Search

Your search for 'dc_creator:( "Rahman, Munibur" ) OR dc_contributor:( "Rahman, Munibur" )' returned 103 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Madrasa

(27,778 words)

Author(s): Pedersen, J. | Makdisi, G. | Rahman, Munibur | Hillenbrand, R.
(a.) désigne en particulier, dans l’usage moderne, un établissement où sont enseignées les sciences islamiques, c’est-à-dire un collège de hautes études, par opposition à l’école élémentaire de type traditionnel ( kuttāb); au moyen âge, ce terme s’appliquait essentiellement à un collège de droit, où les autres sciences islamiques, y compris les disciplines littéraires et philosophiques, n’étaient que des auxiliaires. I. — L’Institution dans les pays arabes, en Iran et en Turquie 1. — Écoles pour enfants. La question de l’éducation islamique en général sera traitée sous Tarbiya. O…

T̲h̲anāʾī

(637 words)

Author(s): Rahman, Munibur
, pseudonyme de Ḵh̲wād̲j̲a Ḥusayn, poète indo-persan du Xe/XVIe siècle, m, 996/1587-88. Né à Mas̲h̲had, T̲h̲anāʾī, écrivant sur lui-même dans l’introduction à son dīwān, déclare que bien que talentueux, il manquait au début de persévérance, et qu’il embrassa la vocation poétique à la suite d’un songe qui lui apporta les conseils nécessaires. Il trouva finalement un généreux protecteur en la personne de Sulṭān Ibrāhīm Mīrzā, gouverneur du Ḵh̲urāsān. qui était lui-même poète sous le pseudonyme de Ḏj̲āhī. L’association d…

Mus̲h̲fiḳī

(383 words)

Author(s): Rahman, Munibur
, pseudonyme du poète persan ʿAbd al-Raḥmān, né vers 945/1538 à Buk̲h̲ārā. Ses ancêtres étaient venus de Marw, ce qui explique probablement la nisba de Marwī qu’il se donne parfois. Selon Saʿīd Nafīsī, Mus̲h̲fiḳī reçut une éducation religieuse pendant sa jeunesse; néanmoins il décida de suivre une carrière poétique dans laquelle il fut le disciple de Mawlānā Ḥasan Kawkabī, célèbre poète de Buk̲h̲ārā. qui vécut à la fin du IXe siècle et au début du Xe/XVe-XVIe. En 972/1564-5, il se rendit à Samarḳand, où il occupa par la suite les fonctions de bibliothécaire du S̲h̲aybā…

Ras̲h̲īd Yāsimī

(596 words)

Author(s): Rahman, Munibur
, savant et poète persan moderne, né le 4 décembre 1896 à Kirmāns̲h̲āh et mort en 1951. Son vrai nom était G̲h̲ulām Riḍā, mais il est connu de tous sous le nom de Ras̲h̲īd Yāsimī dans les cercles littéraires et intellectuels. Il venait d’une famille cultivée et fort instruite qui comptait parmi ses membres respectés l’auteur de la nouvelle S̲h̲ams u ṭug̲h̲rā, c’est-à-dire Muḥammad Bāḳir Mīrzā Ḵh̲usrawī (1849-1950) qui était son oncle maternel. Après avoir achevé ses premières études dans sa ville natale, Ras̲h̲īd Yāsimī se rendit à Téhéran en 1333/1914-5 …

Kāhī

(496 words)

Author(s): Rahman, Munibur
(m. fin IXe-988/fin XVe-1580), tak̲h̲allus, nom d’écriture adopté par un poète musulman indien, Nad̲j̲m al-dīn Abū l-Ḳāsim Muḥammad qui composa à la cour des empereurs moghols Humāyūn et Akbar [ q.vv.]. D’après la plupart des auteurs, il était né en Transoxiane, à Miyānkāl, district situé entre Samarḳand et Buk̲h̲ārā. mais ayant longtemps séjourné à Kābul, il portait la nisba al-Kābulī. À quinze ans, il aurait rendu visite à Ḏj̲āmī (m. 898/1492 [ q.v.]) à Harāt, et aurait passé sept ans en compagnie du poète. Plus tard, il vint en Inde à deux reprises, vers 936/1530…

Surūs̲h̲

(479 words)

Author(s): Rahman, Munibur
, Muḥammad ʿAlī Ḵh̲ān, important poète persan d’époque ḳād̲j̲āre. Il naquit vers 1228/1813 à Sidih, un district d’Iṣfahān. Ses ancêtres étaient artisans ou fermiers, et son père aurait été boucher de son état (voir Dīwān, I, introd., p. 2). Vers 1243/1827, à la mort de son père, Surūs̲h̲ se rendit à Iṣfahān. Il y acheva sa formation et y découvrit sa vocation de poète. En 1247/1831, il quitta Iṣfahān pour se trouver un mécène, et séjourna dans plusieurs villes. En fin de compte, il s’installa à Tabrīz, où il trouva accès auprès …

Risāla

(14,544 words)

Author(s): Arazi, A. | Ben Shammay, H. | Rahman, Munibur | Tekin-[Réd] Gönül Alpay
(a.). Terme arabe déjà attesté dans les inscriptions anciennes de l’Arabie dans la signification de «message» ou de «mission» (G. Lankester ¶ Harding, An Index and Concordance of Pre-Islamic Names and Inscriptions, Univ. of Toronto Press 1971, 277). Dans la pratique, risāla est multiforme; il a signifié message, missive, lettre, épître, monographie; à partir du Ve/XIe, il a été donné comme équivalent de Maḳāma (voir infra, Risāla et maḳāma). Les synonymes attestés sont kitāb [ q.v.], k̲h̲iṭāb (pour Ibn al-Mudabbir au IIIe/IXe risāla et k̲h̲iṭāb sont synonymes, Ṣafwat, IV, 224; …

Ṣāʾib

(1,621 words)

Author(s): Rahman, Munibur
, Mīrzā Muḥammad ʿAlī, poète persan du XIe/XVIIe siècle. La date précise de sa naissance n’est pas connue, mais on suppose qu’il est né vers 1010/1601-2. Son père, Mīrzā ʿAbd al-Raḥīm, était un important commerçant de Tabrīz. Lorsque S̲h̲āh ʿAbbās I (r. 985-1038/1587-1629) fit d’Iṣfahān sa capitale, il incita de nombreux commerçants de Tabrīz à s’y installer, dans le quartier appelé ʿAbbāsābād. A cette époque, le père de Ṣāʾib déménagea pour aller à Iṣfahān où l’on dit que le poète naquit. Mais dans ses …

Ruswā

(1,170 words)

Author(s): Rahman, Munibur
, Mīrzā Muḥammad Hādī, romancier, poète et traducteur ourdou ayant écrit sur toutes sortes de sujets scientifiques, philosophiques et religieux. Il naquit à Lucknow très probablement en 1858. Ses ancêtres avaient émigré de Perse à l’époque mughale. Son arrière-grand-père Mīrzā Ḏh̲ū l-Faḳār ʿAlī Beg s’installa à demeure à Awadh [ q.v.] au temps d’Aṣaf al-dawla (1775-97) et devint officier adjoint dans l’armée du Nawāb. Ruswā fut d’abord formé par son père, Āg̲h̲ā Muḥammad Taḳī, qui lui enseigna l’arabe, le persan et les mathématiques. Pour appre…

Mus̲h̲āʿara

(832 words)

Author(s): Rahman, Munibur
(a.), littéralement «joute poétique», prononcé habituellement mus̲h̲āʿira en ourdou, a été appliqué dans son sens le plus large à une assemblée où des poètes en ourdou viennent réciter leurs compositions. On ne peut que faire des suppositions sur l’origine de cette pratique dans la tradition culturelle indo-islamique. D’après S̲h̲iblī Nuʿmānī, il est permis de supposer qu’elle doit avoir fait son apparition sur la scène littéraire persane dans l’Inde au début du Xe/XVIe siècle. S̲h̲iblī remarque qu’à partir de l’époque du poète Fig̲h̲ānī (m. 925/1519 [ q.v.]), on a pris l’habitu…

Mustazād

(555 words)

Author(s): Rahman, Munibur
, forme poétique classique employée en persan et dans les littératures apparentées, principalement en turc et en ourdou. Le sens littéral de ce mot arabe est «additionnel», et il a parfois été rendu en anglais par «incrément poem» (cf. E. G. Browne, A literary history of Persia, II, 41). Sous sa forme la plus courante, le mustazād est un poème fondé sur le modèle du g̲h̲azal ou du rubāʿī, dans lequel chaque hémistiche est suivi d’un vers court de mètre similaire, en ce sens qu’il en comprend d’ordinaire le premier et le dernier pieds. Les mètres fréquemment employés dans les mustazāds fondés s…

Naẓīrī

(773 words)

Author(s): Rahman, Munibur
, pseudonyme du poète persan indomusulman, Muḥammad Ḥusayn, qui vivait au Xe/XVIe= siècle et au début du XIe/XVIIe (m. 1021/1612-13). Il vint, dans sa jeunesse, de sa ville natale, Nīs̲h̲āpūr, à Kās̲h̲ān, où il participa à des joutes avec les principaux poètes locaux. Il est au nombre des premiers poètes persans à avoir émigré sous les Ṣafawides, pour tenter leur chance à la cour des Mug̲h̲als. A son arrivée dans l’Inde (vers 993/1585-6), il s’attacha à ʿAbd al-Raḥīm Ḵh̲ān-i Ḵh̲ānān [voir Ḵh̲ān Ḵh̲ānān] et accéda à la cour impériale sous Akbar et d̲j̲ahāngīr, tout en restant …

Saʿīdā Gīlānī

(588 words)

Author(s): Rahman, Munibur
, poète indo-persan du XF’/XVIF’ siècle. Les détails manquent concernant le tout début de sa vie. Il se rendit de sa Perse natale vers l’Inde durant le règne de Ḏj̲ahāngīr (1014-37/1605-27) et passa sa vie à servir son successeur S̲h̲āh Ḏj̲ahān (1037-68/1628-58). En dehors de la poésie, il était habile cal-ligraphe, faisant de la gravure et des expériences sur pierres précieuses. Ḏj̲ahāngīr lui conféra le titre de Bēbadal Ḵh̲ān, peut-être en signe d’appréciation de ses talents puisque bēbadal signifie «incomparable». Il fut en plus nommé officier en charge de la bijouter…

S̲h̲awkat Buk̲h̲ārī

(350 words)

Author(s): Rahman, Munibur
Muḥammad Isḥāḳ, poète persan du XVIIe siècle, mort en 1107/1695-6. Il passa la première partie de sa vie à Buk̲h̲ārā où son père travaillait comme agent de change. S̲h̲awkat adopta également le même métier mais s’installa par la suite au Ḵh̲urāsān. En 1088/1677-8, il arriva à Harāt et entra au service du gouverneur Ṣafī Ḳulī Ḵh̲ān S̲h̲āmlū. S̲h̲awkat fut également lié durant une très longue période à Mīrzā Saʿd al-dīn, vizir du Ḵh̲urāsān, qui le traita avec affection et gentillesse, mais il décida finalem…

Kall̄m Abū Ṭālib

(315 words)

Author(s): Rahman, Munibur
, poète persan né, d’après un témoignage contemporain, à Hamadān; avant d’émigrer dans l’Inde, il vécut surtout à Kās̲h̲ān, d’où le nom de Kās̲h̲ānī qui lui est souvent donné. Après avoir, dans son enfance, fait ses premières études à S̲h̲īrāz, il se rendit dans l’Inde sous le règne de Ḏj̲ahāngīr, mais il revint en Perse en 1028/ 1618-9. Deux ans après, il partit définitivement pour ¶ l’Inde où il chercha fortune dans diverses provinces, notamment au Deccan, où il fut attaché à Mīr Ḏj̲umla. Après le couronnement de S̲h̲āhd̲j̲ahān, il entra à la cour impériale…

S̲h̲aybāni

(607 words)

Author(s): Rahman, Munibur
, Abu Naṣr Fat̲h̲ Allāh Ḵh̲ān, poète persan du XIXe siècle, né vers 1241/1825 à Kās̲h̲ān, mort le 20 rad̲j̲ab 1308/ler mars 1891. Il est originaire d’une famille noble prétendant descendre de la tribu des S̲h̲aybānī, dont il tira son nom de plume. Son grand-père fut gouverneur de Naṭanz, Kās̲h̲ān, Ḏj̲aws̲h̲aḳān et Ḳum durant le règne de’l’Āg̲h̲ā Muḥammad Ḵh̲ān (1193-1212/1779-97) tandis que son père, Muḥammad Kāẓim Ḵh̲ān servit Muḥammad S̲h̲āh (r. 1250-64/1779-97) puis fut plus tard agent fiscal du gouverneur général …

Tug̲h̲rā, Mullā

(508 words)

Author(s): Rahman, Munibur
, poète indo-persan du XVIIe siècle, mort vers 1078/1667 (voir Rieu, Catalogue of Persian manuscripts in the British Museum, II, Add. 16,852). D’après la plupart des récits, il était originaire de Mas̲h̲had, mais Ṭāhir Naṣrābādī, qui lui était contemporain, parle de lui comme étant un Tabrīzī, mais tout en indiquant qu’il avait entendu qu’on appelait ce poète Mas̲h̲hadī ( Tad̲h̲kira-yi Naṣrābādī, éd. Waḥīd ¶ Dastgirdī, Téhéran 1361/1982, 339). Tug̲h̲rā se rendit en Inde vers la fin du règne de Ḏj̲ahāngīr ou au début de l’époque de S̲h̲āh Ḏj̲ahān. Son premie…

S̲h̲abbīr Ḥasan K̲h̲ān Ḏj̲os̲h̲

(1,534 words)

Author(s): Rahman, Munibur
, poète ourdou moderne (5 décembre 1898-22 février 1982). Il naquit à Malīḥābād, dans l’actuel Uttar Pradesh (ex-Provinces Unies), en Inde. Ses parents lui donnèrent le nom de S̲h̲abbīr Aḥmad Ḵh̲ān, mais il adopta par la suite celui de S̲h̲abbīr Ḥasan Ḵh̲ān pour marquer ses sympathies s̲h̲īʿites. Il descendait d’une lignée de poètes remontant à son arrière-grand-père Nawwāb Faḳīr Muḥammad Ḵh̲ān, qui composait des vers sous le pseudonyme de Goya. Ḏj̲os̲h̲ fut élevé à la maison. Vers 1914, il vint à Aligar…

Rās̲h̲id, N. M.

(713 words)

Author(s): Rahman, Munibur
, poète ourdou moderne (1910-75). Son nom exact était Nad̲h̲ar (Nad̲h̲r) Muḥammad, mais il est universellement connu sous son nom de plume, Nūn Mīm Rās̲h̲id. Il naquit dans le ressort de ʿAlīpūr Ćat́t́ha (naguère Akālgaŕh), dans le district pand̲j̲ābī de Gūd̲j̲arānwāla, au Pākistān actuel. Son père, Faḍl Ilāhī Ćis̲h̲tī, était dans les services provinciaux de l’éducation, d’où il se retira en qualité d’Inspecteur Régional des Ecoles. Rās̲h̲id reçut sa formation dans sa ville natale, où il passa son examen d’enseignement …

Mad̲j̲lis

(53,565 words)

Author(s): Réd. | Madelung, W. | Rahman, Munibur | Landau, J.M. | Yapp, M.E. | Et al.
(a.), nom de lieu du verbe d̲j̲alasa ¶ «s’asseoir» et, par extension, «siéger», «tenir séance»; à partir du sens primitif de «lieu où l’on s’assoit, où l’on se tient», donc «siège» (J. Sadan, Le mobilier au Proche-Orient médiéval, Leyde 1976, index), le champ sémantique de mad̲j̲lis s’étend très largement (voir les dictionnaires de Lane, Dozy, Blachère, etc.). Parmi les principaux sens dérivés, on retiendra ceux de «lieu de réunion», «réunion, assemblée» (cf. Ḳurʾān, LXVIII, 12/11), «salon de réception (d’un calife, d’un haut dignitaire ou…
▲   Back to top   ▲