Search

Your search for 'dc_creator:( Lewis, AND B. ) OR dc_contributor:( Lewis, AND B. )' returned 175 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

al-ʿAskarī

(607 words)

Author(s): Lewis, B.
, Abu ’l-Ḥasan ʿAli b. Muḥammad. the tenth Imām of the Twelver S̲h̲īʿa. He is commonly known as al-Naḳī and al-Hādī. He was the son of the ninth Imām Muḥammad b. ʿAlī al-Riḍā [ q.v.], and was born in Medīna. Most S̲h̲īʿite authorities give the date of his birth as Rad̲j̲ab 214/Sept. 829, though others say that he was born in Ḏh̲u ’l-Ḥid̲j̲d̲j̲a 212 or 213/Feb.-March 828 or 829. His mother, according to some sources, was Umm al-Faḍl, the daughter of al-Maʾmūn; according to others she was a Mag̲h̲ribī Umm Walad called Sumāna or Sūsan. The latter story seems more l…

Babadag̲h̲i̊

(771 words)

Author(s): Lewis, B.
a town in the Dobrud̲j̲a, now part of Rumania. Its Turkish name refers to the semi-legendary dervish (Baba) Sari̊ Salti̊ḳ, who is said to have led a number of Anatolian Turcomans to the Dobrud̲j̲a in the mid-thirteenth century, and to have settled with them in the neighbourhood of Babadag̲h̲i̊. (On this settlement see Paul Wittek, Yazijiog̲h̲lu ʿAlī on the Christian Turks of the Dobruja , in BSOAS, 1952 xvi, 639 ff.). There are several tombs of Sari̊ Salti̊ḳ in various towns; the most generally accepted is that of Babadag̲h̲i̊. What appears to be the first refer…

Ḥasan Fehmī

(190 words)

Author(s): Lewis, B.
, a Turkish journalist who achieved a brief celebrity in 1909 as editor of the newspaper Serbestī , in which he made violent attacks on the Committee of Union and Progress [see ittiḥād we teraḳḳī ]. His murder on the Galata bridge by an unknown assailant on the night of 6-7 April 1909 (n.s.) was blamed by both the liberals and the Muhammadan Union [see ittiḥād-i muḥammedī ] jon the Committee, and his funeral was made the occasion for hostile demonstrations and speeches. A period of mounting tension followed, culminating in the mutiny of troops of the First Army Corps on 31 March o.s. = 13 April n.s. (…

K̲h̲alaf b. Mulāʿib al-As̲h̲habī

(263 words)

Author(s): Lewis, B.
, with the laḳab sayf al-dawla , ruler of Ḥimṣ and Afāmiya in the late 5th/11th century. He was ¶ accused of various misdeeds, including brigandage, and is said, during a siege of Salamiyya, to have thrown the S̲h̲arīf Ibrāhīm al-Hās̲h̲īmī against the tower from a mangonel. In 483/1090, complaints were sent to the Sultan Maliks̲h̲āh, who ordered his brother Tutus̲h̲, the ruler of Damascus, and other rulers of Syrian cities to proceed against him. A joint expedition captured Ḥimṣ, and K̲h̲alaf was sent in an iron c…

D̲j̲ānīkli Ḥād̲j̲d̲j̲i ʿAlī Pas̲h̲a

(459 words)

Author(s): Lewis, B.
, Ottoman soldier and founder of a Derebey [ q.v.] family. He was born in Istanbul in 1133/1720-21, the son of Aḥmed Ag̲h̲a, a ḳapi̊d̲j̲i̊-bas̲h̲i̊ at the Imperial palace. As a youth he accompanied his elder brother Suleymān Pas̲h̲a to D̲j̲ānīk, where he eventually succeeded him as ruler with the title, customary among the autonomous derebeys, of muḥaṣṣil [ q.v.]. During the Russo-Turkish war of 1182/1768-1188/1774. he held a number of military commands. Serving first in Georgia, he was appointed in D̲j̲umādā II 1183/September-October 1769 to the staff …

Başvekil

(147 words)

Author(s): Lewis, B.
( bas̲h̲wakīl ), theTurkish for Prime Minister. The term was first introduced in 1254/1838, when, as part of a general adoption of European nomenclature, this title was assumed by the Chief Minister in place of Grand Vezir or Ṣadr-i Aʿẓam [ q.v.]. The change of style was of short duration, lasting only for 14½ months, after which the old title was restored. A second attempt to introduce the European title was made during the first constitutional period. Introduced in Ṣafar 1295/Feb. 1878, it was dropped after 114 days, restored in S̲h̲…

Čas̲h̲nagīr-Bas̲h̲i̊

(245 words)

Author(s): Lewis, B.
chief taster, a high official of the Ottoman court. Already under the Sald̲j̲ūḳids and other Anatolian dynasties the čas̲h̲nagīr , amīr čas̲h̲nagīr or amīr-i d̲h̲awwāḳ appears among the most important officers of the Sultan. Ibn Bībī ( Al-Awāmir al-ʿAlāʾiyya , edd. Necati Lugal and Adnan Sadık Erzi, Ankara 1957, 164) mentions the čas̲h̲nagīr together with the mīr āk̲h̲ūr and the amīr mad̲j̲lis . In the Ḳānūnnāme of Meḥemmed II ( TOEM Supplement 1330 A.H. 11-12) the čas̲h̲nagīr-bas̲h̲i̊ appears as one of the ag̲h̲as of the stirrup, in the group headed by the ag̲h̲a

Ibn ʿAttās̲h̲

(504 words)

Author(s): Lewis, B.
, ʿAbd al-Malik , an Ismāʿīlī dāʿī who in the mid-5th/11th century was in charge of the Daʿwa in ʿIrāḳ and western Persia. Information about him is scanty. According to the autobiography of Ḥasan-i Ṣabbāḥ [ q.v.], he went to Rayy in Ramaḍān 464/May-June 1072, and enrolled Ḥasan in the Daʿwa. He is also said to have won over the Raʾīs Muẓaffar of Girdkūh, later one of the most active leaders of the Nizārīs. Ẓahīr al-Dīn and Rāwandī also allude to his relations with Ḥasan-i Ṣabbāḥ. According to this version, ʿAbd al-Malik, a resident of Iṣfahān, …

Di̇rli̇k

(129 words)

Author(s): Lewis, B.
, mot turc signifiant vie ou moyens d’existence. Dans l’empire ottoman, on l’employait pour désigner le revenu fourni par l’État, directement ou indirectement, pour l’entretien de personnes à son service. Ce terme est utilisé surtout pour les fiefs militaires [voir Tīmār], mais s’applique également aux traitements [voir ʿUlūfa], salaires, et dotations de tout genre accordées en guise de traitement aux fonctionnaires des gouvernements central et provinciaux. Il ne s’applique pas normalement aux fermes d’impôt, dont le principe repose sur la n…

Tunali̊ Ḥilmī

(230 words)

Author(s): Lewis, B.
, écrivain et homme politique turc. Né à Eskid̲j̲uma en 1863, il fut mêlé à des activités politiques illégales alors qu’il était étudiant en médecine. Après un court séjour, en prison, il s’enfuit en Europe en 1895, et rallia le groupe des Jeunes Turcs à Genève où, avec quelques autres, il fonda en 1896 le Parti Révolutionnaire Ottoman ( ʿOt̲h̲mānli̊ Ik̲h̲tīlāl Fi̊rḳasi̊); il fut particulièrement efficace comme écrivain et propagandiste en s’adressant au peuple simplement et directement. En 1900, en même temps que ʿAbd Allāh Ḏj̲ewdet et Isḥāḳ Sükūtī [ q.v.], il se réconcilia avec le …

Daftardār

(676 words)

Author(s): Lewis, B.
(turc defterdār), teneur de daftar [ q.v.], terme ottoman désignant le principal fonctionnaire des finances, correspondant au mustawfī [ q.v.] du monde musulman oriental. D’après al-Ḳalḳas̲h̲andī ( Ṣubḥ, II, 485, 494, 525, 526), le titre de ṣāḥib al-daftar existait déjà dans l’administration fāṭimide et désignait l’employé chargé du daftar al-mad̲j̲lis, c’est-à-dire des comptes et vérifications. Le titre de daftark̲h̲wān «lecteur de daftār» apparaît à l’époque de Saladin (B. Lewis, Three Biographies from Kamāl al-Dīn, dans Fuad Köpru̲lü Armağani, Istanbul 1953, 343) et r…

Ḥasan Fehmī

(1,074 words)

Author(s): Lewis, B.
Efendi, connu sous le nom d’Aḳs̲h̲ehirli, s̲h̲ayk̲h̲ al-Islām ottoman. Fils de ʿOt̲h̲mān Efendi d’Ilgin, il naquit en 1210/1795-6, et occupa plusieurs postes dans la branche enseignante de la profession ʿilmiyye [ q.v.]. En 1275/1858-9, à la mort de Yaḥyā Efendi [ q.v.], il fut nommé au poste de ders wekīli et chargé d’enseigner et de prêcher au nom du s̲h̲ayk̲h̲ al-Islām. Ḏj̲ewdet, qui avait des raisons d’être hostile à Ḥasan Fehmī, précise qu’il fut nommé faute de mieux et ajoute que les étudiants l’avaient surnommé kad̲h̲ūbī — le menteur ( Tezakir 13-20, éd. Cavid Baysun, Ankara 1…

al-ʿAskarī

(617 words)

Author(s): Lewis, B.
, Abū l-Ḥasan ʿAlī b. Muḥammad, dixième imām des S̲h̲īʿites duodécimains. Il esé communément connu sous le nom d’al-Naḳī -et d’al-Hādī. Fils du neuvième imām Muḥammad b. ʿAlī al-Riḍā [ q.v.], il naquit à Médine. La plupart des autorités s̲h̲iʿites le font naître en rad̲j̲ab 214/septembre 829, mais d’autres en d̲h̲ū l-ḥid̲j̲d̲j̲a 212 ou 213/février-mars 828 ou 829. Selon certaines sources, sa mère était Umm al-Faḍl, la fille d’al-Maʾmūn; selon d’autres, elle était uni umm walad mag̲h̲ribine du nom de Sumāna ou Sūsan Cette dernière affirmation semble la plus vraisem blab…

ʿAlī al-Riḍā

(842 words)

Author(s): Lewis, B.
Abū l-Ḥasan b. Mūsā b. Ḏj̲aʿfar, huitième imām des S̲h̲īʿites duodécimains, naquit à Médine en 148/765 (al-Ṣafadī) ou, d’après d’autres autorités probablement mieux informées, en 151/768 ou 153/770 (aI-Nawbak̲h̲tī, Ibn Ḵh̲allikān, Mīrk̲h̲wānd). Il mourut à Ṭūs en 203/818; les sources sont d’accord sur l’année, mais diffèrent sur le jour et le mois (fin de ṣafar: al-Ṭabarī, al-Ṣafadī; 21 ramaḍān: al-Ṣafadī; 13 d̲h̲ū l-ḳaʿda ou 5 d̲h̲ū l-ḥid̲j̲d̲j̲a: Ibn Ḵh̲allikān). Son père était l’imām Mūsā al-Kāẓim, sa mère une umm walad nubienne dont le nom est présenté de diverses mani…

Bostānzāde

(593 words)

Author(s): Lewis, B.
, nom d’une famille de ʿulamāʾ ottomans qui acquirent une certaine importance au XVIe et au début du XVIIe s. Le fondateur de la famille fut (1) Muṣṭafā Efendi, né à Tire, dans la province d’Aydi̊n, en 904/1498-9, et connu sous le nom de Bostān (ou Būstān). Son père était un marchand nommé Meḥmed (ainsi dans le texte de ʿAṭāʾī et sur la pierre tombale conservée au Türk-Islam Eserleri Müzesi à Istanbul; le titre Muṣṭafā b. ʿAlī dans ʿAṭāʾī, 132, est sans doute une erreur due à une confusion avec son homonyme Muṣṭafā, connu sous le nom de Küčük Bostān; cf. Hüseyin Gazi Yurdaydm, dans Bell., XIX (1955…

Ashām

(501 words)

Author(s): Lewis, B.
(turc eshām), pi. de l’ar. sahm (turc sehim), part. En Turquie, le mot était employé pour désigner certaines émissions du Trésor, diversement décrites comme étant des bons, des assignats et des rentes. Les eshām sont appelés «rentes» (Leibrenten) par Hammer, ainsi que dans le budget ottoman de 1862-3, où ils sont mentionnés sous le nom de rentes viagères. Le caractère n’est pas absolument sûr, car, bien que les eshām revinssent à l’État à la mort du détenteur, ils pouvaient être vendus, l’État réclamant sur chacun de ces transferts un droit égal à une annuité. D…

K̲h̲alaf b. Mulāʿib

(267 words)

Author(s): Lewis, B.
al-As̲h̲habī, seigneur, avec le laḳab de Sayf al-dawla, de Ḥimṣ et d’Afâmiya à la fin du Ve/XIe siècle. Il fut accusé de divers méfaits, notamment de brigandage et, au cours d’un siège de Salamiya, il aurait, au moyen d’un mangonneau, ¶ précipité le s̲h̲arīf Ibrāhīm al-Hās̲h̲imī contre la tour. En 483/1090, des plaintes furent adressées au sultan Maliks̲h̲āh, qui ordonna à son frère Tutus̲h̲, maître de Damas, et à d’autres gouverneurs de villes syriennes, de marcher contre lui. Une expédition conjointe s’empara de Ḥimṣ, et Ḵh̲alaf fut en…

Daftar

(4,869 words)

Author(s): Lewis, B.
, cahier cousu ou attaché, registre, plus spécialement livre de comptes ou de correspondances employé dans les services administratifs. Le terme dérive en dernière analyse du grec δıφθέρα «peau» et, de là, peau préparée pour recevoir des caractères écrits. Il était déjà employé en grec ancien dans le sens de parchemin ou, plus généralement, de matériaux pour écrire. Au Ve s. avant J.-C, Hérodote (V, 58) remarque que les Ioniens, comme certains Barbares contemporains, avaient, à une époque ancienne, écrit sur des peaux et appliquaient encore le terme δıφθέρα aux rouleaux de ¶ papyrus; a…

Bazīg̲h̲ b. Mūsā

(185 words)

Author(s): Lewis, B.
, surnommé al-Ḥāʿik, hérétique s̲h̲īʾite. Disciple d’Abū l-Khaṭṭāb [ q.v.], il fut, comme son maître, dénoncé par l’Imām Ḏj̲aʿfar al-Ṣādiḳ comme hérétique et fut même, d’après al-Nawbak̲h̲tī, désavoué par Abū l-Ḵh̲aṭṭāb lui-même. Al-Kas̲h̲s̲h̲ī rapporte une tradition selon laquelle, lorsqu’on apprit à Ḏj̲aʿfar al-Ṣādiḳ que Bazīg̲h̲ avait été tué, celui-ci exprima sa satisfaction. Ce détail placerait la mort de Bazīg̲h̲ avant celle de Ḏj̲aʿfar en 148/765. Comme beaucoup des premiers extrémistes s̲h̲īʿites…

Mas̲h̲wara

(1,984 words)

Author(s): Lewis, B.
(a.), ou Mas̲h̲ūra, terme islamique courant pour désigner une consultation. Il s’emploie en particulier lorsque le souverain consulte ses conseillers (ces derniers étant diversement définis), mais s’applique parfois aussi à une sorte d’assemblée délibérative. L’Arabie préislamique connaissait déjà la pratique consistant à prendre des décisions après consultation [voir Mad̲j̲lis, et Malaʾ au Suppl.]. Deux passages du Ḳurʾān (III, 153/159: wa-s̲h̲āwirhum fī l-amr, et ¶ XLII, 36/38: wa-amruhum s̲h̲ūrā baynahum) sont couramment cités comme imposant aux souverains le…
▲   Back to top   ▲