Search

Your search for 'dc_creator:( "Burton-Page, J." ) OR dc_contributor:( "Burton-Page, J." )' returned 110 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ḥaydarābād

(5,306 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, a) nom d’une ville du Deccan (Dakhan) en Inde (17° 22′ N., 78° 27′ E.), aujourd’hui capitale de l’État indien d’Āndhra Pradēs̲h̲, et autrefois capitale successive du dernier des rois Ḳuṭb s̲h̲āhides de Golkond́ā, d’une ṣūba mug̲h̲ale après la conquête du Deccan par Awrangzib, du Niẓām et de l’État de Ḥaydarābād après l’indépendance de l’Inde; b) nom d’un ancien État de l’Union Indienne, aujourd’hui incorporé dans les provinces d’Āndhra Pradēs̲h̲, Mahārās̲h̲t́ra et Mysore (Mahisur), autrefois territoire de «His Exalted Hig̲h̲ness» (titre britannique conféré en 1918) le Niẓām. I. —…

Maḥmūd K̲h̲ān

(427 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, Naṣīr al-dīn, fondateur d’une dynastie éphémère qui régna à Kālpī [ q. v. ] dans la première moitié du IXe/XVe siècle. Il était le fils de Malikzāda Fīrūz b. Tād̲j̲ al-dīn Turk, vizir de G̲h̲iyāt̲h̲ al-dīn Tug̲h̲luḳ II qui fut tué avec son maître à Dihlī, en 791/1389; après cet événement, il s’enfuit à Kālpī, son iḳṭāʿ, auquel il donna le nom honorifique de Muḥammadābād et «aspira à l’indépendance» ( dam az istiḳlāl mīzad), ce qui ne fut pas très difficile à obtenir dans la situation bouleversée où se trouvait le sultanat de Dihlī après le sac de la ville par Tīmūr …

Nahr

(850 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Burton-Page, J.
(a.), pl. anhār , anhur, etc., eau courante, de là, cours d’eau pérenne, fleuve, rivière, par opposition à wādī, qui désigne un oued rempli seulement à certaines périodes de l’année ou à sayl, torrent périodique. — Au Proche Orient. Al-Masʿūdī ( Murūd̲j̲., I, 281 = § 304) pose en base que «toute eau courante est un nahr, l’endroit d’où jaillit l’eau est une source ( ʿayn); un lieu où se trouve une grande quantité d’eau est un baḥr». En fait, ce dernier terme [ q.v.] ou son équivalent emprunté à l’hébreu, yamm, était donc appliqué non seulement aux mers et aux océans, mais aussi except…

Hampī

(1,229 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, nom communément donné aujourd’hui aux ruines de la capitale de l’empire de Vid̲j̲ayanagara [ q.v.], sur la rive droite du Tungabhadrā, à 60 km. au Nord-ouest de Bellary. Ce nom paraît être dérivé du remarquable temple de Pampāpati ( h kannad́a < anc. kann. p), dans le quartier du bāzār. L’empire de Vid̲j̲ayanagara est d’une certaine importance pour le monde musulman non seulement en tant que puissance hindoue agissante qui, pendant plus de deux siècles, défia ses voisins musulmans, mais aussi parce qu’il est le témoin de la synthèse progressiv…

Dihlī

(8,643 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, Delhi. — I. — Histoire. — La ville de Dihlī, située sur la rive occidentale du Ḏj̲amnā [ q.v.], et qui s’étend de nos jours entre 28° 30ʾ et 28° 44ʾ de lat. Nord, 77° 5ʹ et 77° 15ʹ de long. Est, fut la capitale des premiers souverains musulmans de l’Inde à partir de 608/1211 [voir Dihlī, Sultanat de], et resta la capitale des dynasties du Nord (avec quelques éclipses: Dawlatābād, Āgrā et Lahore (Lāhawr) [ q.vv.] eurent la faveur d’un petit nombre de souverains), jusqu’à la déposition de Bahādur S̲h̲āh en 1858; elle devint en 1911 la capitale de l’Inde britannique et, d…

Ḏj̲ayn

(488 words)

Author(s): Burton-Page, J.
(Jain). La communauté des Ḏj̲ayn (disciples de Mahāvīra, appelé le Jina) était beaucoup plus largement répartie sur le sous-continent indien à l’époque de la conquête musulmane que par la suite, comme le prouve le remploi des matériaux Ḏj̲ayn dans les premières constructions islamiques. Bien qu’ils fussent assez répandus dans le Deccan, leur placeforte particulière était le Gud̲j̲arāt péninsulaire. Des allusions aux Ḏj̲ayn dans les histoires antérieures ont sans doute été rendues obscures par le…

Kitābāt

(25,765 words)

Author(s): Sourdel-Thomine, J. | Ory, S. | Ocaña Jiménez, M. | Golvin, L. | Bivar, A. D. H. | Et al.
(A.), «inscriptions». I. — Épigraphie islamique en général. L’étude des inscriptions arabes constitue aujourd’hui une science pleine de promesses, science auxiliaire assurément, mais science indispensable à l’exploitation attentive de toute une catégorie de textes ¶ authentiques permettant d’éclairer la civilisation au sein de laquelle ils ont été écrits. Dès une époque fort ancienne, en effet, puisque la première inscription arabe datée qui nous soit parvenue remonte à l’année 31/652 et que l’on connaissait auparavant des inscr…

Mīr

(241 words)

Author(s): Levy, R. | Burton-Page, J.
, titre persan qui est une forme abrégée de l’arabe amīr et s’en approche par le sens, de même que du titre de mīrzā [ q.v.]. (Sur la suppression de Iʾ alif initial, cf. Bū Sahl pour Abu Sahl, etc.). De même que le titre d’amīr, celui-ci s’applique aux princes (Manūèihrī, éd. A. de Biberstein-Kazimirski, Menoutchehri poète persan du onzième siècle de notre ère, Paris 1886, 96, en parlant de Masʿūd de G̲h̲azna, l’appelle «Mïr»), mais il est porté également par des poètes et autres hommes de ïettres (p. ex. Mīr ʿAlī S̲h̲īr, Mīr Ḵh̲wānd. Mī Muḥsin; cf. l’article suivant). Dans l’Inde et au …

Mēdinī Rāʾī

(832 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, chef, sous le nom de Rāʾī Čand Pūrbīya, des Rād̲j̲pūts Pūrbīya [= orientaux], dont les territoires tribaux étaient situés dans le district de Čāndērī [ q.v.] et qui, vassaux des sultans de Mālwā [ q.v.], jouèrent un rôle prééminent dans la politique Mālwā-Gud̲j̲arāt-Mēwār-Dihlī au Xe/XVIe siècle. La succession au trône de Mālwā avait été ardemment contestée après la mort de Nāṣir al-dīn S̲h̲āh Ḵh̲ald̲j̲ī en 916/1510, qui avait désigné son troisième fils, Aʿẓam Humāyūn, pour lui succéder. Ce dernier accéda donc au pouvoir sous le nom de Maḥ…

Dars̲h̲an

(114 words)

Author(s): Burton-Page, J.
(aussi moins correctement Darsan), mot sanscrit ( darśana, de la racine dṛś «voir») qui signifie «se montrant, étant visible», d’où «cérémonie au cours de laquelle le roi se montre au peuple». Cette habitude hindoue fut adoptée par l’empereur mug̲h̲al Akbar ( Āʾīn- ī Akbarī, I, 73) et ses successeurs immédiats. Le voyageur anglais Coryat constate qu’à Agra, Ḏj̲ahāngīr se faisait voir trois fois par jour d’un baldaquin. Le fait que S̲h̲āhd̲j̲ahān ne se montra pas pendant sa maladie, vers la fin de 1067/ septembre 1657, fit naître des rumeurs au sujet de sa mort. La pratique du dars̲h̲an, sui…

Ḥasan Abdāl

(504 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, petite ville située à 40 km. à l’Est d’Āt́ak, au Pakistan (33° 48’ N., 72° 44’ E.), et constituant une partie des ruines qui entourent l’ancienne Taxila. Elle doit sa renommée à une source qui a attiré des légendes de sainteté d’origine bouddhiste, hindoue, musulmane et sikh et qui, sous sa forme de bassin sacré du roi serpent Ēlāpatra, a été décrite par le pèlerin chinois Hiuen Tsang au VIIe s. de J.-C.; les Musulmans l’appellent aujourd’hui source de Bābā Walī, et les Sikhs, source de Pand̲j̲a Ṣaḥib (en pand̲j̲ābī, pand̲j̲a = groupe de cinq (doigts), c’est-à-dire «main»), d’après …

Dwārkā

(189 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, ville du district d’Okhāmandal, au Nord-ouest de la presqu’île de Kāthiāwād, dans le Gud̲j̲arāt (Inde), associée dans la légende hindoue au dieu Kris̲h̲na et considérée en conséquence par les Hindous comme d’une particulière sainteté. Également connue sous les noms de Dwārawatī et Ḏj̲agat, elle fut célèbre pour ses pirates jusqu’au XIXe siècle. Elle est citée sous le nom de Bāruwī (<dwārawatī) par al-Bīrūnī ( Taʾrīk̲h̲ al-Hind, trad. E. Sachau, Londres 1888, II, 125 sqq.). Elle fut mise à sac par le sultan du Gud̲j̲arāt Maḥmūd Ier « Begdā» en 877/1473 en représailles d’une atta…

Ḳadam S̲h̲arīf

(1,036 words)

Author(s): Arnold, T. W. | Burton-Page, J.
, Ḳadam Rasūl Allāh « Pied de l’Envoyé de Dieu». Parmi les merveilles ( muʿd̲j̲izāt) que la croyance populaire attribue à Muḥammad entre le fait que, quand il passait sur un rocher, son pied d’enfonçait dans la pierre, en y laissant son empreinte. Le miracle est cité d’ordinaire en corrélation avec d’autres, tels que ceux-ci: Muḥammad ne faisait pas d’ombre; quand un de ses cheveux tombait dans le feu, il ne brûlait pas; les mouches ne se posaient pas sur ses vêtements, etc. (cf. al-Ḥalabī, al-Sīra al-ḥalabiyya, Būlāḳ 1292, III, 407), ou bien encore, ses sandales ne laissaient au…

Īdar

(468 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, nom d’une ville fortifiée située au Nord du Gud̲j̲arāt, à 100 km. au Nord-est d’Aḥmadābād, ¶ ainsi que du territoire très montagneux qui l’entoure. Les anciens rād̲j̲ās d’Īdar étaient, au VIIIe/XIVe siècle, une épine au flanc des premiers gouverneurs placés à la tête du Gud̲j̲arāt par le sultanat de Dihlī, et il fallait presque toujours recourir aux armes pour recueillir le tribut imposé par les gouverneurs. Après que le Gud̲j̲arāt fut devenu un sultanat indépendant, Aḥmad S̲h̲āh Ier eut les mêmes préoccupations, car la puissance d’Īdar, si proche d’Aḥmadābād, la nouvel…

Ḥabs̲h̲ī

(2,834 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, terme usité dans l’Inde pour désigner les communautés africaines dont les ancêtres sont à l’origine venus dans le pays comme esclaves, dans la plupart des cas de la Corne d’Afrique, quoique certains proviennent sans aucun doute des troupes esclaves des pays musulmans voisins. La majorité, au moins dans les temps les plus anciens, peut fort bien être originaire d’Abyssinie, mais il est certain que le nom de Ḥabs̲h̲ī fut appliqué indistinctement à tous les Africains et, à l’époque où les Portuga…

Gangā

(695 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, le Gange (aussi Gang chez les historiens musulmans de l’Inde), fleuve principal de l’Inde supérieure [voir Hind] qui prend sa source dans les neiges de l’Himalaya, dans le district de Gaŕhwāl à une altitude de 3100 m. environ, coule dans les provinces actuelles d’Uttar Prades̲h̲, Bihār et Bengale et se jette dans la baie du Bengale après un parcours d’environ 2500 km., dont les 500 derniers dans le delta du Bengale. En aval du delta, il reçoit successivement les eaux du Rāmgangā, du Yamunā (Ḏj̲amnā [ q.v.]), du Gōmatī, du Gōgrā, du Sōn, du Gandak et du Kōsī; en aval du confluent…

K̲h̲āndēs̲h̲

(1,593 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, région du centre Ouest de l’Inde au Nord-ouest du Deccan [voir Dakhān], sur le cours supérieur du Tāptī/Tāpī et le plat pays qui ¶ l’entoure; elle est limitée au Nord par les hauteurs de Satpuŕā et le Narbadā, séparée à l’Ouest du Gud̲j̲arāt [ q.v.] continental par les chaînes septentrionales des G̲h̲āts occidentaux, au Sud par les montagnes de Sātmālā qui l’isolent du plateau du Deccan et au Sud-ouest par les hauteurs de Laling et de Gālnā endeçà du district de Nāsik (Mahārās̲h̲tra). Il n’y a pas de frontière nettement marquée à l’Est, …

Itāwā

(988 words)

Author(s): Burton-Page, J.
(Etāwā), district du Sud-ouest de l’Uttar Prades̲h̲, dans l’Inde, entre 26°21’ et 27°1’ de lat. N. et 78°45’ et 79°45’ de long. E. et également chef-lieu de ce district (26°46’ N. et 79°1’ E.), sur le Ḏj̲amnā [ q.v.]. La forme courante de ce nom est Etawa, mais l’on trouve également Etaya (Elphinstone), Itay (de Laet) et parfois Int́āwa dans les chroniques musulmanes; l’étymologie populaire rapproche ce nom de īnt́ āwā «four à briques». La région d’It́āwā faisait probablement partie du royaume de Kanawd̲j̲ [ q.v.] à l’époque où il fut attaqué par Maḥmūd de G̲h̲azna (409/1018), c…

Manāra, Manār

(11,108 words)

Author(s): Hillenbrand, R. | Burton-Page, J. | Freeman-Greenville, G. S. P.
(a.), minaret. I. — Pays musulmans, du Mag̲h̲rib à l’Afg̲h̲anistān. A la différence des autres types d’architecture religieuse de l’Islam, comme la mosquée et la madrasa, le minaret est immédiatement reconnaissable sans aucune ambiguïté, pour des raisons qui méritent d’être examinées. Il paraît dans l’ensemble sans rapport avec le rôle qu’il joue dans l’appel à la prière ( ad̲h̲ān [ q.v.]), puisque ce dernier peut être lancé du toit de la mosquée ou même du haut d’une maison. Du vivant du Prophète, c’est ainsi que procédait Bilāl [ q.v.], et cette pratique se poursuivit pendant une…

Nārnawl

(573 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, ancienne ville de l’Inde (28° 3´ N., 76° 10´ E.), dans l’État actuel de Haryana, à environ 130 km au Sud-ouest de Dihlī. C’est probablement (Ishwari Prasad, Life and times of Humayun, 95) le lieu de naissance de S̲h̲īr s̲h̲āh, car sa famille y résidait depuis quelque temps. Mais Nārnawl a des références islamiques bien plus anciennes, l’inscription du dargāh de S̲h̲āh Wilāyat montrant que le saint y vivait en 531/1137 et avant, c’est-à-dire plus de cinquante ans avant la conquête de Dihlī par les Musulmans; ce dargāh présente des signes du style préislamique de plafond à caissons…
▲   Back to top   ▲