Search

Your search for 'dc_creator:( "Burton-Page, J." ) OR dc_contributor:( "Burton-Page, J." )' returned 224 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Dāl

(508 words)

Author(s): Fleisch, H. | Burton-Page, J.
, 8e lettre de l’alphabet arabe, transcrite d; valeur numérique: 4, en accord avec l’ordre des lettres dans l’alphabet syriaque (et cananéen), où d est la 4e lettre [voir Abd̲j̲ad]. Il continue un d du sémitique commun. Définition: occlusive dentale sonore; selon la tradition grammaticale arabe: s̲h̲adīda mad̲j̲hu̲ra. Pour le mak̲h̲rad̲j̲: niṭʿiyya d’al-Ḵh̲alīl (al-Zamak̲h̲- s̲h̲arī, Muf., 191, ligne 1, 2e éd. J. P. Broch) place le point d’articulation au niṭʿ (ou niṭaʿ), la partie antérieure du palais dur, «sa partie striée» (Ibn Yaʿīs̲h̲, 1460, ligne 19), donc: prépalatale. Cett…

Mīrzā ʿAskarī

(506 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, prince mug̲h̲al qui était le troisième fils (abstraction faite des enfants morts en bas âge) de l’empereur Bābur, le frère germain de Kāmrān Mīrzā [ q.v.] et le demi-frère de l’empereur Humāyūn [ q.v.] et de Hindāl Mīrzā [ q.v.]. Il naquit en 922/1516, dans un camp militaire, comme l’indique son surnom, et mourut en 965/1558. Il reçut son premier commandement militaire à l’âge de 12 ans, pendant les campagnes orientales de Bābur au delà du Gange, Après l’avènement de Humāyūn en 937/1530, Kāmrān fut affecté à Ḳandahār, mais il y laissa le commandemen…

Maḳbara

(7,087 words)

Author(s): Ory, S. | Brown, K. L. | Laqueur, H.-P. | Burton-Page, J.
(ou maḳbura, maḳbira, miḳbara, maḳbar et maḳbur), cimetière. Le mot figure une seule fois dans le Ḳurʾān, sous sa forme de pluriel maḳābir: «La rivalité vous distrait, jusqu’à ce que vous visitiez les nécropoles» (Cil, 2). Ses synonymes d̲j̲abbāna, madfan, et turban ne figurent pas dans le Livre Saint. I. — Dans les pays centraux du monde arabe. Les auteurs arabes ne fournissent que peu d’éléments susceptibles d’aider à retracer l’histoire des cimetières musulmans. Les ouvrages àe fiḳh se bornent aux interdictions concernant les tombes ( ḳabr, pl. ḳubūr [ q.v.]) et la visite des sépu…

Nāgawr

(818 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Burton-Page, J.
, orth. moderne Nagaur, Nagor, ville et district de la division de Jodhpur de l’État du Rajasthan (Union indienne), autrefois inclus dans la principauté de Jodhpur de l’Inde britannique; la ville (27° 12’ N. et 73° 48’ E.), située à 120 km au Nord-est de Jod̲h̲pur [voir Ḏj̲ōdhpur], comptait une population de 36 433 habitants en 1971. La cité, ceinte de remparts, tirait son nom de ses fondateurs traditionnels, les Rād̲j̲pūts Nāga. À la fin du XIIe siècle, elle a été sous la domination du prince Čawhān (Čahamāna) de Dihlī, Pṛithvīrād̲j̲a III, puis du G̲h̲ūride Muʿizz al-dīn Muḥammad [voir G̲h̲ū…

Lōdīs

(3,556 words)

Author(s): Imamuddin, S.M. | Burton-Page, J.
, tribu et dynastie afg̲h̲ānes de l’Inde du Nord (855-932/1451-1526). I. — Histoire. Les tribus afg̲h̲ānes des régions montagneuses de Sulaymān émigraient régulièrement vers les plaines de l’Indus; en temps de guerre, leurs membres s’engageaient dans les armées d’invasion comme auxiliaires, et, en temps de paix, y venaient en tant que commerçants ou bergers. En été, ils se déplaçaient vers les hauteurs et, à l’approche de l’hiver, vers les plaines. Parmi ces émigrants, il y avait les ancêtres des sultans lōdis de l’Inde (sur les Afg̲h̲āns en Inde, en général, voir Pat́hān et Rohila). Les…

Mīrzā

(548 words)

Author(s): Levy, R. | Burton-Page, J.
ou Mirzā, titre persan qui est une forme abrégée de Mīr-zāda ou Amīr-zāda, signifiant à l’origine «né d’un prince» (cf. Malik-zāda et Farhang-zāda, que l’on trouve chez Saʿdī, etc.). — 1. Dans l’usage persan. Ce titre, outre sa signification originale, était également attribué à des nobles et des gens de bonne naissance; il correspond ainsi au turc ag̲h̲a. Depuis l’époque de la conquête de l’Inde par Nādir S̲h̲āh, il fut en outre appliqué à des hommes instruits en dehors de la classe des mullās ou ʿulamāʾ. A l’époque moderne seulement, ce titre se place après le nom d’un prince,…

Gud̲j̲rāt

(581 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, ville, taḥṣīl et district des plaines septentrionales du Pand̲j̲āb pakistanais entre le Ḏj̲ehlam et le Čanāb. Le district aurait autrefois fait partie de l’ancien royaume des Gurd̲j̲ara, mais il n’est pas spécifiquement mentionné dans l’historiographie islamique jusqu’à l’époque de Bahlūl Lodī (855-94/1451-89) à laquelle fut fondée la ville de Bahlūlpur, à 36 km. au Nord-est de Gud̲j̲rāt; le peuplement du district fut poursuivi par S̲h̲ir S̲h̲āh au milieu du Xe/XVIe siècle et terminé par Akbar avec la reconstruction de la ville de Gud̲j̲rāt. Il semble y avoir eu au moins deux…

Nandurbār

(479 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, ville indienne ancienne, au Ḵh̲āndēs̲h̲ [ q.v.] occidental (21° 22´ N, 74° 14´ E.), dans la vallée du Tapti. C’était autrefois un important centre commercial. Comme Nandigara, cette ville aurait été fondée par Nanda Gawlī, un chef de tribu local, et l’on affirme qu’elle est restée dans sa famille «jusqu’à sa conquête par les Mahométans sous les ordres de Muin-ud-din Chishti» ( IGI 2, XVIII, 362-3, s.v. Nandurbar), ce qui semble improbable et concerne peut-être une installation primitive de Ṣūfis. Elle paraît avoir changé de mains à diverses époques entre l…

Hānsawī

(419 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, s̲h̲ayk̲h̲ Ḏj̲amāl al-dīn Aḥmad, appelé également Ḳuṭb Ḏj̲amāl al-dīn, mystique sūfī de l’ordre indien des Čis̲h̲tiyya [ q.v.], né en 580/1184-5, m. à Hānsī en 659/1260-1; descendant du théologien et juriste Abū Ḥanīfa [ q.v.], il fut k̲h̲alīfa supérieur du s̲h̲ayk̲h̲ Farīd al-dīn Masʿūd «Gand̲j̲-i S̲h̲akar» [ q.v.] pendant le séjour de celui-ci à Hānsī [ q.v.]; il aurait été le k̲h̲aṭīb de Hānsī lorsqu’il se rallia à Farīd al-dīn et aurait abandonné son poste et les avantages matériels qui s’y rattachaient, comme condition nécessaire de sa discipline spirituelle. Il est connu comm…

Ḥarb

(27,513 words)

Author(s): Khadduri, M. | Cahen, Cl. | Ayalon, D. | Parry, V.J. | Bosworth, C.E. | Et al.
(A.) «guerre». I. — Aspect juridique. Ḥarb peut signifier soit combat ( ḳitāl) au sens matériel, soit «état de guerre» entre deux ou plusieurs groupes, les deux sens étaient implicites dans l’ordre juridique de l’Arabie préislamique. A défaut d’autorité organisée, la guerre était devenue la base des relations inter-tribales, et la paix ne régnait que quand deux ou plusieurs tribus étaient convenues de la maintenir. En outre, la guerre servait à l’exercice de la vendetta et des représailles. Le désert, propi…

Māhīm

(422 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, port de l’Inde situé à environ 90 km au Nord de Bombay, protégé par une forteresse bâtie sur une île et constitué de deux criques formant un mouillage abrité. Le gros village de Kēlvē, qui s’élève sur le rivage opposé de l’une des criques, est maintenant inclus avec le port dans une commune appelée Kēlvē-Māhīm et distinguée ainsi du faubourg de Māhīm sur l’île de Bombay. Le nom du port s’écrit aussi Mahīm et, dans les documents bahmanides, Mahāʾim. On sait qu’il était compris dans les possessions du sultanat de Dihlī au milieu du VIIIe/XIVe siècle, avant de passer à celui du Gud̲j̲arāt …

Bāʾolī

(818 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, mot urdu et hindi signifiant puits à degrés; il y en a deux types principaux dans l’Inde, le type septentrional et le type occidental. La variété du Nord est la plus simple; elle comprend essentiellement une large volée de marches de pierre qui descendent du niveau du sol jusqu’au-dessous de la ligne d’eau, sur toute la largeur de l’emplacement; des volées accessoires peuvent partir à l’opposé de ces marches et perpendiculairement à celles-ci au-dessous du niveau de l’eau, réduisant ainsi la c…

Namāzgāh

(445 words)

Author(s): Burton-Page, J.
(p.), «lieu de prière», est synonyme, dans l’Inde, de ʿīdgāh, espace ouvert, généralement à l’Ouest d’une ville et couvert seulement de ce qui, dans une mosquée, serait le mur occidental, avec un ou des miḥrābs et un minbar et essentiellement entouré d’une clôture telle que l’espace clos puisse contenir toute la population musulmane de sexe masculin; le mur peut s’élever à l’extrémité occidentale d’une vaste zone pavée ( ṣaḥn), mais il n’y a généralement pas de ḥawḍ pour les ablutions. Le namāzgāh ne sert que pour la célébration des deux fêtes canoniques [voir ʿĪd] et n’a aucun caractèr…

Naldrug

(781 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, petite ville (17° 49’ N., 76° 29’E.) située dans l’ancien district de ʿUt̲h̲mānābād de l’État de Ḥaydarābād, aujourd’hui dans le Mahārās̲h̲tra; son fort, qui s’élève au-dessus du ravin de la rivière Bori, est l’une des forteresses les mieux fortifiées du Deccan. Son nom se présente aussi sous la forme Naldurg, qui est peut-être la meilleure ( durg = sanscrit durga: fort). Naldrug ne figure pas dans les campagnes au Deccan de Muḥammad b. Tug̲h̲luḳ, et il est donc probable qu’elle est tombée aux mains des Bahmanides après que les troupes impériales se furent retirées, à la fin du VIIIe/XIVe s…

Bahmanides

(2,906 words)

Author(s): Sherwani, H. K. | Burton-Page, J.
, lignée de 18 sultans musulmans qui régnèrent, ou revendiquèrent le pouvoir, au Deccan, de 748 à 933/1347-1527, après qu’un groupe de nobles musulmans, conduits par Ismāʿīl Muk̲h̲, se furent révoltés, avec succès, contre le sultan de Dihlī, Muḥammad b. Tug̲h̲luḳ. Le plus fort, Ḥasan Gāngū, supplanta Ismāʿīl et fut proclamé sultan sous le nom de Sulṭān ʿAlāʾ al-dīn Ḥasan Bahman S̲h̲āh (sur l’origine de ce dernier, voir ¶ Major W. Haig, Some Notes on the Bahmani Dynasty, dans ASB, LXXIII, Pt. 1 (n° spécial) 1904, 463; Proceedings of Indian History Congress, 1938, 304-8; H. K. Sherwani, Gangu…

Kalyāni

(282 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, ville fortifiée du Deccan [voir Dakhan], à 60 kilomètres environ à l’Ouest de Bīdarf [ q.v.] (17°53’ N., 76°57’ E.). Elle fut, aux IVe et Ve/Xe et XIe siècles, la capitale des derniers rād̲j̲ās Čālukya occidentaux et passa ensuite aux Yādavas de Devagiri (= Dawlatābād [ q.v.]). Après son installation à Devagiri, la dynastie bahmanide annexa Kalyāni, qui devint sa place-forte sur la frontière septentrionale; auparavant, la ville avait probablement été occupée par les Musulmans ainsi que le font supposer une inscription existant au d̲j̲āmiʿ masd̲j̲id fondé en 723/1323 par Ulug̲h̲…

Hariyānā

(921 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, nom donné au territoire du Pand̲j̲āb indien au Nord-ouest de Dihlī, entourant les villes de Hānsī [ q.v.] et Ḥiṣār Fīrūza [ q.v.] dans la circonscription actuelle de Ḥiṣār, et s’étendant à l’Est dans la région de Rohtak [ q.v.]; il est situé au Sud du cours du Ghaggar — qui coïncide partiellement avec l’ancien Saraswatī, autrefois tributaire de l’Indus [voir Sindhū], mais actuellement simple canal de drainage des pluies de la mousson, dont les eaux vont se perdre dans les sables du Rād̲j̲āsthān — et est traversé par le canal du Ḏj̲amnā occidental de Fīrū…

Mīrzās

(1,415 words)

Author(s): Burton-Page, J.
, nom communément donné parles historiens indiens à une famille turbulente d’origine tīmūride, qui provoqua des troubles, surtout au Xe/XVIe siècle, sous le règne de l’empereur mug̲h̲al Akbar, dont elle était cousine au sixième degré, puisqu’elle descendait de ʿUmar S̲h̲ayk̲h̲ Mīrzā, le deuxième fils de Tīmūr (tandis qu’Akbar descendait de son troisième fils, Ḏj̲alāl al-dīn Mīrān S̲h̲āh). Abū l-Faḍl et Badāʾunī appellent les membres de cette famille mīrzāyān, et Ḥād̲j̲d̲j̲ī al-Dābir, awlād Mīrzā Muḥammad Tīmūr Sulṭan. Il peut y avoir une confusion dans les textes quand…

Ḏj̲aʿfar S̲h̲arīf

(452 words)

Author(s): Burton-Page, J.
b. ʿalī S̲h̲arīf al-Ḳurays̲h̲ī al-Nāgōrī, dont on ne connaît ni la date de la naissance ni celle de la mort, écrivit son Qanoon-e-Islam (Ḳānūn-i Islam) à l’instigation du Dr. Herklots, peu avant 1832. Il aurait été «un homme de basse extraction et sans importance dans son pays»; né à Uppuēlūru (Ellore) dans le district de Kistna (Madras), il fut employé comme muns̲h̲ī au service du gouvernement de Madras. Sunnite orthodoxe, mais tolérant envers les S̲h̲īʿites qui avaient alors une influence considérable dans le Sud de l’Inde, savant mais objectif dans sa …

Mus̲h̲rif

(1,313 words)

Author(s): Bosworth, C.E. | Burton-Page, J.
(a.) participe actif de la IVe forme, as̲h̲rafa, littéralement «superviseur, contrôleur», titré d’un fonctionnaire qui apparaît à diverses époques et avec des fonctions diverses dans l’histoire du califat ʿabbāside et des États qui lui ont succédé, du Mag̲h̲rib aux pays islamiques orientaux. — 1. Dans les pays arabes et persans. La fonction d’ is̲h̲rāf paraît avoir été fondamentalement financière. Le contrôle des opérations financières, vers le premier siècle du califat ʿabbāside, était habituellement confié au dīwān al-zimām/ al-azimma [voir Dīwān. I. Le califat]; sous al…
▲   Back to top   ▲