ras̲h̲wa

(1,043 words)

Author(s): Rosenthal, F.
(a.) ou, apparemment préférés par les puristes, Ris̲h̲wa/Rus̲h̲wa. pl. rus̲h̲ā, p. ris̲h̲wat, ris̲h̲we, rus̲h̲wa, t. rüşvet, terme juridique pour «potde-vin». Comme le français «pot-de-vin» ou l’anglais «bribe», la connotation est absolument négative, et tout ce qui est qualifié de ras̲h̲wa est strictement interdit par la loi. Le mot lui-même n’apparaît pas dans le Ḳurʾān. Des passages de portée générale comme II, 188 et V, 42, 62-3 ( suḥt) ont été interprétés comme impliquant l’interdiction d’accepter les pots-de-vin. Cependant, le ḥadīt̲h̲ met les choses parfaitement au …

Ibn ʿAbd al-Ḥakam

(945 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, appellatif du fils et de quatre petits-fils de ʿAbd al-Ḥakam (qui serait mort en 171/787-8), famille riche et influente de juristes et d’historiens de l’Égypte du IIIe/IXe siècle. Les Banū ʿAbd al-Ḥakam sont parmi ceux qui introduisirent le Mālikisme en Égypte, tout en étant intimement liés avec al-S̲h̲āfiʿi [ q.v.] à qui ils fournirent les premiers fonds nécessaires à son séjour dans ce pays; al-S̲h̲āfiʿi serait mort dans leur maison (Ibn Farḥūn, 134), et il fut enterré dans leur propriété de famille. Par la suite, ils se dissocièrent cepend…

Ibn Yūnus

(122 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Abū Saʿīd ʿAbd al-Raḥmān b. Aḥmad al-Ṣadafī (né en 281/894, mort le lundi 26 d̲j̲umādā II 347/14 septembre 958, qui était cependant un mardi), petit-fils de l’un des plus anciens partisans d’al-S̲h̲āfiʿī, le célèbre Yūnus b. ʿAbd al-Aʿlā, et père de l’astronome [voir art. suivant]. Il écrivit un ouvrage sur les savants égyptiens et un autre sur les étrangers de passage en Égypte ou établis dans le pays. Ces deux ouvrages qui furent des sources d’information souvent utilisées par des auteurs postérieu…

Baḥs̲h̲al

(279 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Aslam b. Sahl al-Wāsiṭī al-Razzāz, auteur d’une Histoire de Wāsiṭ. On ne connaît rien de sa vie, excepté les noms de quelques-uns de ses maîtres, notamment Wahb b. Baḳiyya (155-239/772-853), son grand-père maternel supposé (mais cf. al-Ḵh̲aṭīb al-Bag̲h̲dādī, Taʾrīk̲h̲ Bag̲h̲dād, XIII, 488 3-4 ), et la date approximative de sa mort, entre 288/901 et 292/904-05. L’ Histoire de Wāsiṭ nous est parvenue dans un manuscrit incomplet du Caire (Taymūr, taʾrīk̲h̲, n° 1 483) qui a eu une intéressante histoire et possède une valeur considérable de souvenir. C’est l’histoire…
▲   Back to top   ▲