Encyclopédie de l’Islam

Search

Your search for 'education' returned 603 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Adi̊var

(559 words)

Author(s): İz, Fahır
, ʿAbd al-Ḥaḳḳ ʿAdnān (turc mod. Abdülhak Adnan Adivar), écrivain, savant et homme politique turc (1882-1955). Né à Gelibolu (Gallipoli) où son père, Aḥmad Bahāʾī, qui appartenait à une grande famille de ʿulamāʾ d’Istanbul, était ḳāḍī, il étudia la médecine à l’Université d’Istanbul et collabora en même temps à divers journaux, ce qui lui valut quelques démêlés avec la police ḥamīdienne. Une fois diplômé, il s’enfuit en Europe, passa un an à Paris et à Zurich, puis se fixa à Berlin, où il devint assistant à la Faculté de Médecine…

Awḥadī

(401 words)

Author(s): Meredith-Owens, G.M.
, Rukn al-dīn, poète persan né vers 680/1281-2 à Marāg̲h̲a en Ād̲h̲arbayd̲j̲ān. Le fait qu’il vécut pendant de nombreuses années à Iṣfahān a amené l’auteur des Haft Iḳlīm à affirmer qu’il était né dans cette ville. On connaît peu de choses sur sa vie, mais il ne fait à peu près aucun doute qu’il mourut en 738/1337-8. Il fut enterré dans son pays natal, où l’on peut encore voir sa tombe.¶ Awḥadī, qui tira son tak̲h̲alluṣ du nom de son maître S̲h̲ayk̲h̲ Awḥad al-dīn de Kirmān, est l’auteur d’un dīwān qui comprend environ dix mille vers. Quelquesuns d’entre eux sont des louanges de ses…

Ṣabāḥ al-Dīn

(554 words)

Author(s): Zürcher, E. J.
(«Prens» Sabahettin) (1877-1948), ¶ théoricien politique ottoman tardif. Sabāḥ al-dīn naquit à Istanbul, comme fils aîné de Dāmād (gendre impérial) Maḥmūd Ḏj̲elāl al-dīn Pas̲h̲a. Sa mère était Senīḥa Sultan, fille puinée du Sultan ʿAbd al-Ḥamīd IL II reçut une éducation privée. Lorsque son père se réfugia à Paris en 1899, Ṣabāḥ al-dīn et son frère plus jeune Luṭf Allāh l’accompagnèrent. Il se révéla comme l’un des principaux publicistes et politiciens Jeunes Turcs de l’émigration. Grâce à la fortune paternelle, il devint bientôt un riv…

As̲h̲raf Ḏj̲ahāngīr

(441 words)

Author(s): Bazmee Ansari, A.S.
b. Sulṭān Muḥammad Ibrāhim, ṣūfī indien; il naquit en 688/1289 à al-Simnān (Ḵh̲urāsān), principauté de son père. Sa mère Ḵh̲adīd̲j̲a était une petite-fille de Aḥmad Yasawī [ q.v.]. Ḥāfiẓ du Ḳurʾān, avec ses sept lectures, il termina son éducation à l’âge de quatorze ans. Son amour pour le mysticisme le conduisit auprès de ʿAlāʾ al-dawla al-Simnānī [ q.v.], principal ṣūfī de son temps, dont il fréquenta l’entourage. Successeur de son père à la mort de ce dernier, en 705/1305-6, à la tête de la principauté, il abdiqua bientôt en faveur de son frère Muḥa…

Aḥmad Rasmī

(480 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, homme d’état et historien ottoman. Aḥmed b. Ibrāhīm, connu sous le nom de Resmī, était originaire de Rethymno (en turc Resmo; d’où son appellatif?) en Crète, et était d’ascendance grecque (cf. Hammer-Purgstall, VIII, 202). Né en 1112/1700, il vint, en 1146/1733, à Istanbul, où il reçut son éducation, se maria avec une fille du Reʾīs Efendi Taʾuḳd̲j̲i Muṣṭafā et entra au service de la Porte. Il remplit plusieurs charges dans différentes villes (cf. Sid̲j̲ill-i ʿ Ot̲h̲mānī, II, 380 sq.). En şafar 1171/oct. 1757, il alla à Vienne comme délégué ottoman et, à son retour, rédigea ¶ un rapport …

Abū S̲h̲āma

(452 words)

Author(s): Hilmy Ahmad
S̲h̲ihāb al-Dīn Abū l-Kāsim ʿAbd al-Raḥmān b. Ismāʿīl al-Maḳdisī, historien arabe, né à Damas le 23 rabiʿ II 599/10 janvier 1203. Toute sa vie se passa à Damas, sauf un séjour d’un an qu’il fit en Égypte pour ses études, une visite de quinze jours à Jérusalem et deux pèlerinages au Ḥid̲j̲āz. Il devint professeur à Damas, dans les madrasas al-Rukniyya et al-As̲h̲rafiyya, cinq ans seulement avant sa mort, qui survint le 19 ramaḍān 665/13 juin 1268. Comme beaucoup de savants de son temps, il reçut une éduc…

Yaḥyā

(527 words)

Author(s): Andrews, W. G. | Kalpakli, Mehmet
, S̲h̲eyk̲h̲ al-Islām, savant juriste et poète ottoman (m. 1053/1644). Fils du S̲h̲eyk̲h̲ al-Islām Bayrāmzāde Zekeriyyā Efendi, Yaḥyā naquit à Istanbul en 969/1561 (quelques sources donnent 959 comme date de naissance). Descendant d’une famille importante de ʿulamāʾ, il suivit une éducation privée rigoureuse sous la tutelle de son père et de plusieurs autres savants renommés, parmi lesquels ʿAbd al-Ḏj̲ebbārzāde Derwīs̲h̲ Meḥmed Efendi et Maʿlūlzāde Seyyid Meḥmed Efendi. En 988/1580, à l’âge de 19 ans, on lui accorda une mulāzimet, et il continua à enseigner dans les madrasas les …

Sezāʾī

(538 words)

Author(s): Burrill, Kathleen
, Ḥasan Dede (ou Efendi) (1080-1151/1669-1738), appelé aussi S̲h̲eyk̲h̲. Ḥasan Efendi ou Ḥasan b. ʿAlī Gühs̲h̲enī, poète ottoman, fondateur de la ṭarīḳa sezāʾiyya, rameau de la Guls̲h̲aniyya [voir Guls̲h̲anī, Ibrāhīm], elle-même branche de la Ḵh̲alwatiyya [ q.v.]. Il naquit en Morée [voir Mora] où son grand-père paternel Ḳurtbey-zāde Ḥasan était un personnage en vue. Tahsin Yazici ( IA, art. Sezâʾī) est en désaccord avec Bjôrkman ( EI 1, art. Sezāʾī) sur le fait qu’il ait été d’origine grecque. Il fut élevé en Morée, et sa carrière dénote une solide éducation. En…

S̲h̲enlik

(436 words)

Author(s): Göçek, Fatma Müge
(t.), terme ottoman désignant des festivités publiques marquant des occasions particulières et qui, contrairement aux cérémonies réservées à certains groupes, impliquaient la participation de toute la population. Les principales fêtes de l’empire étaient les commémorations religieuses comme l’anniversaire de la mort de Ḥusayn le 10 muḥarram, celui de la naissance du Prophète, et la fin de ramaḍān, caractérisés par des journées chômées. Le Pèlerinage offrait d’autres occasions de festivités publiques. Le départ de la carav…

Malaka

(427 words)

Author(s): Leaman, O. N. H.
(a.), terme technique de philosophie employé pour traduire le grec hexis «état ou habitude d’un être». Il est opposé à ʿadam/steresis «privation» dans les traductions et commentaires d’Aristote: quel que soit l’objet naturel de la possession ( malaka), toute chose capable de recevoir une possession en est privée quand elle est totalement absente de ce qui la détient naturellement. Le même terme est employé dans l’expression al-ʿaḳl bi-l-malaka (de nous kath-hexin d’Alexandre d’Aphrodise) pour représenter l’intellect in habitu, stade du développement de l’intellect humain…

Muṣṭafā Fāḍil Pas̲h̲a

(514 words)

Author(s): Kuran, E.
, Miṣirli, homme d’État ottoman, né le 2 février 1830 au Caire; il était le plus jeune fils d’Ibrāhīm Pas̲h̲a et le petitfils de Muḥammad ʿAlī Pas̲h̲a, wālī d’Égypte. Après avoir fait ses études au Caire, il alla en 1262/ 1846 à Istanbul, où il fut attaché au grand-vizirat. avança dans sa carrière et fut nommé vizir en s̲h̲aʿbān 1274/mars-avril 1858; le 19 novembre 1862, il fut nommé ministre de l’Éducation, puis passa le janvier 1863 au ministère des Finances; il conserva ce poste jusqu’en mars 1864, date à laquelle il démissionna. Le 5 novembre 1865, il fut nommé président du med̲j̲lis-i k̲h̲…

Sūz

(486 words)

Author(s): Haywood, J.A.
, Sayyid Muḥammad Mīr (1133-1213/1720-98), poète urdu, né à Dihli. Son père descendait d’un saint gud̲j̲arātī, mais la famille était originaire de Buk̲h̲ārā. Le poète avait la solide éducation et la formation propre aux classes aristocratiques. C’était un excellent archer et un habile cavalier, adepte des arts martiaux en général, et d’une remarquable force physique. C’était un calligraphe expert, habile dans tous les styles d’écriture ornementaux. Après une jeunesse tumultueuse, il se fit derviche. En tant qu’auteur, si un certain nombre d’auteurs de tad̲h̲kiras parlent de lu…

Afsūs

(461 words)

Author(s): Blumhardt, J.F. | Inayatullah, Sh.
(Afsōs), pseudonyme du poète Mīr S̲h̲īr ʿAlī, fils de Sayyid ʿAlī Muẓaffar Ḵh̲ān, et descendant du Prophète par l’Imām Ḏj̲aʿfar al-Ṣādiḳ. Ses ancêtres habitaient Ḵh̲awaf en Perse. L’un d’eux, Sayyid Badr al-Dīn, frère de Sayyid ʿĀlim al-Dīn Ḥād̲j̲ī Ḵh̲ānī, alla aux Indes et s’installa à Narnawl près d’Agra. Sayyid G̲h̲ulām Muṣṭafā, le grand-père d’Afsūs, vint à Delhi sous le règne de Muḥammad S̲h̲āh (1719-48), et fut un des collaborateurs du Nawwāb Ṣamṣām al-Dawla Ḵh̲ān. Afsūs naquit à Delhi et …

Kelantan

(485 words)

Author(s): Kessler, C.S.
, État du Nord-est de la Malaisie. Situé sur le littoral joignant la Malaisie septentrionale au Sud de la Thaïlande, Kelantan fut pendant longtemps un fervent centre musulman d’éducation et d’érudition; la culture malaise y était féconde et la Malaisie y entretenait des rapports politiques suivis avec l’Islam. Les internats d’enseignement des sciences religieuses traditionnelles du Kelantan ( pondok [voir Pesantren]) et leurs professeurs, très appréciés, étaient renommés dans le monde malais. Avec les Malais du Patani [ q.v.] (ou Pattani) voisin, au Sud de la Thaïlande, l…

Abū Zaʿbal

(502 words)

Author(s): Ebied, R. Y.
, ancien village de Basse-Égypte, à une vingtaine de km. au Nord du Caire. ¶ Il s’appelait autrefois al-Ḳuṣayr, désignation sous laquelle on le trouve dans le Ḳitāb Ḳawānīn al-dawāwīn d’Ibn Mammātī (m. 606/1209), et il reçut son nom actuel à partir de la fin de la période mamlùke; on le trouve pour la première fois dans un acte waḳf constitué par Ḵh̲āyir Bey al-Ḏj̲arkasī, gouverneur ottoman du Caire de 923 à 928/1517-21, portant la date du 10 rad̲j̲ab 926. La localité comptait une population de 2000 âmes vers la fin du XIXe siècle. En 1827, Muḥammad ʿAlī y créa une école de médecine parc…

al-K̲h̲ūrī

(541 words)

Author(s): Réd.
, Fāris (1875?-1962) homme politique syrien de confession chrétienne qui joua un rôle très important pendant près d’un demi-siècle. Né dans un village libanais situé sur les pentes de l’Hermon, il poursuivit ses études à Ṣaydā puis à l’école de Beyrouth qui devait devenir l’Université Américaine, non sans exercer entre-temps des fonctions d’instituteur. Des affaires familiales l’ayant conduit à Damas en 1899, il s’établit dans la capitale syrienne, apprit le turc et le français et fut notamment e…

Kayḳubād

(477 words)

Author(s): Digby, S.
, Muʿizz al-dīn, sultan de Dihlī (686-9/1287-90) qui succéda à son grand-père G̲h̲iyāt̲h̲ al-dīn Balban [ q.v.], son père Nāṣir al-dīn Bug̲h̲rā Ḵh̲ān, fils cadet de Balban, se trouvant au Bengale à la mort de ce dernier. Le grand-père maternel de Kayḳubād était le sultan Nāṣir al-dīn Maḥmud (qui régna de 644 à 665/1246-67). Kayḳubād avait reçu, sous le contrôle de Balban, une éducation stricte mais, après son accession au trône, à l’âge de 17 ou 18 ans, il se mit à mener une vie de débauche effrénée. Touchant les affaires de l’État, il tomba sous l’influence du neveu et gendre du kot́wāl de Dihl…

al-ʿIrāḳī

(569 words)

Author(s): Hasan, Mohibbul
, Sayyid S̲h̲ams al-dīn, chef religieux qui mena une action missionnaire au Kas̲h̲mīr. Fils du sayyid mūsawī Ibrāhīm, il naquit dans la petite ville de Kund-Sūlḳān, près de Téhéran, sur la route de Ḳazwīn. Il reçut une bonne éducation et, encore jeune, tomba sous l’influence de Muḥammad Nūr Bak̲h̲s̲h̲ (795-869/1393-1464), fondateur de la confrérie des Nūrbak̲h̲s̲h̲iyya. Impressionné par son éloquence et son savoir, le sultan Ḥusayn Mīrzā Bayḳara (873-911/1469-1506) le prit à son service et l’envoya en mission …

Mahābat K̲h̲ān

(543 words)

Author(s): Athar Ali, M.
, chef militaire de l’Inde mug̲h̲ale. Zamāna Beg, le futur Mahābat Ḵh̲ān, était le fils de G̲h̲ayyūr Beg Kābulī, un sayyid ridawī qui avait émigré de S̲h̲īrāz à Kābul sous le règne d’Akbar et s’y était fixé. Zamāna Beg entra au service du fils d’Akbar, Salīm, comme aḥadī (soldat de cavalerie) et atteignit le grade de 500 [voir Las̲h̲kar], Après l’avènement de Ḏj̲ahāngīr (octobre 1605), il fut promu au grade de 2000, reçut le titre de Mahābat Ḵh̲ān et devint un courtisan de confiance de cet empereur. Il dirigea une campagne infructueuse contre Mewār (16…

Ṭabāṭabāʾī

(438 words)

Author(s): Cronin, Stephanie
, Sayyid Ḍiyāʾ al-dīn, homme d’État persan (1888-1969). Il naquit à Yazd dans une famille cléricale conservatrice, et passa la plus grande partie de sa jeunesse à S̲h̲īrāz, où il reçut une éducation de type traditionnel. Puis il se lança dans le journalisme, et publia un journal pro-constitutionnel, le Nidā-yi Islām. Il gagna ensuite Téhéran, où il poursuivit son métier’de journaliste en publiant le journal Raʿd. A Téhéran, sa réputation de réformiste grandit, et il devint le pilier d’un groupe de personnes partageant les mêmes idées. Il recherchait activement…
▲   Back to top   ▲