Encyclopédie de l’Islam

Search

Your search for 'education' returned 603 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

al-Bāk̲h̲arzī

(294 words)

Author(s): Margoliouth, D. S.
, Abū l-Ḥasan (ou Abū l-Ḳāsim) ʿAlī b. Ḥasan b. ʿAlī b. Abī l-Ṭayyib, poète et anthologue arabe originaire de Bāk̲h̲arz. Après avoir reçu une bonne éducation dans sa maison paternelle, il étudia en particulier le fiḳh s̲h̲āfiʿite et assista, à Nīs̲h̲āpūr, aux cours d’al-Ḏj̲uwaynī (ʿAbd Allāh b. Yūsuf), où il fit la connaissance d’aī-Kundurī [ q.v.]; ce dernier, devenu wazīr, le prit à Bag̲h̲dād comme secrétaire; auparavant, il avait été quelque temps fonctionnaire à Baṣra. Par la suite, il fut admis à la chancellerie, puis retourna dans sa ville natale, …

Maṭar

(580 words)

Author(s): (Choueiri, Youssef M.
, Ilyās Dīb (1857-1910), historien syrolibanais, médecin, pharmacien, avocat et enseignant. Il naquit dans une famille bourgeoise syrienne orthodoxe dans la ville de Ḥāṣbayya, dans le sud du Liban actuel. La guerre civile druzo-maronite qui éclata en 1860 et se répandit du Mont Liban vers d’autres régions de la Syrie, obligea sa famille à chercher refuge dans la ville de Beyrouth. Son père, marchand prospère et notable local de sa communauté, réussit, sous la protection de l’influent chef druze Saʿīd Ḏj̲unbulāt. à échapper à ce qu’on a appelé “le massacre de Ḥāṣbayya”. Ilyās Maṭar reçu…

K̲h̲ayr Allāh Efendi

(618 words)

Author(s): Kuran, E.
, médecin, historien et administrateur ottoman, né à Istanbul vers 1235/1819-20 d’une famille qui avait donné des médecins de premier plan à l’empire. Il adopta la même profession que son père ʿAbd al-Ḥaḳḳ Mollā (m. 1270/1853-4); après avoir terminé ses études de medrese, il devint molla d’Izmir en 1256/1840-1 et fut promu l’année suivante au grade de ḳāḍī de La Mekke. Il faisait en même temps ses études médicales au Mekteb-i Ṭibbiyye et il obtint son diplôme en 1260/1844. Nommé ders nāẓiri (directeur des études) à l’école Ṭibbiyye, il passa de la section religieuse ( ʿilmiyye) à la secti…

Sabahattin Ali

(778 words)

Author(s): Balim, Çİğdem
(orthographe ottomane: ¶ Ṣabāḥ ul-dīn ʿAlī), romancier et nouvelliste turc, né à Komotini [voir Gümüld̲j̲ine], en Thrace orientale (actuellement en Grèce) le 12 février 1906 ou 25 février 1907, mort le 2 avril 1948. Son père, Ali Salahaddin, était capitaine dans l’armée. Il reçut son éducation primaire à Istanbul, Çanakkale et Edremit. Son enfance à Çanakkale pendant la première Guerre Mondiale devait laisser chez lui des traces affectives profondes. Plus tard, sa famille s’étant installée à Edremit, en zone …

And̲j̲uman

(1,239 words)

Author(s): Massé, H. | B. Lewis | F. Rahman
, mot persan déjà fréquent dans le s̲h̲āh-nāma de Firdūsī (Ve/XIe siècle), au sens de «réunion, assemblée, armée». Aux temps modernes, ¶ il désigna surtout les associations religieuses ou confessionnelles; puis, au début du XIXe siècle, lors de l’établissement du régime parlementaire en Perse, les groupements politiques. Un des plus célèbres de ces groupements fut l’and̲j̲uman-i milli («Club national») de Tabrīz, fondé le Ier ramaḍān 1324/17 décembre 1906, par les chefs du mouvement constitutionnel; d’autres groupements, animés des mêmes tendances libérales…

Ibn ʿAzzūz, dit Sīdī Ballā

(269 words)

Author(s): Réd.
, appellatif d’un savetier de Marrakech du nom d’Abū Muḥammad ʿAbd Allāh al-Ḳuras̲h̲ī al-S̲h̲ād̲h̲ilī al-Marrākus̲h̲ī, à qui sont attribués des dons de thaumaturge et qui mourut en odeur de sainteté en 1204/1789. Son tombeau, situé dans sa propre demeure à Bāb Aylān, n’a cessé d’être visité, car il passe pour assurer la guérison des malades. Bien qu’il n’ait pas reçu une éducation très poussée, Ibn ʿAzzūz réussit néanmoins à laisser une œuvre abondante qui a trait principalement à la mystique et aux sciences …

Malawi

(3,755 words)

Author(s): von Sicard, S.
Arrière-plan historique L’Islam n’est pas un phénomène récent dans l’État du Malawi (ancien Protectorat Britannique du Nyasaland) à l’intérieur de l’Afrique de l’Est, car des négociants venus d’Arabie, du Golfe Persique, de l’Inde et d’Indonésie avaient des relations commerciales avec la Côte de l’Afrique de l’Est depuis des temps immémoriaux et l’Islam fut importé dans l’arrière-pays par ce type de marchands. Le nom Malawi fut d’abord utilisé par les Portugais pour désigner divers groupes ethniqu…

Muṣṭafā K̲h̲ayrī Efendi

(1,010 words)

Author(s): Groot, A.H. de
, Ürgüplü (1283-1339/1867-1921), s̲h̲eyk̲h̲ ül-Islām de l’empire ottoman. Membre d’une vieille famille locale de ʿulamāʾ, il naquit à Ürgüp d’un père nommé ʿAbd Allāh ʿAwnī Efendi. On comptait dans la famille l’administrateur du waḳf du complexe de la grandemosquée de la ville, l’ ulu d̲j̲āmiʿ fondée par Ḳaramānog̲h̲lu Ibrāhīm Bey [voir Ḳaramānog̲h̲ullari̊], Ḵh̲ayrī reçut sa première éducation sur place, entre autres en littérature classique arabe, persane et turque et en calligraphie. Son frère aîné, inspecteur de la justice dans le wilāyet de Sivas [ q.v.], supervisa la suite…

al-Marʾa

(4,578 words)

Author(s): Hooker, Virginia Matheson
6. Dans l’Asie du Sud-est. Les peuples musulmans de l’Asie du Sud-est vivent dans les États-nations modernes d’Indonésie, de Malaisie (dans ces deux États ils sont majoritaires), de Thaïlande (dans les cinq provinces méridionales, culturellement très proches de la région voisine du Nord de la Péninsule malaise) et aux Philippines (Mindanao). L’islamisation de ces populations n’a cessé depuis le XVe s. et se poursuit au XXIe s. (population totale estimée, avec prudence, à 220 millions). Les voyageurs qui se sont rendus vers cette région, ont remarqué depuis tr…

Derwīs̲h̲ Pas̲h̲a

(371 words)

Author(s): Parry, V. J.
(?-1012/1603) — l’historien Pečewī (II, 132) l’appelle Derwīs̲h̲ Ḥasan Pas̲h̲a — naquit à Mostar en Herzégovine; sous le règne du sultan ottoman Selīm II (974-82/1566-74), il entra au service du Palais où, au cours de son éducation, il manifesta de l’intérêt et du talent pour la littérature et la poésie. Sous le règne de Murād III (982-1003/1574-95), il devint fauconnier impérial ( dog̲h̲and̲j̲i̊) et gagna la faveur du sultan grâce aux ḳaṣīdes et aux g̲h̲azals qu’il lui offrit. Sur l’ordre de Murād III, il traduisit du persan en vers turcs le ¶ S̲h̲āhnāme du poète Bannāʾi̊ et donna à s…

Abū l-ʿIbar

(340 words)

Author(s): Bencheikh, J. E.
, Abū l-ʿAbbās Muḥammad b. Aḥmad b. ʿAbd Allāh al-Hās̲h̲imī, poète bouffon, membre de la famille régnante, né vers 175/791 sous le règne d’al-Ras̲h̲īd, mort en 252/866, probablement assassiné par un partisan ʿalide. Il reste connu sous le nom d’Abū l-ʿIbar, sobriquet qu’il se fabriqua en ajoutant chaque année une lettre, ce qui finit par le rendre imprononçable. Il reçut une éducation soignée, était un fin lettré, excellent connaisseur de poésie. Peu apprécié par le sévère al-Maʾmūn qui l’emprisonna, il fit la joie d’al-Mutawakkil en se livrant à toutes sortes de bouffonneries. Se sent…

Ḳurayyāt al-Milḥ

(293 words)

Author(s): Vidal, F.S.
, groupe de villages de l’extrême Nord-ouest de l’Arabie saʿūdite, dans la partie septentrionale de la dépression du Wādī sirḥān orientée Nord-ouest-Sud-est (environ 31°25′ N. et 37°40′ E.). Les agglomérations les plus vastes (sans jamais dépasser 2000 habitants) sont It̲h̲ra, al-Ḳarḳar, Manwā, G̲h̲aṭṭī, Kāf et al-Nabk qui est le centre administratif et la résidence de l’ amīr local; celui-ci, qui relève aujourd’hui directement de La Mekke, dépendait de l’ amīr de Ḥāʾil au temps de la visite d’Euting (1301/1883). Avant que la dynastie d’Ibn Saʿūd ait consolidé so…

Āzād

(384 words)

Author(s): Inayatullah, Sh.
, Muḥammad Ḥusayn, écrivain et poète musulman de l’Inde, qui écrivait en urdu; il est réputé pour le charme inégalé de son style aimable et pittoresque, et pour le rôle important qu’il joua dans les domaines de la littérature et de l’éducation. Né à Delhi vers 1834, il était le fils de Mawlawī Muḥammad Bāḳir, lui-même un pionnier du journalisme dans le Nord de l’Inde. Après le bouleversement politique de 1857, il quitta Delhi et erra plusieurs années durant avant de se fixer à Lahore en 1864. Il p…

Waṣfī al-Tall

(344 words)

Author(s): E. Rogan
(1919-71), homme politique jordanien, trois fois premier ministre. Né dans le village kurde d’Arapkir, en Turquie actuelle, fils du poète nationaliste Muṣṭafā Wahbī al-Tall et d’une mère kurde, Waṣfi fut élevé au Nord de la Transjordanie, à Irbid, ville natale de son père. Il reçut son éducation secondaire dans la ville d’al-Salt; après avoir avoir obtenu son diplôme en 1938, il poursuivit ses études à l’Université Américaine de Beyrouth (A.U.B.). En 1941, il obtint le diplôme universitaire en sciences.…

al-S̲h̲arḳāwī

(343 words)

Author(s): Cachia, P.
, ʿAbd al-Raḥmān, poète, nouvelliste et dramaturge égyptien, né à S̲h̲ibīn al-Kawm, Basse Egypte, le 10 novembre 1920. Il exerça la profession d’avocat entre 1943 et 1945, et fut employé par la suite au Ministère de l’Education jusqu’en 1956, mais il était actif aussi dans le journalisme à partir de 1945, s’élevant jusqu’à devenir directeur de la Fondation Rūz al-Yūsuf de 1971 à 1977. Il fut secrétaire-général du Conseil Suprême des Arts, de la Littérature et des Sciences Sociales de 1977 jusqu’à 1979. Il mourut le 10 novembre 1987. Deux minces volumes renferment ce qui nous est par…

Nāẓim Farruk̲h̲ Ḥusayn

(304 words)

Author(s): Berthels, E.
(vers 1016-81/1607-70), poète persan. Mullā Nāẓim, fīls de S̲h̲āh Riḍā Sabzawārī, naquit à Harāt et y passa la plus grande partie de son existence. On sait peu de chose de sa vie; le seul fait certain, est qu’il fit un voyage dans l’Inde et qu’il revint, après un séjour de plusieurs années à Ḏj̲ahāngīrnagar, dans sa ville natale où il mourut en 1081/1670-1. Il fut un poète de cour des beglerbegis de Harāt, et son ouvrage le plus important qu’il commença en 1058/1648 et termina en 1072/1661-2, Yūsuf u-Zulayk̲h̲ā, est dédié à l’un de ces gouverneurs, ʿAbbās Ḳūlī Ḵh̲ān S̲h̲āmlū. Ce tr…

al-T̲h̲aʿlabī

(306 words)

Author(s): Rippin, A.
, Aḥmad b. Muḥammad b. Ibrāhīm Abū Isḥāḳ al-Nīsābūrī, exégète du Ḳurʾān et collecteur d’histoires, m. pendant le mois de muḥarram 427/novembre 1035. De nos jours, al-T̲h̲aʿlabī est célèbre pour deux œuvres. Son volumineux tafsīr, al-Kas̲h̲f wa l-bayān ʿan tafsīr al-Ḳurʾān, demeure non-publié si ce n’est l’introduction bibliographique (éd. I. Goldfeld, Quranic commentary in the Eastern Islamic tradition of the first four centuries of the hijra: an annotated edition of the preface to al-Thaʿlabī’s "Kitāb al-kashf wa ’l-bayān ʿan Tafsīr al-Qurʾān", Acre 1984). Dans le passé, o…

Rifāʿa Bey

(1,349 words)

Author(s): Öhrnberg, K.
al-Ṭahṭāwī (1801-73), éducateur et auteur égyptien, qui peut plus que tout autre être reconnu comme l’initiateur et le symbole de la «Renaissance» ( nahḍa) égyptienne, et comme la figure de proue des intellectuels de sa génération. Abū l-ʿAzm Rifāʿa Rāfiʿ b. Badawī naquit dans une famille de grands ʿulamāʾ de la ville de Ṭahṭā, en Haute Egypte. En 1817, il gagna le Caire et entra à al-Azhar. Parmi ses maîtres figurait Ḥasan al-ʿAṭṭār (1766-1834), qui eut sur lui l’influence la plus profonde et la plus durable. Al-ʿAṭṭār avait été en contact a…

Siti Binti Saad

(407 words)

Author(s): Freeman-Grenville, G. S. P.
(vers 1880-1950), chanteuse célèbre dans toute l’Afrique Orientale née à Fumba, Zanzibar d’un modeste fermier mnyamwezi et d’une potière mzigua. Dans son enfance, on l’appelait Mtumwa (esclave), la coutume étant de donner aux enfants des noms péjoratifs. Elevée au village, elle ne reçut aucune éducation formelle, et était illettrée. Elle déçut ses parents en refusant d’apprendre le métier de potier. Elle fit un mariage malheureux, et s’occupa à aller vendre en ville les pots fabriqués par sa mère. Elle finit par s’insta…

Wed̲j̲īhī

(372 words)

Author(s): Woodhead, Christine
, historien et poète ottoman (1031?-1071/1620P-1661). Il naquit à Bag̲h̲če Sarāy [ q.v.], capitale du k̲h̲ānat de Crimée, fils d’un certain ʿAbd Allāh ʿĀrif al-Rūmī. D’après les sources ottomanes, son prénom était Ḥasan (pourtant dans certains travaux européens, il est désigné comme Ḥüseyin). On situe sa date de naissance autour de 1031/1620 en se fondant sur un passage de son dīwān de poèmes où il mentionne qu’en 1070/1659, il entrait dans sa quarantième année. En 1624-5, sa famille partit s’installer à Istanbul où il reçut une bonne formation de secrét…
▲   Back to top   ▲