Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C. E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C. E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

G̲h̲ūrides

(4,593 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom d’une dynastie iranienne orientale qui jouit d’un pouvoir indépendant au VIe/XIIe s. et dans les premières années du VIIe/ XIIIe, dans la région du G̲h̲ūr [ q.v.] qui constitue maintenant l’Afg̲h̲ānistān central, et avait pour capitale Fīrūzkūh [ q.v.]. I. — Origines et histoire ancienne. Le nom de famille des sultans g̲h̲ūrides était S̲h̲anasb/ S̲h̲ansab (< m. pers. Gus̲h̲nasp; cf. Justi, Iranisches Namenbuch, 282; Marquart, Das Reich Zābul, dans Festschrift E. Sachau, 289, n. 3) et, au moment de leur gloire, des tentatives furent faites en vue de rattacher le…

Muʿāwiya II

(1,056 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b., Yazīd b. Muʿāwiya Ier, dernier calife de la branche sufyānide des Umayyades, qui régna peu de temps en 64/683-4. Lorsque Yazīd Ier b. Muʿāwiya [ q.v.] mourut à Ḥuwwārīn, dans le désert de Syrie, en rabīʿ I 64/novembre 683, il laissait trois jeunes fils de mères libres; Muʿāwiya et son frère Ḵh̲ālid b. Yazīd [ q.v.] ne peuvent guère avoir eu plus de vingt ans, l’âge du premier variant dans les sources entre 17 et 23 ans. La plupart des Sufyānides survivants étaient en fait jeunes et inexpérimentés, et leurs qualités d’hommes d’État restaient à prouver. Yazīd avait fait faire la bayʿa [ q.v.], a…

Sībī

(499 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(également orthographié Sīwī dans les sources islamiques médiévales, par exemple dans les Ḥudūd al-ʿālam), est une ville et un district du Nord-est du Balūčistān, sur la plaine située en dessous de l’entrée du col de Bolān et de la route de Quetta [voir Kwat́t́a] qui est à quelques 140 km au-delà de la ville de Sībī. La ville est située à 29° 31′ N. de latitude et à 67° 54′ E. de longitude. En raison de sa situation stratégique entre les gorges du Bolān et les cols de Harnāi, et sur la route Sud de la vallée de l’Indus, elle a toujours joué un rôle historique. Dans les premiers temps de l’Islam, Sīb…

Tād̲j̲ al-Dīn Yildiz

(172 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
Muʿizzī, chef militaire turc de condition servile du sultan g̲h̲ūride Muʿizz al-dīn, ou S̲h̲ihāb al-dīn Muḥammad, qui après la mort de ce souverain en 602/1206 se rendit indépendant avec le soutien d’un groupe de militaires turcs à G̲h̲azna, en Afg̲h̲ānistān oriental. Le successeur de Muʿizz al-dīn à Ftrūzkūh [ q.v.], Maḥmūd b. G̲h̲iyāt̲h̲ ¶ al-dīn Muḥammad, fut contraint d’affranchir Yildiz et de le reconnaître comme gouverneur de G̲h̲azna. Pendant les neuf années de son autorité sur cette ville, Yildiz traita comme son subordonné un autre chef m…

Ustān

(330 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), terme de géographie administrative datant des Sāsānides et utilisé dans l’Orient musulman jusqu’au Moyen-Âge. À la fin de l’époque sāsānide, ustān s’appliquait à ¶ un domaine d’État administré par un ustāndār [ q.v.]; l’usage en fut repris par les Arabes quand ils conquirent le ʿIrāḳ, ainsi le terme ṣawafi al-ustān désigna les domaines attribués par le calife ʿUmar à l’État musulman (voir Morony, 68-9). Sous les Sāsānides, le mot avait aussi un sens plus large, celui d’une «province» avec ses subdivisions, s̲h̲āhrs [ q.v.], ou en ʿIrāḳ, kūras, [ q.v.], sens repris également dan…

Ismāʿīl b. Aḥmad

(616 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Abū Ibrāhīm, appelé al-Amīr al-Māḍī ou al-Amīr al-ʿĀdil, premier membre de la famille sāmānide qui gouverna réellement toute la Transoxiane et le Farg̲h̲āna en souverain indépendant. Né en 234/849, il fut pendant vingt ans gouverneur de Buk̲h̲ārā pour le compte de son frère Naṣr, qui résidait à Samarḳand (260-79/874-92). La situation précaire du Ḵh̲urāsān durant les années qui s’écoulèrent entre la chute des Ṭāhirides et l’établissement de ʿAmr b. al-Layt̲h̲ [ q.v.] se répercutait également en Transoxiane. Ismāʿīl eut à repousser de Buk̲h̲ārā une armée d’envahisseurs venue du Ḵh̲w…

Ḳadamgāh

(383 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a. et p.), ‘lieu (de l’empreinte) du pied’, village du Ḵh̲urāsān sur la grande route de Mas̲h̲had, à une vingtaine de kilomètres à l’Est de Nīs̲h̲āpūr, à la lisière Sud du Kūh-i Bīnâlud (36° 07’ N., 59° 00’ E.). Localement, c’est un lieu de pèlerinage renommé, ziyāratgāh, car ʿAlī al-Riḍā [ q.v.], le 8e Imām s̲h̲iʿite, passe pour avoir fait halte ici et avoir laissé sur une pierre l’empreinte de son pied dans ce lieu qui doit donc être révéré; voir Bess A. Donaldson, The wild rue. A study of Muhammadan magie and folklore in Iran, Londres 1938J 59, 148-9. Le fait de révérer des empreintes sacr…

Linga

(584 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, petit port de mer, aujourd’hui Bandar-i Linga, sur la rive iranienne du golfe Persique (26° 34´ N., 54ο 53’E.), au Sud du Lāristān [voir Lār, Lāristān] et en face des îles de Ḳis̲h̲m [ q.v.] et des Ṭunbs. Linga a un port assez profond permettant ¶ un trafic de dhows et caboteurs; derrière la ville s’étendent un marécage salé, puis les montagnes du Band-i Linga qui atteignent 1190 m. La population, autrefois largement arabe, est maintenant à prédominance persane, mais avec un fort mélange d’Arabes, de Baloutches, d’Indiens et de descendant…

Ṣaymara

(151 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville de Perse médiévale, dans ce qui devait être plus tard le Luristān [ q.v.], et chef-lieu ¶ du district de Mihrad̲j̲ānkad̲h̲aḳ. Un affluent du Kark̲h̲ā. qui se jette dans la rivière Kārūn [ q.v.] est encore connu de nos jours sous le nom de Saymareh. Le district tomba pacifiquement aux mains des troupes arabes d’Abū Mūsā al-As̲h̲ʿarī (al-Balād̲h̲urī. Futūḥ, 307), et prospéra au moyen âge comme point de rencontre d’éléments et̲h̲niques arabes, persans et lurs, malgré le grave séisme de 258/872 (al-Ṭabarī, III, 1872-3). La vallée occupée par le distr…

Sardāb

(482 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), litt. «eau froide», souvent sous la forme arabisée sirdāb, chambre souterraine destinée à garder la fraîcheur pendant les grandes chaleurs des étés p.ex. irakiens ou persans. De telles constructions sont une caractéristique ancienne de la vie du Proche et Moyen Orient, que l’on trouve chez les Égyptiens d’époque pharaonique, et en Babylonie. On en a trouvé des spécimens dans les vestiges de l’ancien palais ʿabbāside d’al-Uk̲h̲ayḍir [ q.v.] et au palais d’al-Muʿtaṣim, le Ḏj̲awsaḳ al-Ḵh̲āḳānī, à Sāmarrāʾ. A Bag̲h̲dād, jusqu’à une époque récente, les maisons …

Muẓaffarpur

(216 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du Nord de l’État de Bihār dans l’Union Indienne (26° 7ʹ N, 85° 24ʹ E.) et district dont elle est le chef-lieu. Ce dernier correspond à l’ancienne région des Tirhut entre le Gange et les confins méridionaux du Népal. La région a été attaquée au VIIIe/XIVe siècle par les souverains musulmans du Bengale; au siècle suivant, elle passa aux S̲h̲arḳides de Ḏj̲awnpur [ q.v.], puis à Sikandar Lōdī de Dihlī. La ville de Muẓaffarpur doit son nom à son fondateur, le général de l’empereur mug̲h̲al Akbar, Muẓaffar Ḵh̲ān, dīwān ou chef du service des impôts et des finances [voir Dīwān], puis gouverne…

Si̊g̲h̲nāḳ

(369 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Sug̲h̲nāḳ ( Ḥudūd al-ʿālam, trad., 119: Sūnāk̲h̲), ville islamique médiévale sur le moyen Si̊r Daryā, dans le district du nom de Fārāb, entre Isfīd̲j̲āb et Ḏj̲and. Elle semble avoir été, en même temps que les «nouveaux établissements» de Yengikent, Sawrān et autres, l’un des habitats turcs de la région. Elle est explicitement qualifiée par Maḥmūd Kās̲h̲g̲h̲arī de «ville des Og̲h̲uz» (trad. turque Atalay, I, 471; trad. angl. Dankoff et Kelly, I, 352). Al-Muḳaddasī, 323, n. k, l’associé à Utrār [ q.v.], 24 farsakās plus en amont sur le Sir Daryā. En turc, si̊g̲h̲nak signifie «lieu de re…

K̲h̲wārazm

(6,157 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, appellation, de plus en plus souvent remplacée par Ḵh̲īwa dans la période postmongole, de la province située sur le cours inférieur de l’Amū Daryā [ q.v.] ou Oxus, la Chorasmie classique. Au début des temps islamiques, on considérait que sa limite Sud passait par Ṭāhiriyya, à cinq jours de voyage en aval d’Amūl-i S̲h̲aṭṭ (l’actuelle Čard̲j̲ūy), au croisement de la route caravanière Ḵh̲urāsānBuk̲h̲ārā; Ṭāhiriyya se trouve juste au Sud de la gorge de «la bouche du lion», Dahān-i S̲h̲īr. à l’endroit où le cours du fleuve …

Ṣaffārides

(2,841 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, dynastie de la Perse orientale médiévale qui détint le pouvoir de 247/861 à 393/1003 dans la province du Sid̲j̲istān ou Sīstān [ q.v.], région qui s’étend aujourd’hui des deux côtés de la frontière irano-afghane. La dynastie doit son nom à la profession de chaudronnier ( ṣaffār, rūygar) de Yaʿḳub b. al-Layt̲h̲, fondateur de la dynastie. Le Sīstān, à la périphérie extrême orientale des terres califiennes, commença à échapper ¶ à la tutelle directe des ʿAbbāsides à la fin du VIIIe siècle lorsque le Ḵh̲urāsān et le Sistān furent entraînés dans la grande rébellion k̲h̲ārid̲j̲…

Ṭunb

(451 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom de deux petites îles (la Grande et la Petite Ṭunb) du Golfe persique, situées à l’Ouest du détroit d’Ormuz (26° 15’ de lat. Nord et 55° 17’ de long. Est) dont la modeste histoire s’est trouvée liée à une époque récente à celle de l’île d’Abū Mūsā, qui se trouve au Sud-ouest de celles-ci (25° 52’ de lat. Nord et 55° 00’ de long. Est), Elles ont été, toutes les trois, l’enjeu de querelles entre le pouvoir dirigeant en Perse, au Nord, et les s̲h̲ayk̲h̲s des côtes arabes du Golfe, qui forment actuellement les Emirats arabes unis [voir al-Imārāt al-ʿArabiyya al-Muttaḥida, dans Suppl.]. Les Ṭunbs s…

Buzāk̲h̲a

(183 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, puits du Nad̲j̲d, sur le territoire des Asad ou de leurs voisins les Ṭayyiʾ (cf. Mufaḍḍaliyyāt, 361, n. 3). Les troupes des Banū Asad qui, conduites par le faux prophète Ṭulayḥa, avaient renié l’Islam à la mort de Muḥammad, furent défaites à Buzāk̲h̲a en 11/632 par le général d’Abū Bakr, Ḵh̲ālid b. al-Walīd. L’armée de Ḵh̲ālid avait été renforcée pour la bataille par 1000 hommes des Ṭayyiʾ, qui avaient abandonné Ṭulayḥa; ce dernier avait reçu l’aide de ʿUyayna b. Ḥiṣn et de 700 hommes des Fazāra de G̲h̲atafān…

al-Wat̲h̲iḳī

(247 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Abū Muḥammad ʿAbd Allāh b. ʿUt̲h̲mān, poète et prétendant politique de la seconde moitié du IVe/Xe s. et des premières années du Ve/XIe s. Il prétendait descendre du calife ʿabbāside al-Wāt̲h̲iḳ [ q.v.]. Al-T̲h̲aʿālibī, son contemporain plus jeune, rapporte certains de ses vers et des informations biographiques ( Yatīma, éd. ʿAbd al-Ḥamīd, IV, 192-3). Al-Wāt̲h̲iḳī commença sa carrière en ʿIrāḳ et en Ḏj̲azīra comme témoin de justice et comme prédicateur, mais se trouva entraîné dans des intrigues politiques. Il prit la fuite vers l’Est, dans …

Is̲h̲tīk̲h̲ān

(233 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Is̲h̲tik̲h̲an, ville et district de la Transoxiane musulmane médiévale, située à sept farsak̲h̲s au Nord de Samarḳand et pourtant administrativement séparée de celle-ci. Les champs cultivables y sont abondants, irrigués par un canal émissaire de la rivière Zarafs̲h̲ān [ q.v.]. Au IVe/Xe s., la ville comptait une citadelle, un s̲h̲āhristān [ a.v.], et un rabad ou faubourg. Un village du même nom subsiste aujourd’hui sur le site. Quand les Arabes conquirent Samarḳand dans le second quart du VIIIe s., les Ik̲h̲s̲h̲īds de Sogdiane transférèrent leur capitale à Is̲h̲tīk̲h̲ān. Au IIIe/IX…

Pickthall

(713 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Mohammed Marmaduke William (1875-1936), voyageur, romancier, polémiste et éducateur anglais, qui se convertit à l’Islam à un moment où les convertis britanniques étaient beaucoup plus rares qu’aujourd’hui, et qui doit à sa traduction du Ḳurʾan, The meaning of the Glorious Koran, de ne pas avoir été oublié. Né à Londres, il était le fils d’un clergyman anglican et avait deux belles-sœurs qui étaient des religieuses anglicanes; il passa son enfance et ses années d’étude dans le Suffolk rural, ce qui lui donna une vue nostalgique d’un mode de …

Ötüken

(513 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, région montagneuse de l’Asie Centrale, couverte de forêts, qui a une importance religieuse et morale particulière pour les peuples turcs primitifs. Elle semble avoir été située dans la partie orientale des Monts Khangai, autour du cours supérieur de l’Orkhon et du Tamir (ce dernier correspondant, selon R. Giraud, L’Empire des Turcs célestes. Les règnes d’Elterich, Qaghan et Bilga (680-734), Paris 1960, 207, ¶ à l’ i̊duḳ yer sub «lieux et cours d’eau sacrés» des inscriptions en vieux turc), en gros le long du méridien 101 ° E. et du parallèle 47° N., dans la pa…
▲   Back to top   ▲