Search

Your search for 'dc_creator:( "Landau, J.M." ) OR dc_contributor:( "Landau, J.M." )' returned 38 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Taʾmīm

(1,093 words)

Author(s): Landau, J.M.
(a., persan millī kardan, turc devletleştirme), néologismes pour nationalisation (avec probablement en turc l’idée de Verstaatlichung), ce qui sousentend la prise de contrôle par l’État ou l’appropriation des ressources naturelles, des sociétés de service ou des entreprises économiques, aux dépens de particuliers ou de corporations. La raison invoquée, explicitement ou implicitement, étant que la nationalisation est conforme au progrès et au bien public. Le terme fut employé en Europe, au XIXe siècle, en accord avec la philosophie politique et socio-économique qu’…

al-Naḳḳās̲h̲

(1,197 words)

Author(s): Landau, J.M.
Mārūn b. Ilyās (né à Sidon le 9 février 1817, m. à Ṭarsūs le 1er juin 1855) pionnier du théâtre moderne en arabe. Maronite, il appartenait à ce groupe chrétien qui avait déjà commencé à manifester des tendances cosmopolites, particulièrement à Beyrouth, où il résida à partir de 1825 et finit par occuper plusieurs fonctions dans l’administration municipale. Il connaissait bien l’arabe, le turc, l’italien et le français. Comme il faisait du commerce, il accomplit de fréquents voyages et se rendit notamment, en …

Panarabisme

(2,490 words)

Author(s): Landau, J.M.
, idéologie invoquant une union universelle des Arabes ( waḥdat al-ʿ Arab, al- waḥda al-ʿ arabiyya). Les idéologues du panarabisme ont constamment préconisé une telle union sur la base de plusieurs éléments de communauté: (a) la langue et la culture, considérées comme l’expression la plus parfaite de la nation arabe tout entière, et l’un de ses principaux liens avec son passé, y compris le passé islamique; beaucoup d’Arabes ont exprimé leur nationalisme en termes islamiques; (b) l’histoire, préoccupation qui p…

Farmāsūniyya

(1,829 words)

Author(s): Landau, J. M.
(a.), franc-maçonnerie (également, en arabe Firmāsūniyya, Māsūniyya et Bināya ḥurra; en turc, Franmasonluk, Farmasonluk, Masonluk). I. — Dans l’empire ottoman et dans les États qui lui ont succédé. La franc-maçonnerie pénétra dans l’empire par l’intermédiaire de loges (arabe, maḥfil; turc, mahfel, loca) fondées par des Européens; comme beaucoup d’entre elles furent créées sans jouir de l’autorité d’une francmaçonnerie organisée, elles furent souvent éphémères. On signale plusieurs loges à Alep, Izmir et Corfou en 1738, à Alexandrette a…

Abū Naḍḍāra

(399 words)

Author(s): Landau, J.M.
Yaʿḳūb b. Rafāʾīl Ṣanūʿ (ou Jacques Sanua), journaliste et auteur dramatique juif égyptien à la plume prolifique (1839-1912). Il influença indirectement la révolte de ʿUrābī par son enseignement, ses conférences, ses écrits et de courtes pièces satiriques, et en lançant la publication d’ Abū Naḍḍāra Zarḳāʾ («l’homme aux lunettes vertes»), une feuille lithographiée anonyme, ornée de dessins humoristiques, dans le dialecte des fellāḥs égyptiens. Il dut quitter l’Égypte en 1878 pour avoir critiqué le khédive et ses conseillers; mais il contin…

Panturquisme

(2,062 words)

Author(s): Landau, J.M.
, une de ces pan-idéologies nées à la fin du XIXe siècle, qui exprime un intérêt nationaliste très fort pour le bien-être de tous les Turcs et de tous les membres des groupes turciques, reconnaissables par l’usage de langues apparentées, une origine, une histoire et une tradition communes. Il s’adresse principalement au Turcs de Turquie, de Chypre, des Balkans, de l’ex-Union Soviétique, de Syrie, d’Irak, d’Iran, d’Afghanistan et du Turkestan oriental (ou Sinkiang). Le panturquisme doit être distingué du t…

Muʿāhada

(3,805 words)

Author(s): Landau, J.M.
(a.), traité, accord. —1. Epoque ancienne: [Voir ʿAhd; Baḳṭ; Imtiyāzāt]. —2. Époque moderne, ( muʿāhede ou muʿāhedet en turc ottoman; moʿāhede, moʿāhedat en persan et en ourdou). Le terme officiel ottoman pour «traité» était soit muʿāhede, emprunté à l’arabe, soit ʿahd-nāme, emprunté au persan. A l’apogée de la puissance Ottomane, la plupart des traités consistaient dans des proclamations unilatérales, présentées comme l’exprèssion ¶ de la volonté personnelle du sultan pour accorder des privilèges à des États ou à des ressortissants étrangers. Ils étaient généralement appelés ʿa…

Abyaḍ

(680 words)

Author(s): Landau, J. M.
, Georges (né le 5 mai 1880 à Beyrouth, mort au Caire le 21 mai 1959), Syrien chrétien qui devint un des acteurs les plus en vue du théâtre égyptien moderne. Après avoir joué dans des spectacles scolaires, il commença une carrière d’employé de bureau; peu satisfait de cette existence, il partit, en 1898-9, pour l’Égypte, qui était alors le centre du jeune théâtre de langue arabe. A Alexandrie et au Caire, il assista à des représentations théâtrales, aussi bien locales qu’étrangères puis, avec un …

Maktab

(902 words)

Author(s): Landau, J. M.
(a., pl. makātib) était l’une des appellations de l’école islamique traditionnelle, souvent nommée kuttāb [ q. v.; on trouvera sous cette rubrique un bref exposé des emplois de maktab]; il en est de même de maktab en persan et mekteb en turc; en Égypte, les Coptes désignaient également ainsi leurs propres écoles traditionnelles. Par la suite, le même terme en arriva aussi à signifier «école» en général, comme dans le turc ottoman mekteb gemisi «navire-école». En turc ottoman et en arabe, il a été utilisé, surtout au XIXe siècle, pour désigner, dans diverses expressions, quelques-u…

K̲h̲ayāl al-Ẓill

(810 words)

Author(s): Landau, J.M.
«spectre de l’ombre», nom populaire arabe du théâtre d’ombres peut-être importé de l’Asie du Sud-est ou de l’Inde et joué dans les pays musulmans du VIe/XIIe au XXe siècle. Bien que des séances aient encore parfois lieu, de nos jours, durant les longues soirées du jeûne du ramaḍān, ce théâtre a pratiquement disparu du fait du développement de l’instruction, du cinéma et de la télévision. Les seuls textes existants de pièces médiévales du théâtre d’ombres en arabe ont été composées au VIIe/ XIIIe siècle par un ophtalmologue égyptien, Ibn Dāniyāl [ q.v.]; il s’agit de représentations hu…

Panislamisme

(2,698 words)

Author(s): Landau, J.M.
, en arabe: al- Waḥda alislāmiyya, en turc ottoman: Ittiḥād- i̊ Islām, en turc moderne: Islam ittihadi, idéologie visant à l’union de tous les Musulmans en une entité unique, qui restaurerait donc la situation telle qu’elle régnait au début de l’Islam. L’élément religieux de l’unité de tous les Musulmans a été défendu depuis l’époque du Prophète, mais ils s’y est ajouté un aspect politique important au XIXe siècle. L’expression turque a été employée d’un point de vue politique par des écrivains et des journalistes depuis les années 1860, alors que «panislamism…

Nis̲h̲ān

(5,351 words)

Author(s): Landau, J.M. | Pellat, Ch.
(p.), insigne, bannière, sceau (de là: ¶ lettre d’un prince), ou ordre, décoration. Emprunté par le turc ottoman, ce terme signifiait fondamentalement «insigne, marque» et désignait aussi la signature de sultan, ou ṭug̲h̲ra [ q.v.] et, par extension, un document qui la portait (le scribe était alors un nis̲h̲ānd̲j̲i̊ [ q.v], les étendards des Janissaires ou Yeni Čeri [ q.v.], les insignes portés sur les uniformes militaires et autres et, plus tard, les décorations décernées par le sultan. Aux XIXe et XXe siècles, l’arabe littéraire nis̲h̲ān (ou nīs̲h̲ān) avait essentiellement les …

Nis̲h̲ān

(5,193 words)

Author(s): Landau, J.M. | Pellat, Ch.
(p.), means a sign, banner, seal (and hence letter of a prince), or order/decoration. As a loanword in Ottoman Turkish, it basically denoted a sign or mark and also designated the sultan’s signature, or ṭug̲h̲ra [ q.v.] and, by extension, a document bearing it (its scribe was a nis̲h̲ānd̲j̲i̊ [ q.v.]); the standards of the Janissaries or Yeñi Čeri [ q.v.]; the insignia on military, naval and other uniforms; and, ¶ later, decorations bestowed by the sultan. In 19th and 20th century literary Arabic, nis̲h̲ān ( also nīs̲h̲ān ), similarly a loanword, had essential…

Taṣwīr

(5,613 words)

Author(s): Soucek, Priscilla P. | Landau, J. M. | Naef, S.
(a.), nom verbal de la forme II du verbe ṣawwara «former, fabriquer, puis dépeindre, représenter, illustrer». C’est le principal terme utilisé en arabe pour désigner d’une part les arts figuratifs comprenant la peinture, le dessin, les croquis, la gravure et la photographie (à ce propos, voir en 2. ci-dessous) et d’autre part le procédé de leur élaboration. Il est souvent opposé à timt̲h̲āl (sculpture) et synonyme de ṣūra et du plus rare taṣwīra ou de leurs formes respectives au pluriel, ṣuwar et taṣāwīr. Naḳs̲h̲ (A.) et nigār ¶ (P.) sont d’autres synonymes de taṣwīr, largement utilisés…

Masraḥ

(31,037 words)

Author(s): Landau, J.M. | Bencheneb, R. | And, Metin | Bruijn, J.T.P. de | Allworth, E. | Et al.
(a.), “scene”, increasingly employed as “theatre” (in the same sense as “Bühne” in German); frequently synonymous with tiyātrō (from the Italian). 1. In the Arab East. Primarily an artistic and literary phenomenon of the last two centuries, the Arab theatre has its roots in local performances of passion plays [see taʿziya ], marionette and shadow plays [see ḳaragöz ], mimicry and other popular farces, and was affected by the then contemporary (rather than the classical) foreign theatre as well. Although some popular open-air plays…

Mad̲j̲lis

(51,612 words)

Author(s): Ed. | W. Madelung | Rahman, Munibur | Landau, J. M. | Yapp, M.E. | Et al.
(a.), a noun of place from the verb d̲j̲alasa “to sit down” and, by extension, “to sit”, ¶ “to hold a session”; starting from the original meaning of “a place where one sits down, where one stays”, thence “a seat” (J. Sadan, Le mobilier au Proche-Orient médiéval , Leiden 1976, index), the semantic field of mad̲j̲lis is of very wide extent (see the dictionaries of Lane, Dozy, Blachère, etc.). Among the principal derivative meanings are “a meeting place”, “meeting, assembly” (cf. Ḳurʾān, LXVIII, 12/11), “a reception hall (of a ca…

Mad̲j̲lis

(53,565 words)

Author(s): Réd. | Madelung, W. | Rahman, Munibur | Landau, J.M. | Yapp, M.E. | Et al.
(a.), nom de lieu du verbe d̲j̲alasa ¶ «s’asseoir» et, par extension, «siéger», «tenir séance»; à partir du sens primitif de «lieu où l’on s’assoit, où l’on se tient», donc «siège» (J. Sadan, Le mobilier au Proche-Orient médiéval, Leyde 1976, index), le champ sémantique de mad̲j̲lis s’étend très largement (voir les dictionnaires de Lane, Dozy, Blachère, etc.). Parmi les principaux sens dérivés, on retiendra ceux de «lieu de réunion», «réunion, assemblée» (cf. Ḳurʾān, LXVIII, 12/11), «salon de réception (d’un calife, d’un haut dignitaire ou…

Masraḥ

(31,344 words)

Author(s): Landau, J.M. | Bencheneb, R. | And, Metin | Bruijn, J.T.P. de | Allworth, E. | Et al.
(a.), «scène», de plus en plus employé pour désigner le «théâtre» (dans le même sens que Bühne en allemand); fréquemment synonyme de tiyātrō (de l’italien). Phénomène artistique et littéraire qui se manifesta au premier chef dans les deux derniers siècles, le théâtre arabe a ses racines dans des représentations locales de la passion de Ḥusayn [voir Ta ʿziya], les marionnettes et le théâtre d’ombres [voir Ḳaragöz], la mimique et d’autres farces populaires et a été influencé par le théâtre étranger contemporain (plutôt que classique). I. — Orient arabe. Bien que des pièces populaires…
▲   Back to top   ▲