Search

Your search for 'dc_creator:( "Réd." ) OR dc_contributor:( "Réd." )' returned 1,359 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Lālezarī

(167 words)

Author(s): Réd.
, S̲h̲aykh Meḥmed Ṭāhir, ḳādī ottoman, auteur de plusieurs ouvrages de théologie et souvent désigné sous le nom de Ḳādī Meḥmed. La date de sa naissance est inconnue, mais on sait qu’il naquit à Istanbul, et sa nisba renvoie probablement au quartier de Lālezār, près de la mosquée de Fātiḥ. Mollā et müderris, il était ḳādī d’Eyyūb en 1201/1786-7; il mourut le 30 muḥarram 1204/20 octobre 1789, dans sa maison de Rumeli Ḥiṣār. Aucun de ses ouvrages n’a été publié, mais ils existent tous en manuscrit dans des bibliothèques d’Istanbul. Ils comprennent une …

Pand̲j̲hīr

(269 words)

Author(s): Réd.
, nom d’une rivière et de sa vallée dans le Nord-est de l’Afg̲h̲ānistān. La rivière, venant de l’Hindū Kūs̲h̲, coule vers le Sud et se jette dans le Kābul à Sarobi; près du confluent, a été construit, dans les années 1950, un barrage pour alimenter Kābul en eau. La vallée a toujours été un important lieu de passage pour les nomades qui passent l’hiver dans la région de Lāmg̲h̲ānāt-Ḏj̲alālābād [ q.vv.], puis se rendent aux pâturages d’été dans le Badak̲h̲s̲h̲ān [ q.v.]. La localité qui porte le même nom est dominée par une montagne qu’une riche mine d’argent a rendue célèbre e…

Sufyānides

(106 words)

Author(s): Réd.
, la branche de la famille umayyade qui, dans l’Islam primitif, constitua la première et la plus courte lignée de la dynastie, précédant les Marwānides [ q.v.]. Elle tire son nom d’Abū Sufyān b. Ḥarb [ q.v.], dont le fils Muʿāwiya devint calife en 41/661, bientôt suivi par son fils Yazīd I, et le jeune fils de ce dernier Muʿāwiya II, mort en 64/683. C’est alors que la succession fut reprise par la branche parallèle de Marwān b. al-Ḥakam [ q.v.]. Pour l’histoire des Sufyānides, voir Umayyades et les articles sur les souverains de la dynastie; sur le personnage eschatologique du Sufyānī, voir al-Su…

ʿOt̲h̲mānli̊

(48,745 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Kramers, J.H. | Faroqhi, Suraiya | Alpay Tekin, Gönül | Köprülü, M. Fuad | Et al.
, nom d’une dynastie turque, d’origine og̲h̲uze [voir G̲h̲uzz], qui figure dans les sources européennes sous les formes Ottomans (angl. et fr.), Osmanlis (fr.), Osmanen (all.), etc. ¶ I. L’histoire politique et dynastique. II. L’histoire sociale et économique. III. La littérature. IV. La vie religieuse. V. L’architecture. VI. Les tapis et étoffes. VII. La céramique, le travail des métaux et les arts mineurs. VIII. La peinture. IX. La numismatique. I. L’histoire politique et dynastique, —1. Vue générale et chronologie de la dynastie. L’empire ottoman a été l’État islamique le …

(al-)Murtaḍā b. al-ʿAfīf

(220 words)

Author(s): Réd.
(=ʿAfīf al-dīn?) b. Ḥātim b. Muslim al-Maḳdisī al-S̲h̲āfiʿī, auteur d’un ouvrage en arabe sur l’Égypte antique dont la Bibliothèque Mazarine de Paris possédait un ms. du Xe/XVIe siècle aujourd’hui perdu, mais dont subsiste une version française due au traducteur de Makīn [ q.v.], Pierre Vattier (m. 1667) et publiée à Paris, en 1666, sous le titre L’Égypte de Murtadi ftls du Gaphiphe, où il est traité des Pyramides, du débordement du Nil et des autres merveilles de cette Province, selon les opinions et traditions des Arabes. Cette version, traduite à son tour en anglais dès 1672,…

al-Ḥasā

(1,483 words)

Author(s): Vidal, F.S. | Réd.
(ou al-Aḥsāʾ et aussi al-Ḥasāʾ), oasis, ou plus exactement groupe d’oasis en Arabie Séoudite orientale (environ 25° 20’ à 25 40’ N. et 49 30’ à 49 50’ E.). Ce nom a également été employé pour désigner toute la région d’Arabie orientale. La capitale est al-Hufūf [ q.v.], à environ 65 km. du golfe Persique à l’intérieur des terres. Le nom tire son origine de ḥisy, excavation dans un ¶ sol sablonneux qui, ayant un substrat rocheux, retient pendant longtemps les eaux de pluie que l’on peut facilement atteindre en creusant légèrement. L’altitude moyenne de l’oasis est…

al-Dānī

(249 words)

Author(s): Réd.
, Abū ʿAmr ʿUt̲h̲mān b. Saʿīd b. ʿUmar al-Umawī, jurisconsulte mālikite et surtout «lecteur», né à Cordoue en 371/981-2; après avoir accompli, de 397 à 399/1006-8, le pèlerinage à la Mekke et séjourné au Caire, il rentra dans sa ville natale, mais dut bientôt la fuir pour se rendre à Alméria et enfin à Dénia (Dāniya, d’où sa nisba), où il se fixa et mourut en 444/1053. Parmi plus de 120 ouvrages qu’il a composés et qu’il a énumérés lui-même dans une urd̲j̲ūza, on n’en possède plus qu’une dizaine (voir Brockelmann, I, 407, S I, 719), dont deux traitent de questions de grammair…

Ibn Zūlāḳ

(251 words)

Author(s): Réd.
(ou Zawlāḳ), Abū Muḥammad al-Ḥasan b. Ibrāhīm al-Layt̲h̲ī, né en 306/919, mort en 386/996, historien égyptien, auteur de nombreux ouvrages biographiques, historiques et topographiques sur l’Égypte à l’époque des Ik̲h̲s̲h̲īdides et des premiers Fāṭimides. Ces ouvrages, quoique en majorité perdus, servent de base à une grande partie de l’historiographie postérieure se rapportant à cette période. Il aurait continué les travaux d’al-Kindī [ q.v.] sur les gouverneurs et juges d’Égypte et écrit un livre sur une famille de fonctionnaires, les Mād̲h̲arāʾī [ q.v.], et d’autres sur le…

Rukn

(1,064 words)

Author(s): Réd. | Haq, S. Nomanul
(a.), pl. arkān, littéralement «angle (comme dans al-rukn al-yamānī, l’angle Sud-est de la Kaʿba), support, pilier». Le singulier rukn apparaît deux fois dans le Ḳurʾān, XI, 82/80, lorsque Loth cherche l’appui d’un puissant rukn, pilier, c’est à dire d’un chef, ou leader, et LI, 39, où Pharaon et son rukn, c’est-à-dire sa cour, repoussent Moïse. 1. Dans l’usage religieux et juridique. Dans la terminologie juridico-religieuse de l’Islam, on trouve régulièrement le mot dans l’expression arkān al-dīn, ou arkān al-ʿibāda, désignant les «piliers», ou «fondements» de la religio…

ʿI̊tḳnāme

(134 words)

Author(s): Réd.
, ʿi̊ti̊ḳnāme et aussi ʿi̊tāḳnāme, terme ottoman désignant un certificat remis à un esclave affranchi [voir ʿAbd]. Ce document porte normalement le nom et le signalement, ainsi, souvent, que la religion et l’origine ethnique de l’esclave, la date et les circonstances de son affranchissement; il est daté, signé par le propriétaire et des témoins et enregistré. La délivrance de certificats de ce genre remonte aux débuts de l’Islam (exemples dans A. Grohmann, Arabic papyri in the Egyptian library, I, Caire 1934, 61-4; le même, Arabische Papyri aus den Staatlieben. Museen zu Berlin, dans Is…

Ḥāzim

(902 words)

Author(s): Réd.
b. Muḥammad b. (al-) Ḥasan b. Muḥ. b. Ḵh̲alaf b. Ḥāzim al-Anṣari al-Ḳarṭād̲j̲annī, Abü L-Ḥasan, poète, grammairien et théoricien de la rhétorique, né en 608/1211 à Carthagène, dans une famille d’ascendance awsite. Après avoir reçu de son père, qui était ḳāḍī de la ville, une instruction orientée vers la grammaire, la langue arabe, la tradition et le fiḳh mālikite, il poursuivit ses études à Murcie puis à Séville et à Grenade et subit l’influence d’al-S̲h̲alawbīn [ q.v.] qui le poussa à étudier la philosophie grecque à travers les œuvres des philosophes de langue arabe, …

T́hānesarī

(538 words)

Author(s): Réd. | Alvi, Sajida S.
, nisba de trois érudits indomusulmans liés à la ville de T́hānesar [ q.v.] dans le Pand̲j̲āb oriental. 1. Mawlānā Aḥmad, l’un des nombreux disciples du saint čis̲h̲tī Naṣīr al-dīn Maḥmūd b. Yaḥya, appelé Čirāg̲h̲-i Dihlī (m. 737-1336 [ q.v.]), fut réputé pour sa piété et son savoir; il écrivit une célèbre Ḳaṣīda dāliyya. On dit qu’il s’est engagé dans un débat avec un descendant du grand érudit et juriste ḥanafite, ʿAlī b. Abī Bakr al-Marg̲h̲īnānī Dihlī/Delhi, mais il se serait retiré, par la suite, pour enseigner à Kālpī [ q.v.], où il mourut en 820/1412. Bibliography Voir la Biblio. dans El 1…

Is̲h̲tirākiyya

(3,614 words)

Author(s): Réd | Harris, G. S | P. J. Vatikiotis
, d’ is̲h̲tirāk «participation, fait de participer», terme employé en arabe moderne pour désigner le socialisme. Dans ce sens, c’est en turc et au XIXe siècle que ce mot paraît avoir été employé pour la première fois, dans l’expression is̲h̲tirāk-i emwāl «partage de biens», d’où is̲h̲tirākd̲j̲i «socialiste» (subst.) et is̲h̲tirākī «socialiste» (adj.). Le terme, tombé en désuétude en turc, où il a été remplacé par sosyalist, a été adopté par l’arabe et n’a pas tardé à être universellement employé dans les pays de langue arabe. (Réd) I. — Empire ottoman et Turquie. L’intérêt des Turcs po…

S̲h̲akark̲h̲elda

(111 words)

Author(s): Réd.
, village de la province prémoderne de Berār [ q.v.] sur un affluent de la rivière Pegangā. Son principal titre de notoriété est d’avoir été le site de la bataille de 1137/1724 où Niẓām al-mulk Čīn Ḳilič Ḵh̲an [ q.v.] défīt le gouverneur délégué de Ḥaydarābād Mubāriz Ḵh̲an, établissant ainsi en pratique l’indépendance des Niẓāms de Ḥaydarābād par rapport à l’empire mug̲h̲al. Niẓām al-mulk changea le nom du village en Fatḥk̲h̲eldā, qui est maintenant une petite ville du district de Buldāna dans l’Etat Maharās̲h̲tra de l’Union Indienne (lat. 20° 13′ N, long. 76° 29′). (Réd.) Bibliography Imp…

Ibn Abī l-Zinād

(224 words)

Author(s): Réd.
, Abū Muḥammad ʿAbd al-Raḥmān b. ʿAbd Allāh b. Ḏh̲akwān. traditionniste et juriste médinois du IIe/VIIIe siècle, qui appartenait à une famille de mawālī. Son père, Abū l-Zinād (m. 130/747-8), avait été nommé au k̲h̲arād̲j̲ du ʿIrāḳ, et lui-même fut chargé d’une fonction semblable à Médine. Il se rendit ensuite à Bag̲h̲dād où il mourut en 174/790-1, à l’âge de 74 ans. Son frère Abū l-Ḳāsim et son fils Muḥammad ont également transmis des ḥadīt̲h̲s. I. Goldziher ( Muh. Studien, I, 24, 32-3) a noté que ʿAbd al-Raḥmān était de ceux qui avaient sinon inventé, du moins propagé, p…

Abū Saʿd al-Mak̲h̲zūmī

(696 words)

Author(s): Réd.
, appellatif courant de ʿĪsā b. Ḵh̲ālid b. al-Walīd, poète mineur de Bag̲h̲dād qui doit sa renommée à ses démêlés avec Diʿbil [ q.v.]. La longue dispute des deux poètes est une conséquence évidente du conflit latent entre partisans des Yéménites et des Nizārites, et il est probable qu’elle a été provoquée par la fameuse ḳaṣīda de Diʿbil à la louange des Arabes du Sud (ʿAbd al-Karīm al-As̲h̲tar, S̲h̲iʿr Diʿbil, Damas 1964, n° 212), à laquelle Abū Saʿd répondit par un poème ¶ en - rā̦ʾ qui était assez célèbre de son temps. A la suite de cet incident, les Banū Mak̲h̲zūm auraient fe…

Rāṇā Sāṇgā

(396 words)

Author(s): Réd.
(régna 915-35/1509-28), souverain rād̲j̲pūt du royaume de Mēwāŕ [ q.v.], aux limites du Rād̲j̲āsthān et de Mālwā, ayant sa capitale à Čitawŕ. Il fut l’adversaire farouche des souverains musulmans de l’Inde septentrionale et occidentale ¶ dans les années qui précédèrent la fondation de l’empire mug̲h̲al par Bābur. Sous son règne, Mēwāŕ devint une des grandes puissances de l’Inde. Au cours des quinze premières années de son règne, il consolida son pouvoir à l’intérieur de Mēwāŕ et renforça sa position vis-à-vis de ses voisins musulmans. La réaction du ma…

Īl

(1,194 words)

Author(s): Réd.
, orthographe arabe du mot turc Il, plus correctement Él, qui a connu une large évolution sémantique (voir Radloff, Versuch ..., I, 803-5, 1471). 1. On le rencontre souvent dans les inscriptions de l’Orkhon, et V. Thomsen en donne la signification suivante: « un peuple ou une réunion de peuples considérés comme formant un tout indépendant et organisé et ayant à sa tête un kagan » ( Inscriptions de l’Orkhon déchiffrées, Helsingfors 1896, 135); il s’agit donc, approximativement, d’un « empire ». Dans ce sens, il se présente souvent avec le mot budun (? lire boδun) «confédération de tribus »…

Ḳubbe Wezīri

(118 words)

Author(s): Réd.
(t.) «vizir de la Coupole», était le nom donné, sous les Ottomans, aux membres du Dīwān impérial ( dīwān-i hümāyūn [ q.v.]) qui se réunissaient plusieurs matinées par semaine autour du grand-vizir, dans la salle du Palais de Topkapi̊ appelée Ḳubbe alti̊ parce qu’elle est surmontée d’une coupole. Les ḳubbe wezīrleri étaient les ḳāḍī-ʿaskers [ q.v.] de Roumélie et d’Anatolie, le ḳāḍī d’Istanbul, le defterdār [voir Daftardār], le nīs̲h̲ānd̲j̲i̊ [ q.v.], les ag̲h̲as des Janissaires, le commandant de la cavalerie et, quand il se trouvait dans la capitale, le ḳapudan pas̲h̲a [ q.v.]. Cette i…

al-Ḏj̲awād al-Iṣfahānī

(320 words)

Author(s): Réd.
, Abū Ḏj̲aʿfar Muḥammad b. ʿAlī (portait en outre le surnom honorifique de Ḏj̲āmal al-dīn), vizir des Zengides; après avoir reçu de son père une éducation soignée, il obtint de très bonne heure une situation officielle dans le dīwān al-ʿarḍ du sultan sald̲j̲ūḳīde Maḥmūd. Par la suite, il devint un des amis les plus intimes de Zengī, qui lui donna le gouvernement de Naṣībīn et d’al-Raḳḳa et lui confia la haute surveillance sur tout son empire. Après l’assassinat de Zengī, il fut bien près de partager le sort de son maître, mais il réu…
▲   Back to top   ▲