Search

Your search for 'dc_creator:( "Spuler, B." ) OR dc_contributor:( "Spuler, B." )' returned 81 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ḏj̲ānides

(568 words)

Author(s): Spuler, B.
, nom de la dynastie qui exerça le pouvoir à Buk̲h̲ārā [ q.v.] de 1007/1599 à 1199/1785. Elle descendait de Ḏj̲ān(ī) b. Yār Muḥammad, prince de la maison des Ḵh̲āns d’Astrak̲h̲ān (en tatare Az̲h̲darhān et As̲h̲tark̲h̲ān) qui, devant l’avance des Russes, s’était enfui de sa patrie à Buk̲h̲ārā vers 963/1556. C’est d’après sa patrie que la dynastie fut appelée aussi As̲h̲tark̲h̲ānides [sur la généalogie, cf. Čingizides]. Ḏj̲ān épousa Zahrā Ḵh̲anim, sœur du souverain s̲h̲aybānide ʿAbd Allāh II b. Iskander [ q.v.]. Lorsque le grand empire qu’avait fondé ce dernier s’écroula peu …

Farg̲h̲āna

(2,972 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
, Ferg̲h̲ānā, vallée du moyen Iaxartes (Si̊r-Daryā), d’environ 300 km. de long sur 70 de large, entourée par une partie des montagnes du Tian-s̲h̲an: la chaîne de Čatkal (arabe Ḏj̲adg̲h̲al, jusqu’à 3000 m.) au Nord, les montagnes de Ferg̲h̲āna (jusqu’à 4000 m.) à l’Est, et les monts Alai (jusqu’à 6000 m.) au Sud. Le seul passage (7 km. de large) praticable en toute saison est à l’Ouest, au point où le Iaxartes quitte la vallée et où la route commerciale (et, depuis 1899, le chemin de fer de Samarḳand Ōs̲h̲) y pénètre; la vallée de Farg̲h̲āna a une superficie d’environ 23 000 km2; les terres irri…

Gurgand̲j̲

(689 words)

Author(s): Spuler, B.
, appelée par les Arabes Ḏj̲urd̲j̲āniyya et aussi, vers 600/1200, Ḵh̲wārizm (comme le pays environnant), centre économique de” la région du Ḵh̲wārizm [ q.v.] et, pendant longtemps, capitale politique du territoire, est située à ¶ l’Guest du cours inférieur de l’Oxus (Āmū Daryā). La ville, dont l’ancienneté est inconnue, fut prise par les Arabes en 93/712. Ces derniers essayèrent de priver Gurgand̲j̲ de son importance en fondant une ville, Fīl (Fīr), sur l’autre rive de l’Oxus, mais le nouvel établissement fut peu à peu inondé par le fleuve [voir Kāt̲h̲]. Pour maintenir leur dominati…

Ḳaraḳum

(248 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
(en turc «sable noir»), désert du Turkestan russe, entre l’Arnù Daryā, l’Üst Yurt et la chaîne des hauteurs de la Caspienne, par opposition au Ḳi̊zi̊lḳum «sable rouge», désert situé entre le Si̊r Daryā et l’Āmū Daryā. Le Ḳaraḳum, d’une superficie de 300 000 km2 environ, est d’une désolation encore plus triste que le Ḳi̊zi̊lḳum et possède bien moins de zones cultivables. Les bandes sablonneuses qui s’étendent au Nord du Si̊r jusqu’au lac Čalkar sont appelées «petit Ḳaraḳum» (cf. F. Machatschek, Landeskunde von Russisch-Turkestan, Stuttgart 1921, 15 sq., 285 et index). Une bonn…

Īlk̲h̲āns

(7,954 words)

Author(s): Spuler, B. | Ettinghausen, R.
, dynastie mongole qui gouverna la Perse aux VIIe et VIIIe/XIIIe et XIVe siècles. La première progression des Mongols vers le ProcheOrient (615-8/1218-21) n’avait atteint que le Nord du territoire iranien, et seul le Ḵh̲urāsān [ q.v.] avait, dans une certaine mesure, été soumis à leur domination; dans ces conditions, lorsque les territoires furent partagés, sous le Grand Ḵh̲ān Möngke (649-57/1251-9) qui combattait lui-même en Chine avec son frère Ḳubilay, c’est à Hülegü [ q.v.], leur frère, que fut confiée la tâche d’assurer la domination sur la Perse, la Mésopotamie …

Aḳ Ṣu

(28 words)

Author(s): Spuler, B.
(Ak̲h̲-ṣu), village près de S̲h̲emāk̲h̲ī (en russe Shemakhā) en Ād̲h̲arbayd̲j̲ān soviétique, avec une mosquée, un bazar et les ruines du «Nouveau S̲h̲emāk̲h̲ī» [ q.v.]. ¶ (B. Spuler)

Būs̲h̲and̲j̲

(510 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
, appelée aussi Fūs̲h̲and̲j̲, en moyen persan probablement Pūs̲h̲ang, ancienne ville ¶ d’Iran, au Sud de la rivière Harīrūd, et à 10 parasanges (= une journée de voyage) à l’O.-S.-O. de Harāt (Yāḳūt, I, 758) qui se trouve au Nord de la rivière. La ville existait déjà à l’époque préislamique, et, selon la légende, aurait été fondée soit (à cause de son nom) par le héros Pas̲h̲ang (fils d’Afrāsiyāb, mais que la poésie épique considère comme son père), soit par le souverain sāsānide S̲h̲āpūr 1er (242-271) (J. Marquart, Ērānšahr, 49). La ville est mentionnée en l’an 588 comme le siège …

Ḳawwās

(298 words)

Author(s): Huart, Cl. | Spuler, B.
(a.), parfois également ḳawwāṣ (notamment dans les Mille et une nuits), kavas en turc moderne, terme qui, à l’origine, signifiait «archer» (de ḳaws, arc) et se rapporta par la suite au mousquetaire en général pour désigner finalement le policier militaire et plus spécialement celui qui est placé au service de fonctionnaires turcs de rang élevé ou d’ambassadeurs étrangers; de là sont dérivés cavas/cawas en français et Kawasse en allemand. En Turquie, les ḳawwās furent choisis, jusqu’en 1826, parmi les Janissaires (Yeñi Çeri [ q.v.]) et appelés en turc yasaḳči̊; ils devaient protéger…

Abū l-G̲h̲āzī

(795 words)

Author(s): Spuler, B.
Bahādur Ḵh̲ān, souverain de Ḵh̲īwa et historien de langue čag̲h̲atāy, né probablement le 16 rabīʿ I 1012/24 août 1603, fils de ʿArab Muḥammad Ḵh̲ān, de la famille princière özbeg des S̲h̲aybānides, [ q.v.] et d’une princesse de la même famille. Il passa sa jeunesse en Ürgänč, dans une région devenue dès cette époque presque entièrement déserte en raison du déplacement du cours de l’Oxus — dans l’entourage de son père, k̲h̲ān de l’endroit. En 1029/1619 il devint gouverneur de Kāt̲h̲ pour le compte de ce dernier, mais bientôt, à…

Ḏj̲adīd

(604 words)

Author(s): Spuler, B.
(arabe «nouveau», «moderne»; prononciation turque d̲j̲edīd), partisans des uṣūl- i d̲j̲edīd(e) «nouvelles méthodes», parmi les Musulmans de Russie. Le mouvement apparut vers 1880, d’abord parmi les Tātars de Kazan [ q.v.] qui lui fournirent aussi ses premiers chefs. Pe là, il s’étendit sur d’autres peuples turcs de Russie. Les Ḏj̲edīds se tournèrent contre toute «régression religieuse et culturelle» et préconisèrent surtout des méthodes d’enseignement modernes dans les écoles, l’unification culturelle de tous les peuples tur…

Aḳ Ṣu

(592 words)

Author(s): Spuler, B.
, ville du Turkestan oriental (Sin-kiang), à environ 6 km. au Nord de la rivière Aḳ Ṣu (voir précédent article), sensiblement en face de son confluent avec le Taws̲h̲ḳan Daryā; altitude: 1006 m.; position 41° 17’7" N., 80° E.; elle est située sur la route caravanière du Nord, entre Maralbas̲h̲iʾ et Kučā. Un peu en amont de la ville moderne se trouve une autre localité du même nom, ¶ et au Nord-Est de ces deux agglomérations, la «Vieille Ville»; ces deux dernières villes correspondent peut-être à des localités plus anciennes portant des noms chinois (voir plus bas).C’est seulement au VIIIe/XIV…

Hazārasp

(287 words)

Author(s): Spuler, B.
(persan: «mille chevaux»), ville du Ḵh̲wārizm proche de la rive gauche de l’Oxus [voir Āmū Daryā], à l’embouchure d’un canal navigable, à une journée de voyage de Ḵh̲īwa et dix farsak̲h̲s de Gurgand̲j̲ (Ḥamd Allāh Mustawfī, Nuzha, -79 sqq.). La ville avait des portes de bois et était entourée d’un fossé (al-Muḳaddasī, 289), qui la fermait presque entièrement, de sorte qu’en 616/ 1219, il n’y avait qu’une seule voie d’accès. Hazārasp était une solide forteresse et en même temps un centre commercial important avec de vastes bazars, sur la route commerciale allant d’Āmul sur l’Oxus au Ḵh̲wāri…

Āmū Daryā

(3,601 words)

Author(s): Spuler, B.
, le fleuve Oxus. Noms. Ce fleuve était connu dans l’Antiquité sous le nom de ʼʹOξοΣ, moins fréquemment ɤΩξοΣ (lat. Oxus); longueur 2494 km. ou 2540. Le nom iranien actuel doit être rattaché à celui de la ville d’Āmul [ q.v.] (plus tard Āmū) où, dès les débuts de la période islamique, la route qui menait du Ḵh̲urāsān en Transoxiane traversait le fleuve. Le nom grec dérive, d’après W. Geiger et J. Markwart ( Wehrot. 3, 89), de la racine iranienne wak̲h̲s̲h̲ «augmenter». Il est cependant possible que le mot remonte à une racine homonyme qui signifie «répandre de l’eau» (cf. le…

ʿAs̲h̲ḳābād

(459 words)

Author(s): Spuler, B.
(exactement ʿIs̲h̲ḳābād, d’après la prononciation turque du mot arabe ʿis̲h̲ḳ = amour; chez les Russes, depuis 1924, «Ašchabad», auparavant, jusqu’en 1921, «Asḥābad»; de 1921 à 1924 Poltorack); capitale, depuis 1924, de la République de Turkménistan, elle se trouve dans une oasis au sud du désert de Ḳara Ḳum et s’est développée à partir d’un village turkmène de 500 tentes (en 1881, au moment de la conquête russe). En 1897, elle était la capitale du district transcaspien (Zakaspijskaya Oblast’), et compta…

Āk̲h̲āl Tekke

(298 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
était, entre 1882 et 1890, le nom d’un arrondissement ( učzd) dans le territoire ( oblastʾ) de la Transcaspie, que les Russes avaient conquis en 1881 et qui comprenait les districts d’Atek [ q.v.] (avec le village de Kaak̲h̲ka comme centre) et de Durun [ q.v.] (Darun; avec Bakharden comme centre). A partir de 1890, cet arrondissement a été désigné sous le nom de ʿAs̲h̲kābād [ q.v.]. Le nom (moderne) d’Āk̲h̲āl s’applique aux oasis situées sur le versant nord du Kopet Dag̲h̲ et du Küren Dag̲h̲; Tekke indique les Turkmènes Tekke ou Teke [ q.v.] habitants actuels de la région. Au moyeu âge, …

Aymaḳ

(79 words)

Author(s): Spuler, B.
, terme mongol et turc oriental désignant la tribu ou la confédération de tribus (= turc, il); en mongol moderne, «province», en URSS, «rayon». En Afg̲h̲ānistān, on désigne sous le nom de «quatre Aymaḳs» ( Čār [ Čāhār] Aymaḳ) [voir Čahār Avmaḳ] les quatre tribus nomades d’origine partiellement mongole: Ḏj̲ams̲h̲īdī, Häzarä, Fērōzkōhl, Taymanī. (B. Spuler) Bibliography Sur la division administrative de la République Populaire de Mongolie (avec tableau et carte): E. M. Murzaev, Mongol’skaya Narodnaya Respublika, Moscou 1948, surtout 18-36.

Fīrūzānides

(154 words)

Author(s): Spuler, B.
, Banū Fīrūzān (Pērōzān), tribu persane qui, au IVe/Xe s., exerçait une influence considérable dans le district de S̲h̲ukūr (Ṭabaristān). Le seul personnage véritablement important de cette tribu fut Mākān b. Kālī (Kākī?) qui, au début de sa carrière, fut fonctionnaire au service des ʿAlides du Ṭabaristān et détint ensuite différentes fonctions officielles. En 329/940, il tomba sur le champ de bataille [pour des détails, voir Mākān]. Après sa mort, un de ses parents (son cousin, d’après Miskawayh, II, 3-7; son oncle, d’après Zambaur), al-Ḥasan b. Fīrūzān, réus…

Ḳars̲h̲ī

(160 words)

Author(s): Spuler, B.
, «château»; ce terme est déjà attesté en ancien turc et en ouïgour (Turfan, Ḳutadg̲h̲u Bilig) et se rapporte peut-être à «Kerd̲j̲iye» en tok̲h̲arien. Plus tard, les Mongols ont repris ce mot avec le même sens. La ville de Nak̲h̲s̲h̲ab ou Nasaf [ q.v.], reçut le nom de Ḳars̲h̲ī d’après un château que le prince čag̲h̲atay Kebek Ḵh̲ān (1318-26) avait construit à une distance de deux parasanges. Le ruisseau qui coule à travers les steppes fut appelé Ḳars̲h̲ī-daryā. La ville est mentionnée dans les mémoires de Bābur [ q.v.], et il existe une étymologie populaire de ce nom. Autrefois, l…

Almali̊g̲h̲

(696 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B. | Pritsak, O.
, capitale d’un royaume musulman de la haute vallée de l’Ili [ q.v.] fondée au VIIe/XIIIe siècle par Ūzār (Ḏj̲uwaynī, I, 57) ou ¶ Būzār (Ḏj̲amāl Ḳars̲h̲ī, dans W. Barthold, Turkestan, éd. russe, I, 135 sq.), dont on dit qu’il commença par être brigand et voleur de chevaux. Selon Ḏj̲amāl, il prit pour régner le titre de Tog̲h̲rul Ḵh̲ān. Almali̊g̲h̲ est d’abord citée comme capitale de ce royaume, et, plus tard, comme uni grande et riche ville de commerce. Nous devons nos informations sur son site principalement aux Chinois (Bretschneider, Med. Researches, I, 69 sq., II, 33 sqq. et index…

Ḳaraḳorum

(837 words)

Author(s): Visser, Ph.C. | Spuler, B.
(Ḳaraḳoram), chaîne de montagnes du centre de l’Asie située au Nord de l’Himalaya et presque parallèle à cette dernière chaîne; elle s’étend à l’Ouest jusqu’au 73e degré de longitude, mais sa limite orientale n’est pas encore établie avec certitude; on avait pensé d’abord que cette dernière était constituée par le défilé du Ḳaraḳorum, le plateau de Depsong et la partie supérieure du S̲h̲aysk, mais selon l’opinion de plusieurs géographes éminents, la chaîne qui s’enfonce bien plus loin dans le Tibet et le Tang-la (au Nor…
▲   Back to top   ▲