Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Zunbīl

(299 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, titre supposé porté, avant l’Islam et au début de sa diffusion, par une lignée de souverains d’Afg̲h̲ānistān oriental qui s’opposèrent pendant environ deux siècles à la pénétration des armées musulmanes dans la région. Dans les textes historiques arabes, il y a incertitude quant à la vocalisation de ce nom, avec des formes comme *Rutbīl ou *Ratbīl, etc. L’origine du titre est assez obscure. Marquart avait probablement raison d’y voir un nom théophorique incluant l’élément Zūn [ q.v.] ou Zhūn, nom du dieu qui, d’après les sources arabes, était adoré dans la région du Zamīndāwar [ q.v.]. D…

Buḳʿa

(655 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(a.) signifie étymologiquement « parcelle de terre qui se distingue du terrain environnant par une différence de couleur », ou « région déprimée où stagne de l’eau » (voir Lane, s.v.); cette dernière acception est évidemment à la base du pl. Biḳāʿ [ q.v.], nom de la vallée marécageuse (à l’origine) qui s’étend entre les chaînes du Liban et de l’Anti-Liban; c’est également d’elle que provient sans aucun doute le nom d’al-Buḳay’a donné à une localité proche du Lac de Ḥimṣ [ q.v.] (voir Le Strange, Palestine under the Moslems, 352). A partir de ces acceptions, le terme acquiert le sens…

Rustāḳ

(294 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, forme arabisée du moyen persan rōstāg, avec le sens de «district rural, campagne»; pl. rasātīḳ. (1) Dans l’usage islamique médiéval des géographes arabes et persans, ainsi que des auteurs arabes ayant écrit sur les finances et le fisc, rustāḳ est employé à la fois comme terme administratif et dans un sens plus général. Ainsi, pour décrire l’usage le plus rigoureux, ¶ en ʿIrāḳ sāsānide et islamique primitif, chaque kūra [ q.v.] ou province était divisée en tassūd̲j̲s, ou départements, et ceux-ci à leur tour en rustāḳs, arrondissements ou cantons, centrés autour d’une madīna (ville). Se…

Ḳuhrūd

(342 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, forme arabe du persan kōh-rūd «cours d’eau de montagne», village de la Perse occidentale sur la route caravanière d’été entre Ḳās̲h̲ān et Iṣfahān [ q.vv.]. Au moyen âge, il faisait partie de la province des Ḏj̲ibāl, et Ḥamd Allāh Mustawfī ( Nuzhat al-ḳulūb, tr. 184) le situe à huit farsak̲h̲s de Ḳās̲h̲ān, soit à 45 km. environ de celle-ci (voir aussi Schwarz, Iran im Mittelalter, 929, n. 16); de nos jours, il est rattaché administrativement au bak̲h̲s̲h̲ de Ḳamṣar dans le s̲h̲ahrastān de Ḳās̲h̲ān, au sein du deuxième ustān, ou province centrale d’Iran (voir Fahrang-i d̲j̲ug̲h̲rāfiyā-yi …

Mayhana

(259 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Mīhana, petite ville du Ḵh̲urāsān (auj. en URSS), à l’Est de la chaîne du Kūh-i Hazār Masd̲j̲id, en bordure du «désert de Marw» devenu le Ḳara Ḳum [ q.v.], à 65 km à l’Est-Nord-est de Ḳalʿat-i Nādirī et à une centaine au Sud-est de Mas̲h̲had [ q. vv.]. Au Moyen Âge, c’était la principale agglomération du district de Ḵh̲āwarān ou Ḵh̲ābarān, situé entre Abīward et Sarak̲h̲s [ q.vv.]; à l’époque de Yāḳūt, Mayhana avait considérablement décliné, mais Mustawfī décrit le district de Ḵh̲āwarān comme généralement florissant et produisant de bonnes récoltes de céréales et de fruits ( Nuzha, 157-8, …

ʿUḳbarā

(511 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville qui fonctionnait au Moyen-Âge en ʿIrāḳ; au temps des géographes arabes classiques (IIIe-IVe/IXe-Xe siècles), elle était située sur la rive gauche, c.à.d. à l’Est, du Tigre, dix farsak̲h̲s au nord de Bag̲h̲dād, approximativement à mi-chemin entre la capitale et Sāmarrāʾ. Comme Yāḳūt l’a noté ( Buldān, éd. Beyrouth, IV, 142), le nom est d’origine araméenne ( sūryānī), c.à.d. ʿOkbarā, et l’histoire de la ville peut remonter à la première période sāsānide. Pendant le règne de l’empereur S̲h̲āpūr I (milieu IIIe siècle ap. J.-Chr.), des captifs romains y furent établis, et…

Ḳungrāt

(523 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom d’une tribu d’Asie Centrale, d’abord mongole puisturkmène, et d’une localité qui tire son nom de cette dernière, l’actuelle Kungrad, installée sur le cours inférieur de l’Āmū Daryā ou Oxus. La tribu mongole des Ḳonḳi̊rat/Ḳonḳurat ou Onggirat (on trouve K. n. ḳūrāt chez Ḏj̲uwaynī et Ungrat chez Marco Polo) semble avoir vécu à l’extrême Est de la Mongolie, vers les montagnes du Khinggan, dans une région appelée Ābd̲j̲iya-Küteger; elle se rallia à Čingiz lors de sa lutte contre Ong Ḵh̲ān [voir Čingiz Ḵh̲ān] et eut le privilège de donner des épouses aux Ḵh̲āns: ainsi la femm…

Sūmanāt

(373 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, forme prise dans les sources islamoindiennes par le nom de l’antique ville indienne de Somnāth, exactement Somanātha «seigneur du soma» (le breuvage hallucinogène des indo-iraniens anciens), qui désigne Siva (S̲h̲iva), et par extension «seigneur de la lune». C’est de nos jours un site en ruine sur la côte sud-occidentale de la péninsule de Kāt̲h̲īāwār, en Inde occidentale, où se trouvait l’ancien sultanat indo-musulman du Gud̲j̲arāt [ q.v.]. De récentes fouilles ont révélé un établissement remontant à 1500 avant J.-C, et Somnāth joue un rôle dans l’histoire de…

Ismāʿīl b. Sebüktigin

(207 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, amīr g̲h̲aznawide, troisième fils du fondateur de l’empire g̲h̲aznawide et dernier membre de la famille à reconnaître la suzeraineté des Sāmānides. Lorsque Sebüktigin mourut en s̲h̲aʿbān 387/août 997, il laissa les provinces de G̲h̲azna et de Balk̲h̲ à Ismāʿīl et le commandement des armées du Ḵh̲urāsān à son fils aîné, Maḥmūd; l’attribution de G̲h̲azna à Ismāʿīl fut probablement due au fait que sa mère était une fille d’Alptigin [v. Alp-Takīn] qui, à l’origine, commandait les Turcs à G̲h̲azna. Maḥmūd n’accepta point ces dispositions et exigea d’être reconnu comm…

Bāriz

(439 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Ḏj̲abal, région montagneuse de la province iranienne du Kirmān qui paraît avoir été boisée au début de l’époque islamique et que les historiens et les géographes du moyen âge présentent comme le repaire de peuples pillards tels que les Kūfičis ou Ḳufṣ et les Balūč [voir Balūčistān, Kirmān et Ḳufṣ]. Le d̲j̲abal Bāriz fait partie de la chaîne granitique aux parois escarpées qui s’étend du Nord-ouest au Sud-est à partir du massif du Kirmān central (c’est-à-dire celui qui culmine notamment au Kūh-i Hazār et au Kūh-i Lālazār) jusqu’au Sud des villes de Bam [ q.v.] et Fahrad̲j̲; pour les géog…

Muḥammad S̲h̲āh

(647 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Ḏj̲ahān-S̲h̲āh b. S̲h̲āh ʿAlam Ier, Nāṣir al-dīn (1131-61/1719-48), surnommé Raws̲h̲an Ak̲h̲tar «Étoile brillante», dernier des empereurs mug̲h̲als de Dihlī à jouir d’un pouvoir réel. Son père avait été l’un des trois frères qui avaient péri en disputant la couronne à leur aîné, Ḏj̲ahān-dār S̲h̲āh b. S̲h̲āh ʿĀlam Bahādur. Muḥammad S̲h̲āh naquit le 24 rabīʿ-I 1114/7 août 1702 et fut acclamé empereur par les deux frères Sayyid ʿAbd Allāh et Sayyid Ḥusayn, après les deux brefs règnes de ses cousins Rāfiʿ al-darad̲j̲āt et Rāfiʿ al-dawla (ce der…

Muns̲h̲ī

(131 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), exactement muns̲h̲iʾ, secrétaire, spécialiste de ce style épistolaire de haut vol répandu ¶ dans les chancelleries islamiques médiévales à partir du IIe/VIIIe siècle, et connu sous le nom d’ ins̲h̲āʾ [ q.v.]. Dans le monde persan et islamo-indien, le mot muns̲h̲ī s’appliquait aux secrétaires de chancellerie du souverain, par exemple chez les Ṣafawides, pour qui le secrétaire d’Etat, le muns̲h̲ī l-mamālik, était un très important fonctionnaire qui partageait apparemment la responsabilité de la correspondance du s̲h̲āh avec le wāḳiʿa-nuwīs ou historiographe (voir Tad̲h̲kir…

Rūd̲h̲rāwar

(242 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, district rural ( rūstāḳ, nāḥiya) de la province islamique médiévale du Ḏj̲ibāl [ q.v.], en Perse occidentale. Les géographes la décrivent comme une plaine fertile au pied du Kūh-i Alwand, renfermant 93 villages et produisant un safran de haute qualité, exporté par les villes voisines de Hamad̲h̲ān et de Nihāwand. Le chef-lieu du district, où étaient le d̲j̲āmiʿ et le minbar, s’appelait Karad̲j̲-i Rūd̲h̲rāwar, décrit par les Ḥudūd al-ʿĀlam, trad. 132, 6 31.8-9, ¶ comme un endroit prospère où demeuraient des marchands. Ce site paraît avoir été distinct du Karad̲j̲ qui…

Fak̲h̲r-i Mudabbir

(611 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, s̲h̲uhra de Fak̲h̲r al-dīn Muḥammad b. Manṣūr Mubārak Shāh al-Ḳuras̲h̲ī, auteur indien qui écrivait en persan; il vivait sous les derniers G̲h̲aznawides, les G̲h̲ūrides et les premiers «rois esclaves» de Dihlī (fin du VIe/XIIe — début du VIIe/XIIIe siècle), mais la date et le lieu de sa naissance sont inconnus. Il prétendait descendre d’Abū Bakr par son père et, par sa mère, de l’ amīr turc Bilgetigin, prédécesseur immédiat, à G̲h̲azna, de Sebüktigin et beau-père de Maḥmūd de G̲h̲azna; il peut donc fort bien être né et avoir été élevé dans cette dernière vi…

Simaw

(383 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, en turc moderne Simav, ville d’Anatolie du Nord-est. sur le fleuve du même nom, et juste au Sud-est du Simav Gölü, à 90 km à vol d’oiseau au Sud-ouest de Kütahya [ q.v.] et sur la route reliant Balikesir à Usak (lat. 39° 05′ N, long. 28° 59′ E., altitude 823 m). A la fin de l’époque ottomane, c’était le chef-lieu d’un ḳaḍāʾ du même nom. C’est maintenant le centre de l’ ilçe, ou district de Simav, dans l’il, ou province de Kütahya. Il ne faut pas la confondre, comme l’a fait Babinger dans son article de l’ EI 1, avec Simāwnā, en Thrace orientale, lieu de naissance de l’ancien rebelle ottoman …

ʿUtba b. G̲h̲azwān

(326 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. al-Ḥārit̲h̲ b. Ḏj̲ābir, Abū ʿUbayd Allāh ou Abū G̲h̲azwān al-Māzinī, de la tribu Māzin des Ḳays ʿAylān, ḥālif ou confédéré des clans mecquois Nawfal ou ʿAbd S̲h̲ams, converti très tôt à l’Islam et un des plus anciens compagnons du Prophète. Il était appelé le «septième des sept», c’est à dire de ceux qui avaient adopté la nouvelle foi. Il participa aux deux hid̲j̲ras en Éthiopie, à la bataille de Badr, et à plusieurs expéditions menées par Muḥammad. Sous le califat de ʿUmar, il fut envoyé de Médine conduire des expéditions sur le bas ʿIrāḳ, s’emparant d’al-Ubulla [ q.v.], tuant le marzbān de…

Sarak̲h̲s

(900 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du Ḵh̲urāsān septentrional, dans la steppe au Nord de l’extrémité orientale de la chaîne du Köpet Dag̲h̲. Elle était située sur la rive droite (orientale) de la rivière Tad̲j̲ant (actuellement Ted̲j̲en), dont le débit incertain recevait les eaux du Harī Rūd avant de disparaître dans le désert du Ḳara Ḳum [ q.v.]. Selon les géographes musulmans du moyen âge, le lit de la rivière n’était rempli qu’à l’époque des hautes eaux, en hiver et au début du printemps. Divers canaux d’irrigation furent dérivés de la rivière, mais la modicité des resso…

S̲h̲uraḥbīl b. Ḥasana

(297 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū ʿAbd Allāh, Mekkois des premiers temps converti à l’Islam, éminent Compagnon du Prophète et l’un des grands chefs militaires lors de l’invasion de la Syrie, m. 18/639. Apparemment d’origine kindite, il portait le nom de sa mère, Ḥasana, mais son nasab était ... b. ʿAbd Allāh b. Muṭāḥ b. ʿAmr. Il est qualifié de ḥalīf ou confédéré [voir Ḥilf] du clan mekkois de Zuhra, mais lié par un autre mariage de sa mère à Ḏj̲umaḥ. En tant que converti de la première heure, il prit part à la seconde hid̲j̲ra en Ethiopie (voir Ibn Saʿd, IV/1, 94, VII, 118; Ibn al-At̲h̲īr, Usd, II, 390-1). Il prit de l’imp…

Tibesti

(359 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, massif montagneux du centre du Sahara, faisant partie des hautes terres qui vont de l’Adrar des Ifog̲h̲as [voir Adrar] situé dans le Nord-est du Mali jusqu’aux montagnes Nuba du Soudan. Il s’étend à peu près entre 23° et 19° 3′ de lat. Nord et 16° et 19° 30′ de long. Est, avec une longueur d’environ 380 km sur 350 km de profondeur, et il comprend le point culminant du Sahara, avec le sommet volcanique de l’Emi Koussi à 3.415 m. Trois grands wadis secs, profondément encaissés, indiquent, comme en d’autres lieux du Sahara, que le ¶ climat fut autrefois plus humide. On trouve des oasis, au …

Sanad

(151 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), plur. asnād, littéralement “support, étai, repos”. Dans l’usage administratif musulman, le terme en est arrivé à désigner un document administratif, financier ou légal dans lequel on peut avoir une confiance absolue ( masnūd), d’où le sens de document certifié ou authentifié. De la même racine s-n-d, est dérive le terme technique de la tradition islamique, isnād [ q.v. et Ḥadīt̲h̲], littéralement “l’acte de faire reposer quelque chose sur autre chose”. La forme turque de sanad, c’est-à-dire sened, était employée dans la pratique ottomane pour un document auquel, pa…
▲   Back to top   ▲