Search

Your search for 'dc_creator:( Red ) OR dc_contributor:( Red )' returned 1,359 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Navarra

(56 words)

Author(s): Réd.
(anglais et français: Navarre), province du Nord de l’Espagne, dont la capitale, Pampelune, abandonna, en 182/798, l’allégeance aux Musulmans et s’érigea en royaume semi-indépendant. Son histoire, au temps de la domination islamique, se confond donc avec celle de Pampelune [voir Banbalūna] et celle de la majorité de ses habitants, les Vascous [voir Bas̲h̲kunis̲h̲]. (Réd.)

al-Zabāniyya

(94 words)

Author(s): Réd,
(a.), mot qui se trouve dans Ḳurʾān, XCVI, 18; en général, pour les commentateurs, désigne les gardiens de l’Enfer ou d’autres anges qui convoient les âmes après la mort [voir Malāʾika. 1]. A. Jeffery, The foreign vocabulary of the Qurʾān, Baroda 1938, 148, pense le mot d’origine syriaque, zabūrā, les ductores, ceux qui, selon Ephraïm le Syrien, conduisent les âmes partant se faire juger; mais W. Eilers, Iranisches Lehngut im arabischen, dans Indo-Irania Jnal, V (1962), 220, penche pour une étymologie iranienne, du MP zen(dān)bān, «gardien, geôlier», NP zindānbān. (Réd.) Bibliography…

Fallūd̲j̲a

(110 words)

Author(s): Réd.
, nom de deux districts ( ṭassūd̲j̲) du ʿIrāḳ, le Haut et le Bas Fallūd̲j̲a, qui occupaient l’angle formé par les deux branches du bas-Euphrate se déversant finalement dans la Baṭīḥa [ q.v.], l’Euphrate proprement dit à l’Ouest (ce bras porte divers noms chez les géographes et s’appelle aujourd’hui S̲h̲aṭṭ al-Hindiyya) et le nahr Sūrā à l’Est (aujourd’hui S̲h̲aṭṭ al-Ḥilla). (Réd.) Bibliography Suhrāb, K. ʿAd̲j̲āʾib al-aḳālīm al-sabʿa, éd. H. von Mžik, Leipzig 1930, 124-5 Ṭabarī, index Balād̲h̲urī, Futūḥ, 245, 254, 265, 457 Bakrī, index Yāḳūt, s.v. Yaʿḳūbī-Wiet, 140 Masʿūdī, Murūd̲j̲…

Manōhar

(68 words)

Author(s): Réd.
, Manōhargárh, forteresse située sur un rocher élevé à 770 m de hauteur environ (16° N, 75° 1’ E) dans la chaîne des Ghâtes occidentales de l’Inde péninsulaire. Elle appartenait autrefois à la partie la plus méridionale de la province de l’Inde britannique de Bombay, et se trouve maintenant dans l’angle Sud-ouest de l’État de Maharashtra de l’Union indienne. (Réd.) Bibliography Imperial gazetteerof India 2, XVII, 200.

ʿAṭāʾ Bey

(133 words)

Author(s): Réd.
, Ṭāyyārzāde ʿAṭāʾ Allāh Aḥmad, connu sous le nom de ʿAṭāʾ bey, historien ottoman. Né à Istanbul en 1225/1810, il était le fils d’un fonctionnaire du palais. Il fut lui-même élevé au palais, et occupa divers postes officiels. En 1293/1876, il se rendit au Ḥid̲j̲āz où il avait été nommé administrateur du territoire sacré ( ḥarām) de la Mekke, et mourut à Médine en 1294/1877 ou 1297/1880. Les cinq volumes d’histoire connus sous le nom de Taʾrīkh-i ʿ Aṭāʾ (Istanbul 1291-3/1874-6) représentent son œuvre la plus importante. Son intérêt principal découle de sa connaissance appr…

K̲h̲ayāl

(103 words)

Author(s): Réd.
Mīr Muḥammad Ṭaḳī, d’Aḥmadābād dans le Gud̲j̲arāt, auteur d’un recueil de contes en prose persane intitulé Bustān-i Ḵh̲ayāl et composé, en 15 vol., de 1742 à 1756, à la demande de son souverain Nawwāb Ras̲h̲īd Ḵh̲ān ou, selon un ms., pour ce dernier et son frère Nawwāb Muḥammad Isḥāḳ Ḵh̲ān, fils de Ḏj̲aʿfar ʿAlī Ḵh̲ān, nawwāb du Bengale de 1757 à 1761 et de 1763 à 1765. Ḵh̲ayāl mourut en 1173/1759-60. Son recueil est composé de légendes historiques et de contes merveilleux. (Réd.) Bibliography Éthé, Catal, of Persian MSS. of the Bodleian Library, n° 480 le même, Gr. Ir. Ph., II, 342.

Wardar

(336 words)

Author(s): Réd,
, nom turc ottoman du Vardar, gr. Axios, fleuve du Sud des Balkans. Il prend sa source dans les montagnes du Šar près du lieu où se rencontrent la Macédoine, l’Albanie et la région du Kosovo, et coule vers le Nord-est, puis en direction du Sud-est et Sud Sud-est, vers l’actuelle République de Macédoine (slave) [voir Maḳadūnyā], au-delà de Skopje ou Üsküb [ q.v.] et à travers la Macédoine grecque vers le golfe de (Thess)Salonique, (dans la Mer Egée). Il est long de 420 km. La vallée inférieure du Vardar est probablement passée sous domination turque ottomane vers l’époque de la p…

Maʾāt̲h̲ir al-Umarāʾ

(232 words)

Author(s): Réd.
, nom d’un célébre recueil de biographies en persan des officiers supérieurs de l’Inde musulmane entre le régne de l’empereur mug̲h̲al Akbar (963-1014/1556-1605) et l’époque de l’auteur, Samṣām al-dawla Mīr ʿAbd al-Razzāḳ S̲h̲āh-Nawāz Ḵh̲n Awrangābādī (1111-71/1700-58). Né à Lahore, ce dernier se fixa au Deccan, où il entra au service du premier niẓām de Ḥaydarābād [ q.v.], Nizām al-mulk Āṣaf-Ḏj̲āh, et occupa des emplois au Berār [ q.v.], puis devint dīwān ou premier ministre du Deccan. Sa politique, dans ce dernier poste, visa à faire échec à l’influence croissan…

Ṣadr al-Dīn ʿAynī

(261 words)

Author(s): Réd.
, forme russe Sadriddin Ayni, l’une des grandes figures de la vie culturelle en Asie Cent raie et de la littérature tad̲j̲ike au XXe siècle (1878-1954). Il fut d’abord l’un des représentants du mouvement réformiste des Ḏj̲adīdīs [voir Ḏj̲adīd] parmi les Musulmans de la Russie impériale. Son éducation formaliste à la madrasa traditionnelle de Buk̲h̲ārā le laissa intellectuellement sur sa faim. Au début de sa carrière, il se distingua comme poète à la fois en tad̲j̲ik et en uzbek, mais après 1905 il s’impliqua de plus en plus dans les aspects soci…

Bālig̲h̲

(441 words)

Author(s): Réd.
(a.) majeur, adulte; bulūg̲h̲, puberté, majorité; ant. ṣag̲h̲īr, mineur, ṣabī, jeune garçon, ṣug̲h̲r, minorité. La majorité, selon le droit islamique est, généralement parlant, déterminée par la maturité physique chez l’un et l’autre sexes (les S̲h̲āfiʿites fixent explicitement la limite inférieure à neuf ans); dans le cas où la maturité physique ne se manifeste pas, la majorité est présumée à un certain âge: quinze ans d’après les Ḥanafites, les S̲h̲āfiʿites et les Ḥanbalites, dix-huit ans d’après les Māli…

ʿAṣr

(29 words)

Author(s): Réd.
(a.), temps, âge; particulièrement la première partie de l’après-midi, jusqu’à ce que le soleil devienne rouge; de là, ṣalāt al-ʿaṣr, prière rituelle de l’après-midi, cf. Ṣalāt. (Réd.)

Lālis̲h̲

(130 words)

Author(s): Réd.
, vallée située à une cinquantaine de km au Nord-Nord-est de Mossoul, dans le ḳadāʾ de S̲h̲ayk̲h̲ān et dans une zone montagneuse largement kurde, et célèbre comme centre principal de pèlerinage de la secte des Yazīdis [ q.v.]; ces derniers y tiennent chaque année, du 23 au 30 septembre (ancien style = 6-13 octobre, n.s.), leur d̲j̲amāʿiyya qui tourne autour du tombeau du fondateur, le s̲h̲ayk̲h̲ ʿAdī b. Musāfir [ q.v.] et des tombes d’autres anciens saints de la secte. Le premier Européen à avoir assisté à ce pèlerinage (en 1846 et 1849) et à l’avoir décrit paraît…

Ulug̲h̲ K̲h̲ān

(86 words)

Author(s): Réd.
(en turc, ‘Grand Khan’), titre porté, aux VIIe-VIIIe/XIIIe-XIVe siècles dans l’Inde musulmane, par divers sultans de Dihlī, ethniquement turcs; parmi eux, on trouve le roi-esclave G̲h̲iyāt̲h̲ al-dīn Balban (664-86/1266-87 [ q.v. dans Suppl.]), et par la suite, en tant que prince, par le Sultan Muhammad b. Tug̲h̲uḳ (724 ou 725-52/1324 ou 1325-51 [ q.v.]). Plus tard, ce titre fut porté par des non-Turcs incluant plusieurs Ḥabs̲h̲ī-s, quoique noirs d’origine servile estafricaine, surtout dans le sultanat de Gud̲j̲arāt [voir Ḥabs̲h̲ī, Vol. III, 16a et b]. (Réd.) ¶

Iskandar K̲h̲ān b. Ḏj̲ānī Beg

(137 words)

Author(s): Réd.
, souverain en Transoxiane, de sa capitale Buk̲h̲ārā, il exerça de 968/1561 à 991/1583 la souveraineté turco-mongole s̲h̲ībānide [ q.v.] ou de la dynastie Abū l-Ḵh̲ayride. Il fut un souverain faible et inefficace; la réalité du pouvoir était détenue par son fils ʿAbd Allāh b. Iskandar [ q.v.] qui, dès 958/1551, avait démontré ses capacités face aux familles rivales de Transoxiane. ʿAbd Allāh devait devenir le plus grand des S̲h̲ībānides: à la mort de son père, il régna sans compétiteur pendant seize ans de plus. Pour suivre le cours des événements durant ces décennies, voir S̲h̲ībānides e…

al-Marwazī

(236 words)

Author(s): Réd.
, Abū Bakr Aḥmad b. Muḥammad b. al-Ḥad̲j̲d̲j̲ād̲j̲ b. ʿAbd al-ʿAzīz, disciple préféré d’Aḥmad b. Ḥanbal [ q.v.] qui appréciait, dit-on, sa piété et ses vertus. Sa mère était originaire de Marw al-Rūd̲h̲ [ q.v.], d’où sa nisba, tandis que son père était k̲h̲wārazmien. Les événements de son existence ¶ ne sont guère connus, d’autant qu’il paraît avoir vécu dans l’ombre de son maître, bien qu’on le montre une fois partant en expédition au milieu d’une foule d’admirateurs. Les notices biographiques qui lui sont consacrées font état du rôle joué par Abū Bakr al-Marwazī dans la transmission des ḥa…

Ibn ʿAmr al-Ribāṭī

(199 words)

Author(s): Réd.
, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Muḥammad b. ʿAmr al-Anṣārī, faḳīh et poète marocain d’origine andalouse qui naquit à Rabat, exerça quelque temps les fonctions de ḳāḍī et enseigna à Marrakech à partir de 1224/1809. Sur la route du pèlerinage, il s’arrêta à Tunis, ¶ où il reçut des id̲j̲āzas; il mourut au Ḥid̲j̲az le 10 rabīʿ I 1243/1er octobre 1827. Ibn ʿAmr n’est ni un grand faḳīh ni un grand poète; ses œuvres, qui comprenaient notamment un dīwān, une fahrasa et une riḥla, n’ont pas été intégralement conservées, et sa renommée repose essentiellement sur une imitation de la S̲h̲amaḳmaḳiyya d’Ibn …

Āk̲h̲ūnd

(75 words)

Author(s): Réd.
(Āk̲h̲ūn, Āk̲h̲wānd), titre donné à des savants. Au Turkistān Oriental, on l’emploie après le nom dans le sens de «Monsieur»; dans le Turkistān Occidental, on l’applique aux ʿ ulamāʾ de haut rang; dans le district de Ḳāzān, à l’ imām en chef d’une localité. En persan, ce titre est courant depuis l’époque tīmūride dans le sens de «maître d’école, précepteur». Le mot vient probablement du persan k̲h̲wānd (k̲h̲wand, k̲h̲und), lui-même dérivé de k̲h̲udāwand [ q.v.]. (Réd.)

Ibn Muḥriz

(237 words)

Author(s): Réd.
, Abū l-Ḵh̲aṭṭāb Muslim (ou Salm, ou ʿAbd Allāh) b. Muḥriz, célèbre musicien et chanteur de La Mekke qui vivait au Ier-IIe/VIIe-VIIIe siècle. Mawlā d’origine persane des ʿAbd al-Dār b. Ḳuṣayy et fils d’un sādin de la Kaʿba, il fut d’abord l’élève d’Ibn Misd̲j̲aḥ [ q.v.], puis de ʿAzzat al-Maylāʾ [ q.v.] dont il allait recevoir les leçons à Médine; il compléta ensuite sa formation musicale en Perse et en Syrie où il étudia la musique grecque; il aurait ensuite choisi dans ces différentes traditions musicales ce qui lui paraissait le meilleur, et …

Wālī

(177 words)

Author(s): Réd,
(a., pl. wulāt), de la racine w-l-y, «être près de quelqu’un», d’où «avoir la charge de», en vint à signifier «personne exerçant une autorité, gouverneur, préfet, administrateur», avec wilāya comme maṣdar pour désigner sa charge ou son domaine technique ou géographique de compétence. On trouve une occurrence de ce terme, signifiant «patron, protecteur», dans Ḳurʾān, XIII, 12/11, s’appliquant à Allāh «nul n’est responsable d’eux (les hommes) sinon Lui». À propos des divers aspects de la fonction de gouverneur dans l’Islam médiéval, voir Amīr. Un sens proche est celui d’ al-ḥākim, «ce…

Tawrīḳ

(79 words)

Author(s): Réd.
(a.), nom verbal de la 2e forme du verbe warraḳa, littéralement: «action de déployer des feuilles, des branches», utilisé en art et en architecture avec le sens d’arabesque, motif d’ornement et de décoration végétal. Al-tawrīḳ passa dans la langue espagnole médiévale sous la forme ataurique, d’où la définition de Pedro de Alcaca pintura de lazos morisca, tavrîq (Dozy et Engelmann, Glossaire des mots espagnols et portugais dérivés de l’Arabe 2, Leyde 1869, 214). Voir aussi Arabesque. (Réd.)
▲   Back to top   ▲