Search

Your search for 'dc_creator:( "Dietrich, A." ) OR dc_contributor:( "Dietrich, A." )' returned 132 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ibn al-Ḳifṭī

(535 words)

Author(s): Dietrich, A.
, Ḏj̲amāl al-dīn Abū l-Ḥasan ʿAlī b. Yūsuf b. Ibrāhīm b. ʿAbd al-Wāḥid al-S̲h̲aybānī, écrivain arabe en divers genres, né en 568/1172 à Ḳifṭ, en Haute-Égypte. Il fit ses premières études au Caire et, en 583/1187, alla à Jérusalem, où son père avait été nommé substitut du ḳāḍī al-Fāḍil, le célèbre chancelier et conseiller de Salāh al-dīn (Saladin). Durant les nombreuses années qu’il y passa comme étudiant, il recueillait déjà les éléments de son œuvre future. En 598/1201, les désordres qui suivirent la mort de Ṣalāḥ al-dīn l’obligèrent à part…

Mūmiyāʾ

(721 words)

Author(s): Dietrich, A.
(a.; en persan mūmiyāʾī, de mūm «cire», mais peut-être d’origine grecque), correspond à Mumia naturalis persica, bitume, asphalte, liquide minéral dur, noir et brillant, qui sourd de cavernes rocheuses. Dans la médecine ancienne, il était employé surtout contre les lésions et les fractures. Il est à distinguer de la Mumia factitia var. humana, la substance bitumineuse des momies égyptiennes. La Mumia naturalis, appelée en grec πισσάσφαλτοΣ (πιττάσφαλτοΣ), est entrée dans les traductions arabes de Dioscoride et leurs commentaires sous le nom de biṣṣasfalṭuṣ (et var.). La mūmiyāʾ s…

Nīl

(434 words)

Author(s): Dietrich, A.
(a.), nīlad̲j̲ (p. du sanscrit nīla «bleu») est l’ Indigo tinctoria L., Indigoferae, la matière tinctoriale organique la plus ancienne qui soit connue. Elle constitue le composant principal de l’indigo naturel et peut être tirée des espèces différentes d’Indigofera ( Isatis tinctoria, Cruciferae) et de la renouée ( Polygonum tinctorium, Polygonaceae). L’indigo a été utilisé depuis des milliers d’années en Inde, en Chine, en Égypte aussi, pour peindre et teindre différentes étoffes. L’antiquité classique le connaissait comme médicament, les Arab…

Iklīl al-Malik

(606 words)

Author(s): Dietrich, A.
(a.), mélilot, Melilotus officinalis (Légumineuse), appelé en allemand Honigklee (trad. du grec μελίλωτοΣ), plante de la famille des Papillonacées dont 16 espèces environ sont ou étaient employées comme médicament. Le nom arabe (« couronne du roi ») rend le syriaque kelil malkā; des synonymes moins usités sont nafal, ḥantam, s̲h̲ad̲j̲arat al-ḥubb (« arbre d’amour »), etc. En général, une distinction est faite entre les plantes à fleurs jaunes qui atteignent un mètre de hauteur, et à fleurs blanches, plus hautes encore. Les deux sont des herbacé…

Kāfūr

(927 words)

Author(s): Dietrich, A.
(également ḳāfūr, ḳaf(f)ūr; du hindī karpūra, kappūra, malais kapur), le camphre, substance blanche et translucide provenant, de même que l’huile de camphre, de la distillation de la-résine du camphrier ( Cinnamomum camphora), arbre qui croît en Asie orientale (Chine, Formose, Japon); il ne faut pas le confondre avec le camphre de Bornéo qui provient de la Dryobalanops aromatica d’Indonésie (Sumatra et Bornéo). Les deux variétés étaient employées comme parfums et comme médicaments, mais la seconde, dont la production doit avoir été plus importante au …

Ṣabr

(347 words)

Author(s): Dietrich, A.
( ṣabir, ṣabur), l’aloès, famille des Liliacées, très répandu dans les régions chaudes de l’ancien monde, notamment à Chypre et dans les montagnes d’Afrique. La feuille de beaucoup de variétés fournit une fibre servant à fabriquer des tissus grossiers. Du bois brun foncé, on tire une résine odorante fort appréciée. Très important également était le suc médicinal extrait de la feuille d’aloès, qui portait le nom grec d’àάλόη, repris sous la forme āluwī dans la pharmacopée arabe. En Occident musulman, le mot était apparemment vocalisé ṣibar, qui a donné l’espagnol acibar. Les descripti…

al-Had̲j̲d̲j̲ad̲j̲ b. Yūsuf

(3,912 words)

Author(s): Dietrich, A.
b. al-Hakam b. ʿAkīl al-T̲h̲akafi. Abū Muḥammad, le plus célèbre et le plus capable des gouverneurs umayyades; il appartenait au clan Aḥlāf des Banū T̲h̲aḳīf. et naquit à al-Ṭāʾif vers 41/661. Ses ancêtres, pauvres et d’humble origine, auraient, dit-on, gagné leur vie comme transporteurs de pierres et maçons (Ibn ʿAbd Rabbih, ʿIḳd, V, 38; Ibn al-At̲h̲īr, IV, 313); sa mère, al-Fāriʿa, également de la tribu des Banū T̲h̲aḳīf, était la femme divorcée d’al-Mug̲h̲īra b. S̲h̲ūʿba [ q.v.]. Tout enfant, al-Ḥad̲j̲d̲j̲ād̲j̲ avait reçu le sobriquet de kulayb («petit chien»), sous lequel il…

al-Uthāl

(224 words)

Author(s): Dietrich, A.
, al-Athāl (a.), récipient utilisé dans le procédé de sublimation, en chimie, pour faire passer les corps d’un état solide à un agrégat gazeux par le moyen d’une montée en pression par la vapeur. Le mot rend le grec αἰθάλη (vapeur, fumée légère) qui, à travers le syriaque ītalī (Brockelmann, Lexicon Syriacum 2, 55), donna en arabe al-ut̲h̲āl et fut repris en latin par aludel (alutel). Des représentations du procédé figurent dans M. Bertholet, La chimie au Moyen Âge, I, 149, 150, 156. L’appareil sert à sublimer le mercure ( ẓaybaḳ), le soufre, l’arsenic ( zarnīk̲h̲) et d’autres produits se…

Ḥubays̲h̲ b. al-Ḥasan al-Dimas̲h̲ḳī

(678 words)

Author(s): Dietrich, A.
, surnommé al-Aʿsam « l’homme aux membres desséchés », traducteur en arabe d’ouvrages grecs de médecine. De confession chrétienne, il était le neveu du grand traducteur Ḥunayn b. Isḥāḳ [ q.v.] qui appréciait hautement sa collaboration et le jugeait très doué, mais pas particulièrement appliqué. La qualité de ses traductions était telle qu’elles ont souvent été prises, par la suite, pour l’œuvre de Ḥunayn, et des usagers dénués d’esprit critique auraient même, à cause de la similitude du ductus des deux noms, considéré que ce…

Luʾluʾ

(952 words)

Author(s): Dietrich, A.
(pl. laʾāliʾ, laʾālī), perle. Ce mot est souvent employé comme synonyme de durr [ q.v.], et il est difficile de préciser la différence entre les deux. Avec le corail et l’ambre, la perle est un produit organique, associée, il est vrai — comme encore aujourd’hui — aux pierres précieuses ( d̲j̲awāhir), et donc aux minéraux ( maʿādin). La différence entre la perle et les vrais minéraux était pourtant bien connue: étant d’origine animale, la perle change vite (al-Akfānī, apud Wiedemann, Aufsätze, I, 845). De la même façon, les Juifs, dans l’antiquité, avaient considéré la perle…

Ḥawāla

(485 words)

Author(s): Dietrich, A.
, littéralement «traite» ou «effet», est la cession, c’est-à-dire le paiement d’une dette au moyen du transfert d’un droit de créance. Si A est débiteur envers B et qu’il a un droit de créance contre C, il peut éteindre sa dette en transférant au profit de B sa créance contre C. Dans ce cas, A est le cédant ( al-muḥīl), B est le cessionnaire ou créancier acceptant la cession ( al-muḥtāl), et C est le débiteur cédé ( al-muḥtāl ʿalayhi). Il ne serait cependant pas exact de considérer la ḥawāla uniquement sous l’angle de la cession: elle est principalement un mode de paiement destiné à libérer le muḥīl

Anzarūt

(645 words)

Author(s): Dietrich, A.
, gomme résine connue depuis l’antiquité et employée à des usages médicaux; elle est tirée d’un arbuste épineux qui ne peut être identifié avec certitude (grec σαρκοκóλλα). Synonymes: anzarūṭ, ʿanzarūṭ, kuḥl fārisī, kuḥl kirmānī; persan: anzarūt ou and̲j̲arūt, tas̲h̲m (< čas̲h̲m), kand̲j̲ubā, kand̲j̲ud̲h̲a, kand̲j̲udak, bazahr-i čas̲h̲m (à lire ainsi au lieu de zahr d̲j̲as̲h̲m dans al-Anṭākī, Tad̲h̲kira, voir Bibl). On a beaucoup écrit sur cette drogue. Autrefois l’espèce Penaea, appartenant aux Thymé-léacées, était généralement considérée comme la plante d’orig…
▲   Back to top   ▲