Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C. E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C. E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Tād̲j̲īk

(2,904 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Fragner, B. G.
, la forme la plus récente d’un mot Tāzīk ou Tāžīk utilisé dans le monde iranien ou dans le monde turc. Dans l’usage islamique, il en vint finalement à désigner les Persans, par opposition aux Turcs. 1. Etymologie et développement linguistique primitif du terme. L’explication traditionnelle du terme remonte au moins à E. Quatremère, Histoire des sultans mamelouks de l’Egypte, II/2, Paris 1845, 154-5, et fut présentée dans l’article de Barthold de EI 1. Celui-ci fait dériver Tāzīk, etc./Tād̲j̲īk du nom de la tribu arabe des Ṭayyiʾ [ q.v.], en syriaque Ṭayyāyē, c.-à-d. «Arabes», qui …

Nābulus

(1,327 words)

Author(s): Buhl, F. | Bosworth, C.E.
, ville de la Palestine centrale, qui tire son nom de la Flavia Neapolis bâtie en l’honneur de Vespasien. L’Ancien Testament mentionne à peu près au même endroit la ville de Sichem, un peu plus à l’Est seulement, là où se trouve aujourd’hui le village de Balāṭa (dont S. Klein dans ZDPV, XXXV, 38-9, cf. R. Hartmann, ibid., XXXIII, 175-6, explique ¶ le nom comme venant de platanus, en s’appuyant sur le récit du pèlerin de Bordeaux et le Midras̲h̲ Gen. rb., c. 81, § 3). D’après Eusèbe, on montrait, dans un faubourg de Neapolis, le lieu où s’élevait la ville ancienne. L’exactitu…

al-Muhallabī

(728 words)

Author(s): Zetterstéen, K. V. | Bosworth, C. E.
, Abū Muḥammad al-Ḥasan b. Muḥammad b. Hārūn, célèbre premier ministre et vizir (339-52/950-63) de l’ amīr būyide du ʿIrāḳ Muʿizz al-dawla [ q.v.]. Né à Baṣra en muḥarram 291/novembre-décembre 903, il appartenait à la fameuse famille arabe des Muhallabides [ q.v.] de Baṣra et descendait, à six générations de distance, du général et gouverneur umayyade al-Muhallab b. Abī Ṣufra [ q.v.] (voir la table généalogique dans Zambaur, Manuel, 11). En 334/945, lorsque Muʿizz al-dawla marcha contre Bag̲h̲dād, celui-ci envoya al-Muhallabī en avant pour négocier avec le calife,…

Ḏj̲aʿda

(515 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(ʿĀmir), tribu sud-arabique. Au début de l’Islam, les Ḏj̲aʿda possédaient des terres dans l’extrémité méridionale des hautes terres du Yémen, le Sarw Ḥimyar, entre les villes actuelles d’al-Dāliʿ et de Ḳaʿṭaba au Nord et le wādī Abyan au Sud. La route d’Aden à Ṣanʿaʾ traversait leur territoire; ils avaient pour voisins les B. Mad̲h̲ḥid̲j̲ et les B. Yāfiʿ. Al-Hamdānī affirme que ces Ḏj̲aʿda sud-arabiques sont un clan des ʿAyn al-Kabr et qu’il faut les distinguer de la tribu septentrionale des Ḏj̲…

Nayrīz

(385 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Nīrīz, au Moyen Âge, nom d’une région et d’une ville du Fārs, dans la Perse du Sud. La plaine de Nayrīz est pour l’essentiel une région enclavée dans le Sud du Zagros, arrosée par le Kūr et le Pulwār qui prennent naissance dans le Zagros et coulent vers le Sud-est pour se jeter dans un lac peu profond connu au Moyen Age sous le nom de Lac de Nayrīz et, plus récemment, sous celui de Lac Bak̲h̲tigan ¶ [ q.v.; voir aussi E. Ehlers, art. Bak̲tagān Lake, dans EIr]; bien que le lac lui-même soit salé, la plaine constitue une région agricole prospère, naguère cœur de la Perse achéménide,…

Rayčūr

(158 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville et district d u Sud de l’Inde, ajourd’hui dans le département de Gulbargā de l’Etat de Karnataka (Union Indienne), mais, avant 1947, dans l’Etat princier de Haydarabad (Inde Britannique). Lalat. est de 16°15′ N., et la long, de 77°20′, E. Ancienne ville hindoue dépendant autrefois du royaume de Warangal, Rāyčūr passa aux sultans k̲h̲ald̲j̲is de Dihlī au VIIIe/XIVe siècle, puis aux Bahmanides et, après la conquête du Deccan par Awrangzīb, aux Mug̲h̲als. La ville possède d’intéressants monuments islamiques. L’Ek Mīnār kī masd̲j̲id bahmanide a son …

Tekis̲h̲

(567 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
b. il Arslan, Abū l-Muẓaffar Tād̲j̲ al-Dunyā wa l-Dīn, l’un des S̲h̲āhs du Ḵh̲wārazm de la lignée des Anūs̲h̲tigin, qui régna de 567 à 596/1172-1200. Son nom (vocalisé en Maḥmūd al-Kas̲h̲g̲h̲arī. tr. Atalay, I, 368) signifie quelque chose comme «affronta, attaqua, combattit [au cours d’une bataille]»; voir Hikmet Bayur, Harizmşah Alâü’d-Dīn «Tekiş» ʾin adihak̲h̲nda, in Belleten, XIV, n° 56 [1950], 589-95. Tekis̲h̲ fut gouverneur de Ḏj̲and [ q.v. en Suppl.] du vivant de son père et ne lui succéda qu’après un conflit avec son jeune frère, Sulṭān S̲h̲āh, qui était…

Ubāgh

(241 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ʿAyn Ubāg̲h̲, nom d’une source ou d’un cours d’eau, sur les confins orientaux, c.-à-d. ʿirāḳīs, du Désert de Syrie, qui fut le théâtre d’un yawm pré-islamique, ou bataille entre les Arabes. Les sources arabes confuses disent qu’il s’agit de la bataille de 554 ap. J. C. au cours de laquelle le Lak̲h̲mide al-Mund̲h̲ir III b. al-Nuʿmān II fut tué en combattant le G̲h̲assānide al-Ḥārith b. Ḏj̲abala [ q.v.], à savoir le Yawm al-Ḥalīma (voir par ex. al-Bakrī, Muʿd̲j̲am mā staʿd̲j̲ama, I, 95; Yāḳūt, Buldān, éd. Beyrouth, IV, 175. Cf. A. P. Caussin de Perceval, Essai sur l’histoire des Arabes a…

Rāfiʿ b. al-Layt̲h̲ b. Naṣr b. Sayyār

(225 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, petitfils, semble-t-il, du dernier gouverneur umayyade du Ḵh̲urāsān, Naṣr b. Sayyār [ q.v.], qui se rebella contre le califat ʿabbāside dans les premières années du IXe siècle de J.-C. En 190/806, Rāfiʿ dirigea à Samariḳand un soulèvement qui tourna à la rébellion générale de toute la Transoxiane contre la rudesse et l’exploitation financière du gouverneur du Ḵh̲urāsān, ʿAlī b. ʿĪsā b. Māhān [ q.v.]. En plus de l’appui de la population iranienne locale, Rāfiʿ s’assura l’aide des Turcs des steppes de l’Asie centrale, les Tog̲h̲uz-Og̲h̲uz [voir G̲h̲uzz] et les Ḳarluk [ q.v.]. Hārūn al-…

Taḳsīṭ

(114 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), nom verbal de deuxième forme du verbe ḳassaṭa «distribuer», terme employé en particulier par l’administration financière des débuts de l’Islam, pour désigner l’attribution à chacun, ou répartition entre les contribuables, de la somme globale due au titre de l’impôts. Les synonymes ḳasṭ/ḳisṭ se rencontrent également. Le terme pouvait aussi indiquer la somme totale de l’impôt dû, ou les versements au moyen desquels celui-ci était payé. Voir les références données par F. Lokkegaard, Islamic taxation in the classic period, with spécial référence ta circumstances in Iraq, Copen…

al-Warkāʾ

(224 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Tall, nom arabe de ce qui est aujourd’hui un site archéologique dans le liwāʾ (gouvernorat) ¶ de Nāṣiriyya en ʿIrāḳ (31° 18ʹ N, 45° 40ʹ E.). C’est l’Uruk des Sumériens et des Babyloniens, Erech dans la Bible (Gen. X, 10), une ville d’importance majeure, et un des centres religieux de l’ancienne Babylonie, dont la première visite fut effectuée par W. K. Loftus dans les années 1850. Au début de l’Islam, cela semble avoir été un bourg modeste du district de Kaskar; les traditions musulmanes y situaient le lieu de naissance du patriarche Ibrāhīm/Abraham (nombre d…

ʿŪd

(6,830 words)

Author(s): Dietrich, A. | Bosworth, C.E | Farmer, H.G | Chabrier, J.-Cl | Chaberier, J.Cl-
(a.) signifie en général simplement «bois, morceau de bois, planche, poteau» (pis. aʿwād, ʿīdān). I. Dans la vie quotidienne 1. Le ʿūd en tant que parfum et encens mais aussi comme remède Dans la materia medica arabe, le mot désigne le «boisd’aloès» comme on l’appelle. Cette appellation, utilisée dans le commerce, est conventionnelle mais inexacte car l’aloès s’appelle ṣabr [ q.v.]. Le ʿūd se réfère à certaines espèces de bois résineux, foncés, de masse spécifique élevée et à l’arôme intense, qui étaient utilisés en médecine comme parfum et encens ( ʿūd al-bak̲h̲ūr) et très recherchés…

Bānīd̲j̲ūrides

(673 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
ou Abū Dāwūdides, petite dynastie, d’origine probablement iranienne, mais peut-être turque, qui régna sur le Ṭuk̲h̲āristān et le Badak̲h̲s̲h̲ān, c’est-à-dire sur les territoires qui constituent maintenant le Turkestan afg̲h̲ān, avec peut-être une branche parallèle au Ḵh̲uttal (la RSS tād̲j̲īke actuelle), à la fin du IIIe/IXe siècle et au début du IVe/Xe. ¶ La généalogie et l’histoire des Bānīd̲j̲urides sont très imparfaitement connues, malgré les tentatives de J. Marquart ( Ērānšahr, 300-2) et de R. Vasmer ( Beiträge zur muḥammedanischen Münzkunde. 1. Die Münzen der Abu…

Rukn al-Dawla

(1,318 words)

Author(s): Bowen, H. | Bosworth, C.E.
, Abū ʿAlī al-Ḥasan b. Būya, le cadet des trois frères qui fondèrent la dynastie bùyide [voir Buwayhides]. Sa fortune suivit celle de son frère aîné ʿAlī (plus tard ʿImād al-Dawla [ q.v.]) jusqu’au moment où ce dernier occupa le Fārs en 322/934; Rukn al-dawla reçut alors le gouvernement de Kāzarūn et d’autres districts. Mais peu après, il fut forcé par le général ʿabbāside Yāḳūt, aux frais duquel la conquête būyide du Fārs avait été entreprise, à se réfugier auprès de son frère; et quand à son tour Yāḳūt fut défait par le ziyāride Mardāwid̲j̲ [ q.v.], l’ancien suzerain des Būyides contre l…

Mud̲j̲āhid

(1,769 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Jansen, J.J.G.
(a.), participe actif du verbe d̲j̲āhada, de IIIe forme, «s’efforcer», dont le nom d’action est d̲j̲ihād [ q.v.]; de là, il acquiert le sens technique religieux de «combattant de la foi, celui qui mène la guerre contre les infidèles». 1. — Dans la théorie juridique classique et dans l’Islam primitif [voir Ḏj̲ihād]. 2. — Dans l’usage islamo-indien. Dans le sous-continent, le terme mud̲j̲āhid a été associé avec des mouvements islamiques revivalistes, et spécialement au plus militant d’entre eux, qui naquit à partir de la fin du XVIIIe siècle, en réponse à la menace que faisaient pe…

al-K̲h̲ulafāʾ al-Rās̲h̲idūn

(1,027 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), littéralement, “les Califes Bien Guidés”, les quatre chefs de la jeune communauté islamique qui se sont succédé au cours de la trentaine d’années après la mort du Prophète Muḥammad en rabīʿ I 11/juin 632. Le qualificatif dans cette expression a souvent été rendu par «Orthodoxes» (anachronisme, puisqu’il n’existait pas, dans ces temps anciens, de corpus de la croyance et de la pratique islamiques qui soit généralement accepté et à partir duquel une déviation aurait pu se produire) ou «Patriarcaux», ce ¶ qui présente cette période comme un âge héroϊque de l’Islam. Ces quatre calife…

Nuṣratābād

(251 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom plus récent de la ville de Perse orientale appelée, à l’époque médiévale islamique, Isfīd̲h̲. Sipih, Safīd̲j̲ (écrit chez al-Iṣṭak̲h̲rī et Ibn Ḥawḳal Sanīd̲j̲, pour *Sabīd̲j̲/Safīd̲j̲). Elle était située sur ce qu constituait alors la grand-route du Kirmān au Sīstān [ q. vv. ]; des géographes musulmans classiques l’attribuaient administrativement au Sīstān, d’autres au Kirmān, ce qui montre qu’elle se trouvait sur la limite des deux provinces. Al-Muḳaddasī et d’autres décrivent cette seule ville du Grand Désert comme florissante, peuplée et approvisionnée en eau par des ḳanā…

Miẓalla

(4,483 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Holt, P. M. | Chalmeta, P. | Andrews, P.A. | Burton-Page, J.
(a.), litt. «instrument ou dispositif fournissant de l’ombre ( ẓill)», apparemment synonyme de s̲h̲amsa, s̲h̲amsiyya, litt. «instrument ou dispositif fournissant un abri contre le soleil», désigne donc probablement le parasol porté dans des cérémonies et des processions [voir Mawākib] au-dessus des souverains musulmans. 1. — Sous les ʿAbbāsides et les Fāṭimides. Les sources historiques contiennent peu de références sur la pratique au temps du califat ʿabbāside. Ibn al-Zayyāt [ q.v.] était chargé, sous le califat d’al-Muʿtasim, du contrôle de la manufacture (al-Ṭa…

Mas̲h̲had

(332 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), nom de lieu du verbe s̲h̲āhida «être témoin de, présent à», «être un martyr» ( s̲h̲āhīd; évolution post-ḳurʾānique que Goldziher juge influencée par l’usage parallèle du syriaque chrétien oriental; voir Muḥ. Stud., II, 387-9; trad. angl., II, 350-2). Egalement à l’époque post-ḳurʾānique, le terme mas̲h̲had, à partir de la désignation d’un lieu sacré quelconque, auquel était ou non associée une construction, mais souvent en fait un tombeau en général, en est arrivé à désigner la sépulture d’un prophète antérieur, d’un saint ou d’un pr…

al-Mustakfī

(508 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
bi-llāh, Abū l-Ḳāsim ʿAbd Allāh, calife ʿabbāside qui régna en 333-4/944-6. Il était le fils du calife al-Muktafī [ q.v.] et d’une concubine esclave grecque nommée G̲h̲uṣn. Lorsque le commandant en chef des troupes turques à Bag̲h̲dad, Tūzūn, eut déposé et aveuglé al-Muttakī ibn al-Muḳtadir [ q.v.], il mit sur le trône un cousin de ce dernier sous le nom d’al-Mustakfī, en ṣafar 333/septembre-octobre 944. Le nouveau calife, alors âgé de 41 ans, trouva au ʿIrāḳ une situation qui ne lui était pas favorable. Les califes étaient des pantins aux …
▲   Back to top   ▲