Search

Your search for 'dc_creator:( "Parry, V. J." ) OR dc_contributor:( "Parry, V. J." )' returned 43 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Bāyazīd II

(2,618 words)

Author(s): Parry, V.J.
, sultan ottoman (886-918/1481-1512), né très probablement en s̲h̲awwāl ou d̲h̲ū l-ḳaʿda 851/janv. ou fév. 1448 (certaines sources donnent, toutefois, 856 ou 857/1452 ou 1453, comme date de sa naissance). Durant le règne de son père, Meḥemmed II, il fut gouverneur de la province d’Amāsya et participa à la guerre contre Uzūn Ḥasan, chef des Turcomans Aḳ Ḳoyunlu, assistant en personne à la bataille d’Otluḳ Belī en 878/1473. A la mort de Meḥemmed II, en 886/1481, un conflit éclata au sujet de la su…

Bīred̲j̲ik

(1,094 words)

Author(s): Streck, M. | Parry, V.J.
, ville de Mésopotamie, sur la rive gauche de l’Euphrate. Le nom Bīred̲j̲ik (la population locale dit: Beled̲j̲ik; également, Bārād̲j̲ik, selon Sachau, dans le dialecte d’Alep) signifie «petite Bīra», c’est-à-dire «petite forteresse» (en arabe bīra, avec le suffixe diminutif turc). Le nom arabe al-Bīra ([ q.v.]; Bīreh chez les écrivains syriaques tardifs) dérive de l’araméen bīrt̲h̲ā = forteresse. Bīred̲j̲ik, connue des Romains sous le nom de Birtha, doit être identifiée (selon Cumont) avec une certaine Makedonopolis mentionnée dans certaines source…

Bes̲h̲parmaḳ

(169 words)

Author(s): Parry, V.J.
(«cinq doigts»), nom turc donné parfois aux chaînes de montagne en Asie Mineure et ailleurs. L’exemple le plus connu est le Bes̲h̲parmaḳdāg̲h̲, dans l’Asie Mineure du Sud-ouest, sur les derniers contreforts du Büyük-Menderes, chaîne de montagnes qui culmine à 1367 mètres. Cette chaîne particulière était connue autrefois sous le nom de ó ΛάτµοΣ. La région devint, au moyen âge, un centre actif de vie religieuse chrétienne, qui fleurit jusqu’au moment où les Turcs soumirent l’Asie Mineure occidentale, aux XIIIe et XIVe siècles. (V.J. Parry) Bibliography Th. Wiegand, Der Latmos (König…

Bārūd

(16,027 words)

Author(s): Colin, G. S. | Ayalon, D. | Parry, V. J. | Savory, R. M. | Khan, Yar Muhammad
I. — Généralités. En arabe, le mot nafṭ (persan naft) s’applique à la forme la plus pure ( ṣafwa) du bitume de Mésopotamie ( ḳīr – ou ḳārbābilī). Il est naturellement ¶ blanc. On en rencontre parfois du noir que l’on peut blanchir en le sublimant. Le nafṭ est efficace contre la cataracte et le leucome; il a la propriété d’attirer le feu à distance, sans contact immédiat. Mélangé à d’autres produits (graisses, huile, soufre, etc.) qui le rendent plus comburant et plus adhésif, il constituera l’élément essentiel du «feu grégeois», composition incendiaire liquide …

Bāndirma

(237 words)

Author(s): Parry, V. J.
, port de la mer de Marmara proche de l’emplacement de l’ancienne Cyzicus. Le nom grec médiéval de la ville était Panormos. Villehardouin mentionne un château appelé «Palorme» que les Croisés latins fortifièrent en 1204. Ils l’utilisèrent par la suite comme base d’opérations contre les Grecs dans le Nord-ouest de l’Asie Mineure. Sous la domination ottomane, Bāndirma fut incluse dans le sand̲j̲aḳ de Ḳarasi̊ [ q.v.]. D’après le témoignage de voyageurs qui visitèrent la ville aux XVIe-XVIIe siècles, la plupart de ses habitants semblent avoir été d’origine non point turque,…

Ḥarb

(27,513 words)

Author(s): Khadduri, M. | Cahen, Cl. | Ayalon, D. | Parry, V.J. | Bosworth, C.E. | Et al.
(A.) «guerre». I. — Aspect juridique. Ḥarb peut signifier soit combat ( ḳitāl) au sens matériel, soit «état de guerre» entre deux ou plusieurs groupes, les deux sens étaient implicites dans l’ordre juridique de l’Arabie préislamique. A défaut d’autorité organisée, la guerre était devenue la base des relations inter-tribales, et la paix ne régnait que quand deux ou plusieurs tribus étaient convenues de la maintenir. En outre, la guerre servait à l’exercice de la vendetta et des représailles. Le désert, propi…

Bālṭa Līmānī

(314 words)

Author(s): Parry, V. J.
, située sur la côte européenne du Bosphore entre Boyaci̊-Köyü et Rurneli Hisari̊, tire son nom de Bālṭa-og̲h̲lū Sulaymān Beg, qui commandait la flotte ottomane à l’époque de la prise de Constantinople en 1453. C’est en réalité l’antique Phaidalia, qui portait également le nom de Gynaikōn Limēn (Portus Mulierum). Gyllius, au milieu du XVIe siècle, en parle comme du «. . . sinum Phidaliae, et portum mulierum... », que les Grecs appelaient Sarantacopa à cause du pont de bois jeté à cet endroit sur les marais (« . . . quem Graeci nostrae aetatis appe…

Balāṭ

(385 words)

Author(s): Parry, V. J.
, petit village qui occupe aujourd’hui le site de l’antique Milet, en Carie. Le mot Balāṭ vient de Παλάτια, nom qu’a porté cette localité tout au moins depuis les premières années du XIIIe siècle. Balāṭ tomba au pouvoir des Begs de Mentes̲h̲e [ q.v.] vers la fin de ce siècle, et, grâce à sa position favorable près de l’embouchure du Méandre (Büyük Menderes), leur servit de point de départ pour leurs expéditions de corsaires en mer Egée, et devint par la suite un centre commercial d’une certaine importance. Vers 1335, les Vénitiens y avai…

Bāybūrd

(509 words)

Author(s): Parry, V.J.
(Bayburt), ville connue sous les Byzantins à l’époque de Justinien sous le nom de βαɩβɛρδών, située sur le Čuruḳ-Ṣū, à environ 100 km. au Nord-ouest d’Erzurum. Les Turcs Sald̲j̲ūḳides dévastèrent cette région dans les années 446-47/1054-55- Après la bataille de Manzikert en 463/1071, Bāybūrd tomba sous la domination des Turcs, tantôt sous celle des Sai̊tukides à Erzurum, tantôt sous celle des Dānis̲h̲mendides à Sivas, bien que les Byzantins, qui tenaient encore Trébizonde, aient repris en fait la ville pendant un certain temps sous le règne d’Alexis Ier Comnène. Aux XIIIe et XIVe s., …

Ḏj̲erīd

(752 words)

Author(s): Parry, V. J.
, trait ou javelot de bois employé dans le jeu de d̲j̲erīd (d̲j̲erīd oyunu en ṭurc et, en arabe d’Égypte, laʿb al-d̲j̲arīd), qui était populaire et répandu dans l’empire ottoman du Xe au XIIIe/ XVIe-XIXe siècle. La forme réelle du javelot de bois était quelque peu différente selon les régions; en outre, sa longueur semble avoir en général varié de 75 à 150 cm. (von Oppenheim, 598-9). En Égypte, le d̲j̲erīd consistait en une branche de palmier dépouillée de ses feuilles, et tel est en effet le sens primitif du mot arabe d̲j̲arīd. À la cour du sultan ottoman à Istanbul, le jeu de d̲j̲erīd était très…

Ḥāfiẓ Aḥmed Pas̲h̲a

(646 words)

Author(s): Parry, V. J.
(m. 1041/1632), grand-vizir ottoman, dont la date de naissance est inconnue. Simone Contarini, dans sa relazione de 1612 à la Signoria de Venise, déclare qu’il avait alors une quarantaine d’années (Barozzi et Berchet, I, 146: «…..Cabil bassa già capitan del Mare che regge ora Damasco sarà di 40 anni ....»). Dans l’ enderūn-i humāyūn, il accéda au titre de muṣāḥib, c.-à.-d. confident du sultan, et à la fonction de dog̲h̲āndji̊ bas̲h̲i̊. Lorsqu’il quitta l’enderūn-i humāyūn, il devint vizir et également Ḳapudān Pas̲h̲a, c.-à.-d. amiral de la flotte ottomane, fonction qu…

Ḥiṣār

(16,289 words)

Author(s): Cahen, Cl. | Colin, G. S. | Bosworth, C. E. | Ayalon, D. | Parry, V. J. | Et al.
, siège. Les articles suivants traitent de la guerre de siège. Sur les fortificatiops, voir Burd̲j̲, Ḥiṣn, Ḳalʿa et sūr. I. –– Généralités. La guerre de siège était une des formes essentielles de la guerre, lorsqu’il s’agissait de conquête et non de simples razzias, dans des pays où, depuis l’antiquité, la plupart des grandes villes s’abritaient derrière des murailles et où, de plus en plus, au cours du moyen âge, le plat-pays fut tenu à partir de forteresses [voir Ḥiṣn et Ḳalʿa]. Bien que les effectifs fussent rarement suffisants pour assurer un investissement parfait, ils …

Čig̲h̲āla-zāde (Ḏj̲ig̲h̲āla-zāde) Yūsuf Sinān Pas̲h̲a

(1,083 words)

Author(s): Parry, V. J.
(vers 1545-1605), connu également sous le nom de Čag̲h̲al (Ḏj̲ag̲h̲āl)-Og̲h̲lu, appartenait à la famille génoise des Cicala. Il naquit à Messine, en Sicile, et reçut le prénom de Scipion; son père, le vicomte di Cicala. était, d’après Gerlach, un «corsaire» au service de l’Espagne, tandis que sa mère aurait été (cf. L’Ottomanno de L. Soranzo) une «Turca da Castelnuovo ». Le vicomte et son fils, capturés en mer par des corsaires musulmans en 968/1561 (certaines sources donnent l’année 967/1560), furent emmenés d’abord à Tripoli de Barbarie, puis …

Derwīs̲h̲ Pas̲h̲a

(309 words)

Author(s): Parry, V. J.
(?-1015/1606), grandvizir ottoman, d’origine bosniaque. Il servit dans le corps des Bostānd̲j̲i̊s, en devint ketk̲h̲udā, puis, grâce à la faveur de la Wālide Sulṭān, il fut promu au grade de bostānd̲j̲i̊ bas̲h̲i̊ en 1013/1604. Derwis̲h̲ Pas̲h̲a était chargé d’affaires à Istanbul lorsque Aḥmad Ier visita Brousse en 1014/1605. Il fut nommé kapudān Pas̲h̲a avec rang de vizir en ramaḍān 1014/janvier 1606 et devint grand-vizir en ṣafar 1015/juin 1606, mais il ne conserva pas longtemps ses fonctions car les ennemis qu’il s’était faits pendant sa rapide…

Beys̲h̲ehir

(335 words)

Author(s): Parry, V.J.
(Beys̲h̲ehri), aujourd’hui centre d’un ḳaḍāʾ de la province de Ḳonya, s’étendant sur la rive Sud-est d’un lac ( göl) qui porte le même nom. Ce lac était connu des Anciens sous le nom de Karalis (on trouve encore un village qui se nomme Kirili près du rivage Nord-est). La ville de Karalleia en Pamphylie était située autrefois près du lac. On croit que Beys̲h̲ehir elle-même aurait été fondée à l’époque du sultan sald̲j̲ūḳide de Rūm ʿAlā al-dīn Ier (616-34/1219-37). Lorsque les Turcs envahirent l’Asie ¶ Mineure occidentale autour de l’année 700/1300, Beys̲h̲ehir devint possession …

Derwīs̲h̲ Meḥmed Pas̲h̲a

(473 words)

Author(s): Parry, V. J.
(vers 993-1065/ 1585-1655), grand-vizir ottoman d’origine čerkesse (circassienne). Comme ketk̲h̲udā de Ṭabani̊ Yaṣṣi̊ Meḥmed Pas̲h̲a, grand-vizir (1041-6/1632-7) sous le règne de Murād IV (1032-49/1623-40), il prit part à la campagne d’Eriwān de 1044-5/1635 contre les Ṣafawides de Perse et devint par la suite beglerbeg de Damas, fonction qu’il occupa, d’après Ibn Ḏj̲umʿa, en 1046/1636-7. A l’époque de la campagne de Murād IV contre Bag̲h̲dād, en 1048/1638, il était beglerbeg de Diyārbekir mais, en 1049/1639, il devint beglerbeg de Bag̲h̲dād et ne tarda pas à recevoir le…

Baylān

(536 words)

Author(s): Parry, V.J.
(Belen), village situé dans les montagnes de l’Amanus (Elma-Dāg̲h̲), sur la principale voie de communication partant d’Iskenderun (Alexandrette) dans la direction de l’Est (Syrie septentrionale). Le site semble ne pas avoir eu une grande importance durant les premiers siècles de la domination musulmane, la principale ville dans cette région étant alors Bag̲h̲rās (πάγραɩ). Le défilé voisin de Baylān, c.-à-d. l’ancien Ʃὑρɩαɩ Πὑλαɩ, ou ᾿AµανίδεΣ Πὑλαɩ, était inclus dans les ʿ awāṣim [ q.v.] du Nord-syrien. Il reçut diverses appellations durant la longue période de domi…

Bes̲h̲ike

(142 words)

Author(s): Parry, V.J.
(Beşike Körfezi, Besika), baie sur la côte occidentale de l’Asie Mineure en face de l’île de Tenedos (Bozd̲j̲a Ada). Elle s’étend à environ 23 km. au Sud de Ḳūm Ḳalʿe, entre les deux caps de Ḳūm Burnu et Bes̲h̲ik Burnu et, quoiqu’ouverte sur la mer, offre un bon abri aux navires. La Troie classique est située à l’intérieur, et l’on a trouvé des indices de vestiges antiques dans le voisinage immédiat de Bes̲h̲ike elle-même. Les flottes britannique et française firent route sur Bes̲h̲ike en juin 1…

Birge

(478 words)

Author(s): Parry, V.J.
(Birgi, parfois aussi Bergi ou Birki), petite ville del’Asie mineure occidentale située dans la vallée du Küçük Menderes, centre d’une nāḥiye dépendant du ḳaḍāʾ d’Ödemiş dans la province d’İzmir (Smyrne). C’est là que se trouvait l’ancienne ΔιὸΣ ‘Іερόν en Lydie. La ville était connue des Byzantins sous le nom de ΧριστούπολιΣ et plus tard de Πυργίον. Elle fut érigée en siège métropolitain entre 1193 et 1199, et fut ainsi libérée du contrôle ecclésiastique d’Éphèse, mais devint une fois de plus un évêché suffragant d’Ép…

Bāyazīd

(326 words)

Author(s): Parry, V.J.
(Doğu-Bayazi̊t), petite ville de la République turque située un peu au Sud du mont Ararat (Ag̲h̲ri̊-Dag̲h̲ [ q.v.]) près de la frontière turco-iranienne. On a suggéré que la ville avait reçu le nom du sultan ottoman Bāyazīd Ier (791-805/1389-1403) qui, selon ce point de vue, aurait fortifié l’endroit et en aurait fait un poste d’observation contre Tīmūr Beg. D’après une plus récente interprétation, le nom de la ville dérive en fait de celui d’un prince de la dynastie d̲j̲alāʾiride, Bāyazīd, frère du sultan Aḥmad (784-813/1382-1410)…
▲   Back to top   ▲