Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ṣūfiyāna

(183 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(p.), terme appliqué aux jours d’abstinence de viande imposés par l’empereur mug̲h̲al de l’Inde Akbar (963-1014/1556-1605 [ q.v.]). Son chroniqueur Abū l-Faḍl ʿAllāmī [ q.v.] note dans son Āʾīn-i Akbarī (trad. Blochmann, I, 51-2; trad. plus fidèle dans Shireen Moosvi, Episodes in the life of Akbar. Contemporary records and réminiscences, New Delhi 1994, 100-1) qu’Akbar prescrivit l’abstinence le vendredi et le dimanche, ainsi qu’à divers autres jours de l’année, notamment le premier jour de chaque mois solaire, et la totalité du premier mois d…

K̲h̲ērla

(328 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, forteresse de l’Inde située au Sud de Mālwa et à l’Est de Ḵh̲āndes̲h̲ [ q.vv.], à l’extrémité septentrionale du Berār [ q.v.], juste au Sud des sources duTāptī, à 80 km. à l’Ouest du Deogafh d’aujourd’hui.Dans l’Inde britannique, elle appartenait aux Provinces Centrales, le Madhya Prades̲h̲ actuel. La fondation de la forteresse est attribuée à un rād̲j̲ā rād̲j̲put, dont le dernier membre de la lignée aurait été tué par un officier des sultans de Delhi, peut-être à l’époque de ʿAlāʾ al-dīn Ḵh̲ald̲j̲ī; mais telle qu’elle se présente aujourd’hui, c’est…

Mardāwīd̲j̲

(612 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
b. Ziyār b. Wardāns̲h̲āh, Abū l-Ḥad̲j̲d̲j̲ād̲j̲, fondateur de la dynastie des Ziyārides [ q.v.] dans les régions caspiennes de Perse. Les succès du soldat de fortune Mardāwīd̲j̲ dans le Nord de la Perse est lié au déclin de l’autorité directe du calife qui se manifeste déjà dans le rôle indépendant que jouent les gouverneurs sād̲j̲ides [ q.v.] en Ād̲h̲arbayd̲j̲an vers la fin du IIIe/IXe siècle et dans la poussée générale des éléments iraniens indigènes jusque là submergés (Daylamites, Ḏj̲īlis et Kurdes) qui constitue ce que l’on a appelé l’«intermède daylam…

Sulaymān b. ʿAlī b. ʿAbd Allāh

(248 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
prince ʿabbāside des premiers temps, oncle des premiers califes ʿabbāsides al-Saffāḥ et al-Manṣūr [ q.vv.], m. à Baṣra en d̲j̲umādā II 142/octobre 759 à l’âge de 59 ans (al-Ṭabarī, III, 141). Il fut nommé en 133/750-1 par al-Saffāḥ gouverneur de Baṣra, qui avait alors sous sa juridiction l’Arabie orientale et la Perse occidentale ( ibid., III, 73), et le demeura jusqu’à ce qu’il fût destitué en 139/756. Appartenant aux ʿumūma, ou oncles paternels des califes, dont la position restait ambiguë visā-vis de leurs neveux, Sulaymān donna asile pendant de nombreuses ann…

Yeti Su

(1,935 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, en turc médiéval «[le pays des] sept rivières», région d’Asie Centrale, dont les chercheurs russes ont récemment traduit le nom par Semirečʾe. Elle comprenait essentiellement les terres situées au Nord de la Transoxiane [voir MĀ Warāʾ al-Nahr] qui s’étendaient du bassin du lac I̊ssi̊k-Kol [ q.v.] en direction du Nord vers le Lac Balk̲h̲as̲h̲ [ q.v.], et son nom vient des nombreuses rivières qui l’irriguent, telles la Ču [ q.v.], qui vient mourir dans le désert, au Nord-est du cours moyen du Si̊r Daryā [ q.v.], et plusieurs rivières se jetant dans le Lac Balk̲h̲as̲h̲ comme l’Ili [ q.v.], qui…

Ḳāwurd

(1,223 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Čag̲h̲ri̊ Beg Dāwûd (appelé également Ḳarā Arslān Beg sur ses monnaies et par des auteurs tels que Mīrk̲h̲wand). fondateur, au Kirmān, d’une dynastie d’ amirs sald̲j̲ūḳides pratiquement indépendante qui garda le pouvoir durant près de 140 ans, jusqu’à l’invasion de la province par les Og̲h̲uz venus du Ḵh̲urāsān. Les origines de la domination sald̲j̲ūḳide sur le Kirmān demeurent obscures: on trouve des divergences dans les données fournies par les sources, et les premières pages de l’histoire locale du Kirmān par Muḥammad b. Ibrāhīm sont per…

Yulbārs K̲h̲ān

(363 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, (n. 1888, m.? milieu des années 70), chef turc uyg̲h̲ur d’une rébellion musulmane à Ḳomul [ q.v. dans Suppl.] dans le Turkestan oriental ou Sinkiang [ q.v.], pendant les années 30. En 1928, Chin Shu-jen, gouverneur du Sinkiang pour la République chinoise, écrasa le dernier k̲h̲ānat autonome d’Asie centrale, celui de Ḳomul à l’extrémité orientale de la province contigüe aux frontières ¶ avec les Mongols et avec Kansu. Sa politique tournée contre les Musulmans provoqua dans cette région, en avril 1931, une révolte des Uyg̲h̲urs et, peut-être de certains Tungans [ q.v.]. La révolte étai…

Bahāʾ al-Dawla wa-Ḍiyāʾ al-Milla

(1,939 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Abū Naṣr Fīrūz Ḵh̲ārs̲h̲ād̲h̲ b. ʿAḍud al-dawla Fanā-Ḵh̲usraw. grand- amīr būyide qui gouverna au ʿIrāḳ puis en Perse méridionale de 379 à 403/989-1012 (après 381/992, avec, en outre, le titre honorifique accordé par le calife al-Ḳādir, de G̲h̲iyāt̲h̲ al-Umma, et, vers la fin de sa vie, ceux de Ḳiwām al-dawla et Ṣafī Amīr al-Muʾminīn). Il était le troisième fils, après Ṣamṣām al-dawla Marzubān et S̲h̲araf al-dawla S̲h̲īrzīl, du grand- amīr ʿAḍud al-dawla [ q.v.], qui avait fait de la confédération būyide l’empire le plus puissant de son temps dans l’Est du monde musulman. A la mort de …

K̲h̲urāsān

(4,597 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, aujourd’hui ustān (province) de l’extrême Nord-est de la Perse avec Mas̲h̲had [ q.v.] pour chef-lieu administratif, mais aux époques préislamique et islamique, ce nom était employé dans un sens beaucoup plus large et désignait également des parties des territoires de l’actuelle Asie Centrale soviétique et de l’Afg̲h̲ānistān. L’usage, au début de la période islamique, considérait souvent toutes les contrées situées à l’Est de la Perse occidentale, c’est-à-dire des Ḏj̲ibāl [ q.v.] et des territoires dénommés par la suite ʿIrāḳ ʿAd̲j̲amī, comme partie intégrante d’u…

Mānī

(326 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
b. Fāttik ou Fātik, forme donnée dans les sources islamiques du moyen âge (par ex. al-Masʿūdī, Murūd̲j̲, II, 164, 167-8, VII, 12-16, VIII, 293 = §§ 589, 594, 2705-7, 3447) au nom du fondateur de la religion dualiste des Manichéens, Mani, fils de Pātik, qui naquit dans la Mésopotamie méridionale en 216 de J.-C. et mourut en martyr sous le règne du Sāsānide Bahrām Ier en 274, 276 ou 277, et dont la doctrine se répandit à partir de l’empire persan, au VIIe siècle de J.-C, jusqu’en Asie Centrale, au Turkestan oriental (où après 762, elle était la principale religion des Turcs Uyg̲h̲urs [ q.v.]) et en …

Bādgīr

(684 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(p.), littéralement «attrape-vent», terme employé en Perse pour désigner des tours contenant des cheminées d’aération et dépassant de beaucoup les toits des maisons. On en construit aussi au-dessus des citernes et des puits de mines pour aérer les galeries. Dans les maisons d’habitation, un air plus frais est puisé vers les pièces du rez-de-chaussée ou les caves ( zīr-i zamīn), ce qui constitue une forme archaïque de «conditionnement». Les tours sont d’ordinaire importantes, de section carrée, percées de rangées d’ouvertures dans les quatre murs et divi…

S̲h̲ug̲h̲nān

(908 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, S̲h̲ig̲h̲nān, district du haut Oxus, appelé localement rivière Pand̲j̲, qui s’étend sur les deux rives à partir de l’endroit où le fleuve quitte la région de Wak̲h̲ān [ q.v.] et s’oriente résolument au Nord avant de reprendre la direction de l’Ouest. La partie rive gauche du S̲h̲ug̲h̲nān est maintenant située dans la province afghane du Badak̲h̲s̲h̲ān [ q.v.], et la partie rive droite dans la région du Pamir de l’ancienne URSS. La même division s’observe dans les districts de G̲h̲ārān, immédiatement au Nord du S̲h̲ug̲h̲nān, et de Raws̲h̲ān, au Sud. T…

Nihāwandī

(146 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ʿAbd al-Bāḳi b. Abī Bakr Kurd, historien indo-musulman de l’époque mug̲h̲ale (978-après 1046/1570-après 1637). D’origine Kurde (de d̲j̲ūlak, près de Nihāwand [ q.v. ]), il servit les Çafawides en qualité de fonctionnaire du fisc et finit par devenir wazīr dans l’administration. Mais il tomba ensuite en disgrâce et, comme beaucoup de Persans de son temps, il décida d’émigrer dans l’Inde où il entra au service du Ḵh̲ān-i Ḵh̲ānān [ q.v. ] Mīrzā ʿAbd al-Rahīm, un des généraux d’Akbar, et occupa par la suite des postes officiels au Deccan et au Bihâr. Le Ḵh̲ān-i Ḵh̲ānān lui demanda d’écrire…

SumerāouSumrā

(168 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom d’une tribu rād̲j̲pūte du Bas Sind à l’époque islamique médiévale. Son origine est obscure, mais elle est mentionnée pour la première fois dans les récits des historiens musulmans relatifs au retour de Maḥmūd de G̲h̲azna de son attaque sur Somnāth en 416/1026 [voir Sūmanāt]. Pendant les trois siècles qui suivirent, ils constituèrent la puissance dominante du Bas Sind, mais au VIIIe/XIVe siècle, leur domination fut mise en échec par la tribu rivale des Sammās [ q.v.]. Malgré les tentatives du sultan tug̲h̲luḳide de Dihlī Fīrūz S̲h̲āh (III) pour venir en aide aux Sum…

Kōŕā

(285 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
ou Kōŕā Ḏj̲ahānābād, ancienne ville du Nord de l’Inde ( taḥṣīl de Ḵh̲ad̲j̲uhā. district de Fatḥpūr, dans les United Provinces britanniques, devenues l’Uttar Prades̲h̲; 26° 7ʹ N., 80° 22ʹ E., sur le Rind, à une vingtaine de km. du Ḏj̲amnā (Jumna), entre Kānpūr (Cawnpore) et Fatḥpūr). Dans les temps anciens, elle semble avoir été aux mains de la famille rād̲j̲pute des rād̲j̲ās d’Argal, dont la forteresse qui s’y trouve peut fort bien avoir été le foyer ancestral. Sous les Mug̲h̲als, Kōŕā (parfois écrit Kurrah dans des sources en marāthī et en persan) que l’on doit distinguer de Kārā Manīkpūr ( s…

al-Sīrad̲j̲ān

(592 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Sīrad̲j̲ān, l’une des villes principales du Kirmān médiéval, en Perse, et capitale de cette province pendant les trois premiers siècles de l’Islam. Ce n’est qu’à partir de l’époque būyide (IVe/Xe siècle) que Bardasīr, ou Guwās̲h̲īr (peut-être à l’origine création sāsānide) devint la capitale administrative, connue dans les sources également sous le nom de s̲h̲ahr-i Kirmān [voir Kirmān]. Sīrad̲j̲ān est de nos jours le nom d’un district occidental de la province du Kirmān. Récemment ressuscité, il a été donné à la ville actuelle de Saʿīdābād, sur la ro…

Niẓāmiyya

(680 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, terme souvent employé dans les sources de l’histoire sald̲j̲ūḳide pour désigner les partisans et les protégés du grand-vizir Niẓām al-Mulk [ q.v.]; après sa mort, il est associé à ses fils et descendants. L’influence de ces partisans fut particulièrement sensible dans les années qui suivirent la mort du sultan Malik S̲h̲āh en 485/1092, lorsqu’ils soutinrent activement la cause — au point de lui assurer le sultanat — de Berk-yaruk b. Malik S̲h̲āh [ q.v.] contre son demi-frère encore enfant Maḥmūd, candidat de la veuve de Malik S̲h̲āh, Terken Ḵh̲ātūn, et de son allié …

Ṭoghri̊l (i) Beg

(1,424 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Ṭālib Muḥammad (né vers la fin du Xe siècle ap. J.-C, m. 455/1063), personnage marquant de la famille sald̲j̲ūḳide et, avec son frère Čag̲h̲ri̊ Beg Dāwūd [ q.v.], fondateur de la dynastie du Sultanat des Grands Sald̲j̲ūḳs en Perse et en ʿIrāk. Ṭog̲h̲ri̊l et Čag̲h̲ri̊ ont dû naître alors que la tribu des Og̲h̲uz [voir G̲h̲uzz] se trouvait encore dans les steppes de l’Asie centrale au Nord du Ḵh̲wārazm et ¶ de la Transoxiane, et après la mort de leur père, il semble qu’ils aient été élevés dans la région du Ḏj̲and [ q.v. dans Suppl.] par leur grand-père Sald̲j̲ūḳ b. Duḳāḳ, fondateur é…

K̲h̲āzin

(603 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), pl. usuel k̲h̲uzzān (la forme k̲h̲azana figure dans le Ḳurʾān, XXXIX, 71, 73, pour désigner les anges qui gardent le paradis et l’enfer), signifie littéralement «qui conserve, emmagasine», et ce terme était appliqué, dans l’administration islamique du moyen âge, à certains membres des services financiers (voir Bayt al-Māl et, pour l’époque ottomane, Ḵh̲azīne) et de la chancellerie. Il était employé sous les ʿAbbāsides car, au début du IVe/Xe siècle, Muʾnis al-Ḵh̲āzin (ainsi nommé pour le distinguer du commandant de la garde, Muʾnis al-Muzaffar [ q.v.]) occupait une situati…

Mābeyn

(336 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(ar. mā bayn» «ce qui est entre»), désigne, dans la disposition du palais ottoman, les appartements intermédiaires qui se trouvent entre les cours intérieures du Sérail et le Harem; ne pouvaient y accéder que le sultan, les eunuques, les personnel féminin et un corps de pages choisis, les mābeynd̲j̲is, qui formaient un groupe d’élite recruté parmi les 40 k̲h̲āṣṣ odali̊s et étaient chargés d’assister le monarque dans ses soins intimes tels que rasage et habillage [voir K̲h̲āṣṣ oda]. Jusqu’á la fin du XIe/XVIIe siècle, les mābeynd̲j̲is eurent à leur tête, comme page en chef, le silāḥdār ag̲…
▲   Back to top   ▲