Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ḳābūs b. Wus̲h̲magīr

(942 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
b. Zivār, S̲h̲ams al-Maʿālī Abū l-Ḥasan (366-711977-81 et 388-403/ 998-1013), quatrième souverain de la dynastie ziyāride fondée par Mardāwid̲j̲ b. Ziyār [ q.v.] qui régna au Ṭabaristān et au Gurgān (Ḏj̲urd̲j̲ān). Comme d’autres familles qui sont parvenues à un rang éminent durant «l’intermède daylamite» de l’histoire de la Perse, les Ziyārides s’efforcèrent de se rattacher au passé iranien pré-islamique, et le petit-fils de Ḳābūs, Kay Ḳāʾūs, fait de leurs ancêtres les souverains du Gīlān à l’époque de Kay Ḵh̲usraw ( Ḳābūs-nāma, préface). De même que sous ses prédécesseurs,…

Irič

(253 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ou Erič ou Erač, sur les cartes actuelles, Erachh, petite ville du centre Nord de l’Inde, sur la rive Sud de la Betwā, à 65 kms au Nord-est de Jhansi, et à 100 kms au Sud-est de Gwalior (25° 47’ N.; 79° 9’ E.). Elle se trouve actuellement dans le district de Jhansi, à l’extrémité Sud-ouest de la province d’Uttar Pradesh, dans l’Union indienne. Quoique situé aujourd’hui dans une région majoritairement hindoue, le territoire autour d’Irič renferme nombre de vestiges et de monuments indo-musulmans. Il était entre les mains de Musulmans quand Malik Kāfūr [ q.v.], le commandant k̲h̲ald̲j̲ī s’…

Tard̲j̲umān

(3,463 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Turd̲j̲umān (a.), pl. tarād̲j̲im, tarād̲j̲ima, apparaît sous la forme Terd̲j̲ümān, interprète, en turc ottoman. Le mot est d’origine araméenne et se trouve couramment sous la forme Targum pour désigner les traductions ou paraphrases araméennes ou encore les interprétations de l’Ancien Testament en hébreu qui devinrent usuelles lorsque l’utilisation de l’hébreu en tant que langue vivante et parlée déclina dans le peuple. Le mot arabe et le verbe tard̲j̲ama «traduire» étaient certainement d’usage fréquent à l’époque ʿabbāsside. 1. Dans les territoires arabes à l’époque m…

al-Sūs

(1,311 words)

Author(s): Streck, M. | Bosworth, C.E.
, forme islamique ancienne de l’ancien site de Suse, dans la province persane sud-occidentale du Ḵh̲ūzistān; en persan moderne S̲h̲ūs̲h̲. Il se trouve dans la plaine entre les deux grands fleuves du Ḵh̲ūzistān, le Kārūn et la Kerk̲h̲ā [ q.vv.], jadis réunis par des canaux; le fleuve S̲h̲āwūr borde la limite occidentale du site. Depuis le second millénaire avant J.-C. au moins, ce fut la capitale du royaume d’Elam. Elle fut détruite par l’Assyrien Assurbanipal au VIIe siècle av. J.-C, puis restaurée par les Achéménides pour devenir une ville florissante sous les Sāsānide…

Prêtre Jean

(484 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, nom d’un potentat mystérieux, dont on disait qu’il était un chrétien nestorien, hostile envers l’Islam. Les chrétiens de l’Europe médiévale le plaçaient au-delà des pays islamiques en Asie centrale ou orientale. Le nom de Presbyter Johannes est rencontré pour la première fois dans la chronique appelée Historia de duabus civitatibus du prélat allemand Otto, évêque de Freising. Il y raconte, sous l’autorité d’une rencontre en 1145 avec l’évêque latin Hugues de Ḏj̲abala (Byblos au Liban [ q.v. II, 363a]) que le Prêtre Jean était un monarque qui descendait des Mages de l’E…

Thānā

(234 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville située dans la partie occidentale de la péninsule indienne, à 21 km/15 miles de la côte de la mer d’Oman et à 32 km au nordnord-est de Bombay, à 19° 14΄ de latitude Nord et 73° 02΄ de longitude Est (voir la carte à Gud̲j̲arât, en II, 1126). Thānā était à l’époque pré-islamique le centre d’un grand royaume hindou, mais fut conquise en 718/1318 par Mubārak S̲h̲āh Ḵh̲ald̲j̲ī, sultan de Dihlī/Dehli. Peu de temps après, elle devint un avant-poste du sultanat bahmanide du Deccan, mais fut par moment convoitée par les sultans du Gud̲j̲arāt, qui s’en emparèrent par exemple en 833/1430 (voir Hind. …

Naḳīb

(562 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Burton-Page, J.
(a.), pl. nuḳabāʾ «chef, leader», d’une tribu ou d’un autre groupe, terme employé dans des acceptions diverses à différentes époques de l’histoire de l’Islam. Sur son emploi pour désigner le chef de la communauté des ʿAlides, voir Naḳīb al-As̲h̲rāf. 1. Dans l’histoire islamique primitive l’un des usages de naḳīb dans les débuts de l’Islam est en rapport avec les étapes préparatoires de la révolution ʿabbāside de 129-32/746-50. Il avait déjà figuré dans une phase de la carrière de Muḥammad, lorsque les Médinois qui négociaient avec lui sa hid̲j̲ra de La Mekke à Yat̲h̲rib furent inv…

Marāfiḳ

(291 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(a.), sing marfiḳ, «pots-de-vin, gratifications», littéralement «avantages, faveurs». Dans la société islamique du moyen âge, plusieurs autres ¶ termes étaient employés, notamment ras̲h̲wa/ris̲h̲wa, manāla, d̲j̲aʿāla, hadiyya, etc. avec diverses valeurs d’euphémisme, pour désigner les encouragements donnés soit directement à une personne susceptible de faire obtenir un avantage, soit pour s’assurer l’intercession ou la médiation de quelqu’un ( s̲h̲afāʿa, wasāṭa). Sous les ʿAbbāsides, cette forme de corruption fut institutionalisée sous le califat d’al-M…

Ismāʿīl b. Nūḥ

(206 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Abū Ibrāhīm al-Muntaṣir, dernier des Sāmānides de Transoxiane et du Ḵh̲urāsān. Lorsque, en 389/999, le Ḳarak̲h̲ānide Ilig Ḵh̲ān Naṣr occupa Buk̲h̲ārā, la capitale sāmānide, Ismāʿīl et d’autres membres de la famille furent emmenés à Uzkend. Il parvint cependant à s’enfuit à Ḵh̲wārizm et, durant les quatre années suivantes, entreprit une série d’attaques contre les G̲h̲aznawides dans le Ḵh̲urāsān septentrional et contre les Ḳarak̲h̲ānides à Buk̲h̲ārā. En 393/1003, il obtint l’appui des Og̲h̲uz, alliés traditionnels des Sāmānides et, sel…

Tamīm b. Baḥr al-Muṭṭawwiʿ

(218 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, voyageur arabe qui parcourut l’Asie Centrale au début de la période ʿabbāside et seul musulman à nous avoir laissé un récit de sa visite dans la capitale des Turcs Uyg̲h̲ur (avant 840) sur le fleuve Org̲h̲on [ q.v.] en Mongolie, à savoir le Ḵh̲ara Balg̲h̲asun ou Ḳarabalg̲h̲asun de l’actuelle République mongole. On peut affirmer que Tamīm était arabe; il figurait peut-être parmi ceux qui s’installèrent au cœur du Ḵh̲urāsān et sa nisba laisse entendre qu’il fut un combattant volontaire de la foi contre les païens. Il semble sans aucun doute avoir été un grand voyage…

al-Muktafī

(867 words)

Author(s): Zetterstéen, K.V. | Bosworth, C.E.
bi-llāh, Abū Muḥammad ʿAlī b. Aḥmad, calife ʿabbāside qui régna de 289 à 295/902-8. Il était le fils d’al-Muʿtaḍid et d’une esclave turque nommée Čiček (arabe Ḏj̲īd̲j̲ak). En 281/894-5 il fut nommé par son père gouverneur d’al-Rayy et de plusieurs villes voisines et, cinq ans plus tard, il obtint le gouvernement de la Mésopotamie et vint se fixer à al-Raḳḳa. A la mort d’al-Muʿtaḍid, survenue le 22 rabīʿ II 289/5 avril 902, il monta sur le trône et conquit aussitôt les sympathies du peuple par sa géné…

Isfīd̲j̲āb

(855 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville, et région étendue, en Asie centrale musulmane médiévale, que l’on peut identifier à la ville musulmane plus récente de Sayram. L’étymologie populaire rapproche ce nom de sipīd ou ispīd ‘blanc’ en persan. Elle se situe sur la rivière Aris, affluent de rive droite de la Si̊r Daryā [ q.v.], à 14 kms à l’Est de l’actuelle ville de Chimkent (42° 16’ N.; 69° 05’ E.). Cette dernière, à l’extrême Sud de l’actuel Kazakhstan, est mentionnée par les sources historiques à partir de l’époque tīmūride (voir par ex. S̲h̲araf al-dīn Azdī). Isfīd̲j̲āb connut apparemment une histoire préislamiq…

Warāmīn

(638 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, petite ville de la Perse septentrionale (35° 19’ N., 51° 40’ E.; altitude 922 m.) située dans la plaine fertile de Warāmīn, qui bénéficie d’un bon approvisionnement en eau venant du Ḏj̲ād̲j̲a Rūd et qui a été très fréquentée par les nomades turkmènes jusqu’à l’époque moderne. 1. Histoire. Les géographes musulmans du Moyen Âge la situent¶ à deux étapes de Rayy (al-Muḳaddasī, 401) ou à 30 mīls de là (Yāḳūt, Buldān, édit. Beyrouth, V, 370). Déjà à l’époque būyide, c’était une petite ville florissante avec un bazar, mais elle s’est développée considérablement après l…

Nuṣratābād

(251 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom plus récent de la ville de Perse orientale appelée, à l’époque médiévale islamique, Isfīd̲h̲. Sipih, Safīd̲j̲ (écrit chez al-Iṣṭak̲h̲rī et Ibn Ḥawḳal Sanīd̲j̲, pour *Sabīd̲j̲/Safīd̲j̲). Elle était située sur ce qu constituait alors la grand-route du Kirmān au Sīstān [ q. vv. ]; des géographes musulmans classiques l’attribuaient administrativement au Sīstān, d’autres au Kirmān, ce qui montre qu’elle se trouvait sur la limite des deux provinces. Al-Muḳaddasī et d’autres décrivent cette seule ville du Grand Désert comme florissante, peuplée et approvisionnée en eau par des ḳanā…

Māʾ

(1,874 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
10. Irrigation en Transoxiane. Les fleuves d’Asie Centrale, qui s’étendent, à travers la Transoxiane, depuis le Ḵh̲wārazm à l’Ouest vers le Turkestan oriental (futur Sinkiang) et vers le Semirečye au Nord, ont tous été largement utilisés pour irriguer les terres situées le long de ces cours d’eau et les diverses oasis, ce qui permettait de faire de l’agriculture dans les zones favorables qui n’étaient pas trop exposées aux attaques des nomades de la steppe ou, plus au Nord, des peuplades des forêts. Par conséquent, comme ailleurs dans le monde ancien, ¶ l’entretien des travaux d’irri…

Sabzawār

(459 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, nom de deux villes du monde iranien oriental. 1. Sabzawār au Ḵh̲urāsān occidental était avec Ḵh̲usrūd̲j̲ird l’une des deux agglomérations constituant le district administratif de Bayhaḳ [ q.v.], nom sous lequel était connu l’ensemble du district à l’époque islamique médiévale. Il était situé dans la zone cultivable de la bordure septentrionale du Das̲h̲t-i Kawīr, ou Grand Désert. Sabzawār elle-même est décrite dans les Ḥudūd al-ʿālam, trad. 102, § 23.2, comme une petite ville, chef-lieu d’un district. Les géographes arabes ne la citent que comme étape le lo…

Arg̲h̲iyān

(244 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, nom d’un district du Ḵh̲urāsān septentrional que l’on rencontre à l’époque médiévale. Situé au Sud de Kūčān/Ḵh̲abūs̲h̲ān [ q.v.], il était à cheval sur la région montagneuse appelée aujourd’hui Kūh-i S̲h̲āh Ḏj̲ahān et le Kūh-i Binālūd, autour des sources du Kas̲h̲af-Rūd. On ne doit pas l’identifier au district de Ḏj̲ād̲j̲arm [ q.v. au Suppl.], situé plus à l’Ouest, comme l’a fait Le Strange ( Lands, 392), suivi par B. Spooner dans son Arghiyān. The area of Jājarm in Western Khurāsān (dans Iran, Journal of the British Inst. of Persian Studies, III (1965), 97-107). Le nom du chef-lie…

Sulṭāniyya

(2,457 words)

Author(s): Minorsky, V. | Bosworth, C.E. | Blair, Sheila S.
, ville de la province islamique médiévale du Ḏj̲ibāl septentrional, à environ 50 km au Sud-est de Zand̲j̲ān [ q.v.] (lat. 36° 24′ N., long. 48° 50′ E.). 1. Histoire. Sulṭāniyya fut fondée vers la fin du VIIe/XIIe siècle par les II Ḵh̲ānides mongols, et leur servit un temps de capitale au siècle suivant. Le nom persan antérieur du district environnant était apparemment S̲h̲āhrūyāz ou S̲h̲arūyāz/S̲h̲arūbāz (qui, selon Ḥāfiẓ-i Abrū, serait plus tard le site voisin de Sulṭāniyya où l’Il Ḵh̲ānide Abū Saʿīd [ q.v.] édifia son tombeau). La ville dépendait d’abord de Ḳazwīn. Les Mongols a…

S̲h̲ūrā

(2,669 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Marín, Manuela | Ayalonn A
(a.), concurremment avec mas̲h̲wara, mas̲h̲ūra, forme nominale associée au verbe de forme IV as̲h̲āra, «indiquer, aviser, conseiller» (voir Lane, s.v.), au sens de «consultation». 1. Dans l’histoire primitive de l’Islam. Dans ce cadre, s̲h̲ūrā désigne le conseil consultatif restreint d’éminents Ḳurays̲h̲ites qui finirent par choisir ʿUt̲h̲mān b. ʿAffān comme troisième calife de la communauté musulmane après l’assassinat de ʿUmar b. al-Ḵh̲aṭṭāb [ q.v.] en dhū l-ḥid̲j̲d̲j̲a 23/novembre 644. La pratique de la consultation des principaux personnages par le sayyid ou s̲h̲ayk̲h̲

al-Ṣug̲h̲d

(1,186 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C. E.
, al-Sug̲h̲d, dans les sources géographiques et historiques islamiques anciennes, nom de la Sogdiane des auteurs grecs classiques, région d’Asie Centrale au-delà de l’Oxus s’étendant dans son acception la plus large sur les actuelles républiques d’Uzbekistan, du Tadjikistan et de la Kirghizie. Ce même nom (vieux-persan suguda, néo-avestique sug̲h̲δα, grec sogdioi ou sogdianoi, nom de pays : Sogdiane) désignait dans l’antiquité un peuple d’origine iranienne soumis aux Perses (au moins depuis Darius Ier, 522-486), dont le territoire, d’après des relations grecques, s’…
▲   Back to top   ▲