Search

Your search for 'dc_creator:( "Pellat, Ch." ) OR dc_contributor:( "Pellat, Ch." )' returned 652 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Kus̲h̲ād̲j̲im

(372 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Maḥmūd b. al-Ḥusayn b. al-Sindī b. S̲h̲āhak, Abū l-Fatḥ, poète du IVe/Xe siècle dont la date de la mort varie dans les sources entre 330 et 360/941-71 (mais elle doit se placer vers 350/961). D’une famille originaire du Sind [voir Ibrāhīm b. al-Sindī], il naquit à al-Ramla et vécut à al-Mawṣil auprès d’Abū l-Hayd̲j̲āʾ ʿAbd Allāh b. Ḥamdān [voir Ḥamdānides], puis à Alep, dans l’entourage de Sayf al-dawla [ q.v.]; il fit aussi plusieurs voyages en Egypte, à Bag̲h̲dād, à Damas et à Jérusalem. Ses vers, «d’un gongorisme insensé, connurent à l’époque une vogue» (R. Blachère, Motanabbi, 134) do…

al-Aʿmas̲h̲

(142 words)

Author(s): Brockelmann, C. | Pellat, Ch.
, Sulaymān b. Mihrān, Abū Muḥammad, traditionniste et «lecteur» du Coran. Né en 60/679-680 ou le 10 muḥarram 61/10 octobre 681, d’un père iranien, il vécut à al-Kūfa et mourut probablement en rabīʿ I 148/mai 765. Il recueillit des traditions auprès d’al-Zuhrī et d’Anas b. Mālik, eut pour maîtres en ḳirāʾa: Mud̲j̲āhid, al-Nak̲h̲aʿī, Yaḥyā b. Wat̲h̲t̲h̲āb, ʿĀṣim, et pour disciple, Ḥamza. Sa «lecture», qui suit la tradition d’Ibn Masʿūd et d’Ubayy, figure dans la liste des «quatorze». Grand admirateur de ʿAlī, il passe pour avoir fourni au poète al-Sayyid al-Ḥimyarī [ q.v.] la matière de…

al-Mirbad

(1,332 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, nom d’une célèbre place publique d’al-Baṣra [ q.v.] qui, bien que située à l’extérieur de la métropole du Sud du ʿIrāḳ, joua un rôle marquant dans la vie économique de cette cité, ainsi que dans la formation de la culture spécifiquement arabe. Étymologiquement, ce terme pourrait être un nom de lieu anormalement dérivé du radical RBD qui implique notamment l’idée de «faire halte», et désigner par conséquent un emplacement où campent les nomades, puis, par extension, où sont parqués des chameaux et des moutons; les diverses acceptions de ce vocable f…

Ḏj̲abr

(1,082 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(a.), contrainte matrimoniale exercée sur l’un ou l’autre des futurs époux, dans des conditions variables selon les écoles juridiques. Le droit de d̲j̲abr n’est prévu ni par le Ḳurʾān ni par la Sunna, et un ḥadīt̲h̲ (al-Buk̲h̲ārī, Nikāḥ, bāb 42) précise même que ni le père ni une autre personne ne peut marier sans son consentement une fille vierge ou une femme qui a déjà été en puissance de mari; le Prophète luimême consulta sa fille Fāṭima avant de la donner en mariage à ʿAlī, mais il semble bien que la majorité des premiers jurist…

Ibn Baṣṣām

(582 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū l-Ḥasan ʿAlī b. Bassām al-S̲h̲antarīnī, poète et anthologue andalou, natif de Santarem. Chassé de sa patrie par la conquête d’Alphonse V de Castille (485/1092-3), il se rendit pour la première fois à Cordoue en 493/1100 et, dans les années suivantes, entreprit à Séville la rédaction de sa Ḏh̲ak̲h̲īra et la collecte des dīwāns de quelques grands poètes du Ve/XIe siècle: al-Muʿtamid, Ibn Wahbūn, Ibn ʿAmmār; il rassembla également les correspondances du prince de Murcie, Ibn Ṭāhir, et réunit en un volume ses propres poèmes satiriques qu’il s’abstint c…

Ibn Ḏj̲ubayr

(918 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū L-Ḥusayn Muḥammad b. Aḥmad b. Ḏj̲ubayr al-Kinānī, voyageur et lettré andalou, né à Valence en 540/1145, dans une famille venue se fixer en Espagne en 123/740. Il fit ses études à Játiva, où son père était fonctionnaire, et reçut l’instruction traditionnelle des jeunes gens de sa classe, c’est-à-dire qu’il s’initia à la fois aux ¶ sciences religieuses et aux belles-lettres, non sans acquérir le moyen d’exercer ses talents poétiques. Ses aptitudes lui valurent un poste de secrétaire auprès du gouverneur de Grenade, Abū Saʿīd ʿUt̲h̲mān b. ʿAbd al-…

Ḏj̲uḥā

(2,364 words)

Author(s): Pellat, Ch.
( ou ), surnom d’un personnage dont l’imagination populaire a fait le héros de quelques centaines de facéties, d’anecdotes et de contes plaisants. La plus ancienne attestation littéraire de cet appellatif remonte à la première moitié du IIIe/IXe s., chez al-Ḏj̲āḥiẓ, qui mentionne Ḏj̲uḥā parmi d’autres individus renommés pour leur sottise ( Risāla fī l-Ḥakamayn, éd. Pellat, dans Machriq, 1958, 431) et lui attribue de la futilité dans ses propos et une étonnante propension à commettre des erreurs et des bévues; le même auteur cite également ( K. al-Big̲h̲āl, éd. Pellat, Caire 1955, 3…

Miḥrāt̲h̲

(2,352 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(a.) et son plur. maḥārīt̲h̲ sont plus usités que le doublet miḥrāt̲h̲, plur. maḳārit̲h̲, pour désigner aujourd’hui une charrue, mais ces termes s’appliquent plus spécifiquement, dans la littérature médiévale, à l’araire, qui n’est pourvu ni de roues, ni de versoir, ni de coutre, mais est essentiellement constitué d’un soc, d’un sep, d’un mancheron et d’un timon (ou age). Bien qu’il remonte à la plus haute antiquité, cet instrument aratoire n’a cessé d’être employé, sans modification notable, dans l’ensemble du monde musulman. Toutefois miḥrāt̲h̲, inconnu du Ḳurʾān, ne figure…

al-Balaṭī

(460 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū l-Fatḥ ʿUt̲h̲mān b. ʿIsā b. Manṣūr b. Muḥammad, Tād̲j̲ al-dīn, grammairien, poète et lettré originaire de la ville de Balad, sur le Tigre; cette dernière portait également le nom de Balaṭ (voir Yāḳūt, I, 721), d’où la nisba d’al-Balaṭī, parfois présentée sous la forme diminutive, al-Bulayṭī. Abū l-Fatḥ alla d’abord enseigner en Syrie, puis, lorsque Saladin prit le pouvoir en Égypte (567/1171), il émigra au Caire où le nouveau sultan lui alloua un traitement fixe et le chargea de l’enseignement de la grammaire et du Ḳurʾān dans …

Duldul

(165 words)

Author(s): Huart, Cl. | Pellat, Ch.
, nom de la mule grise du Prophète, qui lui avait été offerte par le Muḳawḳis [ q.v.], en même temps que l’âne nommé Yaʿfūr/ʿUfayr. Après lui avoir servi de monture dans ses campagnes, elle lui aurait survécu et serait morte à Yanbuʿ si vieille et édentée qu’il fallait, pour la nourrir, lui mettre l’orge dans la bouche. D’après la tradition s̲h̲īʿite, ʿAlī la montait à la bataille du Chameau [voir al-Ḏj̲amal] et à Ṣiffīn. Duldul désignant en arabe un porc-épic, il est possible qu’elle ait dû son nom à son allure, mais rien n’est moins sûr. Sur les noms des chevaux du P…

Aḥmad b. Ḥābiṭ

(345 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(plutôt que Ḥāʾiṭ, si l’on tient compte de la place alphabétique que lui donne al-ʿAsḳalānī), théologien rangé parmi les Muʿtazilites; il fut l’élève d’al-Naẓẓām [ q.v.] et le maître, notamment, d’al-Faḍl al-Ḥadat̲h̲ī. On ne sait rien de sa vie, et seules ses «innovations» nous sont partiellement connues. Sa doctrine, élaborée avant 232/846-7, paraît s’écarter de l’enseignement muʿtazilite sur les deux points fondamentaux suivants qui sont empruntés à des systèmes étrangers à l’Islam, mais qui, aux yeux d’Ibn Ḥābit, tro…

ʿAbd AllāH b. Abī Isḥāḳ

(184 words)

Author(s): Pellat, Ch.
al-Ḥaḍramī, grammairien et lecteur du Coran de Baṣra. m. en 117/735-6. Sa lecture «exceptionnelle» ( s̲h̲ād̲h̲d̲h̲a), perpétue la tradition d’Ibn ʿAbbās et influence, pour une part, celles de ‘Īsā b. ʿUmar al-T̲h̲aḳafī et Abū ʿAmr b. al-ʿAlāʾ. Il semble maintenant établi qu’il est le plus ancien des véritables grammairiens arabes (v. Ibrahim Mustafa, Actes du XXIe Congrès des Orient., 278-9); c’est lui qui aurait étendu l’usage du raisonnement inductif ( ḳiyās), et l’on précise qu’en cas d’hésitation, il optait pour le cas direct ( naṣb). On ne sait rien d’autre de lui, sinon qu…

Abū Dahbal al-Ḏj̲umaḥī

(235 words)

Author(s): Pellat, Ch.
Wahb b. Zamʿa, poète ḳurays̲h̲ite de la Mekke, qui commença à composer avant 40/660 et mourut après 96/715. Il se rattache aux érotiques ḥid̲j̲āziens par ses poèmes consacrés à trois femmes: ʿAmra, une noble Mekkoise, puis une Syrienne qui avait réussi à le détourner de sa famille, et surtout ʿĀtika, fille de Muʿāwiya, qu’il avait aperçue à l’occasion d’un pèlerinage. Ses vers, vite célèbres, attirèrent l’attention de la princesse qu’il suivit à Damas, mais le calife, tout en reconnaissant le cara…

Ḥamāsa

(10,149 words)

Author(s): Pellat, Ch. | Massé, H. | Mélikoff, I. | Hatto, A.T. | Ahmad, Aziz
(a.), «bravoure», «vaillance» (employé de nos jours, en concurrence avec ḥamās pour traduire «enthousiasme»), est le titre d’un certain nombre d’anthologies poétiques qui renferment généralement de brefs extraits choisis pour leur valeur littéraire aux yeux des anthologues et classés selon le genre auquel ils se rattachent ou l’idée qu’ils expriment; ces ouvrages s’apparentent à une catégorie plus générale, celle des «thèmes poétiques», maʿānī l-s̲h̲iʿr [ q.v.], mais en diffèrent par l’effacement apparent de l’auteur qui s’abstient de toute comparaison et de …

Ibn al-Ad̲j̲dābī

(491 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, Abū Isḥāḳ Ibrāhīm b. Ismāʿīl al-Ṭarābulusī, philologue arabe dont la famille était originaire d’Ad̲j̲dābiya (Libye): lui-même vécut à Tripoli, où il mourut à une date imprécise, probablement dans la première moitié du VIIe/XIIIe siècle. On ne possède d’ailleurs guère de renseignements sur sa vie, et les biographes se bornent à souligner l’étendue de son savoir et de sa contribution à la littérature technique des lettrés de son temps. Ils lui attribuent en effet une huitaine d’ouvrages dont les titres révèlent son intérêt pour la lexicographie, la métrique, les anwāʾ [ q.v.] et les ¶ gé…

Ḳuss b. Sāʿida

(936 words)

Author(s): Pellat, Ch.
al-Iyādī, personnage semi- légendaire de l’antiquité arabe présenté comme le plus grand orateur de toutes les tribus (al-Ḏj̲āḥiẓ, Bayān, I, 52) et dont l’éloquence est devenue proverbiale ( ablag̲h̲ min Ḳuss; al-Maydānī, Mad̲j̲maʿ, I, 117-8; ʿImād al-dīn al-Iṣfahānī [ q.v.] a même formé un adjectif rimant avec ḳudsī dans le titre de son histoire de la prise de Jérusalem par Saladin, al-Fatḥ al-ḳussī «l’inspiration ḳussienne»). Il fait également figure de héros, et on le qualifie en outre de poète, de sage, d’arbitre, etc. par excellence des Arabes de son t…

al-Furs

(1,225 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, l’un des deux termes employés par les Arabes pour désigner les Persans, l’autre étant al-ʿAd̲j̲am [ q.v.]. Dans les lignes suivantes, on essaiera de définir la façon dont les Arabes ont connu les Persans et leur civilisation; pour le reste, voir Īrān. Dès la plus haute antiquité, la péninsule arabique avait entretenu des rapports avec la Perse; peu avant l’Islam, ces relations s’établissaient, au Nord-est, grâce aux Lak̲h̲mides [ q.v.] d’al-Ḥīra, au Sud, par l’intermédiaire du Yémen, vassal de la Perse, et des Abnāʾ [ q.v.] établis dans le pays. Le mot Furs n’apparaît pas dans le Ḳurʾ…

Ibn al-Ḳaṭṭāʿ

(318 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, ʿĪsā b. Saʿīd al-Yaḥṣubī, vizir andalou d’humble extraction, mais d’origine arabe. Bien qu’il fût le fils d’un simple maître d’école, il réussit à s’élever dans la hiérarchie sociale grâce à al-Manṣūr [ q.v.] qui lui attribua des postes importants et lui confia même le commandement d’une armée envoyée au Maroc,, en 386/997, pour mettre à la raison Zīrī b. ʿAṭiyya (cf. H. R. Idris, Zīrīdes, 81). Le successeur d’al-Manṣūr, son fils ʿAbd al-Malik al-Muẓaffar [ q.v.], lui confirma son rang de vizir et lui laissa l’administration de l’État; il accorda même au fils de ʿĪsā …

Ibn Lankak

(198 words)

Author(s): Pellat, Ch.
(le fils du petit boiteux), Abū L-Ḥasan Muḥammad b. Muḥammad b. Ḏj̲aʿfar al-Baṣrī, poète mineur de Baṣra qui mourut vers 360/970. Sa biographie est très mal connue, mais on sait qu’il se rendit à Bag̲h̲dād, où il se fit le transmetteur d’un poème de Diʿbil [ q.v.] et vécut quelque temps dans l’entourage d’al-Muhallabī [ q.v.]; c’est probablement à l’instigation du wazīr qu’il adressa quelques épigrammes à al-Mutanabbi lors de la visite de ce dernier en 351/962. Ses poèmes furent recueillis en Dīwān, et al-Ṣāḥib Ibn ʿAbbād put les apprécier, mais il n’en subsiste que quelques …

Ibn (al-) Aḥmar

(257 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, appellatif de plusieurs poètes dont un Iyādī (voir al-Āmidī, Muʾtalif, 38), un Kinānī ( ibid.), un Bad̲j̲alī( op. cit., 37; al-Ḏj̲āḥiẓ, Ḥayawān, II, 214) et un Bāhilī, qui est le plus connu. La généalogie de ce poète présente, dans les sources, des divergences considérables, mais il paraît bien ¶ s’appeler Abū l-Ḵh̲aṭṭāb ʿAmr b. (al-)Aḥmar b. al-ʿAmarrad b. Tamīm b. Rabīʿa b. Ḥirām b. Farrāṣ b. Maʿn b. Aʿṣur al-Bāhilī. Compté au nombre des muk̲h̲aḍramūn [ q.v.], il se convertit à l’Islam, prit part aux conquêtes en Asie antérieure (au cours desquelles il perdit un œil)…
▲   Back to top   ▲