Search

Your search for 'dc_creator:( "Barthold, W." ) OR dc_contributor:( "Barthold, W." )' returned 91 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Aḳ Masd̲j̲id

(177 words)

Author(s): Barthold, W.
, «Mosquée blanche», nom de deux villes: 1 — Ville de Crimée (prononciation locale: Ak Mecet), fondée au XVIe siècle par les Ḵh̲āns de Crimée pour protéger leur capitale, Bāg̲h̲če Sarāy, des incursions des nomades. Elle fut la résidence du prince héritier ( Kalg̲h̲ay sulṭān) dont le palais se trouvait en dehors de la ville, d’après Ewliyā Čelebi, VII, 638-41. La cité fut détruite par les Russes en 1736, et rebâtie en 1784 sous le nom de Simferopol (mais la population locale continue d’employer le nom turc). 2 — Forteresse sur le Siʾr Daryā, faisant partie du k̲h̲ānat de Ḵh̲ūḳand. …

Ḳazaḳ

(575 words)

Author(s): Barthold, W. | Hazai, G.
, attesté pour la première fois dans les langues turques au VIIIe/XIVe siècle avec le sens d’«indépendant, vagabond», est également conservé, ainsi que d’autres acceptions voisines telles que «homme libre et indépendant, vagabond, aventurier, etc.», dans ces langues à l’époque moderne. Durant les troubles de la période tīmūride, ce terme désignait, par opposition aux souverains réels, les prétendants, et leurs partisans, qui menaient une vie d’aventuriers ou de voleurs à la tête de leurs hommes. A la même époque, ḳazaḳ commença aussi à s’appliquer aux groupes nomades qui s…

Atek

(164 words)

Author(s): Barthold, W.
, district du Turkmenistan soviétique occupant le versant septentrional de la chaînefrontière du Ḵh̲urāsān (Kopet Dag̲h̲), entre les stations de chemin de fer actuelles de Gjaurs et de Dus̲h̲ak. Le nom est en réalité le turc Etek «bord, lisière» (de la chaîne de montagnes), traduction du nom persan de la même région Dāman-i Kūh «pied de la montagne»; cependant les Persans écrivent toujours ce mot Ātak. Il ne semble pas qu’au moyen âge on eût l’habitude de désigner ce territoire par un nom spécial. L’Atek, en qualité de district de la ville d’Abīward [ q.v.], dépendait du Ḵh̲urāsān. Aux Xe/XVI…

B’adak̲h̲s̲h̲an

(3,737 words)

Author(s): Barthold, W. | Bennigsen, A. | Carrère-d'Encausse, H.
, écrit aussi fréquemment Bad̲h̲ak̲h̲s̲h̲ān et parfois dans la langue littéraire (avec la désinence arabe du pluriel) Badak̲h̲s̲h̲ānāt, pays montagneux situé sur la rive gauche du cours supérieur de l’Āmū-Daryā ou plus exactement du Pand̲j̲, source de ce grand fleuve; le qualificatif tiré de ce substantif est Badak̲h̲s̲h̲ānī ou Badak̲h̲s̲h̲ī. J. Marquart ( Ērāns̲h̲ahr, 279) donne à ce nom la signification de «pays du Bad̲h̲ak̲h̲s̲h̲ ou Balak̲h̲s̲h̲, espèce de rubis, qui ne se rencontre, dit-on, que dans le Bad̲h̲ak̲h̲sh̲ān, sur le Kokča». Il est p…

Abū l-K̲̲h̲ayr

(701 words)

Author(s): Barthold, W.
, souverain des Özbegs (voir Uzbeks) et artisan de la puissance de cette nation, descendant de S̲h̲aybān, le plus jeune fils de Ḏj̲uči (voir S̲h̲aybānides), né en l’année du dragon (1412; l’année de l’hégire 816/1413-4 est donnée par erreur). On dit qu’il fut d’abord au service d’un ¶ autre descendant de S̲h̲aybān, Ḏj̲amaduḳ Ḵh̲ān. Ce dernier trouva la mort au cours d’une révolte; Abū l-Ḵh̲ayr fut fait prisonnier, mais fut relâché et peu après, proclamé k̲h̲ān du territoire de Tura (Sibérie) à l’âge de 17 ans (année du singe, 1428; on donne …

Īssi̊k-kul

(1,662 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
(en turc «lac chaud»), le plus important lac de montagne du Turkestaii et l’un des plus grands lacs d’eau douce du monde; il est situé entre 42°n’ et 42°59’ de latitude Nord et entre 76° 15’ et 78°3o’ de longitude Est, à 1 605 mètres au-dessus du niveau de la mer; sa longueur totale est de 185 kilomètres environ, sa largeur de 60 km., sa plus grande profondeur de 702 mètres et sa superficie totale de 6 205 kilomètres carrés. Des deux chaînes du Tʿien-S̲h̲an, le Kungey-Alatau, au Nord, et du Ters…

al-Barāmika

(3,480 words)

Author(s): Barthold, W. | Sourdel, D.
ou Āl Barmak (Barmakides), famille iranienne de secrétaires et vizirs des premiers califes ʿabbāsides. 1. Origines. Le nom Barmak, porté traditionnellement par l’ancêtre de la famille, n’était pas, au dire de certains auteurs arabes, un nom propre, mais un mot désignant la dignité héréditaire de grand-prêtre du temple de Nawbahār, près de Balk̲h̲. Cette interprétation se trouve confirmée par l’étymologie actuellement reçue qui fait dériver le terme du sanscrit parmak «supérieur, chef». Quant au terme Nawbahār, provenant lui aussi du sanscrit ( nōva vihāra «nouveau couvent»), i…

Farg̲h̲āna

(2,972 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
, Ferg̲h̲ānā, vallée du moyen Iaxartes (Si̊r-Daryā), d’environ 300 km. de long sur 70 de large, entourée par une partie des montagnes du Tian-s̲h̲an: la chaîne de Čatkal (arabe Ḏj̲adg̲h̲al, jusqu’à 3000 m.) au Nord, les montagnes de Ferg̲h̲āna (jusqu’à 4000 m.) à l’Est, et les monts Alai (jusqu’à 6000 m.) au Sud. Le seul passage (7 km. de large) praticable en toute saison est à l’Ouest, au point où le Iaxartes quitte la vallée et où la route commerciale (et, depuis 1899, le chemin de fer de Samarḳand Ōs̲h̲) y pénètre; la vallée de Farg̲h̲āna a une superficie d’environ 23 000 km2; les terres irri…

Ḳaraḳum

(248 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
(en turc «sable noir»), désert du Turkestan russe, entre l’Arnù Daryā, l’Üst Yurt et la chaîne des hauteurs de la Caspienne, par opposition au Ḳi̊zi̊lḳum «sable rouge», désert situé entre le Si̊r Daryā et l’Āmū Daryā. Le Ḳaraḳum, d’une superficie de 300 000 km2 environ, est d’une désolation encore plus triste que le Ḳi̊zi̊lḳum et possède bien moins de zones cultivables. Les bandes sablonneuses qui s’étendent au Nord du Si̊r jusqu’au lac Čalkar sont appelées «petit Ḳaraḳum» (cf. F. Machatschek, Landeskunde von Russisch-Turkestan, Stuttgart 1921, 15 sq., 285 et index). Une bonn…

Mazār-i S̲h̲arīf

(590 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C.E.
, ville du Nord de l’Afg̲h̲ānistān (36° 42’ N, 67° 06’ E.; ait. 380 m), au pied des contreforts septentrionaux de l’Hindū-Kus̲h̲ [ q.v.]. Balk̲h̲ [ q.v.], une grande ville de l’époque classique et du Moyen Âge islamique (aujourd’hui Wazīrābād), qui s’élève à une vingtaine de km à l’Ouest de Mazār-i S̲h̲arif. fut, jusqu’à la période tīmūride, le centre urbain le plus important de la région. Auparavant, le site du futur Mazār-i S̲h̲arīf était marqué par le village de Ḵh̲ayr, appelé par la suite Ḵh̲ōd̲j̲a Ḵh̲ayrān. En deux circonstances, au VIe/XIIe siècle, après 530/1135-6, sous le sul…

Būs̲h̲and̲j̲

(510 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
, appelée aussi Fūs̲h̲and̲j̲, en moyen persan probablement Pūs̲h̲ang, ancienne ville ¶ d’Iran, au Sud de la rivière Harīrūd, et à 10 parasanges (= une journée de voyage) à l’O.-S.-O. de Harāt (Yāḳūt, I, 758) qui se trouve au Nord de la rivière. La ville existait déjà à l’époque préislamique, et, selon la légende, aurait été fondée soit (à cause de son nom) par le héros Pas̲h̲ang (fils d’Afrāsiyāb, mais que la poésie épique considère comme son père), soit par le souverain sāsānide S̲h̲āpūr 1er (242-271) (J. Marquart, Ērānšahr, 49). La ville est mentionnée en l’an 588 comme le siège …

K̲h̲oḳand

(2,772 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C. E.
, écrit en arabe Ḵh̲waḳand, puis Ḵh̲ūḳand (de là l’étymologie populaire k̲h̲ūḳ-kand, ville du sanglier), ville du Farg̲h̲āna où fut fondé, au XIIe/XVIIIe siècle, un royaume özbeg indépendant [voir Farg̲h̲āna]. L’avènement du premier prince de cette dynastie des Miñ, S̲h̲āhruk̲h̲, fut marqué par la construction d’une citadelle; son fils, ʿAbd al-Karīm (m. 1746) fit construire une autre citadelle appelée plus tard Eski Urda. ʿAbd al-Karīm, ainsi que son neveu et successeur Īrdānā Bī, sont mentionnés plus d’une fois dans l’histoire de l’Ataliḳ Muḥammad Raḥīm qui devait devenir k̲h̲ān…

K̲h̲ems̲h̲in

(198 words)

Author(s): Barthold, W. | Wixman, R.
(également: Ḵh̲ems̲h̲ili), petit groupe d’Arméniens musulmans (sunnites) qui se convertirent au début du XVIIIe siècle. Leur dialecte (comme ceux d’Erzurum, de Cilicie et d’Istanbul) fait partie du groupe des dialectes orientaux de la langue arménienne. L’économie traditionnelle des Ḵh̲ems̲h̲in est fondée sur l’élevage des moutons et des chèvres et sur les activités qui en découlent. En Turquie, ils résident en groupes compacts sur les rives du Firtini et du Karadere (Bas̲h̲ Ḵh̲ems̲h̲in) ainsi que dans la région montagneuse proche de Hope (Ḵh̲ems̲h̲…

Alp-takīn

(425 words)

Author(s): Barthold, W. | Cahen, Cl.
(Tigin), fondateur de la puissance des G̲h̲aznawides. Ainsi que la plupart des prétoriens de son temps, c’était un esclave turc acheté et enrôlé dans la garde du corps des Sāmānides, qui, peu à peu, s’éleva jusqu’à la dignité de «Ḥād̲j̲ib des Ḥād̲j̲ibs» (commandant en chef de la garde). En cette qualité, il exerça le pouvoir effectif sous le règne du jeune ʿAbd al-Malik Ier [ q.v.]; le vizir Abū ¶ ʿAlī al-Balʿamī lui dut sa nomination et n’osa rien entreprendre «sans la connaissance et le conseil» d’Alp-Takīn. Pour l’éloigner de la capitale, le souverain dut l’ap…

Bādg̲h̲īs

(406 words)

Author(s): Barthold, W. | Allchin, F.R.
ou Bād̲h̲g̲h̲īs, district situé dans la partie Nord-ouest de l’Āfg̲h̲ānistān moderne, dans la province de Harāt; on explique son nom comme étant dérivé du persan bādk̲h̲īz (endroit où le vent se lève), du fait que les vents forts y dominent. Pour les géographes du IVe/Xe siècle, seule la région au Nord-ouest de Harāt, entre cette ville et Sarak̲h̲s, est appelée Bādg̲h̲īs. L’auteur des Ḥudūd al-ʿālam, écrivant vraisemblablement grâce à ses connaissances personnelles, la décrit comme un endroit prospère et agréable, groupant 300 villages. Plus tard, le nom fut…

Ḳaraḳorum

(509 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J.A.
, ville de l’ aimak d’Övör Khangay, en Mongolie centrale, aujourd’hui en ruine; au VIIe/XIIIe siècle, elle fut, pour une courte période, la capitale de l’empire mondial mongol. L’exposé le plus complet sur cette ville est donné par le voyageur européen Guillaume de Rubrouck et par l’historien persan al-Ḏj̲uwaynī [ q.v.]. C’est N. M. Yadrent̲s̲ev qui, en 1889, fut le premier à en découvrir les ruines et celles-ci furent, en 1891, visitées et décrites par les membres d’une expédition russe dirigée par Radlov. En 1948-9, une expédition conjointe, …

al-Ṣug̲h̲d

(1,186 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C. E.
, al-Sug̲h̲d, dans les sources géographiques et historiques islamiques anciennes, nom de la Sogdiane des auteurs grecs classiques, région d’Asie Centrale au-delà de l’Oxus s’étendant dans son acception la plus large sur les actuelles républiques d’Uzbekistan, du Tadjikistan et de la Kirghizie. Ce même nom (vieux-persan suguda, néo-avestique sug̲h̲δα, grec sogdioi ou sogdianoi, nom de pays : Sogdiane) désignait dans l’antiquité un peuple d’origine iranienne soumis aux Perses (au moins depuis Darius Ier, 522-486), dont le territoire, d’après des relations grecques, s’…

Baydu

(274 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J.A.
, cinquième des Il-Ḵh̲āns mongols de Perse dans l’ordre de succession et petit-fils deHülegü, fondateur de la dynastie. Il ne régna que quelques mois puisque Gayk̲h̲atu, son prédécesseur, fut étranglé le jeudi 4 d̲j̲umādā II 694/21 avril 1295, etil fut’lui-même mis à mort le mercredi 23 d̲h̲ū l-ḳaʿda/4 oct. de la même année. Injurié par Gayk̲h̲atu, ce jeune prince en apparence peu important avait été entraîné dans une conspiration des amīrs mongols contre l’Il-Ḵh̲ān, laquelle aboutit à la déposition et à l’exécution de ce dernier; les conspirateurs avaientalors en…

Āk̲h̲āl Tekke

(298 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
était, entre 1882 et 1890, le nom d’un arrondissement ( učzd) dans le territoire ( oblastʾ) de la Transcaspie, que les Russes avaient conquis en 1881 et qui comprenait les districts d’Atek [ q.v.] (avec le village de Kaak̲h̲ka comme centre) et de Durun [ q.v.] (Darun; avec Bakharden comme centre). A partir de 1890, cet arrondissement a été désigné sous le nom de ʿAs̲h̲kābād [ q.v.]. Le nom (moderne) d’Āk̲h̲āl s’applique aux oasis situées sur le versant nord du Kopet Dag̲h̲ et du Küren Dag̲h̲; Tekke indique les Turkmènes Tekke ou Teke [ q.v.] habitants actuels de la région. Au moyeu âge, …

Banākitī

(397 words)

Author(s): Barthold, W. | Massé, H.
(pour la vocalisation, voir art. précédent), Fak̲h̲r al-dīn Abū Sulaymān Dāwūd b. Abī l-Faḍl Muḥammad, poète et historien persan (mort en 730/1329-30). D’après ce qu’il dit lui-même, il fut nommé en 701/1301-2 par le souverain mongol de Perse G̲h̲āzān-k̲h̲ān, malik al-s̲h̲uʿarāʾ, c’est-à-dire roi des poètes. Dawlats̲h̲āh ( Tad̲h̲kira, éd. Browne, 227) transmet une de ses poésies. Son ouvrage historique, intitulé Rawḍat ūlī l-albāb fī tawārīk̲h̲ al-akābir wa-l-ansāb, fut composé en 717/1317-18 sous l’Il-k̲h̲ān Abū Saʿīd; la préface en est datée du 25 s̲h̲awwāl …
▲   Back to top   ▲