Search

Your search for 'dc_creator:( "Réd." ) OR dc_contributor:( "Réd." )' returned 1,359 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

al-Aʿs̲h̲ā

(224 words)

Author(s): Réd.
, «l’héméralope», est le surnom de plusieurs poètes arabes anciens (ils seraient 17; voir al-Āmidī, al-Muʾtalif, I2sqq.; Ag̲h̲ānī, index; L.A., s.v.); chacun d’eux est rattaché à une tribu (Aʿs̲h̲ā Banī Fulān) et, indépendamment du plus célèbre de tous, al-Aʿs̲h̲ā des Bakr (ou des Ḳays) [ q.v.] et d’al-Aʿs̲h̲ā des Hamdān [ q.v.], on retiendra les suivants: — al-Aʿs̲h̲ā des Bāhila (ʿĀmir b. al-Ḥārit̲h̲ b. Riyāḥ), qui est rangé parmi les aṣḥāb al-marāt̲h̲ī par Ibn Sallām, Ṭabaḳāt, éd. S̲h̲ākir, 169, 175 (avec référ.); voir aussi al-Buḥturī, Ḥamāsa, index; Abū Zayd al-Ḳuras̲h̲ī, Ḏj̲amha…

ʿAntarī

(53 words)

Author(s): Réd.
(a.), nom dérivé de ʿAntar [ q.v.] et qui désigne en Égypte: 1) le conteur qui narre la Sῑrat ʿ Antar; 2) un vêtement court porté sous le ḳafṭān. Ce dernier usage, assimilé par étymologie populaire à ʿ antarῑ, dérive du turc entari, mot d’origine grecque. (Réd.) Bibliography Dozy, Suppl. II, 180 et référ, citées.

al-Ṣag̲h̲ānī

(80 words)

Author(s): Réd.
ʿAbd al-Muʾmin b. Ḥasan, adīb du VIIe/XIIIe siècle. On ne le connaît que pour sa mise en vers du recueil de fables animalières originellement traduites en arabe par Ibn al-Muḳaffaʿ [ q.v.], Kalīla wa-Dimna [ q.v.]. Cette version s’intitule Durrat al-ḥikam fī amt̲h̲āl al-Hunūd wa-l-ʿAd̲j̲am, et fut achevée le 20 d̲j̲umādā I 640/15 novembre 1242 (selon le ras. de Vienne), à moins que ce ne fût 25 ans plus tard (selon un autre ms. de Munich). (Réd.) Bibliography Brockelmann, SI, 234-5.

Djambul Djbaev

(306 words)

Author(s): Réd.
, poète populaire kạzak̲h̲ qui, analphabète, représente la tradition poétique orale. Né en 1846 à Semireče, dans une famille nomade, il doit à une montagne son nom de Ḏj̲ambul (Džambul) qui, en son honneur, devait être donné, en 1938, à la ville d’Awliyā Ata [ q.v.] et à un oblast’ du Ḳazak̲h̲istān. Dès son jeune âge, il s’adonna à la musique et au chant, qui lui procurèrent son gagne-pain alors qu’il était encore adolescent; s’inspirant de complaintes populaires, il improvisait souvent des poèmes qu’il chantait en s’accompagnant à la dombrạ; les plus célèbres s’intitulent «la Plain…

al-ʿAbbās b. Aḥmad b. Ṭūlūn

(437 words)

Author(s): Red.
, fils aîné d’Aḥmad b. Ṭūlūn [ q.v.]. Lorsque ce dernier partit à la conquête de la Syrie, il confia le gouvernement de l’Égypte à al-ʿAbbās qui était destiné à lui succéder, mais ce dernier ne tarda pas à se laisser convaincre de profiter de l’absence de son père pour le supplanter. Averti par le vizir al-Wāsiṭī, Ibn Ṭūlūn prit ses dispositions pour rentrer en Égypte, et son fils, après avoir vidé le Trésor et recueilli des sommes assez considérables, se rendit, avec ses partisans, à Alexandrie, puis …

Ibn ʿĀbidīn

(143 words)

Author(s): Réd.
, désignation usuelle de deux jurisconsultes ḥanafites, qui vécurent en Syrie sur la fin des Ottomans. Le premier, Muḥammad Amīn b. ʿUmar b. ʿAbd al-ʿAzīz b. ʿĀbidīn, né en 1198/1784 à Damas, étudia d’abord le droit s̲h̲āfiʿite, puis le droit ḥanafite dont il devint un des maîtres les plus réputés de son temps; il mourut à Damas en 1258/1842; son ouvrage le plus connu est un commentaire du . Radd al-Muḥtār d’al-Ḥaṣkafī (m. 1088/1677; édité au Caire en 1299 et à Istanbul en 1307). Le second, son fils ʿAlāʾ al-dīn Ibn ʿĀbidīn, se rendit en 1285/1868 à Istanbul où il…

Zanāna

(61 words)

Author(s): Réd.
(p.), couramment Zenana, littéralement «féminin» ou «à l’usage des femmes», d’où l’usage particulier du terme, spécialement en Inde musulmane, pour désigner les quartiers privés de l’habitation réservés aux femmes, équivalent aux mots arabes ḥarīm [ q.v.], ḥaram, et au mot turc ḥaramli̊ḳ. Voir Yule et Burnell, Hobson-Jobson, A glossary of Anglo-Indian words and phrases, 2Londres 1903, 980; et Ḥarīm. (Réd.)

Muḳanṭarāt

(122 words)

Author(s): Réd.
, terme technique arabe emprunté au Moyen Âge par les astronomes occidentaux, sous la forme almicantarat, pour désigner les cercles parallèles à l’horizon et appelés normalement cercles de hauteur ou parallèles de hauteur. Sur ¶ l’astrolabe plat, la ṣafīḥa porte la projection stéréographique de différents cercles et notamment des muḳanṭarāt [voir Asṭurlāb]. Sur un astrolabe sphérique, seul l’hémisphère visible ( ẓāhir) est généralement doté des cercles de hauteur; ils sont au nombre de 90, mais on peut fort bien n’en marquer qu’un sur trois, sur cinq, etc. L’utilisation des muḳanṭar…

Ibn Ḥayyūs

(231 words)

Author(s): Réd.
, Abū l-Fityān Muḥammad b. Sulṭān b. Muḥammad b. Ḥayyūs al-G̲h̲anawī, poète syrien du Ve/XIe siècle. Né à Damas en çafar 394/décembre 1003, il semble s’être d’abord attaché aux Banū ʿAmmār [voir ʿAmmār] de Tripoli de Syrie, quoique sa présence à Alep soit déjà signalée en 429/1037-8; ses sympathies pour les Fāṭimides d’Égypte lui aliénèrent la faveur des Banū ʿAmmār devenus indépendants et, en 464/1072, il fut appelé à Alep par le Mirdāside [ q.v.] Maḥmūd b. Naṣr (457-67/1065-75) dont il se mit à chanter les louanges; à la mort de, son protecteur, il composa une mart̲h̲iya dans laquelle il…

Adīb Aḥmad Yuknakī

(221 words)

Author(s): RÉd.
(la nisba provient peut-être du village de Yūg̲h̲nāk, au Sud de Tās̲h̲kent), un des plus anciens poètes turcs, du XIIe siècle, auteur du poème didactique en quatrains ʿ Aybat al-ḥaḳāʾiḳ, dédié à un certain Dād Sipāhsālār Beg. Son sujet est parent de celui du poème de Yūsuf Ḵh̲āṣṣ Ḥād̲j̲ib [ q.v.] Kutad̲h̲g̲h̲u Bilig; sa langue se rapproche aussi de celle du Kutad̲h̲g̲h̲u Bilig sans être identique. Le contenu en est, cependant, plus musulman d’esprit, et on y trouve davantage de mots arabes et persans. Il a été édité par Ned̲j̲īb ʿAṣīm, sous le titre Hibet al-Ḥaḳāʾiḳ, Istanbul 1334. (Réd.) Bib…

Ibn ʿUnayn

(437 words)

Author(s): RÉd.
, Abū l-Maḥāsin S̲h̲araf al-dīn Muḥ. b. Naṣr b. ʿAlī b. Muḥ. b. G̲h̲ālib al-Anṣārī, poète satirique né à Damas le 9 s̲h̲aʿbān 549/19 octobre 1154, mort dans la même ville le 20 rabīʿ I 630/4 janvier 1233. Après des études traditionnelles auprès des principaux maîtres de Damas et un séjour au ʿIrāḳ, Ibn ʿUnayn exerça de bonne heure sa verve satirique contre toutes sortes de personnages; il n’épargna même pas Ṣalāḥ al-dīn (Saladin) qui venait de se rendre maître de la ville (570/1174) et en fut bientôt exilé. I…

ʿAdī b. Arṭāt

(257 words)

Author(s): Réd.
al-Fazārī, Abū Wāt̲h̲ila, officier au service des Umayyades qui, de Baṣra, gouverna le ʿIrāḳ de 99 à 101/718-20. Nommé à cette fonction par ʿUmar b. ʿAbd al-ʿAzīz qui venait de révoquer Yazīd b. al-Muhallab, il reçut l’ordre d’appréhender tous les fils d’al-Muhallab, et réussit à s’emparer d’al-Mufaḍḍal, de Ḥabīb, de Marwān et de Yazīd, mais ce dernier s’évada et revint à la charge. ʿAdī leva alors les troupes baṣriennes et fit ¶ creuser un fossé autour de la ville pour empêcher le rebelle d’y pénétrer, mais ces mesures n’eurent aucun effet. Yazīd s’empara en effet…

Rōh

(84 words)

Author(s): Réd.
, nom générique employé par les Pand̲j̲ābīs et les Balūč occidentaux de la région pour désigner la portion de l’Inde du Nord-ouest s’étendant au Sud de Swāt et de Bad̲j̲awr et jusqu’aux Monts Sulaymān à l’Ouest. Son importance dans l’histoire à la fin du IXe/XVe et au début du Xe/XVIe siècles tient à ce que cette région fournit aux sultans lōdīs [ q.v.] beaucoup de leurs partisans afg̲h̲āns. (Réd.) Bibliography Sir Olaf Caroe, The Pathans 550 B.C.-A.D. 1957, Londres 1958, index. Voir aussi Rohilk̲h̲and.

Sayyidi/Sīdī Muḥammad [iii] b. ʿAbd Allāh

(1,504 words)

Author(s): Réd.
, souverain (1171-1204/1757-90) de la dynastie marocaine des ʿAlawides [voir ʿAlawis] et l’un des plus remarquables. Né en 1134/1722, il reçut à la cour l’instruction traditionnelle et, en 1159/1746, son père, Mawlāy ʿAbd Allāh b. Ismāʿīl [ q.v.], le nomma vice-roi ( k̲h̲alīfa) à Marrakech, où il devait laisser la marque d’un grand constructeur et dont il allait pratiquement faire sa capitale, sans pour autant négliger les autres cités du Maroc. Chassé par des tribus hostiles avant d’avoir été en mesure de consolider son pouvoir et d’im…

al-Mayūrḳī

(186 words)

Author(s): Réd.
nisba de plusieurs personnages qui sont originaires de Mayorque (Mayūrḳa [ q.v.]) ou y ont résidé. Dans son Muʿd̲j̲am al-buldān (IV, 720-3), s.v. Mayūrḳa), Yāḳūt en cite un certain nombre. Indépendamment d’al-Ḥumaydī [ q.v.], qui est plus connu sous cette dernière nisba, on retiendra le nom d’Abū l-Ḥasan ʿAlī b. Aḥmad b. ʿAbd al-ʿAzīz b. ṭunayz, qui paraît avoir mené une existence assez mouvementée. A en croire Yāḳūt (IV, 722-3), c’était un bon grammairien (cf. al-Suyūṭī, Bug̲h̲ya, 327) qui s’occupait aussi de lectures ḳurʾāniques; il recueillit naturellement des ḥadīt̲h̲s à Damas,…

Ibn Sanāʾ al-Mulk

(365 words)

Author(s): Réd.
, Abū l-Ḳāsim Hibat Allāh b. Abī l-Faḍl Ḏj̲aʿfar b. al-Muʿtamid, surnommé al-Ḳāḍī al-Saʿīd, poète arabe de l’époque ayyūbide surtout célèbre par le traité, Dār al-ṭirāz, qu’il consacra au genre du muwas̲h̲s̲h̲aḥ [ q.v.]. Né au Caire vers 550/1155, mort dans la même ville en 608/1211, il se forma sous la direction de maîtres égyptiens et, comme son père al-Ḳāḍī al-Ras̲h̲īd, entra dans la magistrature et fut placé sous les ordres d’al-Ḳāḍī al-Fāḍil qu’il rejoignit à Damas et à qui il consacra quelques pièces de poésie, de même qu’il adressa ses louanges à Ṣalāḥ al-dīn (Saladin). Ibn Sanāʾ al…

Ṭop

(124 words)

Author(s): Réd.
(t.), mot utilisé dans la terminologie militaire turque ottomane pour canon, qui donne ṭopd̲j̲u pour le nom d’un membre du corps des artilleurs et Ṭopk̲h̲āne pour le nom de l’arsenal central d’Istanbul. La Porte Ṭopk̲h̲āne qui se trouve à proximité donna son nom dans la langue populaire au palais impérial adjacent; voir Ṭopḳapi̊ Sarāyi̊. Le mot tob/top, à l’origine signifiait balle, en turc, d’où boulet de canon; on le trouve dans presque toutes les langues turques et il est passé dans l’usage dans les langues de Perse, du Caucase, et des Balkans etc. Voir Doerfer, Türkische Elemente im N…

Muḥammara

(145 words)

Author(s): Réd.
, ancien nom (jusqu’en 1937) de la ville et du port iraniens situés sur le canal Ḥaffār ad̲j̲acent au Kārūn [ q.v.] inférieur et appelés aujourd’hui Ḵh̲urrams̲h̲ahr. Sur l’histoire de Muḥammara, voir Ḵh̲urrams̲h̲āhr et Ḵh̲azʿal Ḵh̲ān, Aux références données dans ces articles, il convient d’ajouter: H.G. Rawlinson, Notes on Mohamrah and the Chaʿab Arabs, dans Proc. Royal Geog. Soc., I, 351 sqq.; Naval Intelligence Division, Geographical Handbooks, Persia, Londres 1945, index, s.v. Khurramshahr, M.ʿA. al-Nad̲j̲d̲j̲ār, al-Taʾrīk̲h̲ al-siyāsī li-imārat ʿArabistān al-ʿarabi…

Maḥlūl

(69 words)

Author(s): Réd.
, terme employé dans le jargon administratif ottoman dans le sens de «vacant». Il figure dans les registres à propos d’une concession ( tīmār [ q.v.]) ou d’un poste libéré par le précédent titulaire pour cause de décès, de révocation ou de mutation et pas encore pourvu à nouveau. Ce terme est également employé plus généralement pour une terre et d’autres biens tombés en déshérence [voir aussi Muk̲h̲allāft] (Réd.)

al-Mug̲h̲ammas

(147 words)

Author(s): Réd.
, nom d’une vallée proche de La Mekke, à peu de distance de la route d’al-Ṭāʾif, qui est citée, en particulier dans des vers anciens, parce que la tradition y situait la tombe d’Abū Rig̲h̲āl [ q.v.]. La lecture de ce toponyme n’est d’ailleurs pas sûre, puisque l’on hésite entre al-Mag̲h̲ammas, al-Mug̲h̲ammis et al-Mug̲h̲ammas. ¶ Cette dernière forme paraît la plus plausible, car elle désigne un endroit couvert de broussailles ou d’arbustes où l’on peut se dissimuler, et, d’après une tradition, c’est là que le Prophète se rendait pour faire ses beso…

Mufaṣṣal

(116 words)

Author(s): Réd.
(a., littéralement «séparé, écarté») en prononciation indo-musulmane mufaṣṣil, d’où la forme anglo-indienne conventionnelle Mofussil, terme informel d’usage administratif anglo-indien, dont l’emploi par les Britanniques est attesté à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, mais qui remonte probablement au temps des Moghols. Le terme indiquait provinces, districts et stations rurales par opposition aux quartiers généraux administratifs d’une Présidence, d’un district ou d’une région, le ṣadr (dans l’usage anglo-indien de la Présidence de Bengale, le Sudder). Ains…

Ibn ʿĀmir

(216 words)

Author(s): Réd.
, Abū ʿUmar ʿAbd Allāh b. ʿĀmīr al-Yaḥṣubī, «lecteur» du Ḳurʾān dont la ḳirāʾa [ q.v.] est comptée au nombre des sept «lectures» canoniques. D’origine sud-arabique, il appartient à la première classe des Tābiʿūn [ q.v.] et a pour garants ʿUt̲h̲mān b. ʿAffān, Abū l-Dardāʾ [ q.v.] et d’autres Compagnons moins célèbres. Établi à Damas, il fut chargé des fonctions de ḳāḍī par al-Walīd b. ʿAbd al-Malik et de chef de la police par Yazīd b. al-Walīd et Ibrāhīm b. al-Walīd; sa «lecture» fut adoptée par les Damascains. Il mourut en 118/736, après avoir eu pour dis…

Ṣadaḳa

(45 words)

Author(s): Réd.
, Banū, nom parfois donné dans les sources arabes médiévales aux princes mazyadides, ou Banū Mazyad [ q.v.] du ʿIrāḳ central. Ce nom dérive du plus célèbre des membres de la lignée, Ṣadaḳa (I) b. Manṣūr (479-501/1086-1108 [ q.v.]). (Réd.) Bibliography Voir celle de Mazyad, Banū.

Ibn

(873 words)

Author(s): Réd.
(a.), fils. Les grammairiens et lexicographes arabes, qui tendent à ramener tous les vocables à trois éléments radicaux, rattachent généralement ibn à un radical * b.n.w. et estiment qu’il provient d’un hypothétique * banawun par chute de la 3e radicale sonante, mais d’autres affirment que le radical est b.n.y. et que le mot ibn vient du verbe banā / yabnī ʿalā «dresser [une tente] sur» et, par extension, «épouser». Il s’agit en réalité d’un vieux bilitère sémitique qui est cependant trilitéralisé dans l’adj. relatif banawī et dans l’abstrait bunuwwa. Le fém. bint, pourvu de l’indice - t d…

Hakkārī

(349 words)

Author(s): Réd.
. nom d’une tribu kurde qui, depuis les temps anciens, a habité les districts montagneux pratiquement inaccessibles au Sud et à l’Est du lac de Van, région appelée par les géographes et historiens arabes Hakkāriyya, du nom de la tribu [voir Kurd] et, de là, nom d’un vilâyet de l’extrême Sud-est de la République Turque moderne (nom actuel: Hakkâri): population (en 1960), 67 766 âmes (région de Turquie dont la population est la plus clairsemée avec une densité de sept habitants seulement au km2); la ville principale est Čölemerik [ q.v.]. Cité par Yāḳūt [s.v.] comme désignant une ville…

ʿAlī-ilāhī

(54 words)

Author(s): Réd.
(«déificateurs de ʿAlī»), appellation vague et populaire de sectes en rapport avec les S̲h̲īʿites extrémistes ( g̲h̲ulāt. [ q.v.]), et en dérivant. En Perse et au Kurdistān, elle s’applique surtout aux Ahl-i Ḥaḳḳ [ q.v.] et aux Ḳi̊zi̊l-bas̲h̲ [ q.v.], mais peut à l’occasion désigner des communautés de moindre importance comme Sarli, S̲h̲abbak [ q.vv.] etc. (Réd.)

al-K̲h̲arāʾiṭī

(165 words)

Author(s): Réd.
, Abū Bakr Muḥammad b. Ḏj̲aʿfar b. Muḥammad b. Sahl al-Sāmarrī, traditionniste et homme de lettres originaire de Surra man raʾā (Sāmarrā; Ziriklī, Aʿlām, VI, 297, le déclare natif de Samarie/Sāmira), qui fut notamment l’élève de ʿUmar b. S̲h̲abba [ q.v.]; en 325/937, il se rendit à Damas où il enseigna le ḥadīt̲h̲ et mourut en 327/939 à ʿAsḳalān (à Jaffa d’après Ziriklī), âgé de près de 90 ans. Il a laissé plusieurs ouvrages d’éthique et de belles-lettres dont l’un a été imprimé au Caire en 1350, le Kitāb Makārim al-akhlāḳ wa-maʿālīhā; d’autres sont conservés en ms. (voir Brockelmann,…

al-Muḥillūn

(139 words)

Author(s): Réd.
(a., de la IVe forme aḥalla), littéralement «ceux qui rendent licite [ce qui est illicite]», expression figurant dans les textes historiques anciens pour désigner les gens qui avaient versé le sang d’al-Ḥusayn b. ʿAlī [ q.v.]; elle fut donc spécialement employée par les hommes qui cherchaient à tirer ¶ vengeance, contre les Umayyades, de l’affaire de Karbalāʾ [ q. v.) et par les partisans des Ahl al-Bayt, les proto-S̲h̲īʿites. Et surtout, elle fut employée par al-Muk̲h̲tār b. Abī ʿUbayd [ q.v.] lors de sa révolte à Kūfa (66-7/685-7) et particulièrement quand il arracha à se…

al-Lamaṭī

(323 words)

Author(s): Réd.
, ethnique issu de Lamaṭa, quartier de la ville marocaine de Sid̲j̲ilmāssa et porté notamment par deux mystiques: I. Aḥmad al-Ḥabīb b. Muḥammad al-G̲h̲umārī b. Sāliḥ al-Siddīkī (car il fait remonter sa généalogie à ʿAbd al-Raḥmān b. Abī Bakr) al-Sid̲j̲ilmāssī, qui appartenait à la confrérie des S̲h̲ād̲h̲iliyya [ q.v.]; il eut de nombreux élèves parmi lesquels figurent Abū l-ʿAbbās al-Hilālī [voir al-Hilālī, au Suppl.] et son cousin par les femmes, Aḥmad b. al-Mubārak [voir infra]. Il mourut en odeur de sainteté à Sid̲j̲ilmāssa le 4 muḥarram 1165/23 novembre 1751. Bibliography Ḳādirī,…

al-Mug̲h̲ayyabāt al-K̲h̲ams

(151 words)

Author(s): Réd.
(a.) «les cinq mystères, ou choses cachées dans l’invisible», terme technique de la théologie islamique. Ces mystères sont considérés comme connus de Dieu seul, en tant que ressortissant à Sa prescience, et à Sa connaissance préexistante de tous les aspects de la nature et de l’activité humaine (cf. H. Ringgren, Studies in Arabian fatalism, Uppsala 1955, 86 sqq.; voir aussi al-Ḳaḍāʾ wa-l-ḳadar). Ils sont habituellement identifiés aux cinq choses connues de Dieu selon les termes du Ḳurʾān, XXXI, 34: l’heure du Jugement [voir al-Saʿa]; quand tombera l’ondée; ce qui est dans les …

ʿAttābb.Asīd

(127 words)

Author(s): Réd.
b. Abī l-ʿIṣ b. Umayya al-Umawī, Compagnon du Prophète qui se convertit le jour de la prise de la Mekke; peu après, il fut chargé par Muḥammad, pendant la bataille de Ḥunayn (8/629), de gouverner la Mekke, dont il conserva ensuite le gouvernement sous Abū Bakr. Il avait accepté d’épouser Ḏj̲uwayriya bint Abī Ḏj̲ahl pour empêcher ʿAlī b. Abī Ṭālib de donner une coépouse à Fāṭima. La date de sa mort varie entre 13 et 23/634-44. (Réd.) Bibliography Ibn Ḥad̲j̲ar al-ʿAsḳalānī, Iṣāba, n° 5391 Muṣʿab al-Zubayrī, Nasab Ḳurays̲h̲, index Muḥammad b. Ḥabīb, Muḥabbar, index Ṭabarī, index Ibn al-At̲h̲ī…

Idāra

(165 words)

Author(s): Réd.
, terme désignant communément de nos jours en arabe, persan, turc, etc., l’administra-tion. Ce terme semble avoir acquis son sens technique durant la période d’influence européenne. La question de l’administration musulmane est traitée dans les articles sur les départements et les services administratifs (Bāb-i ʿĀlī, Bayt al-Māl, Barīd, Dīwān, Dīwān-i Humāyūn, Ḳalam, Ḳānūn, Rawk, Taḥrīr, etc.); sur les officiers et les fonctionnaires (ʿĀmil, ʿAmīd, Daftardār, Ḥād̲j̲ib, Kâhya, Ḵh̲āzin, Mus̲h̲īr, Mus̲h̲rif, Mustawfī, Nāʾib, Nāhẓir, Raʾīs al-kuttāb, S̲h̲ādd, …

Ḥumayd b. ʿAbd al-Ḥamīd

(152 words)

Author(s): Réd.
al-Ṭūsī, ¶ général ʿabbāside qui fut le principal artisan de la victoire d’al-Maʾmūn sur Ibrāhīm b. al-Mahdī; il mourut empoisonné en 210/825. Sa générosité et son faste ont été chantés par plusieurs poètes, notamment ʿAlī b. Ḏj̲abala [voir al-ʿAkawwak], Ses fils, euxmêmes poètes, mais peu féconds (voir Fihrist, éd. Caire 235), ont été à leur tour des mécènes célébrés en particulier par Abū Tammām et al-Buḥturī. Muḥammad b. Ḥumayd, envoyé contre Bābak [ q.v.] et tué en 214/829, fut pleuré par Abū Tammām, sur le tombeau de qui son frère Abū Nahs̲h̲al fit élever une co…

Rābiṭa

(319 words)

Author(s): Réd.
(a.), terme employé dans al-Andalus pour désigner une enceinte fortifiée, un bastion construit sur le littoral pour dissuader l’ennemi d’attaquer par mer. Ce vocable se substituait, en l’occurrence, à ribāṭ [ q.v.], qui ne s’étendait plus au monastère occupé par des combattants de la guerre sainte, mais était à peu près réduit au sens de d̲j̲ihād [ q.v.] ou remplaçait même g̲h̲āra «coup de main». Dans une rābiṭa, «des volontaires, qui se relayaient périodiquement, assuraient une garde vigilante, tout en pratiquant des exercices spirituels et en s’astreignant à …

G̲h̲anīmat Kund̲j̲āhī

(301 words)

Author(s): Réd.
, Muḥammad Akram, poète de l’Inde mug̲h̲ale qui fut le promoteur du « style indien » ( sabk-i hindī [ q.v.]) dans la poésie persane du sous-continent. Né à une date inconnue (première moitié du Xle/XVIIe siècle) à Kund̲j̲āh, petit village du district de Gud̲j̲rāt, dans le Nord du Pand̲j̲āb (auj. au Pakistan), il fit bien quelques séjours au Kas̲h̲mīr, à Dilhī et à Lahore, mais ne s’éloigna guère, dans l’ensemble, de ¶ son village natal où il mourt vers 1106/1695. Il appartenait à la confrérie ṣūfie des Ḳādiriyya [ q.v.]. Ses œuvres comprennent un Dīwān, fait principalement de g̲h̲azals, et un ma…

Abū l-Asad al-Ḥimmānī

(347 words)

Author(s): Réd.
, de son nom Nubāta b. ʿAbd Allāh, poète mineur de l’époque ʿabbāside qui était originaire de Dīnawar. De talent plutôt moyen, il doit à ʿAllawayh/ʿAllūyah [ q.v. au Suppl.] de ne pas être tombé dans l’oubli, car ce chanteur, qui était son ami, l’introduisit auprès des grands personnages de l’époque et, surtout, mit en musique quelques-unes de ses compositions, qui obtinrent un large succès. Sa carrière paraît avoir été assez longue. On le voit d’abord, en effet, satiriser dès 153/770 deux mawālī d’al-Manṣūr, Ṣāʿid et Maṭar (al-Ḏj̲ahs̲h̲iyārī, Wuzarāʾ, 124), puis fréquenter Abū Dul…

Unayf

(84 words)

Author(s): Réd,
b. Dald̲j̲a b. Ḳunāfa al-Kalbī (généalogie complète dans al-Ṭabarī, II, 204, voir également Ibn al-Kalbī-Caskel, I,’tableau 286, II, 572), chef tribal de Kalb en Syrie [voir Kalb b. Wabara], vécut au début du VIIe s. Son fils, Baḥdal, fut le père de Maysūn [ q.v.], l’épouse du calife umayyade Muʿāwiya I et la mère de Yazīd Ier. Elle soutint avec vigueur la cause sufyānide. (Réd.) Bibliography Voir également H. Lammens, Études sur le règne du calife Moʿâwiya Ier , dans MFOB, III (1908), 150.

Fraxinetum

(335 words)

Author(s): Réd.
désignait au moyen âge le village qui s’appelle aujourd’hui La-Garde-Freinet, dans une brèche de la montagne des Maures (département du Var, France). Cette localité n’a sa place dans l’ Encyclopédie de l’Islam que parce qu’elle fut occupée pendant 80 ans par des pirates musulmans venus d’Espagne entre 278 et 281/891-4. Prenant pied dans le golfe de Saint-Tropez, ils occupent une forteresse naturelle (Fraxinet, Freinet) à proximité du village actuel de La-Garde-Freinet; «bientôt renforcés par de nouveaux groupes venus de la pé…

Argān

(112 words)

Author(s): RÉd.
(berb.), arganier ( argania spinosa ou argania sideroxylon), arbre de la famille des sapotacées qui croît sur la côte méridionale du Maroc. Arbuste au bois dur et résistant, il produit un drupe dont l’amande, moulue, fournit une huile assez appréciée; les tourteaux sont donnés au bétail. Le mot est également connu d’une partie des arabophones du Maroc, qui le traitent cependant comme un emprunt. (Réd.) Bibliography Ibn al-Bayṭār, n° 1248 L. Brunot, Textes arabes de Rabat, II, Glossaire, Paris 1952, 6-7 V. Monteil, Contribution à létude de la flore du Sahara occidental, II, Paris 1953…

Raʾs al-ʿĀm

(111 words)

Author(s): Réd.
(a.) désigne le Jour de l’An, litt. «début de l’année», c’est-à-dire le 1er muḥarram. Sur la différence avec Raʾs al-sana, voir Lane, Lexicon, s.v. ʿām. La loi islamique sunnite ne prescrit aucune célébration pour le premier mois de l’année, si ce n’est qu’une journée déjeune volontaire est recommandée le dix [voir ʿĀs̲h̲ūrāʾ]. Cependant, les dix premiers jours du mois sont considérés comme spécialement bénis (Lane, Manners and customs, chap. IX, XXIV). Les S̲h̲ī ʿites connaissent plusieurs festivités au cours de ce mois [voir Muḥarram; Taʿziya]. Dans beaucoup de pays islamique…

Nūr Ḳuṭb al-ʿĀlam

(113 words)

Author(s): Réd.
, Sayyid, saint ṣūfī de Pānd́uʾā [ q.v.], au Bengale et écrivain pionnier en bengali dialectal (m. 819/1416). Membre de la confrérie čis̲h̲tie, il fit beaucoup, comme ses descendants après lui, pour la répandre au Bengale et au Bihār et pour créer une atmosphère favorable au développement du mouvement bhakti dans le pays. Dans le domaine littéraire, il introduisit l’usage du rīk̲h̲ta, poésie moitié en persan et moitié en bengali. Sur le plan politique, il obtint le patronage des S̲h̲arkis de Ḏj̲awnpur [ q.vv.], et il paraît avoir poussé le sultan Ibrāhīm S̲h̲arḳī [ q.v.] à attaquer la li…

Naw Bahār

(131 words)

Author(s): Réd.
, site sacré et monastère préislamique de Balk̲h̲ [ q.v.], dans ce qui est aujourd’hui le Nord de l’Afg̲h̲ānistān. Il a été détruit par les envahisseurs arabes, mais il est célèbre dans l’histoire de l’Islam primitif comme lieu d’origine de la famille de fonctionnaires et de vizirs barmakides des premiers temps des ʿAbbāsides, l’éponyme, Barmak ayant été le chef ou supérieur ( pramuk̲h̲ā) du Naw Bahār. Sur le tombeau presque certainement bouddhiste, voir al-Barāmika. 1. Origines; à la Bibl. qui y est citée, ajouter, Le Strange, Lands, 421-2; Barthold, An historical geography of Iran, Pr…

Ḏj̲āhiliyya

(682 words)

Author(s): Réd.
, terme qui s’oppose, dans presque toutes ses acceptions, au mot islām et désigne l’état de choses qui régnait en Arabie avant la mission du Prophète, le paganisme (parfois même celui’ des nations non-arabes), la période antéislamique et les hommes qui y vivaient. Du point de vue morphologique, d̲j̲āhiliyya paraît bien être formé, par addition du suffixe -iyya, à valeur abstraite, au participe actif d̲j̲āhil dont le sens est difficile à préciser. I. Goldziher ( Muh. St., I, 219 sqq.; analyse dans Arabica, VII/3 (1960), 246-9), rappelant que d̲j̲āhil s’oppose à ḥalīm «policé, etc.» [voir Ḥ…

Idrīs b. al-Ḥusayn

(182 words)

Author(s): Réd.
b. Abī Numayy, Abū ʿAwn, s̲h̲arīf de La Mekke au début du XIe/XVIIe siècle. Né en 974/1565, il devint s̲h̲arīf et gouverneur du Ḥid̲j̲āz en 1011/1602-3 après son frère Abū Ṭālib et conjointement avec son neveu Muḥsin. Cette division du pouvoir se termina cependant par une dispute acharnée entre les membres de la famille, à propos, semble-t-il, de la suite et des serviteurs ( k̲h̲uddām) d’Idrīs, et, en 1034/1624-5, celui-ci fut dépossédé du gouvernorat du Ḥid̲j̲āz au profit de Muḥsin. Le conflit fut résolu par une trêve, durant laquelle Idrīs promit de quitte…

al-K̲h̲aṭṭābī

(410 words)

Author(s): Réd.
, Ḥamd (> Aḥmad) b. Muḥammad b. Ibrāhīm b. al-Ḵh̲aṭṭāb. Abū Sulaymān al-Ḵh̲aṭṭābī al-Bustī, traditionniste de tendance s̲h̲āfiʿite et poète qui passe pour descendre de Zayd b. al-Ḵh̲aṭṭāb, frère de ʿUmar, mais cette généalogie est contestée. Né à Bust en 319/931, il parcourut le monde musulman du Ḵh̲urāsān et de la Transoxiane jusqu’au ʿIrāḳ et au Ḥid̲j̲āz, «à la recherche de la ¶ science» et aussi pour faire du commerce; il fréquenta, surtout à Bag̲h̲dād, des maîtres réputés et eut à son tour un certain nombre d’élèves. Il mourut à Bust, soit en 386/996, …

Būḳāla

(114 words)

Author(s): Réd.
, terme employé en arabe algérien (comp. βαύκαλιΣ) pour désigner un vase de poterie à deux anses dont se servent les femmes au cours des pratiques divinatoires auxquelles il a donné son nom. L’opération consiste essentiellement, pour l’officiante, à improviser, après une invocation, un court poème qui est également appelé būḳāla et dont sont tirés les présages. Ces pratiques, qui paraissent avoir connu une certaine vogue à l’époque où sévissait la piraterie (les femmes désirent avoir des nouvelles des hommes en mer), se sont muées en jeu de soc…

Ḍamān

(448 words)

Author(s): Réd.
(ar.), en droit musulman, responsabi- lité civile dans le sens le plus large du terme, qu’elle provienne du non-accomplissement d’un contrat, d’un acte dommageable ou d’une négligence ( taʿaddī, littéralement «transgression»). D’importants cas particuliers sont représentés par la responsabilité pour perte d’un objet vendu avant prise de possession par l’acheteur ( ḍamān al-mabīʿ), éviction ( ḍamān al-darak), perte d’un gage en possession du nanti ( ḍamān al-rahn), perte d’un objet pris par usurpation ( ḍamān al-g̲h̲aṣb), perte ou dommage causé par des artisans ( ḍamān al-ad̲j̲ī…

Ibn Hindū

(201 words)

Author(s): Réd.
, Abū l-Farad̲j̲ ʿAlī b. al-Ḥusayn al-Kātib, secrétaire de chancellerie, homme de lettres, poète et médecin, originaire de Rayy, mais élevé à Nīs̲h̲āpūr, où il s’était initié à la science grecque. Il appartint d’abord au dīwān de ʿAḍud al-dawla, pour qui il écrivit un certain nombre de correspondances; on le trouve à Arrad̲j̲ān en 354/965, au moment de la visite d’al-Mutanabbī, et il semble ¶ être resté au service des Buwayhides jusqu’à sa mort, survenue sans doute plutôt en 410/1019 qu’en 420/1029. En plus d’un Dīwān en partie conservé dans des anthologies postérieures, il est …

Lālezarī

(167 words)

Author(s): Réd.
, S̲h̲aykh Meḥmed Ṭāhir, ḳādī ottoman, auteur de plusieurs ouvrages de théologie et souvent désigné sous le nom de Ḳādī Meḥmed. La date de sa naissance est inconnue, mais on sait qu’il naquit à Istanbul, et sa nisba renvoie probablement au quartier de Lālezār, près de la mosquée de Fātiḥ. Mollā et müderris, il était ḳādī d’Eyyūb en 1201/1786-7; il mourut le 30 muḥarram 1204/20 octobre 1789, dans sa maison de Rumeli Ḥiṣār. Aucun de ses ouvrages n’a été publié, mais ils existent tous en manuscrit dans des bibliothèques d’Istanbul. Ils comprennent une …

Pand̲j̲hīr

(269 words)

Author(s): Réd.
, nom d’une rivière et de sa vallée dans le Nord-est de l’Afg̲h̲ānistān. La rivière, venant de l’Hindū Kūs̲h̲, coule vers le Sud et se jette dans le Kābul à Sarobi; près du confluent, a été construit, dans les années 1950, un barrage pour alimenter Kābul en eau. La vallée a toujours été un important lieu de passage pour les nomades qui passent l’hiver dans la région de Lāmg̲h̲ānāt-Ḏj̲alālābād [ q.vv.], puis se rendent aux pâturages d’été dans le Badak̲h̲s̲h̲ān [ q.v.]. La localité qui porte le même nom est dominée par une montagne qu’une riche mine d’argent a rendue célèbre e…

Sufyānides

(106 words)

Author(s): Réd.
, la branche de la famille umayyade qui, dans l’Islam primitif, constitua la première et la plus courte lignée de la dynastie, précédant les Marwānides [ q.v.]. Elle tire son nom d’Abū Sufyān b. Ḥarb [ q.v.], dont le fils Muʿāwiya devint calife en 41/661, bientôt suivi par son fils Yazīd I, et le jeune fils de ce dernier Muʿāwiya II, mort en 64/683. C’est alors que la succession fut reprise par la branche parallèle de Marwān b. al-Ḥakam [ q.v.]. Pour l’histoire des Sufyānides, voir Umayyades et les articles sur les souverains de la dynastie; sur le personnage eschatologique du Sufyānī, voir al-Su…

(al-)Murtaḍā b. al-ʿAfīf

(220 words)

Author(s): Réd.
(=ʿAfīf al-dīn?) b. Ḥātim b. Muslim al-Maḳdisī al-S̲h̲āfiʿī, auteur d’un ouvrage en arabe sur l’Égypte antique dont la Bibliothèque Mazarine de Paris possédait un ms. du Xe/XVIe siècle aujourd’hui perdu, mais dont subsiste une version française due au traducteur de Makīn [ q.v.], Pierre Vattier (m. 1667) et publiée à Paris, en 1666, sous le titre L’Égypte de Murtadi ftls du Gaphiphe, où il est traité des Pyramides, du débordement du Nil et des autres merveilles de cette Province, selon les opinions et traditions des Arabes. Cette version, traduite à son tour en anglais dès 1672,…

al-Dānī

(249 words)

Author(s): Réd.
, Abū ʿAmr ʿUt̲h̲mān b. Saʿīd b. ʿUmar al-Umawī, jurisconsulte mālikite et surtout «lecteur», né à Cordoue en 371/981-2; après avoir accompli, de 397 à 399/1006-8, le pèlerinage à la Mekke et séjourné au Caire, il rentra dans sa ville natale, mais dut bientôt la fuir pour se rendre à Alméria et enfin à Dénia (Dāniya, d’où sa nisba), où il se fixa et mourut en 444/1053. Parmi plus de 120 ouvrages qu’il a composés et qu’il a énumérés lui-même dans une urd̲j̲ūza, on n’en possède plus qu’une dizaine (voir Brockelmann, I, 407, S I, 719), dont deux traitent de questions de grammair…

Ibn Zūlāḳ

(251 words)

Author(s): Réd.
(ou Zawlāḳ), Abū Muḥammad al-Ḥasan b. Ibrāhīm al-Layt̲h̲ī, né en 306/919, mort en 386/996, historien égyptien, auteur de nombreux ouvrages biographiques, historiques et topographiques sur l’Égypte à l’époque des Ik̲h̲s̲h̲īdides et des premiers Fāṭimides. Ces ouvrages, quoique en majorité perdus, servent de base à une grande partie de l’historiographie postérieure se rapportant à cette période. Il aurait continué les travaux d’al-Kindī [ q.v.] sur les gouverneurs et juges d’Égypte et écrit un livre sur une famille de fonctionnaires, les Mād̲h̲arāʾī [ q.v.], et d’autres sur le…

ʿI̊tḳnāme

(134 words)

Author(s): Réd.
, ʿi̊ti̊ḳnāme et aussi ʿi̊tāḳnāme, terme ottoman désignant un certificat remis à un esclave affranchi [voir ʿAbd]. Ce document porte normalement le nom et le signalement, ainsi, souvent, que la religion et l’origine ethnique de l’esclave, la date et les circonstances de son affranchissement; il est daté, signé par le propriétaire et des témoins et enregistré. La délivrance de certificats de ce genre remonte aux débuts de l’Islam (exemples dans A. Grohmann, Arabic papyri in the Egyptian library, I, Caire 1934, 61-4; le même, Arabische Papyri aus den Staatlieben. Museen zu Berlin, dans Is…

Ḥāzim

(902 words)

Author(s): Réd.
b. Muḥammad b. (al-) Ḥasan b. Muḥ. b. Ḵh̲alaf b. Ḥāzim al-Anṣari al-Ḳarṭād̲j̲annī, Abü L-Ḥasan, poète, grammairien et théoricien de la rhétorique, né en 608/1211 à Carthagène, dans une famille d’ascendance awsite. Après avoir reçu de son père, qui était ḳāḍī de la ville, une instruction orientée vers la grammaire, la langue arabe, la tradition et le fiḳh mālikite, il poursuivit ses études à Murcie puis à Séville et à Grenade et subit l’influence d’al-S̲h̲alawbīn [ q.v.] qui le poussa à étudier la philosophie grecque à travers les œuvres des philosophes de langue arabe, …

S̲h̲akark̲h̲elda

(111 words)

Author(s): Réd.
, village de la province prémoderne de Berār [ q.v.] sur un affluent de la rivière Pegangā. Son principal titre de notoriété est d’avoir été le site de la bataille de 1137/1724 où Niẓām al-mulk Čīn Ḳilič Ḵh̲an [ q.v.] défīt le gouverneur délégué de Ḥaydarābād Mubāriz Ḵh̲an, établissant ainsi en pratique l’indépendance des Niẓāms de Ḥaydarābād par rapport à l’empire mug̲h̲al. Niẓām al-mulk changea le nom du village en Fatḥk̲h̲eldā, qui est maintenant une petite ville du district de Buldāna dans l’Etat Maharās̲h̲tra de l’Union Indienne (lat. 20° 13′ N, long. 76° 29′). (Réd.) Bibliography Imp…

Ibn Abī l-Zinād

(224 words)

Author(s): Réd.
, Abū Muḥammad ʿAbd al-Raḥmān b. ʿAbd Allāh b. Ḏh̲akwān. traditionniste et juriste médinois du IIe/VIIIe siècle, qui appartenait à une famille de mawālī. Son père, Abū l-Zinād (m. 130/747-8), avait été nommé au k̲h̲arād̲j̲ du ʿIrāḳ, et lui-même fut chargé d’une fonction semblable à Médine. Il se rendit ensuite à Bag̲h̲dād où il mourut en 174/790-1, à l’âge de 74 ans. Son frère Abū l-Ḳāsim et son fils Muḥammad ont également transmis des ḥadīt̲h̲s. I. Goldziher ( Muh. Studien, I, 24, 32-3) a noté que ʿAbd al-Raḥmān était de ceux qui avaient sinon inventé, du moins propagé, p…

Abū Saʿd al-Mak̲h̲zūmī

(696 words)

Author(s): Réd.
, appellatif courant de ʿĪsā b. Ḵh̲ālid b. al-Walīd, poète mineur de Bag̲h̲dād qui doit sa renommée à ses démêlés avec Diʿbil [ q.v.]. La longue dispute des deux poètes est une conséquence évidente du conflit latent entre partisans des Yéménites et des Nizārites, et il est probable qu’elle a été provoquée par la fameuse ḳaṣīda de Diʿbil à la louange des Arabes du Sud (ʿAbd al-Karīm al-As̲h̲tar, S̲h̲iʿr Diʿbil, Damas 1964, n° 212), à laquelle Abū Saʿd répondit par un poème ¶ en - rā̦ʾ qui était assez célèbre de son temps. A la suite de cet incident, les Banū Mak̲h̲zūm auraient fe…

Rāṇā Sāṇgā

(396 words)

Author(s): Réd.
(régna 915-35/1509-28), souverain rād̲j̲pūt du royaume de Mēwāŕ [ q.v.], aux limites du Rād̲j̲āsthān et de Mālwā, ayant sa capitale à Čitawŕ. Il fut l’adversaire farouche des souverains musulmans de l’Inde septentrionale et occidentale ¶ dans les années qui précédèrent la fondation de l’empire mug̲h̲al par Bābur. Sous son règne, Mēwāŕ devint une des grandes puissances de l’Inde. Au cours des quinze premières années de son règne, il consolida son pouvoir à l’intérieur de Mēwāŕ et renforça sa position vis-à-vis de ses voisins musulmans. La réaction du ma…

Īl

(1,194 words)

Author(s): Réd.
, orthographe arabe du mot turc Il, plus correctement Él, qui a connu une large évolution sémantique (voir Radloff, Versuch ..., I, 803-5, 1471). 1. On le rencontre souvent dans les inscriptions de l’Orkhon, et V. Thomsen en donne la signification suivante: « un peuple ou une réunion de peuples considérés comme formant un tout indépendant et organisé et ayant à sa tête un kagan » ( Inscriptions de l’Orkhon déchiffrées, Helsingfors 1896, 135); il s’agit donc, approximativement, d’un « empire ». Dans ce sens, il se présente souvent avec le mot budun (? lire boδun) «confédération de tribus »…

Ḳubbe Wezīri

(118 words)

Author(s): Réd.
(t.) «vizir de la Coupole», était le nom donné, sous les Ottomans, aux membres du Dīwān impérial ( dīwān-i hümāyūn [ q.v.]) qui se réunissaient plusieurs matinées par semaine autour du grand-vizir, dans la salle du Palais de Topkapi̊ appelée Ḳubbe alti̊ parce qu’elle est surmontée d’une coupole. Les ḳubbe wezīrleri étaient les ḳāḍī-ʿaskers [ q.v.] de Roumélie et d’Anatolie, le ḳāḍī d’Istanbul, le defterdār [voir Daftardār], le nīs̲h̲ānd̲j̲i̊ [ q.v.], les ag̲h̲as des Janissaires, le commandant de la cavalerie et, quand il se trouvait dans la capitale, le ḳapudan pas̲h̲a [ q.v.]. Cette i…

al-Ḏj̲awād al-Iṣfahānī

(320 words)

Author(s): Réd.
, Abū Ḏj̲aʿfar Muḥammad b. ʿAlī (portait en outre le surnom honorifique de Ḏj̲āmal al-dīn), vizir des Zengides; après avoir reçu de son père une éducation soignée, il obtint de très bonne heure une situation officielle dans le dīwān al-ʿarḍ du sultan sald̲j̲ūḳīde Maḥmūd. Par la suite, il devint un des amis les plus intimes de Zengī, qui lui donna le gouvernement de Naṣībīn et d’al-Raḳḳa et lui confia la haute surveillance sur tout son empire. Après l’assassinat de Zengī, il fut bien près de partager le sort de son maître, mais il réu…

al-Siyālkūtī

(180 words)

Author(s): Réd.
, ʿAbd al-Ḥakīm b. S̲h̲ams al-dīn (m. 1067/1657), conseiller de l’empereur mughal S̲h̲āh Ḏj̲ahān (r. 1037-68/1628-58 [ q.v.]), savant polyvalent et célèbre auteur de gloses ( ḥawās̲h̲ī, sg. ḥās̲h̲iya) sur un grand nombre de manuels populaires. Beaucoup existent en imprimé ancien et en lithographie, et un grand nombre a été reproduit récemment. Dans les imprimés non-indiens, son nom apparaît parfois déformé en al-Siyalkūtī ou al-Silkūtī. Les ouvrages sur lesquels il écrivit des ḥawās̲h̲ī sont notamment: 1) le Tafsīr d’al-Bayḍāwī (m. 685/1286 ou plus tard [ q.v.]); 2) le commentai…

Buhlūl

(507 words)

Author(s): Réd.
al-Mad̲j̲nūn al-Kūfī, nom d’un dément d’al-Kūfa dont nous avons la première attestation dans le Bayān (éd. Hārūn, II, 230-1) d’al-Ḏj̲āḥiẓ, qui le présente comme un simple d’esprit en butte aux brimades des passants et précise qu’il était s̲h̲īʿite ( yatas̲h̲ayyaʿ). Peut-être rencontra-t-il Hārūn al-Ras̲h̲īd à al-Kūfa en 188/804 ainsi que le rapporte Ibn al-Ḏj̲awzī ( al-Ad̲h̲kiyaʾ, éd. 1277, 180 sqq.; voir JRAS, 1907, 35) et lui adressa-t-il même des remontrances (al-S̲h̲aʿrānī, Ṭabaḳāt, 58), mais il est certain que la légende, dès le IVe/Xe siècle et peut-être même avant, s’e…

Müfettis̲h̲

(116 words)

Author(s): Réd.
(t.), forme turco-ottomane de l’arabe mufattis̲h̲, litt. «quelqu’un qui cherche, examine». Dans ¶ le système légal ottoman du XIIe/XVIIIe siècle, il y avait, en-dessous des Grands Mollās [voir Mollā], un niveau de cinq juges appelés müfettis̲h̲ dont le devoir était de surveiller et examiner la manière dont les ewḳāf (ou fondations pieuses) impériales étaient dirigées. Trois d’entre eux résidaient à Istanbul, un à Edirne et un à Bursa (voir Gibb et Bowen, II, 92). Au XIXe siècle, et avec l’introduction des réformes des Tanẓīmāt [ q.v.], müfettis̲h̲ désignait les surveillants et in…

al-Hilālī

(272 words)

Author(s): Réd.
, Abū l-ʿAbbās Aḥmad b. ʿAbd al-ʿAzīz b. Ras̲h̲īd al-Sid̲j̲ilmāssī, savant marocain qui devait sa nisba à Ibrāhīm b. Hilāl (m. 903/1497; voir Brockelmann, S II, 348), ancêtre d’une famille d’intellectuels de Sid̲j̲ilmāssa. Né dans cette ville en 1113/1701, il y fit ses premières études, les poursuivit à Fās, puis retourna au Tāfilālt, où il forma de nombreux élèves. Il obtint en outre des id̲j̲āzas d’érudits orientaux à l’occasion de deux pèlerinages. Il mourut à Madag̲h̲ra (Tāfilālt) le 21 rablʿ I 1175/20 octobre 1761. Al-Hilālī doit sa renommée à la qualité de son enseignemen…

Mutaḳārib

(60 words)

Author(s): Réd.
(a.), nom du XVe mètre de la métrique arabe [voir ʿArūḍ] comprenant, dans chaque hémistiche, quatre pieds constitués d’une brève et de deux longues ( faʿūlun). Un certain nombre de licences sont prévues, notamment la suppression du quatrième pied, l’abrègement, voire le retranchement de la troisième syllabe d’un pied, etc. (Réd.) Bibliography M. Ben Cheneb, Tuḥfat al-adab 3 Paris 1954,87-93.

ʿAmmāriyya

(79 words)

Author(s): Réd.
, confrérie religieuse algérienne, qui doit son nom à Ammār Bū Senna, né vers 1712; le tombeau de c dernier se trouve à Bū Ḥammām, dans la province de Constantine, où l’ordre possède aussi sa maison-mère ( zāwiya). En réalité, la confrérie ne fut créée qu’en 1822, par al-Ḥād̲j̲d̲j̲ Mubārak (Embārek) al-Mag̲h̲ribῑ al-Buk̲h̲ārī. D’après Depont et Coppolani, Les Confréries religieuses musulmanes, Alger 1897, 356-57, l’ordre comptait, à la fin du XIXe siècle, 26 zā wiyas et 6435 membres. (Réd.)

al-Arrad̲j̲ānī

(166 words)

Author(s): Réd.
, Nāṣiḥ al-dīn Abū Bakr Aḥmad b. Muḥammad al-Anṣārī, poète arabe né à Arrad̲j̲ān en 460/1067, m. en 544/1149-50 à Tustar ou à ʿAskar Mukram. Des études religieuses, faites notamment à la Niẓāmiyya d’Iṣfahān, lui permirent d’être nommé ḳāḍī de Tustar, mais il s’adonna de bonne heure à la poésie qu’il considéra comme un gagne-pain et adressa, en particulier au calife ʿabbāside al-Mustaẓhir, des panégyriques en forme de ḳaṣīda, avec le nasīb traditionnel. Bien que certains critiques apprécient son œuvre, al-Arrad̲j̲ānī doit être considéré comme un versificateur sans envergure. Son dīwān…

Ādarrāḳ

(362 words)

Author(s): Réd.
, nom d’une famille de « médecins » berbères, dont l’ancêtre, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad (m. 1070/1659-60) quitta le Sous pour s’établir à Fās; ce devait être un pur empirique qui obtenait cependant des résultats appréciables. Ibn S̲h̲aḳrūn [ q.v. au Suppl.] fut l’élève d’un Aḥmad b. Muḥammad Ādarrāḳ qui était probablement le fils du précédent, mais le membre de la famille le plus connu est le fils de cet Aḥmad, Abū Muḥammad ʿAbd al-Wahhāb b. Aḥmad (né vers 1077/1666, m. le 28 ṣafar 1159/22 mars 1746), qui fui attaché à Mawlāy Ismāʿīl (1082-1139/1672-1727). ʿAbd al-Wahhāb …

Ibn (al-) Zabīr

(324 words)

Author(s): Réd.
, Abū Kat̲h̲īr ʿAbd Allāh b. (al-) Zabīr b. al-As̲h̲yam al-Asadī, poète arabe du Ier/VIIe siècle. Il se fit le panégyriste des Umayyades locaux et chanta particulièrement, d’une façon tout à fait classique, Asmāʾ b. Ḵh̲ārid̲j̲a; mais il n’hésita pas à adresser des louanges aux Zubayrides après que Muṣʿab b. al-Zubayr, qui s’était emparé de Kūfa, l’eut traité avec indulgence alors que ses partisans l’avaient arrêté; c’est pour ainsi dire à titre privé qu’il composa un hid̲j̲āʾ contre ʿAbd Allāh b. al-Zubayr qui avait maltraité son propre frère ʿAmr, ami du poète. D’après l’ Ag̲h̲ānī, ses …

Dubdū

(765 words)

Author(s): Réd.
(orth. courante Debdou; pron. usuelle: Dəbdu, ethn. dəbdūbī, pl. dbādba), petite ville du Maroc oriental, à 1100 m. d’alt., «au pied du flanc droit de la vallée» de l’oued Dubdū «qui s’élève en muraille perpendiculaire à 80 m. au-dessus du fond»; sur un plateau voisin, se dresse la forteresse ( ḳaṣba [ ḳaṣaba]) bordée d’un fossé du côté de la montagne; sur le flanc gauche de la vallée s’étend un faubourg nommé Mṣəllā. Dépendant de la ʿamāla (sous l’administration du Protectorat français, de la région) d’Oujda, elle est le centre de la tribu des Ahl Dubdū (6 599 âmes en …

al-Muʿtazila

(100 words)

Author(s): Réd.
, nom donné par al-Masʿūdī ( Murūd̲j̲, § 1226) à un groupe de quatre sous-sectes s̲h̲īʿites extrémistes ( g̲h̲ulāt). Cet auteur divise les g̲h̲ulāt en deux catégories comportant chacune quatre subdivisions: d’une part, les Muḥammadiyya [ q.v.] également connus sous l’appellation de Mīmiyya (initiale ¶ de Muḥammad) et, d’autre part, les Muʿtazila ou ʿAlawiyya (et var.). Ces derniers déifient aussi Muḥammad et ʿAlī, mais ils inversent la hiérarchie, placent ʿAlī en tête (d’où leur nom de ʿAyniyya), font de Muḥammad l’envoyé de son gendre et…

Ḥayfā

(2,170 words)

Author(s): Réd
(moderne Haifa), port au pied du Mont Carmel. Ce nom ne figure pas dans la Bible, mais il apparaît fréquemment dans le Talmud et dans les sources juives postérieures, et il est mentionné par Eusèbe sous la forme Èφα. Dans les premiers siècles de la domination musulmane, Haifa fut éclipsée par ʿAkkā [ q.v.] et elle est décrite pour la première fois par Nāṣir-i Ḵh̲usraw, qui s’y trouvait en 438/1046. Il parle des palmeraies et des nombreux arbres de ce village ( dih) et mentionne les sables voisins de l’espèce utilisée par les orfèvres persans et appelés par eux sable makhī. Il trouva aussi des …

Udaypūr

(118 words)

Author(s): Réd,
, Udaipur, nom le plus récent utilisé habituellement pour la région du Sud-ouest du Rād̲j̲āsthān connue à l’époque de l’Inde musulmane sous le nom de Mēwāŕ et également celui de sa ville principale, fondée de fait en 966/1599. Pour cet État rād̲j̲pūt, qui ne cessa de s’opposer aux Musulmans depuis le VIIIe/XIVe siècle jusqu’à sa conquête par le Mogol Akbar à la fin du Xe/XVIe siècle, voir Mēwāŕ. L’État National d’Udaypūr qui lui succéda au sein de l’Inde britannique passa ensuite dans la première Union du Rajasthan en avril 1948, et forme actuellement un Distri…

Ibn G̲h̲ānim

(206 words)

Author(s): Réd.
, ʿIzz al-dīn ʿAbd al-Salām b. Aḥmad b. G̲h̲ānim al-Maḳdisī al-Wāʿiẓ, auteur d’ouvrages de mystique ou d’édification, dont la vie est mal connue; il serait mort en 678/1279. Le plus célèbre de ses ouvrages est le Kas̲h̲f al-asrār ʿan (al-)ḥikam (al-mūdaʿa fī) l-ṭuyūr wa-l-azhār, publié et traduit par Garcin de Tassy, Les oiseaux et et les fleurs, Paris 1821 (trad. réimprimée en 1876 dans Allégories, récits poétiques, etc.; trad. ail. Peiper, Stimmen aus dent Morgenlande, Hirschberg 1850; texte lith. Caire 1275, 1280, éd. Būlāḳ 1270, 1290; Caire 1280, etc.). On citera également: Ḥall al…

Mad̲h̲hab

(560 words)

Author(s): Réd.
(a., pl. mad̲h̲āhib), nom verbal de d̲h̲. h.b., signifiant ‘chemin, passage où l’on s’en va, manière d’agir, ou de se conduire, conduite que l’on tient’ (Kazimirski, I, 785); en matière de religion, de philosophie ou de droit, etc., ‘secte, opinion, école juridique’; ce terme désigne couramment en matière juridique un des systèmes juridiques reconnus orthodoxes par les sunnites, les Ḥanafites (Abū Ḥanīfa [ q.v.]), les Mālikites (Mālik ibn Anas [ q.v.]), les S̲hāfiʿites (al-S̲hāfiʿī [ q.v.]), les Ḥanbalites (Aḥmad Ibn Ḥanbal [ q.v.]), doctrine ḥanbaliyya, [pour les doctrines, voir Ḥa…

al-Iskāfī

(515 words)

Author(s): Réd.
, Abū Ḏj̲aʿfar Muḥammad b. ʿAbd Allāh, Muʿtazilite de la branche de Bag̲h̲dād originaire de Samarḳand. La date de sa naissance est inconnue, mais on sait qu’il atteignit un grand âge et mourut en 240/854. Au début de sa carrière, il était tailleur, et ses parents l’empêchaient de poursuivre ses études, mais Ḏj̲aʿfar b. Ḥarb [ q.v.] le prit à sa charge et l’initia à l’ Iʿtizāl. Doué d’une vive intelligence, de connaissances étendues et d’une moralité élevée, il jouit de l’estime et du respect d’al-Muʿtaṣim qui semble l’avoir utilisé comme propagandiste de la do…

Ibn al-K̲h̲aṣīb

(252 words)

Author(s): Réd.
, Abū ʿAlī Aḥmad b. Ismāʿīl b. Ibrāhīm b. al-Ḵh̲aṣīb al-Anbārī, kātib et homme de lettres du IIIe/IXe siècle, surnommé Naṭṭāḥa et également connu, comme déjà son grandpère Ibrāhīm (Ibn al-Muʿtazz, Ṭabaḳāt, 92), sous l’appellatif d’al-Ḵh̲aṣībī, par référence à l’ancêtre de la famille, le gouverneur d’Égypte al-Ḵh̲aṣīb b. ʿAbd al-Ḥamīd, dont Abū Nuwās avait chanté les louanges (voir E. Wagner, Abū Nuwās, Wiesbaden 1965, 70 sqq. et index). Souvent confondu avec les vizirs Aḥmad b. al-Ḵh̲aṣīb et son petit-fils Aḥmad b. ʿUbayd Allāh [voir al-Ḵh̲aṣībī], il ne fut que le secrétaire de…

Ibn al-K̲h̲ayyāṭ

(243 words)

Author(s): Réd.
, Abū Bakr Muḥammad b. Aḥmad b. Manṣūr, connu sous le nom d’iBN al-Ḵh̲ayyāṭ, grammairien arabe originaire de Samarḳand, qui vécut à Baṣra et à Bag̲h̲dād. Dans la capitale, on rapporte à son sujet une dispute grammaticale avec al-Zad̲j̲d̲j̲ād̲j̲ (m. 316/928 [ q.v.]). Parmi ses disciples, on nomme Abū l-Ḳāsim al-Zad̲j̲d̲j̲ād̲j̲ī et Abū ʿAlī al-Fārisī. Dans une réponse à Sayf al-dawla, celui-ci se défend d’avoir voulu dénigrer Ibn al-Ḵh̲ayyāṭ (voir Yāḳūt) et il nous apprend que, à un moment donné de sa vie, ce grammairien fut atteint d’une…

Abū l-Ṭamaḥān al-Ḳaynī

(432 words)

Author(s): Réd.
, Ḥanẓala b. al-S̲h̲arḳī. poète arabe muk̲h̲aḍram que l’on compte au nombre des macrobites (al-Sid̲j̲istānī, K. al-Muʿammarīn, éd. I. Goldziher, dans Abhandl. zur arab. Philologie, II, 62, prétend qu’il vécut 200 ans). II menait pendant la d̲j̲āhiliyya une vie de brigand [ ṣuʿlūk [ q.v.]) et de libertin (notamment, à La Mekke, en compagnie d’al-Zubayr b. ʿAbd al-Muṭṭalib), et il ne semble guère s’être amendé après sa conversion à l’Islam. Il aurait été tué à Ad̲j̲nādayn [ q.v.] en 13/634, mais F. Bustānī ( D.M., IV, 408-9) pense qu’il mourut vers 30/651, tandis que l’ Ag̲h̲ānī affirme qu’…

Ayāz

(87 words)

Author(s): Réd.
, l’ amir, seigneur de Hamad̲h̲ān, joua un rôle important dans les luttes qui opposèrent les princes sald̲j̲ūḳides Barkiyāruḳ et Muḥammad, prétendants au trône. Après avoir été, primitivement, du côté de ce dernier, il se rallia, en 494/1100-01, à Barkiyāruḳ et, à la mort de ce dernier, devint l’ atabeg de son fils mineur, Maliks̲h̲āh. Il ne put toutefois se maintenir contre Muḥammad qui le fit traîtreusement assassiner en 499/1105. (Réd.) Bibliography Ibn al-Athīr, X, 199 sqq. Houtsma, Recueil, II, 90 voir aussi Barkiyāruḳ et Muḥammad b. Maliks̲h̲āh.

Muḥammad b. ʿUmar b. Muḥammad, mathéematicien et astronome andalou (m. 447/1056) connu sous le surnom d’Ibn Burg̲h̲ūt̲h̲

(329 words)

Author(s): Réd.
Il est cité parmi les «élèves célèbres» d’Ibn al-Ṣaffār [ q.v.] par Ṣāʿid al-Andalusī, qui le présente en outre comme un bon connaisseur de la grammaire, du Ḳurʾān, du droit theorique et pratique, et apprécie hautement son caractère et sa conduite. Il lui donne comme principaux élèves Ibn al-Layt̲h̲, Ibn al-Ḏj̲allāb et Ibn al-Ḥayy. Le premier, Muḥammad b. Aḥmad, était expert en matière d’arithmétique et de géométrie et se livrait à des observations astronomiques, tout en exerçant les fonctions de ḳāḍī de S̲h̲urriyūn (Surio), dans la région de Játiva. Dans la date de sa mort…

al-Muẓaffar b. ʿAlī

(115 words)

Author(s): Réd.
, officier ( ḥād̲j̲ib) de haut rang au service du seigneur des Baṭāʾiḥ [ q.v.], ‘Imrān b. S̲h̲āhīn [ q.v.], puis maître de la région pendant la seconde moitié du IVe/Xe siècle. Après la mort de ʿImrān, en 369/979, al-Muẓaffar écarta ses fils et mit au pouvoir un petit-fils mineur du nom d’Abū l-Maʿālī (373/983-4). Il exerça pratiquement le pouvoir, tout en utilisant d’autres fantoches de la lignée de ʿImrān, jusqu’à sa mort en 376/986-7, après quoi les Baṭāʾiḥ furent gouvernées par un de ses neveux, avec le titre de Muhad̲h̲…

Edebiyyāt-i Ḏj̲edīde

(49 words)

Author(s): Réd.
, «nouvelle littérature», nom donné à un mouvement littéraire turc associé à la revue T̲h̲erwet-i Fünūn [ q.v.] pendant les années 1895-1901, c’est-à-dire à l’époque où Tewfīḳ Fikret [ q.v.] en était le rédacteur en chef. Voir également Turk, Littérature, et les articles concernant les auteurs intéressés. (Réd.)

al-Būṣirī

(339 words)

Author(s): Réd.
, S̲h̲araf al-dīn abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Saʿīd b. Ḥammād al-Ṣanhād̲j̲ī, poète égyptien d’origine berbère, qui naquit le Ier s̲h̲awwāl 608/7 mars 1212 à Būṣīr [ q.v.], ou près de Dalāṣ (voir Yāḳūt, s.v.) en Haute-Égypte; en effet, on lui connaît également la nisba de Dalāṣī, et l’on dit aussi que l’un de ses parents étant originaire de Dalāṣ et l’autre de Būṣīr, il portait en outre une ¶ nisba composée: al-Dalāṣīrī, mais cette dernière ne fut jamais très courante. Il suivit les leçons du Ṣūfī Abu l-ʿAbbās Aḥmad al-Mursī (m. 686/1287; voir al-S̲h̲aʿrānī, al-Ṭabaḳāt al-kubrā, Caire s.d., …

I̊li̊d̲j̲a

(251 words)

Author(s): RÉd.
, (t.) « source chaude », et bain alimenté par une source chaude (tandis qu’en principe, dans l’usage ottoman, un ḥammām [ q.v.] est un bain dont l’eau est chauffée artificiellement), mot typiquement turc occidental, diminutif (?) de i̊li̊ « chaud » (< i̊li̊g, cité par Maḥmūd Kās̲h̲g̲h̲arī, texte arabe, I, 31 = tr. B. Atalay, I, 31, opposé au « turc » yi̊li̊g, comme exemple de la tendance des Og̲h̲uz à supprimer l’ y initial). Selon ʿĀṣim (traduction turque de Muḥīṭ d’al-Fīrūzābādī, s.v. al-ḥimma, éd. de 1268-72, III, 435; cité dans TTS, I, 349), une source thermale et curative est appelée « i̊li…

al-T̲h̲ag̲h̲rī

(77 words)

Author(s): Réd.
, Abū Saʿīd Yūsuf b. Muḥammad al-Ṭāʾī, commandant ʿabbāside des décennies du milieu du IIIe/IXe siècle dont la nisba professionnelle semble dérivée de ses services aux frontières de Byzance ( t̲h̲ug̲h̲ūr [ q.v.], sing. t̲h̲ag̲h̲r; al-Samʿānī, Ansāb, éd. Ḥaydarābād, III, 136-7, cite deux érudits avec la même nisba, liés respectivement à Tarsus et à Adana). On ne sait rien de lui, si ce n’est qu’il était le commanditaire de son compatriote, le poète ṭāʾī, al-Buḥturī [ q.v.]. (Réd.)

Kanbò

(80 words)

Author(s): Réd.
, Kambō, S̲h̲ayk̲h̲ Ḏj̲amālī, saint sūfī suhrawardī du début du XVe/XVe s., en Inde musulmane; il mourut en 941/1534-5, sous le règne du souverain mog̲h̲ol Humāyūn [ q.v.] et fut enterré à Mihrawlī Son fils Gadāʾī [voir Gadāʾī Kambō, dans Suppl.] dont au cours de sa vie Ḏj̲amālī avait fait son k̲h̲alīfa ou successeur spirituel dans l’ordre suhrawardl, obtint une audience religieuse identique à la cour de Humāyūn, puis à celle d’Akbar. (Réd.) Bibliography Voir celle donnée dans Gadāʾī Kambō.

Ibn S̲h̲aḳrūn

(264 words)

Author(s): Réd.
(pron. S̲h̲uḳrūn) al-Miknāsī, Abū Muḥammad (ou Naṣr) ʿAbd al-Ḳādir b. al-ʿArabī al-Munabbahī al-Madag̲h̲rī. médecin et poète marocain contemporain du sultan Mawlāy Ismāʿīl (1082-1139/1673-1727), qui mourut après 1140/ 1727-8. Il reçut à Fās une éducation traditionnelle, étudia la médecine sous la direction d’Ādarrāḳ [ q.v., au Suppl.] Aḥmad b. Muḥammad, accomplit le pèlerinage et en profita pour suivre des cours de médecine à Alexandrie et au Caire, puis il revint se fixer à Meknès où il fut attaché au service du sultan, mais mena une vie plutôt austère et retirée. A côté d’un comme…

Ḏh̲abīḥa

(71 words)

Author(s): Réd.
désigne l’immolation d’une victime et la victime elle-même. A côté des sacrifices canoniques étudiés dans l’art Ḏh̲abīḥa. il en existe une foule d’autres, occasionnels ( dbīḥa; berbère tarməg̲h̲rust; etc.) auxquels on a fait assez longuement allusion dans l’art. Dam du Supplément. Sur les sacrifices sanglants qui étaient pratiqués avant l’Islam, voir notamment ʿAtīra, Nad̲h̲r ainsi que J. Chelhod, Le sacrifice chez les Arabes, Paris 1955 et la bibliographie citée. (Réd.)

Alad̲j̲a Dag̲h̲

(61 words)

Author(s): Réd.
«montagne de plusieurs cou- leurs», nom souvent employé pour désigner des montagnes dans les pays de langue turque; c’est par exemple le nom 1) d’une montagne au Sud-ouest de Konya; 2) d’une montagne constituant un éperon du Ḳara Dag̲h̲, dans la partie Sud-est de Kars, près de laquelle les Russes battirent les Turcs le 16 octobre 1877. (Réd.)

Parda-dār

(52 words)

Author(s): Réd.
(p.), littéralement «la personne qui tire le rideau», terme employé au sein des dynasties du monde islamique oriental à partir de l’époque sald̲j̲ūkide comme équivalent de ḥād̲j̲ib ou chambellan, lequel contrôlait l’accès auprès du souverain, ce dernier étant normalement caché aux regards du peuple. Sur cette fonction, voir Ḥād̲j̲ib. (Réd.)

al-K̲h̲āzir

(197 words)

Author(s): Réd.
, affluent de droite du Grand-Zāb [voir Zāb] qui arrose la kūra de Nak̲h̲lā, à l’Est de Mossoul; il était localement appelé Banīs̲h̲ū. C’est sur les rives de ce cours d’eau qu’eut lieu, le 10 muḥarram 67/6 août 686, une bataille décisive entre Ibrāhīm b. Mālik al-As̲h̲tar [ q.v.] et ʿUbayd Allāh b. Ziyād [ q.v.]. Après la défaite subie à ʿAyn Warda [ q.v.], ʿUbayd Allah se dirigea avec son armée vers le ʿIrāḳ, mais il fut intercepté par les troupes d’Ibn al-As̲h̲tar, qui combattait au nom d’al-Muk̲h̲tār [ q.v.]. Selon la tradition, ʿUmayr b. al-Ḥubāb al-Sulamī, qui commandait l’aile …

Wat̲h̲īḳa

(108 words)

Author(s): Réd.
(a.), pl. wat̲h̲āʾiḳ, du verbe wat̲h̲uḳa, «être ferme, assuré», désigne un document qui certifie l’établissement d’une promesse ou d’un acte légal, comme une convention ou un contrat, etc., ou la nomination d’une personne à un poste officiel. Cela devient donc un terme général pour qualifier un document officiel ou légal, ou un formulaire; voir Diplomatique. I, et pour l’usage général du terme, Dozy Supplément, II, 780. En arabe courant, wat̲h̲āʾiḳ est souvent utilisé pour désigner les actes officiels, les archives, conservés dans un dépôt, dār al-wat̲h̲āʾiḳ; les historiens cont…

Saʿid Efendi, puis Pas̲h̲a

(193 words)

Author(s): Réd.
, Meḥmed Čelebizāde, fonctionnaire turc ottoman et Grand Vizir, né à Istanbul à une date inconnue, m. 1174/1761. Il était le fils de l’homme d’Etat et diplomate Meḥmed Yirmisekiz Čelebi Efendi [ q.v.], et accompagna son père dans sa mission diplomatique en France en 1132/1720-1. Après une carrière de secrétaire au Dīwān-i Humāyūn, il fut lui-même envoyé en ambassade en Suède et en France (1154-5/1741-2), et en 1169-1756 devint le Grand Vizir de ʿOt̲h̲mān III [ q.v.] pendant cinq mois et demi. Il termina sa carrière comme gouverneur d’Egypte, puis d’Adana et de Marʿas̲h̲. oü il mourut. Il es…

S̲h̲ehir Ketk̲h̲üdāsi̊

(109 words)

Author(s): RÉD.
(t.), fonctionnaire de l’empire ottoman pré-moderne chargé de fonctions financières et administratives. Son rôle essentiel était de collecter les taxes spécifiques d’une ville ou de ses quartiers (correspondant donc à celui du s̲h̲ayk̲h̲ al-balad en Egypte), tandis que les aʿyān disposaient du fermage dans les zones rurales. Comme pour les aʿyān, l’office de s̲h̲ehir ketk̲h̲üdāsi̊ tendit à devenir héréditaire. Il ouvrait naturellement des perspectives pour pressurer les contribuables. Après s’être maintenu à dater de l’époque de Süleymān le Magnifi…

ʿUt̲h̲mān Diḳna

(53 words)

Author(s): Réd.
b. Abī Bakr al-Sawākinī, orthographié ordinairement Osman Digna, un chef du mouvement de la Mahdiyya soudanaise [ q.v.] dans les années 1880 et 1890. Pour sa carrière voir Bed̲j̲a, I, 1193a et Kasala, IV, 715a, ajouter en biblio. R. Hill, A biographical dictionary of the Sudan, 2Londres 1967, 367-8, 408. (Réd.)

Kayānides

(990 words)

Author(s): Réd.
, dynastie iranienne en majeure partie mythique qui doit son nom au titre de kavi (voir Gr. I. Ph., II, index, s.v.) > pehlévi kay (pl. kayān ou akyān en arabe) porté par des personnages cités, avec quelques variantes, dans la tradition religieuse comme dans la tradition nationale. Cette dynastie a fait l’objet d’une monographie d’A. Christensen, Les Kayānides, Copenhague 1931, à laquelle on renverra le lecteur pour tous les problèmes qu’elle pose aux spécialistes de l’Iran antique. La source principale des historiens et des écrivains musulmans qui en font état est le Kitāb Siyar mulūk …
▲   Back to top   ▲