Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Maymana

(602 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville du Nord-ouest de l’Afg̲h̲ānistan (35° 55′ N., 64° 67′ E.jàune altitude de 870 m, sur le cours supérieurde l’Āb-i Maymana, une des rivières constituant l’Āb-i Ḳayṣar qui se perd dans le désert au delà d’Andk̲h̲ūy [ q.v.] et dans les sables du Ḳizil Ḳum [ q.v.]. Le site de l’agglomération paraît ancien. Le Vendidad parle de Niyāsa, et la géographie arménienne de l’Iran (VIIIe siècle?) mentionne Nsai-mianak = moyen persan *Nisāk-i Miyānak «la Moyenne Nisā», peut-être identique à la Νισαία en Margiane de Ptolémée (Marquart, Ērānšahr, 78-9). Il paraît s’agir là de l’emplacement…

al-Muʿtaṣim Bi-llāh

(988 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Isḥāḳ Muḥammad b. Hārūn al-Ras̲h̲īd, calife ʿabbāside qui régna de 218 à 227/833-42. Sa mère était une concubine esclave du nom de Mārida. Sous le règne de son frère et prédécesseur al-Maʾmūn [ q.v.], al-Muʿtaṣim acquit une réputation de grand capitaine en Anatolie et comme gouverneur d’Égypte. Lorsque al-Maʾmūn mourut dans les marches byzantines en rad̲j̲ab 218/août 833, al-Muʾtaṣim fut reconnu comme calife malgré l’appui accordé dans l’armée à son neveu al-ʿAbbās b. al-Maʾmūn (qui devait d’ailleurs conspirer contre lui en…

Muḳāṭaʿa

(838 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Gerber, H.
(a.), nom verbal de la 3e forme, ḳātaʿa, qui signifie fondamentalement «parvenir à un accord sur la base d’une certaine somme». II peut s’agir d’un accord de paix ( ṣulḥ, muṣālaḥa, cf. Glossaire d’al-Balād̲h̲urī, Futūḥ, 90) ou pour la collecte des impôts, une ḳabāla [ q.v.], un contrat, ou encore pour l’exécution d’un certain travail, cf. al-Ḵh̲wārazmī, Mafātīḥ, 70, où une mesure spéciale, l’ azala est la base d’un contrat de travail concernant le creusement de canaux et d’autres ouvrages d’irrigation. En général, voir les sources citées dans Dozy, Suppl., II, 369 et BGA, Glossarium, 329…

Isfizārī

(258 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Muʿīn al-dīn Muḥammad Zamčī, styliste épistolaire et historien du Ḵh̲urāsān tīmūride, rédigea ses oeuvres dans la seconde moitié du IXe/XVe s., ses dates exactes de naissance et de mort étant inconnues. D’après ce qu’il écrit, il arriva à Harāt en 873/14689, venant sans doute d’Isfizār dans ce qui est aujourd’hui l’Afg̲h̲ānistān occidental. Il fut employé comme muns̲h̲ī à la cour du Sultan Ḥusayn Bayḳara [voir Ḥusayn (b. Manṣūr b. Bayḳara) au vol. III, 623b] sous le patronage du vizir Kiwām al-dīn Niẓām al-Mulk (m. 903/1497-8). Isfizārī est surtout connu pou…

Dandānḳān ou Dandānaḳān

(282 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, petite ville située dans le désert de sable du Ḵh̲urāsān médiéval, entre Marw et Sarak̲h̲s, à dix farsak̲h̲s, ou 55 km. environ, de Marw; son emplacement se trouve dans l’actuelle RSS du Turkménistan (voir V. A. Z̲h̲ukovsky, Razvalini̊ Starago Merva, St.-Pétersbourg 1894, 38). Les géographes du IVe/Xe siècle disent qu’elle était bien fortifiée et ceinte d’un mur de 500 pas de circonférence à l’extérieur duquel les bains et le ribāṭ ou caravansérail étaient situés (Ibn Ḥawḳal2, 436-7, 456, tr. Kramers-Wiet, 422, 440; Ḥudūd al-ʿālam, 105). Lorsque Yāḳūt la vit, au début du VIIe/XIIIe si…

Ḳunduz

(848 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom d’un cours d’eau, d’une ville et, aujourd’hui, d’une province de l’Afg̲h̲ānistan. La rivière est l’un des deux principaux affluents de la rive gauche de l’Oxus en Afg̲h̲ānistān. Elle prend sa source dans la région centrale du Hindū Kus̲h̲ [ q.v.] où elle arrose Bāmiyān, et elle a un cours de 480 kilomètres jusqu’à son confluent avec l’Oxus juste en aval du point où se jette son affluent de droite, le Wak̲h̲s̲h̲. Ses tronçons successifs ont des noms différents; ainsi, son cours central, sur lequel se trouvent les villes de Bag̲h̲l…

ʿAbd al-Raḥmān b. Ḥassan

(475 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
b. T̲h̲ābit al-Anṣārī, poète de Médine et de Damas, moins célèbre que son père, le panégyriste du Prophète Ḥassān b. T̲h̲ābit [ q.v.]. Il naquit, semble-t-il, vers 6/627-8 ou 7/628 et fit des séjours dans la capitale des Umayyades, mais passa la majeure partie de sa vie à Médine, où il mourut, d’après Ibn Ḥad̲j̲ar ( Tahd̲h̲īb, VI, 162-3) vers 104/722-3, après avoir, comme son père, atteint un âge très avancé. Dans ses dernières années, Ḥassān avait puissamment ¶ plaidé pour que ʿUt̲h̲mān fût vengé et avait soutenu la cause de Muʿāwiya; son fils s’engagea lui aussi dans le…

al-Ṣaḳāliba

(10,124 words)

Author(s): Golden, P.B. | Bosworth, C.E. | Guichard, P. | Meouak, Mohamed
, sing. Ṣaḳlabī, Ṣiḳlabī, dans les sources islamiques du Moyen-Age, désignation des Slaves et d’autres peuples d’Europe du Nord aux cheveux blonds et à la peau colorée (voir A. Z. Velidi Togan, Die Schwerter der Germanen, 19-38). 1. Les Ṣaḳāliba d’Europe du Nord et de l’Est. Le vrai nom des Ṣaḳāliba était «Slave», un mot d’emprunt du grec moyen ΣκλάβοΣ. Celui-ci, à son tour, est à relier à Slovĕne, appellation choisie par les Slaves eux-mêmes (cf. l’emploi par les Rus’ de Slovĕne, Slovyane, Sloven’skiy yazik «Slaves», «nation slave», dans le Povest’ vremyannik̲h̲ let, dans PSRL, I, 5-6, …

K̲h̲alad̲j̲

(2,046 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Doerfer, G.
peuple ou tribu visiblement d’origine turque qui vécut au Turkistān occidental puis dans l’Afg̲h̲ānistān oriental durant la période islamique pré-mongole. I. — Histoire. Les géographes musulmans des IIIe/IXe et IVe/Xe siècles rangent les Ḵh̲alad̲j̲ parmi les tribus turques. Ainsi, Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih (28, 31) les place dans une liste de tribus turques des steppes de l’Asie centrale; il rapporte qu’ils avaient leurs quartiers d’hiver au delà du Si̊r Daryā dans la région de Talas, limitrophe du territoire des Ḳarluḳ; mais il…

Ibn Farīg̲h̲ūn

(362 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, S̲h̲aʿyā (?), auteur, au IVe/Xe siècle, d’une encyclopédie concise des sciences en arabe, les Ḏj̲awāmiʿ al-ʿulūm «liens des sciences», écrite dans la région de l’Oxus supérieur et dédiée à l’ amīr muhtād̲j̲ide de Čag̲h̲āniyān [ q.v.] Abū ʿAlī Aḥmad b. Muḥammad b. al-Muẓaffar (m. 344/955). Minorsky a déduit de son nom (si l’interprétation en est correcte), qu’il descendait des Farīg̲h̲ūnides [ q.v.] du Nord de l’Afg̲h̲ānistān, maîtres du district de Gūzgān [ q.v.] en tant que vassaux des Sāmānides et plus tard des G̲h̲aznawides: il n’est pas impossible, d’autre part…

K̲h̲ayrpūr

(822 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom d’un ancien État et de plusieurs villes du Pakistan. I. Ancien État indigène de la province du Sind de l’Inde britannique (auj. Pakistan), à l’Est du cours inférieur moyen de l’Indus (entre 27° 46´ et 26° 10´ N, 68° 20´ et 70° 14´ E.), d’une superficie de 15 587 km2. Ḵh̲ayrpūr est aussi le nom d’une ville, autrefois capitale de l’État, à une quarantaine de km. au Sud-ouest de Sukkur et de Rohri. La partie ¶ sud-orientale de ce qui était l’État de Ḵh̲ayrpūr est plutôt désertique, mais la plaine alluviale au Nord et à l’Ouest, le long du fleuve, est fertile et irrigué…

Masʿūd b. Muḥammad b. Malik-s̲h̲āh

(788 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū l-Fatḥ G̲h̲iyāt̲h̲ al-dunyā wa-l-dīn, sultan sald̲j̲ūḳide qui régna au ʿIrāḳ et dans la Perse occidentale de 529 à 547/1134-52. Comme les autres fils de Muḥammad b. Malik-S̲h̲āh [ q.v.], Masʿūd fut placé dans son enfance sous la tutelle d’atabegs [voir Atabak] turcs, en dernier lieu Ay-Aba Ḏj̲uyūsh Beg, et reçut en apanage l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān et la Ḏj̲azīra: avec les encouragements de Ḏj̲uyūsh Beg, il se révolta sans succès, à l’âge de 12 ans, contre son frère aîné, le sultan Maḥmūd b. Malik-S̲h̲āh [ q.v.], mais il lui fut pardonné. La mort de ce dernier, en 525/1131, fut suivie…

Biyār

(558 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, al-Biyār (a. « puits, sources »), aujourd’hui Biyārd̲j̲umand, petite ville sur les confins septentrionaux du Grand Désert, le Das̲h̲t-i Kavīr, de Perse. Les géographes médiévaux disent qu’elle est à trois jours de voyage de Bisṭām et à 25 farsak̲h̲s de Dāmg̲h̲ān, et qu’elle appartient administrativement à la province de Ḳūmis [ q.v.] mais, à l’époque sāmānide (IVe/Xe siècle), elle semble avoir été rattachée à Nīs̲h̲āpūr, au Ḵh̲urāsān. C’était le terminus d’une route modérément fréquentée qui traversait l’angle Nord-est du désert, vers Turs̲h̲īz, au Ḳūhistān. On trouve chez al-…

Bahrāʾ

(190 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
( nisba: Bahrānī), tribu du groupe des Ḳuḍāʿa, parfois considérée comme faisant partie des Ḏj̲ud̲h̲ām, qui émigra en direction du Nord vers l’Euphrate puis vers la plaine de Ḥimṣ. Comme leurs voisins les Tag̲h̲lib et les Tanūk̲h̲. les Bahrāʾ devinrent chrétiens, mais ils furent convertis après les Tag̲h̲lib, probablement vers 580. Une délégation se rendit auprès de Muḥammad à Médine en 9/630, et devint musulmane; mais l’ensemble de la tribu resta hostile et demeura attachée à Byzance. En 8/629, l…

K̲h̲wārazm-s̲h̲āhs

(3,400 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ancien titre des souverains du Ḵh̲wārazm [ q.v.], régulièrement usité au début de la période islamique (cf. al-Ṭabarī, II, 1238, événements de 93/712) et jusqu’aux invasions mongoles, puis d’une manière intermittente par la suite. Il s’agit donc, comme pour les désignations d’Afs̲h̲īn et d’Ik̲h̲s̲h̲īd [ q.vv.], d’un exemple de la survivance en pleine période islamique de ce qui fut probablement un ancien titre iranien de l’Asie Centrale. Le savant k̲h̲wārazmien al-Bīrūnī donne les noms et la suite généalogique de la première dynastie de Ḵh̲wārazm-s̲h̲āhs, celle d’Afrīg̲h̲, qu…

Yes̲h̲il I̊rmak

(314 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, en turc moderne, Yeşil Irmak («le fleuve vert»), fleuve du Nord de l’Anatolie, l’Iris dans la province du Pont, pour les Classiques (voir PW, IX/2, col. 2045). Le fleuve, appelé Tozanh Su, surgit dans le Köse Dağ, au Nord-est de Sivas, puis coule vers l’Ouest par Tokat [ q.v.] et Turhal. Là se trouve une plaine fertile, la Kazova ou «Plaine de l’Oie», actuellement irriguée par les eaux du barrage de l’Almus, construit en 1966 sur le fleuve en amont. Un canal en sort et court parallèlement au fleuve, permettant la culture de céréales, de bett…

Sāmānides

(6,411 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Crowe, Yolande
, dynastie persane qui régna en Transoxiane, puis au Ḵh̲urāsān, tout d’abord en tant que gouverneurs subordonnés aux Ṭāhirides [ q.v.], et plus tard souverains autonomes, pratiquement indépendants (204-395/919-1005). 1. Histoire, culture et économie. Le début de l’histoire de la famille Sāmānide est obscur. Ils provenaient probablement soit de Sog̲h̲diane, ou peut-être plus vraisemblablement du Ṭuk̲h̲āristān. au Sud de l’Oxus, étant sans doute des propriétaires terriens de la région de Balk̲h̲. Il n’était pas possible de relier …

Kābulistān

(99 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, bassin supérieur du Kābul [ q.v.], vaguement défini dans les premiers temps de l’Islam comme étant la région située entre Bāmiyān à l’Ouest et Lamg̲h̲ān à l’Est. Le géographe al-Muḳaddasī (vers 375/985), y inclut toute la région s’étendant au Nord de G̲h̲azna et du Zābulistān, c’està-dire la vallée du Lōgar (cf. Le Strange, 349). C’est seulement depuis cette époque que le nom de Kābul est employé uniquement pour désigner la ville et non la totalité du Kābulistān. Dans l’Afg̲h̲ānistān moderne, ¶ le cœur du Kābulistān médiéval forme, depuis 1964, la wilāyat ou province de Kābul. (C. E. Bos…

Waẓīfa

(930 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Jong, F. de
(a.), pl. waẓāʾif, littéralement «tâche, charge, obligation contraignante» [voir Dozy, Supplément, II, 820-1]. 1. Terme administratif. Aux premiers temps de l’Islam, la 2e forme verbale waẓẓafa et le nom waẓīfa sont utilisés dans le vocabulaire administratif et fiscal pour désigner une imposition financière ou une taxe, par exemple, paiement de k̲h̲ārad̲j̲, ʿus̲h̲r ou d̲j̲izya [ q.vv.], voir al-Balād̲h̲urī, Futūḥ, 73 193 (les waẓāʾif des provinces d’al-Urdunn, Filasṭīn, etc.) et autres références données dans le Glossaire, 108. Pourtant, à côté de ce sens large, ¶ waẓīfa a une …

al-Muwaḳḳar

(399 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, lieu-dit aux limites du désert dans la région connue au début de l’Islam sous le nom d’al-Balḳāʾ [ q.v.], dans la Jordanie actuelle, à quelque 22 km au Sud-est de ʿAmman, et à 16 km au ¶ Nord-est du palais umayyade de Ms̲h̲attā ou Mus̲h̲attā [ q.v.]. Les vestiges d’un établissement umayyade y sont encore visibles. Ils comprennent les traces d’un palais, une tour qui peut avoir fait partie d’une mosquée, et les restes d’un système d’irrigation extensive sous la forme de trois digues dans le périmètre, ainsi qu’une belle citerne maçonnée en p…
▲   Back to top   ▲