Search

Your search for 'dc_creator:( "Réd." ) OR dc_contributor:( "Réd." )' returned 1,359 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Īl

(1,194 words)

Author(s): Réd.
, orthographe arabe du mot turc Il, plus correctement Él, qui a connu une large évolution sémantique (voir Radloff, Versuch ..., I, 803-5, 1471). 1. On le rencontre souvent dans les inscriptions de l’Orkhon, et V. Thomsen en donne la signification suivante: « un peuple ou une réunion de peuples considérés comme formant un tout indépendant et organisé et ayant à sa tête un kagan » ( Inscriptions de l’Orkhon déchiffrées, Helsingfors 1896, 135); il s’agit donc, approximativement, d’un « empire ». Dans ce sens, il se présente souvent avec le mot budun (? lire boδun) «confédération de tribus »…

Ḳubbe Wezīri

(118 words)

Author(s): Réd.
(t.) «vizir de la Coupole», était le nom donné, sous les Ottomans, aux membres du Dīwān impérial ( dīwān-i hümāyūn [ q.v.]) qui se réunissaient plusieurs matinées par semaine autour du grand-vizir, dans la salle du Palais de Topkapi̊ appelée Ḳubbe alti̊ parce qu’elle est surmontée d’une coupole. Les ḳubbe wezīrleri étaient les ḳāḍī-ʿaskers [ q.v.] de Roumélie et d’Anatolie, le ḳāḍī d’Istanbul, le defterdār [voir Daftardār], le nīs̲h̲ānd̲j̲i̊ [ q.v.], les ag̲h̲as des Janissaires, le commandant de la cavalerie et, quand il se trouvait dans la capitale, le ḳapudan pas̲h̲a [ q.v.]. Cette i…

al-Ḏj̲awād al-Iṣfahānī

(320 words)

Author(s): Réd.
, Abū Ḏj̲aʿfar Muḥammad b. ʿAlī (portait en outre le surnom honorifique de Ḏj̲āmal al-dīn), vizir des Zengides; après avoir reçu de son père une éducation soignée, il obtint de très bonne heure une situation officielle dans le dīwān al-ʿarḍ du sultan sald̲j̲ūḳīde Maḥmūd. Par la suite, il devint un des amis les plus intimes de Zengī, qui lui donna le gouvernement de Naṣībīn et d’al-Raḳḳa et lui confia la haute surveillance sur tout son empire. Après l’assassinat de Zengī, il fut bien près de partager le sort de son maître, mais il réu…

al-Siyālkūtī

(180 words)

Author(s): Réd.
, ʿAbd al-Ḥakīm b. S̲h̲ams al-dīn (m. 1067/1657), conseiller de l’empereur mughal S̲h̲āh Ḏj̲ahān (r. 1037-68/1628-58 [ q.v.]), savant polyvalent et célèbre auteur de gloses ( ḥawās̲h̲ī, sg. ḥās̲h̲iya) sur un grand nombre de manuels populaires. Beaucoup existent en imprimé ancien et en lithographie, et un grand nombre a été reproduit récemment. Dans les imprimés non-indiens, son nom apparaît parfois déformé en al-Siyalkūtī ou al-Silkūtī. Les ouvrages sur lesquels il écrivit des ḥawās̲h̲ī sont notamment: 1) le Tafsīr d’al-Bayḍāwī (m. 685/1286 ou plus tard [ q.v.]); 2) le commentai…

Buhlūl

(507 words)

Author(s): Réd.
al-Mad̲j̲nūn al-Kūfī, nom d’un dément d’al-Kūfa dont nous avons la première attestation dans le Bayān (éd. Hārūn, II, 230-1) d’al-Ḏj̲āḥiẓ, qui le présente comme un simple d’esprit en butte aux brimades des passants et précise qu’il était s̲h̲īʿite ( yatas̲h̲ayyaʿ). Peut-être rencontra-t-il Hārūn al-Ras̲h̲īd à al-Kūfa en 188/804 ainsi que le rapporte Ibn al-Ḏj̲awzī ( al-Ad̲h̲kiyaʾ, éd. 1277, 180 sqq.; voir JRAS, 1907, 35) et lui adressa-t-il même des remontrances (al-S̲h̲aʿrānī, Ṭabaḳāt, 58), mais il est certain que la légende, dès le IVe/Xe siècle et peut-être même avant, s’e…

Müfettis̲h̲

(116 words)

Author(s): Réd.
(t.), forme turco-ottomane de l’arabe mufattis̲h̲, litt. «quelqu’un qui cherche, examine». Dans ¶ le système légal ottoman du XIIe/XVIIIe siècle, il y avait, en-dessous des Grands Mollās [voir Mollā], un niveau de cinq juges appelés müfettis̲h̲ dont le devoir était de surveiller et examiner la manière dont les ewḳāf (ou fondations pieuses) impériales étaient dirigées. Trois d’entre eux résidaient à Istanbul, un à Edirne et un à Bursa (voir Gibb et Bowen, II, 92). Au XIXe siècle, et avec l’introduction des réformes des Tanẓīmāt [ q.v.], müfettis̲h̲ désignait les surveillants et in…

al-Hilālī

(272 words)

Author(s): Réd.
, Abū l-ʿAbbās Aḥmad b. ʿAbd al-ʿAzīz b. Ras̲h̲īd al-Sid̲j̲ilmāssī, savant marocain qui devait sa nisba à Ibrāhīm b. Hilāl (m. 903/1497; voir Brockelmann, S II, 348), ancêtre d’une famille d’intellectuels de Sid̲j̲ilmāssa. Né dans cette ville en 1113/1701, il y fit ses premières études, les poursuivit à Fās, puis retourna au Tāfilālt, où il forma de nombreux élèves. Il obtint en outre des id̲j̲āzas d’érudits orientaux à l’occasion de deux pèlerinages. Il mourut à Madag̲h̲ra (Tāfilālt) le 21 rablʿ I 1175/20 octobre 1761. Al-Hilālī doit sa renommée à la qualité de son enseignemen…

Mutaḳārib

(60 words)

Author(s): Réd.
(a.), nom du XVe mètre de la métrique arabe [voir ʿArūḍ] comprenant, dans chaque hémistiche, quatre pieds constitués d’une brève et de deux longues ( faʿūlun). Un certain nombre de licences sont prévues, notamment la suppression du quatrième pied, l’abrègement, voire le retranchement de la troisième syllabe d’un pied, etc. (Réd.) Bibliography M. Ben Cheneb, Tuḥfat al-adab 3 Paris 1954,87-93.

ʿAmmāriyya

(79 words)

Author(s): Réd.
, confrérie religieuse algérienne, qui doit son nom à Ammār Bū Senna, né vers 1712; le tombeau de c dernier se trouve à Bū Ḥammām, dans la province de Constantine, où l’ordre possède aussi sa maison-mère ( zāwiya). En réalité, la confrérie ne fut créée qu’en 1822, par al-Ḥād̲j̲d̲j̲ Mubārak (Embārek) al-Mag̲h̲ribῑ al-Buk̲h̲ārī. D’après Depont et Coppolani, Les Confréries religieuses musulmanes, Alger 1897, 356-57, l’ordre comptait, à la fin du XIXe siècle, 26 zā wiyas et 6435 membres. (Réd.)

al-Arrad̲j̲ānī

(166 words)

Author(s): Réd.
, Nāṣiḥ al-dīn Abū Bakr Aḥmad b. Muḥammad al-Anṣārī, poète arabe né à Arrad̲j̲ān en 460/1067, m. en 544/1149-50 à Tustar ou à ʿAskar Mukram. Des études religieuses, faites notamment à la Niẓāmiyya d’Iṣfahān, lui permirent d’être nommé ḳāḍī de Tustar, mais il s’adonna de bonne heure à la poésie qu’il considéra comme un gagne-pain et adressa, en particulier au calife ʿabbāside al-Mustaẓhir, des panégyriques en forme de ḳaṣīda, avec le nasīb traditionnel. Bien que certains critiques apprécient son œuvre, al-Arrad̲j̲ānī doit être considéré comme un versificateur sans envergure. Son dīwān…

Ādarrāḳ

(362 words)

Author(s): Réd.
, nom d’une famille de « médecins » berbères, dont l’ancêtre, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad (m. 1070/1659-60) quitta le Sous pour s’établir à Fās; ce devait être un pur empirique qui obtenait cependant des résultats appréciables. Ibn S̲h̲aḳrūn [ q.v. au Suppl.] fut l’élève d’un Aḥmad b. Muḥammad Ādarrāḳ qui était probablement le fils du précédent, mais le membre de la famille le plus connu est le fils de cet Aḥmad, Abū Muḥammad ʿAbd al-Wahhāb b. Aḥmad (né vers 1077/1666, m. le 28 ṣafar 1159/22 mars 1746), qui fui attaché à Mawlāy Ismāʿīl (1082-1139/1672-1727). ʿAbd al-Wahhāb …

Ibn (al-) Zabīr

(324 words)

Author(s): Réd.
, Abū Kat̲h̲īr ʿAbd Allāh b. (al-) Zabīr b. al-As̲h̲yam al-Asadī, poète arabe du Ier/VIIe siècle. Il se fit le panégyriste des Umayyades locaux et chanta particulièrement, d’une façon tout à fait classique, Asmāʾ b. Ḵh̲ārid̲j̲a; mais il n’hésita pas à adresser des louanges aux Zubayrides après que Muṣʿab b. al-Zubayr, qui s’était emparé de Kūfa, l’eut traité avec indulgence alors que ses partisans l’avaient arrêté; c’est pour ainsi dire à titre privé qu’il composa un hid̲j̲āʾ contre ʿAbd Allāh b. al-Zubayr qui avait maltraité son propre frère ʿAmr, ami du poète. D’après l’ Ag̲h̲ānī, ses …

Dubdū

(765 words)

Author(s): Réd.
(orth. courante Debdou; pron. usuelle: Dəbdu, ethn. dəbdūbī, pl. dbādba), petite ville du Maroc oriental, à 1100 m. d’alt., «au pied du flanc droit de la vallée» de l’oued Dubdū «qui s’élève en muraille perpendiculaire à 80 m. au-dessus du fond»; sur un plateau voisin, se dresse la forteresse ( ḳaṣba [ ḳaṣaba]) bordée d’un fossé du côté de la montagne; sur le flanc gauche de la vallée s’étend un faubourg nommé Mṣəllā. Dépendant de la ʿamāla (sous l’administration du Protectorat français, de la région) d’Oujda, elle est le centre de la tribu des Ahl Dubdū (6 599 âmes en …

al-Muʿtazila

(100 words)

Author(s): Réd.
, nom donné par al-Masʿūdī ( Murūd̲j̲, § 1226) à un groupe de quatre sous-sectes s̲h̲īʿites extrémistes ( g̲h̲ulāt). Cet auteur divise les g̲h̲ulāt en deux catégories comportant chacune quatre subdivisions: d’une part, les Muḥammadiyya [ q.v.] également connus sous l’appellation de Mīmiyya (initiale ¶ de Muḥammad) et, d’autre part, les Muʿtazila ou ʿAlawiyya (et var.). Ces derniers déifient aussi Muḥammad et ʿAlī, mais ils inversent la hiérarchie, placent ʿAlī en tête (d’où leur nom de ʿAyniyya), font de Muḥammad l’envoyé de son gendre et…

Ḥayfā

(2,170 words)

Author(s): Réd
(moderne Haifa), port au pied du Mont Carmel. Ce nom ne figure pas dans la Bible, mais il apparaît fréquemment dans le Talmud et dans les sources juives postérieures, et il est mentionné par Eusèbe sous la forme Èφα. Dans les premiers siècles de la domination musulmane, Haifa fut éclipsée par ʿAkkā [ q.v.] et elle est décrite pour la première fois par Nāṣir-i Ḵh̲usraw, qui s’y trouvait en 438/1046. Il parle des palmeraies et des nombreux arbres de ce village ( dih) et mentionne les sables voisins de l’espèce utilisée par les orfèvres persans et appelés par eux sable makhī. Il trouva aussi des …

Udaypūr

(118 words)

Author(s): Réd,
, Udaipur, nom le plus récent utilisé habituellement pour la région du Sud-ouest du Rād̲j̲āsthān connue à l’époque de l’Inde musulmane sous le nom de Mēwāŕ et également celui de sa ville principale, fondée de fait en 966/1599. Pour cet État rād̲j̲pūt, qui ne cessa de s’opposer aux Musulmans depuis le VIIIe/XIVe siècle jusqu’à sa conquête par le Mogol Akbar à la fin du Xe/XVIe siècle, voir Mēwāŕ. L’État National d’Udaypūr qui lui succéda au sein de l’Inde britannique passa ensuite dans la première Union du Rajasthan en avril 1948, et forme actuellement un Distri…

Ibn G̲h̲ānim

(206 words)

Author(s): Réd.
, ʿIzz al-dīn ʿAbd al-Salām b. Aḥmad b. G̲h̲ānim al-Maḳdisī al-Wāʿiẓ, auteur d’ouvrages de mystique ou d’édification, dont la vie est mal connue; il serait mort en 678/1279. Le plus célèbre de ses ouvrages est le Kas̲h̲f al-asrār ʿan (al-)ḥikam (al-mūdaʿa fī) l-ṭuyūr wa-l-azhār, publié et traduit par Garcin de Tassy, Les oiseaux et et les fleurs, Paris 1821 (trad. réimprimée en 1876 dans Allégories, récits poétiques, etc.; trad. ail. Peiper, Stimmen aus dent Morgenlande, Hirschberg 1850; texte lith. Caire 1275, 1280, éd. Būlāḳ 1270, 1290; Caire 1280, etc.). On citera également: Ḥall al…

Mad̲h̲hab

(560 words)

Author(s): Réd.
(a., pl. mad̲h̲āhib), nom verbal de d̲h̲. h.b., signifiant ‘chemin, passage où l’on s’en va, manière d’agir, ou de se conduire, conduite que l’on tient’ (Kazimirski, I, 785); en matière de religion, de philosophie ou de droit, etc., ‘secte, opinion, école juridique’; ce terme désigne couramment en matière juridique un des systèmes juridiques reconnus orthodoxes par les sunnites, les Ḥanafites (Abū Ḥanīfa [ q.v.]), les Mālikites (Mālik ibn Anas [ q.v.]), les S̲hāfiʿites (al-S̲hāfiʿī [ q.v.]), les Ḥanbalites (Aḥmad Ibn Ḥanbal [ q.v.]), doctrine ḥanbaliyya, [pour les doctrines, voir Ḥa…

al-Iskāfī

(515 words)

Author(s): Réd.
, Abū Ḏj̲aʿfar Muḥammad b. ʿAbd Allāh, Muʿtazilite de la branche de Bag̲h̲dād originaire de Samarḳand. La date de sa naissance est inconnue, mais on sait qu’il atteignit un grand âge et mourut en 240/854. Au début de sa carrière, il était tailleur, et ses parents l’empêchaient de poursuivre ses études, mais Ḏj̲aʿfar b. Ḥarb [ q.v.] le prit à sa charge et l’initia à l’ Iʿtizāl. Doué d’une vive intelligence, de connaissances étendues et d’une moralité élevée, il jouit de l’estime et du respect d’al-Muʿtaṣim qui semble l’avoir utilisé comme propagandiste de la do…

Ibn al-K̲h̲aṣīb

(252 words)

Author(s): Réd.
, Abū ʿAlī Aḥmad b. Ismāʿīl b. Ibrāhīm b. al-Ḵh̲aṣīb al-Anbārī, kātib et homme de lettres du IIIe/IXe siècle, surnommé Naṭṭāḥa et également connu, comme déjà son grandpère Ibrāhīm (Ibn al-Muʿtazz, Ṭabaḳāt, 92), sous l’appellatif d’al-Ḵh̲aṣībī, par référence à l’ancêtre de la famille, le gouverneur d’Égypte al-Ḵh̲aṣīb b. ʿAbd al-Ḥamīd, dont Abū Nuwās avait chanté les louanges (voir E. Wagner, Abū Nuwās, Wiesbaden 1965, 70 sqq. et index). Souvent confondu avec les vizirs Aḥmad b. al-Ḵh̲aṣīb et son petit-fils Aḥmad b. ʿUbayd Allāh [voir al-Ḵh̲aṣībī], il ne fut que le secrétaire de…
▲   Back to top   ▲