Search

Your search for 'dc_creator:( "Lambton, A.K.S." ) OR dc_contributor:( "Lambton, A.K.S." )' returned 91 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Dustūr

(44,090 words)

Author(s): Réd. | Lewis, B. | Khadduri, M. | Lambton, A. K. S. | Caldwell, J. A. M. | Et al.
désigne, en arabe moderne, une Constitution. Ce terme d’origine persane semble avoir désigné à l’origine une personne exerçant une autorité, religieuse ou politique, avant d’être spécialement appliqué aux membres du clergé zoroastrien. Il apparaît dans Kalīla wa-Dimna avec le sens de «conseiller» et reparaît avec la même acception, à une date bien postérieure, dans l’expression Dustūr-i mükerrem, l’un des titres honorifiques du grand-vizir de l’empire ottoman. Plus communément, dustūr était employé avec le sens de «règle» ou «règlement» et désignait en particuli…

Bayhaḳ

(138 words)

Author(s): Lambton, A.K.S.
, autrefois nom d’un district à l’Ouest de Nīs̲h̲āpūr, dans le Ḵh̲urāsān. A l’époque des Ṭāhirides, il comptait 390 villages, représentant une imposition d’environ 236 000 dirhams. Les principales villes étaient Sabzawār et Ḵh̲usrawd̲j̲ird. Il capitula devant une armée musulmane commandée par ʿAbd Allāh b. ʿĀmir en 30/650-1. En 548-9/1153-4, il fut dévasté par Yanāltegīn. Selon Ḥamd Allāh Mustawfi̊ sa population était composée de S̲h̲īʿites duodécimains. Parmi ses hommes célèbres, figurent Niẓām al-mulk, wazīr d’Alp Arslan et de Maliks̲h̲āh, Abū l-Faḍl Muḥammad b. Ḥu…

K̲h̲āliṣa

(8,284 words)

Author(s): Lambton, A. K. S.
(pl. k̲h̲āliṣad̲j̲āt) est d’un usage général dans les sources persanes du moyen âge pour désigner les terres de la couronne; ce terme s’applique également à de petites rivières, des ḳanāts [ q.v.] et des puits appartenant à la couronne. Dans les premiers temps de l’Islam, le mot ṣawāfī [ q.v.] était employé pour les domaines de l’État en général, alors que ḍiyāʿ al-k̲h̲āṣṣa, ḍiyāʿ al-sulṭān et ḍiyāʿ al-k̲h̲ulafāʾ désignaient les propriétés privées du calife. Sous les premières dynasties semi-indépendantes qui prirent naissance en Perse au moment du démembrement du califat, k̲h̲āṣṣ et k…

Naḳḳāra-k̲h̲āna

(2,597 words)

Author(s): Lambton, A.K.S.
, Naḳāra-k̲h̲āna (p.), sorte d’orchestre militaire, qui doit son nom à la naḳḳāra ou timbale, mais dont l’origine est obscure. La naḳḳāra-k̲h̲āna est citée de bonne heure à une époque où cette expression paraît avoir été synonyme de ṭabl-k̲h̲āna [ q.v.]. Militaire dès l’origine, elle a conservé sa fonction jusqu’à nos jours dans l’armée persane, mais ce rôle a tendu à être supplanté par son emploi dans les cérémonies. Elle entrait dans le cérémonial du calife et lui était réservée au début. Elle était composée de divers instruments: t…

Īlāt

(16,981 words)

Author(s): Lambton, A.K.S.
, pl. de īl, apparaît pour la première fois en persan à l’époque īl-k̲h̲ānide pour désigner les tribus nomades ou semi-nomades. ʿAs̲h̲ā ʾir, ḳabāʾil et ṭawāʾif sont également employés soit dans ce sens précis, soit pour les tribus en général, qu’elles soient nomades ou non. L’expression īlāt wa-ʿas̲h̲āʾir, qui se rencontre fréquemment au moyen âge comme à l’époque moderne, donne à penser que les deux termes sont largement synonymes. Au moyen âge, īlāt apparaît aussi en rapport avec ulūs « membres des tribus », et oymaḳ. Depuis des temps anciens, la population de nombreuses région…

Ḥād̲j̲ib

(4,449 words)

Author(s): Sourdel, D. | Bosworth, C. E. | Lambton, A. K. S. | Réd.
, terme qui peut être traduit approximativement par chambellan (angl. Chamberlain) et qui désigne dans les pays musulmans le personnage chargé de garder la porte du souverain en ne laissant accéder auprès de lui que les visiteurs agréés. Ce terme devint rapidement un titre correspondant à une dignité de cour et à une fonction dont la nature exacte a pu varier sensiblement selon les régions et les époques. Essentiellement maître des cérémonies, le ḥād̲j̲ib apparaît en effet souvent comme un surin…

al-Dawānī

(1,053 words)

Author(s): Lambton, A. K. S.
, Muḥammad b. Asʿad Ḏjalāl al-dīn, commentateur et auteur d’ouvrages de dogmatique, de mystique et de philosophie en persan et en arabe, né en 830/1427 à Dawān, dans le district de Kāzarūn, où son père était ḳāḍī; il prétendait descendre du calife Abū Bakr, d’où sa nisba d’al-Ṣiddīḳī. Il fit ses études avec son père, puis alla à S̲h̲īrāz où il fut l’élève de Mawlāna Muḥyī l-dīn Gūs̲h̲a Kinārī, Mawlānā Humām al-dīn Gulbārī et Ṣafī al-dīn Īd̲j̲ī. Il occupa les fonctions de ṣadr sous le Ḳara Ḳuyūnlū Yūsuf b. Ḏj̲ahāns̲h̲āh puis, après avoir démissonné, devint mudarris à la Begam Madrasa, égal…

Muḥammad S̲h̲āh

(3,319 words)

Author(s): Lambton, A.K.S.
, troisième souverain de la dynastie des Ḳād̲j̲ār [ q.v.]. Né le 5 janvier 1808, il était le fils aîné de ʿAbbās Mīrzā [ q.v.], et sa mère était la fille de Muḥammad Ḵh̲ān Beglarbegi Ḳād̲j̲ār De velu. Son père confia son éducation à Ḥād̲j̲d̲j̲ī Mīrzā Āḳāsī, un Ṣūfī de la confrérie de Nūr ʿAlī S̲h̲ah (Huma Nāṭiḳ, Īrān dar rāhyābī-yi farhangī, Londres 1988, 12-13), qui exerça sur lui une forte influence, même après qu’il fut monté sur le trône en 1834 à la mort de son grand-père Fatḥ ʿAlī S̲h̲āh [ q.v.]. Il avait appris le français auprès d’une Française à la cour de ʿAbbās Mīrzā, et, à …

Kalāntar

(2,861 words)

Author(s): Lambton, A.K.S.
(P. kalān, grand), terme utilisé aux VIIIe et IXe/XIVe-XVe siècles dans le sens de chef (cf. Ḥāfiẓ Abrū, Cinq opuscules de Ḥāfiẓ-i Abrū concernant l’histoire de l’Iran au temps de Tamerlan, éd. F. Tauer, Prague 1959; Muʿīn al-dīn Natanzī, Muntak̲h̲ab al-tawārīk̲h̲-i muʿīnī, éd. J. Aubin, Téhéran 1957, 257, 258, 261), et usité plus particulièrement pour les classes tribales et militaires. On trouve dans un document de 874/1470, émanant d’Uzun Ḥasan, pour le gouvernement du Ḵh̲urāsān et de la Transoxiane, la phrase suivante: īl va ulūs va kalāntarān va sar k̲h̲aylān va aʿrāb va…

Ḥukūma

(19,027 words)

Author(s): Lewis, B. | Ahmad, F. | Lambton, A. K. S. | Vatikiotis, P. J. | Tourneau, R. Le | Et al.
, en arabe moderne, «gouvernement». Comme beaucoup de néologismes politiques des langues islamiques, le mot semble avoir, dans son sens moderne, été d’abord employé dans la Turquie du XIXe siècle et avoir passé du turc en arabe et dans les autres langues. Ḥukūma vient de la racine arabe h.k.m. avec le sens de «juger, adjuger» (cf. sens connexe, qui domine en hébreu et dans d’autres langues sémitiques, de sagesse [voir Ḥikma]). Dans l’usage classique, le nom verbal ḥukūma signifie l’acte ou la fonction de dispenser, de rendre la justice, que ce soit par un souverain, un j…

al-Marʾa

(28,137 words)

Author(s): Tomiche, N. | Chelhod, J. | Lambton, A. K. S. | Afshar, Haleh | Ansari, Ghaus
(a.) «la femme». I. — Monde arabe. Longtemps éludé ou traité partiellement et partialement, le problème de la femme est actuellement l’objet d’une prise de conscience générale. Or, plutôt qu’un problème, ce sont des problèmes pluriels et complexes qui se posent, pour la femme arabe, selon le point de vue où se place l’observateur; il y a le point de vue légal, sous l’angle précis des rapports entre loi divine et loi humaine; il y a l’ensemble des «images déformées» qui, selon l’expression d’Étiemble, c…

Maḥkama

(48,172 words)

Author(s): Schacht, J. | İnalcık, Halil | Findley, C. V. | Lambton, A. K. S. | Layish, A. | Et al.
(a.) «tribunal». Le présent article est consacré à l’administration de la justice et à l’organisation des tribunaux dans les pays musulmans, la fonction de juge ayant été traitée sous Ḳāḍī. I. — Généralités II. — Empire ottoman 1. — Jusqu’aux réformes 2. — Période des réformes III. — Iran IV. — Pays arabes et Israël à l’époque moderne 1. — Égypte 2. — Syrie 3. — Liban 4. — Irak 5. — Palestine et Israël 6. — Jordanie 7. — Arabie Saʿūdite 8. — Yémen et République populaire du Sud Yémen 9. — États du Golfe 10. — Maroc 11. — Algérie 12. — Tunisie 13. — Réformes du droit appliquées par les tribunaux du s̲h̲arʿ V. …

Ḳād̲j̲ār

(13,120 words)

Author(s): Lambton, A. K. S.
( kačar «qui marche rapidement», cf. Sulaymān Efendī, Lug̲h̲at-i Čag̲h̲atay, Istanbul 1298, 214; P. Pelliot, Notes sur l’histoire de la Horde d’or, Paris 1950, 203-4), tribu turcomane à laquelle appartenait la dynastie persane des Ḳād̲j̲ārs; c’est également le nom d’un village du district de Lītkūh dans la région d’Āmul [ q.v.]. Les historiens persans du XIXe siècle affirment que les Ḳād̲j̲ārs doivent leur nom à Ḳād̲j̲ār Noyān b. Sirtāḳ Noyān; ce dernier, fils de Sābā Noyān b. Ḏj̲alāʾir, fut nommé atabeg [ q.v.] d’Arg̲h̲ūn (Riḍā Ḳulī Ḵh̲ān Hidāyat, Taʾrīk̲h̲-i rawḍat al-ṣafā-yi nāṣ…

Kirmān

(16,166 words)

Author(s): Lambton, A. K. S.
, nom d’une province de Perse et de sa capitale actuelle; il remonte à la forme Carmania de Strabon (XV. 2, 14) qui viendrait de Carmana, une ancienne capitale (Ptolémée, Géographie, VI, 8; Ammien Marcellin, XXIII, 6, 48; voir aussi Marquart, Ērānšahr, 30 sur Carmania, et Browne, Lit. Hist. of Persia, I, 145, sur une étymologie populaire tardive). La province. Située au Sud-ouest du grand désert central, le Das̲h̲t-i Lūṭ, qui n’a plus que 160 km. de large à l’endroit où il sépare le Kirmān du Sīstān, elle est limitée au Nord par le territoire de Yazd et …

Soyūrg̲h̲āl

(2,741 words)

Author(s): Lambton, A. K. S.
terme signifiant à l’origine en mongol «faveur» ou «récompense accordée par le souverain à quelqu’un, parfois à titre héréditaire» (Doerfer, Türkische and mongolische Elemente in Neupersischen, I, 351 n° 228). Soyūrg̲h̲āl /kardan est utilisé comme synonyme de sayūrg̲h̲āmis̲h̲ kardan «accorder une faveur». Le pluriel sayūrg̲h̲ālāt est souvent associé avec des mots comme ʿawāṭif, tas̲h̲nfāt et inʿāmāt, «faveurs», «présents» (voir Muḥammad b. Hindūs̲h̲āh Nak̲h̲d̲j̲ivānī, Dastūr al-kātib, éd. A. A. Alizade, Moscou, I, 1964, 1/2, 1971, II, 1976, index; et Niẓām al-dīn S̲h̲āmī, Ẓa…

Ḥisba

(8,304 words)

Author(s): Cahen, Cl. | Talbi, M. | Mantran, R. | Lambton, A. K. S. | Bazmee Ansari, A. S.
, terme non ḳurʾānique par lequel l’usage désigne d’une part le devoir de tout Musulman d’«ordonner le bien et défendre le mal», d’autre part la fonction du personnage effectivement chargé en ville de l’application de cette règle à la police des moeurs et plus particulièrement à celle du marché — personnage qui, assumant la ḥisba, s’appelle le muḥtasib —; il ne semble pas qu’aucun texte précise explicitement ni la raison du choix de ce terme ni comment les acceptions indiquées ont été déduites de la notion de «compte» ou «suffisance» incluse dans la racine. I. — Généralités: sources, origi…

Filāḥa

(13,320 words)

Author(s): Shihabi, Mustafa al- | Colin, G.S. | Lambton, A.K.S. | İnalcık, Halil | Habib, Irfan
, agriculture. Falḥ, action de fendre et de couper, s’appliquant à la terre, a le sens de «fendre pour cultiver», soit «labourer». Fallāḥ «laboureur», filāḥa, «labourage». Mais depuis l’époque préislamique, le mot filāḥa a prit un sens plus étendu pour désigner le métier de la culture du sol, l’agriculture. Dans ce sens il est synonyme de zirāʿa, auquel les anciens préféraient filāḥa (tous les anciens auteurs appelaient leurs ouvrages d’agriculture Kitāb al-Filāḥa). Actuellement ce dernier mot est très usité, en Afrique du Nord, dans le langage officiel comme dans …

Marāsim

(18,900 words)

Author(s): Sanders, P. | Chalmeta, P. | Lambton, A. K. S. | Groot, A. H. de | Burton-Page, J.
(a.), cérémonies officielles de la cour, qu’elles comportent ou non une procession. L’ensemble du cérémonial, protocole et étiquette compris, est également nommé rusūm, et l’on rencontre fréquemment mawsim [ q.v.] et mawkib. Le pl. mawākib [ q.v.] désigne spécifiquement des processions ¶ solennelles, mais paraît avoir eu en outre le sens plus général d’audiences (pour les ʿAbbāsides, voir les références dans D. Sourdel, Vizirat II, 684, n. 3; pour les Fāṭimides, voir p. ex. al-Ḳalḳas̲h̲andī, Ṣubḥ, III, 494 = d̲j̲ulūs [ al-k̲h̲alīfa] fī l-mawākib; ayyām al-mawākib). 1. — Sous le c…

Ḳanāt

(5,124 words)

Author(s): Lambton, A.K.S. | Réd.
(A.) pi. ḳanawāt, ḳanā, ḳunī, aḳniya, «canal, canalisation, conduite d’eau». Ce terme, qui désigne aussi un bâton, une lance, etc., signifie primitivement «roseau» [voir Ḳaṣab], et c’est avec ce sens et celui de «jonc» que le mot ḳanū est connu en accadien (cf. Zimmern, Akkad. Fremdwörter, Leipzig 1915. 56); devenu en hébreu ḳanä et en araméen ḳanyā, il est passé en arabe; le grec et le latin l’ont aussi emprunté sous les formes χάννα, χάννη (χάνη) canna, et c’est par suite d’une évolution parallèle à celle de ḳanĀt que canalis «en forme de roseau» a pris le sens de «conduit, canal». En persan, ḳ…

Kirmāns̲h̲āh

(4,099 words)

Author(s): Lambton, A. K. S.
, ville et province de la Perse occidentale. La province s’étend entre 34° et 35° N., 44° 5′ et 48° E., à l’Est et au Nord du ʿIrāḳ et du Luristān-i Kūčik (ou Pus̲h̲t-i Kūh), au Sud et à l’Ouest du Kurdistān et d’Asadābād; au début du XXe siècle, elle a été divisée en 19 bulūks: Bālādih, Wastām, Miyān Darband ou Bīlawar, Pus̲h̲t-i (ou Balā) Darband, Dīnawar, Kuliyāʾī, Saḥnih, Kangawar, Asadābād, Harsīn, Čamčamāl, Durū Faramān, Māhīdas̲h̲t, Hārūnābād, Gūrān, Kirind, Zuhāb, Aywān et Hulaylān ( Gazetteer of Persia, II, Simla 1914, 358). Aujourd’hui, elle est limitée par Sanandad̲j̲ …
▲   Back to top   ▲