Search

Your search for 'dc_creator:( "Réd." ) OR dc_contributor:( "Réd." )' returned 1,359 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Mufaṣṣal

(116 words)

Author(s): Réd.
(a., littéralement «séparé, écarté») en prononciation indo-musulmane mufaṣṣil, d’où la forme anglo-indienne conventionnelle Mofussil, terme informel d’usage administratif anglo-indien, dont l’emploi par les Britanniques est attesté à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, mais qui remonte probablement au temps des Moghols. Le terme indiquait provinces, districts et stations rurales par opposition aux quartiers généraux administratifs d’une Présidence, d’un district ou d’une région, le ṣadr (dans l’usage anglo-indien de la Présidence de Bengale, le Sudder). Ains…

Ibn ʿĀmir

(216 words)

Author(s): Réd.
, Abū ʿUmar ʿAbd Allāh b. ʿĀmīr al-Yaḥṣubī, «lecteur» du Ḳurʾān dont la ḳirāʾa [ q.v.] est comptée au nombre des sept «lectures» canoniques. D’origine sud-arabique, il appartient à la première classe des Tābiʿūn [ q.v.] et a pour garants ʿUt̲h̲mān b. ʿAffān, Abū l-Dardāʾ [ q.v.] et d’autres Compagnons moins célèbres. Établi à Damas, il fut chargé des fonctions de ḳāḍī par al-Walīd b. ʿAbd al-Malik et de chef de la police par Yazīd b. al-Walīd et Ibrāhīm b. al-Walīd; sa «lecture» fut adoptée par les Damascains. Il mourut en 118/736, après avoir eu pour dis…

Ṣadaḳa

(45 words)

Author(s): Réd.
, Banū, nom parfois donné dans les sources arabes médiévales aux princes mazyadides, ou Banū Mazyad [ q.v.] du ʿIrāḳ central. Ce nom dérive du plus célèbre des membres de la lignée, Ṣadaḳa (I) b. Manṣūr (479-501/1086-1108 [ q.v.]). (Réd.) Bibliography Voir celle de Mazyad, Banū.

Ibn

(873 words)

Author(s): Réd.
(a.), fils. Les grammairiens et lexicographes arabes, qui tendent à ramener tous les vocables à trois éléments radicaux, rattachent généralement ibn à un radical * b.n.w. et estiment qu’il provient d’un hypothétique * banawun par chute de la 3e radicale sonante, mais d’autres affirment que le radical est b.n.y. et que le mot ibn vient du verbe banā / yabnī ʿalā «dresser [une tente] sur» et, par extension, «épouser». Il s’agit en réalité d’un vieux bilitère sémitique qui est cependant trilitéralisé dans l’adj. relatif banawī et dans l’abstrait bunuwwa. Le fém. bint, pourvu de l’indice - t d…

Hakkārī

(349 words)

Author(s): Réd.
. nom d’une tribu kurde qui, depuis les temps anciens, a habité les districts montagneux pratiquement inaccessibles au Sud et à l’Est du lac de Van, région appelée par les géographes et historiens arabes Hakkāriyya, du nom de la tribu [voir Kurd] et, de là, nom d’un vilâyet de l’extrême Sud-est de la République Turque moderne (nom actuel: Hakkâri): population (en 1960), 67 766 âmes (région de Turquie dont la population est la plus clairsemée avec une densité de sept habitants seulement au km2); la ville principale est Čölemerik [ q.v.]. Cité par Yāḳūt [s.v.] comme désignant une ville, un district et quelques villages dans la Ḏj̲azīrat Ibn ʿUmar [voir Ibn ʿUmar, Ḏj̲azīrat]. Hakkārī est également mentionné comme toponyme dans un document de la Geniza des débuts du XIIe siècle (S…

ʿAlī-ilāhī

(54 words)

Author(s): Réd.
(«déificateurs de ʿAlī»), appellation vague et populaire de sectes en rapport avec les S̲h̲īʿites extrémistes ( g̲h̲ulāt. [ q.v.]), et en dérivant. En Perse et au Kurdistān, elle s’applique surtout aux Ahl-i Ḥaḳḳ [ q.v.] et aux Ḳi̊zi̊l-bas̲h̲ [ q.v.], mais peut à l’occasion désigner des communautés de moindre importance comme Sarli, S̲h̲abbak [ q.vv.] etc. (Réd.)

al-K̲h̲arāʾiṭī

(165 words)

Author(s): Réd.
, Abū Bakr Muḥammad b. Ḏj̲aʿfar b. Muḥammad b. Sahl al-Sāmarrī, traditionniste et homme de lettres originaire de Surra man raʾā (Sāmarrā; Ziriklī, Aʿlām, VI, 297, le déclare natif de Samarie/Sāmira), qui fut notamment l’élève de ʿUmar b. S̲h̲abba [ q.v.]; en 325/937, il se rendit à Damas où il enseigna le ḥadīt̲h̲ et mourut en 327/939 à ʿAsḳalān (à …

al-Muḥillūn

(139 words)

Author(s): Réd.
(a., de la IVe forme aḥalla), littéralement «ceux qui rendent licite [ce qui est illicite]», expression figurant dans les textes historiques anciens pour désigner les gens qui avaient versé le sang d’al-Ḥusayn b. ʿAlī [ q.v.]; elle fut donc spécialement employé…

al-Lamaṭī

(323 words)

Author(s): Réd.
, ethnique issu de Lamaṭa, quartier de la ville marocaine de Sid̲j̲ilmāssa et porté notamment par deux mystiques: I. Aḥmad al-Ḥabīb b. Muḥammad al-G̲h̲umārī b. Sāliḥ al-Siddīkī (car il fait remonter sa généalogie à ʿAbd al-Raḥmān b. Abī Bakr) al-Sid̲j̲ilmāssī, qui appartenait à la confrérie des S̲h̲ād̲h̲iliyya [ q.v.]; il eut de nombreux élèves parmi lesquels figurent Abū l-ʿAbbās al-Hilālī [voir al-Hilālī, au Suppl.] et son cousin par les femmes, Aḥmad b. al-Mubārak [voir infra]. Il mourut en odeur de sainteté à Sid̲j̲ilmāssa le 4 muḥarram 1165/23 novembre 1751. Bibliography Ḳādirī,…

al-Mug̲h̲ayyabāt al-K̲h̲ams

(151 words)

Author(s): Réd.
(a.) «les cinq mystères, ou choses cachées dans l’invisible», terme technique de la théologie islamique. Ces mystères sont considérés comme connus de Dieu seul, en tant que ressortissant à Sa prescience, et à Sa connaissance préexistante de tous les aspects de la nature et de l’activité humaine (cf. H. Ringgren, Studies in Arabian fatalism, Uppsala 1955, 86 sqq.; voir aussi al-Ḳaḍāʾ wa-l-ḳadar). Ils sont habituellement identifiés aux cinq choses connues de Dieu selon les termes du Ḳurʾān, XXXI, 34: l’heure du Jugement [voir al-Saʿa]; quand tombera l’ondée; ce qui est dans les …

ʿAttābb.Asīd

(127 words)

Author(s): Réd.
b. Abī l-ʿIṣ b. Umayya al-Umawī, Compagnon du Prophète qui se convertit le jour de la prise de la Mekke; peu après, il fut chargé par Muḥammad, pendant la bataille de Ḥunayn (8/629), de gouverner la Mekke, dont il conserva ensuite le gouvernement sous Abū Bakr. Il avait accepté d’épouser Ḏj̲uwayriya bint Abī Ḏj̲ahl pour empêcher ʿAlī b. Abī Ṭālib de donner une coépouse à Fāṭima. La date de sa mort varie entre 13 et 23/634-44. (Réd.) Bibliography Ibn Ḥad̲j̲ar al-ʿAsḳalānī, Iṣāba, n° 5391 Muṣʿab al-Zubayrī, Nasab Ḳurays̲h̲, index Muḥammad b. Ḥabīb, Muḥabbar, index Ṭabarī, index Ibn al-At̲h̲ī…

Idāra

(165 words)

Author(s): Réd.
, terme désignant communément de nos jours en arabe, persan, turc, etc., l’administra-tion. Ce terme semble avoir acquis son sens technique durant la période d’influence européenne. La question de l’administration musulmane est traitée dans les articles sur les départements et les services administratifs (Bāb-i ʿĀlī, Bayt al-Māl, Barīd, Dīwān, Dīwān-i Humāyūn, Ḳalam, Ḳānūn, Rawk, Taḥrīr, etc.); sur les officiers et les fonctionnaires (ʿĀmil, ʿAmīd, Daftardār, Ḥād̲j̲ib, Kâhya, Ḵh̲āzin, Mus̲h̲īr, Mus̲h̲rif, Mustawfī, Nāʾib, Nāhẓir, Raʾīs al-kuttāb, S̲h̲ādd, …

Ḥumayd b. ʿAbd al-Ḥamīd

(152 words)

Author(s): Réd.
al-Ṭūsī, ¶ général ʿabbāside qui fut le principal artisan de la victoire d’al-Maʾmūn sur Ibrāhīm b. al-Mahdī; il mourut empoisonné en 210/825. Sa générosité et son faste ont été chantés par plusieurs poètes, notamment ʿAlī b. Ḏj̲abala [voir al-ʿAkawwak], Ses fils, euxmêmes poètes, mais peu féconds (voir Fihrist, éd. Caire 235), ont été à leur tour des mécènes célébrés en particulier par Abū Tammām et al-Buḥturī. Muḥammad b. Ḥumayd, envoyé contre Bābak [ q.v.] et tué en 214/829, fut pleuré par Abū Tammām, sur le tombeau de qui son frère Abū Nahs̲h̲al fit élever une co…

Rābiṭa

(319 words)

Author(s): Réd.
(a.), terme employé dans al-Andalus pour désigner une enceinte fortifiée, un bastion construit sur le littoral pour dissuader l’ennemi d’attaquer par mer. Ce vocable se substituait, en l’occurrence, à ribāṭ [ q.v.], qui ne s’étendait plus au monastère occupé par des combattants de la guerre sainte, mais était à peu près réduit au sens de d̲j̲ihād [ q.v.] ou remplaçait même g̲h̲āra «coup de main». Dans une rābiṭa, «des volontaires, qui se relayaient périodiquement, assuraient une garde vigilante, tout en pratiquant des exercices spirituels et en s’astreignant à …

Unayf

(84 words)

Author(s): Réd,
b. Dald̲j̲a b. Ḳunāfa al-Kalbī (généalogie complète dans al-Ṭabarī, II, 204, voir également Ibn al-Kalbī-Caskel, I,’tableau 286, II, 572), chef tribal de Kalb en Syrie [voir Kalb b. Wabara], vécut au début du VIIe s. Son fils, Baḥdal, fut le père de Maysūn [ q.v.], l’épouse du calife umayyade Muʿāwiya I et la mère de Yazīd Ier. Elle soutint avec vigueur la cause sufyānide. (Réd.) Bibliography Voir également H. Lammens, Études sur le règne du calife Moʿâwiya Ier , dans MFOB, III (1908), 150.

Fraxinetum

(335 words)

Author(s): Réd.
désignait au moyen âge le village qui s’appelle aujourd’hui La-Garde-Freinet, dans une brèche de la montagne des Maures (département du Var, France). Cette localité n’a sa place dans l’ Encyclopédie de l’Islam que parce qu’elle fut occupée pendant 80 ans par des pirates musulmans venus d’Espagne entre 278 et 281/891-4. Prenant pied dans le golfe de Saint-Tropez, ils occupent une forteresse naturelle (Fraxinet, Freinet) à proximité du village actuel de La-Garde-Fr…

Argān

(112 words)

Author(s): RÉd.
(berb.), arganier ( argania spinosa ou argania sideroxylon), arbre de la famille des sapotacées qui croît sur la côte méridionale du Maroc. Arbuste au bois dur et résistant, il produit un drupe dont l’amande, moulue, fournit une huile assez appréciée; les tourteaux sont donnés au bétail. Le mot est également connu d’une partie des arabophones du Maroc, qui le traitent cependant comme un emprunt. (Réd.) Bibliography Ibn al-Bayṭār, n° 1248 L. Brunot, Textes arabes de Rabat, II, Glossaire, Paris 1952, 6-7 V. Monteil, Contribution à létude de la flore du Sahara occidental, II, Paris 1953…

Raʾs al-ʿĀm

(111 words)

Author(s): Réd.
(a.) désigne le Jour de l’An, litt. «début de l’année», c’est-à-dire le 1er muḥarram. Sur la différence avec Raʾs al-sana, voir Lane, Lexicon, s.v. ʿām. La loi islamique sunnite ne prescrit aucune célébration pour le premier mois de l’année, si ce n’est qu’une journée déjeune volontaire est recommandée le dix [voir ʿĀs̲h̲ūrāʾ]. Cependant, les dix premiers jours du mois sont considérés comme spéc…
▲   Back to top   ▲