Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

S̲h̲īrwān S̲h̲āh

(2,030 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C.E.
, S̲h̲arwān S̲h̲āh, dans l’Islam médiéval, titre des souverains de S̲h̲īrwān [ q.v.], en Transcaucasie du Nord. Ce titre remonte probablement aux temps préislamiques. Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih, 17-18, cite le S̲h̲īryān S̲h̲āh comme l’un des souverains locaux recevant son titre de l’empereur sāsānide Ardas̲h̲īr. Al-Balād̲h̲urī ¶ mentionne le S̲h̲īrwān S̲h̲āh, en même temps que le Layzān S̲h̲āh, potentat du voisinage, parmi ceux que rencontrèrent les premiers envahisseurs arabes dans la région. Il signale en outre que S̲h̲īrwān et autres princip…

Murg̲h̲āb

(317 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, fleuve de l’Asie Intérieure qui, comme beaucoup d’autres dans cette région, ne parvient ni à la mer, ni à un quelconque bassin fluvial étendu. Il prend sa source dans les montagnes du nom de Kūh-i Ḥiṣār, dans le Nord de l’Afg̲h̲ānistān central, coule vers l’Ouest et reçoit des affluents venant des montagnes du Band-i Turkistān et du Paropamise dans le Nord-ouest du pays. À 400 km environ de sa source, il arrose la ville de Bālā-Murg̲h̲āb, dans la province afg̲h̲āne actuelle de Bāg̲h̲īs, puis e…

Saʿīd Pas̲h̲a

(852 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Muḥammad, le plus jeune fils de Muḥammad ʿAlī Pas̲h̲a [ q.v.] et vice roi héréditaire d’Egypte, théoriquement sous suzeraineté ottomane, de 1854 à 1863. Il fut appelé Pas̲h̲a mais était déjà connu, selon un usage informel et non officiel, comme Khédive avant que ce dernier titre ne soit officiellement adopté après sa mort [voir Ḵh̲idīw]. Il était né en 1822. Son père avait une haute opinion de ses capacités et l’avait envoyé à l’âge de neuf ans seulement à Istanbul pour négocier le montant de l’impôt dû par l’Egypte à la Porte. L’oncle et prédécess…

Yabg̲h̲u

(538 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(t.), (peut-être également, Yavg̲h̲u, l’ancien alphabet ‘runique’ ne différenciant pas b et v) titre turc ancien, trouvé dans les inscriptions d’Ork̲h̲on [ q.v.], pour désigner un office ou un rang dans la hiérarchie sous le Kag̲h̲an. Ce dernier le conférait généralement à un de ses parents proches avec la tâche d’administrer une partie des territoires dominés. C’était donc analogue au titre de S̲h̲ad̲h̲, que celui de Yabg̲h̲u devança dans l’empire turc ancien, [voir Turcs. 1. Histoire. 1. La période pré-islamique, dans EI 2, X, 728a-730b], La fonction semble avoir perdu de s…

Mūs̲h̲

(1,026 words)

Author(s): Kramers, J.H. | Bosworth, C.E.
(turc moderne, Muş), ville et province de l’Anatolie orientale, à l’Est du lac de Van et d’Ak̲h̲lāt [ q.v.] ou Ḵh̲ilāṭ (moderne Ahlat). La ville est située à 38° 44´ N. et 41° 30´ E. à une altitude de 1290 m/4 200 pieds, sur les contreforts de la vallée du Murad Su, plaine fertile dans laquelle sont cultivés depuis longtemps le blé, le tabac et les vignes et où passe aussi depuis quelques années la branche du chemin de fer menant d’Élâzig [voir Maʿmūrat al-ʿAzīz] vers l’Est, à Tatvan sur le littoral du lac de Van. À l’époque préislamique, c’était la ville principale du district arménien de…

S̲h̲ims̲h̲āṭ

(185 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville de l’Islam médiéval en Anatolie orientale/Arménie occidentale. Elle était située en un lieu mal déterminé sur la rive gauche de la branche-mère Sud du haut Euphrate, l’Arsanias classique, actuellement Murad Su. Ce site se trouvait selon Yāḳūt, Buldān, éd. Beyrouth, III, 362-3 entre Bālūya (act. Palu) et Ḥiṣn Ziyād ou Ḵh̲artpirt [ q.v.] (act. Harput). Il ne faut pas le confondre avec Sumaysāṭ [ q.v.], plus au Sud sur l’Euphrate. Il se trouvait dans les confins entre Arabes et Grecs, et doit avoir été alternativement aux mains des deux peuples. C’est le lieu d’origine d’un poète du IVe/…

K̲h̲ōst

(525 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, en arabe Ḵh̲.w.st ou Ḵh̲.wāst, nom de diverses localités d’Afg̲h̲ānistān. L’étymologie la plus vraisemblable en est celle que donne G. Morgenstierne dans An etymological vocabulary of Pashto, Oslo 1928, 98: il s’agirait de la forme iranisée hwāstu (cf. sanscrit suvāstu «beau site») devenue le toponyme swāt [ q.v.] dans la région de la Frontière Nord-Ouest du Pakistan. Les géographes arabes et persans du moyen âge indiquent ce qui semble être deux localités de ce nom dans le Nord de l’Afg̲h̲ānistān; ceux du IVe/Xe siècle donnent Ḵh̲as̲h̲t comme étant une ville sur le Harī Rūd…

Kumīd̲j̲ī

(246 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, peuple dont les sources historiques et géographiques arabes et persanes des IVe et ¶ Ve/Xe-XIe siècles fixent l’habitat dans les monts de Buttaman, au sommet des vallées qui descendent vers le Sud, jusqu’au cours du haut Oxus, à travers le Ḵh̲uttal et le Čag̲h̲āniyān. Les Ḥudūd al-ʿālam (372/982) le décrivent comme un peuple de brigands professionnels en relation avec un groupe de moindre importance, les Turcs Kand̲j̲ina. En fait, ces deux peuples doivent être les vestiges de vagues antérieures d’envahisseurs venus de l’Asie intérieure, in…

Las̲h̲kar-i Bāzār

(1,609 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
nom donné a un ensemble de camps militaires, d’habitations et de palais royaux situé au Sud de l’Afg̲h̲ānistān et qui semble avoir été florissant aux Ve/XIe et VIe/XIIe siècles. Le site (31°28ʹ N. et 64°20ʹ E.), qui s’étend le long de la rive gauche du Helmand [voir Hilmand] près de son confluent avec l’Arg̲h̲andāb, en est très vaste. Il englobe, à sa limite Sud, la ville islamique médiévale de Bust [ q.v.] et les ruines récentes de Ḳalʿa-yi Bist et, à son extrémité Nord, la ville nouvelle et moderne de Las̲h̲kar-gāh, ainsi nommée d’après l’ensemble médiéval de bât…

Tekis̲h̲

(567 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
b. il Arslan, Abū l-Muẓaffar Tād̲j̲ al-Dunyā wa l-Dīn, l’un des S̲h̲āhs du Ḵh̲wārazm de la lignée des Anūs̲h̲tigin, qui régna de 567 à 596/1172-1200. Son nom (vocalisé en Maḥmūd al-Kas̲h̲g̲h̲arī. tr. Atalay, I, 368) signifie quelque chose comme «affronta, attaqua, combattit [au cours d’une bataille]»; voir Hikmet Bayur, Harizmşah Alâü’d-Dīn «Tekiş» ʾin adihak̲h̲nda, in Belleten, XIV, n° 56 [1950], 589-95. Tekis̲h̲ fut gouverneur de Ḏj̲and [ q.v. en Suppl.] du vivant de son père et ne lui succéda qu’après un conflit avec son jeune frère, Sulṭān S̲h̲āh, qui était…

al-Bis̲h̲r

(344 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, théâtre d’une bataille dans la Syrie orientale, en 73/692-3, entre les tribus arabes de Sulaym et de Tag̲h̲lib. Ḵh̲ālid b. al-Walīd y fit campagne en 12/633 (al-Ṭabarī, I, 2068, 2072-3). Yāḳūt décrit cet endroit comme une chaîne de collines s’étendant de ʿUrḍ près de Palmyre à l’Euphrate, et correspondant au moderne Ḏj̲abal al-Bis̲h̲rī. La bataille est également appelée al-Raḥūb, d’après un cours d’eau local. Le «Jour d’al-Bis̲h̲r» fut le point culminant de plusieurs conflits entre les deux tribus. Cette lutte se déroula, jusqu’à un certain degré, en dehors…

Ṣakk

(235 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), plur. ṣikāk, terme technique employé au début de l’Islam dans le domaine financier, commercial et légal. Le mot, par un transfert régulier de son, apparaît en persan comme čak. Faute d’une autre étymologie, on a suggéré que ce mot, qui signifie «document, contrat de vente» etc.. est à l’origine de l’anglais «chèque», du français «chèque», de l’allemand «Scheck» etc., voir E. Littmann, Morgenländische Wörter im Deutschen, 2Tübingen 1924. Le terme a une large échelle d’applications, voir Lane, Lexicon, 1709. Dans des contextes légaux, il a une signification qui s’appr…

Ḏj̲ād̲j̲arm

(450 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville située à l’Ouest du Ḵh̲urāsān médiéval, en Perse et, de nos jours, ville et bak̲h̲s̲h̲ (subdivision) du s̲h̲ahrastān (district) de Bud̲j̲nurd dans l’ ustān du Ḵh̲urāsān, Elle se trouve à l’extrémité occidentale de la plaine longue et étroite qui s’étend approximativement de Bisṭām à l’Ouest jusque près de Nīs̲h̲āpūr à l’Est; cette plaine est arrosée par les eaux largement salines du Kāl-i S̲h̲ūr et elle est aujourd’hui traversée par la voie ferrée Téhéran-Nīs̲h̲āpūr -Mas̲h̲had. Les géographes du moyen âge, jusques et y compris Ḥamd Allāh Mustawfī (voir Le Strang…

al-Ṭarsūsī

(221 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Marḍī (ou Murḍā) b. ʿAlī b. Marḍi, auteur arabe mal identifié, ayant écrit sur des sujets militaires. Ses dates de vie nous sont inconnues, mais il produisit son œuvre à la fin du VIe/XIIe siècle et paraît avoir vécu à Alexandrie. Il composa pour le sultan Ayyūbide Ṣalāḥ al-dīn [ q.v.] un traité, Tabṣirat arbāb al-albāb fī kayfiyyat al-nad̲j̲āt fī l-ḥurūb min al-awsāʾ wa-nas̲h̲r aʿlām al-iʿlām fī l-ʿudad, dont le texte a été conservé dans le manuscrit unicum Bodleian Hunt 264 (extraits publiés et traduits par Cl. Cahen, Un traité d’armurerie composé pour Saladin, BEO, XII [1947-8], 1-47…

Sīstān

(4,237 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(le), généralement sous cette forme dans les sources en persan, Sid̲j̲istān en arabe ancien, région de la Perse Orientale qui se trouve au Sud du Ḵh̲urāsān. et au Nord du Balūčistān, aujourd’hui divisé administrativement entre la Perse et l’Afg̲h̲ānistān. Dans les textes historiques et littéraires en arabe ancien, on trouve les deux nisbas Sid̲j̲istānī et Sid̲j̲zī et, en persan, Sīstānī. 1. Etymologie La forme en arabe ancien reflète l’origine du nom de cette région en moyen persan, Sakastān «pays des Sakas», ou Scythes, peuple indo-européen qui a dominé, …

Muḥammad Bāḳir

(165 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, dit Nad̲j̲m-i T̲h̲ānī (m. 1047/1637), officier au service des Mug̲h̲als de l’Inde et auteur d’un Miroir des princes en persan, la Mawʿiẓa-yi Ḏj̲ahāngīrī. Descendant d’un émigré persan, il servit dans l’armée, puis fut nommé gouverneur de province sous les empereurs Ḏj̲ahāngīr et S̲h̲āhd̲j̲ahān, mais c’était visiblement aussi un adīb hautement cultivé, qui a écrit un traité de kalām s̲h̲īʿite encore inédit. Cependant, sa renommée repose principalement sur le fait qu’il est l’auteur d’un des rares Miroirs des princes de la période mug̲h̲ale qui aient s…

Saʿīd b. al-ʿĀṣ

(645 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Umayya, membre des Aʿyāṣ [ q.v. au Suppl. ], groupe constitutif du clan Umayyade à la Mekke et plus tard gouverneur de Kùfa et de Médine, mort en 59/678-9, selon la majorité des sources faisant autorité. Son père, un païen, tomba alors qu’il combattait les Musulmans à la bataille de Badr [ q.v.] en l’an 2/624, tandis que Saʿīd, son seul fils, n’était encore qu’un ¶ enfant. Saʿīd acquit cependant rapidement un grand prestige en Islam, non seulement en tant que leader d’un groupe familial aristocratique mais également en raison de sa générosité, de son éloque…

Kannanūr

(956 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Cananore, port sur la côte du Malabar dans le Sud-ouest de la péninsule indienne (II° 52’ N., 75° 22’ E.). Ibn Baṭṭūta, qui navigua le long de cette côte en 743/1342, paraît bien, en parlant du puissant seigneur de Ḏj̲urfattan, dont les navires faisaient du commerce avec le golfe Persique, le ʿUmān et l’Arabie du Sud, sans citer le nom de Kannanūr, en mentionner le souverain local ( Riḥla, IV, 82-3). Aḥmad b. Mād̲j̲id (qui écrivait vers 895 1489-90) fait spécifiquement état de la «baie de Kannanūr» dans sa description de la ligne côtière du Malabar (G. R. Tibbett, Arab navigation in the Indi…

Tāt

(2,473 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Jeremiás, Éva
(t.), terme utilisé en ancien Turc avec le sens général d’«étranger, non turc», mais il en vint rapidement à désigner exclusivement les Persans par opposition aux Turcs, avec dans tous les cas une nuance quelque peu péjorative, comme le terme tād̲j̲īk [ q.v.]. Ce n’est assurément pas un nom propre à l’origine et Schaeder rejeta avec raison les suppositions émises dans l’article Tāt périmé de Minorski dans l’ EI 1 dans lequel il aurait pour origine le nom Tangut ou celui donné par les Voguls et les Ostiaks de Sibérie occidentale à la rivière Irtis̲h̲ [ q.v.]. Schaeder suggéra plutôt que Tāt étai…

Payg̲h̲ū

(220 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(t.), nom turc que l’on rencontre, p. ex chez les premiers Sald̲j̲ūḳides, écrit d’ordinaire P.y. g̲h̲ū ou B.y. g̲h̲ū. Dans bien des sources de l’histoire primitive des Sald̲j̲ūḳides, ces graphies paraissent correspondre à l’ancien titre turc Yabg̲h̲u, qui remonte au moins à l’époque des inscriptions d’Ork̲h̲on (voir C. E. Bosworth et Sir Gérard Clauson, dans JRAS (1965), 9-10), et c’est au service du Yabg̲h̲u dés Turcs Og̲h̲uz occidentaux que se trouvait l’ancêtre éponyme des Sald̲j̲ūḳides, Duḳāḳ Ternir-Yali̊g̲h̲ «arc de fer» (voir Cl. Cahen, dans Oriens, II (1949), 42; Bosworth, Th…

Ṭāhirides

(2,803 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Marín, Manuela | Smith, G.R.
, le nom de trois dynasties de l’Islam médiévale. I. Une lignée de gouverneurs des califes ʿabbāsides dans le Ḵh̲urāsān et détenteurs de hautes fonctions en ʿIrāḳ qui prospérèrent au IIIe/IXe siècle (205-78/821-9). Le fondateur de cette lignée fut le chef persan d’origine mawlā, Ṭāhir (I) b. al-Ḥusayn Ḏh̲ū l-Yamīnayn [ q.v.] qui devint gouverneur du Ḵh̲urāsān en 205/821 mais mourut presque immédiatement après, alors qu’il venait de montrer des velléités d’indépendance par rapport à Bag̲h̲dād. Quoi qu’il en soit, le calife — peut être en raison d…

Marw al-Rūd̲h̲

(543 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville située sur le Murg̲h̲āb, dans le Ḵh̲urāsān médiéval, à cinq ou six étapes en amont de la cité de Marw al-S̲h̲āhid̲j̲ān [ q.v.], à l’endroit où le fleuve quitte la région montagneuse du G̲h̲arčistān [voir G̲h̲ard̲j̲istān] pour entrer dans la steppe de ce qui est aujourd’hui la partie méridionale du Ḳaraḳum [ q.v.]. Le site paraît en être indiqué par les ruines, proches de la ville afg̲h̲āne actuelle de Bālā Murg̲h̲āb (35° 35´ N.,63°20´ E.), que décrit C. E. Yate dans son Northern Afghanistan or letters from the Afghan Boundary Commission, Edimbourg-Londres 1888, 208; la localité…

Ik̲h̲s̲h̲īd

(331 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, titre donné aux souverains iraniens de Sogdiane et du Fergana dans la période préislamique et au début de l’Islam; Justi ( Iranisches Namenbuch, 141a), Unvala ( The translation of an extract from Mafâtîh al-ʿulûm of al-Ḵh̲wârazmî, dans J. of the K. R. Cama Inst., XI (1928), 18-9) et Spuler ( Iran, 30-1, 356) font dériver ce nom de l’ancien persan k̲h̲s̲h̲aēta « luisant, brillant », mais l’ancien persan k̲h̲s̲h̲āyat̲h̲iya « roi, souverain » (moyen persan et néo-persan: s̲h̲āh) paraît plus plausible (Christensen, Bosworth et Clauson, voir infra). Le mot k̲h̲s̲h̲āyāt̲h̲iya pénétra à t…

Zunbīl

(299 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, titre supposé porté, avant l’Islam et au début de sa diffusion, par une lignée de souverains d’Afg̲h̲ānistān oriental qui s’opposèrent pendant environ deux siècles à la pénétration des armées musulmanes dans la région. Dans les textes historiques arabes, il y a incertitude quant à la vocalisation de ce nom, avec des formes comme *Rutbīl ou *Ratbīl, etc. L’origine du titre est assez obscure. Marquart avait probablement raison d’y voir un nom théophorique incluant l’élément Zūn [ q.v.] ou Zhūn, nom du dieu qui, d’après les sources arabes, était adoré dans la région du Zamīndāwar [ q.v.]. D…

Buḳʿa

(655 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(a.) signifie étymologiquement « parcelle de terre qui se distingue du terrain environnant par une différence de couleur », ou « région déprimée où stagne de l’eau » (voir Lane, s.v.); cette dernière acception est évidemment à la base du pl. Biḳāʿ [ q.v.], nom de la vallée marécageuse (à l’origine) qui s’étend entre les chaînes du Liban et de l’Anti-Liban; c’est également d’elle que provient sans aucun doute le nom d’al-Buḳay’a donné à une localité proche du Lac de Ḥimṣ [ q.v.] (voir Le Strange, Palestine under the Moslems, 352). A partir de ces acceptions, le terme acquiert le sens…

Rustāḳ

(294 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, forme arabisée du moyen persan rōstāg, avec le sens de «district rural, campagne»; pl. rasātīḳ. (1) Dans l’usage islamique médiéval des géographes arabes et persans, ainsi que des auteurs arabes ayant écrit sur les finances et le fisc, rustāḳ est employé à la fois comme terme administratif et dans un sens plus général. Ainsi, pour décrire l’usage le plus rigoureux, ¶ en ʿIrāḳ sāsānide et islamique primitif, chaque kūra [ q.v.] ou province était divisée en tassūd̲j̲s, ou départements, et ceux-ci à leur tour en rustāḳs, arrondissements ou cantons, centrés autour d’une madīna (ville). Se…

Sanandad̲j̲

(811 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C.E.
ou Sinandad̲j̲, forme ancienne Sinna, capitale administrative de la province persane moderne du Kurdistān (lat. 35° 19′ N., long. 47° 01′ E.), et nom du district qui l’entoure. 1. La ville. Le nom de Sinna ne fait son apparition dans l’histoire qu’au IXe/XVe siècle, le chef-lieu du district ayant été jusqu’alors Sīsar [ q.v.], siège du wālī kurde ou des souverains locaux d’Ardalān [ q.v.]. L’historien des Kurdes du Xe/XVIe siècle S̲h̲araf al-dīn Ḵh̲an Bidlīsī [ q.v.] parle dans son S̲h̲araf-nāma (éd. V. Véliaminof-Zernof, St-Petersbourg 1860-2, I, 88) sous l’année 988/1580 …

Safīna

(4,183 words)

Author(s): Kindermann, H. | Bosworth, C.E. | Réd. | G. Oman
(a., pl. sufun, safāʾin, safīn), désigne en arabe depuis les temps préislamiques un bateau. La marine et la navigation en général sont traitées dans Milāḥa. Le présent article abordera la question de la connaissance de la mer et des bateaux en Arabie à l’apparition de l’Islam, non traitée dans Mīlāḥa, puis les activités maritimes et fluviales. 1. L’époque pré-moderne. a) Aspects préislamiques et islamiques primitifs. Le mot le plus général pour «bateau» dans l’usage arabe ancien était markab, «transport», employé toutefois avant tout pour le voyage par terre, avec des ac…

Pādis̲h̲āh

(632 words)

Author(s): Babinger, Fr. | Bosworth, C.E.
(P.), appellation de princes musulmans en particulier des empereurs. Le mot persan pād- i s̲h̲āh, c.-à-d. (d’après M. Bittner, dans E. Oberhummer, Die Türken und das Osmanische Reich, Leipzig 1917, 105), «seigneur qui (est) un royal» dans lequel pad se rattache par sa racine au skr. patis «seigneur, époux», fémin. patni, gr. πότνια et δеσπότŋΣ, lat. potens (G. Curtius, Griech. Etymol., 377) était originairement un titre réservé exclusivement au souverain, qui fut ensuite, au cours des temps et à la suite des longs rapports entre les Ottomans et les États…

Salm b. Ziyād b. Abīhi

(453 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Ḥarb, chef militaire et gouverneur umayyade, le troisième des nombreux fils du bâtard d’Abū Sufyān, Ziyād b. Abīhi [ q.v.], m. 73/692. La famille de Ziyād avait déjà une forte emprise sur l’Orient dans les dernières années du califat umayyade, et lorsque Yazīd accéda au trône, il nomma Salm gouverneur du Ḵh̲urāsān (61/681). Ce dernier désigna à son tour un autre de ses frères, Yazīd b. Ziyād, pour le suppléer au Sīstān. Salm s’avéra extrêmement populaire parmi les troupes arabes du Ḵh̲urāsān. en grande partie grâ…

Philby

(748 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Harry St. John Bridger (1885-1960), voyageur et explorateur en Arabie, conseiller du roi ʿAbd al-ʿAzīz b. Suʿūd (Ibn Suʿūd)[voir Suʿūd, Āl], et Britannique converti à l’Islam. Né dans une famille de planteurs et de fonctionnaires civils dans le sous-continent indien, il fit ses études dans un établissement secondaire traditionnel et à l’Université de Cambridge, avant d’entrer lui-même à l’Indian Civil Service en 1908. Il manifestait déjà du goût pour l’étude des langues de l’Inde et pour une immersion dans les cultures …

Yaʿḳub b. al-Layt̲h̲

(1,408 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. al-Ṣaffār («le chaudronnier» ou le «dinandier») Abū Yūsuf, aventurier au Sīstān où il fonda la dynastie des Ṣaffārides [ q.v.], et fut amīr du Sīstān dès 247/861 et puis souverain d’un vaste empire militaire sur les territoires musulmans d’Orient jusqu’à sa mort en 265/879, pratiquement indépendant par rapport au califat ʿabbāside. La famille de Yaʿḳub au Sīstān était d’origine très modeste, malgré les tentatives des historiens ultérieurs pour élever son père al-Layth au rang de chef de la corporation des chaudronniers de la province. Il était…

T́hānesar

(453 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, T́hāneswar, (signifiant «emplacement du dieu»), ville de l’Inde du Nord, connue surtout à cause des raids des G̲h̲giaznavides et des G̲h̲ūrides [ q. vv.]. Elle est située dans le Pand̲j̲āb oriental sur les bords de la Saraswati, à quelques 32 km au Nord de Karnāl, dans la direction d’Ambāla (29° 59′ de lat. N., 76° 504 de long. E.). Dans les sources médiévales musulmanes (par ex. al-ʿUtbī, Gardīzī), le nom apparaît généralement sous la forme Tānīsar ou Tānīs̲h̲ar. Mentionnée par un pèlerin chinois, le bouddhiste Hiuen-Tsang, elle était renommée pour son temple hindou, ab…

K̲h̲wāf

(779 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(orthographe ancienne, par ex. Ibn Rusta, 171: Ḵh̲wāb) rustāḳ ou district rural du Ḳūhistān en Perse Orientale, entre ceux de Bāk̲h̲arz [ q.v.] au Nord et de Ḳāʾin au Sud-ouest, et limitrophe de l’actuelle frontière entre l’Iran et l’Afghanistan. Les géographes du IVe/Xe siècle y citent les villes de Salūmak ( Ḥudūd al-ʿālam, 103: Salūmīd̲h̲), Fard̲j̲ird et Kusūy(a), cette dernière particulièrement peuplée. Yāḳūt dit que le district comprenait 200 villages et trois villes importantes: Sand̲j̲ān, Sirāwand et Ḵh̲ard̲j̲ird: quelques autorités citent…

Ispahbad̲h̲

(1,373 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), «chef d’armée», forme islamique d’un titre militaire employé dans les empires persans pré-islamiques qui subsista dans les provinces caspiennes de la Perse jusqu’aux invasions mongoles. A l’époque achéménide, le spād̲h̲apati était le commandant en chef de l’armée. A l’époque arsacide, la charge de spāhpat était, semble-t-il, héréditaire dans l’une des grandes familles parthes; le géographe arménien Moïse de Khorène (VIIIe siècle de J.C.) dit que lorsque Kos̲h̲m ou Koms̲h̲. fille du roi Ars̲h̲ayir (= Phraate IV), épousa le commandant en chef de l’ar…

Tad̲j̲mīr

(182 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(a.), nom d’action de la forme II de d̲j̲-m-r, dont le sens de base est «se rassembler». Dans l’usage administratif et militaire des débuts de l’Islam, d̲j̲ammara signifiait «laisser les troupes en garnison dans des marches reculées, loin de leurs familles» (voir LA, V, 217). Le calife ʿUmar aurait désapprouvé cette méthode, de nature à mécontenter les guerriers arabes qui auraient pu se rebeller. Mais une fois la phase initiale des conquêtes achevée, les muḳātila furent amenés à combattre dans des environnements lointains, difficiles par leur climat et leur configura…

Tād̲j̲īk

(2,904 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Fragner, B. G.
, la forme la plus récente d’un mot Tāzīk ou Tāžīk utilisé dans le monde iranien ou dans le monde turc. Dans l’usage islamique, il en vint finalement à désigner les Persans, par opposition aux Turcs. 1. Etymologie et développement linguistique primitif du terme. L’explication traditionnelle du terme remonte au moins à E. Quatremère, Histoire des sultans mamelouks de l’Egypte, II/2, Paris 1845, 154-5, et fut présentée dans l’article de Barthold de EI 1. Celui-ci fait dériver Tāzīk, etc./Tād̲j̲īk du nom de la tribu arabe des Ṭayyiʾ [ q.v.], en syriaque Ṭayyāyē, c.-à-d. «Arabes», qui …

Kulām

(1,171 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom donné, dans les ouvrages des géographes et des voyageurs arabes du moyen âge, au port de Quilon située au Kerala (8° 53’ N., 76° 36’ E.), à l’extrémité méridionale de la côte de Malabar, dans le Sud-ouest de l’Inde. Quilon, qui fut de bonne heure un centre des Chrétiens de Saint Thomas du Sud de l’Inde, est cité, sous le nom de Colon, dans une lettre du patriarche nestorien Īs̲h̲ūʿyāb d’Adiabene (m. 660 de J.-C.) à Simon, métropolitain du Fārs, à qui est signalé le manque de prêtre à cette époque (Assemamis, Bibliotheca orientalis, III/2, Rome 1728, 437). La première mention de la v…

Tūn

(334 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville de la région médiévale du ḳuhistān [ q.v.] dans le Nord-est de la Perse. Elle se trouve à quelques 80 km à l’Ouest-Nord-ouest de la principale ville de la région, Qāʾin, et fut souvent associée à celle-ci; Marco Polo parle de Tunocain (Yule et Burnell, The Book of Ser Marco Polo’, Londres 1903, I, 83, 86), et Tūn wa-Ḳāʾin figure encore dans le Bābur-nāma (trad. Beveridge, 296, 301). On ne connaît pas l’histoire de Tūn avant l’Islam, mais elle fut une ville florissante au IVe/Xe siècle, époque où elle est décrite par les géographes qui mentionnent particulièrement sa puiss…

Hazārad̲j̲āt

(141 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, région de l’Afg̲h̲ānistān central qui comprend, après la réorganisation de 1964, les provinces de Bāmiyān, Wardak, G̲h̲aznī. G̲h̲ōr et Uruzgàn; elle est presque entièrement ¶ montagneuse avec une dorsale septentrionale formée par la chaîne du Kūh-i Bābā [ q.v.] et ses contreforts. Il y a donc très peu d’agglomérations, et celles-ci sont généralement situées dans les vallées des cours d’eau, comme par exemple Dawlatyār sur le cours supérieur du Harī Rūd et Pand̲j̲āb ou Pand̲j̲āō sur l’affluent de ce nom du Helmand supérieur. Les Hazāra [ q.v. au Suppl.] agriculteurs sédentaires, …

Ḳarā Bāg̲h̲

(531 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(en turco-persan «jardin noir», à cause, a-t-on dit, de la fertilité des vallées du haut pays, mais il s’agit probablement d’une étymologie populaire), nom récent de la région montagneuse située en Transcaucasie, au Nord du cours moyen de l’Araxe, et correspondant à la région méridionale de l’Arrān [ q.v.] islamique médiéval. Les montagnes du Ḳarābāg̲h̲ dépassent 3 650 mètres, et la population 1 actuelle, composée en majorité d’Arméniens, avec quelques Turcs azéris s̲h̲īʿites, est concentrée dans les vallées encaissées de la région. Les princes arméniens originaires d’Artzak̲…

Ḳun

(688 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(ar. Ḳūn), tribu turque de l’Asie centrale dont il est question, bien que d’une manière assez vague, dans la période pré-mongole. La plus ancienne mention en est faite dans le Kitāb al-Tafhīm (420/1029) d’al-Bīrūnī (éd. R. R. Wright, Londres 1934, 145) qui la situe dans le sixième climat, dans le territoire des Turcs orientaux, entre les Ḳāy et les Ḵh̲irkīz [voir Ḳāyi̇ et Ḳi̇rgi̇z], mais il n’en est pas question dans al-Ḳānūn al-Masʿūdī du même auteur malgré ce que dit Pelliot ( A propos des Comans, dans JA, IIe sér., IV (1920), 134-5), ni dans al-Kās̲h̲g̲h̲arī qui parle des deux a…

Wahriz

(343 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, fils de Kāmd̲j̲ār, un général perse de Ḵh̲usraw Anūs̲h̲arwān (531-79, ap. J.-Ch., [voir Kisrā]). Le nom vient sans doute du moyen perse, vēhrēz, “jouir d’une bonne abondance”, voir Nöldeke, Gesch. der Perser und Araber, 223, n. 2, et Justi, Iranisches Namenbuch, 340, mais à l’origine c’était un titre; en effet l’historien byzantin Procope écrit que le commandant de l’expédition envoyée par l’empereur sassānide Kawād en Géorgie et au Lazique (début du Ve siècle) portait le titre de Ouarizês ( <*wahriz); voir Daylam, vol II, 196b. Pour répondre à l’appel que Sayf b. Ḏh̲ī Yazan, c…

Ḳarluḳ

(1,192 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(en arabe ancien Ḵh̲arluk̲h̲, en persan Ḵh̲alluk̲h̲, d’où la confusion que font fréquemment les sources avec les Ḵh̲alad̲j̲ [ q.v.], en chinois Ko-lo-lu, *kâr-lâ-luk dans le chinois moyen du Nord-ouest), groupe tribal turc de l’Asie centrale. Les Ḳarluḳs formaient à l’origine une petite fédération, relativement peu importante, de trois tribus (d’où le nom d’Uč Ḳarli̊ḳ qui leur est donné dans l’inscription uyg̲h̲ur de Shine-usu remontant à 760 environ; les Ḥudūd al-ʿālam (98) indiquent, d’autre part, que les Ḳarluḳ comptaient sept tribus). Leur chef suprême ne port…

Mirbāṭ

(192 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(a., «lieu d’immobilisation, d’attache», c’estàdire «ancrage»), port de la côte de l’Arabie du Sud au Ẓufar [ q.v.] (Dhofar), lat. 17° N., long. ¶ 54° 41′ E., à environ 70 km à l’Est delà ville de Salāla [ q.v.], dans le sultanat d’Oman. Yāḳūt ( Buldān, éd. Beyrouth 1374-6/1955-7, V, 97) place Mirbāṭ à 5 farsak̲h̲s de la ville de Ẓufar (auj. al-Balīd) et dit que c’est le seul port de la région. Il avait un sulṭān indépendant, et les hauteurs de l’intérieur produisaient de l’encens [voir Lubān]. Au début du XIXe siècle, il était gouverné par un corsaire du nom de Muḥammad b. ʿAḳīl qui …

Muwāḍaʿa

(219 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.) désigne, en droit islamique, la rescision d’une vente ou d’une transaction (synonyme: mutāraka); sur les aspects lexicaux du terme, voir LA 1, X, 282; TA 1, V, 535; Freytag, Lexicon, IV, 476. Mais, dans l’usage administratif de l’Orient musulman au Moyen Âge, ce vocable s’applique au contrat de service de titulaires de fonctions officielles, conformément à son autre sens de «fait de poser des conditions pour conclure un accord avec quelqu’un». On possède le texte de deux muwāḍaʿas effectuées par des vizirs des premiers G̲h̲aznawides avec leur souverain, l’une par Aḥm…

Mad̲j̲d al-Dawla

(748 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Ṭālib Rustam b. Fak̲h̲r al-dawla ʿAlī, Kahf al-Umma, titulaire de l’émirat būyide du Nord (Rayy et Ḏj̲ibāl) de 387 à 420/997-1029. A la mort de Fak̲h̲r al-dawla [ q.v.], en s̲h̲aʿbān 387/août-septembre 997, son jeune fils Rustam lui succéda à l’âge de huit ans (ainsi d’après le Mud̲j̲mal al-tawārīk̲h̲ wa-l-ḳiṣaṣ anonyme, éd. Bahār, Téhéran 1318 P./1939, 396, qui le fait naître en rabīʿ II 379/ juillet-août 989, et Ibn al-At̲h̲īr, éd. Beyrouth, IX, 69; mais, d’après Rud̲h̲rāwarī, dans Eclipse of the ʿAbbasid caliphate, III, 297, et Ibn al-At̲h̲īr, IX, 132, à l’âge de quatr…

al-Ruṣāfa

(4,183 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Haase, C.P. | Marín, Manuela
, nom de plusieurs lieux du monde islamique, depuis Cordoue à l’Ouest jusqu’à Nīs̲h̲iāpūr à l’Est (voir Yāḳūt, Buldān, éd. Beyrouth, III, 46-50). En ʿIrāḳ, on connaît: 1. Ruṣāfat Abī l-ʿAbbās (ʿAbd Allāh al-Saffāḥ), commencée par le premier calife ʿabbāside en bas ʿIrāḳ, sur les rives de l’Euphrate, près d’al-Anbār, et probablement identique à la ville du nom d’aī-Hās̲h̲imiyya. Bibliography al-Yaʿḳūbī, Buldān, 237, trad. Wiet, 9 Yāḳūt, Buldān, III, 46. 2. al-Ruṣāfa, nom d’un quartier de la ville de Bag̲h̲dād, fondé peu après que le calife al-Manṣūr eut bâti sa Ville Ronde. ¶ Le quartier…

K̲h̲uldābād

(178 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville (20° 1´ N, 75° 12´ E) du Nord-ouest de l’ancien État de Ḥaydarābād (auj. dans l’État de Maharashtra de l’Union Indienne); elle porte également le nom de Rauza (= Rawḍa). Elle est située à 225 km. d’Awrangābād et à 13 de Dawlatābād [ q.vv.], en un lieu particulièrement sacré pour les Musulmans du Deccan, car elle abrite les tombes de plusieurs saints et grands hommes, notamment du ministre des Nīẓāms̲h̲āhides Malik ʿAnbar [ q.v.], de Niẓām al-mulk Āṣaf Ḏj̲āh, fondateur de l’État de Ḥaydarābād [ q.v.] et surtout de l’empereur mug̲h̲al Awrangzīb [ q.v.] qui mourut à Aḥmadnagar en d̲h…

Mihrān

(1,093 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom généralement donné par les géographes musulmans classiques à l’Indus (skr. Sindhu, grec ΣίνθοΣ, ʾ΄ΙνδοΣ, latin Sindus, Indus), mais ils employaient également les expression Nahr al-Sind, Sind-Rūdh, Nahr Multān, etc. Une confusion considérable s’est en fait produite à propos de la nomenclature précise de l’Indus et ses éléments constitutifs avec, en particulier, une incertitude sur ce qui devait être considéré comme le lit principal du fleuve. Ainsi al-Iṣṭak̲h̲rī. suivi par Ibn Ḥawḳal, mentionne le Nahr Multān ou Mihrān …
▲   Back to top   ▲