Search

Your search for 'dc_creator:( "Minorsky, V." ) OR dc_contributor:( "Minorsky, V." )' returned 290 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Alān

(628 words)

Author(s): Barthold, W. | Minorsky, V.
(en arabe généralement orthographié al-Lān), peuple iranien (Alan < Aryan) du Caucase septentrional, autrefois signalé aussi à l’Est de la Mer Caspienne (voir Bīrūnī, Taḥdīd al-amākin, éd. A. Z. Validi, dans Bīrūnīs Picture of the world, 57), confirmé par la toponymie. Les Alāns sont mentionnés dans l’histoire à partir du Ier siècle de J.-C. En 371, ils furent battus par les Huns. Une partie des Alāns émigra avec les Vandales vers l’Ouest en traversant la France et l’Espagne, et finalement prit part à la création du royaume vandale d’Afrique d…

Kurdes Et Kurdistān

(53,718 words)

Author(s): Bois, Th. | Minorsky, V. | MacKenzie, D.N.
Sommaire de l’article: I. — Généralités. II. — Les Kurdes et leur pays: le Kurdistān. A. — Extension territoriale du Kurdistān. B. — Ex tension ethnique et géographique du Kurdistān. C. — Extension numérique du Kurdistān. D. — Géographie du Kurdistān. 1. — Aspect physique. 2. — Visage vivant. 3. — Visage humain. E. — Profil anthropologique du Kurdistān. III. — Histoire. A. — Origines et histoire préislamique. B. — Période islamique jusqu’à 1920.…

S̲h̲aḳāḳī

(384 words)

Author(s): Minorsky, V.
, ou S̲h̲i̊ḳāg̲h̲i̊, tribu d’origine kurde basée en Ād̲h̲arbayd̲j̲ān. Selon Ḍiyāʾ al-dīn, le mot désigne en kurde un animal affligé d’un mal particulier à une patte. D’après le Sāaraf-nāme de S̲h̲araf al-dīn Bidllsf (I, 148), les S̲h̲aḳāḳī étaient au nombre des quatre ùbus guerrières (

Mārdīn

(3,718 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C. E.
(écrit en arabe Māridīn, en grec ΜάρδηΣ, ΜάργδιΣ, en syriaque Mārdē et en turc moderne Mardin) ville située à l’intérieur de ce qui était, au moyen âge islamique, la Haute-Mésopotamie ou al-Ḏj̲azīra, dans la région des Diyār Rabīʿa [ q.v.], sur une pente s’élevant à une altitude de 1152 m (lat. 37° 18′ N., long. 40° 44′ E.). La ville actuelle, dans le Sud-est de la Turquie, près de la frontière syrienne, est le chef-lieu de l’ il (autrefois vilayet) du même nom. Situation. Dans la Haute-Mésopotamie, la ligne de partage des eaux entre le Tigre et l’Euphrate est formée par les hauteurs dont le point culminant (au Sud-ouest de Diyār-Bakr) est le mont Ḳarad̲j̲adag̲h̲ (1500 m). Ce massif basaltique est prolongé vers l’Est (dans la direction de Ḏj̲azīrat Ibn ʿUmar) par la chaîne calcaire connue dans l’antiquité d’abord sous le nom de Masius, puis sous celui d’Izala (’ΙζαλᾱΣ). La partie orientale de cette chaîne forme le district de Ḏj̲abal Ṭūr ou Ṭūr ʿAbdīn [

Abīward

(724 words)

Author(s): Minorsky, V.
, ou Bāward, ville et district sur le versant N. des montagnes du Ḵh̲urāsān. dans un territoire appartenant actuellement à la république turcomane autonome qui fait partie de l’U.R.S.S. Toute la région d’oasis comprenant Nasā [ q.v.], Bāward etc. (connue sous le nom turc d’Ätäk, «contreforts») joua un grand rôle dans l’Antiquité comme première ligne de défense du Ḵh̲urāsān contre les nomades. …

Maṣmug̲h̲ān

(1,792 words)

Author(s): Minorsky, V.
(«un grand des Mages») membre d’une dynastie zoroastrienne que les Arabes trouvèrent dans la région de Dunbāwand (Damāwand [ q.v.]) au Nord de Rayy. Origines des Maṣmug̲h̲āns. Leur lignée paraît être ancienne sans être très illustre, comme le montrent les légendes rapportées par Ibn al-Faḳīh (275-7) et par al-Bīrūnī, ( At̲h̲ār, 227). Le titre de maṣmug̲h̲ān aurait été conféré par Farīdūn à Armāʾīl, ancien cuisinier de Bēwarāsp (Zohāk), qui avait réussi à sauver la moitié des jeunes gens destinés à être immolés pour la nourriture des serpents du tyran. Armāʾīl (Nabatéen, originaire du Zāb d’après Yāḳūt, II, 606) montra à Farīdūn dans les montagnes du Daylam et de S̲h̲irriz toute une population issue de ces rescapés, ce qui provoqua l’exclamation de Farīdūn: was mānā kata āzād kardī expliquée ainsi: «Quel grand nombre de gens de maison ( ahl bayt) tu as sauvés!». O…

Sipihr

(398 words)

Author(s): Minorsky, V.
, «sphère céleste», pseudonyme de l’historien et littérateur persan Mīrzā Muḥammad Taḳī de Kās̲h̲ān (m. rabīʿ II 1297 /mars 1880). Après une jeunesse studieuse passée dans sa ville natale, il s’établit définitivement à Téhéran où il trouva un appui auprès du

Sīsar

(680 words)

Author(s): Minorsky, V.
, localité du moyen āge islamique au Kurdistan persan, limitrophe de Hamadān, de Dīnawar et de l’Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān. Les géographes arabes placent Sīsar sur la route Dīnawar-Marāg̲h̲a à 20-22 farsak̲h̲s (3 étapes) au Nord de Dīnawar (Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih, 119-21; Ḳudāma, 212; Muḳaddasī, 382). Selon Balād̲h̲urī (310) Sīsar occupait une dépression ( k̲h̲ifāḍ) entourée de 30 mamelons d’où son nom persan: «30 sommets». Pour plus de précision on le nommait «le Sīsar de Ṣadk̲h̲āniya» ( wa-kāna Sīsar tudʿā Sīsar Ṣadk̲h̲āniya), ce qu’al-Balād̲h̲urī interprète justement comme Sīsar «aux cent sources». En effet k̲h̲ānī en persan ( kānī en kurde) veut dire «source». D’autre part les géographes (Ibn…

Andarāb

(184 words)

Author(s): Minorsky, V.
«entre les eaux», toponyme fréquent dans les régions iraniennes. 1. District de I’Afg̲h̲ānistān septentrional arrosé par la rivière Andarāb et son affluent le Kāsān (al-Iṣṭak̲h̲rī, 279: Andarāba); son centre actuel est Banū (voir Burhān Kūsk̲h̲akī, Ḳattag̲h̲ān wa-Badak̲h̲s̲h̲ān, trad. russe, Tachkent 1926, 28-34). Le col de Ḵh̲āwak le fait communiquer avec les mines d’argent de Pand̲j̲hīr (Pand̲j̲s̲h̲īr). L’hôtel des monnaies d’Andarāb fut utilisé par plusieurs dynasties, et en particulier par les Abū Dāwūdides locaux (monnaies de 264-310/877-922), voir R. Vasmer dans Wien.…

Mūḳān

(2,893 words)

Author(s): Minorsky, V.

Sanandad̲j̲

(811 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C.E.
ou Sinandad̲j̲, forme ancienne Sinna, capitale administrative de la province persane moderne du Kurdistān (lat. 35° 19′ N., long. 47° 01′ E.), et nom du district qui l’entoure. 1. La ville. Le nom de Sinna ne fait son apparition dans l’histoire qu’au IXe/XVe siècle, le chef-lieu du district ayant été jusqu’alors Sīsar [

Ad̲h̲arbaydj̲ān

(2,238 words)

Author(s): Minorsky, V.
: (Āzarbayd̲j̲ān) (I) Province de Perse; (II) République Socialiste Soviétique. I. Grande province de Perse, appelée en moyen persan Āturpātākān, en néo-persan ancien Ād̲h̲arbād̲h̲agān, Ād̲h̲arbāyagān, actuellement Āzarbāyd̲j̲ān; en grec ε Aτροπατήνη, en grec byzantin ’Aδραβιγάνων, en arménien

Marāg̲h̲a

(5,464 words)

Author(s): Minorsky, V.
, ancienne capitale de l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān. Situation. La ville (37° 23´ N. et 46° 15´ E.) est située à une altitude de 1400 m sur le versant méridional du mont Sahand (3547 m) qui la sépare de Tabrīz [ q.v.]. Cela explique une très considérable différence de climat entre les deux villes distantes en ligne droite de 78 km seulement (par la grand-route 130 km). Le climat de Marāg̲h̲a est doux et assez humide (Ḥamd Allāh et Mecquenem 1904). L’abondance de l’eau contribue à la richesse de la végétation. Les fruits de Marāg̲h̲a sont célèbres en Perse, et la région en exporte beaucoup vers la Russie (par Ardabīl). Le district est arrosé par les rivières qui descendent du Sahand et tournent ensuite à l’O…

Aḥmadīlīs

(1,102 words)

Author(s): Minorsky, V.
, dynastie de princes de Marāg̲h̲a. Il faut distinguer entre l’éponyme Aḥmadīl et ses successeurs. Aḥmadīl b. Ibrāhīm b. Wahsūdān al-Rawwādī al-Kurdī descendait de la branche locale d’une famille d’origine arabe établie à Tabrīz, les Rawwād (de la tribu d’Azd) (v. Rawwādides) Avec le temps, cette famille fut assimilée par les Kurdes et le nom d’Aḥmadīl lui-même est visiblement formé à l’aide d’un suffixe diminutif iranien (kurde) - īl. Aḥmadīl prit part à la contre-Croisade de 505/1111. Pendant le siège de Tall Bās̲h̲ir, Jocelyn conclut un arrangement avec luiet…

Laz

(2,759 words)

Author(s): Minorsky, V. | Lang, D.M.
, peuple de souche sud-caucasienne (ibérique, «géorgienne») habitant actuellement dans l’angle Sud-est du littoral de la mer Noire. I. — Histoire et géographie. L’histoire ancienne des Laz se trouve compliquée par l’incertitude qui règne en général dans la nomenclature ethnique du Caucase, les mêmes noms, au cours des siècles, désignant des unités (ou confédérations) différentes. Le fait que le nom de Phasis s’appliquait au Rion, au Čorok̲h̲ (ancien Akampsis) et même aux sources de l’Araxe n’est pas sans créer non plus des difficultés. Les plus anciens écrivains grecs ne parle…

Lankoran

(693 words)

Author(s): Minorsky, V. | Elwell-Sutton, L. P.
(Lenkoran) chef-lieu du district qui porte le même nom et relève de Bākū. Lenkoran est la prononciation russe du nom qui s’écrivait autrefois Langar-kunān («ancrage»; ou peut-être Langar-kanān «lieu qui arrache les ancres ») et qui se prononce en persan Länkärān et en tālis̲h̲ī, Lankōn. Les bateaux de la ligne Bākū-Enzelī [ q.v.] faisaient escale à Lankoran qui a une rade ouverte, mais à 12 km au Nord-est de la ville, se trouve l’île de Sarā dont l’excellente rade abrite les navires en cas de mauvais temps. Dans le district de Lankoran, de Morgan a trouvé des monuments d’une très …

Lur-i Kūčik

(1,810 words)

Author(s): Minorsky, V.
, dynastie d’ atābaks [ q.v.] qui gouverna le Luristān septentrional et occidental entre 580/1184 et 1006/1597, avec Ḵh̲urramābād comme capitale. Les atābaks étaient issus de la tribu de Ḏj̲angrūʾī (Ḏj̲angardī?) des Lur. Ils sont également connus sous le nom de Ḵh̲urs̲h̲īdī dérivé de celui du premier d’entre eux. (Reste à savoir si ce nom est en rapport avec celui de Muḥammad Ḵh̲urs̲h̲īd, vizir des anciens princes du Luristān avant l’apparition des atābaks du Lur-i Buzurg). Après 730/1330, le pouvoir passa à une autre lignée, qui se réclama ensuite d’une ascendance …

ʿannāzides

(1,788 words)

Author(s): Minorsky, V.
(Banū ʿAnnāz), dynastie (vers 381-511/991-1117) de la région frontière entre le ʿIrāḳ et l’Iran; l’établissement de cette dynastie fut une des manifestations de la période «entre les Arabes et les Turcs», durant laquelle, à la suite de l’expansion des Būyides vers l’Ouest, de nombreuses principautés d’origine iranienne prirent naissance en Ād̲h̲arbayd̲j̲ān et au Kurdistān. Comme les Banū ʿAnnāz s’appuyèrent dans leur ascension sur les Kurdes S̲h̲ād̲h̲and̲j̲ān, on devrait considérer la dynastie comme kurde, bien que les noms et les titres arabes de …

Urm

(187 words)

Author(s): Minorsky, V.
, district de l’Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān. D’après al-Balād̲h̲urī, 328, Saʿīd b. al-ʿĀs [ q.v.], envoyé à la conquête de l’Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān, attaqua les habitants du Mūḳān et du Gīlān. Un certain nombre d’habitants de l’Ādharbāyd̲j̲ān et d’Arméniens qui s’étaient réunis dans la nāḥiya d’Urm et à *Balwānkarad̲j̲ furent battus par un des capitaines de Saʿīd. Le chef des insurgés fut pendu sur les murs de la forteresse de Bād̲j̲arwān ( Nuzhat al-ḳulūb, G M S, 181, trad. 173: Bād̲j̲arwān se trouvait à 20 farsak̲h̲s, au Nord d’Ardabīl, voir le mot Mūḳān). Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih, 119, mentionne la …

Mas̲h̲had-i Miṣriyān

(646 words)

Author(s): Minorsky, V.
, ruines de Transcaspienne (actuel Turkménistan), au Nord-ouest du confluent de l’Atrak et de son affluent de droite, le Sumbar, ou, plus exactement, sur le chemin qui, de Čat, va perpendiculairement vers la route reliant Čikis̲h̲lār à la station de chemin de fer d’Aydi̊n. Les ruines, entourées d’un mur en brique cuite et d’un fossé, ont une superficie de 130 hectares. L’ancienne ville, située dans la steppe actuellement peuplée de Turcomans, recevait son eau par un canal dérivé de l’Atrak à une soixantaine de km en amont de Čat. Près de …
▲   Back to top   ▲