Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ürgenč

(442 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du delta du fleuve Oxus, ou Amū Daryā [ q.v.] dans le Ḵh̲warazm [ q.v.], et qui, durant cinq siècles, à partir de la conquête mongole, fut la capitale de la province. Après la destruction totale en 618/1221 par les Mongols de Gurgand̲j̲, la précédente capitale du Ḵh̲warazm, les conquérants fondèrent une nouvelle ville, sur un site proche, sans doute celui du «petit Gurgand̲j̲», à trois farsak̲h̲s de l’ancienne capitale. Sous la pax mongolica, Ürgenč devint rapidement un centre commercial, peuplé et florissant, (voir Barthold, Turkestan down to the Mongol invasion, 457 et du même, A …

Konkan

(352 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, région littorale dans la partie occidentale du Dekkan (ou péninsule indienne), comprise entre Thālnēr et Bombay au Nord et Goa au Sud, c’est à dire entre les latitudes 19° 30ʹ N. et 15° 30ʹ N., et s’étendant sur environ 560 kms. Elle a été désignée sous ce nom tant au Moyen Âge qu’à l’époque contemporaine. Dans l’Inde britannique, elle était officiellement dans la présidence de Bombay, plus ¶ tard province de Bombay, et à présent dans l’État de Maharashtra de l’Union Indienne. Elle comprend une plaine basse, très forestière, allant de la mer d’Oman à la barriè…

Mangrōl

(169 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, nom de deux localités de l’Inde. 1. Port sur la côte Sud-ouest de la péninsule de Kāt̲h̲iāwāŕ (21° 28´ N., 70° 14´ E.) qui se trouvait autrefois à l’intérieur de l’État indigène de Ḏj̲unāgaŕh [ qv.] et dont le chef musulman local était vassal du nawwāb de cet État. La mosquée porte la date de 785/1383. Bibliography Imperial gazetteerof India 2, XVII, 180. 2. Ville de l’ancien territoire de l’Inde britannique de Rajputana, à l’intérieur de l’État indigène de Kotah (25° 20´ N., 70° 31´ E.) et à 70 km. au Nord-est de la cité de Kotah. C’est là qu’eut lieu, le 1er octobre 1821, la bataille entre de…

Kilāt

(1,280 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Kalāt, Kelāt, nom d’une ville et d’une vaste région du Balūčistān qui constituait un k̲h̲ānat avant de devenir un district du Pakistan. I. La ville (souvent appelée Kalāt-i Balūč pour la distinguer de la Kalāt-i G̲h̲ilzay afg̲h̲āne) est située à 28଀ 53′ de lat. N. et 66° 28′ de long. E., à une altitude de 2000 m.; au cours des derniers siècles, elle resta la capitale du k̲h̲ānat de Kalāt et la ville la plus importante du Balūčistān, jusqu’au moment où Quetta [voir Kwat́t́a] devint une base ¶ militaire de l’Inde britannique. Kalāt ou Kilāt représente l’arabe ḳalʿa et le persan ḳala/ ḳalāt souven…

Kūh-i Bābā

(496 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, massif motagneux de l’Afghanistan central constitué par l’extension vers l’Ouest et le Sud du «nœud» des Pamirs et de l’Hindau Kus̲h̲ [ q.v.] du Nord-est de l’Afg̲h̲ānistān. Le nom de Kūh-i Bābā est proprement donné à la chaîne maîtresse Est-Ouest qui s’étend de Kābul vers l’Ouest, au Sud du Herī Rūd supérieur, avec des prolongements vers le Sud et l’Ouest à travers les régions des G̲h̲ōrāt [voir G̲h̲ūr] et des Hazārad̲j̲āt [ q.v., au Suppl.], entre les vallées telles que celles de l’Helmand, de PArg̲h̲andāb et du Tarnak. Sur le versant Nord du Herī Rūd, se dressen…

Kāfiristān

(2,601 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
« pays des incroyants », nom d’unerégion montagneuse du massif de l’Hindou Kouch, au Nord-est de l’Afg̲h̲ānistān, qui resta très isolée et politiquement indépendante jusqu’à la conquête afg̲h̲āne (1896), mais devint dès lors, avec l’introduction de l’Islam, le Nūristān « pays de lumière ». Quelques auteurs européens anciens ont fait état de ce que l’on pourrait qualifier de « GrandKāfiristān » comprenant, outre le Kāfiristān proprement dit (voir infra), des régions telles que le Lag̲h̲mān, le Čitrāl, le Swāt, le Bad̲j̲war, le Gilgit, etc., ce qui correspondrait …

Mīkālī

(1,097 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nisba d’une famille iranienne du Ḵh̲urāsān qui occupa une place en vue dans le monde culturel et politique de la région et joua un rôle actif dans l’administration locale et municipale sous les Sāmānides et les premiers G̲h̲aznawides [ q.vv.]. Elle était apparemment d’origine sogdienne, et l’on cite parmi ses ancêtres préislamiques le prince de Pand̲j̲kent, S̲h̲īr Dīvāstič, tué par les Arabes au Mont Mug̲h̲, en 104/722-3 [voir Mā warāʾ al-Nahr. II. Histoire]; al-Samʿānī ( Ansāb, éd. en facsimile, fol. 548 b-549 b) la fait remonter aux Sāsānides Yazdagird II et Bahrān …

Munād̲j̲āt

(244 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), nom d’action du verbe de IIIe forme nād̲j̲ā «murmurer, causer confidentiellement avec quelqu’un», employé en ce sens dans Ḳurʾān, LVIII, 13, et à la VIe forme réciproque en LVIII, 9, 10, à propos des murmures de mécontentement circulant parmi les partisans du Prophète, probablement après la défaite d’Uḥud (voir Nöldeke-Schwally, G.d.Q, I, 212-13). Munād̲j̲āt devient toutefois un terme technique de piété islamique et d’expérience mystique au sens de «prière spontanée», par opposition au devoir d’obligation rendu à Dieu à l’occasion de la ṣalāt (voir Hughes, A dictionary of I…

Lanbasar

(387 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(ainsi chez Ras̲h̲īd al-dīn et Mustawfī; prononciation populaire avec assimilation: Lam(m)asar < Lambasar), nom d’une des forteresses ismāʿīliennes du Nord-ouest de l’Iran prise à un chef local par le lieutenant et finalement successeur de Ḥasan-i Sabbāḥ, Kiyā Buzurg-Ummīd, en 495/1102 selon Ḏj̲uwaynī [voir Alamūt, Ismaʿīliyya]. Ses ruines encore vastes sont situées, sur une pente à 30° aisément défendable dont la surface ressemble à un tronc de cône et qui mesure environ 480 m sur 190, dans le district de Rūdbār, sur le haut S̲h̲āh-Rūd, affluent du Safīd-Rūd [ q.v.], où se trouvai…

Ḏj̲and

(1,917 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville médiévale située sur le cours inférieur du Si̊r Daryā, en Asie centrale, vers l’embouchure de ce cours d’eau dans la mer d’Aral, dans l’actuelle RSS du Kazakstan; sa renommée était telle que la mer d’Aral fut souvent appelée mer de Ḏj̲and. C’est vers le milieu du IVe/Xe siècle que, pour la première fois, il en est fait état par les géographes arabes, notamment par Ibn Ḥawḳal et, après lui, par l’auteur anonyme des Ḥudūd al-ʿālam (372/982). Ibn Ḥawḳal indique qu’il existait trois agglomérations sur le cours inférieur du Si̊r Daryā, chez les Turcs og̲h̲uz de cette…

Ṭarāz

(982 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom arabe désignant Talas, rivière d’Asie centrale et ville préislamique et des premiers temps de l’Islam située sur ses rives. Le site exact est inconnu mais se trouvait probablement près de la ville plus récente d’Awliyā Atā/Aulie Ata, la Dzhambul actuelle. Cette dernière est aujourd’hui dans la République du Kazakhstan, mais l’ancien nom de Talas a été réutilisé pour désigner un site moderne plus à l’est, sur la rive gauche de la rivière de Talas, au cœur du Kirg̲h̲istan. Le Talas d’origine éta…

ʿUḳaylides

(796 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, dynastie arabe qui prospéra en ʿIrāḳ et en Syrie du Nord, d’environ 380/990 à 564/1169. La famille est issue de ʿUḳayl [ q.v.], une tribu d’Arabie du Nord. Au IVe/Xe siècle, les ʿUḳayl, installés dans le Nord de la steppe ʿirāḳo-syrienne, dépendaient des Ḥamdānides [ q.v.] de Mawṣil et d’Alep. Quand les derniers Ḥamdānides de Mawṣil, Abū ʿAbd Allāh al-Ḥusayn et Abū Ṭāhir Ibrāhīm, furent menacés par le chef kurde Bād̲h̲ al-Ḥusayn b. Dustak, fondateur au Diyār Bakr de la dynastie marwānide [voir Marwānides], ils appelèrent à leur secours le chef ʿuḳaylide Abū l-Ḏh̲awwād Muḥamma…

Kānpur

(543 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Cawnpore, ville située sur les rives du Gange dans la province de l’Uttar Pradesh (République indienne, 26° 28′N. et 8o°20′E.); c’est également le nom d’un district administratif de cette province. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, Kānpur n’était guère qu’un village connu sous le nom de Kanbaiyāpur ou Kanhpur; comme il était situé sur les frontières occidentales de l’Awad̲h̲ ou Oud̲h̲ [ q.v.], le district de Kānpur fut l’objet de disputes, au milieu du XVIIIe siècle, entre les Nawwābs de l’Awad̲h̲, les empereurs mug̲h̲als de Dihlī et la puissance croissante des Marāth…

Zand̲j̲ān

(805 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du Nord-ouest de la Perse, située sur le Zand̲j̲ān Rūd, affluent sur la rive droite du Safīd Rūd [ q.v.]. Elle se trouve sur la grande route qui mène de Téhéran et Ḳazwīn à Tabrīz, à une distance de 314 km de Téhéran et à 302 km de Tabrīz, à une altitude de 1.625 m (36° 40’ de lat. N., 48° 30’ de long. E.). La plupart des géographes du Moyen Age plaçaient Zand̲j̲ān dans la province de Ḏj̲ibāl, l’associant habituellement à Abhar [ q.v.] ou Awhar à quelque 80 km au Sud-est, mais ils déclaraient généralement qu’elle était à la frontière avec l’Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān. et certaines …

K̲h̲ulm

(1,038 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville du Nord de l’Afg̲h̲ānistān (36°42´N., 67° 41´E.); située dans la région des basses terres au Sud du cours supérieur de l’Oxus à une altitude de 450 m., elle se trouve à environ 50 km. à l’Est de l’actuelle Mazār-i S̲h̲arīf et, selon les géographes islamiques médiévaux, à deux marḥalas, ou dix farsak̲h̲s à l’Est de Balk̲h̲ [ q.v.]. Elle est en outre arrosée par le Ḵh̲ulm qui coule dans une étroite vallée de l’Hindū Kus̲h̲, dépasse la ville de Haybak, puis Ḵh̲ulm, pour s’épuiser avant d’atteindre l’Oxus; il est possible que cette rivière soit l’Artamis des géographes grecs. Les géographe…

al-Rass

(391 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom, dans les ouvrages géographiques en arabe, de l’Araxes (forme perso-turque: Aras; ¶ arménienne: Eraskʿ; géorgienne: Rak̲h̲s̲h̲ī; moderne: Aras). Ce fleuve prend sa source dans ce qui est aujourd’hui la Turquie orientale, près d’Erzurum, et coule en gros vers l’Est sur 1072 km pour se jeter dans la Caspienne. Son cours moyen, à partir d’un point proche du Mont Ararat, forme aujourd’hui la frontière entre l’ancienne RSS d’Azerbeidjan et la Perse; le cours inférieur reçoit le Kur et traverse les steppes de Mūḳān [ q. v.] et un territoire maintenant totalement azerbaïdjanais. Le nom a…

Laḳab

(14,290 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(a.), surnom et, à une époque plus tardive et dans un emploi particulier, titre honorifique (pi. alākb). On trouvera des suggestions à propos de son étymologie dans L. Caetani et G. Gabrieli, Onomasticon aràbicum, I. Fonte-introduzione, Rome 1915, 144-5; sur sa place dans le schéma général de la composition des noms islamiques, voir Ism. Le laḳab paraît avoir été à l’origine un surnom ou sobriquet possédant toutes sortes de valeurs et pouvant être admiratif, purement descriptif et de contenu neutre ou insultant et péjoratif. Dans ce dernier cas, il était souvent désigné sous le nom de naba…

Sand̲j̲ar

(2,638 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Malik S̲h̲āh, ʿAḍud al-Dawla Abū l-Ḥārit̲h̲ Aḥmad, malik sald̲j̲ūḳide au Ḵh̲urāsān, 490-511/1197-8, puis sultan suprême des Grands Sald̲j̲ūḳs, maître du Ḵh̲urāsān et de la Perse du Nord jusqu’à sa mort en 552/1157. Il régna donc une soixantaine d’années. Le nom de Sand̲j̲ar, qui s’applique à d’autres membres de la famille sald̲j̲ūḳide et en d’autres secteurs du monde turc, paraît signifier en turc «celui qui perce, qui enfonce»; cf. M. Th. Houtsma, Ein türkisch-arabisches Glossar, Leyde 1894, texte 29, glossaire 78, 80, et la discussion approfondie de P. Pelliot dans Oeuvres posth…

Rifāʿiyya

(1,171 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom de l’une des plus importantes confréries çùfies depuis la période d’institutionnalisation des ṭarīḳas [ q.v.]. Elle se fit remarquer à l’époque pré-moderne pour l’extravagance de certaines de ses pratiques. On ne sait pas vraiment si le fondateur, Aḥmad al-Rifāʿī [ q.v.] était lui-même un mystique du style thaumaturge et faiseur de miracles, mais l’ordre qu’il fonda et qui fut développé par des parents acquit certainement sa réputation extravagante au cours du VIe/XIIe siècle. Il n’est peut-être pas indifférent que la confrérie ait émergé dans les régions maréc…

Gurčànī

(424 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, tribu balučie du Pakistan demeurant en partie dans les plaines de la vallée de l’Indus qui constituent le district de Dēra G̲h̲āzī Ḵh̲ān au Pand̲j̲āb [voir Dērad̲j̲ât] et de partie dans les ¶ monts Mārī et Drāgal de la chaîne du Sulaymān et sur les plateaux de S̲h̲ām et de Paylawag̲h̲, et s’étendant à l’Ouest jusqu’au district actuel de Loralai, dans le Nord-est du Balūčistān. La tribu est mêlée, car certaines fractions sont des Dōdāis provenant d’un mélange de Balūč et de Rād̲j̲pūts du Sindh, tandis que d’autres sont des Bal…

Pis̲h̲pek

(219 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, localité qui, à l’époque islamique ancienne et médiévale, s’élevait dans la vallée du Ču [ q.v.] du Semirečye, au Turkestan, et constituait pendant la période soviétique la ville de Frunze (42°54’ N., 74°36’ E.). La région de Pis̲h̲pek et de Toḳmaḳ voisine est connue pour avoir été au Moyen Âge un centre de Christianisme nestorien, et des pierres tombales portant des inscriptions, dont la plus ancienne date de l’époque des Ḳara Ḵh̲iṭay (VIe/XIIe siècle [ q.v.]) y ont été dé couvertes (voir W. Barthold, Zur Geschichte des Christentums in Mittel-Asien bis zur mongolischen Eroberung, Tūbi…

Kāwūs

(585 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Banū, dynastie iranienne qui régna, au cours de la seconde moitié du IXe/XVe siècle et au Xe/XVIe siècle, dans les régions de Rūyān et de Rustamdār, qui sont respectivement la plaine côtière et l’arrière-pays montagneux de la zone occidentale de la province Caspienne du Māzandarān [ q.v.]. Cette dynastie formait une des deux branches issues de l’ancienne lignée des Bādūspānides [ q.v.] remontant à l’époque sāsānide et qui se séparèrent vers le milieu du IXe/XVe siècle. Les Bādūspānides avaient été relégués dans la forteresse de Nūr du fait des campagnes menées dans la …

S̲h̲āh Malik

(263 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. ʿAlī Yabg̲h̲u, prince turc og̲h̲uz [voir G̲h̲uzz] de la ville de Ḏj̲and [ q.v. au Suppl.], sur le bas Syr Darya en Transoxiane pendant le second quart du Ve/XIe siècle. S̲h̲āh Malik, auquel Ibn Funduḳ attribue la kunya d’Abū l-Fawāris et les laḳabs de Ḥusām al-dawla et de Niẓām al-milla, était le fils et successeur de l’Og̲h̲uz Yabg̲h̲u, chef d’une fraction de cette tribu turque opposée à celle qui avait pour chefs la famille sald̲j̲ūḳide [voir Saldjūḳides. II]. Cette rivalité est à la base de l’alliance entre S̲h̲āh Malik et le G̲h̲aznawide Masʿūd b. Maḥmūd [ q.v.] contre ses congénères…

Ṣamṣām al-Dawla

(535 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Kālīd̲j̲ār Marzubān, S̲h̲ams al-milla (353-88/964-98), amīr Buyide et fils aîné de ʿAḍud al-dawla [ q.v.]. A la mort de son père en s̲h̲awwāl 372/mars 983, Ṣamṣām al-dawla accéda au pouvoir en qualité d’ amīr al-umarāʾ, mais sa position fut immédiatement contestée par un autre frère, S̲h̲araf al-dawla S̲h̲īrzīl, qui s’empara du Fārs et du Ḵh̲ūzistān. Depuis ses bases en ʿIrāḳ, Ṣamṣām al-dawla dut aussi combattre le chef kurde Bād̲h̲. ancêtre de la dynastie marwānide [voir Marwānides] du Diyār Bakr, qui s’était rendu maître de diverses villes d’al-Ḏj̲azīra. et occup…

Ḳarā-köl

(445 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(en turc «lac noir»), Ḳarākul, nom de plusieurs lacs d’Asie centrale et d’une ville moderne dans la RSS d’Uzbekistan. Le lac le plus connu est celui qui est situé à l’extrémité occidentale de la rivière Zarafs̲h̲ān en Sog̲h̲diane (Uzbekistan moderne), à mi-distance entre Buk̲h̲ārā et Čārd̲j̲ūy (médiéval Āmul-i S̲h̲aṭṭ [voir Āmul, 2]). Le bassin dans lequel il se trouve était connu sous le nom de bassin du Sāmd̲j̲an (voir al-Iṣṭak̲h̲rī, 315 et Ibn Ḥawḳal, éd. Kramers, 485, tr. Kramers et Wiet, 466). Dans le Taʾrīk̲h̲-i Buk̲h̲ārā de Nars̲h̲ak̲h̲ī (éd. Schefer, 17, tr. Frye, 19), l…

Ḳul

(263 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, vieux mot turc qui, sous l’Islam, finit par signifier «jeune esclave, esclave mâle» et que Maḥmūd Kās̲h̲g̲h̲arī [ Dīwān lug̲h̲āt al-Turk, éd. Kilisli Rifʿat Bilge, I, 282, trad. Atalay, I, 336-7) rend par ʿabd. Cependant, le sens primitif de ḳul, dans le turc d’Orkhon, était plutôt «serviteur, vassal, dépendant» (masc. de kün «servante», etc.; les deux mots sont mis en rapport dans l’inscription de Kültegin; références dans Talât Tekin, A grammar of Orkhon Turkish, Bloomington, Ind. 1968, 347), car l’esclavage, dans le sens du droit musulman, n’existait pas chez les anciens Turcs. Le …

G̲h̲ūrides

(4,593 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom d’une dynastie iranienne orientale qui jouit d’un pouvoir indépendant au VIe/XIIe s. et dans les premières années du VIIe/ XIIIe, dans la région du G̲h̲ūr [ q.v.] qui constitue maintenant l’Afg̲h̲ānistān central, et avait pour capitale Fīrūzkūh [ q.v.]. I. — Origines et histoire ancienne. Le nom de famille des sultans g̲h̲ūrides était S̲h̲anasb/ S̲h̲ansab (< m. pers. Gus̲h̲nasp; cf. Justi, Iranisches Namenbuch, 282; Marquart, Das Reich Zābul, dans Festschrift E. Sachau, 289, n. 3) et, au moment de leur gloire, des tentatives furent faites en vue de rattacher le…

Muʿāwiya II

(1,056 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b., Yazīd b. Muʿāwiya Ier, dernier calife de la branche sufyānide des Umayyades, qui régna peu de temps en 64/683-4. Lorsque Yazīd Ier b. Muʿāwiya [ q.v.] mourut à Ḥuwwārīn, dans le désert de Syrie, en rabīʿ I 64/novembre 683, il laissait trois jeunes fils de mères libres; Muʿāwiya et son frère Ḵh̲ālid b. Yazīd [ q.v.] ne peuvent guère avoir eu plus de vingt ans, l’âge du premier variant dans les sources entre 17 et 23 ans. La plupart des Sufyānides survivants étaient en fait jeunes et inexpérimentés, et leurs qualités d’hommes d’État restaient à prouver. Yazīd avait fait faire la bayʿa [ q.v.], a…

Sībī

(499 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(également orthographié Sīwī dans les sources islamiques médiévales, par exemple dans les Ḥudūd al-ʿālam), est une ville et un district du Nord-est du Balūčistān, sur la plaine située en dessous de l’entrée du col de Bolān et de la route de Quetta [voir Kwat́t́a] qui est à quelques 140 km au-delà de la ville de Sībī. La ville est située à 29° 31′ N. de latitude et à 67° 54′ E. de longitude. En raison de sa situation stratégique entre les gorges du Bolān et les cols de Harnāi, et sur la route Sud de la vallée de l’Indus, elle a toujours joué un rôle historique. Dans les premiers temps de l’Islam, Sīb…

Tād̲j̲ al-Dīn Yildiz

(172 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
Muʿizzī, chef militaire turc de condition servile du sultan g̲h̲ūride Muʿizz al-dīn, ou S̲h̲ihāb al-dīn Muḥammad, qui après la mort de ce souverain en 602/1206 se rendit indépendant avec le soutien d’un groupe de militaires turcs à G̲h̲azna, en Afg̲h̲ānistān oriental. Le successeur de Muʿizz al-dīn à Ftrūzkūh [ q.v.], Maḥmūd b. G̲h̲iyāt̲h̲ ¶ al-dīn Muḥammad, fut contraint d’affranchir Yildiz et de le reconnaître comme gouverneur de G̲h̲azna. Pendant les neuf années de son autorité sur cette ville, Yildiz traita comme son subordonné un autre chef m…

Ustān

(330 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), terme de géographie administrative datant des Sāsānides et utilisé dans l’Orient musulman jusqu’au Moyen-Âge. À la fin de l’époque sāsānide, ustān s’appliquait à ¶ un domaine d’État administré par un ustāndār [ q.v.]; l’usage en fut repris par les Arabes quand ils conquirent le ʿIrāḳ, ainsi le terme ṣawafi al-ustān désigna les domaines attribués par le calife ʿUmar à l’État musulman (voir Morony, 68-9). Sous les Sāsānides, le mot avait aussi un sens plus large, celui d’une «province» avec ses subdivisions, s̲h̲āhrs [ q.v.], ou en ʿIrāḳ, kūras, [ q.v.], sens repris également dan…

Ismāʿīl b. Aḥmad

(616 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Abū Ibrāhīm, appelé al-Amīr al-Māḍī ou al-Amīr al-ʿĀdil, premier membre de la famille sāmānide qui gouverna réellement toute la Transoxiane et le Farg̲h̲āna en souverain indépendant. Né en 234/849, il fut pendant vingt ans gouverneur de Buk̲h̲ārā pour le compte de son frère Naṣr, qui résidait à Samarḳand (260-79/874-92). La situation précaire du Ḵh̲urāsān durant les années qui s’écoulèrent entre la chute des Ṭāhirides et l’établissement de ʿAmr b. al-Layt̲h̲ [ q.v.] se répercutait également en Transoxiane. Ismāʿīl eut à repousser de Buk̲h̲ārā une armée d’envahisseurs venue du Ḵh̲w…

Ḳadamgāh

(383 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a. et p.), ‘lieu (de l’empreinte) du pied’, village du Ḵh̲urāsān sur la grande route de Mas̲h̲had, à une vingtaine de kilomètres à l’Est de Nīs̲h̲āpūr, à la lisière Sud du Kūh-i Bīnâlud (36° 07’ N., 59° 00’ E.). Localement, c’est un lieu de pèlerinage renommé, ziyāratgāh, car ʿAlī al-Riḍā [ q.v.], le 8e Imām s̲h̲iʿite, passe pour avoir fait halte ici et avoir laissé sur une pierre l’empreinte de son pied dans ce lieu qui doit donc être révéré; voir Bess A. Donaldson, The wild rue. A study of Muhammadan magie and folklore in Iran, Londres 1938J 59, 148-9. Le fait de révérer des empreintes sacr…

Linga

(584 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, petit port de mer, aujourd’hui Bandar-i Linga, sur la rive iranienne du golfe Persique (26° 34´ N., 54ο 53’E.), au Sud du Lāristān [voir Lār, Lāristān] et en face des îles de Ḳis̲h̲m [ q.v.] et des Ṭunbs. Linga a un port assez profond permettant ¶ un trafic de dhows et caboteurs; derrière la ville s’étendent un marécage salé, puis les montagnes du Band-i Linga qui atteignent 1190 m. La population, autrefois largement arabe, est maintenant à prédominance persane, mais avec un fort mélange d’Arabes, de Baloutches, d’Indiens et de descendant…

Ṣaymara

(151 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville de Perse médiévale, dans ce qui devait être plus tard le Luristān [ q.v.], et chef-lieu ¶ du district de Mihrad̲j̲ānkad̲h̲aḳ. Un affluent du Kark̲h̲ā. qui se jette dans la rivière Kārūn [ q.v.] est encore connu de nos jours sous le nom de Saymareh. Le district tomba pacifiquement aux mains des troupes arabes d’Abū Mūsā al-As̲h̲ʿarī (al-Balād̲h̲urī. Futūḥ, 307), et prospéra au moyen âge comme point de rencontre d’éléments et̲h̲niques arabes, persans et lurs, malgré le grave séisme de 258/872 (al-Ṭabarī, III, 1872-3). La vallée occupée par le distr…

Sardāb

(482 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), litt. «eau froide», souvent sous la forme arabisée sirdāb, chambre souterraine destinée à garder la fraîcheur pendant les grandes chaleurs des étés p.ex. irakiens ou persans. De telles constructions sont une caractéristique ancienne de la vie du Proche et Moyen Orient, que l’on trouve chez les Égyptiens d’époque pharaonique, et en Babylonie. On en a trouvé des spécimens dans les vestiges de l’ancien palais ʿabbāside d’al-Uk̲h̲ayḍir [ q.v.] et au palais d’al-Muʿtaṣim, le Ḏj̲awsaḳ al-Ḵh̲āḳānī, à Sāmarrāʾ. A Bag̲h̲dād, jusqu’à une époque récente, les maisons …

Muẓaffarpur

(216 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du Nord de l’État de Bihār dans l’Union Indienne (26° 7ʹ N, 85° 24ʹ E.) et district dont elle est le chef-lieu. Ce dernier correspond à l’ancienne région des Tirhut entre le Gange et les confins méridionaux du Népal. La région a été attaquée au VIIIe/XIVe siècle par les souverains musulmans du Bengale; au siècle suivant, elle passa aux S̲h̲arḳides de Ḏj̲awnpur [ q.v.], puis à Sikandar Lōdī de Dihlī. La ville de Muẓaffarpur doit son nom à son fondateur, le général de l’empereur mug̲h̲al Akbar, Muẓaffar Ḵh̲ān, dīwān ou chef du service des impôts et des finances [voir Dīwān], puis gouverne…

Si̊g̲h̲nāḳ

(369 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Sug̲h̲nāḳ ( Ḥudūd al-ʿālam, trad., 119: Sūnāk̲h̲), ville islamique médiévale sur le moyen Si̊r Daryā, dans le district du nom de Fārāb, entre Isfīd̲j̲āb et Ḏj̲and. Elle semble avoir été, en même temps que les «nouveaux établissements» de Yengikent, Sawrān et autres, l’un des habitats turcs de la région. Elle est explicitement qualifiée par Maḥmūd Kās̲h̲g̲h̲arī de «ville des Og̲h̲uz» (trad. turque Atalay, I, 471; trad. angl. Dankoff et Kelly, I, 352). Al-Muḳaddasī, 323, n. k, l’associé à Utrār [ q.v.], 24 farsakās plus en amont sur le Sir Daryā. En turc, si̊g̲h̲nak signifie «lieu de re…

K̲h̲wārazm

(6,157 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, appellation, de plus en plus souvent remplacée par Ḵh̲īwa dans la période postmongole, de la province située sur le cours inférieur de l’Amū Daryā [ q.v.] ou Oxus, la Chorasmie classique. Au début des temps islamiques, on considérait que sa limite Sud passait par Ṭāhiriyya, à cinq jours de voyage en aval d’Amūl-i S̲h̲aṭṭ (l’actuelle Čard̲j̲ūy), au croisement de la route caravanière Ḵh̲urāsānBuk̲h̲ārā; Ṭāhiriyya se trouve juste au Sud de la gorge de «la bouche du lion», Dahān-i S̲h̲īr. à l’endroit où le cours du fleuve …

Ṣaffārides

(2,841 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, dynastie de la Perse orientale médiévale qui détint le pouvoir de 247/861 à 393/1003 dans la province du Sid̲j̲istān ou Sīstān [ q.v.], région qui s’étend aujourd’hui des deux côtés de la frontière irano-afghane. La dynastie doit son nom à la profession de chaudronnier ( ṣaffār, rūygar) de Yaʿḳub b. al-Layt̲h̲, fondateur de la dynastie. Le Sīstān, à la périphérie extrême orientale des terres califiennes, commença à échapper ¶ à la tutelle directe des ʿAbbāsides à la fin du VIIIe siècle lorsque le Ḵh̲urāsān et le Sistān furent entraînés dans la grande rébellion k̲h̲ārid̲j̲…

Ṭunb

(451 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom de deux petites îles (la Grande et la Petite Ṭunb) du Golfe persique, situées à l’Ouest du détroit d’Ormuz (26° 15’ de lat. Nord et 55° 17’ de long. Est) dont la modeste histoire s’est trouvée liée à une époque récente à celle de l’île d’Abū Mūsā, qui se trouve au Sud-ouest de celles-ci (25° 52’ de lat. Nord et 55° 00’ de long. Est), Elles ont été, toutes les trois, l’enjeu de querelles entre le pouvoir dirigeant en Perse, au Nord, et les s̲h̲ayk̲h̲s des côtes arabes du Golfe, qui forment actuellement les Emirats arabes unis [voir al-Imārāt al-ʿArabiyya al-Muttaḥida, dans Suppl.]. Les Ṭunbs s…

Buzāk̲h̲a

(183 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, puits du Nad̲j̲d, sur le territoire des Asad ou de leurs voisins les Ṭayyiʾ (cf. Mufaḍḍaliyyāt, 361, n. 3). Les troupes des Banū Asad qui, conduites par le faux prophète Ṭulayḥa, avaient renié l’Islam à la mort de Muḥammad, furent défaites à Buzāk̲h̲a en 11/632 par le général d’Abū Bakr, Ḵh̲ālid b. al-Walīd. L’armée de Ḵh̲ālid avait été renforcée pour la bataille par 1000 hommes des Ṭayyiʾ, qui avaient abandonné Ṭulayḥa; ce dernier avait reçu l’aide de ʿUyayna b. Ḥiṣn et de 700 hommes des Fazāra de G̲h̲atafān…

al-Wat̲h̲iḳī

(247 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Abū Muḥammad ʿAbd Allāh b. ʿUt̲h̲mān, poète et prétendant politique de la seconde moitié du IVe/Xe s. et des premières années du Ve/XIe s. Il prétendait descendre du calife ʿabbāside al-Wāt̲h̲iḳ [ q.v.]. Al-T̲h̲aʿālibī, son contemporain plus jeune, rapporte certains de ses vers et des informations biographiques ( Yatīma, éd. ʿAbd al-Ḥamīd, IV, 192-3). Al-Wāt̲h̲iḳī commença sa carrière en ʿIrāḳ et en Ḏj̲azīra comme témoin de justice et comme prédicateur, mais se trouva entraîné dans des intrigues politiques. Il prit la fuite vers l’Est, dans …

Is̲h̲tīk̲h̲ān

(233 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Is̲h̲tik̲h̲an, ville et district de la Transoxiane musulmane médiévale, située à sept farsak̲h̲s au Nord de Samarḳand et pourtant administrativement séparée de celle-ci. Les champs cultivables y sont abondants, irrigués par un canal émissaire de la rivière Zarafs̲h̲ān [ q.v.]. Au IVe/Xe s., la ville comptait une citadelle, un s̲h̲āhristān [ a.v.], et un rabad ou faubourg. Un village du même nom subsiste aujourd’hui sur le site. Quand les Arabes conquirent Samarḳand dans le second quart du VIIIe s., les Ik̲h̲s̲h̲īds de Sogdiane transférèrent leur capitale à Is̲h̲tīk̲h̲ān. Au IIIe/IX…

Pickthall

(713 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Mohammed Marmaduke William (1875-1936), voyageur, romancier, polémiste et éducateur anglais, qui se convertit à l’Islam à un moment où les convertis britanniques étaient beaucoup plus rares qu’aujourd’hui, et qui doit à sa traduction du Ḳurʾan, The meaning of the Glorious Koran, de ne pas avoir été oublié. Né à Londres, il était le fils d’un clergyman anglican et avait deux belles-sœurs qui étaient des religieuses anglicanes; il passa son enfance et ses années d’étude dans le Suffolk rural, ce qui lui donna une vue nostalgique d’un mode de …

Ötüken

(513 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, région montagneuse de l’Asie Centrale, couverte de forêts, qui a une importance religieuse et morale particulière pour les peuples turcs primitifs. Elle semble avoir été située dans la partie orientale des Monts Khangai, autour du cours supérieur de l’Orkhon et du Tamir (ce dernier correspondant, selon R. Giraud, L’Empire des Turcs célestes. Les règnes d’Elterich, Qaghan et Bilga (680-734), Paris 1960, 207, ¶ à l’ i̊duḳ yer sub «lieux et cours d’eau sacrés» des inscriptions en vieux turc), en gros le long du méridien 101 ° E. et du parallèle 47° N., dans la pa…

Uways

(795 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom de deux souverains d̲j̲alāyirides [ q.v.], dynastie d’origine mongole qui succéda aux Il-khānides, héritant du ʿIrāḳ et de l’Ad̲h̲arbāyd̲j̲ān. 1. S̲h̲ayk̲h̲ Uways (Ier) b. Ḥasan-i Buzurg (r. 757-76/1356-74), était le fils du fondateur de la lignée et de la princesse čopanide Dil-S̲h̲ād Ḵh̲ātūn bt. Dimas̲h̲ḳ Ḵh̲wad̲j̲a b. Čopan. Accédant au pouvoir à la mort de son père, il prit vraisemblablement le contrôle, également, des fiefs dévolus à son frère Sulṭān Ḥusayn quand ce dernier mourut en 760/1359. Uways fit de Bag̲h̲dād sa capitale, r…

Zayn al-ʿĀbidīn

(245 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom de règne du sultan du Kas̲h̲mīr, S̲h̲āhī Ḵh̲ān b. Iskandar, le plus important de la lignée de S̲h̲āh Mīr Swātī, d’où son nom de Bud S̲h̲āh, «Grand Roi», r. 823-75/1420-70. Il eut le mérite de mettre fin aux persécutions instituées par son père, Sikandar But-S̲h̲ikan [ q.v.], qui avait forcé les Hindous à se convertir et avait détruit leurs temples. Zayn al-ʿĀbidīn, dans les faits, abolit la d̲j̲izya, autorisa la reconstruction des temples, etc. ¶ Le royaume connut la sécurité grâce à une action politique et militaire, très ferme, et la prospérité intérieure fut ré…

al-S̲h̲ābus̲h̲tī

(304 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū l-Ḥasan ʿAli b. Muḥammad, homme de lettres d’époque fāṭimide, bibliothécaire et familier du calife al-ʿAzīz (365-86/975-96 [ q.v.]), m. à Fusṭāṭ en 388/988, ou peut-être au cours de īa décennie suivante. Ibn Ḵh̲allikān explique ce nom inhabituel de S̲h̲ābus̲h̲tī comme étant d’origine daylamite, et non pas une nisba; l’étymologie s̲h̲āh pus̲h̲tī «celui qui garde les arrières du roi» a été parfois audacieusement proposée. Les œuvres d’al-S̲h̲ābus̲h̲tī comprenaient un K. al-Yusr baʿd al-ʿusr, des Marātib al-fuḳahāʾ, un K. al-Tawḳīf wa-l-tak̲h̲wīf un K. al-Zuhd wa-l-mawāʿiẓ e…

Nawbandad̲j̲ān

(203 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Nūbandad̲j̲ān (également Nūband̲j̲ān selon Yāḳūt, Muʿd̲j̲am, éd. Beyrouth, V, 307), au Moyen Âge, ville de la province du Fārs (Perse). Elle se trouvait dans le district de S̲h̲ābūr Ḵh̲urra à peu près à mi-chemin d’Iṣṭak̲h̲r et d’Arrad̲j̲ān [ q.vv.] sur la route joignant S̲h̲īrāz au Ḵh̲ūzistān. Les géographes décrivent la ville comme peuplée et florissante, avec de beaux marchés et une bonne alimentation en eau courante. Elle se développa sous les Būyides, fut détruite par les Kurdes S̲h̲abānkāra d’Abū Saʿd au Ve/XIe siècle, mais fut reconstruite par le gouverneur sald̲j̲ūḳ…
▲   Back to top   ▲