Search

Your search for 'dc_creator:( Red. ) OR dc_contributor:( Red. )' returned 1,359 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ḥafṣ b. Sulaymān

(295 words)

Author(s): Réd.
b. al-Mug̲h̲īra, Abū ʿUmar ibn Abī Dāwūd al…

Čāwdors

(83 words)

Author(s): Réd.
ou Ḏj̲āvuldur), tribu turkmène dont l’avant-garde est venue auk̲h̲wārizm aux XVIe XVIIe siècles et le gros au XVIIIe…

Puwasa

(36 words)

Author(s): Réd.
(Skr. upawāsa), dans l’archipel indonésien, nom du mois de ramaḍān et du jeûne qui se pratique au cours de ce mois — ou à toute autre époque [voir Ramaḍān]. Voir Puwasa au Suppl. (Réd.)

Tūsān

(112 words)

Author(s): Réd,
, village dans l’oasis de Marw au Ḵh̲ūrāsān, selon al-Samʿānī, Ansāb, éd. Ḥaydarābād, IX, 94-95 (qui appelle divers ʿulamāʾ d’après ce lieu; cf. aussi Yākūt, Buldān, éd. Beyrouth, IV, 49), à deux farsak̲h̲s du chef-lieu Marw al-S̲h̲āhid̲j̲ān [ q.v.]. Sa renommée lui vient principalement du fait que, à l’époque de la révolution ʿabbāside, en 130/747-8, le gouverneur umayyade du Ḵh̲urāsān. Naṣr b. Sayyār [ q.v.], menacé par le soulèvement conduit par Abū Muslim, nomma son chef militaire Abū l-Ḏh̲ayyāl à Tūsān, mais la conduite cruelle de ce dernier i…

K̲h̲unāṣira

(293 words)

Author(s): Réd.
, ancienne place forte située à une soixantaine de km. au Sud-est d’Alep et à une centaine du Nord-est de Ḥamāt, sur un itinéraire Alep-Bag̲h̲dād par le désert en bordure duquel elle s’élevait. La fondation de la localité est attribuée à Ḵh̲unāṣir(a) b. ʿAmr des Banū Kināna (Ibn al-Kalbī-Caskel, Tab. 290 et II, 349), mais il est probable qu’elle est plus ancienne. Yāḳūt ( s.v.), qui cite également al-Ḵh̲unāṣir b. ʿAmr, lieutenant d’Abraha al-As̲h̲ram, doit se faire l’écho d’une légende tardive. Ce chef-lieu de la kūra d’al-Aḥaṣṣ devait sa célébrité, à l’époque umayyade, au fait …

Nīsānides

(92 words)

Author(s): Réd.
ou Banū Nīsān, nom d’une famille de ru ʾasāʾ (pl. de raʾīs [ q.v], d’une richesse fabuleuse, qui exerça le pouvoir à Amid [voir Diyār Bakr] au VIe/XIIe siècle sous la suzeraineté nominale des Turcomans inālides [ q.v.]; ils inscrivirent même leur nom sur des monnaies. Leur régime prit fin avec la conquête de la ville par Ṣalāḥ al-dīn [ q.v.], qui leur reprochait d’avoir cultivé l’amitié, voire le soutien des Assassins [voir Ḥas̲h̲īs̲h̲iyya]. (Réd.) Bibliography Ibn al-At̲h̲īr, XI, 103, 297 Abū S̲h̲āma, II, 39 Cl. Cahen, Mouvements populaires, dans Arabica, V/3 (1958), 20.

Fad̲h̲laka

(95 words)

Author(s): Réd.

K̲h̲alīfa b. ʿAskar

(303 words)

Author(s): Réd.
, nationaliste libyen qui, après avoir cherché refuge en Tunisie, s’empressa, dès novembre 1914, de prendre la tête de la révolte fomentée par les Sanūsis [ q.v.] contre la domination italienne/Les insurgés remportèrent rapidement des succès spectaculaires sur les Italiens [voir …

al-Muḳannaʿ

(610 words)

Author(s): Réd.
, surnom donné à un personnage qui, révolté en Transoxiane sous le califat d’al-Mahdī (158-69/775-85 [ q.v.]), dissimulait son visage sous un ḳināʿ, c’est-à-dire un voile (de soie) ou, comme le veut une tradition vraisemblable, un masque en or qu’il s’était fabriqué. Son nom n’est pas connu avec certitude, et l’on a le choix au moins entre ʿAṭāʾ, Ḥakīm, His̲h̲ām b. Ḥakīm et Hās̲h̲im; on dit d’ailleurs qu’il s’était donné lui-même ce dernier nom et que le cri de guerre de ses partisans était: «ô Hās̲h̲im, aide-nous!».…

Marwānides

(148 words)

Author(s): Réd.
, branche de la dynastie umayyade dont elle constitua, dans les débuts de l’Islam, la seconde lignée et la plus durable, la première étant celle des Sufyānides et comprenant Muʿāwiya Ier b. Abī Sufyān ibn Ḥarb [ q.v.], son fils et son petit-fils (41-64/661-83). Avec la mort de Muʿāwiya II b. Yazīd [ q.v.] encore enfant, le califat passa au cousin au second degré de Muʿāwiya Ier, Marwān b. al-Ḥakam b. Abī l-ʿĀṣ, de la branche parallèle des Aʿyāṣ [ q.v. au Suppl.]. Marwān et ses descendants constituèrent alors la lignée marwānide des Umayyades (64-132/68…

Abū S̲h̲abaka

(738 words)

Author(s): Réd.
, Ilyās (orth. courante: Elias Abou Chabakeh), poète, journaliste et traducteur maronite (1903-47). Né à Providence, au cours d’un voyage de ses parents aux États-Unis, il passa toute son existence au Liban, partageant son temps entre son domicile, dans le village de Zūḳ Mīkāʾīl (Kesrouan) dont sa famille était originaire, et les cafés ou les salles de rédaction de Beyrouth, où il se rendait chaque jour. Son père, qui possédait des propriétés dans la région de Khartoum, ayant été assassiné par des bandits, en 1914, alors qu’il se rendait au Soudan, le jeune orphelin dut bientôt interrompre ses études, d’autant que l’école française de ʿAynṭūra où il les avait commencées, fut fermée par les autorités pendant la Grande Guerre. Il les reprit ensuite, mais ne les acheva point, préférant compléter son instruction en se plongeant dans la lecture de la Bible et des romantiques français dont il se mit t…

Iskandar Ag̲h̲a

(298 words)

Author(s): Réd.

Ḥud̲j̲ra

(105 words)

Author(s): Réd.

Kečiboynuzu Ibrāhīm Ḥilmī Pas̲h̲a

(201 words)

Author(s): Réd.
(1160-1240/1747-1825), grand-vizir ottoman de novembre 1806 à juin 1807. Fils d’un officier des Janissaires, il franchit divers grades de ce corps pour parvenir à celui de commandant en chef (d’où l’appellatif d’Ibrāhīm «Ag̲h̲a» que l’on rencontre parfois). Après la révocation de Ḥāfiẓ Ismāʿīl Pas̲h̲a (14 novembre 1806) provoquée par une tentative en vue d’employer les troupes du niẓām-i d̲j̲edīd [ q.v.] en Rournélie, il fut nommé grand-vizir. En qualité de serdār contre la Russie (à laquelle la Porte avait déclaré la guerre le 22 décembre), il mena une armée réfr…

Marḥala

(147 words)

Author(s): Réd.
(a.), pl. marāḥil, désignait, dans l’usage médiéval, une étape, normalement la distance qu’un voyageur pouvait couvrir en un jour; c’était par conséquent une mesure de longueur évidemment variable, qui dépendait de la facilité ou de la difficulté du terrain à parcourir. Les géographes arabes classiques emploient fréquemment ce terme. Al-Muḳaddasī [

Ḥays

(301 words)

Author(s): Réd.
(a.; nom d’unité ḥaysa), mets arabe fait de dattes (de la variété dite barnī) écrasées et pétries avec du beurre de conserve; on y ajoute du fromage de lait de chamelle écrémé, desséché et friable, ou de la farine, ou encore du pain émietté. L’invention de ce mélange est attribuée par la tradition (voir al-Ḏj̲āḥiẓ, Buk̲h̲alāʾ, éd. Ḥād̲j̲irī, 211; trad. dans Arabica, II/3 (1955), 336) à un notable mak̲h̲zūmite du nom de Suwayd al-Har…

Ḏj̲ebed̲j̲i

(362 words)

Author(s): Réd.
(turc: armurier), nom donné aux membres du corps des «armuriers de la Sublime Porte» ( d̲j̲ebed̲j̲iyān-i dergāh-i ʿālī), corps du ḳapi̊ ḳulu [ q.v.] étroitement associé à celui des Janissaires [ q.v.]; ils avaient la charge de fabriquer et de réparer toutes les armes, les munitions et l’équipement des Janissaires et, lors des campagnes militaires, de transporter ce matériel au front, de le distribuer aux Janissaires, de le ramasser à la fin de la campagne en tenant un état des pertes et de réparer ce qui était endommagé. Ce corps fut probablement créé peu après celui des Janissaire…

ʿAmr b. Kirkira

(151 words)

Author(s): Réd.
, Abu Mālik al-Aʿrābī, mawlā des Banū Saʿd qui avait appris la ʿarabiyya dans le désert et s’était établi à Baṣra. Comme sa mère avait épousé Abū l-Baydāʾ [ q.v.], il servait de ¶ rāwiya à ce dernier, mais il doit sa renommée à son incomparable connaissance de la langue arabe puisque, d’après une tradition plusieurs fois citée, il la connaissait tout entière, alors qu’al-Aṣmaʿī ne répondait que du tiers, Abū ʿUbayda (ou al-Ḵh̲alīl b. Aḥmad), de la moitié et Abū Zayd al-Aṇsārī (ou Muʾarrid̲j̲) des deux tiers. Il s’était fait une spécialité des termes rares. Abū Mālik serait l’auteur d’au moins deux ouvrages: un Kitāb Ḵh̲alḳ al-insān et un K. al-Ḵh̲ayl. Al-Ḏj̲āḥiẓ était au nombre de ses auditeurs. (Réd.) Bibliography Ḏj̲āḥiẓ, Bayān, IV, 23 le même, Ḥayawān, III, 525-6 Fihri…

Irāde

(114 words)

Author(s): Réd.
, littérairement «volonté» (A.
▲   Back to top   ▲