Search

Your search for 'dc_creator:( "Barthold, W." ) OR dc_contributor:( "Barthold, W." )' returned 91 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ḳaratigin

(1,100 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
(Ḳarātakīn), région traversée par le cours moyen du Wak̲h̲s̲h̲ ou Surk̲h̲āb (en turc Ḳi̊zi̊l Ṣu, une des rivières qui forment l’Amū Daryā), que les géographes arabes appellent Ras̲h̲t (Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih, 34, 211 sq.; Ibn Rusta, 92 sqq., ¶ 290; al-Yaʿḳūbī, Buldān, 260). La ville principale (ou «la forteresse», al-Ḳalʿa, al-Iṣṭak̲h̲rī, 340) du Ras̲h̲t correspond parfaitement à la position de la Garm (également Harm) moderne, seule ville du Ḳarategin; le Ras̲h̲t fermait alors une des régions frontières de l’Islam, et il était défendu à l’Est …

Gardīzī

(336 words)

Author(s): Barthold, W.
, Abu Saʿīd ‘Abd al-Ḥayy b. al-ḍaḥḥāk b. Maḥmūd, historien persan qui vivait au milieu du Ve/XIe s. On ne sait rien de sa vie, mais sa nisba indique qu’il était originaire de Gardi̊z [ q.v.]; comme il déclare avoir reçu d’al-Bīrūnī [ q.v.] des renseignements sur des fêtes indiennes, il est possible qu’il ait été son élève. Son ouvrage, intitulé Zayn al-ak̲h̲bār, fut écrit sous le règne du sultan g̲h̲aznawide ʿAbd al-Ras̲h̲īd (440-3/1049-52); il contient une histoire des rois préislamiques de Perse, de Muḥammad et des califes jusqu’en 423/1032, ainsi qu’une…

Mangū-tīmūr

(919 words)

Author(s): Barthold, W. | Bregel, Yu.
(ainsi sur ses monnaies; mongol: Möngke-Temür, parfois écrit aussi Mūngkā, comme par ex. par Ras̲h̲īd al-dīn, éd. Blochet, 109; dans les annales russes: Mengutimer et Mengutemer, appelé aussi Külük «glorieux, célèbre») k̲h̲ān de la ¶ Horde d’Or (665-79/1267-80), qui était le petit-fils du k̲h̲ān Bātū [ q.v.], et le fils de Toḳūḳān (< Tog̲h̲on). Son prédécesseur Berke [ q.v.] mourut, d’après al-Ḏh̲ahabī, en rabīʿ II 665/janvier 1267 (voir Tiesenhausen, 201-2; d’autres sources égyptiennes n’indiquent que l’année). En ṣafar 666/octobre-novembre 1267, une …

Bādg̲h̲īs

(406 words)

Author(s): Barthold, W. | Allchin, F.R.
ou Bād̲h̲g̲h̲īs, district situé dans la partie Nord-ouest de l’Āfg̲h̲ānistān moderne, dans la province de Harāt; on explique son nom comme étant dérivé du persan bādk̲h̲īz (endroit où le vent se lève), du fait que les vents forts y dominent. Pour les géographes du IVe/Xe siècle, seule la région au Nord-ouest de Harāt, entre cette ville et Sarak̲h̲s, est appelée Bādg̲h̲īs. L’auteur des Ḥudūd al-ʿālam, écrivant vraisemblablement grâce à ses connaissances personnelles, la décrit comme un endroit prospère et agréable, groupant 300 villages. Plus tard, le nom fut…

Afs̲h̲īn

(428 words)

Author(s): Barthold, W. | Gibb, H.A.R.
, titre préislamique porté par les princes indigènes de l’Us̲h̲rūsana, territoire montagneux entre Samarḳand et Ḵh̲ud̲j̲anda, englobant le cours supérieur de la rivière Zarafs̲h̲ān (Barthold, Turkestan 2, 165-9). La province fut soumise aux gouverneurs arabes du Ḵh̲urāsān, par une expédition commandée par al-Faḍl b. Yaḥyā al-Barmakī en 178/794-5, mais ce fut seulement après une révolte, et une seconde expédition sous Aḥmad b. Abī Ḵh̲ālid en 207/822 que l’afs̲h̲īn régnant Kāwūs accepta l’Islam. À Kāwūs succéda son fils Ḵh…

Abū l-K̲̲h̲ayr

(701 words)

Author(s): Barthold, W.
, souverain des Özbegs (voir Uzbeks) et artisan de la puissance de cette nation, descendant de S̲h̲aybān, le plus jeune fils de Ḏj̲uči (voir S̲h̲aybānides), né en l’année du dragon (1412; l’année de l’hégire 816/1413-4 est donnée par erreur). On dit qu’il fut d’abord au service d’un ¶ autre descendant de S̲h̲aybān, Ḏj̲amaduḳ Ḵh̲ān. Ce dernier trouva la mort au cours d’une révolte; Abū l-Ḵh̲ayr fut fait prisonnier, mais fut relâché et peu après, proclamé k̲h̲ān du territoire de Tura (Sibérie) à l’âge de 17 ans (année du singe, 1428; on donne …

Alp-takīn

(425 words)

Author(s): Barthold, W. | Cahen, Cl.
(Tigin), fondateur de la puissance des G̲h̲aznawides. Ainsi que la plupart des prétoriens de son temps, c’était un esclave turc acheté et enrôlé dans la garde du corps des Sāmānides, qui, peu à peu, s’éleva jusqu’à la dignité de «Ḥād̲j̲ib des Ḥād̲j̲ibs» (commandant en chef de la garde). En cette qualité, il exerça le pouvoir effectif sous le règne du jeune ʿAbd al-Malik Ier [ q.v.]; le vizir Abū ¶ ʿAlī al-Balʿamī lui dut sa nomination et n’osa rien entreprendre «sans la connaissance et le conseil» d’Alp-Takīn. Pour l’éloigner de la capitale, le souverain dut l’ap…

Baraba

(763 words)

Author(s): Barthold, W. | Bennigsen, A.
, steppe de la Sibérie occidentale, située dans l’ oblastʾ de Novosibirsk de la R.S.S. Fédérative Russe, entre 54 et 57° de lat. Nord, et limitée à l’Est et à l’Ouest par les chaînes de collines qui bordent les rives de l’Irti̊sh et de l’Obʾ. Cette steppe, qui s’étend sur 117 000 km2, compte de nombreux lacs, salés pour la plupart; le plus grand est le lac Čani̊. Le sol, partiellement marécageux, comporte aussi des zones fertiles, mais c’est essentiellement une région d’élevage de bovins. Son climat est continental froid. La population (plus de 500 000 habitants en 1940) est inégalem…

Āk̲h̲āl Tekke

(298 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
était, entre 1882 et 1890, le nom d’un arrondissement ( učzd) dans le territoire ( oblastʾ) de la Transcaspie, que les Russes avaient conquis en 1881 et qui comprenait les districts d’Atek [ q.v.] (avec le village de Kaak̲h̲ka comme centre) et de Durun [ q.v.] (Darun; avec Bakharden comme centre). A partir de 1890, cet arrondissement a été désigné sous le nom de ʿAs̲h̲kābād [ q.v.]. Le nom (moderne) d’Āk̲h̲āl s’applique aux oasis situées sur le versant nord du Kopet Dag̲h̲ et du Küren Dag̲h̲; Tekke indique les Turkmènes Tekke ou Teke [ q.v.] habitants actuels de la région. Au moyeu âge, …

Manṣūr b. Nūḥ

(513 words)

Author(s): Barthold, W.
, nom de deux amīrs de la dynastie sāmānide de Transoxiane et du Ḵh̲urāsān. 1. Manṣūr b. Nūḥ Ier (Abū Ṣāliḥ), amīr du Ḵh̲urāsān et de Transoxiane (350-65/961-76), successeur de son frère ʿAbd al-Malik b. Nūḥ Ier. On trouve des renseignements sur la situation intérieure du royaume sāmānide sous Manṣūr chez Ibn Ḥawḳal, qui en fut le témoin oculaire (voir en particulier BGA, II, 341: fī waḳtinā hād̲h̲ā; 344, sur la personnalité de Manṣūr: «le roi le plus juste de notre époque, malgré la faiblesse de son corps et la maigreur de sa personne). Sur le vizir Abū ʿAlī Muḥammad Balʿamī, voir l’art. Balʿamī…

Bāliḳ

(117 words)

Author(s): Barthold, W.
, mot turco-mongol signifiant ville (écrit aussi Bālīḳ et Bālig̲h̲), se rencontre souvent dans des noms composés de villes, comme Bīs̲h̲bāliḳ («Cinq villes», aujourd’hui ruines près de Gučen dans le Turkestan chinois), Ḵh̲ānbāliḳ («ville du Khān», nom turco-mongol de Pékin, employé également par beaucoup de voyageurs européens du moyen âge), Ilibāliḳ (sur le fleuve Ili, aujourd’hui Ilijsk), etc. La ville de Bīs̲h̲bāliḳ se trouvant déjà mentionnée dans les inscriptions de l’Orkhon (VIIIe siècle de notre ère), il s’ensuit que Bāliḳ au sens de «ville» est du nombre de…

Gand̲j̲a

(980 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J. A.
, ar. Ḏj̲anza, autrefois Elizavetpol, actuellement Kirovabad, deuxième ville de la R.S.S. d’Azerbaijan. Fondée sous la domination arabe, en 245/859, selon le Ta’rīk̲h̲ Bāb al-Abwāb (V. Minorsky, A History of S̲h̲arvān and Darband, Cambridge 1958, 25. 57)i elle n’est pas mentionnée par les plus anciens géographes arabes comme Ibn Ḵh̲urradādhbih et al-Yaʿkūbī; elle paraît avoir tiré son nom de celui de la capitale anté-islamique de l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān (les ruines actuelles de Tak̲h̲t-i Sulaymān). Al-Iṣtak̲h̲rī (187, 193) ne cite …

Alti S̲h̲ahr

(140 words)

Author(s): Barthold, W.
ou Alta S̲h̲ahr (le nombre «six» est toujours écrit alta au Turkestan chinois), «six villes», désigne la partie du Turkestan chinois (Sin Kiang) qui comprend les villes de Kuča, Aḳ Su, Uč Turfān (ou Us̲h̲ Turfān), Kās̲h̲g̲h̲ar, Yārkand et Ḵh̲otan. Cette dénomination semble avoir été employée pour la première fois au XVIIIe siècle (cf. M. Hartmann, Der islamische Orient, I, 226, 278). Une septième ville, Yangi Hisār (entre Kās̲h̲g̲h̲ar et Yārkand) est quelquefois ajoutée, bien qu’elle soit fréquemment comptée au nombre des six, auquel cas on supprime so…

Bātū

(1,563 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J.A.
, prince mongol, conquérant de la Russie et fondateur de la Horde d’Or (624-53/ 1227-55), né dans les premières années du VIIe/ XIIIe siècle, second fils de Ḏj̲oči [ q.v.]. Du vivant de Čingiz-Ḵh̲ān, Dioči. en tant que fils ainé, avait reçu en yurt ou apanage le territoire s’étendant des régions de Ḳayali̊ḳ et Ḵh̲wārizm à Saksi̊n et Bulg̲h̲ar sur la Volga «et jusqu’où le sabot du cheval tartare était entré». La partie orientale de cette vaste ¶ région, c’est-à-dire la Sibérie occidentale, l’actuel Kazak̲h̲stan et le bassin inférieur du Si̊r-Daryā, passèrent à la mort de …

Ḳazaḳ

(575 words)

Author(s): Barthold, W. | Hazai, G.
, attesté pour la première fois dans les langues turques au VIIIe/XIVe siècle avec le sens d’«indépendant, vagabond», est également conservé, ainsi que d’autres acceptions voisines telles que «homme libre et indépendant, vagabond, aventurier, etc.», dans ces langues à l’époque moderne. Durant les troubles de la période tīmūride, ce terme désignait, par opposition aux souverains réels, les prétendants, et leurs partisans, qui menaient une vie d’aventuriers ou de voleurs à la tête de leurs hommes. A la même époque, ḳazaḳ commença aussi à s’appliquer aux groupes nomades qui s…

Ānī

(1,786 words)

Author(s): Barthold, W. | Minorsky, V.
, ancienne capitale arménienne, dont les ruines se trouvent sur la rive droite de l’Arpa-Čay (que les Arméniens nomment Ak̲h̲uryan) à environ 32 km. du confluent de cette rivière avec l’Araxe. On a suggéré que la ville devait peut-être son nom à un temple de la déesse iranienne Anāhita (l’Anaïtis grecque). Le site était occupé avant l’ère chrétienne, car on a trouvé des tombes païennes au voisinage immédiat de la ville. Ānῑ est mentionnée comme une forteresse dès le Ve s. ap. J.-C.; sa fondation fut conditionnée par sa position entre le ravin de Tsalkotz-dzor, dans lequel …

al-Ṣug̲h̲d

(1,186 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C. E.
, al-Sug̲h̲d, dans les sources géographiques et historiques islamiques anciennes, nom de la Sogdiane des auteurs grecs classiques, région d’Asie Centrale au-delà de l’Oxus s’étendant dans son acception la plus large sur les actuelles républiques d’Uzbekistan, du Tadjikistan et de la Kirghizie. Ce même nom (vieux-persan suguda, néo-avestique sug̲h̲δα, grec sogdioi ou sogdianoi, nom de pays : Sogdiane) désignait dans l’antiquité un peuple d’origine iranienne soumis aux Perses (au moins depuis Darius Ier, 522-486), dont le territoire, d’après des relations grecques, s’…

ʿAbd al-Karīm Buk̲h̲ārī

(142 words)

Author(s): Barthold, W.
, historien persan qui écrivit, en 1233/1818, un aperçu des conditions géographiques des pays de l’Asie centrale (Afg̲h̲ānistān, Buk̲h̲ārā, Ḵh̲īwa. Ḵh̲ōḳand. Tibet et Kas̲h̲mīr) et des événements historiques des mêmes pays de l’année 1160 (avènement d’Aḥmad S̲h̲āh Durrānī, q.v.) jusqu’à son temps. L’auteur avait déjà quitté sa patrie en 1222/1807-8, accompagnant une ambassade à Constantinople. Il y resta jusqu’à sa mort qui survint après 1246/1830 et écrivit son ouvrage pour le maître des cérémonies ʿĀrif Bey. Ch. Schefer, acquéreur…

Atek

(164 words)

Author(s): Barthold, W.
, district du Turkmenistan soviétique occupant le versant septentrional de la chaînefrontière du Ḵh̲urāsān (Kopet Dag̲h̲), entre les stations de chemin de fer actuelles de Gjaurs et de Dus̲h̲ak. Le nom est en réalité le turc Etek «bord, lisière» (de la chaîne de montagnes), traduction du nom persan de la même région Dāman-i Kūh «pied de la montagne»; cependant les Persans écrivent toujours ce mot Ātak. Il ne semble pas qu’au moyen âge on eût l’habitude de désigner ce territoire par un nom spécial. L’Atek, en qualité de district de la ville d’Abīward [ q.v.], dépendait du Ḵh̲urāsān. Aux Xe/XVI…

Ḳurama

(790 words)

Author(s): Barthold, W.
, d’après Radloff ( Versuch eines Wörterbuches der Tüirk-Dialecte, II, St. Pétersbourg 1899, 924) «race de Turcs du Turkestan»; dans son ouvrage, le mot kirghiz (c’est-à-dire ḳazaḳ) ḳurama (de ḳura = coudre ensemble des morceaux d’étoffe) est aussi cité avec le sens de «couverture faite de morceaux d’étoffe cousus ensemble». Dans un autre ouvrage ( Aus Sibirien 2, Leipzig 1893,1, 225), Radloff lui-même dit que les Ḳurama sont un peuple formé par «un mélange d’Özbeks et de Kirghiz» et que leur nom vientt d’après ce que disent les Kirghiz eux-mêmes, du fai) qu’ils sont formés ( kura = coudre…
▲   Back to top   ▲