Search

Your search for 'dc_creator:( "Réd." ) OR dc_contributor:( "Réd." )' returned 1,359 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

S̲h̲ehir Ketk̲h̲üdāsi̊

(109 words)

Author(s): RÉD.
(t.), fonctionnaire de l’empire ottoman pré-moderne chargé de fonctions financières et administratives. Son rôle essentiel était de collecter les taxes spécifiques d’une ville ou de ses quartiers (correspondant donc à celui du s̲h̲ayk̲h̲ al-balad en Egypte), tandis que les aʿyān disposaient du fermage dans les zones rurales. Comme pour les aʿyān, l’office de s̲h̲ehir ketk̲h̲üdāsi̊ tendit à devenir héréditaire. Il ouvrait naturellement des perspectives pour pressurer les contribuables. Après s’être maintenu à dater de l’époque de Süleymān le Magnifi…

ʿUt̲h̲mān Diḳna

(53 words)

Author(s): Réd.
b. Abī Bakr al-Sawākinī, orthographié ordinairement Osman Digna, un chef du mouvement de la Mahdiyya soudanaise [ q.v.] dans les années 1880 et 1890. Pour sa carrière voir Bed̲j̲a, I, 1193a et Kasala, IV, 715a, ajouter en biblio. R. Hill, A biographical dictionary of the Sudan, 2Londres 1967, 367-8, 408. (Réd.)

Kayānides

(990 words)

Author(s): Réd.
, dynastie iranienne en majeure partie mythique qui doit son nom au titre de kavi (voir Gr. I. Ph., II, index, s.v.) > pehlévi kay (pl. kayān ou akyān en arabe) porté par des personnages cités, avec quelques variantes, dans la tradition religieuse comme dans la tradition nationale. Cette dynastie a fait l’objet d’une monographie d’A. Christensen, Les Kayānides, Copenhague 1931, à laquelle on renverra le lecteur pour tous les problèmes qu’elle pose aux spécialistes de l’Iran antique. La source principale des historiens et des écrivains musulmans qui en font état est le Kitāb Siyar mulūk …

al-Niẓāmiyya, al-Madrasa

(33 words)

Author(s): Réd.
, appellation des établissements d’enseignement sunnite fondés au ʿIrāḳ, en Ḏj̲azīra et en Perse par le grand vizir sald̲j̲ūḳide Niẓām al-mulk [ q.v.]. Voir Madrasa, I. 4 et Nihẓām al-mulk. (Réd.)

Ibn Sūda

(747 words)

Author(s): Réd.
(Sawda), appellatif d’un certain nombre de savants et ḳāḍīs mālikites de Fās appartenant à une famille andalouse émigrée à Tāwda (auj. Fās al-Bālī), à environ 80 krn. au Nord- Nord-ouest de Fās, et portant par conséquent l’ethnique Tāwdī. I Abū l-Ḳāsim ibn Abī Muḥammad Ḳāsim Ibn Sūda al-Murrī al-G̲h̲arnāṭī, m. à Fās le 25 s̲h̲awwāl 1004/22 juin 1596, fut ḳādī de Taza, de Marrākus̲h̲ et de Fās (voir al-Ifrānī, Ṣafwat man intas̲h̲ar, 100; al-Ḳādirī, Nas̲h̲r al-mat̲h̲ānī, I, 34; al-Kattānī, Salwat al-anfās, 19, 61; Lévi-Provençal, Chorfa, index). II. Muḥammad b. Muḥammad Ibn Sūda (m. 107…

Ibrāhīm b. al-As̲h̲tar

(377 words)

Author(s): Réd.
, fils du célèbre Mālik b. al-Ḥārit̲h̲ al-Nak̲h̲aʿī [voir al-As̲h̲tar] et lui-même homme de guerre attaché au parti ʿalide. Il aurait déjà participé à Ṣiffīn [ q.v.] dans les rangs de ʿAlī, mais c’est aux côtés d’al-Muk̲h̲tār b. Abī ʿUbayd [ q.v.] qu’il entre dans l’histoire. En fait, il semble bien avoir hésité à se joindre à cet agitateur, et il fallut que ce dernier forgeât, de l’avis des chroniqueurs eux-mêmes, une lettre prétendûment adressée par Muḥammad ibn al-Ḥanafiyya à Ibrāhīm pour que celui-ci acceptât de reconnaître al-Muk̲…

Ḳardā et Bāzabdā

(152 words)

Author(s): Réd.
, anciens districts de Haute-Mésopotamie souvent cités ensemble. Le premier tire son nom de Bēth Ḳardū, le pays des Carduques, devenu Bāḳardā; selon Yāḳūt, s.v., cette forme se trouve «dans les livres», mais les habitants de la région disent Ḳardā. Le district comptait environ 200 bourgs, notamment al-Ḏj̲ūdī et T̲h̲amānīn. et le canton de Faysābūr; il produisait surtout du blé et de l’orge. L’ancien chef-lieu, Ḳardā, ayant perdu de l’importance, fut remplacé par Bāsūrīn. Bāzabdā, de son côté, est le nom d’un district de la région de Ḏj̲azīrat Ibn ʿUmar [voir ibn ʿumar] à l’Ouest du Tig…

Muk̲h̲ārad̲j̲a

(237 words)

Author(s): Réd.
(a.), ainsi que ses synonymes muḳāraʿa, munāhada, musāhama, implique une idée de partage de différents objets effectué de diverses manières entre deux ou plusieurs personnes; mais muk̲h̲ārad̲j̲a employé seul et les autres termes suivis de l’expression bi-l-aṣābiʿ «avec les doigts» désignent tous le jeu de la mourre ou mication (latin micatio, ital. mora). Ce jeu, qui est pratiqué sur le pourtour de la Méditerranée, ainsi qu’en Arabie et en Irak, consiste, pour deux joueurs, à se placer l’un en face de l’autre et, à un signal donné par l’un d’eux,…

al-Wazīr al-Ṣag̲h̲īr

(113 words)

Author(s): Réd,
(a.), terme utilisé dans l’administration fāṭimide pour désigner celui que l’on nommait également le Ṣāḥib al-Bāb, ou Grand Chambellan. Il avait un statut équivalent à celui de l’ Isfahsālār ou Muḳaddam al-ʿAskar, commandant en chef de l’armée, et tous deux traitaient de tous les matières relevant de l’organisation militaire. D’après al-Ḳalḳas̲h̲andī, Ṣubḥ, III, 483, IV, 7-8, il occupait, juste après le wazīr, le second rang dans la hiérarchie civile et pouvait siéger au tribunal des maẓālim [ q.v.] quand le wazīr était occupé ailleurs. (Réd.) Bibliography Voir également W. Björk…

Wayhind

(118 words)

Author(s): Réd,
, la forme que l’on trouve dans les sources médiévales indo-musulmanes pour désigner une ville au Nord-ouest de l’Inde, qui est dans la géographie du Kas̲h̲mīr écrite au XIIe s. par Kalḥana est nommée Udabhānda, où se trouve actuellement l’agglomération de Hund à 9 km. au Nord-est d’Attock [voir At́ak] au Pakistan. Cette cité était la capitale de la puissante dynastie Hindū-S̲h̲āhī(e), des princes indiens qui s’opposèrent à Sebüktigin et à son fils, Maḥmūd de G̲h̲azna à la fin du IVe/Xe s. et au début du Ve/XIe jusqu’à ce que Maḥmūd soit définitivement vainqueur de Rād̲j̲ā Ḏj̲aypāl [voir Hin…

Ḳarā

(236 words)

Author(s): Kramers, J.H. | RÈD
, mot turc signifiant «noir» et, d’une façon générale, «de couleur foncée». Il a d’ordinaire ce sens lorsqu’il constitue le premier élément d’un toponyme: par exemple Ḳarā Āmid (à cause des basaltes noirs sur lesquels est construite la forteresse), Ḳarā Dāg̲h̲ (Montagne Noire, à cause des épaisses forêts qui la couvrent). A côté de ḳarā, on trouve aussi le diminutif ḳarad̲j̲a. Dans les noms de personnes, ḳarā peut indiquer la couleur noire ou foncée des cheveux ou la teinte sombre de la peau; mais on emploie aussi ce terme pour marquer la puissance, et c’est d…

al-ʿUdayd

(78 words)

Author(s): Réd,
, petit village dans le Ḵh̲awr al-ʿUdayd, crique de la côte Sud-est de la péninsule du Ḳaṭar [ q.v.], sur les rives méridionales du Golfe (24° 33′ de lat. N. et 51° 30′ de long. E.). Il est situé dans la région frontalière non définie entre le Ḳaṭar et Abū Ẓaby [ q.v.], qui forme l’une des principautés constituant les Émirats Arabes Unis [voir al-Imārāt al-ʿArabiyya al-Muttaḥida, dans Suppl.] (Réd.) Bibliography Voir celles de Abū Ẓaby et de Ḳaṭar

al-Muṭahhar b. Ṭāhir (ou al-Muṭahhar)al-Maḳdisī

(461 words)

Author(s): Réd.
, Abū Naṣr, auteur, par ailleurs inconnu, d’une encyclopédie «historique» intitulée Kitāb al-Badʾ wa-l-taʾrīk̲h̲ et composée à Bust [ q.v.], vers 355/966, à l’instigation d’un ministre sāmānide anonyme. C’est à Cl. Huart que revient le mérite d’avoir tiré de l’oubli un éloquent témoignage de l’intérêt porté à l’histoire, moins événementielle sans doute que culturelle, de l’humanité, par des Musulmans du Moyen Âge; en effet, il en a publié, d’après un ms. d’Istanbul, le texte arabe et une traduction française (Pari…

Kāmrūp

(91 words)

Author(s): RÉd.
, région de l’Assam [ q.v.] occidental qui marque la limite de la pénétration des armées musulmanes au Nord-est de l’Inde; la conquête ne fut pas suivie d’une implantation importante de Musulmans et, en fait, la région ne fut occupée que durant des périodes limitées. Les rares Musulmans qui y habitent actuellement sont surtout des marchands qui résident dans les villes. Pour l’histoire de la province dans ses rapports avec l’Islam, voir Assam; chez les géographes musulmans (Marwazī, Ḥudūd al-ʿālam), elle est souvent désignée sous le nom de Ḳʾmrwn. (RÉd.)

Maslama b. Muk̲h̲allad

(390 words)

Author(s): Réd.
b. al-Ṣāmit al-Anṣārī, Abū Maʿn (ou Saʿīd ou ʿUmar), Compagnon du Prophète qui prit part à la conquête de l’Égypte et demeura dans le pays avec les troupes musulmanes d’occupation. Très attaché par la suite à la mémoire de ʿUt̲h̲mān b. ʿAffān et hostile à ʿAlī b. Abī Ṭālib, dont il n’avait pas reconnu l’accession au califat (voir al-Ṭabarī, I, 3070), il s’opposa, avec Muʿāwiya b. Ḥudayd̲j̲ [ q.v.], à la venue de Muḥammad b. Abī Bakr [ q.v.], qui, après avoir trempé dans le meurtre du troisième calife, avait été nommé gouverneur d’Égypte, et il est probable qu’il participa…

K̲h̲ābūr

(636 words)

Author(s): RÈD | Réd.
nom de deux rivières: I. Le Grand Ḵh̲ābūr est l’un des principaux affluents de l’Euphrate, dans lequel il se jette à Ḳarḳīsiyā [ q.v.]. Il prend sa source dans les montagnes du Nord de la Mésopotamie, coule dans la plaine mésopotamienne, passe entre le d̲j̲abal ʿAbd al-ʿAzīz et les monts de Sind̲j̲ār, où il prend la direction du Sud qu’il abandonne pour le Sud-ouest dans la dernière partie de son cours. Ses sources, comme celles de ses nombreux affluents, sont principalement en relation avec trois villes importantes: Raʾs al-ʿAyn (Res̲h̲ʿayna des Syriens) au Nord-o…

Ibn ʿAbdūn

(553 words)

Author(s): Réd.
, Abū Muḥammad ʿAbd al-Mad̲j̲īd Ibn ʿAbdūn al-Fihrī, kātib et poète andalou né à Evora. Il attira de bonne heure l’attention du gouverneur de sa ville natale, ʿUmar Ibn al-Afṭas, dont il devint le secrétaire-rédacteur quand ce dernier fut monté sur le trône de Badajoz [voir Baṭalyaws] avec le laḳab d’al-Mutawakkil, en 471/1078 [voir Afṭasides]. Après la chute de la dynastie et la prise de Badajoz en 487/1094 par le général almoravide Sīr b. Abī Bakr, Ibn ʿAbdūn entra au service des Almoravides et fut le kātib de Yūsuf b. Tās̲h̲fīn et de son fils ʿAlī. Il mourut à Evora en 529/1134. Ibn ʿAbdūn, q…

Aḥmed Ḥilmī

(88 words)

Author(s): Réd.
, alias S̲h̲ehbenderzāde, journaliste turc qui se fit connaître après la révolution de 1908 lorsqu’il revint à Istanbul après son exil au Fezzan et fonda un périodique appelé Ittiḥād-i Islām. Il collabora également à Iḳdām, Taṣwīr-i Efkār et ensuite à l’hebdomadaire Ḥikmet [voir Ḏj̲arīda, III], et écrivit un nombre considérable d’ouvrages, dont quelques-uns ont été publiés. Ceux-ci ¶ comprennent une histoire de l’Islam et des livres sur l’ordre des Sanûsis et sur Ibrāhīm Güls̲h̲anī [ qvv.]. Il mourut en 1913. (Réd.) Bibliography Babinger, 397 ʿOt̲h̲mānli̊ müʾellifleri, II, 156-7.

Ḳuṭb al-Dīn-zāde

(163 words)

Author(s): Réd.
, Muḥyī l-dīn Muḥammad b. Ḳuṭb al-dīn Iznīḳī, savant et mystique musulman, né au début du IXe/XVe siècle et fils de Ḳuṭb al-dîn Iznīḳī (m. 821/1418 [ q.v.]), lui-même savant et auteur d’ouvrages de tafsīr et de fik̲h̲ (voir ʿOt̲h̲mānli̊ muʾellifleri, I, 144, version en caractères latins, I, 124-5). Il fut dans sa jeunesse l’élève du célèbre muftī S̲h̲ams al-dīn Muḥammad, Mollā Fanārī (m. 834/1431) [voir Fenārī-Zāde] et, par la suite, il s’intéressa au Sufisme. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, principalement de commentaires, par exemple sur les écrits mys…

Muk̲h̲attam

(70 words)

Author(s): Réd.
(a.), terme souvent appliqué à ¶ des textiles islamiques du Moyen Âge, de la soie aux lainages, et désignant des lignes dessinées dans le tissu et formant des compartiments rectangulaires en damier (Dozy, Suppl., I, 352). Ces tissus paraissent avoir été fabriqués un peu partout dans les pays islamiques; voir R. B. Serjeant, Islamic textiles, material for a history up to the Mongol conquest, Beyrouth 1972, index s.v. (Réd.)
▲   Back to top   ▲