Search

Your search for 'dc_creator:( "Pellat, Ch." ) OR dc_contributor:( "Pellat, Ch." )' returned 652 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

K̲h̲alaf b. Ḥayyān al-Aḥmar

(505 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū Muḥriz (vers 115-180/vers 733-796), rāwiya célèbre de Baṣra. Ses parents, originaires du Farg̲h̲āna et emmenés captifs au ʿIrāḳ, avaient été affranchis par Bilāl b. Abī Burda [voir al-As̲h̲ʿarī] dont Ḵh̲alaf demeura le mawlā. Doué d’une prodigieuse mémoire, ce rāwiya connaissait parfaitement la vie bédouine, la langue, les traditions, les légendes des Bédouins et recueillait toutes les œuvres en vers qui lui étaient proposées, pour les transmettre à ses successeurs. Il aurait été l’élève de ʿĪsā b. ʿUmar et d’Abū ʿAmr ibn al-ʿAlāʾ [ q.vv.], mais il ne se piquait pas de phi…

Ibn Abī ʿAtīḳ

(592 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, appellatif courant de l’arrière-petit-fils du calife Abū Bakr, ʿAbd Allāh b. Muḥammad (= Abū ʿAtīḳ) b. ʿAbd al-Raḥmān b. Abī Bakr, dont on sait seulement qu’il épousa entre autres, après al-Ḥasan et al-Ḥusayn, la fille de Ṭalḥa b. ʿUbayd Allāh, Umm Isḥāḳ, et qu’il menait à Médine une existence oisive, partagée entre les réunions avec des poètes tels que ʿUmar b. Abī Rabīʿa [ q.v.] ou Kut̲h̲ayyir ʿAzza [ q.v.] et la fréquentation des ¶ amuseurs du genre d’As̲h̲ʿab [ q.v.] ou des musiciens et chanteurs comme Ibn ʿĀʾis̲h̲a [ q.v.]. Son appartenance à l’aristocratie ḳurays̲h̲ite lui per…

al-Ḳuṭāmī

(383 words)

Author(s): Bräu, H.H. | Pellat, Ch.
«le Faucon», surnom de plusieurs poètes (dont un des Ḍubayʿa b. Rabīʿa et un autre des Kalb; voir al-Āmidī, Muk̲h̲talif, 166), parmi lesquels le plus connu est ʿUmayr b. S̲h̲uyaym b. ʿAmr qui appartenait probablement aux Ḏj̲us̲h̲am b. Bakr, des Tag̲h̲lib (voir Ibn al-Kalbī-Caskel, Register, 474). A cause d’un de ses vers, il avait été surnommé également Ṣarīʿ al-G̲h̲awām «la victime des belles ». Comme son contribule et oncle maternel(?) al-Ak̲h̲ṭal [ q.v.], il fut impliqué dans les querelles qui opposèrent, au cours de la seconde moitié du Ier/VIIe siècle, les Tag̲h̲lib aux Ḳays ʿ…

Nuṣayb al-Akbar b. Rabāḥ

(874 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū Miḥd̲j̲ān, poète noir de langue arabe qui aurait appartenu, à l’origine, à un Kinānite de Waddān, petite localité proche de Médine (voir al-Masʿūdī, Murūd̲j, index arabe, s.v.); on pourrait cependant supposer qu’il s’agit plutôt du principal centre de l’oasis de Ḏj̲ufra ¶ [ q.v.] qui porte le même nom, car des données concernant la biographie de Nuṣayb le feraient venir d’Afrique. De toute façon, il faut renoncer à préciser son origine, car elle a fait l’objet de trop de spéculations pour qu’il soit possible d’en tirer des certitudes…

G̲h̲urāb

(906 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(a.) «corbeau». Les vocables arabes formés sur les trois consonnes g̲h̲, r et b sont, du fait de la diversité de leurs acceptions (voir LA, TA, Dozy, Suppl.), irréductibles à un radical unique, et il est probable qu’une convergence de termes d’origine différente s’est produite au cours de l’histoire de la langue; ainsi, g̲h̲urāb rappelle trop le latin corvus pour qu’on ne songe pas à autre chose qu’une simple coϊncidence; d’ailleurs, d’anciens philologues arabes considèrent g̲h̲urāb comme indépendant puisqu’ils en font dériver des mots tels que g̲h̲urba, ig̲h̲tirāb, etc. qui impli…

Abū Bakra

(368 words)

Author(s): Houtsma, M.Th. | Pellat, Ch.
(«l’homme à la poulie»), appellatif usuel d’un Compagnon du Prophète du nom de Nufayʿ b. Masrūḥ (?), un ancien esclave abyssin des T̲h̲aḳafites d’al-Ṭāʾif qui, lors du siège de la ville par Muḥammad (en 8/630) rejoignit les Musulmans en se faisant descendre par une poulie, et fut affranchi par le Prophète. Il séjourna ensuite au Yémen et participa à la fondation de Baṣra, où il s’établit et mourut en 51 ou 52/671-2. Après avoir été flagellé par ʿUmar pour avoir témoigné contre al-Mug̲h̲īra b. S̲h̲uʿba [ q.v.] accusé d’avoir commis un adultère, Abū Bakra ne joua aucun rôle politiq…

al-Baṣra

(2,913 words)

Author(s): Pellat, Ch. | Longrigg, S. H.
(en Europe médiévale: Balsora; chez Tavernier: Balsara; orth. europ. moderne: Basra, Basrah, Bassora), ville de Basse-Mésopotamie, sur le S̲h̲aṭṭ al-ʿArab, à 420 km. au Sud-est de Bag̲h̲dād. Au cours des temps, l’emplacement de la ville a quelque peu varié, et l’on peut distinguer: Baṣra la Vieille, aujourd’hui marquée par le village de Zubayr, et Baṣra la Neuve, fondée au XIe/XVIIIe s. à proximité de l’ancienne al-Ubulla [ q.v.] et qui est à l’origine de la ville moderne de Baṣra, à laquelle la découverte de pétrole à l’Ouest de Zubayr imprime un rapide essor. I. — Baṣra jusqu’à la con…

Ibn ʿAbd al-Barr

(405 words)

Author(s): Pellat, Ch.
al-Namarī (al-Numayrī), appellatif d’une famille de savants de Cordoue dont le principal représentant est Abū ʿUmar Yūsuf b. ʿAbd Allāh, né en 368/978. Il fit ses études dans sa ville natale sous la direction de maîtres réputés, entretint des correspondances avec des savants orientaux et parcourut l’Espagne «à la recherche de la science», mais ne se rendit pas en Orient. Considéré comme le meilleur traditionniste de son temps, il brillait également en fiḳh et dans la science des généalogies. D’abord de tendance ẓāhirite et proche à cet égard de son ami Ibn Ḥazm, il …

al-K̲h̲wārazmī

(545 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū Bakr Muḥammad b. al-ʿAbbās, écrivain et poète de langue arabe (323-83/934-93); comme il prétendait que sa mère était la sœur de l’historien al-Ṭabarī, il s’était fabriqué la nisba d’al-Ṭabark̲h̲azī. Né au Ḵh̲wārazm, il y passa sa jeunesse, puis le quitta de bonne heure, mais il est difficile de le suivre dans ses pérégrinations; il semble avoir surtout cherché à se rapprocher des grands de ce monde pour vivre de leurs libéralités, et c’est ainsi qu’on le trouve à Alep, au service de Sayf al-dawla, à Buk̲h̲āra, auprès du v…

Ḏj̲ins

(2,653 words)

Author(s): Pellat, Ch.
est le mot arabe actuellement employé ¶ pour désigner le «sexe », l’adjectif d̲j̲insī correspondant à «sexuel» et l’abstrait d̲j̲insiyya à «sexualité» en même temps qu’à «nationalité». L’aspect juridique des rapports sexuels ayant été examiné à l’art. Bāh et devant encore faire l’objet des articles Nikāḥ et Zinā, on se bornera, dans la présente notice, à des considérations générales sur la vie sexuelle des Musulmans et sur la place qu’elle occupe dans la littérature. La poésie antéislamique, dans la mesure où elle est authentique, fournit la preuve qu’une certaine lib…

al-Ḥaḍr

(854 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, nom arabe de l’ancienne Hatra (Atra, ῎A τραι), située dans le désert, à l’Ouest du T̲h̲art̲h̲ār et à trois petites journées de marche au Sud-ouest d’al-Mawṣil. Les géographes arabes, qui ne connaissent plus exactement l’emplacement de cet ancien centre caravanier et commercial, fournissent quelques détails légendaires sur son antique grandeur. Selon Yāḳūt (II, 282), elle était entièrement bâtie en pierre de taille et possédait 60 grandes tours, dont chacune était séparée de la suivante par neu…

ʿAzzaal-Maylāʾ

(172 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, «ʿAzza à la démarche balancée», célèbre chanteuse et joueuse de luth de Médine, mawlāt des Anṣār, qui mourut probablement avant la fin du Ier/VIIe siècle, après une longue carrière. Élève des chanteurs d’origine persane Sā’ib Ḵh̲ātir et Nas̲h̲īṭ, puis de Rāʾiḳa et Ḏj̲amīla [ q.v.], elle eut à son tour pour élèves quelques-uns des chanteurs les plus renommés, tels Ibn Muḥriz et Ibn Surayd̲j̲ [ q.v.], sans pour cela former, comme Ḏj̲amīla, une véritable école. Contrairement à cette dernière, elle allait donner des récitals dans ¶ les familles aristocratiques, mais elle recevait a…

Abū Sayyāra

(288 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, ʿUmayla b. al-Aʿzal b. Ḵh̲ālid al-ʿAdawanī, personnage de la fin de la d̲j̲āhiliyya qui aurait été le premier à fixer à cent chameaux la composition pécuniaire ( diya) pour un meurtre et le dernier à conduire les pèlerins, soit au départ de ʿArafat ( ifāḍa), soit d’al-Muzdalifa à Minā ( id̲j̲āza), car les sources ne s’accordent pas sur ce point, et les auteurs les plus prudents se contentent d’employer l’expression dafaʿa bī-l-nās. Cet homme, qui doit vraisemblablement sa kunya à sa fonction, privilège de la tribu ḳaysite des ʿAdwān (voir Ibn al-Kalbī-Caskel, Tab. 92 et …

Kaʿb b. Ḏj̲uʿayl al-Tag̲h̲labī

(650 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, poète arabe mineur du ler/VIIe siècle qu’Ibn Sallām ( Tabaḳāt, 485-9) place dans la 3- classe des poètes islamiques. Sa généalogie varie suivant les auteurs (Ibn al-Kalbī-Caskel, Tab. 165, indique sans doute la plus exacte), et sa biographie est fort mal connue. Né probablement dans les premières années de l’hégire, il apparaît à l’époque de la bataille de Ṣiffīn (37/657) dans l’intimité de Muʿāwiya dont il était, comme l’ensemble des Tag̲h̲lib, un ardent partisan. Le conflit avec ʿAlī lui inspira un ce…

Ibn Abī S̲h̲ayba

(454 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū Bakr ʿAbd Allāh b. Muḥammad b. Ibrāhīm ( = Abū Shayba) b. ʿUt̲h̲mān al-ʿAbsī al-Kūfī, traditionniste et historien ʿirāḳien (159-235/775-849) appartenant à une famille ¶ de savants religieux; son grand-père Abū S̲h̲ayba était déjà ḳāḍī de Wāsiṭ, mais il est qualifié de ḍaʿīf (Ibn Ḥad̲j̲ar, Lisān al-Mīzān, VI, 395). Abū Bakr fit ses études à al-Ruṣāfa, voyagea «à la recherche de la science» et mourut à Kūfa après avoir séjourné à Bag̲h̲dād. Il eut de nombreux élèves, parmi lesquels on compte Ibn Mād̲j̲a [ q.v.], et écrivit plusieurs ouvrages dont le Fihrist donne la liste: K. al-Taʾrīk̲…

al-K̲h̲ubzaʾaruzzī

(333 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(plusieurs lectures possibles), Abū l-Ḳāsim Naṣr b. Aḥmad b. al-Maʾmūn, poète populaire de Baṣra, qui mourut probablement en 327/938. Il fabriquait du pain de riz ( k̲h̲ubz aruzz) dans une boutique du Mirbad [ q.v.], où ses biographes le montrent entouré d’un cercle d’admirateurs particulièrement attirés par ses vers de g̲h̲azal sur les éphèbes dont il s’était fait une spécialité. Il ne paraît pas devoir être inclus dans la liste des poètes «contestataires», ni même avoir été enclin, comme tant de ses compatriotes, à attaquer l’honneur d’autrui…

al-Mutanabbī

(4,467 words)

Author(s): Blachère, R. | Pellat, Ch.
, «l’homme qui se donne pour Prophète», surnom sous lequel est communément désigné le poète arabe Abū l-Ṭayyib Aḥmad b. al-Ḥusayn al-Ḏj̲uʿfī (voir dans Ibn Ḵh̲allikān, Wafayāt, Caire 1310, I, 36, deux généalogies discordantes remontant jusqu’à son bisaīeul). Abū l-Ṭayyib naquit à Kūfa en 303/915, dans le quartier des Kinda, de là l’ethnique d’al-Kindī qui lui est parfois donné. Sa famille, très humble, se réclamait du clan yéménite des Ḏj̲uʿfī, et lui-même, sa vie durant, resta convaincu de la supériorité des Arabes du Sud sur ceux du Nord (cf. al-Wāḥidī, S̲h̲arḥ Dīwān al-Mutanabbī, éd…

al-Ḳubba, Ḳubbat al-ʿĀlam

(783 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Ḳ. al-Arḍ, Ḳ. Arīn «la Coupole du monde, de la terre, d’Arīn», expressions qui désignent, chez les astronomes et les géographes musulmans, le centre géographique de la terre ( wasaṭ al-arḍ ) au zénith duquel se trouve la ḳubbat al-samāʾ ou wasaṭ al-samāʾ ; la ḳubbat al-arḍ, définie comme étant équidistante des quatre d̲j̲ihāt ou points caidinaux (cf. par ex. Ibn Rustih, 8; trad. Wiet, 7), est théoriquement située à 90° de chacun des pôles et des méridiens de longitude zéro et 180° passant par les deux extrémités du monde habité (que les longitude…

S̲h̲araf al-dīn Ḳarāḳūs̲h̲

(941 words)

Author(s): Pellat, Ch.
al-Armanī al-Muẓaffarī al-Nāṣirī (et aussi al-Taḳawī et al-G̲h̲uzzī), mamlūk arménien du neveu de Saladin, al-Malik al-Muẓaffar Taḳī al-dīn, qui mena des opérations militaires en Tripolitaine et dans le Sud Tunisien et occupa pendant un certain temps Tripoli, Gabès et d’autres villes. Taḳī al-dīn, qui avait des ambitions personnelles, dut renoncer à entreprendre la conquête de l’Ifrīḳiya, où l’autorité des Almohades n’était pas encore solidement établie, et ce fut son mamlūk qui, très probablement avec l’assentiment de Saladin, tenta l’aventure à partir de 568/11…

al-K̲h̲us̲h̲anī

(647 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. al-ḥārit̲h̲, faḳīh et biographe mālikite originaire de Ḵh̲us̲h̲an, près de Kairouan. Après des études de fiḳh dans cette dernière ville et à Tunis, ¶ il quitta son pays natal vers 311/923, passa par Ceuta où il fut retenu quelque temps pour enseigner (il y aurait aussi corrigé l’orientation de la mosquée) et se rendit en Espagne. Il séjourna dans les Marches, enrichit sa formation juridique auprès, notamment, de Ḳāsim b. Aṣbag̲h̲ [ q.v.] et finit par jouir de la faveur du prince héritier al-Ḥakam, qui le fit nommer ḳāḍī des successions ( mawārīt̲h̲) à Péchina, pu…
▲   Back to top   ▲