Search

Your search for 'dc_creator:( "Réd." ) OR dc_contributor:( "Réd." )' returned 1,359 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

ʿAmr b. Kirkira

(151 words)

Author(s): Réd.
, Abu Mālik al-Aʿrābī, mawlā des Banū Saʿd qui avait appris la ʿarabiyya dans le désert et s’était établi à Baṣra. Comme sa mère avait épousé Abū l-Baydāʾ [ q.v.], il servait de ¶ rāwiya à ce dernier, mais il doit sa renommée à son incomparable connaissance de la langue arabe puisque, d’après une tradition plusieurs fois citée, il la connaissait tout entière, alors qu’al-Aṣmaʿī ne répondait que du tiers, Abū ʿUbayda (ou al-Ḵh̲alīl b. Aḥmad), de la moitié et Abū Zayd al-Aṇsārī (ou Muʾarrid̲j̲) des deux tiers. Il s’était fait une …

Kalb b. Wabara

(2,802 words)

Author(s): Fück, J.W. | Dixon, A.A. | Réd.
, ancêtre des Banū Kalb qui constituent le groupe le plus puissant des Ḳuḍāʿa [ q.v.]; sa mère, Umm al-Asbuʿ, devait cet appellatif au fait que tous ses fils avaient reçu des noms d’animaux (T. Nöldeke, Neue Beiträge, 75 sqq.). D’après le système généalogique des Arabes (Ibn al-Kalbī, Ḏj̲amharat al-nasab, etc.), les Kalb étaient d’origine yéménite, mais, pour des raisons politiques, ils prétendaient parfois appartenir aux Arabes du Nord et même à Ḳurays̲h̲. I. — Période anté-islamique. A cette époque, leur plus grand chef fut Zuhayr b. Ḏj̲anāb qui jouissait de beaucoup d…

Irāde

(114 words)

Author(s): Réd.
, littérairement «volonté» (A. irāda), terme adopté dans l’usage officiel ottoman depuis 1832 pour désigner des décrets et des ordres émis au nom du sultan. Selon la procédure officielle, les projets de décrets préparés par des ministres et des fonctionnaires devaient être adressés au secrétaire en chef du sultan ( serkātib-i s̲h̲ahriyārī), qui les lisait au sultan et notait ses commentaires. S’il les approuvait, le secrétaire en chef en communiquait alors au grand-vizir le texte qui exprimait la volonté du sultan. Quand la constitution fut entr…

al-Aʿs̲h̲ā

(224 words)

Author(s): Réd.
, «l’héméralope», est le surnom de plusieurs poètes arabes anciens (ils seraient 17; voir al-Āmidī, al-Muʾtalif, I2sqq.; Ag̲h̲ānī, index; L.A., s.v.); chacun d’eux est rattaché à une tribu (Aʿs̲h̲ā Banī Fulān) et, indépendamment du plus célèbre de tous, al-Aʿs̲h̲ā des Bakr (ou des Ḳays) [ q.v.] et d’al-Aʿs̲h̲ā des Hamdān [ q.v.], on retiendra les suivants: — al-Aʿs̲h̲ā des Bāhila (ʿĀmir b. al-Ḥārit̲h̲ b. Riyāḥ), qui est rangé parmi les aṣḥāb al-marāt̲h̲ī par Ibn Sallām, Ṭabaḳāt, éd. S̲h̲ākir, 169, 175 (avec référ.); voir aussi al-Buḥturī, Ḥamāsa, index; Abū Zayd al-Ḳuras̲h̲ī, Ḏj̲amha…

ʿAntarī

(53 words)

Author(s): Réd.
(a.), nom dérivé de ʿAntar [ q.v.] et qui désigne en Égypte: 1) le conteur qui narre la Sῑrat ʿ Antar; 2) un vêtement court porté sous le ḳafṭān. Ce dernier usage, assimilé par étymologie populaire à ʿ antarῑ, dérive du turc entari, mot d’origine grecque. (Réd.) Bibliography Dozy, Suppl. II, 180 et référ, citées.

al-Ṣag̲h̲ānī

(80 words)

Author(s): Réd.
ʿAbd al-Muʾmin b. Ḥasan, adīb du VIIe/XIIIe siècle. On ne le connaît que pour sa mise en vers du recueil de fables animalières originellement traduites en arabe par Ibn al-Muḳaffaʿ [ q.v.], Kalīla wa-Dimna [ q.v.]. Cette version s’intitule Durrat al-ḥikam fī amt̲h̲āl al-Hunūd wa-l-ʿAd̲j̲am, et fut achevée le 20 d̲j̲umādā I 640/15 novembre 1242 (selon le ras. de Vienne), à moins que ce ne fût 25 ans plus tard (selon un autre ms. de Munich). (Réd.) Bibliography Brockelmann, SI, 234-5.

Djambul Djbaev

(306 words)

Author(s): Réd.
, poète populaire kạzak̲h̲ qui, analphabète, représente la tradition poétique orale. Né en 1846 à Semireče, dans une famille nomade, il doit à une montagne son nom de Ḏj̲ambul (Džambul) qui, en son honneur, devait être donné, en 1938, à la ville d’Awliyā Ata [ q.v.] et à un oblast’ du Ḳazak̲h̲istān. Dès son jeune âge, il s’adonna à la musique et au chant, qui lui procurèrent son gagne-pain alors qu’il était encore adolescent; s’inspirant de complaintes populaires, il improvisait souvent des poèmes qu’il chantait en s’accompagnant à la dombrạ; les plus célèbres s’intitulent «la Plain…

Lībiyā

(8,444 words)

Author(s): RéD. | Camps, G. | Laan, R.J.I. ter | Brown, K.L.
, Libye, forme arabe fondée sur l’italien Libia qui vient à son tour du grec ancien Λιβύη/Λιβύα. I. — Nom Ce nom apparaît pour la première fois dans des écrits en égyptien ancien sous la forme RBW ou LBW représentant peut-être Lebu ou Libu. Également connu des anciens Israélites, il figure plusieurs fois dans les derniers livres de l’Ancien Testament sous la forme Lubim; le Léhabim de Genèse, X, 13 peut représenter le même nom. Ce toponyme est passé dans l’usage par l’intermédiaire des Grecs puis des Romains. Dans …

al-ʿAbbās b. Aḥmad b. Ṭūlūn

(437 words)

Author(s): Red.
, fils aîné d’Aḥmad b. Ṭūlūn [ q.v.]. Lorsque ce dernier partit à la conquête de la Syrie, il confia le gouvernement de l’Égypte à al-ʿAbbās qui était destiné à lui succéder, mais ce dernier ne tarda pas à se laisser convaincre de profiter de l’absence de son père pour le supplanter. Averti par le vizir al-Wāsiṭī, Ibn Ṭūlūn prit ses dispositions pour rentrer en Égypte, et son fils, après avoir vidé le Trésor et recueilli des sommes assez considérables, se rendit, avec ses partisans, à Alexandrie, puis …

Sid̲j̲d̲j̲īl

(385 words)

Author(s): V. Vacca-[Réd.]
, appartient au vocabulaire énigmatique du Ḳurʾān, X, 84; XV, 74; CV, 4; la dérivation du persan sang et gil, «pierre» et «argile» proposée déjà par les Arabes ne satisfait pas Horovitz. Il semble désigner des pierres ressemblant à des blocs d’argile, cuite ou séchée, comme cela est corroboré par LI, 33-4 : «afin de lancer sur eux des blocs d’argile marqués de ton Seigneur même». Des commentateurs ajoutent que ces pierres avaient été cuites dans le feu de l’enfer, et l’expression «marqués de ton Seigneur même» (XI…

Ibn ʿĀbidīn

(143 words)

Author(s): Réd.
, désignation usuelle de deux jurisconsultes ḥanafites, qui vécurent en Syrie sur la fin des Ottomans. Le premier, Muḥammad Amīn b. ʿUmar b. ʿAbd al-ʿAzīz b. ʿĀbidīn, né en 1198/1784 à Damas, étudia d’abord le droit s̲h̲āfiʿite, puis le droit ḥanafite dont il devint un des maîtres les plus réputés de son temps; il mourut à Damas en 1258/1842; son ouvrage le plus connu est un commentaire du . Radd al-Muḥtār d’al-Ḥaṣkafī (m. 1088/1677; édité au Caire en 1299 et à Istanbul en 1307). Le second, son fils ʿAlāʾ al-dīn Ibn ʿĀbidīn, se rendit en 1285/1868 à Istanbul où il…

Zanāna

(61 words)

Author(s): Réd.
(p.), couramment Zenana, littéralement «féminin» ou «à l’usage des femmes», d’où l’usage particulier du terme, spécialement en Inde musulmane, pour désigner les quartiers privés de l’habitation réservés aux femmes, équivalent aux mots arabes ḥarīm [ q.v.], ḥaram, et au mot turc ḥaramli̊ḳ. Voir Yule et Burnell, Hobson-Jobson, A glossary of Anglo-Indian words and phrases, 2Londres 1903, 980; et Ḥarīm. (Réd.)

Ḳānūn

(4,094 words)

Author(s): Linant de Bellefonds, Y. | Cahen, Cl. | İnalcık, H | RÉd.
, du grec χανών, a fini par avoir, en arabe, le sens très général de loi et de code (plur. ḳawānīn). Pendant une longue période, qui va de l’époque ʿabbāside jusqu’aux grandes codifications ottomanes des XVe et XVIe siècles, le vocable a surtout désigné les règlements pris par les gouverneurs de province ( wālī), en matière administrative, financière et pénale. I. Droit. En théorie, la s̲h̲arīʿ-a devait régenter toute la vie publique et privée du Musulman, mais comme les ouvrages de fiḳh ne comportent que très peu de dispositions de droit public et que, par ailleurs, le syst…

Muḳanṭarāt

(122 words)

Author(s): Réd.
, terme technique arabe emprunté au Moyen Âge par les astronomes occidentaux, sous la forme almicantarat, pour désigner les cercles parallèles à l’horizon et appelés normalement cercles de hauteur ou parallèles de hauteur. Sur ¶ l’astrolabe plat, la ṣafīḥa porte la projection stéréographique de différents cercles et notamment des muḳanṭarāt [voir Asṭurlāb]. Sur un astrolabe sphérique, seul l’hémisphère visible ( ẓāhir) est généralement doté des cercles de hauteur; ils sont au nombre de 90, mais on peut fort bien n’en marquer qu’un sur trois, sur cinq, etc. L’utilisation des muḳanṭar…

Ibn Ḥayyūs

(231 words)

Author(s): Réd.
, Abū l-Fityān Muḥammad b. Sulṭān b. Muḥammad b. Ḥayyūs al-G̲h̲anawī, poète syrien du Ve/XIe siècle. Né à Damas en çafar 394/décembre 1003, il semble s’être d’abord attaché aux Banū ʿAmmār [voir ʿAmmār] de Tripoli de Syrie, quoique sa présence à Alep soit déjà signalée en 429/1037-8; ses sympathies pour les Fāṭimides d’Égypte lui aliénèrent la faveur des Banū ʿAmmār devenus indépendants et, en 464/1072, il fut appelé à Alep par le Mirdāside [ q.v.] Maḥmūd b. Naṣr (457-67/1065-75) dont il se mit à chanter les louanges; à la mort de, son protecteur, il composa une mart̲h̲iya dans laquelle il…

Adīb Aḥmad Yuknakī

(221 words)

Author(s): RÉd.
(la nisba provient peut-être du village de Yūg̲h̲nāk, au Sud de Tās̲h̲kent), un des plus anciens poètes turcs, du XIIe siècle, auteur du poème didactique en quatrains ʿ Aybat al-ḥaḳāʾiḳ, dédié à un certain Dād Sipāhsālār Beg. Son sujet est parent de celui du poème de Yūsuf Ḵh̲āṣṣ Ḥād̲j̲ib [ q.v.] Kutad̲h̲g̲h̲u Bilig; sa langue se rapproche aussi de celle du Kutad̲h̲g̲h̲u Bilig sans être identique. Le contenu en est, cependant, plus musulman d’esprit, et on y trouve davantage de mots arabes et persans. Il a été édité par Ned̲j̲īb ʿAṣīm, sous le titre Hibet al-Ḥaḳāʾiḳ, Istanbul 1334. (Réd.) Bib…

Ibn ʿUnayn

(437 words)

Author(s): RÉd.
, Abū l-Maḥāsin S̲h̲araf al-dīn Muḥ. b. Naṣr b. ʿAlī b. Muḥ. b. G̲h̲ālib al-Anṣārī, poète satirique né à Damas le 9 s̲h̲aʿbān 549/19 octobre 1154, mort dans la même ville le 20 rabīʿ I 630/4 janvier 1233. Après des études traditionnelles auprès des principaux maîtres de Damas et un séjour au ʿIrāḳ, Ibn ʿUnayn exerça de bonne heure sa verve satirique contre toutes sortes de personnages; il n’épargna même pas Ṣalāḥ al-dīn (Saladin) qui venait de se rendre maître de la ville (570/1174) et en fut bientôt exilé. I…

ʿAdī b. Arṭāt

(257 words)

Author(s): Réd.
al-Fazārī, Abū Wāt̲h̲ila, officier au service des Umayyades qui, de Baṣra, gouverna le ʿIrāḳ de 99 à 101/718-20. Nommé à cette fonction par ʿUmar b. ʿAbd al-ʿAzīz qui venait de révoquer Yazīd b. al-Muhallab, il reçut l’ordre d’appréhender tous les fils d’al-Muhallab, et réussit à s’emparer d’al-Mufaḍḍal, de Ḥabīb, de Marwān et de Yazīd, mais ce dernier s’évada et revint à la charge. ʿAdī leva alors les troupes baṣriennes et fit ¶ creuser un fossé autour de la ville pour empêcher le rebelle d’y pénétrer, mais ces mesures n’eurent aucun effet. Yazīd s’empara en effet…

Rōh

(84 words)

Author(s): Réd.
, nom générique employé par les Pand̲j̲ābīs et les Balūč occidentaux de la région pour désigner la portion de l’Inde du Nord-ouest s’étendant au Sud de Swāt et de Bad̲j̲awr et jusqu’aux Monts Sulaymān à l’Ouest. Son importance dans l’histoire à la fin du IXe/XVe et au début du Xe/XVIe siècles tient à ce que cette région fournit aux sultans lōdīs [ q.v.] beaucoup de leurs partisans afg̲h̲āns. (Réd.) Bibliography Sir Olaf Caroe, The Pathans 550 B.C.-A.D. 1957, Londres 1958, index. Voir aussi Rohilk̲h̲and.

Sayyidi/Sīdī Muḥammad [iii] b. ʿAbd Allāh

(1,504 words)

Author(s): Réd.
, souverain (1171-1204/1757-90) de la dynastie marocaine des ʿAlawides [voir ʿAlawis] et l’un des plus remarquables. Né en 1134/1722, il reçut à la cour l’instruction traditionnelle et, en 1159/1746, son père, Mawlāy ʿAbd Allāh b. Ismāʿīl [ q.v.], le nomma vice-roi ( k̲h̲alīfa) à Marrakech, où il devait laisser la marque d’un grand constructeur et dont il allait pratiquement faire sa capitale, sans pour autant négliger les autres cités du Maroc. Chassé par des tribus hostiles avant d’avoir été en mesure de consolider son pouvoir et d’im…
▲   Back to top   ▲