Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Isfarāyīn

(680 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, district et, dans les premiers temps de l’Islam, ville du Nord-ouest du Ḵh̲urāsān. Le district s’étend sur la bordure septentrionale de la grande plaine qui va de Bisṭām et de S̲h̲āhrūd à l’Ouest jusqu’à Nīs̲h̲āpūr à l’Est, et dont la partie centrale est arrosée par le Kāl-i S̲h̲ūr avant qu’il ne se dirige vers le Sud dans le Das̲h̲t-i Kawīr. Au moyen âge islamique, la route allant de Nīs̲h̲āpūr à Gurgān traversait cette plaine, et les géographes situaient Isfarāyīn à mi-chemin environ, c’est-à-dire à cinq étapes, de chacune des deux villes. Quoiqu’on prétende qu’elle fut fondée par …

Īlāḳ

(255 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, région de Transoxiane située à l’intérieur du grand méandre dirigé vers le Nord du cours moyen du Iaxarte et au Sud de son affluent de droite, l’Āhangarān (en russe, Angren), donc entre les provinces du S̲h̲ās̲h̲ [voir Tas̲h̲kent] au Nord-ouest et de Farg̲h̲āna [ q.o.], à l’Est. D’après les géographes arabes et persans des IIIe-Ve/IXe-XIe siècles, c’était une province florissante qui possédait de l’argent et du sel dans ses montagnes. Ils indiquent les noms de nombreuses villes, et la principale était Tūnkat̲h̲, dont les ruines ont été identifiées…

al-Ziyādī

(224 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Ḥassān al-Ḥasan b. ʿUt̲h̲mān al-S̲h̲īrāzī ( nisba annonçant un lien apparent avec la cité iranienne; voir Yāḳūt, Buldān, éd. Beyrouth, III, 381), juge, traditionniste et historien du début delà période ʿabbāside, né en 156/773 à Baghdād et mort en rad̲j̲ab 242/nov.-déc. 856, ou l’année suivante (al-Ṭabarī, III, 1434 et al-Ḵh̲aṭīb al-Bag̲h̲dādī). Traditionniste d’opinion, associé à al-S̲h̲āfiʿī, il fut interrogé lors de la miḥna [ q.v.], à la fin du règne d’al-Maʾmūn (al-Ṭabarī, III, 1121-5, 1128, 1132). Il devait mieux réussir sous al-Mutawakkil, calife …

Ḏj̲alālābād

(1,246 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville de l’Afg̲h̲ānistān oriental (34°26’ N, 70°27’ E.) située à 620 m. d’altitude, dans la vallée du Kābul et sur la rive droite de ce dernier, à 125 km. de Pes̲h̲āwar à l’Est et à 160 de la ville de Kābul à l’Ouest. Placée à peu près à mi -chemin sur la route historique allant de Kābul à l’entrée des plaines de l’Inde du Nord, Ḏj̲alālābād occupe aussi une situation stratégique car elle commande les routes conduisant au Kāfiristān [ q.v.] (auj. Nūristān); de nos jours, il en part, dans la direction du Nord, des routes vers les vallées du Kunār et de lʿAlingār. La région qui entoure la ville est …

al-ʿUlā

(413 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du Ḥid̲j̲āz, au Nord-ouest de l’Arabie, située dans ce que l’on désignait au début de l’islam comme le Wādī l-Ḳurā, à la limite Sudest du Ḥarrat al-ʿUwayriḍ, sous une colline nommée Umm Nāṣir (26° 38’ N., 37° 57’ E.), à une altitude de 674 m. La région est très riche archéologiquement; à l’époque pré-islamique, c’était un centre florissant sur la route caravanière, quittant la Syrie vers le Sud à l’ancien Dedan, au pied du Ḏj̲abal al-Ḵh̲urayba, et gagnant le Sud de ce que l’on nommait alors al-Ḥid̲j̲r [ q.v] et qui est aujourd’hui Madāʾin Ṣāliḥ, à 18 km au Nord d’al-ʿUlā. La …

Dabūsiyya

(286 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville de la Transoxiane médiévale située en Sogdiane, sur un canal qui part au Sud du nahr Sug̲h̲d et sur la route Samarḳand-Karmīmyya-Buk̲h̲ārā. Le site en est marqué par les ruines de Ḳalʿa-yi Dabūs, près du village actuel de Ziyaudin (=Ḍiyāʾ al-dīn), d’après Barthold, Turkestan 3, 97. Les géographes médiévaux disent qu’elle se trouve dans une région prospère et bien arrosée, et al-Muḳaddasī (324; cf. R. B. Serjeant, Islamic textiles, material for a history up to the Mongol conquest, Beyrouth, 101) cite en particulier le brocart appelé wad̲h̲ārī qui y était produit. Dabūsiyya doit s…

al-Muṣʿabī

(224 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū l-Ṭayyib Muḥammad b. Ḥātim, fonctionnaire et poète en arabe et en persan qui vivait à Buk̲h̲ārā sous les Sāmānides (début du IVe/Xe siècle). Mieux connu de son temps comme politique que comme poète, il fut compagnon de plaisirs puis secrétaire en chef ( ʿamīd-i dīwān-i risālat) et finalement vizir sous le règne de l’amīr Naṣr b. Aḥmad (301-31/914-43); mais il tomba en disgrâce et, opposé à la nomination du nouveau vizir Abū ʿAlī al-Ḏj̲ayhānī [ q.v.. au Suppl.] vers 325/938, il fut exécuté (Bayhaḳī, Taʾrīk̲h̲-i Bayhaḳī, éd. G̲h̲anī et Fayyāḍ, 107; Gardīzī, Zayn al-ak̲h̲bār, éd. Nazim…

Tunganistan

(344 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Dunganistan, nom inventé par des chercheurs occidentaux et par des voyageurs (W. Heissig, Ella Maillart) pour un régime éphémère, qu’on peut à peine qualifier d’État, dans la partie méridionale du Turkestan chinois ou Sinkiang [ q.v.] 1934-7. Le nom tire son origine de soldats musulmans, Dungan ou Tungan [voir Tungans], Hui, c’est-à-dire d’ethnie chinoise, qui formèrent le soutien militaire de Ma Hu-shan, appelé «Commandant en chef de la 36e Division du Kuomintang» et beau-frère de Ma Chung-ying [ q.v.], le plus connu des cinq seigneurs de guerres chinois musulmans qui c…

Sarwistān

(335 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, petite ville de la province persane du Fārs(lat. 29° 16ʹ N., long. 53° 13ʹ E., ait. 1 597 m), à quelques km au Sud-est de S̲h̲īrāz, sur la route de Nayrīz [ q.v.]. Elle paraît s’identifier au Ḵh̲awristān des anciens géographes arabes, mais n’apparaît sous le nom de Sarwistān («lieu des cyprès») que chez al-Muḳaddasī à la fin du IVe/Xe siècle. Elle se distingue par le tombeau et le mausolée d’un saint local, S̲h̲ayk̲h̲ Yūsuf Sarwistānī, porteur d’une inscription de 682/1283, et par un mystérieux édifice sis à proximité, sur la route S̲h̲īrāz-Fasā à 12 km …

Zaḳḳūm

(175 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), arbre qui, selon l’eschatologie musulmane, poussait à l’Enfer et produisait des fruits amers que les damnés devaient manger. Il est mentionné trois fois dans le Ḳurʾān (XXXVII, 60/62; XLIV, 43; LVI, 52). Les lexicographes expliquent qu’il s’agit d’un arbre à l’odeur désagréable poussant dans la Tihāma, mais également d’un arbre produisant un fruit à usage médical qui pousse dans le vallée du Jourdain et qui entre chez les Arabes dans un plat comprenant du beurre frais et des dattes (voir Lane, 1239a-b). Richard Bell, The Qurʾān translated, II, 556 n. 1, cite en parallèle le …

Naṣr b. Aḥmad b. Ismāʿīl

(448 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, amīr sāmānide de Transoxiane et du Ḵh̲urāsān (301-31/914-43), qui reçut après sa mort le titre honorifique d’al- Amīr al-Saʿīd («l’Heureux»). Naṣr fut intronisé à huit ans, après l’assassinat de son père par les g̲h̲ulāms [ q.v.] turcs de l’armée, et placé sous la régence du vizir Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Aḥmad Ḏj̲ayhānī [voir al-Ḏj̲ayhānī au Suppl.]. Les premières années du règne furent sérieusement troublées par des révoltes à Samarḳand, à Nīs̲h̲āpūr et au Farg̲h̲āna, fomentées par des membres mécontents de la famille sāmānide. L’émirat ne con…

Bas̲h̲kard

(533 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Bas̲h̲ākard (forme européenne: Bachkardie), région du Sud-est de l’Iran, aujourd’hui du ressort administratif du ⁰ ustān ou province du Kirmān, dans le s̲h̲ahrastān ou district de Ḏj̲īruft dont il comprend l’une des neuf zones rurales ( dihistānhā; voir Farhang-i d̲j̲ug̲h̲rāfiyā-yi Īrān, VIII, Téhéran 1332 p./1953, 49). Le Bas̲h̲kard est l’arrièrepays montagneux du Makrān occidental, à l’Est de Mīnāb, près des détroits de Hormuz, que limitent au Nord les bords méridionaux de la dépression de Ḏj̲āz-Muryān; les sommets de la chaîne de …

KimÄk

(800 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(généralement écrit Kīmāk dans les textes et souvent vocalisé faussement Kaymāk) ancienne peuplade turque dont l’habitat s’étendait, dans la Sibérie occidentale, sur le cours inférieur de l’Irtis̲h̲ et sur ses affluents de l’Is̲h̲im et le Tobol, peut-être jusqu’au confluent de l’Irtis̲h̲ et de l’Ob au Nord, jusqu’aux Ourals à l’Ouest; ce nom apparaît dans les sources islamiques à partir du IIIe/IXe siècle. Les renseignements les plus détaillés sur les Kimäk et leurs territoires figurent dans les Ḥudūd al-ʿālam anonymes (de 372/982-3; trad. Minorsky, 99-100, 304-10) et dans le Zayn …

Nawwāb

(265 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nawāb, titre en usage dans l’Inde musulmane. Cette forme pourrait être une hypercorrection de l’arabe nuwwāb, pl. de nāʾib [ q.v.], employée, comme souvent dans la pratique persane (cf. arbāb «maître», ʿamala «ouvrier», et voir D. C. Phillott, Higher Persian grammar, Calcutta 1919, 65), en singulier. Le titre était conféré, à l’origine, par les empereurs mug̲h̲als, à un vice-roi ou un gouverneur de province, et il était certainement courant au XVIIIe siècle, souvent en combinaison avec un autre titre, par ex. le Nawāb-Wazīr d’Oudh (Awadh), le Nawāb-Nāẓim du Bengale. Un nawāb pouvait…

Ḏj̲ud̲h̲ām

(367 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, tribu arabe qui, à l’époque umayyade, prétendait descendre de Kahlān b. Sabaʾ du Yémen et être apparentée aux Lak̲h̲m et aux ʿĀmila, ce qui correspondait certainement aux alliances politiques dominantes à l’époque. Cependant, les tribus arabes du Nord prétendaient que les Ḏj̲ud̲h̲ām, les Ḳuḍāʿa et les Lak̲h̲m étaient à l’origine nizārites, mais avaient pris par la suite une fausse généalogie yéménite. Les Ḏj̲ud̲h̲ām étaient parmi les nomades qui s’étaient établis à l’époque pré-islamique sur l…

Rūznāma

(153 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), littéralement «rapport journalier», prend à partir de là des sens comme «almanach, calendrier, journal», etc. 1.Comme terme d’administration islamique médiévale. Dans les départements financiers du califat ʿabbāside, le rūznāmad̲j̲ était la main courante quotidienne ( kitāb al-yawm) dans lequel étaient transcrites toutes les opérations financières du jour — revenus des taxes, états des dépenses — avant d’être transférées à l’ awārad̲j̲, registre présentant l’état de la balance fiscale. La forme rūznāmad̲j̲ donne à penser à une origine sāsānide de cette pratiq…

Ṭoghri̊l

(184 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(turc), terme qui désigne, en turc ancien, un oiseau de proie, décrit par Maḥmūd al-Kās̲h̲g̲h̲arī comme étant plus grand que le ṣonḳur, peut-être l’autour huppé, astur trwirgatus. Il était très certainement utilisé pour chasser [voir à ce propos, Bayzara] . Cependant, son importance primordiale dans l’histoire et la culture turques, à partir des Uyg̲h̲urs, vient de ce qu’il devint un nom de personne fréquemment employé. A l’époque islamique, son plus remarquable détenteur fut Ṭog̲h̲ri̊l Beg [ q.v.], co-fondateur, avec ses frères Čag̲h̲ri̊ Beg [ q.v.] et Big̲h̲u (dont les noms s…

Hazāra

(1,269 words)

Author(s): Bosworth, C. E
, nom d’un groupe de peuplades habitant les montagnes centrales de l’Afg̲h̲ānistān; il forme le principal élément de peuplement de la région et compte peut-être 900 000 âmes. Il s’agit presque certainement d’un groupe ethniquement mélangé dont les composantes pourraient n’avoir aucun rapport les unes avec les autres. Les Hazāra sont, d’une manière prédominante, de type brachycéphale avec des traits mongoloïdes, sans cependant que ces caractéristiques soient une règle générale; il est permis de se ranger à l’opinion de Schu…

Ḳuṣdar

(582 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Ḳuzdār, nom, au moyen âge islamique, d’une ville du Balūčistān [ q.v.]; sous la forme Ḵh̲uzdār, il s’applique aujourd’hui à un district et à une ville de l’ancien État de Kalāt [voir Kilāt] au Pakistan. La ville (27°48’ N. et 66°37’ E.; 350 m. d’altitude; à 135 km. au Sud de Kalāt) est située dans la vallée longue et étroite du Kolaci qui possède une grande valeur stratégique parce qu’elle constitue un nœud de jonction des routes venant de Karāčī et Las Bêla au Sud [ q.vv.], de Kaččhī à l’Est, de Kalāt au Nord et de Makrān et Ḵh̲ārān [ q.vv.] à l’Ouest. ¶ Ḳuṣdār fut attaquée pour la première fois …

Nars̲h̲ak̲h̲ī

(354 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
Abū Bakr Muḥammad b. Ḏj̲aʿfar b. Ẓakariyyāʾ, historien de l’époque sāmānide.Il est probablement originaire de Nars̲h̲ak̲h̲, dans les environs de Buk̲h̲ārā (cf. al-Samʿānī, Ansāb, éd. Ḥaydarābād, XIII, 77-8), mais on ne sait rien de sa vie, sinon qu’il a écrit en arabe une histoire de Buk̲h̲ārā et l’a offerte à l’ amīr Nūḥ b. Naṣr en 332/943-4; c’est le seul ouvrage de sa plume que l’on connaisse. L’histoire a été traduite en persan par Abū Naṣr Aḥmad b. Muḥammad Ḳubāwī (de Ḳubā, au Farg̲h̲ānā; voir al-Samʿānī, X, 322-3), en 522/1128, parce que, …

Tungans

(554 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Dungans, en chinois T’ung-kan, nom turkike donné à ces Hui (à savoir des Musulmans d’ethnie chinoise) installés au sein du Turkestan chinois ou Sinkiang [ q.v.], en particulier dans les régions de Dzungarie et de Kumul, au Nord du Sinkiang, mais nombreux aussi dans les propres provinces de la Chine du Nord-ouest comme le Kansu [ q.v.] (Gansu), le Ninghsia [ q.v.], le Shensi [ q.v.] (Shaanxi) et le Tsinghai. Les Tungans du Sinkiang étaient estimés à 92 000 au milieu des années 1940, et ils y jouèrent un rôle politique et militaire, considérable, pendant la période…

Ḳuld̲j̲a

(1,389 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
ou G̲h̲uld̲j̲a, aujourd’hui Ili ou I-ning, ville située dans la haute vallée fertile et riche en minerais de l’Ili [ q.v.], en Asie Centrale. Sur l’histoire médiévale de la région, voir Almali̊gh. La ville de Ḳuld̲j̲a (Ḳuld̲j̲a la Vieille) était problement en 1762 une fondation récente des Chinois après leur victoire de 1758 sur les Kalmuks [ q.v.], et ils l’appelèrent Ning-yüan-tchen. Deux ans plus tard, fut fondée, pour servir de siège au gouverneur général ( dsandsün) du Turkestan chinois, Hoi-yüantchen qui fut appelée Ḳuld̲j̲a «la Grande» ou «la Nouvelle». Le gouver…

Ustāndār

(217 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), littéralement «celui qui détient un ustān [ q.v.] ou une province», terme administratif utilisé à l’origine en Perse sāsānide pour désigner un gouverneur de province ou un fonctionnaire chargé de gérer des domaines de l’État (Voir Nöldeke, Geschichte der Perser und Araber, 448). Quand les Arabes eurent conquis le ʿIrāḳ, les anciennes terres sāsānides furent transformées en ṣawafī al-ustān et administrées par des ustāndārs pour le calife ʿUmar (voir M. J. Morony, Iraq after the Muslim conquest, Princeton 1984, 68-9 et index sous ustāndār). Durant ce temps, le titre continua…

Yārkand

(2,524 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du bassin du Tarim, Turkestan Oriental, aujourd’hui dans la Région Autonome du Sinkiang/Xinjiang de la République Populaire de Chine et qui porte à nouveau en chinois le nom de So-ch’e/Shache (38° 27’ N., 77° 16’ E., altitude 1.190 m). Yārkand est située sur la rivière du même nom, qui prend sa source dans la partie septentrionale des ¶ Monts Ḳaraḳorum, près de la frontière mal définie entre le Kas̲h̲mīr et la Chine, et qui coule ensuite vers l’Est pour rejoindre le fleuve Tarim; avec ses eaux pérennes, c’est le cours d’eau le plus important qui…

Mihmān

(375 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.) littéralement «hôte», l’équivalent de l’arabe ḍayf [ q.v. EI2, II, 195a], Le terme persan se trouve dans plusieurs mots composés comme par exemple mihmāndār et mihmān-k̲h̲āna. En Perse ṣafavide, les mihmāndārs étaient des fonctionnaires désignés pour recevoir des hôtes et à leur assurer l’hospitalité, y compris les ambassadeurs étrangers et les messagers. Un grand officier de la cour, le mihmāndār-bās̲h̲ī, contrôlait les fonctionnaires subalternes. À l’époque des Ḳād̲j̲ārs, les mihmāndārs semblent avoir été nommés ad hoc. Voir des références dans les rapports des v…

Mus̲h̲īr al-Dawla

(461 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a. «conseiller de l’État»), titre conféré à six hommes d’affaires dans la Perse ḳād̲j̲āre au XIXe siècle et au début du XXe, dont le dernier est Mus̲h̲īr al-dawla Ḥasan Pirniyā (m. 1935), premier ministre en 1920, vers la fin du règne des Ḳād̲j̲ārs. Tous les six servirent en qualité d’agents diplomatiques ou ambassadeurs et tous, sauf le premier, devinrent ministres des affaires étrangères à Téhéran. C’est du premier, Mīrzā Sayyid Ḏj̲aʿfar Ḵh̲ān Tabrīzī, Muhandis Bās̲h̲ī (vers 1790-1862), que nous nous occuperons ici. Il avait été un des cinq Persans envoyés…

T́hat́t́ā

(553 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, T.t.h selon l’orthographe persane, habituellement Thatta ou Tatta, ville du Sind inférieur, située sur l’Indus à quelque 100 km de son embouchure dans l’Océan Indien et à la même distance environ à l’Est de Karachi (24° 44΄ de lat. Nord, et 67° 58΄ de long. Est). A l’époque médiévale musulmane, c’était une ville d’une importance considérabletant sur le plan politique que commercial, mais c’est aujourd’hui une petite bourgade, chef-lieu du district de ce nom, dans la Division d’Haydarābād du Sind, au Pakistan. 1. Histoire. Le nom même semble avoir pour connotation une installat…

Mas̲h̲had

(332 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), nom de lieu du verbe s̲h̲āhida «être témoin de, présent à», «être un martyr» ( s̲h̲āhīd; évolution post-ḳurʾānique que Goldziher juge influencée par l’usage parallèle du syriaque chrétien oriental; voir Muḥ. Stud., II, 387-9; trad. angl., II, 350-2). Egalement à l’époque post-ḳurʾānique, le terme mas̲h̲had, à partir de la désignation d’un lieu sacré quelconque, auquel était ou non associée une construction, mais souvent en fait un tombeau en général, en est arrivé à désigner la sépulture d’un prophète antérieur, d’un saint ou d’un pr…

Subayta

(196 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Isbayta, nom arabe d’un établissement de la région du Néguev [voir al-Naḳb], au Sud de la Palestine, dérivant du nom nabatéen rendu dans les sources grecques par Sobata; en hébreu : Shivta. Les ruines sont situées à 43 km au Sud-ouest de Beersheba, à une altitude de 350 m. Décrites d’abord par E. H. Palmer en 1870, elles ont été abondamment fouillées depuis les années 1930. La ville prospéra aux époques nabatéenne tardive, romaine tardive et byzantine. Il s’agissait d’un centre essentiellement agricole, non protégé par des mu…

Istiʿrāḍ, ʿArḍ

(4,925 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, rassemblement, revue et inspection des troupes; l’officier chargé de ces opérations est le ʿāriḍ, pl. ʿurrāḍ. L’institution du ʿarḍ fut, dès le début, étroitement rattachée au dīwān al-d̲j̲ays̲h̲, département de la bureaucratie qui s’occupait des affaires militaires; recrutement, rassemblement et inspection constituaient l’une des principales sphères d’activité du dīwān, l’autre sphère étant celle des pensions et soldes [voir Dīwān et Ḏj̲ays̲h̲]. Le ¶ ṣāḥib dīwān al-d̲j̲ays̲h̲ du début du califat ʿabbāside ou le ʿāriḍ al-d̲j̲ays̲h̲ des États qui lui succédèrent (plus…

Yūsuf al-Barm

(219 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
ou Yūsuf b. Ibrāhīm, mort en 160/777 ou peu après, mawlā de T̲h̲aḳīf qui se rebella contre les ʿAbbāsides au Ḵh̲urāsān oriental pendant le califat d’al-Mahdī. Le soulèvement de Yūsuf ne fut que l’une des nombreuses révoltes menées en Transoxiane et au Ḵh̲urāsān oriental durant la première période du califat ʿabbāside par des Arabes ou des Iraniens, vivant sur place. Les sources attribuent ce mouvement à certaines motivations religieuses, en témoignerait la proclamation traditionnelle de l’obligation d’ al-amr bi l-maʿrūf wa l-nahy ʿan al-munkar, en réalité, la nature de cette …

Rad̲j̲āʾ b. Ḥaywa

(990 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
b. Ḵh̲anzal al-Kindī, Abū l-Miḳdām ou Abū Naṣr ( nasab complet dans Gottschalk, 331, d’après Ibn ʿAsākir), client ou mawla assez mystérieux qui paraît avoir été influent en ce qui concerne le domaine religieux et qui fut conseiller politique à la cour des premiers califes marwānides de ʿAbd al-Malik jusqu’à ʿUmar b. ʿAbd al-ʿAzīz. On ignore sa date de naissance, pourtant à sa mort en 112/730, il devait avoir environ soixante-dix ans. ¶ Selon un récit, la famille de Rad̲j̲āʾ provenait de Maysān en Bas-ʿIrāḳ, indigènes locaux, Nabats ou Araméens; c’est là que le lien de walāʾ avec la tribu a…

Rukn al-Dīn Bārbak S̲h̲āh

(187 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Nāṣir al-dīn Maḥmūd S̲h̲āh, Sultan du Bengale de la lignée restaurée des Ilyās S̲h̲āhī, r. 864-79/1460-74. Bārbak, l’un des plus puissants des souverains médiévaux du Bengale, s’acquit une grande réputation en combattant les souverains hindous d’Orissa et du Bengale septentrional et oriental, et en reprenant Silhet [ q.v.] (Sylhet) et Chittagong [ q.v.] aux Arakanais. Il recruta pour ses forces armées des esclaves militaires ḥabas̲h̲īs et des mercenaires arabes; la tradition populaire hagiographique attribue beaucoup des conquêtes de Bārbak à u…

Sulṭānābād

(465 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom de divers lieux de Perse. 1. Le plus connu est l’actuelle ville de Perse d’Arāk, (long. 49° 41′ E., lat. 34) 5′ N, altitude 1 753 m, à 284 km au Sud-ouest de Téhéran. Elle se trouve dans l’angle Sud-ouest de la plaine de Farahān, à proximité du massif du Zagros. Le nom populaire, devenu officiel d’Arāk doit provenir de ʿIrāḳ, au sens de ʿIrāḳ-i ʿAd̲j̲am, ou ʿIraḳ persan, le Ḏj̲ibāl médiéval [ q.v.]. La région moderne d’Arāk se trouve dans la boucle du Ḳara Ṣu. Ses districts ruraux comprennent celui de Kazzāz, qui semble se confondre avec le médiéval Karad̲j̲ Abī Dulaf (voir Le Strange, Lands, 19…

Muḥammad b. Maḥmūd b. Muḥammad b. Malik-s̲h̲ah

(588 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū S̲h̲ud̲j̲āʿ G̲h̲iyāt̲h̲ al-dunyā wa-l-dīn, sultan sald̲j̲ūḳide de Perse occidentale (548-55/1153-9). La mort, en 547/1152, du sultan Masʿūd b. Muḥammad [ q.v.] sans héritier mâle direct ouvrit une période de confusion dans le sultanat des Grands Sald̲j̲ūḳides, en ce sens qu’il y avait encore plusieurs princes qui prétendaient au trône, notamment le frère de Masʿūd, Sulaymān-S̲h̲āh, et les fils de ses frères Maḥmūd et Ṭog̲h̲ri̊l. Tous ces prétendants, sauf Muḥammad, ne possédaient que de médiocres capacités et dépendaient largement des Atabegs et d’autres amīrs turcs, dont…

Kōhāt

(1,039 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(p. montagnes), district sous administration directe de ce qui fut, jusqu’en 1955, la Province frontière du Nord-ouest des Indes britanniques puis du Pakistan; sa superficie est de 7000 km2 environ et son centre administratif se trouve dans la ville de Kōhāt. Il est entouré au Nord par l’Agence de Khyber [voir Ḵh̲aybar Pass], à l’Ouest par celles du Kurram et du Wazīrīstān du Nord, au Sud par le district de Bannū [ q.v.] et à l’Est, par PIndus et le taḥṣīl de ʿĪsā Ḵh̲ēl du Pand̲j̲āb. Le district est formé d’un plateau accidenté, situé à une hauteur moyenne de 600 m., avec des cha…

al-Nūs̲h̲arī

(140 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
ou al-Naws̲h̲arī. Abū Mūsā ʿĪsā b. Muḥammad, général de la garde des califes ʿabbāsides à Sāmarrā (on le disait turc, mais c’était peut-être un Persan du Ḵh̲urāsān, car al-Sāmʿānī, Ansāb, éd. Ḥaydarābād, XIII, 201-2, rattache sa nisba d’al-Nūs̲h̲ārī ( sic) à Nūs̲h̲ār, un village du district de Balk̲h̲). Il fut gouverneur de Damas à plusieurs reprises sous le califat d’al-Muntaṣir et d’al-Muʿtazz [ q.vv.] à partir de 247/861. A l’avènement d’al-Muʿtazz, il étendit son autorité vers le Sud, en Palestine, et destitua le gouverneur arabe de Ramla [ q.v. ], ʿĪsā b. al-S̲h̲ayk̲h̲ [ q.v.]. Par …

ʿUrwa b. Masʿūd

(314 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Muʿattib al-T̲h̲aḳafī, Abū Yaʿfur (m. 9/630), un des chefs du groupe des Aḥlāf à al-Ṭāʾif [ q.v.], au début de l’Islam, et considéré techniquement comme un Compagnon du Prophète. Par sa mère, il descendait de ʿAbd S̲h̲ams de Ḳurays̲h̲, et il épousa une fille, Āmina ou Maymūna, d’Abū Sufyān [ q.v.], le chef de la résistance mecquoise contre Muḥammad. Comme allié de Ḳurays̲h̲, ʿUrwa prit part aux négociations entre le Prophète et les Mecquois lors de la trêve d’al-Ḥudaybiya [ q.v.], conclue en 6/28. Quand les hommes de Ṭāʾif, venant des deux groupes des Banū Aḥlāf et des Ba…

Rayčūr

(158 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville et district d u Sud de l’Inde, ajourd’hui dans le département de Gulbargā de l’Etat de Karnataka (Union Indienne), mais, avant 1947, dans l’Etat princier de Haydarabad (Inde Britannique). Lalat. est de 16°15′ N., et la long, de 77°20′, E. Ancienne ville hindoue dépendant autrefois du royaume de Warangal, Rāyčūr passa aux sultans k̲h̲ald̲j̲is de Dihlī au VIIIe/XIVe siècle, puis aux Bahmanides et, après la conquête du Deccan par Awrangzīb, aux Mug̲h̲als. La ville possède d’intéressants monuments islamiques. L’Ek Mīnār kī masd̲j̲id bahmanide a son …

Tālīkōt́ā

(284 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, petite ville du centre du Deccan, au Moyen Age, aujourd’hui dans le district de Bīd̲j̲apur de l’Etat du Karnataka, de l’Union indienne (lat. 16° 31’ N., long. 76° 20’ E.). Elle est célèbre pour avoir été le lieu de réunion et le camp de base pour les forces combinées des sultanats du Sud de l’Inde (les ʿĀdil S̲h̲āhīs, Barīd S̲h̲āhīs, Ḳuṭb S̲h̲āhīs et Niẓām S̲h̲āhīs [ q.vv.]). Us marchèrent tous ensemble quelques 50 kms vers le Sud, au sud de la rivière Krishna et des villages de Rakshasa et Tangadi, traversèrent la rivière et, à un point situé à 20 km au sud …

Ḏh̲ikris

(504 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Zikris, secte musulmane du Balūčistān méridional, particulièrement puissante chez les Balūč du Makrān [ q.v.], mais également représentée chez les Brahūis, plus au Nord. Le nom de la secte provient du fait que ses membres plaçaient la récitation liturgique de formules comprenant les noms et les titres de Dieu, c’est -à -dire le d̲h̲ikr [ q.v.], au -dessus du culte islamique régulier, la ṣalāt ou namāz. Hughes -Buller pense que les Ḏh̲ikris sont issus du mouvement hétérodoxe de la Mahdawiyya du Nord de l’Inde, constituée par les partisans de Sayyid Muḥammad Mah…

Kwat́t́a

(1,689 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Quetta, ville et district du Balūčistān septentrional, actuellement au Pakistan; aussi bien à l’époque de l’Inde britannique qu’aujourd’hui au Pakistan, Quetta a formé un district administratif avec Pīs̲h̲īn, située à une trentaine de km au Nord. Du point de vue géologique, ce territoire est complexe et très montagneux, avec des pics atteignant près de 3 900 mètres, et il est centré sur le bassin du Pīs̲h̲īn-Lora et de ses affluents; le climat y est tempéré avec des hivers rigoureux. La culture, pratiquée par irrigation et principalement de blé récolté au printemps ( rabīʿ) et de sorg…

Taḥṣīl

(149 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), nom d’action du verbe de forme II ḥaṣṣala, «rassembler, acquérir». Dans l’usage islamoindien, ce mot — emprunté à des régimes antérieurs — désigne dans les provinces anglo-indiennes de Bombay, Madras et dans les Provinces Unies la collecte des revenus et par suite la région administrative dans laquelle les impôts sont collectés. C’est ainsi que dans les provinces mentionnées cidessus, le taḥṣīl était une subdivision du district ( taʿalluḳa, altéré en tālūḳ) couvrant une zone allant jusqu’à 1 500 km2. Par ses dimensions, le taḥṣīl s’insère entre le pargana [ q.v.] et le sarkār de l…

Mutaṭawwiʿa

(978 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Muṭṭawwiʿa ( a.), litt. «ceux qui accomplissent des actes de piété surérogatoires, au delà des obligations imposées par la s̲h̲arīʿa», en écho à l’emploi du verbe taṭawwaʿa dans Ḳurʾān, II, 153/158, 180/184, IX, 80/79; ce terme est utilisé dans un contexte militaire pour les combattants volontaires. Al-Samʿānī les définit ( Ansāb, éd. Ḥaydarābād, XII, 318) comme «un groupe qui se consacre au g̲h̲azw et au d̲j̲ihād, tient garnison dans les ribāṭs le long des frontières ( t̲h̲ug̲h̲ūr) et va bien au delà de son devoir ( taṭawwaʿû) dans le g̲h̲azw en entreprenant celui-ci en territoire…

Wus̲h̲mgīr b. Ziyār

(394 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Ẓahīr al-dawla, second souverain de la dynastie daylamite des Ziyārides [ q.v.] de Perse septentrionale, r. 323-56/ 935-67. Wus̲h̲mgīr aurait signifié «piégeur de cailles» d’après al-Masʿūdī, Murūd̲j̲, IX, 30 = § 3603, voir Justi, Iranisches Namenbuch, 259. Wus̲h̲mgīr était le lieutenant de son frère Mardāwīd̲j̲ [ q.v.] et, après la mort de celui-ci, fut acclamé à Rayy par les troupes daylamites comme son successeur. Jusque vers 328/940, il conserva les conquêtes de son frère de Perse septentrionale, mais par la suite il fut entraîné dans …

K̲h̲uttalān, K̲h̲uttal

(1,239 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, région de la rive droite de l’Oxus supérieur dans la contrée qui est aujourd’hui l’Asie Centrale Soviétique, entre les rivières Wak̲h̲s̲h̲ et Pand̲j̲ (sources de l’Oxus) que le moyen âge appelait Wak̲h̲s̲h̲āb et Ḏj̲aryāb. Elle était limitée à l’Ouest par les régions topographiquement similaires de Čag̲h̲āniyān et Wak̲h̲s̲h̲ [ q.vv.] et se trouvait souvent reliée administrativement au Wak̲h̲s̲h̲ (Yāḳūt, Buldān, II, 402). C’était un pays de riches pâturages tant dans les vallées que sur les pentes supérieures des collines où étaient élevés les ¶ fameux chevaux du Ḵh̲uttal que m…

S̲h̲ōlāpur

(257 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom d’un district et de son centre administratif en Inde, dans le Deccan occidental. A l’époque anglo-indienne, ils se trouvaient dans la Présidence de Bombay. Dans l’Union Indienne, ils sont actuellement sur la frange sud-orientale de l’État de Mahāras̲h̲tra. La ville (lat. 17° 43′ N., long. 75° 56′ E.) fut anciennement un centre des Marāt́hās [ q.v.]. En 718/1318, elle tomba sous le contrôle des sultans de Dihlī, et fut gouvernée à partir de Deogīrī (Dawlatābād [ q.v.]); par la suite, elle échut aux Bahmānīs, puis alternativement aux ʿĀdil S̲h̲āhīs de Bīd̲j̲āpur et au…

Mazyad

(1,661 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Banū —, ou Mazyadides, dynastie arabe du ʿIrāḳ central qui descendait du clan Nās̲h̲ira des Banū Asad [ q.v.] fixé entre al-Kūfa et Hīt et régna aux IVe-VIe/Xe-XIIe siècles. Les origines des Mazyadides telles que les a établies G. Makdisi (voir Bibl.) contrairement à l’opinion ancienne (exprimée par ex. dans l’art. Mazyad de l’- EI1 ) selon laquelle la famille ne serait apparue dans l’histoire que dans les premières années du Ve/XIe siècle, remontent à l’époque suivant de peu l’instauration de la domination des Būyides au ʿIrāḳ. Ibn al-Ḏj̲awzī rapporte que le vizir de l’ amīr būyide Muʿi…

Maḥmūd b. Sebüktigin

(2,077 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, sultan de la dynastie g̲h̲aznawide [ q.v.] qui régna de 388 à 421/998-1030 dans les parties orientales de l’Islam. Abū l-Ḳāsim Maḥmūd était le fils aîné de Sebüktigin, un officier turc qui, après avoir fait partie de la garde personnelle formée d’esclaves du ḥād̲j̲ib-i buzurg (commandant en chef) Alptigin [voir Alp Takīn] sous les Sāmānides, parvint à devenir l’ amīr pratiquement indépendant d’une principauté dont le centre était G̲h̲azna [ q.v.], située à l’époque sur les confins orientaux de l’empire sāmānide. Maḥmūd naquit en 361/971, d’une mère qui appartenai…

Zamm

(291 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, une ville sur la rive gauche du fleuve Oxus [voir Āmū Daryā], en Asie Centrale médiévale. Elle est située à environ 190 km en amont d’Āmul-i Shaṭṭ [voir Āmul. 2], en direction de Tirmid̲h̲ [ q.v.], c’est pourquoi cette Āmul est parfois nommée l’«Āmul de Zamm» parce que Zamm constitue le prochain point de traversée sur le fleuve (voir par ex., al-Balād̲h̲urī, Futūḥ, 410). Zamm jouait un rôle important comme lieu de traversée joignant le Ḵh̲urāsān et le Māwarāʾ l-nahr [ q.vv.]. Dans les récits historiques des premières invasions arabes, la cité est mentionnée comme le point p…

S̲h̲āpūr

(494 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), forme néo-persane du moyen persan S̲h̲āhpūr, «fils de roi», normalement arabisée en S̲h̲ābūr, Sābūr, en syriaque S̲h̲ābhōr, en grec ΣαπωρηΣ ou Σαβονρ (voir Justi, Iranisches Namenbuch, 284 sqq.), nom de divers monarques de la dynastie sāsānide en Perse préislamique. Pour l’histoire développée de leurs règnes, voir Sāsānides. On ne notera ici que les aspects en rapport avec les Arabes. S̲h̲āpūr I, fils d’Ardas̲h̲īr Pāpak (r. 239 ou 241 à 270 ou 273) est connu dans les sources arabes sous le nom de S̲h̲ābūr al-Ḏj̲unūd «S̲h̲ābūr des armées», (p. ex. d…

Ṭārābī, Maḥmūd

(259 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, chef d’une révolte à coloration sociale et religieuse qui éclata dans l’oasis de Buk̲h̲ārā, contre la domination Mongole en 636/1238-9. Maḥmūd était un fabricant de tamis du village de Ṭārāb ou Tārāb, (voir al-Samʿānī, Ansāb, édit. Ḥaydarābād, IX, 5; Yāḳūt, Buldān, édit. Beyrouth, IV, 4; Barthold, Turkestan down to the Mongol invasion 3, 114, n. 9, 117, 132). Il conduisit un mouvement contre l’oppression des basḳaḳs ou collecteurs de taxes Mongols. Son mouvement semble avoir été dirigé également contre les propriétaires terriens et l’ensemble des élites civi…

Lamg̲h̲ānāt

(790 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, district de l’Afg̲h̲ānistān oriental qui, tirant son nom du centre urbain de Lamg̲h̲ān (devenu par la suite Lag̲h̲mān), est ainsi appelé dans les sources islamiques de la fin du moyen âge. Il comprend la plaine fertile du cours moyen du Kābul et s’étend en grande partie au Nord et à l’Est de la ville de Kābul [ q.v.]. Il est limité au Nord par les montagnes du Kāfiristān [ q.v.], auj. Nūristān, et englobe les parties inférieures du cours de l’Alingār et de l’Alis̲h̲ang; au Sud et à l’Est, il est limitrophe de la région de Nangrahar (qui, pour certains, comme Bāb…

Kākūyides

(2,410 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
ou Kākwayhides, dynastie d’origine daylamite dont les membres régnèrent sur une partie des Ḏj̲ibāl [ q.v.] comme souverains pratiquement indépendants durant la première moitié du Ve/XIe siècle et, par la suite, pendant plus d’un siècle comme seigneurs locaux du Yazd, vassaux des Sald̲j̲ūḳides. L’ascension des Kākūyides constitue l’un des aspects de «l’intermède daylamite» de l’histoire iranienne, durant lequel les éléments daylamites et kurdes, étouffés jusque là, prirent de l’importance. Sous l’impulsion dynamique du m…

Mahīm

(208 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Maham, ville et taḥṣīl du district de Rohtak, dans l’Inde, sur la route reliant Dihlī et Hānsī (28° 58ʹ N. et 76° 18ʹ E); elle se trouvait autrefois dans le Pand̲j̲āb, mais elle est échue depuis 1947 à l’Union indienne (État d’Hariana). Fondée probablement par des princes rād̲j̲pūts, elle fut, dit-on, détruite à la fin du VIe/XIIe siècle par Muʿizz al-dīn Muḥammad G̲h̲ūrī [voir G̲h̲ūrides]. Le Ḏj̲āmi ʿMasd̲j̲id porte une inscription du règne de Humāyūn rappelant sa construction par Bēgam Sulṭān en 937/1531 et une autre de l’époque d’Awrangzīb à l’occasion d…

Salmās

(883 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom d’un district et de son chef-lieu urbain médiéval dans la partie occidentale de la province persane d’Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān. Le district englobe une plaine fertile près de l’angle Nord-ouest du Lac Urmiya, bordée à l’Ouest par la chaîne des monts Harāwīl avec le col de Ḵh̲ānasūr (2 408 m) qui conduit en Turquie, et au Sud par le Kūh-i Awg̲h̲ān. La ville moderne de Salmās, S̲h̲ābūr ou Dīlmān (lat. 38° 13′ N., long. 44° 50′ E.) est à 48 km au Sud-sudouest de Ḵh̲ōy [voir Ḵh̲ōī] sur la rivière Zala Čay. La région de Salmās a été habitée de toute antiquité, comme le montrent les ves…

Ḳut̲h̲am b. al-ʿAbbās

(737 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. ʿAbd al-Muṭṭalib al-Hās̲h̲imī, compagnon du Prophète; il était le fils de l’oncle de Muḥammad et de la belle-sœur de ce dernier, Umm al-Faḍl al-Hilāliyya. Bien que la Sīra le mette en contact avec le Prophète en le plaçant dans le cercle étroit de la famille hās̲h̲imite qui lava son corps avant de le mettre au tombeau et que l’on ait également souligné la ressemblance physique qui aurait existé entre les deux personnages ¶ , il paraît évident qu’il ne se convertit à l’Islam que tardivement, sans doute pour suivre son père al-ʿAbbās [ q.v.] après la conquête de La Mekke. Il n’est d’aucune man…

Ḳimār

(659 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, nom donné au pays des Khmers ou Cambodge par les ouvrages musulmans de géographie et de voyages. Les savants de l’Islam s’intéressèrent de bonne heure à la géographie et à l’organisation politique du Sud-est asiatique à cause des relations commerciales entretenues avec l’Inde orientale et la Chine et grâce aux renseignements fournis notamment par les marchands et les navigateurs arabes et persans; un certain nombre de ces informations concernaient le royaume khmer, sur le bas Mékong, qui forma…

Sarak̲h̲s

(900 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du Ḵh̲urāsān septentrional, dans la steppe au Nord de l’extrémité orientale de la chaîne du Köpet Dag̲h̲. Elle était située sur la rive droite (orientale) de la rivière Tad̲j̲ant (actuellement Ted̲j̲en), dont le débit incertain recevait les eaux du Harī Rūd avant de disparaître dans le désert du Ḳara Ḳum [ q.v.]. Selon les géographes musulmans du moyen âge, le lit de la rivière n’était rempli qu’à l’époque des hautes eaux, en hiver et au début du printemps. Divers canaux d’irrigation furent dérivés de la rivière, mais la modicité des resso…

S̲h̲uraḥbīl b. Ḥasana

(297 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū ʿAbd Allāh, Mekkois des premiers temps converti à l’Islam, éminent Compagnon du Prophète et l’un des grands chefs militaires lors de l’invasion de la Syrie, m. 18/639. Apparemment d’origine kindite, il portait le nom de sa mère, Ḥasana, mais son nasab était ... b. ʿAbd Allāh b. Muṭāḥ b. ʿAmr. Il est qualifié de ḥalīf ou confédéré [voir Ḥilf] du clan mekkois de Zuhra, mais lié par un autre mariage de sa mère à Ḏj̲umaḥ. En tant que converti de la première heure, il prit part à la seconde hid̲j̲ra en Ethiopie (voir Ibn Saʿd, IV/1, 94, VII, 118; Ibn al-At̲h̲īr, Usd, II, 390-1). Il prit de l’imp…

Tibesti

(359 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, massif montagneux du centre du Sahara, faisant partie des hautes terres qui vont de l’Adrar des Ifog̲h̲as [voir Adrar] situé dans le Nord-est du Mali jusqu’aux montagnes Nuba du Soudan. Il s’étend à peu près entre 23° et 19° 3′ de lat. Nord et 16° et 19° 30′ de long. Est, avec une longueur d’environ 380 km sur 350 km de profondeur, et il comprend le point culminant du Sahara, avec le sommet volcanique de l’Emi Koussi à 3.415 m. Trois grands wadis secs, profondément encaissés, indiquent, comme en d’autres lieux du Sahara, que le ¶ climat fut autrefois plus humide. On trouve des oasis, au …

Sanad

(151 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), plur. asnād, littéralement “support, étai, repos”. Dans l’usage administratif musulman, le terme en est arrivé à désigner un document administratif, financier ou légal dans lequel on peut avoir une confiance absolue ( masnūd), d’où le sens de document certifié ou authentifié. De la même racine s-n-d, est dérive le terme technique de la tradition islamique, isnād [ q.v. et Ḥadīt̲h̲], littéralement “l’acte de faire reposer quelque chose sur autre chose”. La forme turque de sanad, c’est-à-dire sened, était employée dans la pratique ottomane pour un document auquel, pa…

al-Zuṭṭ

(786 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, terme employé en arabe ancien pour désigner un peuple du Nord-ouest de l’Inde, les Jhâfs (voir Ḏj̲āt́) dont les membres avaient été transférés dans la région du Golfe Persique durant les premiers siècles de l’Islam, ou même plus tôt. Selon al-Balād̲h̲urī, l’empereur sāsānide Bahrām V Gūr ( r. 420-38) transféra des Zuṭṭs de l’Inde au Ḵh̲ūzistān et sur le littoral du Golfe; par la suite, ceux-ci, devenus musulmans, furent installés par Abū Mūsā al-As̲h̲ʿarī [ q.v.] à Baṣrā et furent rattachés à la tribu Ḥanẓala de Tamīm. Ils furent entraînes — du moins certains d’entre …

Rāfiʿ al-Darad̲j̲āt

(148 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
b. Rāfiʿ al-S̲h̲aʾn b. S̲h̲āh ʿĀlam I, S̲h̲ams al-dīn, arrière petit-fils du grand empereur mug̲h̲al Awrangzīb [ q.v.]. Il était un des empereurs éphémères des dernières décennies du pouvoir mug̲h̲al indépendant, et régna environ quatre mois au printemps de 1131/1719. Après la mort d’Awrangzīb en 1118/1707, le pouvoir le plus important daiis l’Empire était celui des Bārha Sayyids [ q.v. au Suppl.] qui, en 1124/1712, élevèrent au trône Farrukh-siyar b. ʿAẓīm al-S̲h̲aʾn Muḥammad ʿAzīm [ q.v.]. puis le déposèrent en rabīʿ II 1131/février 1719 et le remplacèrent par Rāfiʿ …

Sābūr b. Ardas̲h̲īr

(357 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Abū Naṣr Bahāʾ al-dīn (330-416/942-1025), fonctionnaire et vizir pour le compte des Būyides au Fārs. Ayant commencé sa carrière de haut fonctionnaire comme délégué du vizir de S̲h̲araf al-dawla Abū Manṣūr b. Ṣāliḥān, il devint ensuite vizir lui-même pour la première fois en 380/990, et pour le successeur de S̲h̲araf al-dawla à S̲h̲īrāz, Bahāʾ al-dawla [ q.v. au Suppl.]. Il fut de nouveau vizir à S̲h̲īrāz en d̲j̲umādā I 386/mai-juin 996, cette fois pour plus de trois ans, puis en 390/1000 à Bag̲h̲dād comme délégué du vizir Abu ʿAlī al-Muwaffaḳ. Sābūr…

Musawwida

(488 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), littéralement «ceux qui noircissent» et, par extension, «qui portent du noir», nom donné aux partisans des ʿAbbāsides au temps de la daʿwa d’Abū Muslim al-Ḵh̲urāsānī et d’Abū Salama al-Ḵh̲allāl [ q.vv.], d’après, semble-t-il, les bannières noires que portaient ces rebelles aux Umayyades, de sorte qu’ils sont qualifiés dans certaines sources d’ aṣḥāb al-rāyāt al-sawdāʾ. Les origines de cet emploi du noir sont obscures, et on les a beaucoup discutées. En premier lieu, ce peut avoir été simplement une marque de rébellion, car le rebelle anti-umay…

Thālnēr

(229 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville du nord-ouest du Deccan ou Inde du Sud, située sur le cours moyen du fleuve Tāptī à 21° 15’ de latitude Nord et 74° 58΄ de longitude Est (voir la carte à Gud̲j̲arāt, II, 1152). Sa renommée dans l’histoire indo-musulmane médiévale vient de ce qu’elle fut la première capitale des souverains Fārūkī [voir Fārūḳides] du Ḵh̲āndēs̲h̲ [ q.v.] avant qu’ils ne se déplacent à Burhānpūr [ q.v.]. Elle fut le centre du pouvoir hindou dans l’Inde occidentale quand Malik Rād̲j̲ā Aḥmad la choisit vers la fin du VIIIe/XIVe siècle. Elle fut prise en 914/1509 par le sultan du Gud̲j̲arāt Maḥmūd Begaŕhā [ q.v.]…

Muḥammad Ṣāliḥ Kanbō Lāhawrī

(163 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, historien indomusulman et styliste dont les dates exactes de naissance et de mort ne sont pas connues, mais qui écrivait au XIe/XVIIe siècle sous les empereurs Mog̲h̲ols S̲h̲āh Ḏj̲ahān et Awrangzīb [ qq.v.]. Il ¶ est peut-être un frère plus jeune de l’historien et littérateur ʿInāyat Allāh Kańbō (m. 1082/1671 [ q.v.]), si au moins la référence de Muḥammad Ṣāliḥ à ce dernier comme son maître et patron, birādar-i kalān "frère aîné", doit être interprété littéralement. On ne sait presque rien de sa vie, mais il était fonctionnaire gouvernemental à Lahore où son tombeau se…

Mīt̲h̲āḳ

(653 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(a., nom d’instrument de wat̲h̲iḳa «croire, avoir confiance en» ou wat̲h̲uḳa «être ferme», équivalent, dans l’usage, du maṣdar mīmī ou du nom de lieu et de temps mawt̲h̲īḳ), pacte, accord, employé 25 fois dans le Ḳurʾān, et souvent en relation avec son synonyme ʿahd [ q.v.]. Dans quelques occurrences, il désigne des conventions politiques (IV, 92/90, 94/92, VIII, 73/72, et cf. l’emploi de ʿāhada en VIII, 58/56) et une fois un pacte ¶ entre mari en femme (IV, 25/21), mais, dans la plupart des cas, il s’agit de pactes entre Dieu et divers membres de Sa création humain…

Ubāgh

(241 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ʿAyn Ubāg̲h̲, nom d’une source ou d’un cours d’eau, sur les confins orientaux, c.-à-d. ʿirāḳīs, du Désert de Syrie, qui fut le théâtre d’un yawm pré-islamique, ou bataille entre les Arabes. Les sources arabes confuses disent qu’il s’agit de la bataille de 554 ap. J. C. au cours de laquelle le Lak̲h̲mide al-Mund̲h̲ir III b. al-Nuʿmān II fut tué en combattant le G̲h̲assānide al-Ḥārith b. Ḏj̲abala [ q.v.], à savoir le Yawm al-Ḥalīma (voir par ex. al-Bakrī, Muʿd̲j̲am mā staʿd̲j̲ama, I, 95; Yāḳūt, Buldān, éd. Beyrouth, IV, 175. Cf. A. P. Caussin de Perceval, Essai sur l’histoire des Arabes a…

al-Warkāʾ

(224 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Tall, nom arabe de ce qui est aujourd’hui un site archéologique dans le liwāʾ (gouvernorat) ¶ de Nāṣiriyya en ʿIrāḳ (31° 18ʹ N, 45° 40ʹ E.). C’est l’Uruk des Sumériens et des Babyloniens, Erech dans la Bible (Gen. X, 10), une ville d’importance majeure, et un des centres religieux de l’ancienne Babylonie, dont la première visite fut effectuée par W. K. Loftus dans les années 1850. Au début de l’Islam, cela semble avoir été un bourg modeste du district de Kaskar; les traditions musulmanes y situaient le lieu de naissance du patriarche Ibrāhīm/Abraham (nombre d…

Ṭalḥat al-Ṭalaḥāt

(305 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
«le Ṭalḥa des Ṭalḥa», nom par lequel était connu le généralissime arabe des premiers temps de l’Islam, Abū Muḥammad Ṭalḥa b. ʿAbd Allāh b. Ḵh̲alaf al-Ḵh̲uzāʿī. Ibn Ḵh̲allikān, éd. ʿAbbās, III, 88, trad. de Slane, II, 53, explique ce surnom par le nom de sa mère: Ṭalḥa bt. Abī Ṭalḥa. Par sa mère, il était lié à ḳurays̲h̲ (Caskel-Strenziok, Ğamharat an-nasab, II, 555). Il apparaît dans l’histoire des Umayyades comme gouverneur du Sīstān, vers la fin du califat de Yazīd Ier, nommé par le gouverneur du Ḵh̲urāsān, Salm b. Ziyād [ q.v.], juste après une razzia arabe dans l’Afg̲h̲ānistān ori…

Safīd Rūd

(272 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), «Rivière Blanche», système hydrographique de la Perse du Nord-ouest drainant la partie Sud-est de l’Afg̲h̲ānistān, et ce qui au moyen âge islamique était la région du Daylam [ q.v.]. Les géographes du IVe/Xe siècle l’appelaient déjà Sabīd/Sapīd̲h̲ Rūd̲h̲, et Ḥamd Allāh Mustawfī (VIIIe/XIVe siècle) applique nettement le mot à l’ensemble du système. A une époque plus récente, le nom tend cependant à désigner plus étroitement la partie du système qui se constitue après le confluent à Mard̲j̲il des deux grands tributaires, le Ḳi̊zi̊l Üzen [ q.v.] venant de la gauche, et le S̲h̲…

Özkend

(319 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Ūzkend, parfois écrit dans les sources Yūzkand ou Uzd̲j̲and, ville du Farg̲h̲āna [ q.v.] islamique médiéval, en Asie Centrale, à l’extrémité orientale de la vallée du Farg̲h̲āna, et considérée comme proche de la frontière avec les Turcs païens. Dès le milieu du IIIe/IXe siècle, Özkend était gouvernée par un potentat local portant le nom turc de Ḵh̲ūrtigin (?Čūr-tigin) (Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih, 30). Les géographes du siècle suivant (celui des Sāmānides) lui attribuent le caractère tripartite typique des ville islamiques orientales, avec une citadelle dans la madīna (cité intérieur…

Ḳurḥ

(678 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, al-ḳurḥ, ville et district du Nord du Ḥid̲j̲āz qui étaient d’une importance primordiale au moyen âge d’après les anciennes sources islamiques, mais sont inconnus de nos jours sous ce nom. Il est très vraisemblable que la localité ait joué un rôle dans l’histoire préislamique du Wādī l-Ḳurā [ q.v.] où le Ḳurḥ cité plus tard était situé, bien que les principales villes fussent alors Dēdān (aujourd’hui al-Ḵh̲urayba) et al-Ḥid̲j̲r [ q.v.] ou Madāʾin Ṣāliḥ (auj. al-ʿUlā). D’après Yāḳūt (éd. Beyrouth 1374-6/ 1955-7, IV, 320-1) et al-Samhūdī ( Wafāʾ al-wafāʾ, éd. M. M. ʿAbd al-Ḥamīd, Bey…

Narāḳ

(159 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Nirāḳ, petite ville de Perse (lat. 34° N., long. 50° 49´ E.) dans la province actuelle de Ḳum, à 60 km de Kās̲h̲ān et sur la bordure Nord-ouest du Kūh-i Kargas. Elle n’est pas mentionnée chez les géographes musulmans classiques, mais est connue comme ville natale du savant Muḥammad Mahdī b. Abī Ḏh̲arr Nirāḳī (m.? 1209/1794-5), auteur d’ouvrages en arabe et en persan sur la rhétorique, les martyrs s̲h̲īʿites. les mathématiques, etc. (Storey, I, 219-20, III, 213; Brockelmann, S II, 824) et de son fils Mullā Aḥmad Nirāḳī (m. 1244/1828-9), théologien et poète sous le tak̲h̲alluṣ de Ṣafāʾī (B…

Rād̲j̲ā Ganes̲h̲

(207 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(du hindī Gaṇésa, transcrit en arabe G.n.s. ou G.n.sī) propriétaire terrien hindou du Bengale du Nord qui usurpa le pouvoir au Bengale pendant les dernières années de la première période de la dynastie des Ilyās S̲h̲āhides, probablement dans la première décennie du IXe/XVe siècle. Les sources ne sont pas claires, mais il semble que Rād̲j̲ā Ganes̲h̲ ait exercé le pouvoir dans l’Etat sous l’autorité nominale des Ilyās S̲h̲āhides, puis ait mis sur le trône, en 817/1414, son jeune fils Ḏj̲adu, qui se convertit à l’Islam et prit le nom de Ḏj̲a…

Ḳandahār

(3,307 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du Sud-ouest de l’Afg̲h̲anistān (31°27’ N et 63° 43’ E) qui, de nos jours, a donné son nom à une province; elle est située à une altitude de 1 000 mètres environ, entre les cours de l’Arg̲h̲andāb et du S̲h̲ōrāb, dans la partie méridionale, plus tempéiée, de l’Afg̲h̲ānistān; la neige y dure rarement longtemps et, à l’époque moderne, la ville est devenue la résidence d’hiver des habitants de Kābul désireux d’éviter les rigueurs du climat de la capitale (voir J. Humlum et autres, La géographie de l’Afghanistan, étude d’un pays aride, Copenhague 1959, 141-2; Ibn Baṭṭūta, III, 89 ra…

Bād̲h̲ām

(521 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Bād̲h̲ān, gouverneur persan du Yémen vers la fin de la vie du Prophète. La présence des Persans au Yémen remontait à l’époque (vers 570 de J.-C.) où s’était produite sous l’impulsion du prince ḥimyarite Sayf b. Ḏh̲ī Yazan [ q.v.], une réaction nationale contre le gouverneur, Masrūḳ b. Abraha, soutenu par les Éthiopiens. Le roi de Perse Ḵh̲usraw Anūs̲h̲irwān avait envoyé des troupes, [voir Wahriz] pour appuyer Sayf b. Ḏh̲ī Yazan, et une garnison persane, avec un gouverneur militaire à sa tête, avait finalement été installée à Ṣanʿāʾ. Ce sont les descendants …

Küčük ʿAlī Og̲h̲ullari̊

(481 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, une lignée de derebeys [ q.v.] turcomans, seigneurs locaux contrôlant un siècle durant la région autour de Payas [ q.v.], strategiquement située à l’entrée du golfe d’Alexandrette (à présent dans l’ il ou province de Hatay), et, durant quelques temps, Adana en Cilicie. Le fondateur, Ḵh̲alīl Bey Küčük ʿAlī Og̲h̲lu apparaît vers 1770 comme un chef de bandits, basé à Payās, prélevant son butin sur la navigation dans le golfe, y compris sur les navires des puissances européennes, ainsi que sur le trafic terrestre contraint d’emprunter une é…

al-Nuwayrī

(208 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Muḥammad b. al-Ḳāsim al-Iskandarānī, historien de sa ville natale, Alexandrie, où il vécut au VIIIe/XIVe siècle (les dates précises sont inconnues). Entre 767 et 775/1366-74, il écrivit une histoire de la ville en trois volumes, le K. al-Ilmām fīmā d̲j̲arat bihi l-aḥkām al-maḳḍiyya fī wāḳiʿāt al-Iskandariyya dans le but de décrire la calamité provoquée en muḥarram 767/octobre 1365 par les Croisés francs qui, conduits par Pierre de Lusignan, roi de Chypre, descendirent sur Alexandrie, l’occupèrent pendant une semaine et la mirent à sac (voir S. Runciman, A history ofthe Crusades, Lo…

Muḥammad Farīd Bey

(469 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Aḥmad Farīd Pas̲h̲a (1284-1338/1867-1919), politicien nationaliste égyptien, dont l’action se déroula dans les deux premières décennies du XXe siècle. Appartenant à l’aristocratie turque, il fit une carrière d’avocat devant les tribunaux ahliyya, puis de partisan de Muṣṭafā Kāmil Pas̲h̲a [ q.v. ], leader de l’opposition nationaliste au protectorat britannique sur l’Égypte et fondateur, en 1907, du Parti Nationaliste ( al-Ḥizb al-Waṭanī [voir Ḥihẓb I. Pays arabes]). A la mort de Muṣṭafā Kāmil (début 1908), Muḥammad Farīd lui succéda à la tête du parti, ma…

Ürgenč

(442 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du delta du fleuve Oxus, ou Amū Daryā [ q.v.] dans le Ḵh̲warazm [ q.v.], et qui, durant cinq siècles, à partir de la conquête mongole, fut la capitale de la province. Après la destruction totale en 618/1221 par les Mongols de Gurgand̲j̲, la précédente capitale du Ḵh̲warazm, les conquérants fondèrent une nouvelle ville, sur un site proche, sans doute celui du «petit Gurgand̲j̲», à trois farsak̲h̲s de l’ancienne capitale. Sous la pax mongolica, Ürgenč devint rapidement un centre commercial, peuplé et florissant, (voir Barthold, Turkestan down to the Mongol invasion, 457 et du même, A …

Konkan

(352 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, région littorale dans la partie occidentale du Dekkan (ou péninsule indienne), comprise entre Thālnēr et Bombay au Nord et Goa au Sud, c’est à dire entre les latitudes 19° 30ʹ N. et 15° 30ʹ N., et s’étendant sur environ 560 kms. Elle a été désignée sous ce nom tant au Moyen Âge qu’à l’époque contemporaine. Dans l’Inde britannique, elle était officiellement dans la présidence de Bombay, plus ¶ tard province de Bombay, et à présent dans l’État de Maharashtra de l’Union Indienne. Elle comprend une plaine basse, très forestière, allant de la mer d’Oman à la barriè…

Mangrōl

(169 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, nom de deux localités de l’Inde. 1. Port sur la côte Sud-ouest de la péninsule de Kāt̲h̲iāwāŕ (21° 28´ N., 70° 14´ E.) qui se trouvait autrefois à l’intérieur de l’État indigène de Ḏj̲unāgaŕh [ qv.] et dont le chef musulman local était vassal du nawwāb de cet État. La mosquée porte la date de 785/1383. Bibliography Imperial gazetteerof India 2, XVII, 180. 2. Ville de l’ancien territoire de l’Inde britannique de Rajputana, à l’intérieur de l’État indigène de Kotah (25° 20´ N., 70° 31´ E.) et à 70 km. au Nord-est de la cité de Kotah. C’est là qu’eut lieu, le 1er octobre 1821, la bataille entre de…

Kilāt

(1,280 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Kalāt, Kelāt, nom d’une ville et d’une vaste région du Balūčistān qui constituait un k̲h̲ānat avant de devenir un district du Pakistan. I. La ville (souvent appelée Kalāt-i Balūč pour la distinguer de la Kalāt-i G̲h̲ilzay afg̲h̲āne) est située à 28଀ 53′ de lat. N. et 66° 28′ de long. E., à une altitude de 2000 m.; au cours des derniers siècles, elle resta la capitale du k̲h̲ānat de Kalāt et la ville la plus importante du Balūčistān, jusqu’au moment où Quetta [voir Kwat́t́a] devint une base ¶ militaire de l’Inde britannique. Kalāt ou Kilāt représente l’arabe ḳalʿa et le persan ḳala/ ḳalāt souven…

Kūh-i Bābā

(496 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, massif motagneux de l’Afghanistan central constitué par l’extension vers l’Ouest et le Sud du «nœud» des Pamirs et de l’Hindau Kus̲h̲ [ q.v.] du Nord-est de l’Afg̲h̲ānistān. Le nom de Kūh-i Bābā est proprement donné à la chaîne maîtresse Est-Ouest qui s’étend de Kābul vers l’Ouest, au Sud du Herī Rūd supérieur, avec des prolongements vers le Sud et l’Ouest à travers les régions des G̲h̲ōrāt [voir G̲h̲ūr] et des Hazārad̲j̲āt [ q.v., au Suppl.], entre les vallées telles que celles de l’Helmand, de PArg̲h̲andāb et du Tarnak. Sur le versant Nord du Herī Rūd, se dressen…

Kāfiristān

(2,601 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
« pays des incroyants », nom d’unerégion montagneuse du massif de l’Hindou Kouch, au Nord-est de l’Afg̲h̲ānistān, qui resta très isolée et politiquement indépendante jusqu’à la conquête afg̲h̲āne (1896), mais devint dès lors, avec l’introduction de l’Islam, le Nūristān « pays de lumière ». Quelques auteurs européens anciens ont fait état de ce que l’on pourrait qualifier de « GrandKāfiristān » comprenant, outre le Kāfiristān proprement dit (voir infra), des régions telles que le Lag̲h̲mān, le Čitrāl, le Swāt, le Bad̲j̲war, le Gilgit, etc., ce qui correspondrait …

Mīkālī

(1,097 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nisba d’une famille iranienne du Ḵh̲urāsān qui occupa une place en vue dans le monde culturel et politique de la région et joua un rôle actif dans l’administration locale et municipale sous les Sāmānides et les premiers G̲h̲aznawides [ q.vv.]. Elle était apparemment d’origine sogdienne, et l’on cite parmi ses ancêtres préislamiques le prince de Pand̲j̲kent, S̲h̲īr Dīvāstič, tué par les Arabes au Mont Mug̲h̲, en 104/722-3 [voir Mā warāʾ al-Nahr. II. Histoire]; al-Samʿānī ( Ansāb, éd. en facsimile, fol. 548 b-549 b) la fait remonter aux Sāsānides Yazdagird II et Bahrān …

Munād̲j̲āt

(244 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), nom d’action du verbe de IIIe forme nād̲j̲ā «murmurer, causer confidentiellement avec quelqu’un», employé en ce sens dans Ḳurʾān, LVIII, 13, et à la VIe forme réciproque en LVIII, 9, 10, à propos des murmures de mécontentement circulant parmi les partisans du Prophète, probablement après la défaite d’Uḥud (voir Nöldeke-Schwally, G.d.Q, I, 212-13). Munād̲j̲āt devient toutefois un terme technique de piété islamique et d’expérience mystique au sens de «prière spontanée», par opposition au devoir d’obligation rendu à Dieu à l’occasion de la ṣalāt (voir Hughes, A dictionary of I…

Lanbasar

(387 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(ainsi chez Ras̲h̲īd al-dīn et Mustawfī; prononciation populaire avec assimilation: Lam(m)asar < Lambasar), nom d’une des forteresses ismāʿīliennes du Nord-ouest de l’Iran prise à un chef local par le lieutenant et finalement successeur de Ḥasan-i Sabbāḥ, Kiyā Buzurg-Ummīd, en 495/1102 selon Ḏj̲uwaynī [voir Alamūt, Ismaʿīliyya]. Ses ruines encore vastes sont situées, sur une pente à 30° aisément défendable dont la surface ressemble à un tronc de cône et qui mesure environ 480 m sur 190, dans le district de Rūdbār, sur le haut S̲h̲āh-Rūd, affluent du Safīd-Rūd [ q.v.], où se trouvai…

Ḏj̲and

(1,917 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville médiévale située sur le cours inférieur du Si̊r Daryā, en Asie centrale, vers l’embouchure de ce cours d’eau dans la mer d’Aral, dans l’actuelle RSS du Kazakstan; sa renommée était telle que la mer d’Aral fut souvent appelée mer de Ḏj̲and. C’est vers le milieu du IVe/Xe siècle que, pour la première fois, il en est fait état par les géographes arabes, notamment par Ibn Ḥawḳal et, après lui, par l’auteur anonyme des Ḥudūd al-ʿālam (372/982). Ibn Ḥawḳal indique qu’il existait trois agglomérations sur le cours inférieur du Si̊r Daryā, chez les Turcs og̲h̲uz de cette…

Ṭarāz

(982 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom arabe désignant Talas, rivière d’Asie centrale et ville préislamique et des premiers temps de l’Islam située sur ses rives. Le site exact est inconnu mais se trouvait probablement près de la ville plus récente d’Awliyā Atā/Aulie Ata, la Dzhambul actuelle. Cette dernière est aujourd’hui dans la République du Kazakhstan, mais l’ancien nom de Talas a été réutilisé pour désigner un site moderne plus à l’est, sur la rive gauche de la rivière de Talas, au cœur du Kirg̲h̲istan. Le Talas d’origine éta…

ʿUḳaylides

(796 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, dynastie arabe qui prospéra en ʿIrāḳ et en Syrie du Nord, d’environ 380/990 à 564/1169. La famille est issue de ʿUḳayl [ q.v.], une tribu d’Arabie du Nord. Au IVe/Xe siècle, les ʿUḳayl, installés dans le Nord de la steppe ʿirāḳo-syrienne, dépendaient des Ḥamdānides [ q.v.] de Mawṣil et d’Alep. Quand les derniers Ḥamdānides de Mawṣil, Abū ʿAbd Allāh al-Ḥusayn et Abū Ṭāhir Ibrāhīm, furent menacés par le chef kurde Bād̲h̲ al-Ḥusayn b. Dustak, fondateur au Diyār Bakr de la dynastie marwānide [voir Marwānides], ils appelèrent à leur secours le chef ʿuḳaylide Abū l-Ḏh̲awwād Muḥamma…

Kānpur

(543 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Cawnpore, ville située sur les rives du Gange dans la province de l’Uttar Pradesh (République indienne, 26° 28′N. et 8o°20′E.); c’est également le nom d’un district administratif de cette province. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, Kānpur n’était guère qu’un village connu sous le nom de Kanbaiyāpur ou Kanhpur; comme il était situé sur les frontières occidentales de l’Awad̲h̲ ou Oud̲h̲ [ q.v.], le district de Kānpur fut l’objet de disputes, au milieu du XVIIIe siècle, entre les Nawwābs de l’Awad̲h̲, les empereurs mug̲h̲als de Dihlī et la puissance croissante des Marāth…

Zand̲j̲ān

(805 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du Nord-ouest de la Perse, située sur le Zand̲j̲ān Rūd, affluent sur la rive droite du Safīd Rūd [ q.v.]. Elle se trouve sur la grande route qui mène de Téhéran et Ḳazwīn à Tabrīz, à une distance de 314 km de Téhéran et à 302 km de Tabrīz, à une altitude de 1.625 m (36° 40’ de lat. N., 48° 30’ de long. E.). La plupart des géographes du Moyen Age plaçaient Zand̲j̲ān dans la province de Ḏj̲ibāl, l’associant habituellement à Abhar [ q.v.] ou Awhar à quelque 80 km au Sud-est, mais ils déclaraient généralement qu’elle était à la frontière avec l’Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān. et certaines …

K̲h̲ulm

(1,038 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville du Nord de l’Afg̲h̲ānistān (36°42´N., 67° 41´E.); située dans la région des basses terres au Sud du cours supérieur de l’Oxus à une altitude de 450 m., elle se trouve à environ 50 km. à l’Est de l’actuelle Mazār-i S̲h̲arīf et, selon les géographes islamiques médiévaux, à deux marḥalas, ou dix farsak̲h̲s à l’Est de Balk̲h̲ [ q.v.]. Elle est en outre arrosée par le Ḵh̲ulm qui coule dans une étroite vallée de l’Hindū Kus̲h̲, dépasse la ville de Haybak, puis Ḵh̲ulm, pour s’épuiser avant d’atteindre l’Oxus; il est possible que cette rivière soit l’Artamis des géographes grecs. Les géographe…

al-Rass

(391 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom, dans les ouvrages géographiques en arabe, de l’Araxes (forme perso-turque: Aras; ¶ arménienne: Eraskʿ; géorgienne: Rak̲h̲s̲h̲ī; moderne: Aras). Ce fleuve prend sa source dans ce qui est aujourd’hui la Turquie orientale, près d’Erzurum, et coule en gros vers l’Est sur 1072 km pour se jeter dans la Caspienne. Son cours moyen, à partir d’un point proche du Mont Ararat, forme aujourd’hui la frontière entre l’ancienne RSS d’Azerbeidjan et la Perse; le cours inférieur reçoit le Kur et traverse les steppes de Mūḳān [ q. v.] et un territoire maintenant totalement azerbaïdjanais. Le nom a…

Laḳab

(14,290 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(a.), surnom et, à une époque plus tardive et dans un emploi particulier, titre honorifique (pi. alākb). On trouvera des suggestions à propos de son étymologie dans L. Caetani et G. Gabrieli, Onomasticon aràbicum, I. Fonte-introduzione, Rome 1915, 144-5; sur sa place dans le schéma général de la composition des noms islamiques, voir Ism. Le laḳab paraît avoir été à l’origine un surnom ou sobriquet possédant toutes sortes de valeurs et pouvant être admiratif, purement descriptif et de contenu neutre ou insultant et péjoratif. Dans ce dernier cas, il était souvent désigné sous le nom de naba…

Sand̲j̲ar

(2,638 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Malik S̲h̲āh, ʿAḍud al-Dawla Abū l-Ḥārit̲h̲ Aḥmad, malik sald̲j̲ūḳide au Ḵh̲urāsān, 490-511/1197-8, puis sultan suprême des Grands Sald̲j̲ūḳs, maître du Ḵh̲urāsān et de la Perse du Nord jusqu’à sa mort en 552/1157. Il régna donc une soixantaine d’années. Le nom de Sand̲j̲ar, qui s’applique à d’autres membres de la famille sald̲j̲ūḳide et en d’autres secteurs du monde turc, paraît signifier en turc «celui qui perce, qui enfonce»; cf. M. Th. Houtsma, Ein türkisch-arabisches Glossar, Leyde 1894, texte 29, glossaire 78, 80, et la discussion approfondie de P. Pelliot dans Oeuvres posth…
▲   Back to top   ▲