Search

Your search for 'dc_creator:( "Andrews, P.A." ) OR dc_contributor:( "Andrews, P.A." )' returned 32 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Yurtči̊

(737 words)

Author(s): Andrews, P. A.
(t.) (de yurt “territoire tribal, terrain de campement, t. de tente”, terme général des langues turques, voir Türkmen yūrt ~ yuwi̊rt, Ḳaraḳalpaḳ, Ḳazaḳ, et Ḳi̊rg̲h̲i̊z, žurt; voir Ḵh̲ayma, IV, où il faut ajouter à la Bibl., G. Doerfer, Türkische und mongolische Elemente im Neupersischen, Wiesbaden 1965-70, IV, 212-6 n°. 1914), persan yūrtd̲j̲ī, désigne l’officier salarié responsable du choix des terrains de camp(ement) pour l’armée ou la cour, de ¶ leur organisation et de leur bon usage. La manière dont al-Ḏj̲uwaynī se sert du mot yurt pour les apanages accordés par Činggiz ḳān…

Multān

(2,191 words)

Author(s): Friedmann, Y. | Andrews, P.A.
, nom donné par les Arabes à l’ancienne ville du Pand̲j̲āb, Mulast̲h̲ana (B. C. Law, Historical geography of ancient India, Paris 1954, 112), qui était, croit-on, le Malli des historiens d’Alexandre (Quintus Curtius Rufus, History of Alexander, Cambridge, Mass. 1946, II, 433). …

Lāhawr

(5,477 words)

Author(s): Jackson, P. | Andrews, P. A.
(Lahore), principale ville du Pand̲j̲āb [ q.v.] sur la rive gauche du Rāwī (ait. 200 m environ; 31° 35′ N., 74° 20′ E.). Sa position stratégique dans la fertile région alluviale de la plaine du haut Indus lui a toujours valu de jouer un rôle important dans l’histoire de l’Inde, très souvent comme forteresse de frontière et, plus récemment, comme capitale de l’empire des Sikhs [ q.v.]. Depuis 1947, elle fait partie de la République du Pakistan dont elle est la deuxième ville. I. — Histoire. Par étymologie populaire, la fondation de Lāhawr est rattachée au mythique Lava (Lōh), fils…

Lak̲h̲naw

(3,123 words)

Author(s): Subhan, Abdus | Andrews, P. A.
(orth. angl. traditionnelle: Lucknow), capitale de l’État indien d’Uttar Pradesh (les United Provinces de l’Inde Britannique), située sur la rive méridionale du sinueux Gumti (26° 52′ N., 80° 52′ E.); elle occupe le 11e rang parmi les villes du pays (population en 1971: 750 512 habitants) et le 2e parmi celles de l’État. Siège du gouvernement ¶ de l’Uttar Pradesh, elle est aussi le chef-lieu administratif du district et du département de Lak̲h̲naw. I. — Histoire. Bien que la légende rattache l’origine de Lak̲h̲naw à un monticule local mythique du nom de Laks̲h̲man Tììīl…

Maḥall

(7,842 words)

Author(s): Andrews, P. A.
, terme arabe signifiant «lieu où l’on fait halte, où l’on se fixe > demeure», mais largement usité dans l’Inde musulmane pour désigner un pavillon ou une salle dans un palais; il s’applique plus particulièrement aux appartements privés du palais, le

Miẓalla

(4,483 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Holt, P. M. | Chalmeta, P. | Andrews, P.A. | Burton-Page, J.
(a.), litt. «instrument ou dispositif fournissant de l’ombre ( ẓill)», apparemment synonyme de s̲h̲amsa, s̲h̲amsiyya, litt. «instrument ou dispositif fournissant un abri contre le soleil», désigne donc probablement le parasol porté dans des cérémonies et des processions [voir Mawākib] au-dessus des souverains musulmans. 1. — Sous les ʿAbbāsides et les Fāṭimides. Les sources historiques contiennent peu de références sur la pratique au temps du califat ʿabbāside. Ibn al-Zayyāt [ q.v.] était chargé, sous le califat d’al-Muʿtasim, du contrôle de la manufacture (al-Ṭa…

Turcs (türks)

(57,734 words)

Author(s): Bazin, L. | Golden, P. B. | Zürcher, E. J. | Andrews, P. A. | Hazai, G. | Et al.
I. Histoire 1. La période préislamique: les premiers Turcs dans l’histoire et leurs langues 2. Histoire tribale des Turcs de l’Asie Centrale 3. Les Turcs d’Eurasie Occidentale et d’Europe Centrale ¶ 4. Les Turcs à l’époque des Sald̲j̲ūḳs et des Ottomans 5. La République de Turque moderne 6. Les Turcs en dehors de la Turquie jusqu’en 1860 7. Les Turcs en dehors de la Turquie depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours II. Langues (I) Introduction (II) Situation génétique (III) Principales caractéristiques structurelles (IV) Langues turciques du passé (V) Langues turciques d’aujourd’hui III.…

Maklī

(1,748 words)

Author(s): Andrews, P. A.
, plateau allongé s’étendant du Nord au Sud à 3 km environ au Nord-ouest de la ville de T́hat́t́hā (Tatta ou Thatta) [ q.v.] dans le Bas Sind [ q.v.], au Pakistan, sur la route de Karāčī; il servit de nécropole aux dynasties locales des Sammā, Arg̲h̲ūn et Tark̲h̲ān, et de sépulture à des milliers de Musulmans ordinaires. L’étymologie du toponyme est obscure, mais il peut venir de mukallāʾ «bord de fleuve», car il est situé le long de l’ancien lit de l’Indus. Dans sa largeur irrégulièrement courbe, les mausolées sont disposés dans un ordre grossièrement chronolog…

Pīshṭāḳ

(4,005 words)

Author(s): Andrews, P.A.
(p.), litt., «arc du devant», de là, le portail d’un édifice important, ainsi approprié, au moins dans ses formes élaborées, à l’avancée de la structure par rapport au plan de la façade: il est formellement caractérisé par cette projection, et par l’articulation des plans se succédant vers l’entrée proprement dite à l’intérieur. Bien qu’employé au commencement dans tout le Moyen Orient et en Hindūstān, le portail est devenu plus typique de l’architecture indo-persane. La conception persane semble être en rapport avec le dihlīz arabe, vestibule du palais où le souverain se pla…

Mahisur, Maysūr

(3,257 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Andrews, P. A.
(orth. conventionnelle Mysore), nom d’une ville et d’un État princier de l’Inde britannique dont elle était la capitale. Cet ancien État constitue aujourd’hui le noyau de celui de l’Union Indienne nommé Karnataka (capitale Bangalore). L’État indigène occupait, dans le Sud de l’Inde, ¶ un territoire de 76 230 km2 sans accès à la mer (11° 36ʹ-15° 2ʹ N. et 74° 38ʹ-78° 36ʹ E.). Il comptait, en 1941, 7329140 habitants dont plus de 90% d’Hindous; la minorité musulmane était presque totalement sunnite. L’ancienne capitale, siège des maharad̲j̲as de Mysore, est située à une altitude de …

Muhād̲j̲ir

(7,158 words)

Author(s): Andrews, P. A. | Ansari, Sarah
(a.), littéralement «celui qui émigré», ¶ a désigné différents groupes au cours de l’histoire de l’Islam. —1. Dans l’Islam primitif. Voir Hid̲j̲ra et Muhād̲j̲irūn. —2. Turquie et territoires ottomans. Le rôle de refuge de l’Islam ( Islām-penāh) joué par l’Anatolie et la Thrace prit de l’importance au fur et à mesure que la puissance ottomane déclinait et que les populations musulmanes des territoires excentriques se trouvaient soumises à des administrations chrétiennes défavorables, notamment à cause de l’expansion russe et des mouvements nationaux dans les Balkans. Le mot muhād̲j…

Parčīn-kārī

(4,587 words)

Author(s): Andrews, P.A.
(p.), en ourdou paččī- kārī, technique d’incrustation en usage dans l’architecture du sous-continent indo-pakistanais. Elle est habituellement réalisée en marbre selon une technique qui atteignit son plein développement en Hindūstān sous Ḏj̲ahāngīr et S̲h̲āh-Ḏj̲ahān au XIe/XVIIe siècle; elle constituait alors un élément essentiel du symbolisme impérial. L’emploi de la pierre semi-précieuse dans des compositions florales ou foliées comparables à la technique florentine du commesso di piètre dure semble être né d’une longue tradition régionale de la marqueterie …

Masd̲j̲id

(78,035 words)

Author(s): Pedersen, J. | Hillenbrand, R. | Burton-Page, J. | Andrews, P.A. | Pijper, G.F. | Et al.
(a.), mosquée, nom de lieu de sad̲j̲ada «se prosterner», d’où «lieu où l’on se prosterne [dans l’exercice du culte]». Les termes employés dans l’Europe occidentale (français mosquée, anglais masque, all. Moschee, ital. moschea) viennent de l’arabe par l’intermédiaire de l’espagnol mezquita. I. — La mosquée dans les pays du centre du monde islamique. A. — Origines de la mosquée jusqu’à la mort du Prophète. B. — Fondation de mosquées après l’époque du Prophète. C. — La mosquée, centre du culte. D. — Eléments constitutifs et mobilier de la mosquée. E. — La mosquée, institution d’État. F. — A…

Mifras̲h̲

(1,261 words)

Author(s): Andrews, P.A.
, (a.), employé plus souvent sous sa forme persane mafras̲h̲ ou ottomane mifres̲h̲, sac de voyage contenant du matériel de couchage. Dérivé de l’arabe faras̲h̲a «étendre» ou «meubler une maison ou une tente», ce terme est apparenté à mafrūs̲h̲āt [ q.v.] dans le sens de couchage. Deux spécimens anciens faits de grosse toile cirée renforcée au moyen de clous de laiton formant des dessins sont conservés au harem de Topkapi Sarayi à Istanbul (8/460 et 8/465 k̲h̲urd̲j̲). Ils ont un fond plat de 90 × 55 cm et des extrémités en forme de D de 30 cm de hauteur desquelles les côt…

Misāḥa

(3,635 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Burton-Page, J. | Andrews, P. A. | Réd.
(a), dans le sens de mesurage de surfaces planes, et, dans l’usage moderne, arpentage, technique de mesurage. Dans le présent article, on considérera les mesures de longueur et de surface, les mesures de capacité, de volume et de poids ayant été traitées sous Makāyīl wa-Mawāzīn. Sur la technique de mesurage, voir Misāḥa, ʿIlm al-. I. — Pays du centre du monde islamique. A l’époque pré-moderne, il y avait une série ahurissante de mesures de longueur et de surface souvent différentes localement tout en portant le même nom. Comme le note Lane avec désespoir, …

Manzil

(2,943 words)

Author(s): Elisséeff, N. | Andrews, P. A.
(A., pl. manāzil), nom de lieu et de temps de la racine N.Z.L., qui exprime une idée de halte, d’arrêt temporaire. I. — Islam central et occidental. ;Dans le Ḳurʾān (X, 5; XXXVII, 39), ne figure que le pluriel désignant les mansions lunaires manāzil [ q.v.]. Manzil peut être aussi une étape d’un itinéraire spirituel, d’une initiation mystique, comme le montre le Kitāb Manāzil al-sāʾirīn de ʿAbd Allāh al-Anṣārī al-Harawī. D’après le Lisān al-ʿArab, c’est l’endroit où l’on fait halte ( mawḍiʿ al-nuzūl), où le voyageur descend de monture au terme d’une journée de marche ( marḥala, pl. marāḥil) …

Pīs̲hṭ̲ṭaḳ

(3,614 words)

Author(s): Andrews, P.A.
(p.), literally, “the arch in front”, hence the portal of an important building, the term being appropriate to the advancing of the structure, at least in its developed form, forward from the plane of the façade: it is formally typified by this projection, and the articulation of receding planes to the entrance within. Though initially used throughout the Middle East and Hindūstān, the portal came to be most typical of Perso-Indian architecture. The Persian concept appears to be connected with the Arabic dihlīz as the palace vestibule where the ruler app…

Parčīn-Kārī

(4,285 words)

Author(s): Andrews, P.A.
(p.), a technique of inlaywork used in the architecture of the Indo-Pākistān subcontinent, in Urdu paččī-kārī . It is usually set in marble in a technique which reached its fullest development in Hindustan under D̲j̲ahāngīr and S̲h̲āh-D̲j̲ahān in the 11th/17th century, by then as an essential element in imperial symbolism. The craft of using semi-precious stones in floral or foliate compositions in the equivalent of the Florentine commesso di pietre dure appears to have arisen from a long regional tradition of stone intarsia work with a stimulus from imported Flor…

Turks

(54,970 words)

Author(s): Bazin L. | Golden, P.B. | Golden.P.B | Zürcher E.J | Andrews.P.A | Et al.
¶ I. History. 1. The pre-Islamic period: the first Turks in history and their languages. Towards 540, on the northern fringes of China, the nomadic empire of the Z̲h̲ouan-z̲h̲ouan (proto-Mongols?) dominated the lands of Mongolia and some neighbouring zones. Its Ḳag̲h̲an or ruler had as his vassals notably the chiefs of two important tribal confederations, those of the Türks, in the northern Altai, and the equally Turkish-speaking one of the “High Waggons” (Chinese Kao-kiu) in the Selenga basin (the northern part of central Mongolia). After an abortive revolt by these last, the …

Lāhawr

(5,211 words)

Author(s): Jackson, P. | Andrews, P.A.
( Lahore ), the principal city of the Pand̲j̲āb [ q.v.], situated on the left bank of the Rāwī about 700 feet above sea level, at lat. 31° 35′ N. and long. 74° 20′ E. Its strategic location in the ¶ fertile alluvial region of the upper Indus plain has guaranteed it an important rôle in Indian history, very often as a frontier stronghold and more recently as the capital of the Sikh [ q.v.] empire. Since 1947 it has been included in the republic of Pākistān, of which it is the second largest city. 1. History. Popular etymology connects the foundation of Lāhawr with the mythical Lava (Lōh), …
▲   Back to top   ▲