Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

ʿUrwa b. Masʿūd

(314 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Muʿattib al-T̲h̲aḳafī, Abū Yaʿfur (m. 9/630), un des chefs du groupe des Aḥlāf à al-Ṭāʾif [ q.v.], au début de l’Islam, et considéré techniquement comme un Compagnon du Prophète. Par sa mère, il descendait de ʿAbd S̲h̲ams de Ḳurays̲h̲, et il épousa une fille, Āmina ou Maymūna, d’Abū Sufyān [ q.v.], le chef de la résistance mecquoise contre Muḥammad. Comme allié de Ḳurays̲h̲, ʿUrwa prit part aux négociations entre le Prophète et les Mecquois lors de la trêve d’al-Ḥudaybiya [ q.v.], conclue en 6/28. Quand les hommes de Ṭāʾif, venant des deux groupes des Banū Aḥlāf et des Ba…

Rayčūr

(158 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville et district d u Sud de l’Inde, ajourd’hui dans le département de Gulbargā de l’Etat de Karnataka (Union Indienne), mais, avant 1947, dans l’Etat princier de Haydarabad (Inde Britannique). Lalat. est de 16°15′ N., et la long, de 77°20′, E. Ancienne ville hindoue dépendant autrefois du royaume de Warangal, Rāyčūr passa aux sultans k̲h̲ald̲j̲is de Dihlī au VIIIe/XIVe siècle, puis aux Bahmanides et, après la conquête du Deccan par Awrangzīb, aux Mug̲h̲als. La ville possède d’intéressants monuments islamiques. L’Ek Mīnār kī masd̲j̲id bahmanide a son …

Tālīkōt́ā

(284 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, petite ville du centre du Deccan, au Moyen Age, aujourd’hui dans le district de Bīd̲j̲apur de l’Etat du Karnataka, de l’Union indienne (lat. 16° 31’ N., long. 76° 20’ E.). Elle est célèbre pour avoir été le lieu de réunion et le camp de base pour les forces combinées des sultanats du Sud de l’Inde (les ʿĀdil S̲h̲āhīs, Barīd S̲h̲āhīs, Ḳuṭb S̲h̲āhīs et Niẓām S̲h̲āhīs [ q.vv.]). Us marchèrent tous ensemble quelques 50 kms vers le Sud, au sud de la rivière Krishna et des villages de Rakshasa et Tangadi, traversèrent la rivière et, à un point situé à 20 km au sud …

Ḏh̲ikris

(504 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Zikris, secte musulmane du Balūčistān méridional, particulièrement puissante chez les Balūč du Makrān [ q.v.], mais également représentée chez les Brahūis, plus au Nord. Le nom de la secte provient du fait que ses membres plaçaient la récitation liturgique de formules comprenant les noms et les titres de Dieu, c’est -à -dire le d̲h̲ikr [ q.v.], au -dessus du culte islamique régulier, la ṣalāt ou namāz. Hughes -Buller pense que les Ḏh̲ikris sont issus du mouvement hétérodoxe de la Mahdawiyya du Nord de l’Inde, constituée par les partisans de Sayyid Muḥammad Mah…

Kwat́t́a

(1,689 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Quetta, ville et district du Balūčistān septentrional, actuellement au Pakistan; aussi bien à l’époque de l’Inde britannique qu’aujourd’hui au Pakistan, Quetta a formé un district administratif avec Pīs̲h̲īn, située à une trentaine de km au Nord. Du point de vue géologique, ce territoire est complexe et très montagneux, avec des pics atteignant près de 3 900 mètres, et il est centré sur le bassin du Pīs̲h̲īn-Lora et de ses affluents; le climat y est tempéré avec des hivers rigoureux. La culture, pratiquée par irrigation et principalement de blé récolté au printemps ( rabīʿ) et de sorg…

Taḥṣīl

(149 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), nom d’action du verbe de forme II ḥaṣṣala, «rassembler, acquérir». Dans l’usage islamoindien, ce mot — emprunté à des régimes antérieurs — désigne dans les provinces anglo-indiennes de Bombay, Madras et dans les Provinces Unies la collecte des revenus et par suite la région administrative dans laquelle les impôts sont collectés. C’est ainsi que dans les provinces mentionnées cidessus, le taḥṣīl était une subdivision du district ( taʿalluḳa, altéré en tālūḳ) couvrant une zone allant jusqu’à 1 500 km2. Par ses dimensions, le taḥṣīl s’insère entre le pargana [ q.v.] et le sarkār de l…

Mutaṭawwiʿa

(978 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Muṭṭawwiʿa ( a.), litt. «ceux qui accomplissent des actes de piété surérogatoires, au delà des obligations imposées par la s̲h̲arīʿa», en écho à l’emploi du verbe taṭawwaʿa dans Ḳurʾān, II, 153/158, 180/184, IX, 80/79; ce terme est utilisé dans un contexte militaire pour les combattants volontaires. Al-Samʿānī les définit ( Ansāb, éd. Ḥaydarābād, XII, 318) comme «un groupe qui se consacre au g̲h̲azw et au d̲j̲ihād, tient garnison dans les ribāṭs le long des frontières ( t̲h̲ug̲h̲ūr) et va bien au delà de son devoir ( taṭawwaʿû) dans le g̲h̲azw en entreprenant celui-ci en territoire…

Wus̲h̲mgīr b. Ziyār

(394 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Ẓahīr al-dawla, second souverain de la dynastie daylamite des Ziyārides [ q.v.] de Perse septentrionale, r. 323-56/ 935-67. Wus̲h̲mgīr aurait signifié «piégeur de cailles» d’après al-Masʿūdī, Murūd̲j̲, IX, 30 = § 3603, voir Justi, Iranisches Namenbuch, 259. Wus̲h̲mgīr était le lieutenant de son frère Mardāwīd̲j̲ [ q.v.] et, après la mort de celui-ci, fut acclamé à Rayy par les troupes daylamites comme son successeur. Jusque vers 328/940, il conserva les conquêtes de son frère de Perse septentrionale, mais par la suite il fut entraîné dans …

K̲h̲uttalān, K̲h̲uttal

(1,239 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, région de la rive droite de l’Oxus supérieur dans la contrée qui est aujourd’hui l’Asie Centrale Soviétique, entre les rivières Wak̲h̲s̲h̲ et Pand̲j̲ (sources de l’Oxus) que le moyen âge appelait Wak̲h̲s̲h̲āb et Ḏj̲aryāb. Elle était limitée à l’Ouest par les régions topographiquement similaires de Čag̲h̲āniyān et Wak̲h̲s̲h̲ [ q.vv.] et se trouvait souvent reliée administrativement au Wak̲h̲s̲h̲ (Yāḳūt, Buldān, II, 402). C’était un pays de riches pâturages tant dans les vallées que sur les pentes supérieures des collines où étaient élevés les ¶ fameux chevaux du Ḵh̲uttal que m…

S̲h̲ōlāpur

(257 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom d’un district et de son centre administratif en Inde, dans le Deccan occidental. A l’époque anglo-indienne, ils se trouvaient dans la Présidence de Bombay. Dans l’Union Indienne, ils sont actuellement sur la frange sud-orientale de l’État de Mahāras̲h̲tra. La ville (lat. 17° 43′ N., long. 75° 56′ E.) fut anciennement un centre des Marāt́hās [ q.v.]. En 718/1318, elle tomba sous le contrôle des sultans de Dihlī, et fut gouvernée à partir de Deogīrī (Dawlatābād [ q.v.]); par la suite, elle échut aux Bahmānīs, puis alternativement aux ʿĀdil S̲h̲āhīs de Bīd̲j̲āpur et au…

Mazyad

(1,661 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Banū —, ou Mazyadides, dynastie arabe du ʿIrāḳ central qui descendait du clan Nās̲h̲ira des Banū Asad [ q.v.] fixé entre al-Kūfa et Hīt et régna aux IVe-VIe/Xe-XIIe siècles. Les origines des Mazyadides telles que les a établies G. Makdisi (voir Bibl.) contrairement à l’opinion ancienne (exprimée par ex. dans l’art. Mazyad de l’- EI1 ) selon laquelle la famille ne serait apparue dans l’histoire que dans les premières années du Ve/XIe siècle, remontent à l’époque suivant de peu l’instauration de la domination des Būyides au ʿIrāḳ. Ibn al-Ḏj̲awzī rapporte que le vizir de l’ amīr būyide Muʿi…

Maḥmūd b. Sebüktigin

(2,077 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, sultan de la dynastie g̲h̲aznawide [ q.v.] qui régna de 388 à 421/998-1030 dans les parties orientales de l’Islam. Abū l-Ḳāsim Maḥmūd était le fils aîné de Sebüktigin, un officier turc qui, après avoir fait partie de la garde personnelle formée d’esclaves du ḥād̲j̲ib-i buzurg (commandant en chef) Alptigin [voir Alp Takīn] sous les Sāmānides, parvint à devenir l’ amīr pratiquement indépendant d’une principauté dont le centre était G̲h̲azna [ q.v.], située à l’époque sur les confins orientaux de l’empire sāmānide. Maḥmūd naquit en 361/971, d’une mère qui appartenai…

Zamm

(291 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, une ville sur la rive gauche du fleuve Oxus [voir Āmū Daryā], en Asie Centrale médiévale. Elle est située à environ 190 km en amont d’Āmul-i Shaṭṭ [voir Āmul. 2], en direction de Tirmid̲h̲ [ q.v.], c’est pourquoi cette Āmul est parfois nommée l’«Āmul de Zamm» parce que Zamm constitue le prochain point de traversée sur le fleuve (voir par ex., al-Balād̲h̲urī, Futūḥ, 410). Zamm jouait un rôle important comme lieu de traversée joignant le Ḵh̲urāsān et le Māwarāʾ l-nahr [ q.vv.]. Dans les récits historiques des premières invasions arabes, la cité est mentionnée comme le point p…

S̲h̲āpūr

(494 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), forme néo-persane du moyen persan S̲h̲āhpūr, «fils de roi», normalement arabisée en S̲h̲ābūr, Sābūr, en syriaque S̲h̲ābhōr, en grec ΣαπωρηΣ ou Σαβονρ (voir Justi, Iranisches Namenbuch, 284 sqq.), nom de divers monarques de la dynastie sāsānide en Perse préislamique. Pour l’histoire développée de leurs règnes, voir Sāsānides. On ne notera ici que les aspects en rapport avec les Arabes. S̲h̲āpūr I, fils d’Ardas̲h̲īr Pāpak (r. 239 ou 241 à 270 ou 273) est connu dans les sources arabes sous le nom de S̲h̲ābūr al-Ḏj̲unūd «S̲h̲ābūr des armées», (p. ex. d…

Ṭārābī, Maḥmūd

(259 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, chef d’une révolte à coloration sociale et religieuse qui éclata dans l’oasis de Buk̲h̲ārā, contre la domination Mongole en 636/1238-9. Maḥmūd était un fabricant de tamis du village de Ṭārāb ou Tārāb, (voir al-Samʿānī, Ansāb, édit. Ḥaydarābād, IX, 5; Yāḳūt, Buldān, édit. Beyrouth, IV, 4; Barthold, Turkestan down to the Mongol invasion 3, 114, n. 9, 117, 132). Il conduisit un mouvement contre l’oppression des basḳaḳs ou collecteurs de taxes Mongols. Son mouvement semble avoir été dirigé également contre les propriétaires terriens et l’ensemble des élites civi…

Lamg̲h̲ānāt

(790 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, district de l’Afg̲h̲ānistān oriental qui, tirant son nom du centre urbain de Lamg̲h̲ān (devenu par la suite Lag̲h̲mān), est ainsi appelé dans les sources islamiques de la fin du moyen âge. Il comprend la plaine fertile du cours moyen du Kābul et s’étend en grande partie au Nord et à l’Est de la ville de Kābul [ q.v.]. Il est limité au Nord par les montagnes du Kāfiristān [ q.v.], auj. Nūristān, et englobe les parties inférieures du cours de l’Alingār et de l’Alis̲h̲ang; au Sud et à l’Est, il est limitrophe de la région de Nangrahar (qui, pour certains, comme Bāb…

Kākūyides

(2,410 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
ou Kākwayhides, dynastie d’origine daylamite dont les membres régnèrent sur une partie des Ḏj̲ibāl [ q.v.] comme souverains pratiquement indépendants durant la première moitié du Ve/XIe siècle et, par la suite, pendant plus d’un siècle comme seigneurs locaux du Yazd, vassaux des Sald̲j̲ūḳides. L’ascension des Kākūyides constitue l’un des aspects de «l’intermède daylamite» de l’histoire iranienne, durant lequel les éléments daylamites et kurdes, étouffés jusque là, prirent de l’importance. Sous l’impulsion dynamique du m…

Mahīm

(208 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Maham, ville et taḥṣīl du district de Rohtak, dans l’Inde, sur la route reliant Dihlī et Hānsī (28° 58ʹ N. et 76° 18ʹ E); elle se trouvait autrefois dans le Pand̲j̲āb, mais elle est échue depuis 1947 à l’Union indienne (État d’Hariana). Fondée probablement par des princes rād̲j̲pūts, elle fut, dit-on, détruite à la fin du VIe/XIIe siècle par Muʿizz al-dīn Muḥammad G̲h̲ūrī [voir G̲h̲ūrides]. Le Ḏj̲āmi ʿMasd̲j̲id porte une inscription du règne de Humāyūn rappelant sa construction par Bēgam Sulṭān en 937/1531 et une autre de l’époque d’Awrangzīb à l’occasion d…

Salmās

(883 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom d’un district et de son chef-lieu urbain médiéval dans la partie occidentale de la province persane d’Ād̲h̲arbāyd̲j̲ān. Le district englobe une plaine fertile près de l’angle Nord-ouest du Lac Urmiya, bordée à l’Ouest par la chaîne des monts Harāwīl avec le col de Ḵh̲ānasūr (2 408 m) qui conduit en Turquie, et au Sud par le Kūh-i Awg̲h̲ān. La ville moderne de Salmās, S̲h̲ābūr ou Dīlmān (lat. 38° 13′ N., long. 44° 50′ E.) est à 48 km au Sud-sudouest de Ḵh̲ōy [voir Ḵh̲ōī] sur la rivière Zala Čay. La région de Salmās a été habitée de toute antiquité, comme le montrent les ves…

Ḳut̲h̲am b. al-ʿAbbās

(737 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. ʿAbd al-Muṭṭalib al-Hās̲h̲imī, compagnon du Prophète; il était le fils de l’oncle de Muḥammad et de la belle-sœur de ce dernier, Umm al-Faḍl al-Hilāliyya. Bien que la Sīra le mette en contact avec le Prophète en le plaçant dans le cercle étroit de la famille hās̲h̲imite qui lava son corps avant de le mettre au tombeau et que l’on ait également souligné la ressemblance physique qui aurait existé entre les deux personnages ¶ , il paraît évident qu’il ne se convertit à l’Islam que tardivement, sans doute pour suivre son père al-ʿAbbās [ q.v.] après la conquête de La Mekke. Il n’est d’aucune man…
▲   Back to top   ▲