Search

Your search for 'dc_creator:( "Repp, R.C." ) OR dc_contributor:( "Repp, R.C." )' returned 7 results. Modify search

Did you mean: dc_creator:( "repp, R.C." ) OR dc_contributor:( "repp, R.C." )

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ṣunʿ Allāh

(410 words)

Author(s): Repp, R.C.
b. Ḏj̲aʿfar al-ʿImādī, S̲h̲ayk̲h̲ al-Islām [ q.v.] ottoman, m. 1021/1612. Né en 960/1553, fils du ḳāḍī ʿasker [ q.v.] Ḏj̲aʿfar Efendi, un cousin germain d’Abū l-Suʿūd Efendi [ q.v.], Ṣunʿ Allāh étudia avec Mollā Fuḍayl al-Ḏj̲amālī, puis avec Abū l-Suʿūd, alors S̲h̲ayk̲h̲ al-Islām, dont il fut le muʿīd et grâce auquel il devint mulāzim [ q.v.] en 977/1569-70. En raison de ses relations familiales, sa première nomination en madrasa (ramadan 978/février 1571) se fit au niveau de 40 aḳčes. Il parcourut la hiérarchie de la madrasa pour entrer dans la classe supérieure des hauts fonct…

Kemānkes̲h̲

(484 words)

Author(s): Repp, R.C.
(«archer») ʿAlī Pas̲h̲a, grandvizir ottoman. Né dans le district de Ḥamīd-ili, en Anatolie, il vint à Istanbul, où il fut formé en vue de servir au palais; il fut ensuite nommé, probablement en 1029/1620, beylerbeyi de Diyār Bakr, avec le rang de vizir. Comme il avait fait exécuter un fonctionnaire provincial bien connu saiis en référer à Istanbul, il eut des ennuis et fut muté au gouvernorat de Bag̲h̲dād où il demeura près d’une année avant d’être destitué. Il se retira alors dans le voisinage de Ḳaysāriyya, mais rentra à Istan…

S̲h̲ayk̲h̲ al-Islām

(3,154 words)

Author(s): Kramers, J.H. | Bulliet, R. | Repp, R.C.
(a.), titre honorifique utilisé dans le monde musulman jusqu’au début du XXe siècle, et attribué essentiellement à des dignitaires religieux. 1. Histoire primitive du terme. Le titre apparut tout d’abord dans le Ḵh̲urāsān à la fin du IVe/Xe siècle. Alors que les titres honorifiques composés avec le mot Islām (comme ʿIzz-, Ḏj̲alāl-, et Sayf al-Islām), étaient portés par des personnes détentrices du pouvoir séculier (notamment les vizirs des Fāṭimides, cf. van Berchem dans ZDPV, XVI [1983], 101), le titre de S̲h̲ayk̲h̲ al-Islām a toujours été réservé aux ʿulamāʾ et aux mystiques, co…

Köprülü

(8,184 words)

Author(s): Gokbilgin, M. Tayyib | Repp, R. C.
, famille de vizirs ottomans qui se distingua dans la seconde moitié du XIe/XVIIe siècle, domina la vie politique durant la majeure partie de cette période, arrêta pendant quelquetemps le déclin de l’empire, effectua des réformes et fit de nouvelles conquêtes. Ce nom provient des liens étroits du fondateur de la famille, KöprülüMeḥmed Pas̲h̲a, avec la ville de Köprü (alors dans le sand̲j̲ah d’Amasya) qui, par la suite, reçut en échange le nom de Vezīr-Köprü [ q.v.] à cause de ses rapports avec la famille (et pour la distinguer de sa voisine Tas̲h̲-Köprü). Cependant, Meh…

ʿUlamāʾ

(10,408 words)

Author(s): Gilliot, Cl. | Repp, R.C. | Nizami, K.A. | Hooker, M.B. | Lin, Chang-Kuan | Et al.
(a.), pi. de ʿālim, participe actif de ʿalima, «savoir connaître», il désigne …

K̲h̲osrew Pas̲h̲a

(2,559 words)

Author(s): İnalcık, Halil | Repp, R. C.
, Bosniak (m. 1041/1632), grand-vizir ottoman. D’origine bosniaque, il entra ¶ au service du Palais et parvint au grade de silāḥdār. En muḥarram 1033/octobre-novembre 1623, quand les oda bas̲h̲i̊s des Janissaires dissidents ( zorba) exigèrent le remplacement de leur ag̲h̲a par quelqu’un qui n’appartînt pas à leur corps, Ḵh̲osrew sortit de l’ enderūn-i hümāyūn pour devenir Yeñi-čeri ag̲h̲asi̊. L’État traversait alors une période critique : l’influence des Janissaires sur les affaires intérieures s’était encore accrue avec l’exécution de ʿOt̲h̲imān II (r…

Mulāzim

(417 words)

Author(s): Repp, R.C.
(a.; forme turque: mülāzi̊m), terme administratif et militaire (p. ex. à une époque plus récente = lieutenant), dont l’usage le plus notable consistait à désigner un candidat à une fonction dans la hiérarchie ottomane savante (la ʿilmiyye [ q.v.]), soit en début de carrière (auquel cas il était strictement un mülāzi̊m-i nev) soit à n’importe quel stade postérieur, quand il attendait un poste: à cet égard, le premier usage est de beaucoup celui que l’on rencontre le plus communément dans la littérature (généralement sans addition de nev), car atteindre le statut de mülāzi̊m ou de mulāzama …