Encyclopédie de l’Islam

Search

Your search for 'education' returned 603 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Al-K̲h̲āzinī

(504 words)

Author(s): Vernet, J.
, Abū l-Fatḥ ʿAbd al-Raḥmān (ou Abū Manṣūr ʿAbd al-Raḥmān ou Abū ʿAbd al-Raḥmān Manṣūr), astronome et physicien qui vivait en Perse au début du VIe/XIIe siècle. Il est parfois confondu avec Ibn al-Hayt̲h̲am, al-Ḵh̲āzin et d’autres auteurs dont le nom est voisin et qui traitèrent des mêmes questions. C’était un jeune esclave grec de ʿAlī b. Muḥammad, trésorier de la cour de Marw; son maître se préoccupa de lui faire donner la meilleure éducation possible, mais nous manquons presque complètement de détails biographiques e…

Bidlīsī

(536 words)

Author(s): Naficy, S.
, S̲h̲araf al-dīn Ḵh̲ān, connu communément sous le nom de S̲h̲araf Ḵh̲ān, historien iranien de race kurde, fils aîné de l’émir de Bidlīs, S̲h̲ams al-dīn Ḵh̲ān, né à Karah-rud, près de Ḳumm, le 20 d̲h̲ū l-ḳaʿda 949/25 février 1543, pendant l’exil de son père. Sa famille étant protégée par S̲h̲āh-Ṭahmāsp (930-84/1524-76) le Ṣafawide, il fut élevé à la cour de ce monarque avec les enfants de ce dernier et y reçut son éducation. A l’âge de douze ans, il obtint la dignité d’émir des Kurdes, et conserva ce rang …

ʿAbbās Ḥilmī Ier

(424 words)

Author(s): Colombe, M.
, vice-roi d’Égypte, né en 1813, fils de Aḥmad Ṭūsun (1793-1816) et petit-fils de Muḥammad ʿAlī [ q.v.]. Il succéda à son oncle Ibrāhīm, mort le 10 novembre 1848. Dès son avènement, il se distingua par une très vive hostilité à l’égard des étrangers. Dans les réformes entreprises au cours de la période précédente, il ne voulut voir que de dangereuses et blâmables innovations auxquelles il convenait de renoncer. La plupart des écoles ouvertes par Muḥammad ʿAlī furent fermées, ainsi que les fabriques, les usines e…

Ri̊ḍā Nūr

(478 words)

Author(s): Ahmad, F.
, Rizâ Nur (1879-8 septembre 1942), docteur en médecine, homme politique, homme de lettres et idéologue nationaliste turc, né à Sinope, sur la Mer Noire en 1879. Après avoir acquis ses diplômes au collège médical militaire, il fréquenta la Faculté de Médecine, mais abandonna la médecine pour la politique après la restauration de la constitution en juillet 1908. Élu au Parlement pour Sinope, Ri̊ḍā Nūr rejoignit le parti libéral d’opposition ( Aḥrār Fi̊rḳasi̊) contre l’ Ittiḥād ve Teraḳḳī Ḏj̲emʿiyyeti [ q.v.], le CUP. Suspect d’avoir joué un rôle dans la contre-révolution avo…

al-Kisāʾī

(458 words)

Author(s): Nagel, T.
, Ṣāḥib Ḳiṣaṣ al-Anbiyāʾ, auteur inconnu d’un célèbre ouvrage sur la vie des prophètes et des hommes pieux antérieurs à Muḥammad. I. Eisenberg en a d’abord inséré quelques brefs passages, en 1898, dans sa thèse sur Muḥammad b. ʿAbd Allāh al-Kisāʾī et en a procuré une édition complète en 1922. Dans sa thèse, Eisenberg a essayé de prouver que l’auteur des Ḳiṣaṣ al-anbiyāʾ [ q.v.] n’était autre qu’al-Kisāʾī [ q.v.], le philologue bien connu que Hārūn al-Ras̲h̲īd chargea de l’éducation de ses fils al-Amīn et al-Maʾmūn; cependant pareille identification est impossible…

Meḥmed Raʾūf

(496 words)

Author(s): İz, Fahīr
(turc moderne Mehmet Rauf) romancier turc de la fin du XIXe siècle et du début du XXe (1875-1931). Né à Istanbul, il reçut une formation d’officier de marine, entra dans la carrière navale en 1893, fut envoyé en stage en Crète, servit comme officier de liaison auprès des vedettes des ambassades étrangères sur le Bosphore, et se retira de la marine en 1908. Outre la publication de divers périodiques féminins et quelques tentatives commerciales, il consacra sa vie à ses œuvres littéraires. Encore élève à l’école navale, il envoya à Ḵh̲ālid Ḍiyāʾ [ q.v.], à Izmir, ses premiers essais qui f…

al-Sanhūrī

(390 words)

Author(s): Fierro, Maribel
, Abū l-Ḥasan ʿAlī b. ʿAbd Allāh b. ʿAlī al-Nuṭūbisī al-Ḳāhirī al-Azharī al-Ḍarīr al-Mālikī Nūr al-dīn, faḳīh uṣūlī et grammairien (vers 814/1411-889/1484), naquit à Nu(ūbis, résida ensuite à Sanhūr, où il apprit le Ḳurʾān, et s’établit finalement au Caire, où il résida à al-Azhar. Il eut pour maîtres les faḳīh les les plus éminents de son époque, et il étudia avec eux, entre autres œuvres, la ʿAḳīla et le Ḥirz al-maʿānī d’al-S̲h̲āṭibī [ q.v.], l’ Alfiyya d’Ibn Mālik [ q.v.] et les deux Muk̲h̲taṣars d’Abū ʿAmr b. al-Ḥād̲j̲ib [ q.v.]. Il suivit également des enseignements de mathémat…

Ṭuʿma, Ilyās

(402 words)

Author(s): Nijland, C.
, Abū Faḍl al-Walīd, poète arabe mineur du Mahd̲j̲ar [ q.v.] et du Liban, né en 1889 à Ḳurnat al-Ḥamrāʾ, Liban, m. 1941. Fils de parents aisés, il reçut une excellente éducation à l’école de ʿAyn Ṭura/Antoura (1899-1903) et à la Madrasat al-Ḥikma de Beyrouth en 1905. Son penchant pour la poésie se manifesta dès ses années d’école à ʿAyn Ṭura, où il composa des poèmes dans un arabe impeccable mais aussi en français. Il émigra en Argentine en 1908 et de là au Brésil en 1910. Il se convertit à l’Islam en 1916 et prit le nom d’Abū Faḍl al-Walīd. En 1920, il rentra au Liban, où il vécut jusqu’à sa mort en 1941. L…

Abū Riyās̲h̲ al-Ḳaysī

(443 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Aḥmad b. Ibrāhīm al-S̲h̲aybānī, rāwī, philologue et poète originaire de la Yamāma qui, établi à Baṣra, était célèbre au début du IVe/Xe siècle pour sa connaissance exceptionnelle de la langue arabe, des généalogies et de la poésie archaïque. Ancien militaire devenu fonctionnaire et chargé de la perception des droits sur les navires à ʿAbbādān, il manquait totalement d’éducation et de propreté, mais son savoir faisait excuser et oublier ses défauts. Doué d’une voix puissanté, il s’exprimait à la manière des Bédouins en respectant l’ iʿrāb, à une époque où ce dernier était norma…

al-Kānemī

(495 words)

Author(s): Smith, Abdullahi
, al-Ḥād̲j̲d̲j̲ Muḥammad al-Amīn b. Muḥammad Ninkāh (1189-1253/1775-1837), savant d’origine kanembou, qui fonda la dynastie des S̲h̲ehus du Bornū [ q.v.]; élevé à Murzuk (Fazzān) où son père avait des biens, il reçut son éducation en arabe, voyagea en Egypte et au Ḥid̲j̲āz et s’établit enfin dans le Bornū oriental. Là, son savoir et les partisans qu’il parvint à rassembler au sein des tribus arabes et kanembou lui permirent de jouer un rôle décisif dans la politique du Bornū à l’époque de la révolte des Peuls. Il f…

Ḏh̲ikris

(504 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Zikris, secte musulmane du Balūčistān méridional, particulièrement puissante chez les Balūč du Makrān [ q.v.], mais également représentée chez les Brahūis, plus au Nord. Le nom de la secte provient du fait que ses membres plaçaient la récitation liturgique de formules comprenant les noms et les titres de Dieu, c’est -à -dire le d̲h̲ikr [ q.v.], au -dessus du culte islamique régulier, la ṣalāt ou namāz. Hughes -Buller pense que les Ḏh̲ikris sont issus du mouvement hétérodoxe de la Mahdawiyya du Nord de l’Inde, constituée par les partisans de Sayyid Muḥammad Mah…

al-K̲h̲ālidī

(410 words)

Author(s): Moreh, S.
, Rūhī, savant, diplomate et politicien palestinien né à Jérusalem en 1864 d’une famille connue de savants qui faisait remonter ses origines à Ḵh̲ālid b. al-Walīd [ q.v.]. Il reçut une éducation religieuse et linguistique à Jérusalem, à Naplouse, à Tripoli et à Beyrouth et étudia la philosophie, ¶ le droit et la politique au Collège royal de Constantinople; à Paris, il continua l’étude des sciences politiques et de la philosophie et suivit des études islamiques et orientales; par la suite, il y enseigna l’arabe et assista en 1897 au Congrès d…

al-Tallaʿfarī

(533 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, S̲h̲ihāb al-dīn Muḥammad b. Yūsuf b. Masʿūd b. Sālim, poète mineur, mais apprécié, de l’époque ayyūbide, né à Mawṣil le 25 d̲j̲umādā II 593/15 mai 1197 et mort à Ḥamāt le mercredi, 10 s̲h̲awwāl 675/17 mars 1277. Il se disait d’origine arabe, ayant pour ancêtres les Banū S̲h̲aybān [ q.v.]. Son père, connu sous le nom ¶ d’Ibn ʿUrrād̲j̲, né à Tallaʿfar (Tallyaʿfar) près de Mawṣil en 560/1165, et mort à Naṣībīn le mardi 3 muḥarram 615/(dimanche!) 1er avril 1218, avait une bonne éducation, c’était un poète et un érudit en histoire ancienne d’Arabie et de Perse avec de fortes…

Bahār

(500 words)

Author(s): Nikitine, B.
, Muḥammad Taḳī (1885-22 avril 1951), poète et homme politique iranien, né à Mas̲h̲had d’une famille originaire de Kās̲h̲ān. En 1904, à la mort de son père — le poète Ṣabūrī — Muẓaffar al-dīn S̲h̲āh lui conféra le laḳab paternel de Malik al-S̲h̲uʿarā-i Astāna-i Raḍawi-i Mas̲h̲had. Dès 1906, Bahār rejoignit le camp des libéraux ( aḥrār), et ses premières œuvres parurent dans al-Ḥabl al-matīn publié aux Indes (notamment sa fameuse ḳaṣīda adressée à Sir Edward Grey, critique amère de la politique anglaise); bientôt d’ailleurs (1909), il lança sa propre revue Naw Bahār, qui devint vite cé…

Ṣari̊ ʿAbd Allāh Efendī

(564 words)

Author(s): Huart, Cl. | Burrill, Kathleen
, poète ottoman, homme de lettres et fonctionnaire (992-1071?/1584-1661?). On rapporte qu’il fut également bon calligraphe et cultivateur passionné de fleurs. Ibrāhīm I le surnomma sers̲h̲üküfed̲j̲i (čičekči bas̲h̲i̊), (voir Orner Faruk Akün, dans İA, art. San Abdullah). Dans ses propres travaux, il est appelé ʿAbd Allāh b. al-Seyyid (ou al-S̲h̲erīf) Muḥammad b. ʿAbd Allāh (Akün, loc. cit.). Il semble qu’il soit né à Istanbul, mais les sources ne s’accordent pas sur la date de sa mort. Son père Sayyid Muḥammad fuit le Mag̲h̲rib pour Istanbul et s’y i…

Sabah

(577 words)

Author(s): Hooker, Virginia Matheson
, Etat d’une superficie de plus de 76 000 km2 sur la côte nord de l’île de Bornéo (Kalimantan), formant une partie constitutive de Malaysia. Antérieurement, l’Etat fut connu comme Bornéo du Nord (1877-8 jusqu’à 1946) et gouverné par la Compagnie Britannique du Bornéo du Nord (incorporée en 1881 par une charte royale) en vertu d’accords conclus entre la Compagnie et les sultans de Brunei [ q.v. au Suppl.] et de Sulu [ q.v.]. En juillet 1946 la Compagnie transféra tous ses droits à la Grande Bretagne et le territoire devint une colonie de la couronne jusqu’à 1963, quan…

Tadrīs

(1,125 words)

Author(s): Berkey, J. P.
(a.), maṣdar de la deuxième forme du verbe arabe darrasa «enseigner». Celui qui enseigne porte le nom be mudarris. Avec l’usage contemporain, le terme a évolué et se réfère à différentes sortes d’enseignement. Le terme mudarris indique donc «l’enseignant» dans son sens le plus général bien qu’il puisse avoir également un sens plus spécifique; dans la hiérarchie des universités arabes modernes d’Egypte, par exemple, un mudarris est un enseignant titulaire d’un doctorat, de rang inférieur cependant à ustād̲h̲ et ustād̲h̲ musāʿid — pratiquement semblable au professeur assistan…

al-Fāsī

(977 words)

Author(s): Rosenthal, F.
, Taḳī al-dīn Muḥammad b. Aḥmad b. ʿAlī al-Makkī al-Ḥasanī al-Mālikī (775-832/1373-1429), historien de la Mekke;par ses liens familiaux et son éducation, il était tout à fait qualifié pour composer son œuvre éminente d’historien de sa ville natale. Son père Aḥmad (754-819/1353-1416) avait reçu une excellente éducation de savant et avait épousé une fille du juge suprême de la Mekke, Abū l-Faḍl Muḥammad b. Aḥmaḍ b. ʿAbd al-ʿAzīz al-Nuwayrī; une de ses filles, demi-sœur de l’historien, fut mariée en premières noces, pendant un court laps de temps, à l’ amīr de la Mekke, Ḥasan b. ʿAd̲j̲…

Wālihī

(869 words)

Author(s): Edith G. Ambros
, nom de plume ( mak̲h̲laṣ) porté par plusieurs poètes ottomans du Xe/XVIe s., dont deux sont importants. 1. Ḳurd-zāde d’Edirne/Andrinople. Après l’éducation de medrese, il quitta la ʿilmiyye [ q.v.], se rendit au Caire et devint mürīd de seyyid Aḥmed Ḵh̲ayālī, fils d’Ibrāhīm Güls̲h̲enī, qui avait fondé l’ordre de la Güls̲h̲eniyye. Après son retour à Edirne, il devint un prédicateur réputé, exerçant une fascination exceptionnelle sur le public par l’éloquence de ses sermons ( waʿẓ). Quand la mosquée Selīmiyye d’Edirne fut achevée en 982/1574, Wālihī en devint le premie…

al-Tid̲j̲ānī

(974 words)

Author(s): Abun-Nasr, Jamil M.
, Aḥmâd b. Maḥmād b. al-Muk̲h̲tār (1150-15 s̲h̲awwāl 1230/1737-21 septembre 1815), fondateur de l’ordre ṣūfī ( ṭarīḳa) appelé d’après son nom, Tid̲j̲āniyya. Il portait le nom de Tid̲j̲ānī, provenant de celui d’une tribu berbère algérienne Tid̲j̲ān ou Tid̲j̲āna, acquis par la famille d’Aḥmad quand l’un de ses ancêtres épousa une femme de cette tribu. Quelques temps après avoir créé sa ṭariḳa, Aḥmad al-Tid̲j̲ānī ¶ prétendit descendre du Prophète Muḥammad, faisant remonter sa généalogie à al-Ḥasan b. ʿAlī b. Abī Ṭālib via Mawlāy Idrīs, saint patron de Fās. Dès…
▲   Back to top   ▲