Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 1,363 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

K̲h̲uttalān, K̲h̲uttal

(1,239 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, région de la rive droite de l’Oxus supérieur dans la contrée qui est aujourd’hui l’Asie Centrale Soviétique, entre les rivières Wak̲h̲s̲h̲ et Pand̲j̲ (sources de l’Oxus) que le moyen âge appelait Wak̲h̲s̲h̲āb et Ḏj̲aryāb. Elle était limitée à l’Ouest par les régions topographiquement similaires de Čag̲h̲āniyān et Wak̲h̲s̲h̲ [ q.vv.] et se trouvait souvent reliée administrativement au Wak̲h̲s̲h̲ (Yāḳūt, Buldān, II, 402). C’était un pays de riches pâturages tant dans les vallées que sur les pentes supérieures des collines où étaient élevés les ¶ fameux chevaux du Ḵh̲uttal que m…

Zawd̲j̲

(916 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | J. Lentin
, (a., plur. azwād̲j̲), à l’origine «deux animaux attelés ensemble», d’où dans l’usage de l’arabe littéral ou dialectal un très grand nombre de sens se sont développés, dont «pièce de terre qu’un attelage de deux animaux peut labourer en tel laps de temps», «deux choses (semblables)», «une paire, un couple» à partir de quoi des dérivés verbaux ont été tirés. Au côté d’«un élément d’une paire», «la moitié d’un couple (spécialement une épouse)» et souvent avec une terminaison en -at «la femme»), la signification «couple», «paire», bien que rejetée par les puristes est attest…

Ṭūs

(4,990 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C. E.
(forme originelle iranienne Tōs, en transcription arabe Tūs, également ainsi dans la géographie arménienne de la fin du VIIIe s., voir Markwart-Messina, A catalogue of the provincial capitals of Eranshahr, Rome 1931, 11, 47), canton du Ḵh̲urāsān qui joua un rôle majeur de l’histoire de la Perse. 1. Histoire. A l’époque historique, Ṭūs était le nom d’un canton doté de plusieurs villes: celle de Nawḳān prospéra jusque vers la fin du IIIe/IXe s. La forme Nawḳān < Nōḳan est confirmée par le nom actuel du quartier de Mas̲h̲had Nawg̲h̲ān [où la diphtongue aw correspond à l’ancien wāw-i mad̲j̲hūl,…

S̲h̲ōlāpur

(257 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom d’un district et de son centre administratif en Inde, dans le Deccan occidental. A l’époque anglo-indienne, ils se trouvaient dans la Présidence de Bombay. Dans l’Union Indienne, ils sont actuellement sur la frange sud-orientale de l’État de Mahāras̲h̲tra. La ville (lat. 17° 43′ N., long. 75° 56′ E.) fut anciennement un centre des Marāt́hās [ q.v.]. En 718/1318, elle tomba sous le contrôle des sultans de Dihlī, et fut gouvernée à partir de Deogīrī (Dawlatābād [ q.v.]); par la suite, elle échut aux Bahmānīs, puis alternativement aux ʿĀdil S̲h̲āhīs de Bīd̲j̲āpur et au…

Mazyad

(1,661 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Banū —, ou Mazyadides, dynastie arabe du ʿIrāḳ central qui descendait du clan Nās̲h̲ira des Banū Asad [ q.v.] fixé entre al-Kūfa et Hīt et régna aux IVe-VIe/Xe-XIIe siècles. Les origines des Mazyadides telles que les a établies G. Makdisi (voir Bibl.) contrairement à l’opinion ancienne (exprimée par ex. dans l’art. Mazyad de l’- EI1 ) selon laquelle la famille ne serait apparue dans l’histoire que dans les premières années du Ve/XIe siècle, remontent à l’époque suivant de peu l’instauration de la domination des Būyides au ʿIrāḳ. Ibn al-Ḏj̲awzī rapporte que le vizir de l’ amīr būyide Muʿi…

Maḥmūd b. Sebüktigin

(2,077 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, sultan de la dynastie g̲h̲aznawide [ q.v.] qui régna de 388 à 421/998-1030 dans les parties orientales de l’Islam. Abū l-Ḳāsim Maḥmūd était le fils aîné de Sebüktigin, un officier turc qui, après avoir fait partie de la garde personnelle formée d’esclaves du ḥād̲j̲ib-i buzurg (commandant en chef) Alptigin [voir Alp Takīn] sous les Sāmānides, parvint à devenir l’ amīr pratiquement indépendant d’une principauté dont le centre était G̲h̲azna [ q.v.], située à l’époque sur les confins orientaux de l’empire sāmānide. Maḥmūd naquit en 361/971, d’une mère qui appartenai…

Zamm

(291 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, une ville sur la rive gauche du fleuve Oxus [voir Āmū Daryā], en Asie Centrale médiévale. Elle est située à environ 190 km en amont d’Āmul-i Shaṭṭ [voir Āmul. 2], en direction de Tirmid̲h̲ [ q.v.], c’est pourquoi cette Āmul est parfois nommée l’«Āmul de Zamm» parce que Zamm constitue le prochain point de traversée sur le fleuve (voir par ex., al-Balād̲h̲urī, Futūḥ, 410). Zamm jouait un rôle important comme lieu de traversée joignant le Ḵh̲urāsān et le Māwarāʾ l-nahr [ q.vv.]. Dans les récits historiques des premières invasions arabes, la cité est mentionnée comme le point p…

S̲h̲āpūr

(494 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), forme néo-persane du moyen persan S̲h̲āhpūr, «fils de roi», normalement arabisée en S̲h̲ābūr, Sābūr, en syriaque S̲h̲ābhōr, en grec ΣαπωρηΣ ou Σαβονρ (voir Justi, Iranisches Namenbuch, 284 sqq.), nom de divers monarques de la dynastie sāsānide en Perse préislamique. Pour l’histoire développée de leurs règnes, voir Sāsānides. On ne notera ici que les aspects en rapport avec les Arabes. S̲h̲āpūr I, fils d’Ardas̲h̲īr Pāpak (r. 239 ou 241 à 270 ou 273) est connu dans les sources arabes sous le nom de S̲h̲ābūr al-Ḏj̲unūd «S̲h̲ābūr des armées», (p. ex. d…

Ṭārābī, Maḥmūd

(259 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, chef d’une révolte à coloration sociale et religieuse qui éclata dans l’oasis de Buk̲h̲ārā, contre la domination Mongole en 636/1238-9. Maḥmūd était un fabricant de tamis du village de Ṭārāb ou Tārāb, (voir al-Samʿānī, Ansāb, édit. Ḥaydarābād, IX, 5; Yāḳūt, Buldān, édit. Beyrouth, IV, 4; Barthold, Turkestan down to the Mongol invasion 3, 114, n. 9, 117, 132). Il conduisit un mouvement contre l’oppression des basḳaḳs ou collecteurs de taxes Mongols. Son mouvement semble avoir été dirigé également contre les propriétaires terriens et l’ensemble des élites civi…

Lamg̲h̲ānāt

(790 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, district de l’Afg̲h̲ānistān oriental qui, tirant son nom du centre urbain de Lamg̲h̲ān (devenu par la suite Lag̲h̲mān), est ainsi appelé dans les sources islamiques de la fin du moyen âge. Il comprend la plaine fertile du cours moyen du Kābul et s’étend en grande partie au Nord et à l’Est de la ville de Kābul [ q.v.]. Il est limité au Nord par les montagnes du Kāfiristān [ q.v.], auj. Nūristān, et englobe les parties inférieures du cours de l’Alingār et de l’Alis̲h̲ang; au Sud et à l’Est, il est limitrophe de la région de Nangrahar (qui, pour certains, comme Bāb…

Kākūyides

(2,410 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
ou Kākwayhides, dynastie d’origine daylamite dont les membres régnèrent sur une partie des Ḏj̲ibāl [ q.v.] comme souverains pratiquement indépendants durant la première moitié du Ve/XIe siècle et, par la suite, pendant plus d’un siècle comme seigneurs locaux du Yazd, vassaux des Sald̲j̲ūḳides. L’ascension des Kākūyides constitue l’un des aspects de «l’intermède daylamite» de l’histoire iranienne, durant lequel les éléments daylamites et kurdes, étouffés jusque là, prirent de l’importance. Sous l’impulsion dynamique du m…

Mahīm

(208 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Maham, ville et taḥṣīl du district de Rohtak, dans l’Inde, sur la route reliant Dihlī et Hānsī (28° 58ʹ N. et 76° 18ʹ E); elle se trouvait autrefois dans le Pand̲j̲āb, mais elle est échue depuis 1947 à l’Union indienne (État d’Hariana). Fondée probablement par des princes rād̲j̲pūts, elle fut, dit-on, détruite à la fin du VIe/XIIe siècle par Muʿizz al-dīn Muḥammad G̲h̲ūrī [voir G̲h̲ūrides]. Le Ḏj̲āmi ʿMasd̲j̲id porte une inscription du règne de Humāyūn rappelant sa construction par Bēgam Sulṭān en 937/1531 et une autre de l’époque d’Awrangzīb à l’occasion d…

Salmās

(883 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom d’un district et de son chef-lieu urbain médiéval dans la partie occidentale de la province persane d’Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān. Le district englobe une plaine fertile près de l’angle Nord-ouest du Lac Urmiya, bordée à l’Ouest par la chaîne des monts Harāwīl avec le col de Ḵh̲ānasūr (2 408 m) qui conduit en Turquie, et au Sud par le Kūh-i Awg̲h̲ān. La ville moderne de Salmās, S̲h̲ābūr ou Dīlmān (lat. 38° 13′ N., long. 44° 50′ E.) est à 48 km au Sud-sudouest de Ḵh̲ōy [voir Ḵh̲ōī] sur la rivière Zala Čay. La région de Salmās a été habitée de toute antiquité, comme le montrent les ves…

Saʿādat ʿAlī K̲h̲ān

(602 words)

Author(s): Davies, C. Collin | Bosworth, C. E.
, nawāb d’Awadh, ou Oudh (règn. 1798-1814). Son frère Āṣaf al-dawla était mort en septembre 1797, mais après un intérim de quatre mois, le fils putatif de ce dernier, Wazīr ʿAlī Ḵh̲ān fut écarté, et le gouverneur-général britannique Sir John Shore installa à sa place Saʿādat ʿAlī Ḵh̲ān, qui vivait sous protection britannique à Bénarès depuis 1776. Son règne est intéressant pour avoir coïncidé avec l’extension du contrôle britannique sur les territoires d’Awadh. Un traité conclu avec le dernier n…

Ḳut̲h̲am b. al-ʿAbbās

(737 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. ʿAbd al-Muṭṭalib al-Hās̲h̲imī, compagnon du Prophète; il était le fils de l’oncle de Muḥammad et de la belle-sœur de ce dernier, Umm al-Faḍl al-Hilāliyya. Bien que la Sīra le mette en contact avec le Prophète en le plaçant dans le cercle étroit de la famille hās̲h̲imite qui lava son corps avant de le mettre au tombeau et que l’on ait également souligné la ressemblance physique qui aurait existé entre les deux personnages ¶ , il paraît évident qu’il ne se convertit à l’Islam que tardivement, sans doute pour suivre son père al-ʿAbbās [ q.v.] après la conquête de La Mekke. Il n’est d’aucune man…

Ḳimār

(659 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, nom donné au pays des Khmers ou Cambodge par les ouvrages musulmans de géographie et de voyages. Les savants de l’Islam s’intéressèrent de bonne heure à la géographie et à l’organisation politique du Sud-est asiatique à cause des relations commerciales entretenues avec l’Inde orientale et la Chine et grâce aux renseignements fournis notamment par les marchands et les navigateurs arabes et persans; un certain nombre de ces informations concernaient le royaume khmer, sur le bas Mékong, qui forma…

Ibn al-Balk̲h̲ī

(328 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, auteur persan de l’époque sald̲j̲ūḳide qui écrivit une histoire locale et un exposé topographique de sa province du Fars, le Fārs-nāma. En dehors de ce que l’on peut glaner dans son ouvrage, l’on ne sait rien de lui, et l’on ne connaît même pas la forme exacte de son nom, sauf que ses ancêtres étaient originaires de Balk̲h̲. Son grand-père était mustawfī ou comptable du Fārs, à l’époque où le gouverneur de la région nommé par Berk-yaruḳ b. Malik S̲h̲āh était l’ atabeg Rukn al-dawla ou Nad̲j̲m al-dawla Ḵh̲umārtigin, et Ibn al-Balk̲h̲ī acquit sa connaissance étendue de la régi…

Ilyāsides

(511 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, dynastie mineure qui régna au Kirmān (Sud-est de la Perse) au cours des décennies du milieu du IVe/Xe siècle; son installation y marque la fin de l’appartenance directe du Kirmān au pouvoir califal, qui avait été rétablie au début du même siècle après la chute de l’empire ṣaffāride. Le fondateur de la dynastie, Abū ʿAlī Muḥammad b. Ilyās, qui exerçait un commandement dans l’armée ṣāmānide, était d’origine sogdienne; il fut impliqué dans la révolte que les frères de l’ amīr sāmānide Naṣr b. Aḥmad fomentèrent contre lui en 317/929 et, lorsque cette rébellion prit fin en 320…

Ordūbād

(229 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville de la Transcaucasie orientale sur la rive gauche du cours moyen de l’Araxe, à 38° 54′ N. et 46° 01′ E., et à une altitude de 948 m. Son nom turco-persan «ville-armée» fait penser à une fondation probable au cours de la période des invasions mongoles ou des Īl-Ḵh̲ānides qui suivirent, d’autant que ces derniers firent de l’Afg̲h̲ānistān le centre de leur pouvoir. Ḥamd Allāh Mustawfī (mi-VIIIe/XIVe siècle) la qualifie de ville provinciale, l’une des cinq constituant le tūmān de Nak̲h̲čiwān [ q.v.], et dit qu’elle est arrosée par un cours d’eau venant du Mont Ḳubān (aujourd…

Tug̲h̲ra

(5,230 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Deny, J. | Siddiq, Muhammad Yusuf
(t.), selon l’orthographe de l’arabe médiéval et du turc ottoman, ṭug̲h̲rā, emblème calligraphique des souverains turcs, depuis l’époque des chefs des Og̲h̲uzes jusqu’aux Sald̲j̲ūḳs, et à leurs successeurs qui gouvernèrent en Perse, les Mamlūks et les sultans ottomans. Sous ces derniers, en particulier, il devint une représentation artistique extrêmement stylisée du nom et des titres du souverain et des princes de la famille royale. Certes, l’usage chez les Ottomans voulut qu’il devînt effectivement l’emb…
▲   Back to top   ▲