Search

Your search for 'dc_creator:( "Réd." ) OR dc_contributor:( "Réd." )' returned 1,359 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Maḥalle

(506 words)

Author(s): Réd.
, terme couramment usité dans le langage administratif des Ottomans, pour désigner un quartier de ville. Telles qu’elles sont énumérées dans les registres ottomans [voir Daftar-i Ḵh̲āḳānī]. les maḥalles, sont de diverses sortes, mais, d’une façon caractéristique, elles étaient constituées par une communauté religieuse groupée autour de sa mosquée (de son église ou de sa synagogue) et conduite par son chef religieux. En plus de son lieu de culte, la maḥalle possédait normalement son propre marché, son école et sa fontaine, le tout entretenu par des legs pieux. Dans…

al-Suwaynī

(76 words)

Author(s): Réd.
, Saʿd b. ʿĀlī Bā Mad̲h̲ḥid̲j̲ (m. 857/1453), sayyid ʿalide du Ḥaḍramawt. Il fut l’étudiant de ʿAbd al-Raḥmān Bā ʿAlawī de Tarīm, de la branche Saḳḳāf des sayyids [voir Bā ʿAlawī], et devint à son tour le s̲h̲ayk̲h̲ d’Abū Bakr b. ʿAbd Allāh al-ʿAydarūs, le saint patron d’Aden [voir ʿAdan], m. 914/1508 [voir ʿAydarūs]. C’était ce dernier qui allait composer les manāḳib d’al-Suwaynī. (Réd.) Bibliography Voir R. B. Serjeant, The Saiyids of Hadramawt. Londres 1957.

Sidhpūr

(91 words)

Author(s): Réd.
, localité dans la région Nord-est de la province indienne médiévale du Gud̲j̲arāt [ q.v.], à l’Est de l’actuel Patan. Elle est citée ¶ dans l’histoire des sultans musulmans du Gud̲j̲arāt comme lieu de pèlerinage très vénéré des Hindūs de l’endroit, mais mis au pillage vers 816/1414 par le sultan Aḥmad I b. Tātār Ḵh̲ān, qui y détruisit les temples et imposa la capitation ( ad̲j̲izya) à ses habitants. (Réd.) Bibliography M. Habib et K. A. Nizami (éd.), A comprehensive history of India. V. The Delhi Sultanate (A.D. 1206-1526), Delhi etc. 1970, 853-4.

Muḳaṭṭaʿāt

(116 words)

Author(s): Réd.
(a.) est l’un des noms donnés aux lettres mystérieuses qui sont placées au début de 26 sourates. Sur cette question, voir al-Ḳurʾān, D d. Sous ḳiṭʿa, on a renvoyé à Muḳaṭṭaʿa en songeant aux fragments ou aux extraits d’une œuvre en prose ou en vers effectués par un compilateur ou un anthologue, mais le lecteur trouvera sur ce sujet un ¶ développement très circonstancié sous la rubrique Muk̲h̲tārāt. Enfin, on n’a pas jugé utile de reprendre l’article Ḳiṭʿa de l’ EI1 , parce qu’il concerne essentiellement l’emploi de ce terme dans les sciences mathématiques. A cet égard, le le…

Nad̲j̲ībābād

(164 words)

Author(s): Réd.
, ville de la partie occidentale de la région du Rohilk̲h̲and qui fait partie de l’Etat indien actuel d’Uttar Pradesh; elle est le chef-lieu (29° 37ʹ N., 78° 19ʹ E.) d’un taḥṣīl du même nom dans le district de Bijnor. La ville a été fondée par le général et wazīr afg̲h̲ān des empereurs mug̲h̲als, Nad̲j̲īb al-dawla [ q.v.], qui construisit, en 1168/1755, un fort, Patthagaŕh, à 1 km ½ à l’Est. Mise à sac par les Marāt́hās [ q.v.] en 1186/1772, elle passa deux ans plus tard aux nawwābs d’Awadh [ q.v.] (Oudh). L’arrière petit-fils de Nad̲j̲īb al-dawla, Maḥmūd, participa à la grande révolt…

al-Marwazī

(96 words)

Author(s): Réd.
, Abū l-Faḍl Aḥmad b. Muḥammad al-Sukkarī, poète de Marw qui écrivait en arabe à la fin du IVe/Xe siècle ou au début du Ve/XIe. Al-T̲h̲aʿālibī cite des spécimens de sa poésie allègre et spirituelle, ainsi que d’une intéressante muzdawad̲j̲a dans laquelle des proverbes persans sont rendus en distiques arabes, procédé qui aurait été une de ses activités favorites. (Réd.) Bibliography T̲h̲aʿālibī. Yatīma, Damas 1304/1886-7, IV, 22-5 Caire 1375-7/1956-8, IV, 87-90 C. Barbier de Meynard, Tableau littéraire du Khorassan et de la Transoxiane au IVe siècle de l’hégire, dans JA, 5e série, I (…

Ibn Kīrān

(302 words)

Author(s): Réd.
, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad al-Ṭayyib b. ʿAbd al-Mad̲j̲īd b. ʿAbd al-Salām b. Kīrān (1172-1227/1758-1812), faḳīh et lettré de Fās qui reçut une éducation traditionnelle auprès des savants de la ville et enseigna notamment la rhétorique à de nombreux élèves parmi lesquels figurent Ibn al-Ḥād̲j̲d̲j̲ [ q.v.], (Ḥamdūn), Ibn ʿAd̲j̲ība, al-Kūhin [ q.vv] et le sultan Mawlāy Sulaymān (1205-38/17921823) qui ne cessa de lui marquer son estime en le consultant et en le chargeant, avec d’autres fuḳahāʾ, d’appliquer ses prescriptions. Son œuvre, en grande partie conservée, consiste en…

Tutak

(48 words)

Author(s): Rēd.
, plaine d’Anatolie orientale où coule le Murad Su, le plus méridional des deux bras supérieurs de l’Euphrate, sur une partie de son cours entre Malazgird et Mu§, aujourd’hui dans l’ il ou province de Mu§, de la Turquie moderne; pour plus ample information, voir al-Furāt. (Rēd.)

Léon L’africain

(958 words)

Author(s): Réd.
(Leo Africanus), nom sous lequel est généralement désigné l’auteur de la Descrittione dell’Africa, qui s’appelait à l’origine al-Ḥasan b. Muḥammad al-Wazzān al-Zayyātī (ou al-Fāsī). Né à Grenade entre 894 et 901/1489-95, dans une famille qui dut émigrer au Maroc après la chute de la ville [voir G̲h̲arnāṭa], il fut élevé à Fās, où il reçut une bonne instruction et entra de bonne heure au service du gouvernement. Encore étudiant, il fut employé pendant deux ans à l’hôpital des fous qu’il décrit en détail ( Description, trad. Épaulard, I, 188 [voir Bīmāristān, II]), puis il accompagna à…

Nas̲h̲īṭ

(111 words)

Author(s): Réd.
, chanteur d’origine persane, acquis comme esclave par ʿAbd Allah b. Ḏj̲aʿfar b. Abī Ṭālib [ q. v. ] et actif à Médine dans la deuxième moitié du Ier siècle de l’hégire. Son style persan y eut un grand succès et poussa d’autres chanteurs à l’imiter. Nas̲h̲īṭ lui-même, d’autre part, devait se familiariser avec le style et avec les chansons arabes afin d’élargir son répertoire. Il fut un des maîtres de la ḳayna [ q.v.] ʿAzza al-Maylāʾ et du chanteur renommé Maʿbad b. Wahb [ q.v.]. (Réd.) Bibliography Ag̲h̲ānī 1, IV, 61, 63 VII, 188 XVI, 13 H. G. Farmer, A hislory of Arabian music to the XIIIth century, …

al-G̲h̲azzāl

(372 words)

Author(s): Réd.
, Abu l-ʿAbbās Aḥmad b. al-Mahdī al-G̲h̲azzāl al-Andalusī al-Mālaḳī, secrétaire du sultan du Maroc Sīdī Muḥammad b. ʿAbd Allāh (1171-1204/1757-89) qui lui confia des missions diplomatiques. En 1179/1766, il dirigea en effet une ambassade chargée de négocier avec Charles III d’Espagne un échange de captifs; reçu en grande pompe à Madrid, il put rentrer au Maroc avec une mission espagnole qui conclut avec le sultan un traité de paix et un accord sur l’échange souhaité. En 1182/1768, il fut envoyé à Alger …

Demi̊rbas̲h̲

(108 words)

Author(s): Réd.
, littéralement «tête-de-fer», mot turc désignant les biens meubles et l’équipement appartenant à un bureau, une boutique, une ferme, etc. Dans l’usage ottoman, ce terme était communément appliqué aux articles appartenant à l’État et, plus spécialement, aux meubles, à l’équipement et aux installations des bureaux du gouvernement faisant partie de leur établissement permanent. Le mot demirbas̲h̲ signifie aussi opiniâtre ou entêté, et l’on suppose habituellement que c’était avec ce sens qu’il fut donné par les Turcs au roi Charles XII de Suède. Il est…

Ibn Ḥamādu

(325 words)

Author(s): Réd.
(Ibn ḥammād), Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. ʿAlī b. Ḥammād b. ʿĪsā b. ʿAbī Bakr al-Ṣanhīād̲j̲ī, ḳāḍī et historien berbère apparenté aux Banū Ḥammād [ q.v.] et originaire d’une bourgade proche de leur Ḳalʿa [ q.v.]. Après avoir fait ses études à la Ḳalʿa et à Bougie, il fut ḳāḍī d’Algeciras et de Salé; sauf confusion de la part de l’auteur des Mafāk̲h̲ir al-Barbar (65) qui lui donne la kunya d’Abū l-Ḥasan, il fut aussi ḳāḍī d’Azammūr en 616/ 1219, et mourut en 628/1231. Son Kitāb al-Nubad̲h̲ al-muḥtād̲j̲a fī ak̲h̲bār mulūk Ṣanhād̲j̲a bi-lfrīḳiya wa-Bid̲j̲āya, qui a été utilisé par plusieurs…

Telingāna

(157 words)

Author(s): Réd.
ou Tilang, région du Deccan médiéval, au sud de l’Inde. Le nom provient de telingā, trilingā, faisant référence aux trois lingams de Sīva, région qui fut remarquable pour trois célèbres temples dédiés aux Dieux dans l’Inde ancienne. Cette région s’étend dans la partie Nord-est de ce qui sera plus tard l’État d’Ḥaydarābād et la partie adjacente de Madras, allant jusqu’aux ports de la baie du Bengale et étant limitée au Nord-ouest par le fleuve Godivari au-delà duquel s’étendaient les autres royaumes hindous de Kalinga et d’Orissa. Telingāna est fréquemment cité dans les récits des…

Tahlīl

(111 words)

Author(s): Réd.
(a.), nom d’action de hallala, seconde forme verbale dénominative, avec deux étymologies et deux acceptions très différentes. 1. De hilāl, la nouvelle lune, «la jubilation ¶ exprimée à la vue de la nouvelle lune» [voir Hilāl. I; Talbiya]. 2. De la formule lā ilāha illā llāh, élément premier et principal de la profession de foi islamique ( s̲h̲āhāda [ q.v.]). La forme verbale est ici obtenue par le procédé dit du naḥt («découpage»). Le tahlīl désigne alors renonciation à haute et intelligible voix de la formule en question, qui implique la reconnaissance formelle et ba…

al-Muʾallafa Ḳulūbuhum

(201 words)

Author(s): Réd.
(a), litt. «ceux dont on a gagné les cœurs», expression appliquée aux anciens adversaires du Prophète qui auraient été ralliés à la cause de l’Islam par des dons de 100 ou 50 chameaux pris sur la part revenant à Muḥammad (le cinquième ou k̲h̲ums [ q.v. au Suppl.]) du butin fait à la bataille de Ḥunayn [ q.v.] après la victoire des Musulmans sur la confédération des Hawāzin [ q.v.] et réparti à al-Ḏj̲iʿrāna/al-Ḏj̲aʿirrāna. La liste (donnée par Ibn His̲h̲ām, 880-1, trad. Guillaume, 594-5; al-Wāḳidī, éd. J. M. B. Jones, 939 sqq., trad. Wellhausen, 373 sqq.; cf. al-Ṭ…

Fatā

(211 words)

Author(s): Réd.
, pl. fityān, proprement «jeune homme», a pris en arabe un certain nombre d’acceptions [voir Futuwwa] parmi lesquelles on ne relèvera ici qu’un usage exclusivement andalou. En Espagne musulmane, en effet, les esclaves, eunuques ou non, affectés au service du prince et de sa maison, puis du ḥād̲j̲ib [ q.v.] au moment où ce dernier prend pratiquement les rênes du pouvoir, sont appelés g̲h̲ilmān (sg. g̲h̲ulām [ q.v.]), tandis que ceux d’entre eux qui occupent un rang élevé dans la hiérarchie du palais portent le titre de fatā et que la domesticité tout entière est placée sous les ord…

Ṣād

(913 words)

Author(s): Réd.
, 14e lettre de l’alphabet arabe, transcrit / /; valeur numérique 90, selon l’ordre oriental [voir Abd̲j̲ad]. Définition: dans l’articulation, c’est une sifflante dentale, sourde, vélaire («emphatique»). Comme phonème, le / / est défini par les oppositions / ṣ-s/, / ṣ-ṭ/; ainsi, il est vélarisé et sifflant. Dans la récitation du ḳurʾān, et en général dans une récitation de style élevé, le / / qui se trouve à la fin d’un mot est assimilé au / z/ initial du mot suivant ( -ṣ z > ẓ ẓ), mais la vélarisation peut être retenue ( -ṣ z > -ẓ ẓ-). A l’intérieur d’un mot, le / / est assimilé partiellement à / z/…

Yamīn

(238 words)

Author(s): Réd,
(a.), plur. aymān, aymun, signifie «la main droite», fréquemment utilisé en arabe au sens dérivé de «serment». Dans la vie et les activités des hommes, la main droite est souvent le symbole du pouvoir et de la capacité à accomplir une action. Le mot arabe yamīn a les connotations de fortune et de prospérité alors que le terme plus général de yad «main» occupe un champ sémantique très vaste, puissance, assistance, santé, efficacité, capacité à mener à bien tel acte. La main droite peut être un élément culturel, ainsi la main de bronze, provenant sans doute…

Zamzama

(128 words)

Author(s): Réd,
(a.) en arabe ancien, «le bruit confus d’un tonnerre lointain ou d’un essaim de mouches» (Kazimirski, I, 1011; Lane 1249b), largement utilisé dans l’histoire des premiers temps de l’Islam pour décrire la récitation par les mages des prières et des écrits zoroastriens et leur intonation, produisant aux oreilles des Arabes un ronronnement indistinct et incompréhensible. Ainsi, dans Ṭabarī, I, on trouve mentionné en 1042 le zamzama des Herbadhs, en 2874 le muzamzim ou adepte du zoroastrisme, et en 2880 zamzama pour désigner les rites zoroastriens et zamāzima pour les mages en général. Le …
▲   Back to top   ▲