Search

Your search for 'dc_creator:( "Moreh, S." ) OR dc_contributor:( "Moreh, S." )' returned 10 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

S̲h̲ukrī

(668 words)

Author(s): Moreh, S.
, ʿAbd al-Rahmān (1886-1958), poète, écrivain, éducateur et critique égyptien d’origine nord-africaine, son grand-père s’étant établi en Egypte. S̲h̲ukrī naquit à Port Saïd et acheva ses études secondaires à Alexandrie en 1904. Son grandpère ainsi que son père étaient des nationalistes actifs dans la vie politique égyptienne. S̲h̲ukrī se lia d’amitié avec l’ami de son père ʿAbd Allāh al-Nadīm [ q.v.] et rejoignit les partisans de Saʿd Zag̲h̲lūl [ q.v.]. Il défendit la révolution égyptienne dans un poème qui le fit expulser du Collège de Droit (1906). Sur le conseil de Muṣṭafā Kāmil [ q.v…

Ṣalāḥ ʿAbd al-Ṣabūr

(1,156 words)

Author(s): Moreh, S.
(1931-81), éminent poète égyptien, critique, auteur dramatique, traducteur et journaliste. Il naquit à al-Zaḳāzīḳ, dans le Delta. Tout jeune, il étudia le Ḳurʾān par cœur et lut les poètes classiques et les romantiques modernes comme Ibrāhīm Nād̲j̲ī et Maḥmūd Ḥasan Ismāʿīl. Plus tard, dans les années 1940, il rejoignit les Ik̲h̲wān al-Muslimīn [ q.v.], mais fut bientôt déçu par leur idéologie et s’intéressa au réalisme social profane, ce qu’il relate dans al-Nās fī bilādī («Les gens de mon pays»). Ṣalāḥ prit ses diplômes à l’Université du Caire en 1951 et travailla au Mini…

S̲h̲āʾūl, Anwar

(519 words)

Author(s): Moreh, S.
(1904-84), juriste irakien, poète, auteur d’histoires brèves, journaliste, auteur dramatique et traducteur. Il fait partie de la première génération d’écrivains juifs en langue arabe littéraire et en caractères arabes en Irak, à la tête desquels figuraient Sālim Isḥāk (1877-1948), traducteur au service de l’ambassade allemande à Bag̲h̲dād, Salmān S̲h̲īna (1899-1978), l’attaché militaire de l’armée ottomane au sein de l’armée allemande en Irak, Ezra Ḥaddād (1900-72), éducateur, et Murād Mīk̲h̲āʾī…

S̲h̲īnā

(586 words)

Author(s): Moreh, S.
, Salmān (1898-1978), journaliste irakien, avocat et membre du Parlement irakien. Né dans le quartier juif de Bag̲h̲dād, il reçut une éducation religieuse traditionnelle dans un Ḥeder (l’équivalent du kuttāb islamique). Il poursuivit ses études primaires et secondaires à l’école laïque juive de l’Alliance Française Israélite de Bag̲h̲dād, où il se distingua dans les langues. Par la suite, il rejoignit l’Ecole Secondaire Ottomane de Bag̲h̲dād et fut recruté comme officier de réserve dans l’armée ottomane au cours de la Premi…

Maʿrūf al-Ruṣāfī

(4,115 words)

Author(s): Moreh, S.
(1875-1945), grand poète irakien qui se montra extrêmement audacieux et franc dans l’expression de ses opinions politiques. Né à Bag̲h̲dād. il descendait de la tribu kurde des Ḏj̲abbāriyya (entre Kirkūk et Sulaymāniyya) par son père ʿAbd al-G̲h̲anī Maḥmūd, un homme pieux qui était gendarme et ne résidait pas dans la capitale; c’est pourquoi il fut élevé dans la maison de son grand-père maternel par sa mère qui appartenait à une fraction des S̲h̲ammar, la tribu arabe de Ḳarag̲h̲ūl établie dans le quartier de Bag̲h̲dād portant son nom. Après le kuttāb et trois années d’école primaire,…

S̲h̲iʿr

(25,898 words)

Author(s): Arazi, A. | Moreh, S. | Bruijn, J.T.P. de | Çiǧdem Balim, J.A. | Haywood J.A. | Et al.
(a.), la poésie. 1. En arabe, (a) La période classique. C’est le fleuron de la culture arabe et son discours le plus authentiquement représentatif. Les idées véhiculées par la poésie et les résonances affectives qu’elle transmet lui valent, même de nos jours, où de nombreuses formes littéraires nouvelles lui font concurrence, la faveur des lettrés et des petites gens. Malgré la ressemblance phonétique, s̲h̲iʿr n’a rien à voir avec le s̲h̲īr hébraïque; le ʿayn est une consonne «dure» qui persiste dans les racines communes aux deux langues. Le terme est attesté en arab…

S̲h̲āʿir

(24,326 words)

Author(s): Fahd, T. | Moreh, S. | Ben Abdesselem, A. | Reynolds, D.F. | Bruijn, J.T.P. de | Et al.
(a.), le poète. 1) Dans le monde arabe. A. Epoques préislamique et umayyade. B. De l’époque ʿabbāside à la Nahḍa [voir au Suppl.] C. De 1850 à nos jours. D. En Espagne musulmane. E. Le poète folklorique en arabe. 2) En Perse. 3) En Turquie. 4) En Inde musulmane. 5) Au Soudan occidental et central. 6) En pays hausa. 7) En Malaisie et en Indonésie. 1. Dans le monde arabe. A — Epoques préislamique et umayyade. Parmi les détenteurs du savoir et du pouvoir dans l’Arabie ancienne figure le s̲h̲āʿir, dont le rôle se confond souvent avec celui de ʿarrāf (s̲h̲aʿara et ʿarafa ayant la même valeur sémantiq…

al-Kāẓimī

(463 words)

Author(s): Moreh, S.
, ʿAbd al-Muḥsin b. Muḥammad, poète s̲h̲īʿite d’Irak né à Bag̲h̲dād en 1282/1865 (mais en 1289/1872 seulement selon sa fille ¶ Rabāb al-Kāẓimī), m. au Caire le 1er mai 1935. Il reçut une instruction élémentaire en arabe et en persan, puis continua seul l’étude de la littérature arabe. En 1308/1890, il rencontra Ḏj̲amāl al-din al-Afg̲h̲ānī [ q.v.] en Irak et fut influencé par ses idées révolutionnaires. Peu après, il quitta l’Irāḳ pour des raisons dont on ne sait si elles tenaient à des ambitions politiques, matérielles ou littéraires. Il se rendit en…

al-K̲h̲ālidī

(410 words)

Author(s): Moreh, S.
, Rūhī, savant, diplomate et politicien palestinien né à Jérusalem en 1864 d’une famille connue de savants qui faisait remonter ses origines à Ḵh̲ālid b. al-Walīd [ q.v.]. Il reçut une éducation religieuse et linguistique à Jérusalem, à Naplouse, à Tripoli et à Beyrouth et étudia la philosophie, ¶ le droit et la politique au Collège royal de Constantinople; à Paris, il continua l’étude des sciences politiques et de la philosophie et suivit des études islamiques et orientales; par la suite, il y enseigna l’arabe et assista en 1897 au Congrès d…

Mayy Ziyāda

(1,219 words)

Author(s): Moreh, S.
, pseudonyme de Marie Ilyās Ziyāda, essayiste, orateur, auteur de poèmes en prose, journaliste en arabe, en français et en anglais, traductrice à partir de différentes langues européennes et féministe zélée qui se fit l’avocate de l’instruction et de la liberté de la femme arabe. Née à Nazareth le 11 février 1886 d’un père chrétien libanais qui exerçait les fonctions d’instituteur et de journaliste et d’une mère galiléenne originaire d’un village proche de Nazareth, Mayy fit ses études en français à l’école Saint-Joseph de sa ville natale …